Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Vers un nouveau révisionnisme ?

Vers un nouveau révisionnisme ?

En congédiant Aymeric Chauprade, Hervé Morin, ministre de la Défense, aurait-il instauré un délit de révisionnisme à l’encontre des théories alternatives sur les attentats du 11 septembre ?
Aymeric Chauprade, géopoliticien renommé chargé de cours au collège interarmées de défense, vient d’être débarqué par le ministre de la défense suite à un article du Point qui l’accuse de « déformer l’histoire du 11 septembre » dans son récent ouvrage consacré au choc des civilisations.
Le motif invoqué pour la sanction met en évidence une prise de position très claire du ministre de la défense à l’encontre des théories alternatives sur les attentats du 11 septembre 2001. Le ministre parle notamment de « relents inacceptables » s’agissant de la thèse d’un « complot israélo-américain imaginaire visant à la conquête du monde ».
Il est cependant troublant de constater, à la lecture de son chapitre, que Chauprade ne fait qu’exposer l’existence de théories alternatives réfutant l’histoire officielle du 11 septembre et généralement qualifiées de conspirationnistes. Il n’apparaît nulle part qu’il les cautionne, gardant à l’évidence une distance à leur égard.
 
L’anathème révisionniste
Ce qui paraît très étonnant, c’est cet usage très ciblé de termes habituellement réservés aux affaires de négationnisme et d’antisémitisme. On se souvient que Thierry Meyssan avait déjà été taxé de révisionniste lors de la sortie de son ouvrage « L’effroyable imposture » relatif au 11 septembre. Est-ce à dire que désormais, tout ce qui touche aux attentats du 11 septembre relève d’un registre historiographique assimilable à celui de la Shoah ? Une telle instrumentalisation paraît non seulement déplacée, eu égard à la mémoire collective, mais politiquement périlleuse.
 
Israël définitivement intouchable ?
N’est-il pas étonnant qu’on puisse admettre des centaines de complots plus ou moins fantaisistes pourvu qu’ils ne touchent pas Israël ? D’une manière générale, toute hypothèse ou jugement, aussi délirants soient-ils, mettant en cause les Israéliens, à tort ou à raison, doivent-ils être qualifiés d’antisémites ? N’est-il pas tout aussi antisémite de faire porter aux Arabes la responsabilité du 11 septembre ? Un complot en valant un autre, selon le point de vue géopolitique adopté, il est à craindre que ce genre d’instrumentalisation plombe sérieusement toute tentative d’analyse, et Chauprade semble en faire aujourd’hui les frais.
 
Un phénomène sociétal mondialisé
La question se pose : Chauprade devait-il ou non évoquer ces théories alternatives ? La réponse semble s’imposer d’elle-même : si l’on tape « 9/11 » sur Google.fr, il en résulte 133 millions de pages (contre 153 millions sur Google.uk) dont la grande majorité appartiennent à des sites réfutant l’histoire telle qu’elle est officiellement admise par les pouvoirs politiques, les médias et l’opinion publique. Il s’agit par conséquent d’un phénomène non négligeable, de dimension mondiale, à travers lequel s’expriment des millions de personnes plus ou moins bien intentionnées et qui influencent des millions d’internautes, jeunes et moins jeunes, de manière durable et avec des conséquences sociétales difficiles à évaluer.
Ainsi Chauprade évoque un phénomène à caractère géopolitique qui va s’amplifiant sur Internet et qu’il serait stupide d’ignorer, alors même qu’il peut avoir une influence directe sur l’analyse du choc des civilisations, qui est le thème de son ouvrage.
 
Or n’est-ce pas le rôle d’un chercheur en sciences humaines et sociales que d’observer ce genre de réalités ? Et ne serait-ce pas celui des journalistes que de s’en préoccuper ? On peut ainsi légitimement se demander pourquoi si peu d’entre eux s’intéressent au phénomène, en dehors d’Eric Laurent au demeurant peu contesté par ses pairs, et d’un improbable mais courageux article dans le Nouvel Obs.
 
Le retour du grand inquisiteur ?
Finalement cette affaire soulève bien des questions : Chauprade porte-t-il atteinte au renom de l’institution militaire en déclarant qu’il ne peut se prononcer sur la « thèse officielle » ? Jean Guisnel peut-il légitimement condamner Chauprade pour l’usage de ce terme, lequel se réfère au rapport de la commission américaine sur les attentats du 11 septembre ? Aux yeux de Guisnel, ce terme signe t-il l’aveu d’une croyance hérétique en d’autres vérités (interdites), et fait-il de Chauprade le suppôt des conspirationnistes ? Pour Hervé Morin, la « thèse officielle » est-elle raison d’Etat ? Les néoconservateurs américains, Bush, Runsfeld et consors sont-il à ce point dignes de confiance qu’un rapport suffise à entériner l’Histoire ? Quid de la liberté de l’information, et de l’indépendance des chercheurs ?
 
Des questions sans réponses
N’importe quel analyste, journaliste ou scientifique intellectuellement honnête et indépendant peut hésiter à se prononcer sur cette « thèse officielle ». Les raisons et arguments ne manquent pas, si ce n’est l’absence de preuves formelles ou « les mensonges et les silences » que dénoncent Eric Laurent lequel pose de sérieuses questions sans pouvoir y répondre.
Ce n’est donc pas en jetant l’anathème ou en feignant d’ignorer ce phénomène, que ministres et journalistes « bien pensants » empêcheront la rumeur d’enfler, bien au contraire. On s’étonne même qu’un professionnel comme Jean Guisnel, qui accuse Chauprade de partialité, puisse être aussi complaisant à l’égard des conclusions de l’enquête soit disant scientifique de l’Institut officiel de normalisation américain, lesquelles reposent essentiellement sur des avis d’experts et des simulations informatiques. L’abus du terme scientifique relève ici du faux argument d’autorité. Si on ajoute à cela les mots piégés (relents), la diabolisation, les amalgames, l’insinuation, Jean Guisnel est pris en flagrant délit de propagande, et son article ressemble à s’y méprendre à une opération de déstabilisation.
 
« La vérité est ailleurs » (X-Files)
Les vérités officielles permettent généralement de contrôler les opinions publiques en attendant que le temps long de l’Histoire fasse son oeuvre. On peut d’ailleurs comprendre que l’intérêt supérieur des états consiste à adopter ce principe de raison suffisante, au nom de la paix sociale et de la sécurité. N’est-ce pas le rôle de la diplomatie que d’accommoder les mensonges et les silences au profit de la stabilité géopolitique ?
Mais c’est compter sans Internet, sans la société et ses autoroutes de l’information, sans l’intelligence et l’éducation collective de millions de personnes qui peuvent aujourd’hui exercer leur compétences aussi bien au travail que durant leurs loisirs. Grâce à Internet, l’expertise n’a ni horaires ni frontières et de fait, une expertise en valant une autre, nul ne s’étonnera que les peuples puissent être de plus en plus réticents à digérer à la demande toutes les « thèses officielles ».
 
L’inéluctable conclusion
En définitive, le « crime » de Chauprade n’est-il pas d’avoir ouvert une boite de Pandore ? De fait, sur l’affaire du 11 septembre, on n’échappera pas, sous peine de voir grossir encore les rangs des conspirationnistes de tous poils, à la création d’une commission d’enquête indépendante. Composée de chercheurs, journalistes et experts, sa mission sera non pas d’établir une vérité improbable, mais de statuer sur la capacité d’Internet à informer ou désinformer l’opinion au regard des éléments factuels disponibles tant du côté de la thèse officielle, que de celui des thèses alternatives ou dites conspirationnistes. Nul chercheur, expert ou journaliste honnête, quelle que soit son opinion sur la question, ne pourra réfuter une telle démarche, à commencer par Jean Guisnel et Aymeric Chauprade. L’enjeu est considérable, à commencer par l’éducation de nos enfants. 

Moyenne des avis sur cet article :  4.54/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • Winael 21 février 2009 20:59

    On a tendance, notament en France, de taxer de révisionisme toute personne qui remet en cause la thèse officielle des attentats du World Trade Center. Pourtant à ce jour il n’y a toujours pas eu de Tribunal pour enteriner une version ou une autre. Pire il n’y a pas encore eu de véritable enquête et le rapport de la comission amériacaine est contesté par le président de cette même comission.
    Remettre en cause la thèse officielle du 11/09 n’est pas faire du revisionisme mais simplement chercher la vérité


    • Kim Kim 21 février 2009 21:02

      "Est-ce à dire que désormais, tout ce qui touche aux attentats du 11 septembre relève d’un registre historiographique assimilable à celui de la Shoah ? Une telle instrumentalisation paraît non seulement déplacée, eu égard à la mémoire collective, mais politiquement périlleuse."

      Parfaitement, et c’est justement là que le bât blesse parceque la dialectique utilisée pour deux évènement apparement totalement indépendants ne peut que surprendre et devrait mettre la puce à l’oreille de toute personne doté d’un minimum de questionnement. Quel lien, quelle logique y a-t-il donc pour que les mêmes anathèmes soient employés avec force ? Les intégristes musulmans ou les arabes en général...non, les nazis ou les européens dans leur ensemble...non plus, les juifs...probablement. C’est effectivement le seul lien commun et très vraissemblablement la seule raison pour expliquer un tel tabou sur tout ce qui pourrait remettre en question la thèse officielle du 9/11.


      • John Nada John Nada 24 février 2009 12:58

        Oui ton raisonnement est valable mais ne commet pas une grossière erreur : ce ne sont pas "les Juifs" qui sont responsables des attentats, pas plus que "les Musumans". Il y de multiples preuves très solides et vérifiables au travers de différents documents et témoignages, et au travers du profil de tous les protagonistes du 9/11, qui démontrent que ce sont bien des ultra sionistes néoconservateurs Américains et Israëliens qui ont organisé les attentats du 9/11, et qui ont fabriqués les preuves bidons contre "les kamikazes islamistes dirigés depuis la grotte de Bora Bora".

        Il s’agit ici d’une élite sioniste colonialiste et raciste, de profiteurs de guerres, et non de l’immense majorité des Juifs, ni mêmes des Israëliens, qui évidemment ne sont ni complices ni même conscients des vrais criminels.

        Lorsque tu confonds cette élite aussi puissante que minuscule en nombre avec "les Juifs" dans leur ensemble, tu ne peux pas leur faire plus plaisir, car leur stratégie consiste justement à se planquer derrière la religion pour faire échec à toute enquête à leur sujet, comme étant de l’anti-sémistime.

        Pour en revenir à Aymeric Chauprade, il est clair qu’il s’agit de faire un exemple pour dissuader toute personne travaillant directement ou indirectement pour l’Etat : la censure du 9/11 est totale, il est interdit ne serait-ce que d’évoquer l’existence de contestaires sous peine de limogeage.

        Conclusion : avec le régime néocon-sarkoziste, nous sommes bien passés à un système centralisé de censure intégrale de l’ensemble des médias - hors internet pour l’instant, aussi répressif et largement supérieur en efficacité à la censure sovitéque.


      • Emmanuel Aguéra LeManu 21 février 2009 21:43

        Chaque fois que l’on essaye d’enterrer le contrepoint d’une thèse officiellement reconnue (peu importe la thèse et son contraire, seul importe le processus), une retour de bâton se produit. Dieudo l’a démontré à dessein, ce que peu ont compris. L’antithèse révisionniste ne naît que d’une faille dans le traitement officiel de l’info. La faille de Bush sur le 9/11 : l’empilage de mensonges finalement contradictoires. La faille sur la Shoah : avoir muselé les remises en question. C’est comme bombarder Gaza : dix nouveaux candidats au suicide par victime bombardée
        L’état qui se mêle d’hitoire, c’est comme l’état qui se mêle de religion... C’est jamais bon et ça finit en général mal.


        • MarcoH 21 février 2009 23:35

          Merci Hervé Morin qui par sa sottise va obtenir l’exact opposé de ce qu’il cherche. On va parler de plus en plus du 11 septembre !

          des thèses qui circulent, la plus idiote, la plus incohérente, c’est celle que nous a servi le gouvernement Bush. Mr Chauprade ne pouvait pas ne pas le remarquer.

          souhaitons beaucoup de courage à Americ Chauprade ! que ne va t’on pas lui reprocher, quelles pressions va til subir ? l’enjeu est énorme : faire éclater ou pas un des plus gros bidonnage de tous les temps !

          MarcoH



          • ddacoudre ddacoudre 22 février 2009 10:16

            bonjour luc

            excellente analyse de l’ensemble de la situation, et ton analyse ne prévaut pas ue dans l’événement ciblé comme tu le soulignes. ce phénomène de perversité c’est amplifié par la disonibilité des technologies de l’information, dont j’indique dans un article sur un autre sujet (les risques de la grève du 19) que les Etats unis avec Bush on atteint les sommets dans l’art du mensonge avec la deuxième guerre d’Irak, et que cela est inadmissible quand l’on veut être l’exemple du monde.

            cordialement.


            • E-fred E-fred 22 février 2009 10:22

              Encore un bon article sur le sujet qui est toujour aussi passionnant, car il fait réellement la part belle au "citoyen journaliste" !

              Ils mentent et il faudrait être clément envers ceux qui mentent ? Ces nababs...
              http://www.youtube.com/watch?v=v1FTmuhynaw

              McGovern, initialement en ville pour un autre événement, avait été encouragé à venir assister au discours par les organisateurs des protestations et à ajouter de la sorte une autre voix à l’action prévue ce jour-là. Cadre supérieur de la CIA durant 27 ans, McGovern n’allait pas mâcher ses mots dans ses critiques à l’égard des menées bellicistes de l’administration Bush, prétendant que cette dernière avait ignoré les renseignements de la CIA et avait fabriqué de toutes pièces les prétextes de l’invasion. McGovern déclara que ce qui l’avait incité à poser ses questions, c’étaient les interruptions de la part du public et le refus de Rumsfeld de reconnaître la vérité.

              Selon la membre de l’IAC, madame Tatum, le discours de Rumsfeld fut « la seule fois où le public eut l’occasion d’en arriver à quelque chose à Atlanta avec un gros ponte de Bush. Habituellement, ça ne marche que sur invitation, avec un public trié sur le volet afin d’être sûr que l’on ne posera pas de véritables questions. Aussitôt que nous avons eu vent de cette conférence, nous nous sommes procuré des billets d’entrée. »

              L’ancien analyste de la CIA, Ray McGovern, cuisina Rumsfeld sur ses déclarations d’avant la guerre à propos de l’existence d’ADM en Irak. Lorsque le chef du Pentagone nia avoir fait ces remarques, McGovern cita ses propos exacts et en donna la date et le lieu. Cet échange révélateur se poursuivit durant plusieurs minutes au cours desquelles Rumsfeld devint de plus en plus inconsistant et incohérent dans ses réponses.



              Allons-nous pouvoir faire une même interview en France ? Je ne pense pas.


              • Kim Kim 22 février 2009 14:17

                 
                Très rapidemant après l’attaque du 9/11 sur le Pentagone Rumsfeld déclarait qu’un "missile" venait de le frapper avant de se désavouer plus tard et d’annoncer qu’il s’agissait d’un boeing d’Ameriacan Airline. Le Révisionnisme du 9/11 venait de commencer.
                A ce sujet Monsieur Morin devrait pouvoir nous expliquer comment un boeing peut passer par un trou de 2,50m sans que les ailes et les turbos ne laissent de traces sur la facade (entre autres).


                • bluerider bluerider 22 février 2009 19:33

                  tu peux préciser lieu/date /heure/circonstances de Rumsfeld... il y a eu ce lapsus archi diffusé sur le net en video, certes, mais une déclaration publique... ?


                • Echo Echo 23 février 2009 00:54

                  On peut trouver tous les renseignements ici :

                  desordresmondiaux.site.voila.fr/Donald.htm

                  Un exemple entre mille. Cette page a l’avantage d’offrir la transcription originale et une traduction francaise.


                • la fee viviane 22 février 2009 15:47

                  faire du révisionisme c’est nier les faits, hors personne ne nie le fait que les tours jumelles aient été détruites, ce que l’on cherche c’est par qui ? Comment ? soit la vérité !! on est ok là dessus. Les premières questions ou doutes sur la version officielle ont été exprimés par les témoins des drames, les gens qui, souvent avec un portable ont fait les petits films qui posent les questions auxquelles nous n’avons toujours aucune réponse huit ans après. Il faut comparer ce qui comparable, la shoah n’a pas a entrer en ligne de compte avec le 11/9 oû alors, le piège est trip gros, le piège de l’alibi américain sur l’Iret alors, les questions deviendraient vraiment génantes, non ?.


                  • miwari miwari 22 février 2009 18:43

                    Méfiez vous l’auteur, révisionniste=antisémite est là avec votre article vous êtes en plein dedans et vous savez ce qui arrive a ceux qui sont frappés du sceau de l’infamie c’est une mise a l’écart et la déchéance civile, vous êtes averti smiley


                    • Kim Kim 23 février 2009 06:17

                       Ca rappelle l’histoire du gars qui racontait la blague d’un éléphant qui parlait à travers sa trompe mais dans la salle il y avait quelqu’un affecté d’une fente labiale qui lorsque le conteur eut fini lui dit : "é vous drouver ça graule".


                    • Nico Nico 23 février 2009 10:42

                      Ca sent la guerre qui approche ....

                      Mais detendons l’atmosphére :

                      Suis sûr qu’avec un peu de pédagogie pour le petit peuple idiot que nous sommes tous, Mister Sarko et ses pots grands financiers ricains devraient nous faire croire au pére Noël ...

                      Attention ... je vois déjà dans la salle des negationnistes antisémites et revisionnistes qui mettraient en doute l’existence du pére Noël...mefiez vous...car deja les journalistes sont là pour vous refouller...



                      • Anne 23 février 2009 15:40

                        De part ses responsabilités en tant qu’enseignant au CID, il est honteux qu’Aymeric Chauprade laisse penser que les attentats du 11 septembre soient le fruit d’un complot américano-sioniste. Il est de notoriété public que M. Chauprade n’en est pas à son coup d’essai... Aux journalistes de fouiller et de mettre en lumière ses relations avec l’extrême droite...
                        Par ailleurs, pourquoi montrer du doigt Hervé Morin ?
                        Défenseur des libertés, Hervé Morin a été le premier à s’être élevé haut et fort contre le fichier Edwige ! Il a également dénoncé les agissements de Dieudonné ou encore le passe Navigo ! Hervé Morin censeur ? A d’autres !


                        • vasionensis 23 février 2009 19:29

                           Il n’y a pas de ’nouveau révisionnisme’.
                           Le révisionnisme est l’attitude intellectuelle de refus des ’vérités officielles’ quel qu’en soit l’objet. Il est difficile d’imaginer qu’un historien ne s’en fasse pas un devoir.
                           C’est la raison pour laquelle les historiens, journalistes et autres penseurs aplatis ont forgé le terme ’négationnisme’ pour priver les révisionnistes de la Seconde guerre mondiale d’une étiquette dont ils comptent bien être les bénéficiaires exclusifs et les dispensateurs officiels.
                           En 2001, il a fallu reprendre le procédé : les révisionnistes du 11septembre sont, eux, des ’conspirationnistes’.
                           C’est ainsi que nous avons découvert qu’il y a deux sortes de conspirations : celles qui sont dénoncées - à l’éventuel mépris des faits - par le personnel auto-accrédité qui n’est pas ’conspirationniste’ pour deux sous, et celles qui ne sont que des hypothèses - compatibles, horreur ! avec les faits - émises par des gens qui ont le culot supplémentaire de réclamer des enquêtes sérieuses.
                           Il n’y a - voir plus haut - qu’un révisionnisme. On serait tenté de croire qu’il n’y a également qu’un anti-révisionnisme, tant la parenté des invectives adressées aux révisionnistes dans les deux cas évoqués est flagrante. En revanche, personne à ma connaissance n’a été inquiété , par exemple, pour avoir douté dès leur annonce des 30000 victimes de Ceaucescu à Timisoara. Mais peut-être qu’une partie prenante aux deux précédentes vérités officielles n’était pas intéressée à la troisième.
                           Allez savoir ...
                           


                          • Senatus populusque (Courouve) Courouve 24 février 2009 14:20

                            Il semble que l’on ait affaire à une mutation intellectuelle de notre société, mutation corrélative du politiqument correct. Le débat contradictoire n’est plus possible, des opinions de plus en plus nombreuses sont criminalisées.

                            Curieusement, les religions sont épargnées, voire protégées. Ainsi, il est davantage reproché à Bigard d’être sceptique sur certains aspects du 11/9 que de croire aux apparitions de la Vierge à Lourdes.


                          • Kim Kim 24 février 2009 16:21

                             Ne tournons pas autour du pot. Révisionnisme ? Questionnement ? La sémantique n’est pas fortuite, et derrière révisionnisme il y a antisémitisme, tout est là. Tout le monde pense "Shoah" quand les mots révisionnisme ou négationnisme sont prononcés, et ce n’est pas par hazard s’ils sont utilisès à propos du 9/11. Il y a un lien. Les médias cosmopolites se sont donné le mot : ils ne faut surtout pas que la vérité sorte de son puit. Il est remarquable que ce soit surtout en France que ce phénomène exite, preuve que la liberté d’expression est bafouée par ces barbares. En Amérique, au Japon, en Chine et ailleur on en parle librement et même les politiques en discutent. Heureusement ils ne peuvent empècher les gens de penser.


                            • L'enfoiré L’enfoiré 2 juin 2009 08:50

                              @Luc Rivet,

                              Comme on parlait de vous dans l’Echo, je me suis permis de reprendre votre appréciation sur l’éolien.
                              J’ignorais que vous étiez aussi rédacteur sur cette antenne. 
                              Je rends toujours à César ce qui appartient à César.

                              Bonne journée

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès