Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > 14 Juillet : Mme Aubry se paye à nouveau la tête des Français

14 Juillet : Mme Aubry se paye à nouveau la tête des Français

À l’occasion du 14 juillet 2011, Mme Aubry vient de mettre en ligne une vidéo de 3 minutes 24 qui restera comme une anthologie de l’hypocrisie et des mensonges les plus arrogants qu’une personnalité politique prétendument « de gauche » peut asséner en aussi peu de temps aux Français.

Source : http://www.lemonde.fr/politique/article/2011/07/14/martine-aubry-promet-aux-francais-que-le-changement-est-proche_1548564_823448.html

Pendant cette durée, et alors que la crise économique, monétaire et sociale prend des proportions catastrophiques à l’échelle du continent, Mme Aubry a réussi le tour de force de ne pas prononcer une seule fois ni le mot « Europe », ni le mot « construction européenne », ni le mot « euro », ni le mot « crise », ni le mot « banques », ni le mot « dollar », ni le mot « création monétaire », ni le mot « BCE », etc.

En revanche, la très européiste Mme Aubry a osé se draper dans toutes les grandes valeurs républicaines que la construction européenne est justement en train de détruire !

Un tel culot mérite une petite explication de texte, à partir des principaux extraits de cette déclaration :




——- EXTRAITS DE LA VIDÉO ——————–

Mme AUBRY : «  Le 14 juillet est une promesse d’égalité, de liberté, de fraternité, de laïcité. »

=> Commentaire :

Il est très gentil de se prévaloir, l’espace d’un 14 juillet, des valeurs de la République. Mais dites-nous donc, Mme Aubry, POURQUOI ces valeurs républicaines, qui font l’objet d’un soutien écrasant chez les Français, sont de plus en plus remises en cause ?

Mme Aubry, vous savez mieux que quiconque que si les grandes valeurs républicaines sont en train de disparaître, c’est précisément parce que la République française a perdu l’essentiel de ses pouvoirs au profit de l’Union européenne.

Mme Aubry, vous savez mieux que quiconque que, votre père et vous-même, vous avez applaudi depuis 30 ans à ce vol, tout comme y ont applaudi les socialistes, les centristes, les Verts et l’UMP.

Mme Aubry, vous savez parfaitement que si les valeurs de la République disparaissent, ce n’est pas principalement de la faute de M. Sarkozy comme vous aimeriez tellement le faire croire aux Français pour les empêcher de réfléchir plus loin. M. Sarkozy n’est pas différent de M. Copé, de M. Juppé, de M. Hollande, de M. Strauss-Kahn, de M. Bayrou, de M. Cohn-Bendit ou de vous-même ! Vous n’êtes tous que des marionnettes interchangeables dans la main de l’oligarchie euro-atlantiste. Vous n’êtes que des larbins et des fusibles, que le Système change l’un après l’autre quand ils ont fait leur temps.

Si notre pacte républicain disparaît, c’est donc de votre faute collective et les Français, en nombre croissant, commencent à le comprendre : c’est parce que vous avez tous donné votre accord à la substitution de l’Union européenne à la République française.

Or, Mme Aubry, vous savez parfaitement que les devises implicites de l’Union européenne sont exactement l’inverse des devises de la République. Elles se nomment : INÉGALITÉS, DICTATURE DES LOBBYS ET DES MARCHÉS, CHOC DES CIVILISATIONS et COMMUNAUTARISME !

 

LA LAÏCITÉ EST UNE SPÉCIFICITÉ FRANÇAISE QUE L'ON NE RETROUVE PAS AILLEURS EN EUROPE - Par exemple, des crucifix ornent les écoles publiques en Italie, en Irlande, en Bavière, en Autriche, en Espagne, etc.

 

L'EUROPE EST LE PARADIS DE TOUS LES TRAFICS D'INFLUENCE : Tout le monde sait que les institutions européennes sont tellement artificielles, complexes et ennuyeuses, qu'aucun peuple ne s'y intéresse. La Commission est ainsi le jouet de 15.000 lobbies qui utilisent toutes les manœuvres, y compris la corruption et le chantage, pour imposer le triomphe des intérêts privés. L'Europe, c'est le pouvoir donné aux lobbys industriels, financiers et atlantistes, et Mme Aubry le sait parfaitement.

 

Mme AUBRY : «  Une société où les privilèges de la naissance ne font pas le destin d’une vie ».

=> Commentaire :

Le culot de « Martine Tartuffe » dépasse l’imagination : non seulement Mme Aubry doit une partie importante de sa carrière à son père Jacques Delors, mais son papa a déjà commencé à mettre en scène la petite fille Clémentine Aubry, en la propulsant sur la scène médiatique le 7 mai 2010 dans le journal La Croix !

Mme Aubry fustige les privilèges de la naissance mais le népotisme de sa famille et celui qui règne au PS est du même acabit que celui qui sévit à l’UMP (avec notamment Jean Sarkozy) ou au FN (avec le père Le Pen et toute sa famille : fille, gendre, petite fille) !

LE NÉPOTISME DE LA FAMILLE DELORS-AUBRY : Martine AUBRY n'aurait pas fait la carrière qu'elle a faite si son papa ne l'avait pas constamment poussée en avant, notamment auprès de François Mitterrand.

LE NÉPOTISME DE LA FAMILLE DELORS-AUBRY 7 mai 2010 : après avoir assuré la carrière de sa fille Martine Aubry, l'ultra-européiste Jacques Delors commence à promouvoir médiatiquement la carrière de sa petite fille Clémentine AUBRY (http://www.la-croix.com.prd-jsp.bayardweb.com/-Faire-l-Europe-c-est-tres-dur-/documents/2425000/25692)


Mme AUBRY : « Une société où quelques-uns ne décident pas pour tous »

=> Commentaire :

De plus en plus fort dans la tartufferie : Mais dites-nous, Mme Aubry : qu’est-ce que la Banque Centrale Européenne (BCE) et la Commission européenne – que vous avez appelé les Français à soutenir et à mettre en place depuis un demi-siècle – si ce n’est, justement, des institutions dictatoriales où quelques personnes non élues décident pour tous ?

Pourquoi avez-vous applaudi, Mme Aubry, à la nomination de Mme Lagarde à la tête du FMI, alors que Mme Lagarde est de notoriété publique une responsable très proche des centres du pouvoir américain et du lobby militaro-financiéro-industriel états-unien ?

Que pensez-vous, Mme Aubry, de la nomination de M. Draghi, ancien vice-président de Goldman Sachs pour l’Europe, à la tête de la BCE ? Trouvez-vous normal que cet homme, qui va en partie décider de l’avenir de 500 millions de personnes n’ait été élu par personne sauf par.. Goldman Sachs ?

Mario Draghi, ancien vice-président pour l'Europe de Goldman Sachs, sera le prochain président de la BCE après la fin du mandant de Jean-Claude Trichet

 

Mme AUBRY : « je rends hommage à nos soldats engagés dans le monde qui défendent avec courage les valeurs de la France ».

=> Commentaire :

Quelle honte d’entendre une telle phrase dans la bouche d’une élue qui se réclame par ailleurs de la filiation de Jean Jaurès !

Pouvez-vous nous dire, Mme Aubry, pourquoi la France participe quotidiennement à des crimes de guerre en Afghanistan et en Libye ?

Que pensez-vous du qualificatif de « bavures » utilisé par la presse occidentale pour qualifier les dizaines de milliers de civils, hommes femmes et enfants, que nos militaires ont contribué à tuer « par erreur » ?

En quoi les Afghans ont-ils « mérité » que l’armée française vienne les bombarder, avec l’Eurocorps et l’OTAN ?

LES "VALEURS DE LA FRANCE" VUES PAR LA "SOCIALISTE" AUBRY !! Des dizaines de milliers de civils ont été anéantis par des "bavures" occidentales....


Et si l’on s’arroge un droit d’ingérence qui viole le droit international, pourquoi faudrait-il n’apporter prétendument la démocratie que dans les pays choisis par Washington ? Mme Aubry, est-il conforme aux « valeurs de la France » de s’aligner complètement sur les États-Unis d’Amérique, de ne jamais dire un mot contre ce qui se passe dans la prison américaine de Guantanamo, ou contre les trafics d’organe au Kosovo, ou contre les prisons secrètes de la CIA en Europe, ou contre le régime dictatorial (tenu à bout de bras par 50.000 soldats américains) qui prévaut en Arabie saoudite ?

Pourquoi avez-vous des indignations à géométrie variable, Mme Aubry, et pourquoi votre soutien aux guerres illégales et scandaleuses menées par la France sont-elles parfaitement conformes à ce qu’attendent de vous les commanditaires américains de la « construction européenne » ?

LA TOILE D'ARAIGNÉE, EN EUROPE ET DANS LE MONDE, DES PRISONS SECRÈTES DE LA CIA ---- Le scandale de ces violations multiples des Droits de l'Homme et de la violation de la souveraineté des États a été révélé au Conseil de l'Europe (qui n'a rien à voir avec l'Union européenne), grâce à l'avocat suisse Dick Marty et au soutien des Russes et des Norvégiens qui sont présents au sein de ce Conseil de l'Europe. Les institutions de l'Union européenne (Commission, Conseil des ministres, Parlement européen), où ne siègent ni la Suisse, ni la Russie, ni la Norvège, ont organisé l'omerta en étouffant cette affaire. Ni Mme AUBRY ni le PS ne se sont émus de ces violations gravissimes des Droits de l'Homme, à l'intérieur même de l'Union européenne.


Mme Aubry : « La France doit renouer avec elle-même et retrouver l’envie d’un avenir commun »

=> Commentaire :

Mais de qui vous moquez-vous donc Mme Aubry, vous qui n’avez pas cessé depuis 20 ans d’expliquer aux Français que leur avenir était celui des lendemains glorieux de la construction européenne ?

 

CONCLUSION

Mme Aubry, vous ne valez décidément pas mieux que M. Sarkozy, ni que tous les responsables européistes, parmi lesquels votre papa, qui ont plongé la France dans l’abîme.

Le florilège qui précède montre que vous n’avez ni cœur ni honneur. Au moment où tout s’effondre, vous prenez l’air dégagé et innocent de quelqu’un qui n’aurait rien à se reprocher et vous osez vous prévaloir des valeurs que toute votre action politique depuis 30 ans, y compris au plus haut niveau de l’État, a contribué à saper.

Mme Aubry, vous êtes une hypocrite et une lâche puisque vous n’assumez même pas les conséquences de vos choix.

Quant à votre discours politique, c’est une escroquerie aussi répugnante que celle de l’UMP. Car comme M. Sarkozy ou ses clones, vous tentez de faire croire aux Français que vous les mènerez là où ils le souhaitent, alors que vous ne voulez qu’une seule chose : poursuivre, comme une hallucinée, la prétendue « construction européenne » jusqu’à ce que mort de la France s’en suive.


Moyenne des avis sur cet article :  4.45/5   (173 votes)




Réagissez à l'article

177 réactions à cet article    


  • fhijk 15 juillet 2011 08:10

    Excellent article .

    Mais à quand un article sur Hollande, le faux socialiste qui fraude l’ISF (dixit Le Canard), qui joue une comédie de proximité en Corrèze, dit qu’il « naime pas les riches », mais né nanti et en vacances bling bling sur la Côte avec une journaliste du milieu, qui a soutenu l’assassin Battisti, qui s’est affiché en 2005 avec un néo-conservateur à passeport français en soutien au TCE, qui nie la question de la loi de 1973 privatisant la monnaie au profit des banksters ?


    • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 15 juillet 2011 22:59

      Je comprends ton scepticisme face à Hollande mais je te prie de ne pas oublier l’essentiel. Avant toute chose il faut éliminer le traître, le nabot Sarkozy.

      Si le choix nous est fait de choisir entre un corrézien aux allures de Flamby qui prétend « ne pas aimer les riches » et Sarkozy, l’américain urbain de Neuilly-sur-Seine, qui les suce, alors je préfèrerais encore voter Hollande.

      Sans autres options, ce serait un moindre mal. Evidemment tout serait différent si d’autres candidats étaient à leurs places. On se comprend.

      N’oublions pas une chose : en 2012 il faudra sanctionner le sortant. Rien ne doit rester impuni.


    • gorgonzola 16 juillet 2011 00:44

      Sanctionner le sortant en votant pour le candidat concurrent revient à jouer leur jeu... le jeu de l’alternance qui consiste à faire en sorte que la droite commence les réformes de Bruxelles et que la gauche finisse ensuite le sale boulot.


    • lala 17 juillet 2011 14:34

      Ne pas oublier que la dette principale a été faite par Mitterand et donc la gauche au pouvoir.

      De plus aucun de ces politiques n’est pret à partager ses indemnités avec le peuple d’en bas

    • Pie 3,14 17 juillet 2011 14:37

      Ne pas oublier que vous dites n’importe quoi car la dette explose sous Balladur ( 1993/95) et depuis 2002 avec une accélération à partir de 2007.


    • TOHT 17 juillet 2011 18:16

      @Peachy : peux pas m’empêcher de regarder les projets voterai pour le petit par détestation projet famille PS à moins que surprise FN alors voterai MLP.


    • lala 17 juillet 2011 20:36

      Non mr par pie les années Mitterand c’est amenés la dette francaise à 52 % les autres ont fait le reste. Mais le n’importe quoi c’est de refuser la réalité


    • lloreen 15 juillet 2011 09:32

      bonjour mr asselineau
      Je suis absolument d’accord avec votre point de vue et cette attitude hypocrite n’est pas l’apanage de Mme Aubry, mais de toute personne qui refuse de voir la (triste) réalité en face.
      S’il y a bien un mot que je ne supporte plus d’entendre dans la mot de politiciens (d’ailleurs quel mot incongru ! Comme si être politicien était un emploi « réservé »...), c’est bien celui de « promesse ».
      Nous n’avons que faire de promesses.Il est temps d’agir.Et comme ce mot n’effleure jamais leurs lèvres,le constat est sans appel.
      Ces personnes ne sont rien d’autres que des hommes et des femmes de paille.Les donneurs d’ordre sont les lobbies financiers.
      Il suffit d’ailleurs de considérer les paroles d’un Amshel Mayer Rotschild

      « Donnez-moi le pouvoir de contrôler la monnaie et celui qui fait les lois m’indiffère ».

      Tout est dit, non ?



      • l’ um....PS

        QUAND J AI VU MR LONGUET VOYOU DE LA REPUBLIQUE BOMBER LE TORSE AU DEFILE............du 14 juillet
         
        J’ AI EU ENCORE PLUS DE COMPASSION POUR LES FAMILLES DE MILITAIRES DE
         
        CARRIERE....MORTS POUR ....LA FRANCE..........PLUTOT POUR CES PANTINS DE POLITIQUES AUX
         
        ORDRES DE LA FINANCE INTERNATIONALE.......ET DES COMPAGNIES PETROLIERES..

        COMME DANS LA CHANSON DE CRAONNE OU LE DESERTEUR « MRS ALLEZ LA FAIRE

        VOTRE GUERRE »  POUR TOTAL......QUI NE PAYE PAS D IMPOTS EN FRANCE..


        VRAIMENT .....LE FRIC POURRIT TOUT... surtout les politiques


      • MR ASSELINEAU ENCORE UN MEMBRE DE L ELITE ANTI-GAUCHE PRIMAIRE..

        UN DE CEUX QUI NE POURRONT PLUS SE DECROCHER...DE LA POLITIQUE

        POLITICIENNE....GRAND COMMIS DE L ETAT ET DE LA FINANCE INTERNATIONALE


      • Lucho 15 juillet 2011 10:02

        Il critique la droite de manière aussi virulente que la gauche. Si il était anti-gauche, il n’y aurait pas 55% de gens de gauche dans son parti. :)


      • papi 15 juillet 2011 11:46

        @ tous ensemble

        Vous écrivez en majuscules vos commentaires, par obligation je suppose, et due à une vue défaillante,
        vous pourrez y remédier avec une découverte récente qui s’appelle  : des lunettes"
        Pour ma part un écriture normale en minuscule me conviendrait parfaitement , en me donnant
        moins l’impression d’être agressé..
        Merci d’avance pour vos co lecteurs..


      • Maldoror Maldoror 15 juillet 2011 12:30

        @ Tousensemble retraité front de gauche :

        Le politicien partisan, en l’occurence c’est vous ! comme le prouve vos tirades grotesques :

        « anti-gauche primaire », « grand commis de la finance internationale »

        Vous n’avez vraiment pas peur du ridicule et de la mauvaise foi. 

        Les critiques formulées ici par M. Asselineau ne sont même pas de gauche ou de droite, elles tendent simplement vers la reconquête de la souveraineté nationale.
        Mais apparemment selon vous la critique du monétarisme, des guerres en Afghanistan et en Libye, de la domination atlantiste etc. c’est de l’anti-gauche primaire !
        Or d’un certain point de vue c’est une critique de gauche authentique, que formule également des Serge Halimi, Jacques Nikonoff & co.

        Vous devriez un peu questionner le parcours de vos idoles vendues à l’européisme.


      • gorgonzola 15 juillet 2011 12:46

        @TOUSENSEMBLE : heureusement que les personnes qui adhérent à l’UPR (et il en arrive tous les jours) ne s’arrêtent pas comme vous à des préjugés biaisés mais prennent le temps d’écouter les analyses et conférences de Mr Asselineau et de lire la charte fondatrice du mouvement avant de faire leur choix... Attitude que je trouve hautement plus responsable et au final respectueusement citoyenne :)


      • nilasse nilasse 15 juillet 2011 13:23

        je voterais pour le front de gauche,mais j’avoue beaucoup aimer mr asselineau. il a une vision qui depasse la droite ou la gauche.


      • gorgonzola 15 juillet 2011 14:38

        @Nilasse : concernant le Front de Gauche de Mélenchon je me permet de vous renvoyer à la réponse que j’ai faite à « xtf17 » quelques comm plus bas :)


      • nilasse nilasse 15 juillet 2011 15:25

        vous avez votre interpretation sur melenchon et j’en ai une autre. je peux affirmer sans peine que l’ecrasante majorité du staff du FG,les sympathisants et militants sont pour une sortie de l’euro comme monnaie unique,que l’on prefererait comme monnaie commune et étant donné la violence des diatribes de melenchon contre les institutions europeennes,il n’y aurait pas loin a quitter l’union. mais en politique dire trop fort ce que dit asselineau revient a un suicide politique. la preuve,il est totalement boycotté par les médias. en politique rien ne vaut la finesse. lisez entre les lignes et vous comprendrez ce que je vous dis la.


      • France libre 15 juillet 2011 16:52

        @Nilasse
        M. Asselineau et les responsables de l’UPR connaissent parfaitement bien cette entourloupe, très rodée chez tous les partis leurres, qui consiste à tenir un discours à géométrie variable selon les interlocuteurs.

        Cette entourloupe a un nom : la tactique du caméléon.
        Les responsables disent à chacun ce qu’il veut entendre.

        Voici comment cela marche :

        • En privé on susurre à certains qu’il faut en effet sortir de l’euro et de l’UE, que ce n’est plus possible, bla bla bla....
        • Mais au même moment, on rassure d’autres : il faut bien sûr rester dans l’Europe, mais nous allons sortir de l’euro, bla bla bla...
        • Et à la télé, le discours est encore différent : pas question de sortir de l’UE ni de l’euro, nous voulons seulement une « Europe plus sociale » (Front de Gauche), une « Europe des nations » (FN, DLR), une « Europe Verte » (EELV), une « Europe des Travailleurs » (NPA, LO), etc., bla bla bla...

        Dans la plupart des partis, il y a même une répartition des rôles entre les responsables pour ratisser large :
        • Par exemple au FN il y a celle qui annonce qu’elle va sortir de l’euro (Mme Le Pen), celui qui s’y refuse (M. Le Pen à la dernière présidentielle), celui qui réclame une Europe chrétienne (Gollnisch), celui qui veut une « préférence européenne » (M. Le Pen aux élections européennes de juin 2009), etc.
        • A l’UMP, il y a ceux qui votent Non en 2005 (Pasqua, Myard, etc.) et ceux qui votent Oui
        • Au PS idem (Fabius Emmanuelli d’un côté et presque tous les autres de l’autre côté).

        Ainsi cher Nilasse, vous n’êtes ni le seul ni le premier à vous manifester auprès de l’UPR pour nous tenir cet inépuisable refrain « on-ne-le-dit-pas-mais-on-n’en-pense-pas-moins ».

        Figurez-vous que des sympathisants du FN, de DLR, du feu RPF, du feu MPF, du MRC, du NPA, du MPEP, etc., viennent régulièrement démarcher le flot grossissant d’adhérents de l’UPR pour nous dire tous la même chose : CHUUUUUT ! On pense tout à fait comme vous mais venez donc avec nous, il est beaucoup plus habile d’avancer masqués...

        Eh bien NON.
        L’expérience des 19 ans écoulés depuis le traité de Maastricht montrent que c’est faux.
        SI c’était vrai, on serait sorti de la dictature européiste depuis belle lurette.

        Ce n’est pas du tout « plus habile », c’est au contraire la meilleure façon de pérenniser le système.

        Car si l’on n’explique JAMAIS clairement les choses aux électeurs, ils ne comprendront jamais ce qui se passe. A-t-on déjà vu gagner une guerre contre un ennemi dont on refuserait de nommer l’existence ?

        Et si l’on ne leur propose JAMAIS les bonnes et vraies solutions, comment pourraient-ils avoir l’idée de les réclamer ?

        Et d’ailleurs quelle serait la légitimité de M. Mélenchon pour sortir de l’UE et de l’euro si d’aventure il se faisait élire sur un programme disant ouvertement le contraire ?

        Et puis d’ailleurs, réfléchissez un instant : accepteriez-vous de signer un contrat d’embauche chez un employeur où le chef du personnel vous dirait que vous allez gagner un salaire de 3000 euros brut, où le responsable du marketing vous assurerait que vous gagnerez 4000 euros brut, où le comptable vous garantirait 2000 euros brut, et où le chef du service juridique vous remettrait un contrat de travail qui stipulerait NOIR SUR BLANC que votre salaire sera de 1000 euros brut mensuel ??

        Eh bien non. Vous ne signeriez pas et nous auriez bien raison. Car vous comprendriez que l’on vous se paye votre tête et que la seule chose tangible à laquelle vous pourrez vous raccrocher en cas de litige c’est le contrat de travail qui précise les 1000 euros seulement.

        Vous devez faire pareil en politique.
        Sinon vous vous ferez avoir.


      • anarcococo 15 juillet 2011 09:43

        DSK ex-candidat :

        Il faudra bien que quelqu’un au PS explique pourquoi DSK était très recommandable il y a quelques mois, et aussi peu aujourd’hui !

        Ou alors, les autres candidats PS sont tous du même acabit...


        • Flament Simon 15 juillet 2011 13:53

          il n’y a pas grand chose a comprendre bien que je n’approuve pas le ps il ne sont pas qu’un ramassis d’abrutis ils savent bien que DSK s’est perdu dans la course à la présidentielle même si au sein de son partit il a encore pas mal de soutien tous savent que jamais les français voteront pour lui a cause de tout ses « petits » problème. Stratégie Politique !!! ils préfèrent donc le désavoué.


        • Xtf17 xtf17 15 juillet 2011 10:08

          Je crois que tout est dit...
          Alors pour se retrouver autour de vrais valeurs de gauche et construire un avenir qui nous conviendra : Place au peuple, avec le Front de Gauche, et son candidat commun Jean-Luc Mélenchon !


          • Aureus 15 juillet 2011 11:24

            Mélenchon ?

            Vous parlez bien du rabatteur des voix populaires pour le PS ?


          • Xtf17 xtf17 15 juillet 2011 12:27

            Ecoutez l’interview sur Europe 1 :

            220s : je ne serai pas ministre d’un gouvernement PS, ça n’aurait aucun sens.
            à partir de 1660s : les électeurs du FdG ne sont pas aux ordres... la question est est-ce que le PS appelera à voter JLM si il arrive au second tour ?

            Le projet de société du FdG est tellement éloigné de celui du PS que les électeurs convaincus du FdG ne voteront jamais PS, et préféreront s’abstenir au 2nd tour s’ils n’ont le choix qu’entre Charybde et Scylla. Les conditions pour qu’il y ait un rassemblement du FdG avec le PS ne pourraient donc être que :
            - 6ème république et référendum pour une Constituante.
            - remise en question du Traité de Lisbonne.
            - l’instauration d’un salaire maximum.
            - la sortie de l’OTAN

            - planification écologique
            Ce qui n’adviendra bien sûr jamais, les idéologies libérales du PS sont trop opposées.
            A partir de là, JLM ne peut pas être un rabatteur de voix pour le PS.
            CQFD.


          • Xtf17 xtf17 15 juillet 2011 12:31

            Et il le répète à longueur d’interviews...
            Les électeurs du FdG ne sont pas des moutons car en faisant appel à leur intelligence ils ne sont pas traités comme tels.
            Impossible donc de faire un « rabattage » de citoyens libres...


          • gorgonzola 15 juillet 2011 13:44

            @xtf17 :
            Hélas le Front de Gauche n’est pas un mouvement de rassemblement national contrairement à l’UPR dont les propositions se situent réellement au dessus des clivages droite-gauche (et l’extrême diversité de ses adhérents est là pour le prouver). Ce clivage est d’ailleurs bien pratique pour diviser les 55% de votants français qui ont dit non au traité de Lisbonne et qui se répartissent à part quasi égale entre la gauche et la droite.

            De plus Mélenchon, il me semble, n’appelle pas à une sortie directe de l’UE. J’aimerai qu’il explique à ses militants qui, j’en doute pas, ne sont pas des moutons et (je l’espère) font appel à leur intelligence : comment Mr Mélenchon s’y prendra-t-il pour mettre en place un SMIC européen dans une Europe où 27 pays ont leur propre mot à dire sur la question ? A-t-il expliqué (comme le fait F. Asselineau) à ses militants que l’Irlande et les pays de l’est bénéficie justement du dumping social et ne seront pas du tout d’accord pas plus que les politiques anglais et les commissaires européens qui sont des néolibéraux acharnés ? Si vous croyez que la France a le pouvoir d’édicter les règles pour l’Europe et/ou qu’il suffit de rassembler les députés EU de gauche (comme s’il suffisait de le dire) pour obtenir gain de cause alors je vous invite fortement à vous renseigner sur le fonctionnement de l’UE. A contrario le programme de l’UPR ne repose sur aucun « scénario fictif » mais sur des choix qui incombent uniquement à la volonté des français qui vont voter en 2012, il ne fait donc pas de promesses en l’air et c’est ce qu’on bien compris ses militants de plus en plus nombreux.

            Mr Asselineau est le seul homme politique qui explique au français que si l’Europe est comme elle est c’est qu’elle ne peut pas être autrement et que ceux qui nous promettent une autre Europe depuis 30ans nous mentent effrontément. Il est le seul a sillonner la France de long en large inlassablement depuis 5ans pour expliquer aux français preuves à l’appui qu’on les a fait entrer (sans leur demander leur avis) dans une formation politique autoblocante de 27 intérêts divergents piloté en sous-main par Washington (voir ICI). Et puisque je constate qu’il est le seul qui tient ce discours j’en conclu que c’est aussi le seul qui effectivement ne prend pas les électeurs et les français pour des moutons...


          • France libre 15 juillet 2011 13:52

            Le problème, c’est que M. Mélenchon est un leurre du système.

            M. Mélenchon nous pipeaute avec le slogan de « 6ème république », comme si le principal problème posé n’était pas celui de l’Europe mais celui des institutions françaises.
            Et comme si le contenant était plus important que le contenu.

            M. Mélenchon continue à enfumer les gens avec des projets « d’Autre Europe », comme le font ses copains socialistes depuis 32 ans.

            Mais M. Mélenchon n’explique JAMAIS QUI a créé l’Europe : les USA.

            M. Mélenchon n’explique JAMAIS pourquoi les USA l’ont créée, financé, soutenue depuis 50 ans : comme l’explique très bien l’UPR, c’est pour en faire une Tour de Babel ingérable dont ils sont les seuls à pouvoir tirer les ficelles : l’Europe est un regroupement de pays « satellites » des USA.

            M. Mélenchon n’explique JAMAIS pourquoi une « Autre Europe » est impossible : parce que les 27 Etats ne sont d’accord sur rien : les Britanniques ou les Hollandais sont des ultra-libéraux, tous les pays de l’est veulent le parapluie militaire américain, l’Allemagne veut une monnaie forte, le Luxembourg veut protéger les paradis fiscaux, Malte et Chypre veulent protéger les pavillons de complaisance, les pays de l’est refusent l’harmonisation salariale et sociale parce que cela attire les délocalisations chez eux, la Roumanie et la Bulgarie sont vérolées par les mafias qui refusent tout contrôle, etc. Visionnez donc les conférences de François Asselineau !

            M. Mélenchon propose de « désobéir » à l’Europe, de « remettre en cause le traité de Lisbonne », de faire ci et de faire ça.... mais JAMAIS de sortir de l’UE en vertu de l’article 50. POURQUOI ?
            Et pourquoi M. Mélenchon refuse-t-il également de sortir de l’euro ?

            Ce n’est pas parce que M. Mélenchon est un tribun fort en gueule que cela dispense d’examiner à la loupe quels sont les engagements PRECIS qu’il prend. Or si vous regardez à la loupe, vous verrez que M. Mélenchon ne propose que des slogans, des coups de menton, des rodomontades vagues, mais.... qu’il ne propose pas de sortir de l’UE ni de l’euro.

            M. Mélenchon est donc un tribun fort en gueule mais.... tout à fait inoffensif pour le système.
            C’est pour cela qu’il passe en boucle dans les médias alors que M. Asselineau, lui, n’y passe jamais.
            Pigé ?


          • gorgonzola 15 juillet 2011 14:47

            @France Libre : bravo ! Très bel exemple d’application entre autre de la grille de lecture que nous a donné Mr Asselineau, je vous ai mis +1.


          • Valas Valas 15 juillet 2011 19:56

            Mr Mélenchon est actuellement l’un des rares espoirs qu’il reste au peuple ce pays pour s’en sortir ! Malgrès que les médias soient controlés par le puissant UM-PS, Mr Mélenchon n’ayant aucune casserole derrière lui n’est pas facile à plomber !

            Comme le souligne xtf17, les idées de l’UPR sont corrects et je rajouterai quasi-identiques à celles du Parti de Gauche qui elles ne datent pas d’hier !

            Bref, évitez l’UM-PS et observez bien les autres partis comme le PG et l’UPR qui actuellement ne sont pas sous l’emprise des puissants et arrogants illuminatis anglo-saxon !


          • Valas Valas 15 juillet 2011 20:07

            Je n’avais pas vu les propos de France Libre... Evitez de pipeauter s’il vous plait, vos propos sont incorrects et dignes d’un démago, ne mentez pas s’il vous plait...

            Déjà la réponse à la question sur l’Europe de la part de Mr Mélenchon est plus que claire : On ferme les frontières et on nationalise progressivement, ce qui est nécessaire pour relancer nos industries et notre économie étouffées actuellement par les banques mondialisées qui nous dépouillent tous sans scrupules !!!


          • France libre 15 juillet 2011 21:04

            Tiens donc ! Qui est « démago » ?
            Celui qui, comme moi, argumente avec des éléments précis ?
            Ou celui qui, comme vous, est dans l’invective ?

            Vous nous dites que M.Mélenchon veut « fermer les frontières »  ?
            Bigre !
            Pouvez-vous nous donner une source ECRITE, un hyperlien vers son site par exemple, où l’on pourrait vérifier ce point. ATTENTION : je ne veux pas un propos de tribune qui n’engage strictement à rien. Je veux un document ECRIT.

            Comme vous, lorsque vous allez signer un contrat pour acheter une voiture  : vous ne vous contentez pas des boniments du vendeur n’est-ce pas ? Vous vérifiez bien si c’est la voiture prévue au prix indiqué qui est bien écrit sur le contrat, non ?

            Eh bien là, c’est pareil. Je veux vérifier que M. Mélenchon n’est pas un bonimenteur (il nous a déjà fait le coup quand même ! Rappelez-vous qu’en 1992 il a appelé à voter Oui à Maastricht. Il a peut-être changé d’avis depuis mais cela n’empêche pas d’être méfiant et de LIRE précisément que ce qu’il propose PAR ECRIT maintenant).

            Par ailleurs, dites-nous tout : OU avez-vous LU que M. Mélenchon propose de sortir de l’UE, préalable indispensable pour mettre en oeuvre ses promesses ? Car figurez-vous que le programme que vous nous rapportez viole à lui seul la moitié des dispositions des traités européens ? Renseignez-vous quand même !

            Je veux donc voir :

            • 1)- les preuves écrites que son programme est bien celui que vous nous indiquez : donnez nous l’hyperlien approprié vers le site de son parti,
            • 2)- la cohérence juridique de ce programme, en particulier avec les traités européens qu’il refuse de dénoncer.

            C’est bête, hein ? Mais j’estime que les bonimenteurs sont tellement légions en politique et que les Français se sont tellement fait berner que cela vaut le coup de vérifier.

            Le « démago », ce n’est jamais celui qui veut vérifier les textes écrits et la conformité des promesses électorales avec les engagements juridiques.

            Le « démago » et celui qui « pipeaute », c’est celui qui fait prendre aux Français des vessies pour des lanternes en leur lançant des promesses dont, au fond de lui-même, il sait parfaitement qu’il ne pourra pas les tenir.

            Alors : Pourquoi donc, à votre avis, M. Mélenchon refuse-t-il de proposer aux Français de dénoncer les traités européens puisqu’il leur fait miroiter des actions que ceux-ci interdisent ?
            Hmmmm ?


          • Valas Valas 15 juillet 2011 22:56

            Lisez donc ça :

            http://programme.lepartidegauche.fr/programme/7-chapitre-4—sortir-du-traite-de-lisbonne

            Il est évident que sortir de l’Europe ne peut pas s’effectuer d’un claquement de doigt ! Actuellement, personne ne peut le faire du jour au lendemain mais ses propositions comparées à tous les autres dans les « écrits » sont les seules à ce jour non seulement réalisables mais en plus qui se rapprochent le plus de l’éloignement du cul de sac Européen !


          • France libre 15 juillet 2011 23:40

            Je vous remercie pour cette transmission.
            Mais sa lecture me sidère.

            Tout ce qui est écrit ici est incompatible avec l’Union européenne - et le Front de gauche a, il est vrai, l’honnêteté de le reconnaître.
            Alors, que va-t-il faire ensuite ?

            La solution qu’il indique est une pirouette absurde : la « désobéissance européenne » !

            Cela veut dire quoi ce verbe « désobéir » ?
            C’est un verbe où l’on place les Français dans une position d’accusé et de potache.
            On n’est pas à l’école maternelle !
            La France n’est pas une gamine mutine qui teste comment va réagir sa maman UE !

            Par ailleurs, c’est absurde.
            Pour reprendre mon exemple précédent de contrat de travail, de que vous dit le Front de Gauche est exactement comparable au raisonnement suivant :

            J’ai signé un contrat de travail à 1500 euros par mois.
            Mais je veux 3000 euros.
            Et si je ne les ai pas, je ferai de la désobéissance au travail...

            Mais ce n’est pas comme cela que les choses se passent.
            Si vous avez un contrat de travail à 1500 euros par mois et que vous voulez 3000, votre patron vous dira : soit vous continuez à 1500, soit je vous fous à la porte. Point.

            Avec l’UE, c’est pareil.
            La France a signé des traités, qui sont comme des contrats.
            SI elle décide de ne plus les respecter, cela ne se passera pas comme cela. Pas du tout, soyez en sûr.
            Elle sera immédiatement traînée devant la Cour de Justice par ses partenaires et elle risquera des amendes tous azimuts.

            Donc de 2 choses l’une :

            - soit après un baroud d’honneur, la France rentrera dans le rang.

            C’est exactement ce qu’avait fait Jospin en 1997 : il s’était fait élire pour « renégocier les critères de Maastricht ». On allait voir ce que l’on allait voir... Et bien on a vu.
            Cela a fait psccchittt.... Jospin est allé voir le chancelier allemand, il lui a parlé 1 heure et il est revenu pour dire aux Français ce qui était une évidence pour tous ceux qui connaissaient la musique (dont lui), à savoir que les Allemands n’étaient pas d’accord pour renégocier, désolés les enfants.
            SI c’est ce que vous mijote Mélenchon, vous l’aurez dans l’os comme en 1997 !


            - soit les choses s’enveniment jusqu’à une crise politique majeure

            Si la France continue à violer tous ses engagements européens et refuse de se plier aux condamnations et aux amendes de la CJCE, cela signifie l’explosion de l’UE.
            Mais alors pourquoi ne pas dire, comme le fait l’UPR, que nous allons sortir JURIDIQUEMENT ET SEREINEMENT de l’UE en vertu de l’article 50 ?!? 

            Vous nous faites une sorte de procès en irresponsabilité en disant « que l’on ne peut pas sortir de l’Europe comme ça » ? Nous, à l’UPR, nous ne voulons pas « sortir de l’Europe comme ça », nous voulons rester dans le cadre du droit, et nous voulons sortir de l’UE en appliquant l’article 50 QUI EST PREVU POUR !

            Ce n’est donc pas l’UPR mais le Front de Gauche qui est totalement irresponsable en la matière.

            Résumons :

            1- soit ce programme est fait pour enfumer les gens, comme l’a fait Jospin en 1997.

            De vous à moi, il y a de très fortes présomptions que cela soit le cas. Pour plusieurs raisons et notamment celles-ci, qui devraient vous mettre la puce à l’oreille : ce programme prévoit, si je le lis bien, que l’on reste totalement dans le cadre européen.
            Il y est question notamment :

            • - de réformer la BCE.... C’est n’importe quoi. Allez donc en parler aux Allemands !
            • - de rendre l’UE indépendante de l’OTAN  : C’est une fumisterie absolue. L’écrasante majorité de nos « partenaires européens » veulent ABSOLUMENT rester dans l’OTAN et protégés par les USA : allez demander aux Allemands et à tous les pays de l’est !

            2- soit ce programme vise à provoquer délibérément un clash avec les 26 autres Etats, dans le but de faire exploser l’UE.

            Mais alors, excusez-moi de vous le dire, ce programme serait dément ; fou et dangereux.
            Il envisagerait en effet une sortie violente, bafouant la légalité internationale, créant une animosité terrible entre les Etats, alors qu’il existe une procédure juridique codifiée - l’article 50 - qui permet tout au contraire de sortir de façon sereine et juridique, avec un accord cadre sur 2 ans.

            La solution proposée par le Front de Gauche serait donc à la fois illégale et infiniment plus dangereuse à tous les égards que la solution de l’UPR.

            Conclusion :

            Ce programme ahurissant permet 2 grilles de lecture  :

            - soit vous vous ferez enfumer par Mélenchon et la France rentrera dans le rang, comme en 1997 par Jospin

            - soit vous provoquez délibérément une crise politique, économique, sociale, diplomatique terrible, et vous envenimez délibérément une sortie de l’UE qui peut être réglée pacifiquement.

            Tout cela ne tient pas debout.
            Vous aurez compris le mystère Mélenchon lorsque vous aurez compris pourquoi il refuse de parler de l’article 50. 
            C’est vrai, non ? POURQUOI BIGRE NE VEUT-IL PAS EN PARLER ?
            hé hé hé...


          • Jean Lasson 16 juillet 2011 01:24

            Sauf erreur, J-L. Mélenchon, député européen, a voté POUR l’intervention en Libye au parlement européen. Si cette information est bien exacte, alors J-L. Mélenchon est un traître à la solde de l’Empire.

            J-L. Mélenchon, franc-maçon et politicien pendant des dizaines d’années, prétendait ignorer l’existence du club Le Siècle avant que Pierre Carles lui apprenne ??? Je crois plutôt qu’il se moque de nous !

            PS : jusqu’à ce que je sois obligé de constater ces faits, je m’apprêtais à voter Mélenchon...


          • sisyphe sisyphe 16 juillet 2011 11:07

            Avec l’UE, c’est pareil.
            La France a signé des traités, qui sont comme des contrats.
            SI elle décide de ne plus les respecter, cela ne se passera pas comme cela. Pas du tout, soyez en sûr. 
            Elle sera immédiatement traînée devant la Cour de Justice par ses partenaires et elle risquera des amendes tous azimuts.

            N’importe quoi ! 

            Un pays européen peut parfaitement décider de « sortir » d’un traité qu’un gouvernement précédent a ratifié, sans que QUICONQUE ait le droit de l’en empêcher. 

            La « Cour de justice » ? Quelle cour de justice ? 

            Aucune « Cour de justice » n’existe pour juger les décisions d’un pays souverain. 

            Et les « amendes » ? Quelles amendes ? 

            Vous oubliez que les pays de l’Union Européenne y participent, en versant un (petit) pourcentage de leur PIB (moins d’1%), et qu’ils ne sont donc, s’ils décident de dénoncer certains traités, susceptibles d’aucune amende, par aucune autorité. 

            D’ailleurs, puisque Monsieur Asselineau (dont j’approuve, par ailleurs, certaines positions), préconise une sortie de l’Europe, pourquoi n’envisage-vous pas, à ce moment, le problème sous le même angle ? Serions nous dès lors, traduits devant une « Cour de justice » ; et condamnés à des amendes ? 

            Bref, la position du Front de Gauche est tout à fait cohérente, et réalisable ; et, contrairement aux propositions du parti de Monsieur Asselineau, elles incluent un certain nombre de mesures, outre l’Europe, pour une véritable reconquête démocratique : VIème République, Assemblée Constituante, pouvoir redonné aux citoyens, outre, LA mesure essentielle ; la Réforme monétaire, qui permettra au pays de recouvrer la maîtrise de sa création monétaire, et sortir ainsi de l’étau de la dictature des mafias financières. 

            Pas de faux procès d’intention, ni d’amalgame, de confusion, ou de désinformation, svp... 


          • gorgonzola 16 juillet 2011 15:08

            Le chapitre 4 du programme du FdG intitulé "Sortir du traité de Lisbonne" (cf. lien ci-dessus) est tout simplement SIDERANT ! La moitié des propositions faites sont en totale contradiction avec les traités signés par la France et l’autre moitié qui prétend réformer l’UE n’est tout simplement pas réalisable. Je cite à ce propos un passage de « Ubu Roi : Sarkozy et Merkel veulent déjà modifier le traité de Lisbonne ! » écrit par Mr Asselineau sur Agoravox :


            "Franchement, il faut relire à plusieurs reprises les dépêches de presse et se pincer pour croire à cette déclaration. Quand on pense au Chemin de Croix politique et diplomatique que fut l’élaboration de la Constitution européenne, puis sa signature par les 27 États, puis sa ratification, puis son échec du fait des Non français et néerlandais, puis l’élaboration du traité de Lisbonne en remplacement, puis sa ratification par les 27, et la forfaiture que sa ratification par le Congrès a constituée pour la France, et quand on songe que ce calvaire a duré quelque 7 ans, on reste sans voix en apprenant que le président français et la chancelière allemande ont décidé, un an après l’entrée en vigueur au forceps de ce traité de Lisbonne, de le remettre sur le chantier.

            Cette stupéfaction a aussi, semble-t-il, été celle des autres “Européens”, d’ailleurs certainement furieux de prendre connaissance d’une semblable incartade en écoutant la radio.

            Le Premier ministre luxembourgeois, Jean-Claude Juncker, qui est également président de l’Eurogroupe et qui prend volontiers la pose du Sage de l’UE, a laissé tomber d’un ton blasé que “pour avoir assisté à tant de révisions des traités, mon goût pour reprendre cet exercice est assez limité”. Le gouvernement britannique a fait savoir qu’il “ne soutiendra pas” un changement du traité européen s’il “implique un transfert de pouvoirs” de Londres à Bruxelles. Ne sachant pas très bien quoi dire, le ministre des Finances belge Didier Reynders, dont le pays préside l’UE, s’est contenté d’enfoncer une porte ouverte en déclarant que “maintenant il faut un débat entre les chefs d’État et de gouvernement, puisque l’on passe à des changements de traité

            ...je suis donc très curieux de savoir comment le FdG compte s’y prendre pour imposer ses réformes qui passeront aussi immanquablement par des révisions des traités, j’avais d’ailleurs envoyé un mail personnellement à Mr Mélanchon depuis son blog à ce sujet (à l’époque où j’avais encore quelques intérêts pour ses propositions) mais j’attends toujours une réponse.

            Mais surtout au delà de toutes ces questions de réformes, ce qu’il apparait clairement à la lecture de la partie du programme indiquée par Valas c’est que le FdG n’est en aucun cas pour une sortie de l’UE mais bel et bien pour une autre Europe. D’ailleurs le chapitre faussement intitulé « sortir du traité de Lisbonne » est une figure de style puisqu’en aucun cas il n’est question de dénoncer directement le traité. Il reprend ainsi le procédé du FN qui titre « sortir de l’Europe de Bruxelles » sur ses pages internet mais qui ne préconise aucune sortie directe.

            @Sisyphe : c’est à vérifier mais je ne crois pas qu’il soit possible de sortir du traité de Lisbonne sans sortir de l’UE comme c’est le cas pour l’euro. De plus il existe bien un tribunal pénal pour tout ce qui concerne les traités internationaux et les traités de l’UE entrent dans cette catégorie (il existe aussi des amendes comme celle qui était imposée à la France tous les mois jusqu’à ce qu’elle finisse par voter la loi pro-OGM). Mais d’un autre côté on a vu que le Danemark a révoqué unilatéralement Schengen et pour le moment à ma connaissance il n’a pas souffert de sanctions...


          • gorgonzola 16 juillet 2011 15:13

            Je signale que l’UPR dévoilera son programme au mois d’octobre et qu’il compte bien reprendre les programmes des autres partis pour les examiner à la loupe et montrer en quoi ils ne sont pas compatibles avec l’UE. Donc si vous appréciez les analyses argumentées de Mr Asselineau restez à l’écoute :)


          • France libre 17 juillet 2011 04:32

            @ Sisyphe
            Nous ne savons pas très bien comment vous répondre sans risquer de vous paraître offensant.
            Car votre message prouve, excusez-nous, que vous ne connaissez strictement rien aux traités européens et au droit international.

            En tout cas, nous corrigeons vos erreurs essentielles en quelques phrases :

            1- en termes juridiques, un traité n’est pas « ratifié par un gouvernement » ; un traité est ratifié par un Etat. (C’est d’ailleurs bien les parlementaires français qui ont ratifié le traité de Lisbonne et non le gouvernement Fillon).

            2- en termes juridiques, un changement de majorité et de gouvernement n’implique absolument pas que les traités deviennent caducs. Heureusement d’ailleurs, sinon tous les traités seraient à refaire sans arrêt ! Le principe de pérennité de l’Etat veut que les traités continuent à s’appliquer, quelle que soit la couleur de la majorité au pouvoir.

            3- la Cour de Justice des Communautés Européennes (CJCE, dont vous semblez ignorer jusqu’à l’existence) a été créée par les traités européens précisément pour surveiller et sanctionner toute entorse faite par un Etat à leur bonne application. La France doit s’y soumettre puisqu’elle a ratifié tous les traités européens (sans faire de réserves).

            4- la proposition de M. Mélenchon n’est pas une « désobéissance » car cela ne veut rien dire en termes juridiques. Juridiquement, il s’agit d’une « infraction », c’est un « viol » du traité.

            Une bonne comparaison à faire est celle avec un chauffeur automobile qui brûlerait un feu rouge sous le nez d’un policier. Le chauffard aurait beau dire au policier qu’il a voulu « désobéir à ce feu rouge insupportable », le policier lui rétorquerait aussitôt : « monsieur, que ce feu rouge vous plaise ou ne vous plaise pas, ce n’est pas la question, vous venez de commettre une grave infraction ». Et le policier sortirait son carnet d’amendes et ferait retirer 3 points au permis du chauffard.

            C’est pareil pour l’absurde proposition Mélenchon.
            Un gouvernement français aurait beau dire qu’il a décidé de « désobéir aux traités européens », cela ne ferait ni chaud ni froid à la CJCE. Conformément à la tâche qui lui est dévolue, la CJCE dirait :« La France a commis une infraction des traités, nous vous invitons à vous mettre en règle immédiatement avec ceux-ci et dans l’intervalle nous appliquons à la France une pénalité de 250.000 euros par jour »
            Ce serait d’ailleurs un montant très plausible : la France a par exemple été condamnée par la CJCE il y a quelques années à une amende de 167.000 euros par jour de retard dans la transposition en droit français des directives européennes autorisant les OGM !

            Bien entendu, le Figaro, Le Monde et toute la presse européiste française ferait ses grands titres pour dénoncer l’amateurisme du gouvernement Mélenchon. Des titres du style « La France condamnée lourdement par la Cour de Justice de Luxembourg : Mélenchon échec et mat » [c’est un exemple évidemment mais tout à fait criant de vérité......]

            5- Alors que peut-on faire ?
            Eh bien il y a une solution et une seule : si un gouvernement estime qu’un traité est insupportable, il doit le dénoncer DANS LES TERMES PREVUS dans le traité lui-même pour sa dénonciation.

            C’est comme pour un abonnement à un réseau de téléphone portable.
            Si vous ne voulez plus payer les factures de SFR ou de Bouygues, vous ne pouvez pas prétendre conserver votre téléphone et simplement annoncer que vous allez « désobéir aux factures »... ! Vous auriez rapidement des recommandés vous obligeant à payer, puis des lettres d’huissier, puis des saisies sur salaires.
            Non, si vous ne voulez plus payer les factures de SFR ou de Bouygues, la seule solution que vous avez, c’est de vous reporter à votre contrat et mettre en oeuvre la procédure prévue contractuellement pour le résilier.
            Est-ce si difficile à comprendre ?

            Eh bien pour les traités européens, c’est pareil. La seule possibilité de ne plus les appliquer, c’est de se reporter à ces textes pour voir la procédure de résiliation. La seule différence, c’est qu’en termes de traités internationaux, on parle de procédure de « dénonciation ».

            6- La procédure de dénonciation des traités européens n’est pas compliquée à trouver : il n’y en a qu’une et une seule : c’est l’article 50 du Traité sur l’Union européenne, qui fixe la procédure à suivre pour qu’un Etat sorte de l’Union européenne et de ses contraintes juridiques qui s’imposent aux 27 membres.

            C’est justement cet article 50 que l’UPR propose aux Français de mettre en oeuvre, et cela depuis plusieurs années. Curieusement, l’UPR est toujours le seul mouvement politique à le proposer alors que c’est le bon sens même. Bizarre, n’est-ce pas ?

            CONCLUSION

            Nous espérons que cette mise au point vous permet de mieux comprendre :

            • - pourquoi l’UPR est un mouvement sérieux, clair et net, serein et qui se plie au droit ;
            • - et pourquoi, a contrario, l’attitude de M. Mélenchon est illogique, irresponsable et absurde puisqu’elle ne peut conduire qu’à 2 choses :

              • - soit une crise majeure avec les autres Etats, une crise d’autant plus absurde qu’elle est parfaitement évitable puisque l’on peut régler la sortie de l’UE juridiquement et calmement,

              • - soit une trahison de ses électeurs : après lui avoir fait confiance, ils découvriront - mais trop tard - qu’il n’a usé de ce subterfuge de la « désobéissance » que dans le seul but de se retourner ensuite vers eux en leur disant, comme Jospin le fit en 1997 : « désolé les gars, j’ai essayé de désobéir mais nous sommes condamnés par la CJCE et c’est vraiment impossible de continuer, nous sommes forcés d’obéir... »

            Vous avez encore un doute ?
            Alors pensez à cela : que penseriez-vous d’un client de SFR ou de Bouygues, qui claironnerait qu’il a décidé de « désobéir aux factures » mais qui refuserait par ailleurs de procéder à la résiliation de son contrat ?

            Vous penseriez :
            - soit que ce client est dingue,
            - soit - et bien plus sûrement - que c’est un filou et un manipulateur : qu’il est en fait parfaitement résolu à ne pas changer d’opérateur et qu’il ne fait tout ce cinéma que pour obtenir un léger rabais...

            C’est exactement ce que nous pensons de M. Mélenchon : un filou qui est parfaitement résolu dans sa tête à ne pas quitter l’UE et qui ne fait tout ce cinéma que pour enfumer les gens qui le croient, et tenter d’obtenir un petit rabais ici ou là.

            Ce n’est pas avec un homme comme cela que l’on peut sauver la France du désastre dans lequel elle s’enfonce.


          • France libre 17 juillet 2011 04:54

            @Sisyphe
            Une précision : l’UPR propose également la réforme monétaire dont vous pensez avoir l’exclusivité, puisque nous voulons redonner à la Banque de France le pouvoir qui lui a été indûment retiré en 1973.

            Mais il y a deux différences entre l’UPR et le FG sur cette question :

            1)- une différence d’antériorité : l’UPR a prévu cette mesure cruciale depuis 4 ans, bien avant que le FG ne reprenne cette idée. Il est donc franchement risible que vous preniez la pose du donneur de leçon sur ce sujet !

            2)- une différence d’applicabilité : cette mesure est absolument impossible à mettre en oeuvre dans le cadre européen car elle est fixée par l’article 123 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne.

            Or, il est absolument exclu que les autres Etats membres de l’UE et de la zone euro puissent tolérer, ne serait-ce qu’une seule seconde, qu’un des leurs se dispense de cette règle de création monétaire interdite aux banques centrales.

            Seule une personne ignorant absolument tout de la création monétaire et des problèmes complexes de l’euro peut croire que les autres Etats accepteraient une pareille « désobéissance » sans réagir dans la seconde et menacer la France d’une explosion de l’UE dans la minute !

            Dès lors, on retombe dans le débat précédent : cette réforme ne peut être appliquée qu’après une sortie de la France de l’UE et de l’euro, et cela ne peut se faire QUE par la mise en oeuvre de l’article 50.

            Encore une fois, l’UPR est claire, précise et fiable juridiquement et techniquement.

            Encore une fois, le FG lance des propositions dont certaines sont certes bonnes, mais qui restent inapplicables juridiquement et impossibles techniquement puisqu’il refuse de sortir de l’UE !


          • JL JL 17 juillet 2011 08:54

            France libre,

            vous avez probablement raison sur un point : le FDG n’a aucune chance de « réussir » s’il ne sort pas de l’euro. En effet, dès son arrivée au pouvoir, « notre » fameuse note serait dégradée ipso facto. Avec les conséquence que l’on sait : il suffit de regarder ce qui se passe en Grèce.

            Il faut dire et redire qu’il est inutile de faire campagne sur l’arrivée au pouvoir de la gauche si ladite gauche ne prend pas l’engagement se se débarrasser d’une manière ou d’une autre, mais dracoconienne et sans appel de la dictature des marchés.


          • JL JL 17 juillet 2011 09:02

            France Libre,

            votre comparaison entre la France et l’abonné au téléphone me paraît de la plus haute fantaisie ! Vous êtes comique à vos heures ?

            La France est-elle encore un pays souverain, oui ou non ?

            Si elle ne l’est plus, alors, il nous faut prendre les armes et reconquérir notre souveraineté.

            Sauf erreur, un traité c’est comme un contrat privé entre pairs : il est toujours possible à l’une des parties de le dénoncer unilatéralement, même si cela dot être considéré comme un casus belli.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès