Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Vous avez dit secte ?

Vous avez dit secte ?

Certaines aberrations entendues lors de journaux télévisés ne sont-elles que d’énormes bourdes ?

Le 23 juillet dernier, Elise Lucet (France 2 - JT de 13H) nous affirmait, horrifiée, que « les enfants de la communauté de Tabitha’s Place ne connaissent ni l’internet, ni Zidane » !

Quelques secondes plus tard, l’un des membres de la Commission parlementaire sur les sectes ajoutait, scandalisé, que « ces enfants vivent dans un monde virtuel et éloignés du progrès ».

L’internet serait donc moins virtuel qu’une vie de famille et le progrès consisterait à connaître Zidane ? Développé durant 2 m30 s, voici, à peine caricaturées, les raisons invoquées pour faire hurler au scandale les bien-pensants que nous sommes.

Loin de moi le désir de défendre quelque mouvement sectaire que ce soit, pour qui je n’ai du reste aucune sympathie particulière, mais force est de constater que les enfants filmés ici semblent davantage souffrir d’un singulier équilibre chronique que d’obésité moderne standardisée.

Toujours est-il que, pendant qu’on s’insurge sur « l’ignoble sort » de dix-huit enfants, semble-t-il heureux et bien portants, ne ferme-t-on pas les yeux sur d’autres sectarismes infiniment plus perfides et généralisés ?

Eh bien, personnellement, si je devais y aller de mon coup de gueule, il serait, en la circonstance, dirigé contre la méthode et non contre le sujet, s’agissant, ici, de débattre du mode de traitement de l’info et non du sujet traité.

Pas plus qu’un autre vecteur de presse, la rédaction d’un journal télévisé, s’adressant à chaque édition à plusieurs millions de spectateurs, tel que le « 13H » de France 2, ne peut se satisfaire de titres ronflants ou tendancieux, dont on connaît par avance l’effet sur l’opinion. Cette technique minimaliste masque le plus souvent un manque de matière journalistique mais peut aussi s’utiliser pour chercher à rallier les esprits autour d’une émotion telle que le rejet, la phobie... L’information développée ensuite est, de la sorte, estampillée, l’esprit préparé, la critique dirigée... Outre son effet grandiloquent et spectaculaire, ce système présente aussi l’avantage de l’économie des moyens d’investigation déployés, ou plutôt, ici, non déployés.

Mais au-delà de ces bénéfices immédiats, cette technique sert un autre dessein, autrement important et sournois.

En effet, cette sémantique de présupposition ou d’implication permet de former l’oreille de l’auditoire supposée l’accueillir en atteignant là un domaine plus proche de la propagande que de la désinformation. En livrant superficiellement et quotidiennement une infinité de sujets futiles, en leur privilégiant un traitement théâtral, basé sur le ronflement de l’intitulé, le rythme soutenu et l’image fracassante, on obtient peu à peu un intérêt plus poussé pour la forme et de moins en moins sensible au fond.

Surfer sur la vague de l’info, offrir de la daube prédigérée et formater les esprits pour en faire de « bons clients » est l’apanage et le fond de commerce des grands médias. Utiliser cet outil extraordinaire est celui des conseillers en tout genre, de la boîte de lentilles à l’élection suprême.

Pour revenir à nos moutons, ou plutôt aux enfants évoqués plus haut - à qui on reproche peut-être de ne pas en être -, il serait préférable qu’à l’avenir, lorsqu’ils en parlent, les journalistes nous laissent juger en notre âme et conscience et en véritable connaissance de cause.

Ainsi, il me tarde le temps où les ONG ne me solliciteront plus que pour offrir aux millions d’enfants déshérités des abonnements aux magazines sportifs ou une ligne ADSL.

Ce jour-là, ces mêmes enfants seront sauvés des griffes d’une secte universelle dont on parle moins, celle du formatage de la pensée !

Aixetterra


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (145 votes)




Réagissez à l'article

76 réactions à cet article    


  • kirinyaga 29 janvier 2007 11:42

    Si les exemples choisis par les journalistes font beaucoup rire en effet, et si les seules choses dont ils sont tenus à l’écart étaient internet et les matchs de foot, on pourraient difficilement hurler au sectarisme sur cette seule base. Ce n’est pas le cas.

    Et puis quand on s’y penche 30 sec on se rend vite compte qu’il y a effectivement un problème. Parce que pour ne jamais avoir entendu parler de zidane, songez un instant à ce qu’il faut ne pas connaître, songez un instant à tous les gens qu’il ne faut avoir ni vu ni cotoyé, songez à tous les enfants avec lesquels il faut ne jamais avoir joué ...

    L’exemple est finalement assez pertinent. On aurait aussi pu évoquer macdonald, par exemple, c’est du même acabit. Ces choses sont sans intérêt en elles-mêmes, mais ne pas les connaître revient pratiquement à dire qu’on vit sur une autre planète.


    • Jojo2 (---.---.158.64) 29 janvier 2007 14:18

      @kirinyaga

      Remarquable analyse.


    • alpo47 (---.---.77.129) 29 janvier 2007 17:24

      Et bien, mon opinion est, qu’au travers de ces dérives médiatiques ou de celles d’organisations « anti-sectes », telle d’ADFI, l’état veut nous inciter à nous méfier de tout ce qui sort des normes, tout ce qui sont, un tant soit peu différents. Donc, à « rentrer dans le rang ».

      Autant il faut mettre fin aux dérives de gourous qui privent les adeptes de leur autonomie, leur libre choix, les infantilise et peuvent se révéler dangereeux, autant le choix d’un mode de vie alternatif ne relève nullement du sectaire, mais d’un choix de vie, du refus de la société de consommation, de la liberté individuelle. Or, l’état, Français ou Européen, doit faire rentrer tout le monde dans le rang, normaliser, lobotomiser, pour mieux contrôler ...

      Si l’on se penche sur les personnes bénévoles qui composent ces organismes anti secte, on y trouve une majorité de chrétiens pratiquants, voire de prêtres, pour qui la norme est évidente. Tout ce qui sort de là est SECTE. Or, l’état subventionne ces organismes qui ont l’oreille des pouvoirs publics. Si l’on ajoute que l’ADFI a été crée aux USA par des psychiatres condamnés pour manipulation mentale et qui ont fait école en France, que l’ADFI France a été crée par Jeanine T. qu’une enquête a démontré travailler ou avoir travaillé pour les services secrets Français. Cherchez l’erreur !


    • kirinyaga 29 janvier 2007 17:45

      Je ne sais pas trop ce que c’est que l’ADFI ni ce que ça vient faire ici. C’est eux qui ont déclaré que ces enfants étaient victime d’une secte ?

      En tous cas pour le formattage de la pensée, il ne faut pas tout confondre. Il me semble qu’il y a un fossé qui sépare le choix d’un mode de vie alternatif et l’ignorance du monde qui vous entoure. Encore une fois, ce qui me paraît inquiétant ce n’est pas que ces enfants soient incapable de reconnaître Zidane dans la rue. Ce qui peut inquièter (c’est tout relatif bien sûr) c’est ce que ça implique : que ces enfants ont vécus en vase clos, qu’ils n’ont jamais joué avec aucun autre enfant, qu’ils n’ont jamais mis les pieds dans la moindre grosse bourgade (ces satanés affiches de pub sont partout), etc..., bref qu’ils ignorent totalement qu’un monde existe autour d’eux.

      Ce n’est peut-être pas nécessairement sectaire, mais ça commence quand même à être limite.


    • Mars (---.---.165.72) 29 janvier 2007 19:27

      Il suffit de couper sa télévision et tout un tas de personnages « importants » à l’écran peuvent rapidement vous être inconnus. On peut très bien vivre sans connaître Zidane qui a autant le doit de tomber dans l’oubli que Charlie Chaplin actuellement dans la tête des collégiens (faites le sondage auprès de ceux que vous connaissez et vous verrez si je raconte des bêtises !). Car la télévision est aussi là pour formater les esprits ou les abrutir. Pourquoi laisse-t-on « disserter » quelqu’un comme Steavy chez Ruquier plusieurs minutes presque tous les soirs à heure de grande écoute plutôt que passer les films de Chaplin, ou de donner la parole à des prix Nobel ou à des petits candidats à la présidentielle. Imaginer que l’on remplace Steavy par Dupont Aignan pour contrebalancer les minutes que Sarkozy a presque tous les soirs au JT ! Peut-être que les scores de ce dernier en prendraient un coup ? Non il vaut mieux laisser parler des heures quelqu’un sur des sujets futiles ou faire des reportages sur le ramassage de la truffe du Périgord au JT de 13h que de parler des choses qui pourraient influencer , dans le mauvais sens, l’électeur ou le consommateur...


    • aixetterra... aixetterra 29 janvier 2007 12:05

      Merci pour cette réaction, nous sommes parfaitement d’accord.

      Salutations à vous, Aixet...


      • Ark (---.---.85.6) 29 janvier 2007 13:12

        Mais qui est zidane ? :))


        • Cris Wilkinson Cris Wilkinson 29 janvier 2007 13:26

          C’est un gars qui fait des films sur internet où il se bat à coup de tête contre des méchants en bleu !


        • LE CHAT LE CHAT 29 janvier 2007 15:38

          ben , chat alors , j’étais persuadé que c’était une marionette des guignols ! smiley


        • chat huant (---.---.169.87) 29 janvier 2007 16:56

          Char alors, tu fumes quoi à présent ?


        • Gwendal (---.---.73.200) 30 janvier 2007 11:03

          C’est ça qu’on appelle les mangas ? smiley


        • aixetterra... aixetterra 29 janvier 2007 13:45

          Merci pour l’info (LOL)...

          Je ’expédie séance tenante au Darfour !


          • Spidernounours (---.---.101.8) 29 janvier 2007 14:21

            Sommes-nous obligés d’avoir entendu parlé de Zidane ou de MacDo pour pouvoir « vivre » ?

            Il me semble que la question mérite d’être posée. Quelqu’un dit plus haut : « Ces choses sont sans intérêt en elles-mêmes, mais ne pas les connaître revient pratiquement à dire qu’on vit sur une autre planète. » Je pense pour ma part qu’il existe, sur cette même planète, de nombreuses personnes qui n’ont jamais entendu parler du coup de boule de Zizou, n’ont jamais goûté un Big Tasty (ça pour le coup, c’est vraiment regrettable, parce qu’il est ’achement bon !) et pour qui « surfer » sur le web ne veut tout simplement rien dire. Le premier exemple que j’ai en tête est celui des indigènes vivant en Amérique Centrale, qu’on va bientôt finir par exterminer (par « on » j’entends l’homme occidental et industrialisé), justement parce que leur seul tord est de ne pas avoir suivi une voie qui aboutie à Zizou, MacDalle et GrosNibard.com. Mais on peut en trouver d’autres. Vivent-ils sur la même planète que nous ? Pour sur oui, malheureusement pour eux ! Et je trouve profondément regrettable que : 1/ l’on prenne de telles mètre étalons pour juger de la normalité d’un style de vie, et 2/ l’on jette purement et simplement l’opprobre sur des gens qui décident, Ô sacrilège, de rejeter Zizou, Ronald et toute sa clic (jeu de mot ! :P ) et de vivre, tout bêtement, sans ! Alors loin de moi l’idée de défendre les sectes, bien au contraire, mais un tel combat doit répondre à un devoir de vigilance. En effet, s’il est interdit de profiter de la crédulité ou la détresse des gens, il est aussi permis de ne pas accepter tous les « présupposés » de notre société ou, tout du moins, de vivre sans. En tout cas j’ose encore le croire.


            • kirinyaga 29 janvier 2007 18:01

              Ces exemples sont quand même, reconnaissez-le, extraordinairement peu nombreux. Souvenons-nous de ce film sur des moines tibétains cherchant à tout prix une télé pour regarder la coupe du monde. Ce n’est qu’une anecdote, bien sûr.

              Encore une fois, vous vous focalisez sur les mots. Non, nous n’avons pas besoin d’avoir entendu les mots « zidane » et « macdo » pour vivre heureux. Mais les avoir entendu signifie quelque chose d’important : que nous connaissons un minimum le monde sur lequel nous vivons, que nous avons entendu parler de nos semblables.

              Nous n’avons pas non plus besoin d’avoir lu « Platon », « Descartes », ... (insérez l’auteur de votre choix) pour vivre. Il me semble pourtant qu’empêcher quelqu’un d’y avoir accès n’est pas très sain. Or les exemples choisis, on ne peut pas les ignorer (impossibilité physique, pas morale, hein) si on a joué avec UN SEUL enfant en dehors de chez soi. Je ne sais pas si c’est sectaire, mais ça mérite en tous cas qu’on y fasse tout particulièrement attention.


            • julien (---.---.52.224) 29 janvier 2007 14:54

              Cet article souléve une problématique intéressante.

              Je n’ais pas vu l’information donc je ne peux emettre une opinion sur le caractére sectaire ou non de cette communauté, de même je n’ais pas d’avis sur le traitement qu’il en a été fait par les journalistes.

              Pourtant cet article m’interroge : D’un côté je peux admettre que des gens aient des valeurs différentes des notre au point même de pas avoir de télé, internet, jusqu’à vivre en quasi totale autarcie. On ne peut pas repprocher à des individus de ne pas souscrire à notre culture et nos modes de vie basés sur la consomation et l’image. Et nous pouvons difficilement être juge quand à l’épanouissement futur des enfants issues de cette communauté.

              A côté de cela, nous vivons dans un mode complexe et on peut supposer que dans le futur les enfants de cette communauté seront confrontés au modéle dominant et se retrouveront en plein décalage avec lui. Quel avenir pour ces enfants ?

              Il faut d’abord se demander s’ils sont heureux, et le cas échéant les sortir de cette communauté. S’il le sont, alors le probléme devient réellement complexe car il nous confronte à une autre culture au sein même de notre nation.

              Après ça je n’ais pas d’avis tranché. On peut peut-être passer une vie plus heureuse dans une communauté retiré de notre maniére de vivre. L’idéal je pense serais que ces enfants aient le choix. Mais c’est plus facile à dire qu’à faire.

              Si beaucoup de sectes n’ont pour ambition que les finances de leur gourou, d’autres découlent d’un choix de vie alternatif qui n’est pas condamnable. Nous devons face à ces derniéres être tolérant tout en restant constament vigilant et prudant. Si on doit comprendre sans pour autant souscrire au choix d’adultes s’engageant dans une vie « différente », celui des enfants qui y adhérent et plus encore celui des enfants qui en sont issues par la naissance pose beaucoup de problémes.


              • aixetterra... aixetterra 29 janvier 2007 16:43

                En effet Julien, ainsi que vous l’avez bien compris, et c’est là où la rédaction de l’article fut délicate, je souligne ici l’argumentaire à 2 balles de quelques pseudo journalistes (mais peut-être devrais-je parler de présentateurs ou d’animateurs), et de leurs équipes rédactionnelles, souvent plus attentifs à l’aspect « sensationnel » qu’informatif d’un sujet à peine survolé. Jouant la montre, ils utilisent les techniques du discours consensuel pour l’introduction du sujet puis, lâchent, juste avant les images, quelques qualificatifs bien ciblés tout justes destinés à conditionner l’auditoire. Naturellement, selon la ligne politique de tel ou tel média, le choix des épithètes employés peut varier sensiblement et quelquefois de la chose à son contraire. Même si l’on est sorti de l’inquisition des images subliminales (quoique ?), chacun sait que le traitement administré à la pellicule, hors contrôle du spectateur lambda, peut, lui aussi, nous faire entrevoir l’inverse de la réalité. Un spot édifiant, a été récemment diffusé sur le sujet. Il démontrait qu’une même scène de quelques secondes pouvait faire naître des émotions diamétralement opposées selon l’ordre de son montage.

                Cela étant, je revendique avoir souhaité poser « l’autre problème », connexe au premier, celui repris avec pertinence par Spidernounours. En effet, le choix de lutter contre la pensée unique, s’il est à défendre bec et ongle et, quotidiennement, ne doit pas éclipser les dangers que peuvent faire encourir des esprits tordus ou des organismes pervers.

                C’est toute la discussion que je souhaitais faire naître au sujet des dérives potentielles de l’information de propagande, qu’elle soit propagée par des sectes clairement déclarées comme telles, ou par d’autres organes plus... « institutionnels ».

                Aixetterra.


              • Gwendal (---.---.73.200) 30 janvier 2007 11:12

                @Julien, est-ce que vous ne soulevez pas là une question pertinente relative à la différence entre droit d’ingérence et devoir d’assistance à personnes en danger ?

                Puisque que quelqu’un ici a évoqué les ONG, j’aimerais dire que les nations riches devraient se soumettre au second plutôt que de légitimer leur interventionnisme au nom du premier. smiley


              • Spidernounours (---.---.101.8) 29 janvier 2007 15:15

                Plus encore que la capacité de notre société à nous donner accès au bonheur, je pense que cet article pose surtout le problème de la qualité des reportages de certains JT. Je me souviens, car j’ai plus ou moins participé à la polémique à l’époque, du « scandale » des suicidés japonais en protestation du report d’un jeu vidéo. Les rédactions de France 2 et de Libé n’avaient rien trouvé de mieux que de reprendre une blague lancée sur le net suite au report d’un jeu vidéo mettant en scène des combattantes aux poitrines généreuses, blague qui avançait que les fans s’étaient suicidés en avalant des capsules de silicones et en se pendant avec des soutiens gorges géants. Le reportage de France 2 était une véritable honte au journalisme, détournant les propos de joueurs interviewés au Japon, allant même jusqu’à avancer des contre-vérités manifestes en faisant l’amalgame avec Kenny, l’un des héros de la série animée South Park qui a la malchance de mourir accidentellement à chaque épisode, et affirmant que la jeunesse japonaise adulait ce personnage, symbole du suicide. Une fois encore, le problème était bien réel (le suicide chez les jeunes est un vrai problème dans la société japonaise), mais les arguments pour le traiter étaient tout simplement absurdes, quasiment diffamant. Et ce n’est qu’un exemple parmis tant d’autres.


                • julien (---.---.52.224) 29 janvier 2007 15:54

                  Oui bien sur, a partir de l’exemple de la secte/communauté le probléme principal est bien celui du traitement de l’information, mais la problématique qui se dégage de l’exemple ne me semble pas pour autant dénué d’intérêt, au contraire. Et d’une certaine maniére, ces deux éléments se rejoignent.

                  Ce qui me parait génant dans le traitement journalistique qui semble être fait (je rapelle, je n’ais pas vu le reportage), c’est que sur cette question qui mériterait le travail d’un expert et une réflexion poussé, les journalistes semblent directement porter un jugement, voir une condamnation.

                  C’est un reproche qu’on peut souvent faire à la presse française en général qui est plus interprétative que factuelle et qui se permet des jugements de valeur quelquefois maladroits, et souvent, pire encore une dénaturation de la réalité.

                  Pas tant au niveau politique ou ils évitent de façon assez professionelle tout semblant d’adhésion à un parti. Même si la critique de Bayrou au sujet de la bipolarisation est justifié, et même si on peut considérer qu’il existe une presse de droite et une presse de gauche (avec un peu d’extreme gauche, d’extreme droite et de centre quand même).

                  Mais au niveau des sujets de société il y a d’importantes choses à revoir dans le traitement de l’information. Les médias modélent en partie notre pensés et il serait souvent bon qu’ils fassent preuve d’une plus grande objectivité, et d’un traitement sans sensationalisme.


                • aixetterra... aixetterra 30 janvier 2007 08:19

                  L’exemple de South-Park est excellent car le comportement de ses différents protagonistes reflète parfaitement notre monde ambiant, teinté qu’il par, entre autre, les « vu à ta TV »...


                • (---.---.141.217) 31 janvier 2007 00:27

                  c’est top moumute comme p’tite chambrée


                • Spidernounours (---.---.101.8) 29 janvier 2007 16:29

                  Je suis bien d’accord avec vous, Julien. Si je me permettais de (re)centrer le débat sur ce sujet, c’est parce qu’il me semble bien compliqué de débattre de la capacité que peut avoir notre société à nous contenter.

                  En effet, si je reprends certaines choses que vous avez pu dire dans l’un de vos commentaires, et que je les applique à notre société, que penser ?

                  Par exemple, vous dites (à propos des enfants) : « Il faut d’abord se demander s’ils sont heureux, et le cas échéant les sortir de cette communauté. » Je connais malheureusement de nombreux enfants qui ne sont pas heureux, au sein même de NOTRE communauté, j’entends par là notre société. Dès lors, que faire ? L’envoyer dans un autre pays ? Délicat...

                  Autre remarque. Vous dites : « L’idéal je pense serais que ces enfants aient le choix. » L’avons-nous eu, ce choix ? Même sans avoir été ambrigadé dans une secte. Avons-nous choisi d’avoir un appartement avec salon/TV/ordi ? Avons-nous choisi notre religion ? Notre éducation ?

                  De ce fait, quand vous dites « on peut supposer que dans le futur les enfants de cette communauté seront confrontés au modéle dominant et se retrouveront en plein décalage avec lui », je dis oui, vous avez complètement raison, SAUF s’ils n’ont pas été éduqué dans ce sens. Pensez aux Mormons par exemple.

                  Alors encore une fois, je ne cherche pas ici à faire l’apologie des sectes, mais je pense qu’aujourd’hui plus qu’hier, il est très compliqué de trouver son plein épanouissement dans ce que nous propose la société, et que les mouvements contestataires, qu’ils soient sectaires ou pas, séduisent et séduiront de plus en plus. Et faire le tri dans tout ca et lutter efficacement contre les sectes doit être une tâche bien compliquée, tâche que ce genre de reportage ridicule ne doit pas faciliter.


                  • julien (---.---.52.224) 29 janvier 2007 18:04

                    « il me semble bien compliqué de débattre de la capacité que peut avoir notre société à nous contenter ». Tout a fait. Il est difficile en général d’avoir une vue d’ensemble critique et objective sur un systéme dont on fait partie, qui plus est sans référant à y opposer.

                    Pour mon premier commentaire que vous citez, j’entends par la « chercher à savoir si la communauté cherche à agir dans l’intérêt de ces enfant, par exemple en ne les faisant pas travailler, en n’abusant pas d’eux sexuellement... » Bien sur ce jugement n’est fait qu’à travers le prisme de nos valeurs, mais ces valeurs précisément sont difficilement criticables (maltraitance, abus). Pour les enfants de « NOTRE communauté » comme vous dite la solution n’est pas de leur proposer un autre modéle (ce que par exemple certains fondamentalistes religieux ne se privent pas de faire), mais d’adapter localement notre fonctionnement aux aspirations de ces enfants. Déghettoïsation des banlieux, éducation plus à l’écoute des centres d’intérêt de chacun... J’ai résumé notre modéle part les termes « consommation et images » mais il est heureusement bien plus riche que cela : tolérance, culture, ludisme, partage, connaissances, solidarité, liberté... Même si certaines valeurs se retrouvent quelquefois en danger.

                    Notre modéle est très hétérogéne, car il tolére tout un tas de sous modéles a partir du moment ou ces derniers reposent sur un socle commun de valeurs (contrat social, laïcité, ...).

                    Pour ce que est du choix c’est aussi un probléme hautement intéressant. Non nous n’avons pas le choix. Nous avons la possibilité d’influer modestement sur le monde, mais rarement de le changer et encore moins de choisir dans quel monde nous voulons vivre. On ne choisi pas son époque, son pays, sa richesse, on adhére à tout un ensemble de valeurs et de régles car elles nous semblent juste et qu’il serait vain de toute maniére de chercher à les remettre en cause. La nation nous unis d’une certaine maniére de force dans une sorte de contrat social que nous n’avons jamais signé. La propriété est problématique aussi, certains naissent sans ressources d’autres avec un empire. Au final nos marges de choix sont limités.

                    Nos marges de choix sont limités, mais il est justement du devoir de la société que de diversifier l’éventail de choix possibles, et d’atténuer au mieux certaines inégalités.

                    Par exemple, un société ne peut supporter un Etat providence important, pourtant une telle solidarité (dans une certaine mesure) est rendu nécessaire et ce pour deux raison au moins : lutter contre les inégalités de départ (donner ses chances à tous), et pour la stabilité même de notre société.

                    J’ai pensé quand je rédigeais mon précédent billet aux mormons (ou plus spécifiquement aux Hammish - j’espére ne pas écorcher le nom). Je n’ais pas affirmer qu’ils y seront forcement confrontés, mais c’est l’hypothése la plus probable. De plus, mais si je connais assez mal les communautés mormons, hammish et autre, ils me semblent que la confrontation quelquefois désastreuse avec notre mode de vie à lieu.

                    Si je ne me trompe les mormons sont de plus en plus pour les jeunes mélés aux autres américains, et des « valeurs » discutables comme l’alcool, la mode... pénétrent de plus en plus ces communautés.

                    Je ne saurais dire laquelle, mais une à d’ailleurs pour tradition de laisser ses jeunes découvrir le monde extérieur avant de revenir ensuite vivre dans la communauté (Je n’ais par contre plus aucune idée du taux de retour).

                    Mon propos commencent à être assez long, et j’espére avoir été assez clair car je n’ais pas le temps de me relire.

                    Je conclurais donc ma pensé par deux phrases assez « sentencieuse » qui résument en gros ce que je souhaitais faire passer :

                    - Nous vivons dans un monde complexe, avec des « référents de pensé flous », tout est rarement tout noir ou tout blanc.
                    - La travail actuel des médias en France est sur bien des points criticable, surtout quand il sagit de traiter de sujets de société.

                    Désolé encore pour la longueur et ma non relecture.


                  • aixetterra... aixetterra 31 janvier 2007 09:28

                    Très juste. Encore un bel exemple du problème posé.

                    En effet, ainsi que vous le suggérez par votre phrase :

                    ...<< de nombreux enfants qui ne sont pas heureux, au sein même de NOTRE communauté, j’entends par là notre société >>...

                    un même scénario, un même comportement, un même effet engendré, qu’il soit initié depuis le sein de notre société ou de sa marge, ne jouira pas des mêmes procès.


                  • mcm (---.---.121.69) 29 janvier 2007 16:36

                    Un parfait exemple de formatage de la pensée par la censure c’est la disparition ce matin d’un article intitulé « Bougnoules ».

                    La disparition identique d’un article portant sur l’IVG avait eu lieu il y a à peine quelque semaines !

                    De même tous les posts trop islamophobes ou trop islamophiles disparaissent.

                    J’alerte donc les lecteurs d’agoravox sur le sujet après avoir questionné le site sur ces disparitions mystérieuses.

                    Censure subreptice pour délit de sale gueule ? Quelqu’un en sait-il plus à ce sujet ?

                    Merci de votre attention.

                    MCM


                    • aixetterra... aixetterra 29 janvier 2007 16:55

                      Arrivé récemment sur AgoraVox, je ne possède pas la réponse à votre question. Toutefois, j’ai déjà pu constater à mes frais, que certains articles « engagés » ou supposés trop polémiques, avaient du ma à faire leur chemins... Il semble assez évident qu’un débat entre modérateurs pro et contre se livre aux portes de l’Agora. Supposons qu’il est davantage un gage de démocratie que de censure et que, comme dans les bons films Américains, ceux où on pleure à « the end », la justice l’emporte au final...

                      Bon courage, aixet...


                    • julien (---.---.52.224) 29 janvier 2007 17:18

                      Je ne sais pas non plus ce qu’il en est à ce sujet.

                      Agora Vox fonctionne comme un journal, aussi je trouve normal qu’il y ait un filtrage léger des articles soumis (même si dans l’absolu on pourrait s’en passer).

                      Le fait par contre que des articles disparaissent une fois approuvé me gêne si tel est le cas. Il nous est possible de voter quand à la qualité d’un article.

                      Un article recevant beaucoup de votes positifs et de réponses devrait rester plus longtemps dans les pages principales. A l’inverse, un article mal noté devrait descendre et disparaitre, mais rester accessibles à partir du moteur de recherche dans les dernier résultats fournis.

                      Je ne sais pas comment fonction Agorax Vox à ce niveau, mais c’est un fonctionnement de ce type qui me semblerais préférable.


                    • Tristan Valmour 29 janvier 2007 18:31

                      @ Julien et à mcm

                      L’article de ce matin titré « bougnoules » était en fait un canular monté par son auteur, qui s’est joué de ce médium. Le contenu mensonger de son article a été démasqué, avant d’être effacé.

                      @ l’auteur

                      Vous soulevez là un fait accablant mais ô combien véridique, sur le traitement de l’information télévisuelle. Dans un registre plus léger, si vous regardez les bulletins météo, les speakerines parlent « d’entrées maritimes » pour dire « pluie » lorsqu’il s’agit d’évoquer certaines villes touristiques du sud de la France. En revanche, la Bretagne ne connaît point « d’entrée maritime » mais de la « pluie », ou des « averses ».

                      En Bretagne, la pluie sera coupée par des averses passagères smiley


                    • saimansaiman (---.---.46.26) 29 janvier 2007 19:06

                      Tombé par hasard sur votre commentaire, je tiens à vous préciser qu’il s’agit bien d’entrées maritimes dans le Sud de la France, et de pluies en Bretagne. Les entrées maritimes peuvent lâcher un petit crachin et sont dues à un fort différentiel de température et d’humidité entre le sol et la mer. Phénomène très fréquent en Languedoc mais beaucoup moins en Bretagne.

                      Ceci dit, les bulletins météo sont loin d’être exact scientifiquement parlant...


                    • Tristan Valmour 29 janvier 2007 19:55

                      @ Saimansaiman

                      La confusion ne vient donc pas d’une manipulation des speakerines, mais de mon manque de chance, car lors de mes séjours dans le Sud, les « entrées maritimes » annoncées se terminaient bien en pluies smiley


                    • roumi (---.---.74.206) 29 janvier 2007 19:58

                      l’article de ce matin intitulé « bougnoule » étais une belle démonstration d’humour 130 reactions a 14h30 contre 103 pour l’article sur « ariel Dahan / ségolene Royal » .

                      j’ai suivis le déroulement comme le grand prix d’amérique sauf que je n’avais pas parié !! mince et trop tard

                      mais on as bien vus que l’humour n’est pas trop partagé !!! smiley

                      sur la Bretagne , les nuages laissent des larmes mélancoliques au passage c’est parfait nous sommes à la pointe et c’est la faute aux marées ? smiley


                    • aixetterra... aixetterra 30 janvier 2007 08:28

                      Merci pour cet exemple aussi édifiant que souriant !


                    • Gasty Gasty 30 janvier 2007 09:57

                      Il faut créer le dossier « Bêtisier » d’agoravox.


                    • Gwendal (---.---.73.200) 30 janvier 2007 11:22

                      Bien vu. Ah, la météo ! Et le sabir utilisé pour donner des cours de la bourse est un modèle du genre ! smiley


                    • Cosmic Dancer (---.---.174.72) 29 janvier 2007 16:52

                      @ MCM : le problème, c’est l’absence de pensée...


                      • artus (---.---.39.73) 29 janvier 2007 18:59

                        Avant de vous en prendre aux journalistes (et oui Elise Lucet est journaliste avant d’être présentatrice) vous feriez bien de vérifier de quoi vous parlez... Cette communauté, Tabitha’s place a été visité par la commission chargée des sectes qui a forcément, l’habitude de porter un jugement. Et leurs conclusions disent qu’il y a un vrai problème avec l’isolement dont souffre les enfants de la communauté... Et surtout, en 2000, ils ont laissé mourir un de leurs enfants, atteint d’une grave maladie pulmonaire, parce qu’ils refusaient de le faire soigner... je vous renvoie aux articles de presse qui en ont abondamment parlé. Mais vous préférez manifestement attaquer sans éléments et sans informations... C’est un choix, mais je ne le partage pas.


                        • aixetterra... aixetterra 29 janvier 2007 19:57

                          Ressaisissons-nous mon cher Artus !

                          1- J’imagine aisément que Mme. Lucet détient un document attestant de ses études journalistiques mais l’habit ne fait aucunement le bon moine. Cela étant, mes commentaires visent plus les méthodes de la corporation que cette personne en particulier. En outre, l’importance de l’audience des JT nationaux leur confère une responsabilité intellectuelle toute particulière, et devrait exclure tout effet d’annonce autre qu’une brève présentation du sujet développé.

                          2- La passion vous aura emportée et vous serez donc passé à côté du passage de l’article relatant la visite de ladite commission. Je répète donc, pour vous, que Mme. Lucet affirme que « ces enfants ne connaissent pas Internet », suite à quoi le représentant de la commission déclare que « ces enfants vivent dans un monde virtuel ».

                          Il me semblait jusque là qu’Internet fut pourtant un symbole de virtualité, n’est-il pas M. Artus ?

                          3- Je répète que je n’ai aucune sympathie particulière pour les sectes. Cela étant, vous me dites que le décès remonte à l’année 2000, pourquoi l’évoque-t-on en Juillet 2006 ? Combien de fois leur resservira-t-on le même procès d’intention et, tant est qu’il y ait eu faute, la Justice a dû passer par là et condamner les coupables, non M. Artus ?

                          4- Demeurons prudent car, durant cette même période de 6 ans, vous n’êtes pas sans ignorer que de nombreux autres enfants sont malheureusement décédés de maladies pulmonaires et de bien d’autres fléaux créés de toutes pièces par notre honnête mode de vie, en France comme à l’international. Par les guerres, par les famines qu’elles engendrent, par les maladies apportées par l’homme moderne chez l’autochtone au fin fond de sa forêt tropicale...

                          En conclusion, nous les bien pensants, devrions, pour le moins, balayer devant nos portes parallèlement que nous balayons devant celle de nos voisins. Cela est valable pour l’administration Bush comme pour nous, « gentils Bwanas » que nous sommes.

                          Bien à vous, aixetterra


                        • D. Artus D. Artus 29 janvier 2007 20:03

                          Désolé mais vous vous égarez... Le problème de la virtualité n’est pas l’essentiel et en vous appuyant sur ce détail, je le répète, vous prenez la défense d’une communauté considérée par les autorités compétentes comme une secte... Et si d’autres enfants meurent d’infection pulmonaire, évidemment la médecine ne peut pas tout, la moindre des choses est de leur fournir un accès aux soins. Non vous n’êtes pas d’accord avec ça ? A moins que votre virulence anti-journalistique vous amène à défendre les sectes...


                        • Spidernounours (---.---.80.63) 29 janvier 2007 21:54

                          @ Arthus

                          Vous avez je crois mal lu nos propos, certaines phrases en particulier. En effet, c’est la façon, ce sont les arguments que nous avons relevé, et critiqué, pas le fond. Le combat contre les sectes est nécessaire, compliqué je pense, mais indispensable. En revanche, critiquer une secte parce que ces membres ne connaissent ni Zidane, ni le net, dénote définitivement d’un manque flagrant de...je ne sais pas trop d’ailleurs... De lucidité peut être. A moins que l’auteur du reportage pense qu’il s’adresse à des blaireaux. smiley


                        • aixetterra... aixetterra 29 janvier 2007 22:58

                          Merci,

                          Il y a des moments comme ceux là, où les mots et les dialogues semblent morts dans l’oeuf.

                          Paix à leur âme.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès