Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Vers une sélection darwinienne dans le monde des médias ?

Vers une sélection darwinienne dans le monde des médias ?

Craig Newmark est le père du site Craigslist, site d’annonces classées essentiellement gratuites qu’il a lancé en 1995. Même si Ebay y a pris une participation de 25% en rachetant les actions d’un ex-employé, le site garde toujours très fortement sa vocation communautaire qui l’a conduit (contre toute attente...) à un succès phénoménal au bout de 10 ans.

Invité récemment à l’Université d’Oxford pour expliquer ses recettes (même à but humaniste...) aux futures élites économiques du Royaume-Uni, Craig en a profité pour lancer un nouveau pavé dans la mare des éditeurs de presse (... au moins américains). Selon l’article du Guardian, il a déclaré collaborer à un nouveau projet destiné à améliorer la qualité des dépêches et articles publiés.

Il a motivé son nouveau défi en déclarant : "Le gros problème aux USA est que les journaux ont peur de parler le langage de la vérité avec le Pouvoir" (Pouvoir avec un grand P). Il a ajouté que "leurs reporters auprès de la Maison Blanche ne parlent pas le langage de la vérité : ils ont peur de perdre des accès qu’ils n’ont de toute façon pas réellement." Selon lui, enfin, des "erreurs/imprécisions" journalistiques graves lors de la couverture de la guerre en Irak (comme la complaisance dans la couverture du cas Valerie Plame) ont gravement endommagé la confiance résiduelle du peuple américain envers sa presse quotidienne.

Le projet de Craig est piloté par le principe très en vogue actuellement de la "Sagesse des Foules" ( "Wisdom of Crowds") : les lecteurs" voteront" pour les articles qui leur paraissent les plus dignes de confiance. Les articles les mieux cotés seront ensuite promus, au fil des votes, vers le sommet de la page principale du site qu’il fabrique. Si le principe du boeuf de Galton est respecté, les meilleurs traitements d’un thème émergeront alors, grâce à la puissance collective de la foule.

C’est un principe qui existe déjà sur un autre site américain digg.com. On verra donc tout prochainement (moins de trois mois, a-t-il promis !) en quoi C. Newmark va améliorer les méthodes et résultats de digg.com.

CraigNewmark doit être pris au sérieux, car il a déjà coûté très cher aux journaux dans les annonces classées : Craigslist a, selon une étude, "subtilisé" 60 millions de dollars de revenus annuels dans la baie de San Francisco (SF) avec la seule partie du site craigslist.org consacrée à cette ville. C’est à partir de cette expérience qu’a été étendu le concept initial, pour maintenant couvrir plus de 175 villes dans 35 pays.

Il faut se rappeler que 70% des revenus de la presse viennent de la publicité... Donc, si on extrapole la partie SF qui fait 16% du trafic, on pourrait calculer que c’est ainsi 400 millions de dollars de revenus qui se sont évanouis pour cette industrie !

A ce jour, avec 2,5 milliards d’impressions de pages mensuelles, le site Craigslist est n°34 dans le classement mondial d’Alexa. Pas mal pour une équipe de 18 employés et un chiffre d’affaires 2004 de 10 millions de dollars ... :)

Intégrons au paysage le site Ohmynews, le pionnier du journalisme citoyen : Ohmynews a acquis une force d’influence médiatique telle en Corée du Sud qu’il oblige les grands médias à parler de sujets que le pouvoir en place voudrait parfois passer sous silence : F. Pisani cite l’exemple d’un camion militaire américain ayant par accident écrasé 2 petites filles qui a dû être rapporté haut et fort à cause de (grâce à ?) Ohmynews, alors qu’il était "souhaitable" de le passer sous silence.

C. Newmark travaille donc à des mécanismes pour mettre en place les mêmes forces irrésistibles aux USA, en s’appuyant sur les expériences tirées de son succès communautaire avec Craiglist, combinées à la puissance de la blogosphère, pour amener plus de qualité dans les médias traditionnels. Les éditeurs peuvent donc trembler...

Dans sa présentation à Oxford, C. Newmark a clairement (et prudemment...) annoncé ses soucis personnels autour des places de travail de journalistes, mises en danger par un tel projet. Mais, pour lui, ces places de travail seront sécurisées, dès lors que les éditeurs développeront de nouveaux moyens de publication plus souples. Il a par exemple mentionné (selon Editor&Publisher) la livraison sur des écrans flexibles (lien) connectés à nos téléphones portables. Le lien direct avec "le langage de la vérité" de l’introduction m’échappe, mais bon...

Par contre, il a ensuite apporté sur son blog des précisions plus cohérentes avec l’objectif à mon goût : "Je suis en train de travailler sur des technologies qui permettront de trouver (collectivement) la version la plus fiable des nouvelles les plus importantes. Cette technologie est destinée à préserver le meilleur du journalisme actuel, et ainsi préserver des emplois dans les meilleures salles de rédaction". Il semble donc dire qu’il veut contribuer à l’accélération d’une sélection darwinienne dans le monde des médias, afin de permettre aux meilleurs de survivre et de prospérer à nouveau.

Ce travail, a-t-il encore précisé, est extérieur à Craigslist (l’annonce cachée d’un futur départ) ?

Ma conclusion :

Entre, sur le plan financier (donc publicitaire et commercial) :

et, sur le plan rédactionnel, des projets comme :
... il est évident qu’une révolution structurelle (donc irréversible...) de la presse et de l’édition traditionnelles a VRAIMENT commencé. (Libération n’en vivrait-il pas les premiers soubresauts ?)

Ceux qui n’y croient pas encore pourraient le découvrir trop tard et à leurs dépens ! Mais tout n’est pas perdu : il est encore temps de relire l’analyse profonde de Dan Gillmor, ancien journaliste professionnel maintenant évangéliste du journalisme citoyen, qui propose des solutions pour engendrer le meilleur des mondes !

Votre conclusion : si elle est en discordance avec la mienne et que vous pensez que la presse traditionnelle est inébranlable sur son socle vieux de plusieurs siècles, ouvrons le débat avec vos commentaires !


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (2 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Ogre (---.---.44.5) 26 novembre 2005 22:52

    Je pense, comme toi, que la presse quotidienne a bien des soucis à se faire. Et les télévisions aussi, parce qu’elles aussi perdent régulièrement de l’audimat. Pour autant, est-on bien sûr que la crise de la presse traditionnelle est bien le fait d’internet ? Je rappelle quand même que les journaux gratuits drainent énormément de lecteurs (20 minutes a 2 millions de lecteurs, Le Parisien en annonce 1,6 millions), et qu’ils constituent, somme toute, un média assez classique... Mis à part leur modèle économique, et leur sujétion aux groupes industriels, auxquels ils appartiennent.

    Il y a certes des médias particulièrement innovants sur le net, comme Agoravox, dont la proximité avec leur lectorat permet de penser à une audience qui risque d’augmenter. Mais les médias réellement indépendants, sur le net, et très novateurs, sont peu nombreux. Et d’autre part, la plupart n’ont pas les moyens de financer des enquêtes approfondies, et manquent de contacts, que ce soit avec les milieux politiques, ou économiques. Il me semble clair que l’information de grande qualité est d’abord dans la presse écrite.

    D’autre part la presse écrite à très bien saisi l’importance du net, et les bouleversements qu’il induit dans le rapport au lecteur : la quasi-totalité des quotidiens a désormais son site internet, dont les contenus sont très riches. Ils transfèrent petit à petit leur compétences au domaine numérique, sans oublier d’innover. Le monde propose par exemple des tchats avec des personnalités, des infographies... D’ailleurs Libération prône le concept du « bimédia » sorte d’hybride papier-on-line

    D’autre part, ne dit-on pas que le Q.I. d’une foule, c’est celui de son élément le plus bête ? Il n’est pas sûr que le plébiscite des articles soit une très bonne mesure de leur qualité : en témoigne le JT de TF1.

    Bref, les médias traditionnels s’ils savent s’adapter, ont de beaux jours devant eux !


    • Didier Durand Didier Durand 3 décembre 2005 09:19

      Bonjour Ogre,

      Les sites de la presse utilisent à mon avis encore trop le web comme une plate-forme de publication et pas assez comme une plate-forme de dialogue.

      Il y a très peu (trop peu) de sites commme Agoravox où l’on peut avoir un dialogue (voir un « multialogue » à plusieurs) comme celui-ci sur un sujet.

      Le journal de TF1 évoluera aussi quand on pourra le commenter en live et que ce sera visible sur l’écran de TV (là, je délire un peu...)

      didier


    • Alexandre Santos (---.---.166.143) 30 novembre 2005 23:51

      Et puis il y a ceux qui vont à contre courrant :

      Le Canard Enchaîné :

      - pas de pub
      - pas de contenu web

      Et ils ont l’air de se porter très bien...

      Peut être que toutes les formes journalistiques ne sont pas solubles dans le digital


      • Didier Durand Didier Durand 3 décembre 2005 09:08

        Pour répondre à Alexandre,

        Je partage l’avis sur le Canard Enchaîné : les journaux sur papier de niche ont sûrement un bien meilleur avenir que les mass-média généralistes. Les lecteurs seront toujours prêts à payer pour une information, une analyse, une perspective qu’ils ne trouvent pas sur le Web.

        Par contre, pour les dépâches présentes sur des milliers de sites Internet.....


      • Lindhsa (---.---.23.44) 29 décembre 2005 16:39

        A propos de ton post, il y a un nouveau clon du digg en français, c est http://www.TapeMoi.com , pas mal le site, il a quelques jours de vie seulement, mais il faut donner du temps, bon concept et design

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès