Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Vendre France Télévision Publicité est une faute professionnelle (...)

Vendre France Télévision Publicité est une faute professionnelle impardonnable !

On voit fleurir dans la presse, depuis quelques jours seulement, une multitude de point de vue sur la vente de France Télévision Publicité à tel ou tel. Que ce soit Courbit ou un autre qui remporte l’affaire, c’est de toute façon une catastrophe pour le groupe public pourquoi ?

Au premier abord, on peut penser que l’opération imaginée semble-t-il de bout en bout par Alain Minc est une opération de salubrité financière et économique : on se sépare d’un actif inutile compte vu la suppression de la publicité sur la télévision publique.

Mais, c’est une tradition bien ancrée dans la tête de nos énarques en général et de ceux qui fréquentent le ministère des finances et celui de la culture en particulier que de penser la télévision en 2010 comme celle qui nourrit d’images le poste familial.

Un avis qui est partagé – ceux qui lisent ce blog le savent – par Carolis et son équipe de visionnaires.

Malheureusement, si l’on s’en réfère à la BBC comme à une sorte d’étalon, on se rend vite compte que faire de la télévision au 21° siècle, c’est animer tout un secteur économique qui va de l’écran de télévision -c’est vrai- à l’ordinateur en passant par les écrans mobiles. On sait d’ailleurs que la consommation d’écrans des adolescents rend le modèle paternel caduque !

France Télévision a toujours été extrêmement frileuse sur tout ce qui ne concerne pas son cœur de métier historiqua : la télévision de papa ! Elle frise l’immobilisme dans ce domaine.
Au-delà des terrains connus, les dirigeants successifs de cette entreprise publique n’ont semble-t-il pas encore trouvé de boussole leur permettant de s’aventurer en terrain inconnu.

Minc et Courbit sont plus malins. Les acheteurs potentiels de France Télévisions Publicité le disent très franchement dans les colonnes du Figaro de samedi « c’est notre ambition dans l’industrie numérique qui fait que nous sommes de bons repreneurs » répètent-ils en substance.
Nous sommes d’accord.

Carolis, le vendeur, devra maintenant nous expliquer comment il trouvera la capacité financière de développer l’ensemble du secteur au Web et aux écrans mobiles sans l’apport de la publicité ! Bruxelles a clairement fait savoir que l’argent public ne pouvait pas être destiné à la diversification des télévisions publiques européennes !
A-t-il obtenu de la Commission européenne les moyens de détourner la règle ?
A-t-il obtenu du Président de la République qu’une partie du Grand Emprunt aille couler dans ses caisses pour cette révolution ?
Qui veut jouer au plus malin ?

Si j’évoque ce passage de France Télévisions au numérique, c’est tout simplement parce que Carolis vient d’affirmer aux « journalistes » qu’ils vont devoir se mettre au multisupports en abandonnant les avantages de la convention collective : cher payé pour un projet encore hypothétique et qu’il n’a pas été capable de produire !
Vœux pieux sans doute également puisque rien n’a été fait à France Télévision dans ce domaine depuis sa prise de fonction.
On ne peut pas mettre la charrue avant les bœufs : la mutation de 3000 journalistes n’est pas à quelque chose qui peut se financer avec la vente des seuls produits dérivés dont les producteurs privés se sont d’ailleurs réservés la meilleure part depuis le passage de la commission Cope.

Cet investissement dans la modernisation à marche forcée de la télévision publique -s’il se réalise un jour- est un investissement qui va coûter cher et qui ne peut pas compte tenu de son issue être financé par la redevance compte tenu des positions de la Commission.
Je me permets de reposer la question : une partie du grand emprunt est elle destinée à cette mutation ? A ma connaissance, non !

Et pourtant, il est vrai que France Télévisions ouverte à toutes les formes des TIC pourrait être un formidable moteur de développement pour l’ensemble du secteur !

Au niveau européen, en tenant compte des leçons d’un passé récent, chacun sait que la Commission a entendu les récriminations des patrons de la télévision privée qui veulent faire de l’Internet associé une de leurs chasses gardées. En Europe, il y a donc deux écoles :
celle de la BBC qui continue brillamment à s’imposer sur tous les supports,
celle des télévisions allemandes publiques qui, sous la pression des éditeurs de journaux notamment, ont renoncé à développer ce secteur.

Dans quelle direction va l’hexagone ?

Avant de vendre France Télévision Publicité à Minc et à Courbit, il serait peut-être souhaitable de savoir quelle est exactement la position de Paris dans ce domaine.

Au cas où l’on pencherait pour une solution à la BBC qui développerait autant d’emplois directs que d’emplois induits, il y aura inévitablement un nouveau débat -sans doute alimenté par TF1 et M6 comme d’habitude- avec un arbitrage au plus haut niveau.

On peut rêver, sans trop y croire, que NKM va nous dire ce qu’elle pense sur ce dossier.
On peut rêver, sans trop y croire, que Frédéric Mitterrand à d’autres idées sur le développement numérique que celles, liberticides, qui prévalent d’habitude dans ses interventions.
On peut rêver également, sans trop y croire, que le Président va de son côté reprendre la main sur un dossier dont on voit, à l’évidence, tous les jours, qu’il n’a pas été suffisamment préparé.

Bref, il faudrait que dans le passage à l’industrie numérique, les dirigeants fassent preuve d’une politique volontariste qui laisse la place à un autre dessein que celui des stricts intérêts privés de certains des amis du pouvoir.

Je le disais : c’est du domaine du rêve ! 
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 9 février 2010 12:15

    ils peuvent aussi vendre les chaines
    y aurait plus de redevance tele


    • Laury 9 février 2010 15:43

      Hé non foufouille pas les chaines et la propagande Sarko avec ses journal-eus aux ordres non pas possible mais ce qui est sur s’est que cette affaire ce présente comme une usine qui vend ses machines et qui voudrais que l’ont aides massivement pour ne pas mourir ???


      • Vilain petit canard Vilain petit canard 9 février 2010 17:37

        Mais non, personne n’a rien compris, il s’agit tout bêtement de faire un cadeau à un pote (Courbis), et puis voilà. Si on y voit de la stratégie, c’est une illusion d’optique.


        • Goldored 9 février 2010 21:00

          Vive la pub ! Qu’on nous lave le cerveau !
          La culture, ça fait mal à la tête !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès