Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Actualités > Médias > Yves Michaud viré de France Culture : « J’ai été doublement cocu de (...)

Yves Michaud viré de France Culture : « J’ai été doublement cocu de Polanski »

Pourquoi n’entend-on plus la voix du philosophe Yves Michaud dans l’émission L’Esprit Public qu’anime Philippe Meyer chaque dimanche sur France Culture ? Sa dernière prestation date du 4 octobre 2009 aux côtés de Jean-Louis Bourlanges et de Max Gallo.
 
Or, depuis 2003, Yves Michaud que j’ai interviewé (cf. ci-dessous), était l’un des piliers de cette émission réputée du service public qui fête ses dix ans d’existence le 3 décembre prochain (ce très bon papier de Jérôme Leroy aurait du me mettre la puce à l’oreille).

A vrai dire, la disparition d’Yves Michaud des antennes de France Culture serait passée complètement inaperçue si Philippe Meyer lui-même ne m’avait donné l’idée d’en savoir davantage.
 
NB : Je rajoute, tout en bas de l’article, après l’interview de Yves Michaud et la vidéo, un mail que celui-ci vient de m’adresser aujourd’hui dimanche 8 novembre à 15h30...
 

C’est une sale histoire. Et Dieu (ou Philippe Meyer) sait que je ne voulais pas en arriver là. En arriver où ? Philippe Meyer estimera sans doute que je suis en train de régler des comptes. Ce qui est faux. J’ai la plus grande estime pour cet écrivain et homme de radio que j’écoute depuis fort longtemps. J’ai même publié, sur Agoravox, un article sur un recueil de chroniques d’Alexandre Vialatte qu’il avait préfacé à sa façon éclairée, malicieuse et cultivée. Meyer est en outre apprécié des lecteurs d’Agoravox. Plusieurs articles parlent de lui sans agressivité.

Jusqu’à ce qu’un certain commentaire ne vienne troubler cette paix...
 
Voici l’histoire : récemment, j’ai souhaité interviewer Philippe Meyer au sujet de son dernier ouvrage Un Parisien à travers Paris (Laffont, 2009).

Pour effectuer cette interview, j’ai suivi le chemin habituel dans ces cas-là : contact avec l’éditeur qui me renvoie sur l’attachée de presse de Philippe Meyer. Je lui précise que je suis aussi auteur d’un ouvrage sur un chroniqueur du pavé parisien, ami de Robert Doisneau et de Prévert. L’attachée de presse me demande dans quel support cet article paraîtra. Je réponds Agoravox.

Funeste erreur que je paierai cher. Mais pour l’heure je vivais d’espoir. Son assistant me contacte, me confirme un rendez-vous pour le vendredi 30 octobre dans l’après-midi. Entre temps j’ai reçu le livre que j’ai dévoré, pris des notes, préparé l’interview. Je patiente, confiant. Le jour approche. J’ai l’assistant de Philippe Meyer plusieurs fois au téléphone. Le jour dit le lieu et les modalités de l’interview ne sont toujours pas fixés. Au bout d’un moment je trouve cela plutôt incorrect. Je rappelle l’assistant. Celui-ci me passe Philippe Meyer qui, furieux, m’annonce qu’il annule le rendez-vous, arguant qu’Agoravox avait publié à propos de l’Esprit Public « une prétendue information fausse  » (c’est ce qu’il m’écrira deux jours plus tard).

N’étant pas l’auteur de cette « prétendue information fausse », je ne suis pas en cause, mais Philippe Meyer ne répondra pas à mes questions. C’est sans appel. Définitif. Je suis complice, en quelque sorte. Je lui rétorque que si l’information (il ne me dira jamais de quelle information il s’agit) est fausse, il est facile de demander sa suppression. Il se trouve, vérification faite, qu’il ne s’agit pas d’un article, mais d’un simple commentaire signé Docdory, figurant sous l’article :
Alain Finkielkraut, la justice américaine vaut-elle Polanski ?

L’article revient en détail sur la joute qui avait opposé le 9 octobre, lors de l’émission animée par Nicolas Demorand sur France Inter, les philosophes Alain Finkielkraut et Yves Michaud au sujet de l’affaire Polanski.

Docdory avançait dans son commentaire, sans véritable preuve que, « suite à ce débat avec Finkielkraut , Yves Michaud qui participait régulièrement à une émission radiophonique de Philippe Meyer a été " remercié " par ce dernier ... Information à confirmer !  ». Suite à cette allégation, le fil de commentaire réagit mollement.

JL
répond : « Si c’est vrai c’est extrêmement grave. J’ai entendu ce débat. Michaud a gagné par KO. Finkielkraut s’est ridiculisé, une fois de plus. J’écoute régulièrement l’émission de Meyer. Je pense que si Meyer a remercié Michaud, ou bien il a subit des pression, ou c’est par solidarité de chapelle : les deux sont également animateurs sur France Q. Dans un cas, Michaud a été remercié pour ses prises de position sur l’affaire Polanski, dans le second parce qu’il a ridiculisé un confrère : on ne tire pas sur une ambulance, surtout quand elle fait partie de son camp  ».

Ce à quoi Docdory répond : « Je le sais car un de mes proches connaît un peu Yves Michaud et a reçu un mail de lui à ce sujet . Ceci est confirmé par le fait qu’il n’était pas à l’émission de Philippe Meyer à laquelle il aurait du participer ce dimanche. Une interrogation de Google me signale qu’un autre internaute à eu vent de la chose car Yves Michaud l’aurait annoncé à Dijon ».
 
Puisque Philippe Meyer refusait de me dire quel article l’avait mécontenté, j’ai cherché et trouvé. Dans mon mail à Philippe Meyer, outre le fait que j’exprimais mes regrets de n’avoir pas pu le rencontrer, je lui adressais aussi le lien vers ce commentaire qui m’intriguais de plus en plus. Il est vrai que Michaud ne participe plus à l’Esprit Public. Il est vrai que ses arguments face à Finkielkraut sont plutôt convaincants...

Et si les assertions de Docdory étaient vraies ? Après tout, il est facile de vérifier. Je contacte donc Yves Michaud. Ce que ce dernier me révèle dans l’interview qui figure ci-dessous dépasse largement l’imaginable.
 
Yves Michaud a été remercié par Philippe Meyer, sans explication, suite à l’enregistrement de l’Esprit Public du 4 octobre où, de concert avec Max Gallo et Jean-Louis Bourlanges, il évoque la calamiteuse affaire Polanski non pas pour prendre la défense du cinéaste mais tout simplement pour rappeler les simples règles de droit.
 
Le 7 octobre Michaud est remercié par un simple mail. Le directeur de France Culture s’excuse auprès de lui de ce licenciement. Puis le 9 Michaud est invité sur France Inter pour parler de son livre, Qu’est-ce que le mérite ? (François Bourin éditeur).
 
L’affaire Polanski revient sur le tapis, mais vous verrez qu’éclairée par Yves Michaud elle prend une épaisseur bien différente de celle des récits que nous avons pu lire ici et là. Yves Michaud, finalement, ne sait pas vraiment pourquoi il a été remercié de l’Esprit Public après six ans de collaboration. Certainement que les lecteurs d’Agoravox se feront leur idée après avoir lu ses propos...
 
D’ailleurs, petit parallèle que l’on pourrait juger amusant, Meyer semble avoir vécu ce que Michaud vit aujourd’hui comme le rappelle Daniel Scheidermann qui écrivait (Le Monde du 8/03/98) : "Philippe Meyer vit naguère supprimer sa collaboration à « L’Heure de vérité » après une vitriolisation de Jack Lang se terminant on cite de mémoire par cette apostrophe : « Mais l’important n’est-il pas que vous ayez votre photo dans Paris-Match ?  » ".
 
Ne fais pas aux autres ce que tu ne voudrais pas qu’on te fasse...
 
 
Interview Yves Michaud le 6 novembre 2009 :

Olivier Bailly : Pourquoi selon vous Philippe Meyer vous a-t-il congédié du jour au lendemain le 7 octobre. Que s’est-il passé ?
Yves Michaud : Je n’en sais rien, je n’ai pas de raison. C’est un mail qui m’a dit de rester chez moi. Sans explication, sans rien.

OB : Depuis combien de temps travailliez-vous dans l’émission l’Esprit Public ?
YM : Il m’a invité la première fois le 3 octobre 2003. Donc depuis six ans. Pratiquement chaque semaine. J’étais considéré comme l’un des trois permanents avec Bourlanges et Gallo.

OB : Avez-vous des conctacts avec lui depuis ce mail ?
YM : Non, aucun.

OB : Vous avez reçu des excuses du directeur de France Culture, c’est assez paradoxal
YM : Oh, eh bien parce que la méthode était cavalière, je suppose. C’est tout. Cela dit c’est quand même Meyer qui est responsable de son émission. Moi, que ça soit bien clair, c’est sur la manière que je suis le plus mécontent. Je considère que Meyer est le responsable de son émission. Il prend qui il veut, et il change avec qui il veut, que ça soit bien clair. J’ai toujours considéré que j’étais un membre temporaire, même si je me suis aperçu à cette occasion-là que ça faisait six ans. Donc c’est lui le responsable, c’est lui le créateur de la formule. Il fait strictement ce qu’il veut. J’aurais apprécié que ça se passe dans des conditions légèrement différentes et pas être congédié comme un domestique.

OB : Si on essaye de comprendre un peu plus précisément les raisons, il semble que c’est l’enregistrement de l’émission du 4 octobre qui a déclenché cette affaire ?
YM : J’ai deux conjectures. Je l’ai vu vraiment irrité le 4 octobre. J’avais d’ailleurs développé les mêmes idées qu’avec Finkielkraut sans aucun problème, celles que développe par exemple Olivier Mongin dans le numéro d’Esprit de cette semaine. J’ai vu que Meyer était très irrité par ça et j’ai souligné que nous n’étions pas d’accord, que je n’étais pas d’accord avec lui pendant l’émission. L’autre explication, plus machiavélienne, serait qu’il voulait rééquilibrer son émission parce que Gallo représente la droite, Bourlanges le centre et Olivennes la gauche donc je n’avais plus ma place. C’est possible, aussi, ça. Mais j’aurais apprécié qu’il me le dise.

OB : C’est l’affaire Polanski qui a donc déclenché tout ça
YM : Oui, je pense que c’est l’affaire Polanski. Cette affaire en elle-même est extrêmement intéressante. Je me réserve d’y revenir un de ces quatre matins sous forme plus argumentée. Elle a quand même rendue manifeste une polarisation très forte dans la société française entre, disons, la France d’en haut et la France d’en bas. La France d’en haut, c’est-à-dire les élites parisiennes médiatiques, et puis le commun des mortels, dont je suis d’ailleurs, puisqu’on voyait partout que les sondages donnaient 60 à 70% de gens qui trouvaient les poursuites légitimes, mais exactement comme pour Chirac ou pour le fils de Sarkozy. Effectivement aujourd’hui il y a un vrai clivage entre la France d’en haut, parisienne, médiatique, arrogante, et la France d’en bas. Ce qui m’amuse le plus, de ce point de vue-là, c’est que d’habitude c’est la France d’en bas qui détestait la France d’en haut. Aujourd’hui c’est plutôt l’inverse. Il y a une sorte de haine envers le peuple très étonnante qui d’ailleurs se traduit aussi chez certains penseurs !

OB : Vous disiez tout à l’heure que Philippe Meyer était irrité lors de l’enregistrement de l’émission du 4 octobre. Vous vous souvenez pour quelles raisons ?
YM : Je revenais au fait. Ce que j’ai dit plus tard avec Finkielkraut. Il se trouve que c’est un dossier que je connais, que les abus sexuels ce n’est pas rien, que de toute manière il y avait eu viol, sodomie, il y avait eu un arrangement avec la justice américaine puisque ça fait partie du fonctionnement normal avec la justice américaine et que Polanski était quand même un fugitif. Point à la ligne.
 
OB : Lors de cette émission, Max Gallo et Jean-Louis Bourlanges sont sur votre longueur d’onde. Dans ce cas, on ne comprend pas bien les raisons qu’aurait eu Philippe Meyer de se séparer de vous
YM : Ils enveloppent toujours plus leurs propos. Moi j’avais la réputation d’être extrêmement direct et même un peu mal léché. Même quand c’est la même chose c’est plus enveloppé, tandis que moi c’est plus direct. Encore une fois, quand vous êtes viré du jour au lendemain au bout de six ans, et juste avant la fête du 10ème anniversaire (le 3 décembre), vous vous posez des questions, c’est tout, comme n’importe quel employé pourrait se poser des questions.

OB : Les auditeurs aussi se demandent pourquoi Yves Michaud n’apparaît plus dans l’Esprit Public !
YM : Philippe Meyer a écrit dans le temps un livre très bien qui s’appelle Le communisme est-il soluble dans l’alcool ? Il connaît très bien le fonctionnement soviétique, mais il le pratique aussi !

OB : Après l’émission du 4 octobre, vous êtes invité la semaine qui suit, le 9 octobre, sur France Inter, avec Alain Finkielkraut, pour parler de votre livre, Qu’est-ce que le mérite ? (éditions François Bourin).
YM : J’étais invité de 9 heures moins vingt à 9heures pour parler de mon livre.

OB : Mais pourquoi l’affaire Polanski revient-elle alors sur le tapis ?
YM : Ce n’est pas du tout de ma faute. Je suis hors du studio, j’attends mon tour, comme chez le coiffeur, et brusquement Finkielkraut se livre à une sortie invraisemblable en faveur de Polanski, dénonçant le lynchage par Internet et le peuple de ce grand artiste Polanski. C’est assez marrant ce qui se passe. J’attendais donc de passer et les gens autour de Demorand me demandent « vous entendez ce qu’il dit ? ». Je réponds que j’entends vaguement mais, qu’est-ce que vous voulez, je m’en fiche un peu. Et puis comme l’avant veille je m’étais fait virer, Polanski je commençais à en avoir marre.
 
Ils me disent alors que Demorand allait sûrement me poser des questions là-dessus. Bon. En studio pendant ce temps il y avait plein d’appels indignés des gens. Quand je rentre on me pose la question et je dis que je ne suis pas du tout d’accord. En un sens, ça le soulage beaucoup, Demorand, parce qu’il était content d’avoir un contradicteur de Finkielkraut. Mais ce n’était pas du tout prévu, c’était du direct absolu. Il était content d’avoir un contradicteur parce que tous les auditeurs téléphonaient, fous de rage. Moi, j’étais un peu désabusé en me disant que c’était foutu pour le Mérite ! Et comme je l’ai dit, "j’étais venu parler de mon livre, mais puisqu’il faut parler de Polanski on va en parler". C’est à ce moment-là que se produit la joute.

OB : Vous avez été, selon votre propre expression, « doublement cocu de Polanski »
YM : Exactement. Et puis alors en plus, au moment de partir, je dis à Demorand « dites donc, vous étiez bien content de m’avoir, mais vous m’avez baisé parce qu’on n’a pas parlé de mon livre » et je lui ai dit « il faudra me réinviter ». Mais je n’ai rien vu venir, depuis. J’ai eu l’impression qu’il ne fallait pas trop toucher à Finkielkraut.
 
La vidéo de l’émission du 9 octobre animée par Nicolas Demorand sur France Inter, les philosophes Alain Finkielkraut et Yves Michaud au sujet de l’affaire Polanski :
 
 
Mail de Yves Michaud suite à cet article. Adressé à l’auteur dimanche 8 novembre à 15h30 :
"Dans l’émission L’esprit public de ce matin dimanche 8 novembre, Denis Olivennes a consacré sa brève en fin d’émission à une longue présentation du film documentaire Polanski wanted and desired de Zanovitch pour dire à quel point tout ce qui avait été raconté en France sur l’affaire ("un délit maintenant") était faux et mal informé et de quelle manière ce documentaire remettait en cause toute l’enquête américaine.
 
Cette "brève" était fort longue et je ne pense pas qu’elle soit venue "du ciel" C’était une manière très habile de contrer votre reportage par un avis savant et sentencieux : vous avez défendu en fait quelqu’un qui disait des sottises. Cela justifie indirectement mon éviction et signe assez clairement l’opération Olivennes-Meyer.
 
Du coup je pense que mes deux explications ont des chances d’être vraies à la fois : Polanski a servi de prétexte pour me virer et Meyer voulait me remplacer par Olivennes. Cela confirme aussi ce que je dénonçais quant à la position de fond de l’élite de pouvoir médiatique sur cette affaire."
 
 
Photos : FranceInter


Sur le même thème

Béatifier un protecteur de nazis ?
Affaire Merah : Deux familles demandent le dessaisissement du juge Tessier
Interview de Poutine du 4 juin 2014, information tronquée par TF1
Avec le nucléaire, on tourne en rond!
Juifs = méchants


Les réactions les plus appréciées

  • Par Yannick Harrel (---.---.---.119) 6 novembre 2009 17:42
    Yannick Harrel

    Bonjour,

    M. Michaud est dans le vrai concernant le clivage béant entre deux France : celle du microcosme parisianiste et le reste de la France. Celle qui se croit et se veut surtout (!) au-dessus des lois républicaines et celle qui les subit dans toute sa rigueur. Finalement on en revient au même constat chaque jour qui passe : une élite qui agit telle une sangsue sur le corps social, et qui ne se prive pas en outre de lui asséner des cours de morale...

    Cordialement

  • Par Sylvain Reboul (---.---.---.106) 6 novembre 2009 19:10
    Sylvain Reboul

    Les esprits libres défient les pouvoirs et ceux-ci se sentent toujours menacés par une voix, qui, parce que libre, reste imprévisible ; cette menace concerne tout autant le pouvoir de ceux qui se donnent pourtant volontiers un rôle critique des pouvoirs dans les médias. Que l’on soit d’accord ou non avec Yves Michaud sur le contenu de ses commentaires, il est incontestable qu’ils sont toujours solidement argumentés et que par là ils sont nécessaires au débat démocratique.

    L’esprit public sans Yves Michaud n’est plus l’esprit public, mais l’esprit privatisé par ceux qui en font leur fond de commerce et qui censurent tout ce qui risque de mettre en cause leur petit pouvoir médiatique personnel, lequel exige qu’ils dirigent un jeu de rôles prévisible .

  • Par Philou017 (---.---.---.251) 6 novembre 2009 18:46
    Philou017

    J’avais envoyé un email quelques jours après ce débat à l’Esprit Public concernant le possible débarquement de Michaud. Ils n’avaient pas daigné me répondre.

    C’est là où on s’apercoit que le milieu médiatique est surtout formée d’une coterie de gens qui se cooptent, se défendent mutuellement et font la police quand une figure de proue est attaquée.

    Quand à Philippe Meyer, c’est un Tartuffe, comme les aime le PAF.

    Comment faire la moindre confiance à ce milieu médiatique, auto-controlé et corseté ?

  • Par Lapa (---.---.---.139) 6 novembre 2009 17:14
    Lapa

    extrêmement instructif, merci.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès







Partenaires