Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Une offensive de Google contre Wikipédia ?

Une offensive de Google contre Wikipédia ?

Jeudi soir, 13 décembre 2007, Google a annoncé dans un billet de son blog l’ouverture prochaine de Knol, encyclopédie en ligne (inspiré de « Knowledge », connaissance en anglais). Celle-ci sera cependant bien différente de sa principale concurrente sur de nombreux points. Les articles seront rédigés par des internautes identifiés, et pourront contenir des publicités. Un test vient d’être fait mais l’application est en cours de développement. Knol détrônera-t-elle Wikipédia ?

Et voilà que le groupe Google, soucieux depuis ses débuts d’organiser et de rendre accessibles les informations en ligne, finit par se dire qu’il serait peut-être bon également de les produire !

Google va créer une encyclopédie en ligne appelée Knol. Ce terme « knol » vient de l’anglais « knowledge », qui désigne le savoir et dont il est la contraction. Google part du principe que « des millions de personnes qui détiennent des connaissances utiles aimeraient les partager ». Il s’agira pour les internautes d’écrire des articles qui permettront de constituer une encyclopédie de référence. Grâce à des publicités, les auteurs seront payés en retour... et Google donne sa définition du Knol : « c’est une page web simple mais qui est bien organisée et présentée sans que l’auteur n’ait à se soucier du côté technique, l’auteur ayant juste à écrire ». En parallèle, (comme à son habitude) Google propose des outils faciles à utiliser et un hébergement gratuit des pages. Il offrira notamment la possibilité de noter ces textes, ce qui permettra au système de suggérer des liens pertinents et de placer en bonne place les meilleurs « knols » bien évidemment dans les résultats de son moteur de recherche.

Knol sera une encyclopédie collaborative qui mettra l’accent sur la compétence d’internautes clairement identifiés. Tous les champs de connaissance seront couverts : « des concepts scientifiques à l’information médicale en passant par la géographie, l’histoire, le divertissement, les loisirs, les modes d’emploi ou les produits ».

Selon Google : « les auteurs auront eux-mêmes le contrôle entre leurs mains ». Ainsi, il n’interviendra pas sur les contenus... Le contrôle éditorial sera confié aux internautes, chargés de noter et de commenter les articles, et d’aider des algorithmes à privilégier sur un même sujet le knol le plus pertinent.

Contrairement à Wikipédia qui s’appuie essentiellement sur la Communauté des Internautes pour enrichir son contenu, chez « Googlepédia », il y aura une identification préalable au système pour pouvoir créer un « knol » sur le thème choisi.

Dans son article, l’auteur exprimera librement son opinion mais il en assumera la responsabilité. Il pourra également mettre sa photo sur chaque article et indiquer son titre ou sa fonction. Les commentaires pourront rester anonymes mais il ne sera pas possible à quelqu’un d’autre de modifier l’article. En fait, Knol devrait être écrit exclusivement par des « experts » (les knolistes...).

Pour récompenser les meilleurs auteurs, le célèbre groupe américain n’hésitera pas à appliquer ses principes de business en ajoutant de la publicité contextuelle aux articles. Il rémunérera les auteurs en fonction des clics, comme pour les blogs !

Quel est donc le but de Google ?

Google affiche sa profession de foi : « Notre but est d’encourager les gens qui connaissent un sujet, en particulier, à écrire un article de référence. » Udi Manber, responsable du projet, précise « qu’officiellement, les fondateurs Sergei Brin et Larry Page sont soucieux de donner aux internautes des outils enfin accessibles et performants pour partager leur savoir dessus ».

Le but de ce projet est donc de permettre aux millions de personnes qui n’ont pas les compétences techniques de partager les quantités énormes d’informations qui circulent sur internet.

Selon Udi Manber (qui est aussi un des vice-présidents de Google), « la compétition des idées est une bonne chose ». (Avec un objectif presque caché : faire émerger des internautes faisant autorité...)

C’est peut-être aussi après les déboires de Google Answers et de Google Base, l’occasion de structurer à nouveau les informations dans une base de données qui pourrait prendre rapidement la place de Wikipédia sur son moteur de recherche.

Google va-t-il déclencher un big bang en ligne ?

Google a peut-être sous-estimé la déflagration qu’il allait provoquer en ligne. Déjà, un certain nombre de blogs technos considèrent que le moteur va trop loin en s’intéressant à l’internet participatif, baptisé 2.0, « symbole mondial de l’internet ».

C’était encore supportable quand il s’agissait de chatouiller Microsoft avec quelques petits logiciels bureautiques en ligne, ou les opérateurs télécoms avec un système d’exploitation mobile, mais ils ne comprennent pas bien l’intérêt qu’il peut y avoir à constituer un double de Wikipédia... sinon pour se substituer à lui et devenir encore plus fort ! Il en est qui vont jusqu’à accuser Google « de vouloir, avec Knol, s’assurer le contrôle de la matière première gratuitement, c’est-à-dire le contenu des knols, pour les revendre éventuellement par la suite ».

Quelles seront les différences avec Wikipédia ?

La principale différence réside dans le fait que sur Wikipédia, plusieurs internautes peuvent travailler sur un texte alors que le knol de Google est associé à une seule personne qui prend en charge un sujet. « C’est la prime aux experts » et il y aura plusieurs knols en concurrence sur un même sujet. Les internautes choisiront alors celui qu’ils estiment être le plus exact. De plus, tous les textes devront être signés par leurs auteurs.

Mais les premières révélations par Google laissent entrevoir des différences importantes. Knol veut mettre en valeur les compétences personnelles d’auteurs clairement identifiés alors que Wikipédia privilégie la communauté et son « intelligence collective ».

Cette nouvelle encyclopédie, contrairement à Wikipédia, aura recours à la publicité à la discrétion de l’auteur. Si ce dernier choisit d’avoir des publicités, Google devrait lui offrir une part non négligeable des recettes qu’elles produiront. La publicité représente la quasi-totalité des revenus de Google malgré la justification philanthropique à laquelle recourt parfois le moteur. Malgré ses moyens considérables Google prévoit d’inclure des liens sponsorisés dans ses knols. Le pourcentage qu’il réservera à ses auteurs n’est pas encore connu.

Wikipédia a 100 millions de visiteurs par mois (dont 9 millions pour la France), néanmoins, il ressemble à un colosse aux pieds d’argile... si on veut bien tenir compte du fait qu’il dépend de la contribution de dizaines de milliers de donateurs... car il refuse de recourir à la publicité pour se financer. Wikipédia compte environ 9,1 millions d’articles dans plus de 250 langues. Cette encyclopédie a été créée par Jimmy Wales en 2001.

Google va pouvoir également affirmer ses opinions haut et fort, là où Wikipédia a une ambition d’objectivité dont la régulation se fait par la multitude.

Un autre avantage évident est le contenu cumulé et structuré des articles générés par le moteur Google qui devrait rapidement constituer une grande encyclopédie communautaire de qualité capable de concurrencer Wikipédia. Certains même prédisent déjà une migration en masse des meilleurs auteurs de Wikipédia vers Knol !

Où en est ce projet ?

Knol n’est pas ouvert au public. Ce projet est en cours de développement. Au début de la semaine dernière, des contributeurs dûment choisis pour leurs compétences ont été invités à participer à l’élaboration de ce savoir en ligne. Le site est actuellement en phase de test (en première phase de test). Aucune date n’est fixée pour le lancement. Google fournit sur son blog une copie d’écran d’une page encyclopédique Knol, consacrée à l’insomnie, à titre d’exemple.

Le blog de Google précise : « Une fois le test complété, la participation sera totalement ouverte et tous les travaux ne seront pas forcément de qualité. Notre travail sera de classer les knols quand ils apparaissent dans les résultats Google. Nous avons de l’expérience avec le classement des pages web et nous y arriverons. Nous sommes très excités à l’idée de propager un peu plus encore le savoir. »

On en saura plus dans les prochains mois...

Mais on se pose déjà quelques questions...

  1. Google fait beaucoup de choses géniales mais tout ne réussit pas... qu’en sera-t-il de Knol ?
  2. On peut se demander si « information et publicité sont compatibles ».
  3. Google ne cherche-t-il pas à contrôler encore un peu plus l’information ?
  4. Ne devra-t-on pas dire au revoir à Wikipédia bientôt ?
  5. Peut-on espérer que Google fournisse un service vraiment innovant et neutre ?
  6. Le moteur de recherche ne risque-t-il pas de se transformer en portail ?
  7. Knol ne va-t-il pas favoriser encore plus les articles sponsorisés ?

Nos lecteurs continueront probablement à s’interroger avec nous sur la nouvelle encyclopédie que nous propose Google.

Restons donc prudents ! Sans doute que Google Knol mettra un peu de temps à proposer un ensemble cohérent. Gageons que Wikipédia devrait garder quelques avantages et quelques faiblesses et ce sont peut-être ses internautes fidèles qui défieront Google.


Moyenne des avis sur cet article :  4.87/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

29 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 17 décembre 2007 09:40

    Ne nous plaignons pas la concurrence cela ne peut qu’apporter un plus sur un secteur qui tent à dicter sa pensée unique (Wiki) et ou les liens commerciaux sont quand même nombreux (sans le dire bien sûr !)

    Mais que fait la France dans cette course ???????? RIEN !


    • Traroth Traroth 17 décembre 2007 12:25

      A quoi faites-vous référence ? Pourriez-vous être plus spécifique ? Pensée unique ? Liens commerciaux ? Mais vous ne faites constamment que de la calomnie !


    • patapoum 17 décembre 2007 15:04

      Et vous vous faites quoi ? :)

      Question d’état d’esprit certainement... quand je vois que le forum de ce site (agora vox) me répond « A mail has just been sent », je me dis qu’il ne vient pas du coin non plus !


    • stephanemot stephanemot 17 décembre 2007 10:32

      je partage vos inquiétudes. knols n’est certainement pas une initiative en faveur de la connaissance :


      • elric 17 décembre 2007 10:40

        le fait qu’il y ai plusieurs encyclopédies en ligne est en soi une chose positive,cela permet de pouvoir recouper l’information,il vaut toujours mieux avoir plusieurs sources.Le fait que ce soit coogle qui le lance,c’est vrai cela peut être inquiétant,mais attendons.Quand à la france,dans le secteur du multimedia ,ce n’est pas la peine d’attendre quelque chose d’elle,car elle est larguée


        • Forest Ent Forest Ent 17 décembre 2007 11:34

          Ayant critiqué durement les articles précédents de l’auteur, je me dois de le féliciter pour celui-ci, qui correspond tout à fait à l’idée que je me fais d’un article AV : présentation claire du produit tel que présenté par le promoteur et analyse critique des avantages et inconvénients.

          Bravo. smiley


          • Traroth Traroth 17 décembre 2007 12:20

            La plus grosse différence par rapport à Wikipédia sera sans aucun doute la licence : le contenu de Wikipédia est placé sous licence GFDL, ce qui en fait la seule encyclopédie libre existent à ce jour. Connaissant Google, Knol sera simplement soumise au droit d’auteur, et donc inexploitable par qui que ce soit d’autre que Google.

            Et des encyclopédies non-libres, il y en a déjà quelques unes...


            • Isaac Abraham 17 décembre 2007 12:22

              Ce qui me plaît dans la stratégie d’affaires de la corporation Google ; c’est cette permanence dans l’usage d’un modèle économique en soubassement de ses innovations de service axé, je dirais même focalisé sur la nature, entre autres interactive, du service à rendre, en bref sur le fond des choses et non sur l’apparât, contrairement à d’autres mastondantes opératrices tout comme elle dans l’économie de l’immatériel et de la connaissance.


              • Traroth Traroth 17 décembre 2007 14:46

                C’est la première fois que Google se met en concurrence frontale avec le monde du Libre. Vu les liens que cette entreprise entretenait avec ce microcosme, je suis assez curieux de voir comment les choses vont évoluer, c’est à dire à quel endroit quelque chose va casser.


                • Martin Lucas Martin Lucas 17 décembre 2007 15:11

                  Knol ne poursuit clairement pas le même but. Là où Wikipédia fournit une information claire et modérée collectivement, Knol sert de plateforme de promotion individuelle aux contributeurs( au point qu’on a la photo de l’auteur à côté de l’article !).

                  On se demande quels articles vont être pondus, quand on sait que tout article est le résultat d’un travail de fourmi, qui s’appuie sur le travail de beaucoup d’autres, et qui se doit d’être objectif et indépendant. Le fait que vous cherchiez un emploi dans un grand labo ne va-t-il pas un tout petit peu influencer votre traitement d’un article sur des maladies infectieuses ?

                  Le fait de travailler dans une firme automobile ou pétrolière, ou chez EDF, ne va-t-il pas influencer celui d’un article sur la pollution ? Etc...

                  Le modèle fragile et collectif de wikipedia nous permet d’accéder à une relative indépendance dans l’écriture des articles, celui de google, sous couvert de poursuivre le même but, est entièrement basé sur la publicité (ce qui ne déroge pas à sa ligne).


                  • gnarf 17 décembre 2007 15:31

                    Knol presentera les articles sur un sujet par ordre de popuparite decroissante. Il est bien evident que ca ne fonctionnera pas sur les sujets controverses...impossible que cela concurrence Wikipedia en histoire par exemple. La verite n’a que faire de la popularite.

                    Knol, par son modele de fonctionnement, ne peut pas concurrencer Wikipedia, et les dirigeants de Google ne sont pas idiots.

                    Je crois que knol n’est pas destine a etre un concurrent de Wikipedia - ce serait voue a l’echec avec un tel modele. Ce sont les journalistes qui ont presente knol comme tel pour faire du sensationnel.

                    Je crois que knol va concerner des sujets bien plus anodins et quotidiens, tres concrets, par exemple comment faire un barbecue en briques, comment remplacer son chauffe-eau, que savoir pour monter un PC soi-meme, que verifier sur une voiture d’occasion. De la connaissance quotidienne et pratique...une encyclopedie du quotidien qui n’a pas vocation a etre gravee dans le marbre, mais a voir son contenu regulierement remplace avec les modes, equipements, styles de vie.

                    Sur ce genre de sujets, un classement des articles par ordre de popularite fonctionnerait parfaitement. Et ce genre d’encyclopedie n’existe pas, et Wikipedia n’est pas vraiment faite pour cela.


                    • Plum’ 17 décembre 2007 16:39

                      Pour être ce que l’on appelle « expert » dans quelques sujets très particuliers, j’ai déjà écrit dans Wikipédia et je n’écrirai en aucun cas dans Knol. La première raison est celle-ci :

                      « Knol veut mettre en valeur les compétences personnelles d’auteurs clairement identifiés alors que Wikipédia privilégie la communauté et son « intelligence collective ». »

                      Je n’ai rien à faire de l’ego d’un « expert », ma fierté est de participer à une « intelligence collective », à préciser certains points, à en corriger d’autres, à ajouter des éléments, à provoquer d’autres ajouts...

                      Et je préfère le libre au propriétaire, je préfère l’absence de pub à sa présence. Bref, je n’ai aucune raison d’hésiter...


                      • Marsupilami Marsupilami 17 décembre 2007 17:01

                        @ L’auteur

                        Article intéressant. Mais faut pas se faire trop d’illusions. Pour avoir été un contributeur de Wikipédia à ses tout débuts (ouaf, j’ai eu chaud), je peux témoigner du fait que, très vite, une chappe de plomb pseudo-« spécialiste » s’est rapidement abattue sur ce média, surtout en France. Quand on compare la liberté éditoriale du Wikipédia anglo-saxon à celle du Wikipédia francophone, y a pas photo. Donc wait and see en ce qui concerne le machin de Google.


                        • magicboss magicboss 17 décembre 2007 17:36

                          Bon ...

                          Vous le faites quand Ago ... ce dossier pour la présidence US 2008 ? ? ?

                          Zut on a de quoi dire les rédacteurs là-dessus ... ( ... j’attends que çà ...)

                          2 ème « Money Bomb » de Ron Paul ... le seul défenseur de la vraie démocratie !!!

                          4.2 mio, le 5 novembre

                          + de 6 mio le 16 novembre ....

                          TOTAL = + de 18 millions ...

                          Il serait temps que l’on puisse en parler ici ...

                          TOC ! TOC ! hoo hooo !!! TOC, TOC,à quand un dossier spécial élections US 2008 ? ? ?

                          Je l’ai demandé y plus de 6 mois ....

                          Et venez pas me dire que c’est pas important ....


                          • magicboss magicboss 17 décembre 2007 17:38

                            Autant pour moi le 16 décembre ... les 6 mios ...

                            TOC, TOC !!!


                          • Kobayachi Kobayachi 18 décembre 2007 02:00

                            On n’est jamais mieux servi que par sois même ! T’as qu’à l’écrire l’article sur Ron Paul et ses 6,04 millions récolter en 24 heures ! Y il a vraiment matière a écrire un très bon article, ne serais ce que sur sa stratégie économique, ou son absence dans les medias traditionnels, ou sa popularité sur internet, ou sa vision sur le rôle du gouvernement ou sur la politique étrangère...

                            A bonne entendeur...


                          • Vincent San Seb Vincent San Seb 17 décembre 2007 19:17

                            Je suis pour le fait d’avoir plusieurs source d’information, mais le problème c’est de donner une valeur financière à un savoir... que va t-on évaluer ? la manière d’ecrire ou l’information elle meme ? Cela dit ça ne représente plus grand chose de défendre Wikipedia, puisqu’ils ont abandonné depuis longtemps la vérification des articles écrits, donc on devra choisir le moins pire...


                            • drzz drzz 17 décembre 2007 20:12

                              Cool ! J’attends knol avec impatience !!

                              http://leblogdrzz.over-blog.com


                              • FrihD FrihD 17 décembre 2007 20:52

                                Quoi d’anormal ?

                                Les trois quarts des recherches sur Google ressorte une page Wikipedia dans la première page. Google le saît bien. Ils ont l’outil d’analyse parfait : savoir exactement ce que les gens recherchent, normal qu’ils réussissent tout ce qu’ils entreprennent. Sachant que Wikipedia ne souscrit pas à GoogleAdSense, il y a une aubaine à saisir pour le géant de la pub.

                                Je n’y vois pas une grande menace, à moins que Google se mette à volontairement filtrer les résultats Wikipédia, mais je ne crois pas que ce soit l’habitude de la maison, et ils se prendraient des procès anti-trust à tort et à travers.

                                A mon avis, plein de gens voudront laisser des articles sur Google car c’est une entreprise plutôt renommée et prestigieuse. Après, pour ce qui est de la qualité... mwai bof.

                                A votre avis, combien de trucs seront des copiers-collés de Wikipedia ? :D


                                • Sébastien Sébastien 17 décembre 2007 21:25

                                  Je trouve ca tres bien d’avoir un peu de concurrence. Et les positionnements sont totalement opposes. Alors je vois ca plutot d’un bon oeil et je me la creation de l’un ne menera pas forcement a la disparition de l’autre.

                                  Et faisant beaucoup de recherches sur internet, je recoupe de toutes facons mes recherches alors comme ca j’aurai une reference de plus.

                                  Le seul point qui m’inquiete est le fait que l’auteur est seul maitre a bord. Je trouve que Wikipedia est etonnant d’objectivite sur des sujets polemiques. J’attends de voir comment seront gerees les controverses sur certains sujets chauds.


                                  • Yannick Harrel Yannick Harrel 18 décembre 2007 02:07

                                    Bonjour,

                                    Hum, personnellement je suis sceptique sur ce concept de Google qui essaie, frontalement, de phagocyter Wikipédia, surtout la carotte (les revenus de publicités). Toutefois, on s’éloigne du concept 2.0 propre à Wikipédia et je ne suis pas sûr que le système tienne longtemps la mesure, même en y injectant des fonds substantiels. Bien qu’imparfait, le système Wikipédia tente du mieux possible d’obtenir une certaine neutralité. Or lorsqu’un expert parle, ce dernier n’est pas toujours, loin s’en faut, éloigné du subjectivisme quant au sujet traité.

                                    D’un point de vue juridique, ça serait intéressant de savoir le régime de responsabilité des auteurs qui ne pourront cette fois, en pure logique mais nous attendrons les premières décisions, se retrancher derrière le prestataire de service.

                                    Cordialement


                                  • Traroth Traroth 17 décembre 2007 22:04

                                    Là où Wikipédia promeut la collaboration, avec des articles écrits collectivement, Knol va pousser à la mise en concurrence des contributeurs. La logique est à l’opposé de Wikipédia, en fait.


                                    • Kobayachi Kobayachi 17 décembre 2007 23:09

                                      Google est un « pirate ». Ils essayent de pirater les services qui existent déjà en essayant de faire mieux grâce a leur infrastructure et leur savoir faire. Peu à peu notre société change et de plus en plus de transactions se font « online ». Que ce soit pour les infos, la tv ou nos achats, google cherche à s’imposer dans le monde du service online. Comme tout bon investisseur vous le dira, le succès se trouve souvent dans la diversité des investissements, c’est pourquoi google essaye de s’imposer d’embler dans le plus de secteurs possible et aussi divers que possible. C’est une stratégie qui s’est montré payante jusqu’a maintenant (Si seulement j’avais acheté des actions Google il y a 3 ans smiley, ca reste tjs une valeur sure).


                                      • FrihD FrihD 17 décembre 2007 23:16

                                        Laisse-moi deviner : tu les auraient revendues il y a deux et te serais encore plus mordu les doigts.


                                      • ben ben 18 décembre 2007 08:30

                                        Vous dites : « On peut se demander si « information et publicité sont compatibles ». »

                                        Pourtant la plupart des sites et journaux d’information contiennent de la pub, comme celui là même sur lequel vous publiez votre article...


                                        • Henri ROJAS 18 décembre 2007 09:12

                                          La réponse à cette question n’est pas forcémment non, à partir du moment ou en sépare bien les deux... Cordialement.


                                        • Jean-P. 20 décembre 2007 16:14

                                          Observatoire de Wikipédia : http://wikipedia.un.mythe.over-blog.com


                                          • Jean-P. 20 décembre 2007 16:32

                                            Wikipédia : qui l’a lancé ? Jimmy Wales, 34 ans, mène une vie trépidante de courtier en Bourse et de patron du site Bomis.com, moteur de recherche qui héberge des contenus de divertissement, dont des photos érotiques. Mais il a envie de créer l’encyclopédie du nouveau millénaire, sur Internet ... En 2002, Nupedia est abandonnée au profit de Wikipedia, que Jimmy Wales qualifie fièrement de « bazar absolu »...

                                            http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-651865,36-851178,0.html

                                            Wikipédia : qui gère les dons ?

                                            http://www.informaticien.be/news_item-4133-La_COO_de_Wikimedia_etait_une_criminelle_en_puissance.html

                                            Wikipédia, ni coupable ni responsable ? ...« Le juge a estimé que, puisque la fondation Wikimédia n’exerce aucun contrôle sur le contenu des articles, elle n’a pas à supporter une responsabilité de type éditorial » , explique Lionel Thoumyre, directeur de la revue en ligne spécialisée Juriscom.net...

                                            http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-651865,36-973824@51-974025,0.html

                                            Wikipedia en butte à une nouvelle affaire de calomnie

                                            http://www.vnunet.fr/fr/news/2007/11/28/wikipedia_en_butte_a_une_nouvelle_a ffaire_de_calomnie


                                          • Jean-P. 21 décembre 2007 03:12

                                            Pour une wikipédia responsable

                                            La LCEN distingue trois statuts : les fournisseurs d’accès à l’internet (comme par exemple wanadoo), les hébergeurs (qui sont propriétaires du ou des serveurs où sont stockées les données et qui ne sont pas tenu de vérifier le contenu de ces données, sauf s’ils sont mis en demeure de le faire) et les éditeurs de site (les blogueurs sont par exemple responsables de tous les commentaires postés sur leur blog. Les éditeurs sont : « des personnes qui éditent un service de communication au public en ligne »). A chaque statut correspond des responsabilités spécifiques. Et on peut être à la fois hébergeur et éditeur (Voir Arrêt du 7 juin 2006 de la Cour d’appel de Paris a ce sujet) et donc avoir à la fois les responsabilités des deux statuts.

                                            La fondation Wikimédia est-elle uniquement un hébergeur ? Sa responsabilité se limite-elle à héberger matériellement wikipédia sur ses serveurs ? Sa responsabilité est elle uniquement engagée quand elle est mise en demeure par une victime de retirer du site wikipédia un contenu ne respectant pas, par exemple, la vie privée (responsabilité civile) ou un contenu diffamatoire (responsabilité pénale) ? Du fait des pouvoirs qui leur sont conférés par la fondation wikimédia et dont ils abusent largement (possibilité de blocages des internautes, modification ou suppression de contenus, etc.), les « administrateurs » de wikipédia sont clairement des éditeurs de contenu et sont donc responsables de l’intégralité de ce qui est publié sur le site wikipédia.

                                            Si la fondation wikimédia était uniquement un hébergeur, elle n’interviendrait pas en confiant des pouvoirs de modération à ses administrateurs-éditeurs pour faire respecter une ligne éditoriale. Donc, soit les administrateurs-éditeurs disparaissent et alors wikimédia est uniquement un hébergeur, soit il est clairement reconnu que des responsabilités éditoriales sont confiées aux administrateurs et alors ils sont responsables de l’intégralité du contenu du site. On ne peut pas à la fois jouer au cyber-éditeur-flic et ne pas assumer ses responsabilités de cyber-éditeur-flic. Wikimédia et ses collaborateurs-administrateurs est éditeur d’un service de communication publique en ligne. La loi de la presse de 1881 doit s’appliquer. Pour le moment, il n’y pas encore eu de jugement sur le fond à propos de ces responsabilités civiles et pénales mais uniquement des jugements dans le cadre de procédures en référé. Ces administrateurs-éditeurs (ainsi que la fondation wikimédia qui leur confère des pouvoirs d’édition) sont responsables de l’intégralité des atteintes à la vie privée et des propos diffamatoires publiés sur le site wikipédia. En fait, à l’heure actuelle, ils n’ont pas conscience de ces responsabilités (si c’était le cas la majorité d’entre-eux auraient abandonné depuis longtemps leurs mission d’« administrateur ») mais cela va faire très mal quand une plainte va être déposée en bonne et due forme (ce qui n’a pas été le cas avec la plainte relative à la diffusion sur wikipédia d’informations concernant les orientation sexuelles de trois personnes).

                                            La stratégie de la fondation wikipédia et des administrateurs qui travaillent pour elle est à l’heure actuelle particulièrement confuse : ils cherchent à se faire passer pour de simples hébergeurs pour se dégager des responsabilités d’éditeurs ceci alors qu’ils ont clairement comme projet de construire une « encyclopédie », donc de partager publiquement du contenu. Encore plus confus, les administrateurs peuvent actuellement aussi intervenir comme de simples contributeurs (et donc publier du contenu), mais avec leur pseudo d’administrateur...La confusion (volontaire) est totale.

                                            Quelles sont les issues pour l’équipe éditoriale wikipédia ? Comment devenir (enfin !) responsable et donc pouvoir s’inscrire dans une perspective culturelle et éducative ? :

                                            > Une possibilité est de modèrer les contributions anonymes, c’est à dire de ne les publier uniquement qu’après validation et contrôle du contenu par des personnes non anonymes et compétentes. Si l’objectif réel de fondateurs de wikipédia était de diffuser des informations sûres dans un objectif éducatif, cela fait longtemps qu’ils auraient mis en place ce système. Le système actuel contribue à la gonflette culturelle ; ce qui est recherché c’est le quantitatif (nombre d’articles, nombre de contributeurs, etc.), pas le qualitatif.

                                            > Une autre possibilité est le système qui va être mis en place par Google avec Knol : les contributeurs seront clairement identifiés (et donc directement responsables de leurs actes) et Google qui aura le statut d’éditeur compte-tenu des publicités qui seront placées sur les pages. Les auteurs étant identifiés, leurs noms, prénom, métier étant disponibles au lecteur, ce dernier a donc la possibilité d’évaluer la crédibilité de l’article en question et d’autre part de porter plainte contre l’auteur s’il pense que cela est justifié. Internet n’est pas une zone de non-droit.

                                            Dans la cadre d’une Ordonnance de référé du Tribunal de Grande Instance de Paris du 22 juin 2007, le site Myspace a été considéré comme un éditeur de contenu, notamment car les responsables de myspace imposent une structure de présentation par cadres et placent des publicités, deux éléments qui sont, chacun séparément, la manifestation d’une activité éditoriale. L’activité éditoriale concernant wikipédia est encore plus largement manifeste. Précisons que le fonctionnement actuel de wikipédia conduit à une situation d’impasse au niveau financements : l’ajout de publicité sur les pages du site wikipédia conduirait ipso facto à considèrer wikimédia comme un éditeur de contenu (voir la jurisprudence en la matière). Sinon, ne nous méprenons pas, ils l’auraient fait depuis longtemps. Le statut d’éditeur implique des responsabilités que les responsables actuels de wikipédia ne veulent pas assumer.

                                            Compte-tenu de l’importance de wikipédia au niveau audience, notamment chez les jeunes, il convient de forcer les responsables de Wikipédia à assumer leurs responsabilités. C’est un devoir pour toute ceux pour qui la protection de la personne (vie privée etc.) n’est pas une option mais une obligation. C’est également un devoir pour tous ceux qui souhaitent que soient diffusées à destination des jeunes des informations de qualité, c’est à dire des informations fiables et validées par des personnes compétentes, responsables et donc non anonymes.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès