Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Une définition lucide du journalisme

Une définition lucide du journalisme

Dans sa profession de foi, le journalisme est une recherche de la vérité, fondée sur les faits, sans a priori, et sans parti pris. Dans son exercice il est généralement la chronique de l’écume, le relai des versions officielles.

Nous savons que tous les pouvoirs avancent masqués, par définition. Aussi le rôle du journalisme, tel que le présente son propre idéal, devrait être l’exhumation et la publicité du dessous de cartes, quel qu’il soit.

Aujourd’hui, à l’occasion d’une discussion avec une journaliste de TV5, je découvris que l’existence même d’un possible "dessous des cartes" n’allait pas de soi pour elle. La simple idée que des forces autres que celles décrites par la chronique des JT puisse agir lui paraissait douteuse. Dans son esprit, il devait probablement s’agir d’une "théorie du complot", c’est à dire d’une évidente mystification.

Pourtant je n’avançais aucune théorie. Au sujet de la nouvelle crise belge survenue aujourd’hui suite à la démission du gouvernement, je la questionnais sur le dessous des cartes. Qui cherche à faire exploser la Belgique et pourquoi ? Cette simple question lui paraissait incongrue. Les réponses étaient nécessairement dans le JT : richesse des flamands, pauvreté des wallons, rivalité des populations. Mais cette explication me semblait simpliste. Sans connaitre le sujet, il me semblait qu’une enquête approfondie serait justifiée : pourquoi le problème surgit-il en ce moment, quelles forces agissent pour le maintenir en vie, des campagnes d’opinion ont-elles monté les populations les unes contre les autres, pourquoi l’ancien premier ministre, pourtant le seul à réunir un consensus, a-t-il été envoyé en Europe malgré la fragilité du pays etc. ? Il arrive souvent qu’un tel problème soit monté en épingle en raison de calculs politiques, économiques ou géostratégiques. Presque toutes les affaires importantes ont un dessous des cartes. Mais poser de telles questions, en soi, paraît déjà suspect, c’est décalé. Ce qui n’est pas suspect c’est d’accepter les explications officielles sans les vérifier.

Ce réflexe de pensée est parfaitement neutralisant. Si l’on part du présupposé que tout est sur la table, le journalisme s’en retrouve désarmé, il est fait propagande. Nul n’est besoin pour lui d’enquêter ou de remettre en cause, puisque rien n’est caché.

Le nombre de journalistes "répétiteurs" étant largement supérieur au nombre de journalistes "créateurs", il devient extrêmement aisé de sécréter une vision de l’Histoire sur mesure. Pour preuve, on pourrait pointer, par exemple, l’immense poids des agences de relations publiques, à la fois conçues pour mentir, et première source d’information pour la presse.
 

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • jibe jibe 23 avril 2010 14:35

    Les gouvernements n’ont hélas ! pas besoin d’agences de com pour mentir aux journalistes et à leurs peuples Au hasard d’un documentaire récent sur Arte, j’ai appris que l’aviation allemande, pendant la guerre froide, avait en alerte permanente 36 bombardiers équipés de têtes nucléaires américaines, alors même que les gouvernement américain, allemand et autres membres de l’OTAN ont toujours tourné en dérision les accusations soviétiques d’une menace nucléaire outre-Rhin. Et les journalistes (dont j’étais) croyaient les Américains...



    • FRIDA FRIDA 23 avril 2010 15:00

      Ce qui est suspect c’est que les journalistes ne posent pas ce genre de question. Ce n’est pas de la naïveté ni de l’incompétence c’est pour la majorité une complicité cupide.


      • Paul Villach Paul Villach 23 avril 2010 15:19

        @ l’auteur

        Il faudra qu’un jour la profession journalistique finisse par admettre qu’une information n’est pas « un fait » mais « la représentation d’un fait plus ou moins fidèle, ou donnée volontairement, ou dissimulée ou extorquée ».

        Cela fait déjà plus de 80 ans que Magritte enseignait que « Ceci n’est pas une pomme », « Ceci n’est pas une pipe », ce n’était que la représentation d’une pomme ou d’une pipe ! On n’accède jamais au « terrain » dit Paul Watzlawick mais seulement à « une carte » plus ou moins fidèle !
         
        Il n’est nul besoin de recourir à « une théorie du complot » - laquelle postule a contrario une théorie de la transparence purement utopique - pour expliquer que l’information donnée ou dissimulée est soumise à une contrainte majeure, la contrainte des motivations de l’émetteur.

        Et ces motivations peuvent être résumées par l’énoncé d’un principe : nul être sain ne livre volontairement une information susceptible de lui nuire. On prête à Churchill une maxime qui dit la même chose  : « En temps de guerre, la vérité est si précieuse qu’elle devrait toujours être protégée par un rempart de mensonge ». On peut en dire autant en temps de paix. 
        Les termes de « vérité » et de « mensonge » ne sont pas appropriés : le mot « mensonge » n’est-il pas affecté ici d’une valeur positive ? Le mot « leurre » est donc préférable pour éviter tout parasitage moralisant.

        De ces données et de quelques autres découlent une approche de l’information qui distingue la représentation de l’information du pêcheur et la représentation de l’information du poisson qui sont très différentes l’une de l’autre : est-il nécessaire d’insister ? Paul Villach


          • xray 23 avril 2010 20:37


            Menteur comme un journaliste 
            Le premier métier d’un journaliste est de se taire. 
            Son deuxième est de mentir. 

            Les journalistes sont au seul service du capital de la Dette publique (Pour la France,  cinq à six fois le budget net de l’État). 

            Dans le cadre de la « construction européenne », les journalistes n’ont d’ordre à recevoir que de la CIA ou du VATICAN. Ce qui, dans la pratique, est la même chose. 

            La faillite des médias ne date pas d’aujourd’hui. 
            De tous temps, les médias ont été asservis au pouvoir. 
            S’entend comme pouvoir :

            - Le capital de la Dette publique ; 

            - L’axe CIA-VATICAN. 


            LES GRANDES IMPOSTURES 

            CONQUISTADOR SPACE 

            Le 9 11
            Une opération menée par l’armée américaine. 
            http://mondehypocrite501.hautetfort.com/archive/2006/10/05/un-certain-11-septembre.html 

            La cuisine diabolique des croyances  (Sida) 
            http://echofrance36.wordpress.com/2008/10/25/la-cuisine-diabolique-des-croyances/ 

            L’IMPOSTURE DU SIDA 

            La loi 1905 (France) 



            • curieux curieux 23 avril 2010 21:22

              Article obsolète en France, y’a plus que des journaleux.


              • slipenfer 2 mai 2010 14:38

                personnellement
                je prend lu cide à la CAF.
                je sais,en chine on fait payer la balle à la famille.
                Et pour les orphelins alors ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès