Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Une journaliste de l’AFP boycottée par ses sources

Une journaliste de l’AFP boycottée par ses sources

Le 24 octobre 2004, la police a fait plusieurs descentes dans le quartier des musiciens des Mureaux afin de retrouver cinq jeunes impliqués dans des échauffourées. La presse a été conviée à assister à cette opération et à diffuser les images du police reality show. Le titre de l’article consacré à ce sujet par L’Humanité est : "La police spectacle fait un bide aux Mureaux". On y souligne la brutalité de l’opération, mais aussi la joie des habitants de voir que la presse pouvait assister à cette preuve flagrante du manque de sensibilité des forces de l’ordre, qui ont ouvert les portes au bélier, pointé des armes vers des enfants, retourné les appartements, pour finalement n’interpeller qu’une seule personne. Il semblerait en outre que les informations qu’ils possédaient n’étaient pas pertinentes, puisqu’ils partaient en s’excusant de s’être trompés.

Mais autre problème, tout aussi révoltant, c’est la suspension d’une journaliste de l’AFP pour trois semaines, à la suite d’un article qu’elle aurait écrit sur ce sujet. Le Syndicat autonome des journalistes (SAJ-UNSA) a émis un communiqué pour s’offusquer de ce que la liberté de la presse était bafouée dans cette affaire.
Si l’on en croit le communiqué, Raphaëlle Picard, pigiste permanente de l’AFP dans le département des Yvelines, est frappée depuis trois semaines d’« interdiction professionnelle » par la police et la justice du département des Yvelines. En effet, après la dépêche qu’elle a rédigée, ces départements ont décidé de boycotter la journaliste qui relaterait des faits non avérés et non vérifiés auprès des services de police... (dans quel monde vit-on ?).

Je cite le communiqué sur les diverses réactions engendrées par son article :
"Ce fut d’abord le directeur adjoint de la police départementale qui, à la sortie d’une conférence de presse, a étrillé notre consœur, l’accusant de "malhonnêteté intellectuelle" ».

Ce fut ensuite le directeur de la sécurité publique, à qui Raphaëlle avait demandé un entretien, qui l’a accusée d’avoir « produit des faux témoignages qu’elle n’avait pas pris soin de vérifier... auprès de la police » (sic). « Notre collaboration va s’arrêter là », lui a-t-il signifié.

Ce fut encore (côté justice), le procureur-adjoint du Parquet de Versailles qui lui a également signifié que sa porte était désormais fermée et qu’il « ne voulait plus jamais collaborer » avec elle. « On a toute la direction sur le dos... », a-t-il avoué.

Enfin, last but not least, le directeur de la police judiciaire des Yvelines est monté d’un cran : « On va porter plainte... ». Menace gratuite, fanfaronne et vide de sens, puisque, à ce jour, aucune espèce de plainte n’a été déposée devant une quelconque juridiction.

Cette journaliste n’a donc plus accès aux instances nécessaires pour réaliser son travail, pour avoir relaté les faits tels qu’ils étaient. Car je ne sais pas si vous lisez les dépêches de l’AFP, mais on ne peut pas dire qu’elles soient très engagées. On y voit juste des faits relatés, en fonction de ce que le journaliste a vu et entendu sur le terrain.

Bref, il n’est pas normal qu’une journaliste, plutôt jeune a priori, soit boycottée ainsi par ces institutions, ce qui la coupe des sources officielles. La liberté de la presse est un bien précieux en France. Si chaque journaliste qui a un jour déplu à une institution en publiant un de ses articles s’était vu boycotté par celle-ci, le nombre de journaux d’informations et d’agences de presse serait plutôt limité.

Bibliographie :
Communiqué du Syndicat autonome des journalistes de l’Agence France-presse
Article de L’Humanité

Publié aussi sur mon blog : http://www.missoffe.info

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.18/5   (161 votes)




Réagissez à l'article

39 réactions à cet article    


  • Bill Bill 14 novembre 2006 11:50

    Un peu surpris de ce qui se lit dans cet article ! Oui la liberté de la presse est un bien précieux. Mais ne se tire t’elle pas une balle dans le pied toute seule ? Qu’est ce que la presse nous apporte vraiment actuellement ? Ca fait bien longtemps qu’elle s’est alliée au pouvoir !!!

    Il est intéressant de constater par ailleurs que les journaux vivent des deniers publics, subventions versées par l’état car ils ne sont plus en mesure de vivre d’eux même et grace à leur lecteurs ! Bien sur, ce n’est pas le cas de tous mais ils sont de plus en plus nombreux.


    • Bulgroz 14 novembre 2006 12:31

      Les aides à la ¨Presse selon le projet de loi de Finances 2007 s’élève à 274 millions d’Euros (en progression de 22% en 2 ans) dont la moitié pour la presse quotidienne, soit l’équivalent de 4.57 Euros par habitant, sans parler de dispositions fiscales d’incitation à l’investissement, TVA réduite (et refusée pour la restauration), achat d’encarts publicitaires par les ministères et les collectivités....

      Ca fait beaucoup, et les journalistes même pigistes s’estiment comme les plus indépendants, intouchables et toujours prompts à s’auto promouvoir. Certains n’hésitent pas présenter l’anti sarkozime comme un axe majeur du projet d’entreprise (Plenel pour Libération) ce qui est un comble de l’anti journalisme.

      PS : Contrairement à ce que dit l’article, la presse n’a pas été conviée à la descente au Mureaux, elle a été probablement informée par des syndicats à la veille d ’élections. De toute manière, on n’en saura rien car les journalistes (en fait des preneurs d’images) ne diront rien.


      • Philippe Missoffe (---.---.73.12) 14 novembre 2006 22:38

        Pas uniquement des preneurs d’images, puisqu’il s’agit d’un reporter de l’AFP smiley


      • Bulgroz 14 novembre 2006 12:33

        Les aides à la ¨Presse selon le projet de loi de Finances 2007 s’élève à 274 millions d’Euros (en progression de 22% en 2 ans) dont la moitié pour la presse quotidienne, soit l’équivalent de 4.57 Euros par habitant, sans parler de dispositions fiscales d’incitation à l’investissement, TVA réduite (et refusée pour la restauration), achat d’encarts publicitaires par les ministères et les collectivités....

        Ca fait beaucoup, et les journalistes même pigistes s’estiment comme les plus indépendants, intouchables et toujours prompts à s’auto promouvoir. Certains n’hésitent pas présenter l’anti sarkozime comme un axe majeur du projet d’entreprise (Plenel pour Libération)n ce qui est un comble de l’anti journalisme.

        PS : Contrairement à ce que dit l’article, la presse n’a pas été conviée à la descente au Mureaux, elle a été probablement informée par des syndicats à la veille d ’élections. De toute manière, on n’en saura rien car les journalistes (en fait des preneurs d’images) ne diront tien.


        • Sam (---.---.110.8) 14 novembre 2006 13:04

          Le Parti de la Mort dans ses basses oeuvres.

          Dans ses oeuvres ordinaire, plutôt.

          Les français aiment l’ordre dit-on. Y a de bonnes chances que ce soit vrai.

          Le Parti de la Mort se charge à chaque instant de leur en mettre de l’ordre. Plein la gueule.

          Quand on voit les bas de plafonds qui jettent leur petite culotte à SDNB, on se dit qu’ils l’ont bien cherché.


          • parkway (---.---.18.161) 14 novembre 2006 13:26

            « Ce fut ensuite le directeur de la sécurité publique, à qui Raphaëlle avait demandé un entretien, qui l’a accusée d’avoir « produit des faux témoignages qu’elle n’avait pas pris soin de vérifier... auprès de la police » (sic). « Notre collaboration va s’arrêter là », lui a-t-il signifié. »

            Mais de quoi se plaint-elle ?

            Enfin, elle va retrouver son indépendance !

            C’est pas ça le vrai journalisme ?


            • Doumé (---.---.217.108) 14 novembre 2006 14:48

              Cela ne vous frappe-t-il pas, qu’aussi bien les chefs de la police, comme de la justice utilisent encore les mots « collaboration » et « collaborer », 70 ans après l’époque à laquelle ils ont excellé dans cette spécialité ?


              • Pinot (---.---.218.193) 14 novembre 2006 15:27

                Intervention très pertinente de Doumé qui garde une vision très manichéenne, éloignée de la réalité, de l’histoire de l’institution policière. De plus, nonobstant l’incongruité de votre commentaire, en quoi l’utilisation de ce mot est-elle frappante ? En quoi une bonne collaboration entre citoyens et policiers (ou magistrats) peut-elle être considérée comme un mal ?


              • seb59 (---.---.180.194) 14 novembre 2006 15:23

                Est ce que l’on parle de la meme presse qui fait ses choux gras des « emeutes en banlieues », « anniversaire des emeutes », « casseurs incompris », « brutalités policieres » ?

                C’est vrai que pour arreter des criminels les policiers auraient pu venir vers 10h du matin avec les croissants....

                Pour une fois , cette fameuse ’presse’ pourrait se faire discrette au lieu d’essayer de jeter, à nouveau, de l’huile sur le feu !


                • Pinot (---.---.218.193) 14 novembre 2006 15:33

                  Je compris l’état d’esprit du rédacteur de ce papier, mais comment s’étonner que les relations entre policiers (et magistrats) et cette journaliste se tendent lorsque celle-ci décide d’écrire un article considéré comme un crachat de la part des institutions, chargées, je le rappelle, de maintenir une certaine idée de la démocratie sur l’ensemble du territoire national ?


                  • Pinot (---.---.218.193) 14 novembre 2006 15:44

                    L’auteur de l’article nous dit : « Si l’on en croit le communiqué, Raphaëlle Picard, pigiste permanente de l’AFP dans le département des Yvelines, est frappée depuis trois semaines d’« interdiction professionnelle » par la police et la justice du département des Yvelines » Je ne maitrise pas le sujet (ni lui d’ailleurs) mais je suis étonné à l’idée que la police et la justice puissent interdire la journaliste de l’AFP de travailler. Qu’ils ne veulent plus travailler avec elle, ma foi cela se comprend, qu’ils lui interdisent de travailler... attention aux déclarations hâtives et tendancieuses.


                  • Cosmic Dancer (---.---.31.177) 14 novembre 2006 16:17

                    Merci à l’auteur de l’article de mettre en lumière un fait peu médiatisé, pour le coup. J’ai envie de répondre à ceux qui raillent la journaliste que, d’une part, elle n’a rien raconté d’extravagant : les dépêches (et non articles) de l’AFP sont en effet particulièrement plates, se contentant d’énumérer des faits. Sur ce qu’elle a relaté, eh bien précisément, ça concerne les réactions des familles. Un travail nécessaire, non, pour ceux qui aiment l’information ? Lire qu’elle devrait se réjouir d’être indépendante est une pure ineptie : les pigistes sont les précaires du métier. Belle empathie à l’égard d’une journaliste qui s’est contenté de faire son travail !


                    • Cosmic Dancer (---.---.31.177) 14 novembre 2006 16:20

                      @ Pinot : un journaliste doit-il demander l’autorisation à la police de publier les témoignages qu’il recueille de la part des intéressés, en l’occurrence les familles perquisitionnées par erreur ? Quelle vision de la démocratie !


                    • Cosmic Dancer (---.---.31.177) 14 novembre 2006 16:25

                      @ Pinot encore : la couper de ses sources d’information, c’est de fait l’empêcher d’exercer son métier. Ceux qui se plaignent de l’ineptie d’articles non documentés devraient réfléchir à deux fois avant de dire des énormités ! Et qu’est-ce que cette haine des journalistes ???


                    • Pinot (---.---.218.193) 15 novembre 2006 11:50

                      Cosmic nous dit : « un journaliste doit-il demander l’autorisation à la police de publier les témoignages qu’il recueille de la part des intéressés, en l’occurrence les familles perquisitionnées par erreur ? Quelle vision de la démocratie ! » Qui vous a dit qu’il fallait demander une autorisation de la police pour publier son article ? Je crois que beaucoup ici disent n’importe quoi. Dans cette affaire c’est la collaboration entre la police (et la justice) et la journaliste (c’est à dire la possibilité pour cette dernière d’avoir des informations privilégiées de leur part) qui est suspendue, rien d’autre...


                    • (---.---.173.163) 18 novembre 2006 11:20

                      « Je crois que beaucoup ici disent n’importe quoi. Dans cette affaire c’est la collaboration entre la police (et la justice) et la journaliste (c’est à dire la possibilité pour cette dernière d’avoir des informations privilégiées de leur part) qui est suspendue, rien d’autre... »

                      - Dans quelle catégorie classes-tu cette suspension ? Au nom de quelle liberté d’informer et de s’exprimer ?

                      N’est-ce pas toi qui raconte n’importe quoi ?

                       smiley


                    • Pinot (---.---.48.235) 18 novembre 2006 16:45

                      A l’anonyme du précédent message : je suis certain que vous êtes le premier à dénoncer la politique spectacle et notamment les descentes de police dans les cités sous les projecteurs des caméramen... alors que la police et la justice décident de ne plus divulguer d’informations sur leurs futures opérations sensibles, c’est plutôt une bonne nouvelle, non ?


                    • sweetsmoke (---.---.241.2) 14 novembre 2006 16:52

                      « La liberté de la presse est un bien précieux en France »

                      c’est une blague ?


                      • Briseur d’idoles (---.---.168.42) 14 novembre 2006 17:26

                        La liberté de la presse et des journalistes n’existent-pas !

                        Un journaliste suit la ligne éditoriale de sa rédaction... et la rédaction de ses actionnaires, donc du pouvoir !


                        • (---.---.108.152) 18 novembre 2006 16:00

                          « Un journaliste suit la ligne éditoriale de sa rédaction... et la rédaction de ses actionnaires, donc du pouvoir ! »

                          - Exact et si ce journaliste se rebelle, il se retrouve dare dare à la porte.


                        • loga (---.---.249.81) 14 novembre 2006 18:21

                          les autres journalistes présents ont ils été inquiétés ?

                          ou ont ils analysés les faits d une autre façon ?

                          ou est ce que pigiste à l huma n est pas déja un handicap à la base qui donne une sorte de malus ?

                          l article n a rien de choquant et rien ne justifie une sanction .Le maire doit il être aussi suspendu car il accuse les autorités de manque de communication ?t


                          • Anto (---.---.178.10) 15 novembre 2006 11:42

                            Les autres journalistes ne se déplacent pas. Ils attendent la dépèche de l’AFP smiley


                          • toto (---.---.102.41) 14 novembre 2006 19:02

                            La « descente » de la police ne date pas du 24 octobre mais du 04...cela commence comme ça les approximations journalistiques... De plus, la dépêche de cette demoiselle ne fait pas état des insultes et menaces que les policiers ont enduré pendant 2 heures...


                            • Philippe Missoffe (---.---.73.12) 14 novembre 2006 22:43

                              Tout à fait vrai pour la date. Je ne sais pas d’où j’ai sorti ce 24. toutes mes excuses.


                            • CITADELLE 14 novembre 2006 19:29

                              J’ai un ami policier à Paris qui me racontait « entre autres » combien les journalistes déforment la vérité. Il faisait partie des premiers sur les lieux où un bus aurait été bruler

                              Voilà ce que les jounalistes disaient : le bus aurait été vidé de ses passagers avant que des jeunes y mettent le feu. Les pompiers sont intervenus

                              Et voilà ce que lui me raconte : Le bus était vide et rentrer au dépot, les pompiers ne sont pas intervenus, le chauffeur a éteint le feu avec son extincteur, la seule chose vraie est qu’ils étaient trois et cagoulé.


                              • Philippe Missoffe (---.---.73.12) 14 novembre 2006 22:53

                                Je suis tout à fait d’accord pour dire que de temps à autre les journalistes ne font hélas pas bien leur traavail. Je ne suis pas au courant du cas précis dont vous parlez, mais j’ai déjà vu en effet la différence entre les faits et la retranscription. D’ailleurs pour l’anecdote, j’ai été une fois interviewé par un journal distribué gratuitement. Je n’aurais même pas su que c’était moi qui leur avait dit cela si il n’avait pas cité mon nom.


                                • Kassandra (---.---.71.55) 15 novembre 2006 01:36

                                  Je suis effarée par le nombre de « réacs » qui y vont de leurs petits commentaires autant fielleux qu’inexacts.

                                  C’est vrai qu’il y a une « certaine presse aux ordres »,mais là justement Raphaëlle Picard a fait son boulot en décrivant la brutalité de la police à l’égard des habitants des Mureaux (tout ça pour un petit résultat ridicule) c’est ce que nous citoyen nous demandons à tout journaliste.

                                  Mais ça n’a pas plu, car les « autorités » n’aiment pas que l’on parle de leurs nombreuses bavures et de leurs ratages en un mot de leur incompétence (qui n’est pas moindre), tant pis !(cette attitude est d’autant plus stupide car on aurait déjà oublié s’ils en avaient pas fait un fromage).

                                  Tant qu’il y aura des journalistes honnêtes et courageux(se) il restera de l’espoir...


                                  • seb59 (---.---.180.194) 15 novembre 2006 09:58

                                    @ Kassandra

                                    on parle bcp des « bavures » et des « exces » de la police.

                                    On oublie de parler de la raison de l’intervention de la police !

                                    Ils ont reveillé quelques voisins ? Et alors ? Le principal c’est d’avoir arreté un suspect !

                                    S’il n’y avait pas eu des problemes dans cette cité, les policiers ne seraient surement pas deplacés de bon matin ! Ils seraient restés au chaud, au commissariat !

                                    Mais c’est tellement plus drole de crier au fachisme et a l’etat policier ...


                                  • (---.---.108.152) 18 novembre 2006 16:08

                                    @ Kassandra (IP:xxx.x7.71.55) le 15 novembre 2006 à 01H36

                                    « Je suis effarée par le nombre de »réacs« qui y vont de leurs petits commentaires autant fielleux qu’inexacts. »

                                    Kassandre, combien de ces forumeurs, d’après toi, ont assisté à une bavure ou à une exaction policière : brutalité, humiliation et j’en passe ?

                                    Ces brutalités ne concernent pas seulement les habitants des cités dites en difficultés mais aussi tout autre citoyen lambda, alors le jour où ça leur arrive, ils comprendront.

                                    Nono


                                  • zorglub (---.---.183.10) 15 novembre 2006 03:48

                                    C’est marrant, dans ce forum, on reproche tout a tout le monde.

                                    1. Aux policiers : de faire leur boulot (qui irait a 5h du mat se taper une interpellation aux Mureaux, pour faire regner un ordre republicain, dans des zones de non-droits, auquel les policiers eux-memes ne croient plus ?). Pas moi... mais je tire mon chapeau a ces gars la. Pour tous les petits intellos de salon qui voient la France comme un etat fascisant parce que la police nationale interpelle 3 delinquants / casseurs, je voudrai demander : que proposez vous ? Envoyez une invitation sur papier velin creme pour leur demander gentiment de se rendre au commissariat le plus proche ?

                                    2. Aux journalistes : de dire ce qu’ils veulent. Moi ca ne me gene pas qu’une journaliste raconte la verite ou n’importe quoi. Seulement, si on demontre que le journaliste raconte n’importe quoi (je ne dis pas que c’etait le cas ici), que fait on ? On laisse la presse « pravdienne » libre de colporter des mensonges ? On sanctionne (bouh, c’est fasciste !) ? on renvoie ca la sphere professionnelle (defiance de l’employeur) ? Soyons coherent, tout le monde veut la verite, quelle qu’elle soit, mais personne ne veut de regles de travail !

                                    Ah la liberte ! quelle joyeuse promesse ! on la tartine a toute les sauces ! elle degouline de tous les discours ! elle enflamme ceux qui en ont le moins besoin ! on estime en etre prive de maniere scandaleuse ! Stop, atterrissez les incultes demagos, allez voir en Birmanie ou a Cuba, vous verrez que notre liberte est deja paradisiaque, mais on est tellement paralyse par sa jouissance orgasmique en France qu’on croit pouvoir mener des combats contre un pretendu obscurantisme medieval ou des annees 40... Pauvres incultes nombrilistes. Le jour ou vous aurez vraiment a vous battre, peut etre les armes a la main, pour des libertes elementaires, vous ferez moins les mariolles. Alors arretez de nous bassiner en nous faisant culpabiliser que la France est un honteux etat totalitaire, c’est faire insulte a ceux qui le vivent vraiment dans des pays que votre compassion oublie un peu trop souvent.


                                    • Alex (---.---.150.51) 15 novembre 2006 09:28

                                      Enfin un peu de contre-pouvoir à une presse insolente, menteuse et déformant souvent la réalité à des fins de manipulation des lecteurs et des Français ! Toutes les entités d’une Démocratie ont un contre-pouvoir : L’état, les Entreprises, la Justice ... TOUS, sauf la Presse qui se permet de dire tout et n’importe quoi en calomniant tout et tout le monde ... et en plus en n’arrêtant pas de donner des leçons à tous et tout le Monde ...Cela suffit ... D’ailleurs la Presse écrite est déjà largement boycottée ( il n’y a qu’à voir la dégringolade des tirages ...) Et bientôt cela sera au tour des médias ...Il y en Marre de prendre les Français pour des VEAUX !


                                      • (---.---.108.152) 18 novembre 2006 16:22

                                        @ Alex (IP:xxx.x29.150.51) le 15 novembre 2006 à 09H28,

                                        C’est trop tard Alex, bien trop tard. Orwell n’est plus loin, le quatrième pouvoir, la concentration des médias dans quelques mains...

                                        Alors ceux qui parlent de la démocratie et de notre liberté par rapport à Cuba ou je sais quoi d’autre relève de la réthorique à deux sous.

                                        Notre réalité n’est pas celle des autres et elle n’est pas belle à voir et de plus en plus.

                                        Se refuser de la voir telle qu’elle et faire semblant que cela n’existe pas c’est foncer tout droit dans le mur du totalitarisme contre lequel des générations se sont battues.

                                        Il y a toujours mieux ailleurs ou pire ailleurs mais ce n’est pas une raison que notre médiacratie nous gave des inepties à longueur de journée.

                                        Ceux qui pratiquent plusieurs langues et ont accès à d’autres médias ou d’autres sources de part le monde savent que la vraie information n’est pas toujours celle qu’on s’évertue à donner au peuple...

                                        Nono


                                      • (---.---.108.152) 18 novembre 2006 16:23

                                        Cela étant dit, nous ne sommes pas les seuls veaux de la planète... smiley


                                      • Yannick Comenge (---.---.102.41) 18 novembre 2006 19:01

                                        La liberté d’expression semble avoir été une fois de plus baffouée. Mais il faut savoir que vu les problemes d’emploi dans le journalisme il sera de plus en plus rare d’avoir des éléments courageux qui diront la vérité.

                                        ZOla et sa vérité en marche n’aurait peut etre pas pu exister à notre époque. Il lui aurait fallu avoir l’assentiment de sa hierarchie qui n’aurait pas bougé...

                                        En tout cas, tout mon soutien à cette journaliste... peut etre devrait elle contacter le SNJ ou l’AJIF... Là il y a des grandes gueules qui ont fait leur preuve !


                                        • h2b1 (---.---.248.210) 19 novembre 2006 10:17

                                          Attendons la réaction de Reporters Sans Frontières !.... Bizare il n’y en a pas !  smiley


                                          • Le péripate Le péripate 19 novembre 2006 20:36

                                            Cette affaire tenait une large place dans un article, qui m’a été refusé au titre qu’il parlait aussi de la censure démocratique qui a lieu sur les commentaires d’Agoravox, car l’évaluation n’a pas eu encore lieu. Ce qui est raisonnable.

                                            Cette affaire est un élément de réflexion sur la manière dont l’opinion est contrôlée. Le premier contrôle (dans un pays démocratique) est un contrôle par la connivence entre individus de même éducation, c’est la connivence d« habitus », selon une notion empruntée à P Bourdieu. Cette affaire illustre le second degré, quand le premier a échoué. C’est le boycott, la privation de l’accès à la source. Le troisième degré est judiciaire, comme dans le cas de Denis Robert. Généralement, dans les pays démocratiques, on ne va pas plus loin. Ce qui n’est le cas dans les pays qui intéressent Reporters Sans Frontières, assassinats, menaces, etc...

                                            Beaucoup plus proche de nous, existe aussi le conformisme, une opinion « démocratique », où « démocratiquement », chacun s’imagine être original en désignant comme la foule le même bouc émissaire, en « lapidant » par le vote, comme le nouveau système sur Agoravox.

                                            En résumé, il n’y a pas de solution de continuité entre le conformisme démocratique, la connivence, le boycott, le procès, la menace, l’assassinat.

                                            Certains posts semblent justifier ce boycott par la raison d’Etat. C’est leur problème. Mais un journaliste digne de ce nom n’est pas n’importe quel pamphlétaire ou essayiste, il travaille suivant une déontologie, des règles qui ont fait leurs preuves d’efficacité et de justesse. Et le travail de Raphaelle correspondait parfaitement à ces critères.

                                            Le Peripate.


                                            • lebrun (---.---.196.24) 22 novembre 2006 16:45

                                              On sait que 80 % des journalistes se sont dit « de gauche » selon un célèbre sondage commenté sur FR 2.

                                              On sait qu’à gauche, on aimait bien ALLENDE que le PS ( notamment ses hauts responsables) citait comme modèle.

                                              Or pour ce dernier, « le devoir du journaliste de gauche n’est pas de dire la réalité mais de faire la révolution ».

                                              La question qui s’impose est donc :

                                              la journaliste sanctionnée est elle de gauche ?


                                              • djo (---.---.247.190) 24 novembre 2006 13:19

                                                Moi je boycotte les journalistes, tous des menteurs aux ordres du pouvoir. Impossible de se faire une opinion grâce à eux.


                                                • djo (---.---.247.190) 24 novembre 2006 13:42

                                                  Oui c’est sûr elle cumule la pauvre : communiste ( style Kim Jong Il ? ) peut-être même israélite comme Lénine voire Trotsky : attention la France est très raciste ( et sur l’antisémitisme, on fait mieux qu’Heinrich Himmler ), ancien colonisateur exploitant l’Afrique, l’antidémocratie en elle-même. Pourquoi y reste-t-elle d’ailleurs ? Par conformisme ? C’est vrai que la police ( pardon, le KGB ? )est beaucoup plus dangereuse que les malfaiteurs de banlieue c’est bien connu, ils m’ont souvent battu, violé moi & ma femme & ils ont brûlé ma voiture & mon autobus... L’opinion des parents du suspect c’est passionnant : n’ont même pas été foutus de l’élever mais ils ont touché les allocs pendant 20 ans, bravo.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

PMI2819


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès