Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Web « citoyen » versus journalisme professionnel

Web « citoyen » versus journalisme professionnel

Dans la presse écrite ou radiophonique, il est courant de dénigrer le web «  citoyen  » et les contributions des rédacteurs bénévoles.

Un des premiers arguments des diatribes anti-internet tient en ce que des journalistes amateurs, comme ceux d’Agoravox, ne détiennent pas de carte de presse et ne sont pas formés à la précieuse « déontologie ». Cette dernière étant vénérée même par les journalistes les plus obséquieux envers le pouvoir politique. Par « déontologie », on comprendra que le « vrai » journaliste vérifie « ses sources ». Comme dans l’affaire de l’agression raciste factice du RER D, on constate que « vérifier ses sources » s’apparente plutôt à recopier les communiqués du ministère de l’Intérieur ou à relayer les propos des dirigeants politiques.

Selon ces éditoralistes-chroniqueurs cumulards, le « vrai journaliste » enquête sur le terrain avec de rendre son texte. Néanmoins, sans vouloir être désagréable, le journaliste ne dispose pas des pouvoirs d’un policier. Son devoir est d’informer, à moins qu’il ne souffre du syndrome de Tintin, qui passe plus de temps à jouer les barbouzes qu’à rédiger les articles qu’on lui demande.

Autre vertu du journaliste professionnel : son impartialité. Pour peu, on croirait cette affirmation purement cynique. Val et consorts avaient bien expliqué que l’échec du référendum sur la Constitution européenne, tenait à ce que les partisans du non étaient de fanatiques xénophobes plus ou moins consanguins. Qu’une bonne partie de la presse se soit permis de juger un choix démocratique et d’y attribuer un fond nationaliste, ne témoigne pas d’une grande objectivité intellectuelle. Les quelques piques à l’égard du peuple irlandais, lui aussi, peu séduit par ce traité alambiqué, témoignent également de cet état d’esprit. Par leur vote, nos voisins insulaires ont été recouverts du fumier éditorialiste, les considérant comme d’ingrats bouseux.

Reste également la notion de temps. Le journaliste « citoyen » ne saurait pas rendre un travail sérieux s’il ne s’y adonne pas à plein temps. Pourtant comme tout un chacun, l‘internaute peut synthétiser les événements récents par les dépêches d’agence. Il trouvera également dans sa bibliothèque publique tous les documents nécessaires à la rédaction de son texte sans devoir « copier sur son voisin ». Libéré de la pression des délais et travaillant avec autonomie, il ne subira pas ce que Bourdieu appelait la « circulation circulaire de l’information ».

Il n’aura pas non plus à faire face aux menaces, fussent-elles subtiles, d’un interlocuteur mécontent. Le journaliste « citoyen » ne sera pas non plus convié à partager quelques jours d’un homme de pouvoir dans un cadre luxueux. Il ne recevra pas de « cadeaux ». Il n’entamera pas d’aventure sexuelle ou une vie sentimentale avec un personnage politique. Son « patron » est rarement le meilleur ami du président de la République.

Et puis le journaliste « citoyen » peut dialoguer avec ses lecteurs, eux aussi potentiellement rédacteurs. Ces derniers n’omettent pas de lui souligner ses incohérences ou les failles de sa prose. Ils le maintiennent dans une certaine humilité. Rien n’agace plus que ces divinités auto-proclamées qui ne daignent pas descendre de leur Olympe. Le journaliste « citoyen » sait qu’il peut se tromper, qu’il est faillible : il ne saurait se prétendre expert dans tous les domaines. Néanmoins, il travaille par pur plaisir. Il cherche à partager sa vision des choses plutôt que l’imposer. L’interactivité l’oblige à abandonner son orgueil et à ne pas se penser comme le représentant d’une élite. Il ne se reconnaît guère dans la condescendance, si commune dans le journalisme « professionnel ».


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (80 votes)




Réagissez à l'article

91 réactions à cet article    


  • JoëlP JoëlP 30 juillet 2008 10:18

    Bonne défense du journalisme citoyen. Un peu idyllique peut-être... je ne connaissais pas l’expression de Bourdieu "circulation circulaire de l’information" mais elle s’applique ici aussi.


    • COLRE COLRE 30 juillet 2008 12:07

      Bonjour,

      C’est en effet un point de vue, mais trop simplifié, si vous me permettez.
      Vous opposez le journaliste professionnel (et d’ailleurs seulement les stars de la chronique ou de l’éditorial et les grands patrons de la rédaction) au journaliste « citoyen » (on devrait dire amateur, mot que vous employez une fois au début) et, je suis d’accord avec @JoëlP : ce dernier est présenté d’une façon totalement angélique.

      Votre dernier § relève du monde merveilleux des contes, au point que j’ai cru à une ultime parodie (puisque c’est la mode).
      Une petite plongée dans les forums web (comme ici) montre au contraire une expression humaine pas très réjouissante…


    • sisyphe sisyphe 30 juillet 2008 14:39

      Certes, les journalistes amateurs du web sont d’une qualité journalistique inégale ; mais, à tout prendre, pas plus que les journalistes professionnels.

      Question "déontologie", je rigole doucement....
      Quand on voit que les 4/5èmes de la presse (pour ne pas dire la quasi-totalité) est passée aux mains des groupes financiers (Bouygues, Lagardère, Bolloré, Rotschild, Dassault) aux ordres du pouvoir, sans QU’UN SEUL journaliste professionnel ne s’en émeuve (on ne mord pas la main qui vous nourrit)

      Quand on voit la mainbasse faite par le pouvoir sur l’ensemble de l’audiovisuel, sans que ça ait soulevé autre chose que de vagues protestations de principe, mais, qu’évidemment, aucun journaliste n’a mis dans la balance son emploi ou sa liberté,

      on se dit que la  question "déontologique" a, depuis longtemps,chez les journalistes professionnels,  fait place à un pragmatisme de bon aloi.

      Il se trouve, en fait, que le net est LE DERNIER BASTION d’une information totalement libre. Que cette liberté entraîne des abus, des erreurs, des excès, c’est certain ; mais c’est le prix à payer pour cette liberté.

      Par ailleurs, on s’imagine la tronche que doivent tirer nombre de professionnels de l’information, en s’apercevant que de nombreux internautes font preuve de bien plus de talent qu’eux-mêmes, au niveau de l’écriture.
      Alors, on peut compter sur eux pour défendre avec acharnement leur petit pré carré ; mais quelq que soient leurs efforts, ils ne pourront empêcher la formidable liberté et la richesse de l’ensemble des intervenants amateurs du web.

      L’information libre, aujourd’hui, c’est le net ; point barre.



    • Philou017 Philou017 30 juillet 2008 14:57

      COLRE : "
      C’est en effet un point de vue, mais trop simplifié, si vous me permettez.
      ....
      Une petite plongée dans les forums web (comme ici) montre au contraire une expression humaine pas très réjouissante…"

      Je ne trouve pas que ce soit simpliste, au contraire je trouve cela encore trop complaisant pour les journalistes.

      Ici, on parle de journalisme citoyen, ne mélangez pas avec les forums, dont certains ont d’aiileurs une haute tenue et une véritable qualité de débat. A moins que vous ne critiquiez les trolls, dont vous faites plus ou moins partie ? autocritique autant salutaire que surprenante...
      Quand à l’expression humaine, elle est loin d’être absente chez les journalistes. Elle est simplement camouflée par des techniques d’expression apprises dans les écoles du journalisme.

      Ce qui est en cause, c’est la qualité de reflexion et d’enquête du journalisme actuel. La réflection est faible car les journalistes qui s’imposent le sont plus pour leur verve ou capacité à jouer sur l’affect (voire sur leur capacité à beucoup bosser pour de tres bas salaires) que pour leur qualité de réflexion ou d’enquête. Où sont les grands reporters, les écrivains journalistes comme arthur Koestler ou Albert Londres. Disparus. Pas besoin d’eux pour l’information spectacle.
      Une autre caractéristique des journalistes sélectionnés par la presse est leur conformisme intellectuel. Pas de journalistes anti-libéraux, anti-eutopéen, alter-mondialistes, etc.. Donc, ils repercutent une information conformiste et sans remise en question. Du reste les financiers qui détiennent les médias ne souhaitent certainement pas de remise en cause du systeme, donc les empêcheurs de tourner en rond, à la porte.

      Quand au pouvoir d’enquête, il est tres limité par le principe de l’information spectacle, par le politiquement correct, par la connivence des rédacteurs en chef et des journalistes "qui comptent" avec l’oligarchie locale et nationale.

      Une presse bien triste et sans intérêt, qui justifie la valorisation du journalisme citoyen qui ne connait pas ces limites.


    • COLRE COLRE 30 juillet 2008 15:29

      @Sisyphe

      Certes, les journalistes amateurs du web sont d’une qualité journalistique inégale ; mais, à tout prendre, pas plus que les journalistes professionnels
      Exactement ! c’est tout à fait ce que je pense : il n’y a aucun rapport entre être salarié ou non. Moi je ne les opposerais pas.

      @Pilou017

      je trouve cela encore trop complaisant pour les journalistes

      tout à fait d’accord, j’ai une terrible dent contre la presse qui est coupable de bien des maux, mais aussi bien la presse pro qu’amateur !
      (quant à m’accuser de trollisme, j’imagine que vous parlez de qqu’un d’autre, car ce n’est pas du tout mon truc (même si parfois certains le mériteraient !)

      (ps : l’un des pbs du journalisme non salarié : c’est le temps ! car j’aimerais vous en dire bien davantage, à une autre fois, donc)


    • bor1s bor1s 30 juillet 2008 16:30

      sisyphe> Quoi dire de plus. Je trouve que vous avez très bien résumé le journalisme amateur ( ou doit-on dire citoyen ...) Je suis à 100% d’accord avec vous sur votre dernière phrase.

      Je pense franchement qu’il est très interressant de mélanger la lecture d’un journalisme pro et amateur.
      On se rend mieux compte que l’information est de plus en plus manipulée ou flicquée.




    • wangpi wangpi 30 juillet 2008 16:49

      tiens, deux articles qui traitent du journalisme.
      deuxième post, donc.

      les journalistes "professionnels", et ceux qui les emploient n’ont que ce qu’ils méritent.
      quant à l’argument fallacieux du sérieux des sources et de la vérification de celles-ci que n’auraient pas les journalistes citoyens, il ferait rire, s’il n’était le symptome soit d’une grande ignorance, soit d’une grande malhonnêteté intellectuelle.
      c’est une donnée moderne qui a révélé le vrai visage des journalistes, celui de valets au service d’intérêts financiers et politiques qui n’ont aucun soucis de vérité.
      cette donnée moderne, c’est internet, et grâce à internet, le masque est tombé : les journalistes professionnels sont, dans leur immense majorité, des valets, des bouffons et/ou des menteurs.
      et cette possibilité que donne internet de recouper et de fouiller les informations s’applique aussi aux journalistes citoyens : s’ils disent des conneries, ils seront démasqués dans l’heure, comme les journalistes professionnels.
      nous sommes des citoyens libres, responsables, INFORMÉS, et quelle que soit la source de l’information, aucune soupe ne peut nous être servie sans la possibilité de la recracher.
      c’était le cas, cela ne l’est plus.
      vive le journalisme citoyen, et vive la fin des petits agents de désinformation qui tiraient leur légitimité uniquement de leur monopole, de l’absence absolue de réplique.
      il faudra interdire internet pour sauver la presse papier.
      mais qui veut la sauver ? les menteurs assermentés.
      la presse papier est morte, et c’est tant mieux.
      c’est bientôt le tour de la télé.
      et c’est tant mieux aussi.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 30 juillet 2008 17:52

      Je crois qu’il n’y a un avenir que pour deux types de journalisme "professionnel". 1) un journalisme d’enquête, et 2) un journalisme de synthèse où les lecteurs s’en remettront à la crédibilité de commentateurs chevronnés pour les guider vers la toute petites partie des articles sur le Web qu’ils auront le temps de lire.

      Dans un cas comme dans l’autre, il ne pourra s’agir que de blogs dont le financement sera assuré par abonnement, la structure de gestion et definancement des medias traditionnels étant incompatible avec l’impartialité. Les medias traditionnels vont disparaitre. R.I.P.

      Pierre JC Allard


    • Doumé 12 août 2008 12:49

      Tou à fait de votre avis !

      BRAVO !!


    • geo63 30 juillet 2008 10:27

      Pour moi qui ne suis qu’un simple lecteur du web citoyen, je considère que c’est un bouffée d’oxygène permanente dans ce bourbier médiatico-politique. On peut apprendre des tas de choses à condition d’être actif et éventuellement d’aller vérifier avec ses propres sources.
      Merci aux rédacteurs, notamment de AV.


      • rocla (haddock) rocla (haddock) 30 juillet 2008 10:28

        Veuillez parler comme il faut de mon ami Tintin .


        • Olga Olga 30 juillet 2008 10:56

          Le journaliste professionnel, indépendant, qui peut s’attaquer à des sujets "dérangeants" pour le pouvoir, est une espèce en voie d’extinction.
          Denis Robert obligé de jeter l’éponge...
          Où pire encore : Guy-André Kieffer probablement assassiné en Côte d’Ivoire.

          Est-ce que des "journalistes citoyens" peuvent prendre le relais et remplacer les journalistes d’enquête ? J’ai bien peur que la propagande gouvernementale ne prenne le dessus pour imposer sa propre vision médiatique des choses. Il y aura sûrement quelques exceptions, mais quoi de plus facile à "contrôler" que quelques exceptions.


          • Zalka Zalka 30 juillet 2008 11:15

            Hier, j’ai eu la joie de découvrir un reportage de vrais professionnel du journalisme. France 2 avait fait un reportage sur les vacances de Nicolas Sarkosy. Pas le genre "canard enchaîné" avec Chirac dans un Palace Réunionais. Non, juste une sorte de micro trottoir au cap nègre avec interview de mioches en vacances, vu de loin de la résidence des Bruni-Tedeschi, Sarko en footing.

            Même si on peut se plaindre de l’omniprésence de Sarko, celui ci est président, il travaille, et une actualité sans le président paraitrait totalement ridicule. Mais là, ce n’est plus du journalisme : c’est de la propagande éhonté. Les gens n’en n’ont rien à foutre des vacances de Sarko. Qu’il en profite, mais qu’on ne nous impose pas de baver devant ses loisirs !


            • sisyphe sisyphe 30 juillet 2008 14:49

              Comme le dit Lerma, "nous aurons un vrai journal d’informations" quand ces informations ne seront pas contrôlées et soufflées par le pouvoir, comme pour la quasi-totalité de  la presse écrite, aux mains des affidés sarkozyens ; c’est-à-dire quand les petits valets serviles et zélés comme Lerma auront disparu, pour laisser place à de vrais débats et à des infos totalement occultées par le pouvoir en place.


            • TALL 30 juillet 2008 16:51

              Oui, de vrais débats citoyens comme ceux sur le reopen 0911, par exemple, c’est très enrichissant...
              En voici quelques extraits :

              [ Montrer le texte]  commentaire constructif ? - 750
              Lerma, tais-toi ! commentaire constructif ? +300
              [ Montrer le texte]  commentaire constructif ? - 800
              J’ai dit : tais-toi ! commentaire constructif ? +350
              Mort à Bush ! commentaire constructif ? +600
              Bravo ! commentaire constructif ? +50
              Bien dit ! commentaire constructif ? +55
              [ Montrer le texte]  commentaire constructif ? - 60
              [ Montrer le texte]  commentaire constructif ? - 50
              Des avions crashés dans le WTC ?? Des preuves !!! commentaire constructif ? +35
              [ Montrer le texte]  commentaire constructif ? - 35
              [ Montrer le texte]  commentaire constructif ? - 40
              Mais quel con, ce mec !  commentaire constructif ? + 25
              [ Montrer le texte]  commentaire constructif ? - 50

               smiley


            • rocla (haddock) rocla (haddock) 30 juillet 2008 17:13

              Commentaire de Tall très constructif + 571889537 euros


            • sisyphe sisyphe 30 juillet 2008 17:30

              @ Tall

              Moi, je parles des ARTICLES sur AgoraVox ; pas des commentaires, où les trolls viennent se défouler et pourrir le débat


            • rocla (haddock) rocla (haddock) 30 juillet 2008 17:43

              affidé  : complice dans de mauvais coups , genre d’ homme de main , jeu de main :/ : jeu de vilain ,

              langue de vipère , genre de langue crachant du venin , subtance toxique

              venin parole méchant haineuse


              le dico du si moyen rocla le dico que voilà ...


            • Zalka Zalka 31 juillet 2008 10:11

              Le précise que mon commentaire ne concerne pas vraiment l’amateurisme supposé ou réel du journalisme citoyen, mais uniquement l’absence de plus en plus fréquente de professionalisme chez les "vrais" journalistes. La médiocrité de l’un ne doit pas être une excuse à l’autre.


            • Annie 30 juillet 2008 12:11

              Malheureusement, pour certains types de journalisme comme celui d’investigation, un journaliste doit être épaulé par une équipe et souvent un employeur qui a les reins solides et qui peut résister aux pressions. Je pense en particulier au documentaire "Death on the Rock" de la chaîne Thames en Angleterre, qui a révélé la politique "shoot to kill" contre l’IRA à Gibraltar en 1988. Les témoins ont été intimidé, vilipendé dans la presse britannique qui a tenté de les discréditer, le gouvernement est intervenu pour faire interdire le programme et Thames a ensuite perdu sa franchise avant de sombrer définitivement. Une enquête qui avait été ouverte a reconnu certaines erreurs factuelles, mais aussi la validité du documentaire. 
              En cela le journaliste internaute peut difficilement créer l’actualité, seulement la relayer et la diffuser plus largement. En outre, deux grandes agences de presse, Reuters et AFP se partagent la part du lion, et limitent le pluralité de l’information.
              La situation en France et en Europe du journalisme fait un peu oublier ce que le métier a de noble et de dangereux. Au Mexique, chaque année, dizaines de journalistes, rédacteurs sont assassinés parce qu’ils enquêtent sur la corruption des élus locaux. C’est la même chose dans d’autres pays. Parce que pour ces journalistes, le métier est encore celui d’informer et non pas de former les opinions, et les risques sont considérables.


              • tvargentine.com lerma 30 juillet 2008 13:11

                Oui,allez à Paris Plage voir votre mentor,le prochain candidat "socialiste" à l’élection présidentielle de 2012

                Il faut dire qu’avec Paris Plage il a rempli son programme électoral !

                Un peu de "soleil" vous fera du bien


                • claude claude 30 juillet 2008 17:54

                  lerma, smiley

                  retournez à l’école et réapprenez le français : "socialiste" n’est pas un gros mot !

                  je vous recommande cette vidéo d’andré lamy se mettant dans la peau de notre président. tout y est : c’est plus vrai que nature et cela vaut mieux qu’une longue explication ! smiley www.agoravox.tv/article.php3



                • Olga Olga 30 juillet 2008 14:07

                  @Dom

                  Le seul journalisme qui vaille, serait-il celui qui reste à la botte du pouvoir ?
                  Etes-vous indisposé par la tentative de certains "journalistes citoyens", de sortir de la "propagande" ambiante ?


                • Olga Olga 30 juillet 2008 14:33

                  Dom

                  " J’ai pas écris ça Olga. "
                  Je n’ai pas dit que vous l’aviez écrit, je vous pose seulement des questions...


                • Olga Olga 30 juillet 2008 14:36


                  " Web « citoyen » versus journalisme professionnel 
                  "

                  Versus signifie contre. Pourquoi l’opposition devrait se solder par un match nul ?



                • Philou017 Philou017 30 juillet 2008 15:04

                  zozo :"Je n’y lis que les mérites du premier et les tares du second,"
                  Pourquoi ne pas retourner sur le site du Figaro et du Monde dans ce cas.
                  Quand aux tares du journalisme citoyen, vous parlez sans doute des trolls idiots qui polluent la discussion ?

                  Une gêne évidente, mais qui n’enleve rien à la qualité de certains journalistes citoyens ...


                • Olga Olga 30 juillet 2008 15:49

                  Dom

                  Qu’est-ce que j’ai à voir avec le Figaro et Coca Cola ?
                  Oui, je sais, je n’arrête pas de poser des questions aujourd’hui.
                  Et alors, c’est interdit ?


                • wesson wesson 30 juillet 2008 13:44

                  Bonjour l’auteur,

                  la question du journalisme professionnel se résume assez bien en fait à une question : qui paye ?

                  Comme on dit, on ne mords pas la main qui vous nourrit. C’est pourquoi le journaliste professionnel pratiquera en tout temps et en toute occasion une auto-censure.

                  Et dès lors que l’on parle de censure, auto-infligée ou imposée, on est plus dans l’impartialité ni dans l’infaillibilité, pourtant revendiquée de bon nombre d’encartés.

                  D’un autre coté, le journalisme citoyen possède lui aussi des limites qui ne sont pas foncièrement étrangères à celle du journalisme pro. N’importe qui peut participer, ce qui veut dire que les propagandistes les plus forcené peuvent également y tenir tribune ... à la différence que leur travail peut-être jugé par tous. La propagande, les rumeurs sur les médias citoyens, ça se voit. Dans la presse normale, ça passe sans bruit...

                  Je suis d’accord avec le point de vue de l’auteur : si un choix devait se faire entre le journalisme pro et le journalisme citoyen, je crois que je ne pencherai pas pour Dassault, Bolloré, Lagardère et autres Sellières. Et puis maintenant les pubs boites aux lettres suffisent amplement à fournir du papier pour allumer le feu de la cheminée.





                  • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 30 juillet 2008 14:23

                    Joli petit article critique bien ciselé avec ce qu’il faut de fumier pour exprimer ce qu’il y a à penser des médias supposément professionnels alors que, comme le dit bien wesson, ça veut surtout dire médias payés, et donc achetés ou vendus, c’est tout comme.
                    Certes, il existe des journalistes professionnels de valeurs. Mais la neutralité (journalistique, scientifique, wikipediesque ou autre) est un mythe. Dès lors, comme l’auteur le dit bien, le journalisme citoyen (et non pas amateur) peut exprimer sa vision des choses sans arrières-pensées, les foules intelligentes sauront bien dégager les défauts et les qualités du texte proposé. Et les vaches seront bien gardées.


                    • Marcel Chapoutier Marcel Chapoutier 30 juillet 2008 14:48

                      Pourquoi les journalistes citoyens font peur aux pros de l’info ?Tout ce que vous dite est vrai. Mais c’est facile à comprendre, ils estiment que c’est de la concurrence déloyale, le prétexte est qu’ils donneraient des infos non vérifiées.

                      Le problème pour le journalisme écrit (en pleine décroissance) est qu’il est déjà bien attaqué par la multiplication des chaines télé d’ « infos permanentes » (il devient de plus en plus difficile d’être autre chose qu’un pigiste occasionnel mal payé, les journaux dégraissent leur personnel journalistique).

                      De plus le net met à la disposition de tout le monde une documentation énorme qui n’est plus la seule exclusivité du pro. Les moyens sont exactement les mêmes, à part les infos live données par les correspondants (en voie de disparition), quoique un réseau est facile à créer sur le web...Les médias classiques envoient aussi de moins en moins d’envoyés spéciaux, donc le journaliste pro travaille sur son ordinateur comme l’amateur, à égalité.

                      Malgré ses ratées et ses défauts le journalisme citoyen est la seule possibilité de constituer un contre pouvoir réel, rôle qui n’est plus du tout joué par les médias traditionnels beaucoup trop dépendants des pouvoirs politico-économiques. Les gens qui veulent une information sans trop de "déformations dirigées" ne peuvent l’avoir que sur le web (à condition de faire une vraie sélection de pratiquer le recoupement sur un même sujet et d’avoir un sens critique développé) C’est la seule garantie d’une vraie démocratie et de ce fait doit être défendue contre les attaques qui veulent contrôler Internet.

                       Il faut rester vigilant et déterminé pour défendre ce droit fondamental.

                      Par ailleurs je pense que les trolls qui utilisent les fils d’AV afin de régler leur petits comptes privés et mesquins (en utilisant l’insulte et l’anathème) nuisent énormément au journalisme citoyen et sont presque tous des totalitaristes intolérants et très stupides…Qu’on se le dise ! 

                      Bravo Maggie vous détonnez avec les marronniés habituels de l’été ... 


                      • Olga Olga 30 juillet 2008 15:31

                        Against ?
                        Où bien, "again", comme dirait Raffarin :
                        " The yes need the no, to win again the no "

                        Pardon Léon.
                        Je suis incorrigible...





                      • Olga Olga 30 juillet 2008 15:36


                        Puis-je savoir pourquoi mon commentaire a été supprimé ?
                        Parce qu’il contenait le mot "chiant ", ou parce que je me plaignais de la suppression de 15 commentaires, à la hache ?


                      • Philou017 Philou017 30 juillet 2008 16:38

                        Léon :"Allons, allons, soyons raisonnables : "
                        raissonnable dans quel sens ?

                        "Pour avoir en toute modestie essayé (mais en n’y parvenant que très rarement) de faire du journalisme pour Agoravox, il faut admettre que c’est très difficile pour un non-professionnel. Le « journalisme » d’Agoravox n’est qu’un journalisme d’opinion et n’apporte que rarement de l’information. "
                        Faux. Le journalisme citoyen apporte souvent une information qui n’est pas ou mal répercutée par la presse. il s’agit donc d’une vraie information, originale et nouvelle. De plus, l’opinion est parfaitement présente chez tout journaliste, quelque soit son désir d’objectivité.

                        Celle-ci est difficile à aller chercher, il faut du temps, du métier, des relations, de l’argent aussi, le plus souvent.
                        Les gens peuvent faire part de leur expérience personnelle, nul besoin d’argent ou de relations. De plus, le web constitue une mine d’informations et de documentation qui permet de recouper l’information et de la vérifier, de rassembler et de connecter des infos. Il faut du temps, mais guere plus.
                        Là ou vous avez raison, c’est sur les enquêtes sur le terrain où le journaliste citoyen peut connaitre un certain déficit. Néanmoins, l’information citoyenne circule aussi sur le net par le biais des témoignages.
                        Quand aux enquêtes journalistiques, elles sont tres limitées dans la plupart des domaines. Un journaliste professionnel digne de ce nom n’a pas de relations, mais des informateurs. Le contraire de ce qui se passe aujourd’hui dans bien des cas.

                        A quand la création d’agences de presse citoyennes et indépendantes ? c’est le seul moyen de s’affranchir de la dictature des agences de presse, au service des financiers qui les possedent.
                        S’il est vrai qu’on peut difficilement se passer d’un journalisme de terrain, celui-ci est tellement limité à l’heure actuelle que le journaliste citoyen constitue un remplaçant certes pas idéal, mais bien plus valable que vous ne le supposez.
                        Le journaliste d’aujourd’hui fournit encore une information de base, mais qu’il faut prendre avec des pincettes tellement il est dans un systeme d’influence et d’intérêt à tous les niveaux (financier, politique, policier, économique, idéologique).

                        Sans compter les indispensables qualités rédactionnelles.
                        Il y a des journalistes capables d’une qualité rédactionnelle tout à fait correcte. De plus, je pense que le contenu est plus important que le contenant.

                        Le journalisme "citoyen" ne remplaçera jamais le journalisme professionnel. Au mieux peut-il constituer un aiguillon,une garantie contre la censure, et un modeste complément .
                        Je ne suis pas d’accord. Le journalisme citoyen, les forums et les sites thématiques sont mes meilleures sources d’information. Je ne consulte les médias traditionnels que pour les infos de base, qu’il faut presque toujours vérifier.
                        En somme, le journalisme professionnel n’est qu’un modeste complément au journalisme citoyen...


                      • Marcel Chapoutier Marcel Chapoutier 30 juillet 2008 16:45

                        @ Leon
                        Je ne suis pas du tout d’accord avec vous, sur plusieurs sujets (que vous n’avez certainement pas suivi à cause de votre préjugé trop sûr de tout savoir) sur AV pour prendre ce support citoyen, nous sommes parvenu à éclaircir des situations embrouillées (grâce aux liens aussi bien sûr) qui ne l’étaient pas dans les médias (à part sur le net mais un peu après)...

                        La presse d’opinion est au moins (sinon plus) plus de la moitié des parutions, le Monde, Libé, le Figaro, etc...

                        Avoir une carte de journaliste n’est pas suffisant comme gage de qualité, même d’écriture.

                        Il y a les grandes plumes c’est vrai, il y en a de moins en moins, elles resteront de toute façons.

                        Le but du journalisme citoyen n’est pas de remplacer le journalisme proféssionnel, il est complémentaire et peut pallier aux "défaillances" sur des sujets délicats à traiter ou trop chauds afin de contrer l’éventuelle désinformation des médias traditionnels. Il y a quand même de nombreux exemples...Non ?

                        De toute façon le journalisme citoyen a une très grande qualité, celle de rendre actif, de chercher l’info sans attendre qu’on nous la fournisse, prédigérée, la pensée unique, le bourrage de crane, la propagande, ou ce que vous voulez...


                      • Annie 30 juillet 2008 16:49

                        Olga,
                        Versus peut aussi impliquer une comparaison, sans que les objets comparés soient forcément incompatibles. Ce serait un peu la réponse à l’article, que le journalisme du web est en fait complémentaire du journalisme professionnel. 


                      • Olga Olga 30 juillet 2008 17:19

                        Oui Annie.
                        C’est pour ça que je prenais l’allégorie du match sportif, où les équipes sont opposées mais aussi complémentaires. Sinon, pas de match possible.


                      • Philou017 Philou017 30 juillet 2008 21:19

                        @ Philou17 « il s’agit donc d’une vraie information, originale et nouvelle.  » J’aimerais bien que vous m’en donniez, disons trois, en un an, sur Agoravox. Pour voir...
                        Pas difficile : il y a les articles de Forest Ent et de Michel Santi sur la crise économique,
                        http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=29728
                        www.agoravox.fr/article.php3
                        les articles deTarik Eilée sur le 11 Septembre,
                        www.agoravox.fr/article.php3
                        www.agoravox.fr/article.php3
                        des articles de Morice sur le trafic d’armes dans le monde ou sur l’Irak,
                        www.agoravox.fr/article.php3
                        www.agoravox.fr/article.php3
                        www.agoravox.fr/article.php3
                        des articles sur les vaccins,
                        www.agoravox.fr/article.php3
                        La santé,
                        www.agoravox.fr/article.php3
                        et bien d’autres encore. Et je ne parle pas de ceux où les meilleures infos se trouvent dans les commentaires, comme celui de Michel Santi aujourd’hui www.agoravox.fr/article.php3

                        « Un journaliste professionnel digne de ce nom n’a pas de relations, mais des informateurs. » Là, je suppose que c’est une blague. Vous en connaissez, vous des journalistes professionnels ? Moi, oui. Je connais l’épaisseur de leur carnet d’adresses.
                        C’est bien cela que je leur reproche. l’epaisseur de leur carnet d’adresses est inversement proportionnelle à leur capacité d’investigation et à leur impartialité, à mon avis.

                        Pour les qualités rédactionnelles, oui, certains rédacteurs d’Agoravox en ont. Il y a une dizaine de bonnes signatures. Mais s’agit-il de qualités rédactionnelles journalistiques ? C’est à voir...
                        Pour prendre un exemple perso, après coup, j’ai soumis à un journaliste le
                        reportage que j’avais fait sur la criée de Sète pour critique. Je ne vous dis pas comment il me l’a massacré ! Gentiment, mais massacré quand même, alors que j’en étais plutôt content. C’est un métier...
                        Relativement d’accord pour les qualités rédactionnelles, mais on peut apprendre à présenter un texte, à le structurer, à le rendre intéressant. A quand des tutoriaux journalistiques pour les citoyens journalistes ?


                      • wesson wesson 30 juillet 2008 22:17

                        Léon, vous êtes méchant.

                        Mon unique article publié ici et qui me vaut de commenter sur un joli fond bleu reprenait une information dont aucun média Français n’a parlé, à ma connaissance.

                        J’estimai le sujet d’actualité et important (un accord secret répréssif négocié en loucedé par la commission européenne qui à priori n’a pas été mandaté pour cela, et presque avalisé au G8).

                        J’ai même fait la une, c’est dire si maintenant je peux briller en société !

                        Comme quoi, du fond de ma campagne, et avec seulement Internet et la curiosité d’une fouine, j’ai fait du journalisme d’information, pendant que le mass média ne parlaient que du CD de Carla...



                      • Marcel Chapoutier Marcel Chapoutier 30 juillet 2008 23:20

                        @ Léon

                        Je me cite

                        "Le but du journalisme citoyen n’est pas de remplacer le journalisme professionnel, il est complémentaire et peut pallier aux "défaillances" sur des sujets délicats à traiter ou trop chauds afin de contrer l’éventuelle désinformation des médias traditionnels. Il y a quand même de nombreux exemples...Non  ?"

                        Et vous vous me répondez :
                        "Mais enfin, de là à prétendre que ce journalisme citoyen pourrait remplacer l’autre, c’est une vaste blague. Croyez-le si vous voulez, c’est votre droit."

                        Vous ne lisez donc pas les commentaires jusqu’au bout, je m’excuse mais les dialogues de sourds ce n’est vraiment pas mon truc, moi je lis attentivement afin de ne pas être à coté de la plaque, c’est la moindre des choses, à mes yeux en tout cas...

                        Je voulais dire aussi que bien souvent des commentaires sont meilleurs et plus instructifs que certains papiers pas très bien ficelés, c’est aussi l’intérêt d’AV, il faut faire bien sûr abstraction des idioties, il y a parfois des pépites au milieu des cailloux gris...Faut trier !


                      • clostra 31 juillet 2008 01:22

                        Bonjour Léon

                        Le journalisme citoyen devrait également relayer des informations locales.

                        Par ailleurs, dans certains cas, il consiste peut-être à enlever une épine du pied des journalistes professionnels.

                        Ensuite c’est également exercer son esprit critique. Un exemple - en gestation - après le passage du président de l’Europe en Irlande, le % des contre le minitraité a augmenté de quasi 20%, passant à 71% Ce grand petit pays sait résister (il s’est beaucoup exercé contre les Anglais). Une histoire de religion, de langue...
                        A contrario, les belges deux fois (mais là je fais attention car nous sommes sur AV), une fois ils veulent être français, une fois ils veulent être belges. Faut pas qu’ils nous démollissent notre hexagone !

                        ça me travaille !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès