Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > 1914-1918 devoir de mémoire : Aragon forever

1914-1918 devoir de mémoire : Aragon forever

Comment rendre hommage à ces 10 millions de soldats français qui participèrent à ce terrible « Voyage au bout de la nuit » 4 ans durant.

1,5 million furent tués, 500 mille furent portés disparus et 2 millions reçurent les blessures les plus horribles : des « gueules cassés » aux amputés en passant par les gazés, on imagine avec peine la souffrance de ces histoires singulières anéanties au sens propre.

 

Le but de l’Allemagne était de saigner la France aux dires de ses généraux.

Quant aux responsables politiques et surtout militaires français leur rôle néfaste est d’avoir participé au délire des nationalistes à la Barrès ( Les déracinés) et à l’ambition de généraux incompétents comme le sinistre général Nivelle (Le Chemin des Dames).

Il en résulta un affaissement de la démographie que seule l’immigration de l’Est, du Sud et le baby-boom endigua.

Il serait bon, à l’heure où l’on parle d’identité nationale, de dire que les victimes de ces massacres le furent du seul fait des dirigeants à la solde du capitalisme qui organisèrent le massacre des peuples à des fins étrangères à ces derniers qui en payèrent le prix du sang.

Ouvriers, paysans et intellectuels furent ceux que l’on sacrifia sur l’autel des profits et du chauvinisme.

2000 intellectuels français perdirent la vie au cours de cette meurtrière guerre : Charles Péguy, Alain Fournier, Ernest Psichari (petit fils de Renan) Guillaume Apollinaire et tant d’autres.

Mes grands-parents furent de ceux qui n’échappèrent pas à cet effroyable conflit : l’un mourut des suites des diverses blessures reçues à l’âge de 34 ans, l’autre souffrit sa vie durant de ces poumons gazés.

A tous ces hommes et femmes qui partagèrent leur destin, je leur dédie ce très beau poême d’Aragon.

"Tu n’en reviendras pas toi qui courais les filles Jeune homme dont j’ai vu battre le coeur à nu Quand j’ai déchiré ta chemise et toi non plus Tu n’en reviendras pas vieux joueur de manille

Qu’un obus a coupé par le travers en deux Pour une fois qu’il avait un jeu du tonnerre Et toi le tatoué l’ancien Légionnaire Tu survivras longtemps sans visage sans yeux

Roule au loin roule train des dernières lueurs Les soldats assoupis que ta danse secoue Laissent pencher leur front et fléchissent le cou Cela sent le tabac la laine et la sueur

Comment vous regarder sans voir vos destinées Fiancés de la terre et promis des douleurs La veilleuse vous faite de la couleur des pleurs Vous bougez vaguement vos jambes condamnées

Vous étirez vos bras vous retrouvez le jour Arrêt brusque et quelqu’un crie Au jus là-dedans Vous baillez Vous avez une bouche et des dents Et le caporal chante Au pont de Minaucourt

Déjà la pierre pense où votre nom s’inscrit Déjà vous n’êtes plus qu’un mot d’or sur nos places Déjà le souvenir de vos amours s’efface"

Que la mémoire de nos pères demeure.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.73/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • Gazi BORAT 13 novembre 2009 09:23

    @PASOU

    Tous les peuples ont leurs martyrs..

    Pour ce qui est des guerres mondiales, nombreuses sont les nations qui virent partir leur jeunesse vers un combat où, si beaucoups firent preuve de courage, le résultat fut une boucherie inutile..

    Ces identités nationales dont on nous rebat les oreilles voudraient que l’on se sentee héritier de ce qui peut être considéré comme glorieux dans l’Histoire.. et jeter un voile pudique sur ce qui le fut moins..

    Nous sommes les héritiers des Poilus du Chemin des Dames ?

    Pourquoi pas..

    Mais nous sommes aussi ceux des gardiens de la paix de la rafle du Vel d’Hiv.. et de ceux qui montèrent dans les autobus !

    gAZi bORAt


  • LE CHAT LE CHAT 12 novembre 2009 15:22

    ici , pour le devoir de mémoire ! les poilus pacifistes !


    • Loan 12 novembre 2009 18:56

      C’est vrai. Mon arrière grand père, grand blessé, disait toujours plus jamais ça. Il n’avait pas de haine envers les Allemands . Mais il avait été engagé volontaire en trichant sur son âge. Je suis surpris de constater la volonté merdiatique actuelle qui consiste à exalter le souvenir des fusillés pour l’exemple et non des milliers qui sont partis à l’assaut pour défendre la patrie. C’est un véritable complot contre la France. Voir la programmation de la 2 pour le 11 novembre.... Une honte pour ceux du bois des Caures, des Eparges, de Verdun, je ne peux citer tous les hauts lieux... 


    • beuhrète 2 12 novembre 2009 20:44
      « Etre fidèles à ceux qui sont morts c’est vivre comme ils auraient vécu

      et les faire vivre avec nous et transmettre leur visage , leur voix ,

       leur message aux autres à un fils , à un frère , ou à des inconnus ,

      aux autres quels qu’ils soient et la vie tronquée des disparus

       alors germera sans fin »
       Martin Gray


      • Le péripate Le péripate 13 novembre 2009 00:36

        Clémenceau, le va-t-en-guerre, radical, c’est à dire extrême-gauche, un dirigeant vendu au capitalisme ?
        Ca, c’est de lui

        Un jour, au plus beau moment où fleurit l’espérance…
        tu t’en iras… au-devant de la mort affreuse qui fauchera
        des vies humaines en un effroyable ouragan de fer.
        Et voilà qu’à ce moment suprême… ta cause te paraîtra
        si belle, tu seras si fier de tout donner pour elle que,
        blessé ou frappé à mort, tu tomberas content !

        Alors la fable élaborée par Lenine et consorts sur les causes capitalistes de la guerre..... vous comprenez.


        • Gazi BORAT 13 novembre 2009 09:26

          @U PERIPATE

          Encore en plein délire...

          Le camp socialiste en France était représenté par Jaurès et sa position pacifiste.. et à cause de laquelle il mourut..

          Clémenceau d’extrème gauche ?

          A ce niveau de classification, Ségolène Royal doit représenter l’aile droite d’Action Directe !

          gAZi bORAt


        • Gazi BORAT 13 novembre 2009 09:59

          @ LEON

          Tout ce tapage autour des âneries de Besson fait ressortir un nationalisme obtus que l’on croyait à jamais disparu..

          Certains se sont offusqués de la présence d’Angela Merkel au tombeau du Soldat Inconnu..

          Quand on pense que même le très nationaliste Colonel de La Rocque avait admis (merci encore à Briely pour la source) au sein de ses Croix de Feu les anciens combattants Alsaciens Mosellans, même si ceux ci avaient marché dans les rangs du Kaiser.. on croit revivre un cauchemar !

          gAZi bORAt


        • Le péripate Le péripate 13 novembre 2009 10:22

          C’est à vous de réviser vos fiches. Et notamment d’en expuger la version léniniste de l’extrême-gauche.
          Clémenceau siégeait à l’extrême gauche de l’Assemblée. Point barre.


        • Le péripate Le péripate 13 novembre 2009 10:28

          Le premier lien qui m’est tombé sous la souris. En 1876, il fut élu député de la Seine et prit la tête des radicaux qui siégeaient à l’extrême gauche de la Chambre

          C’est le genre de vérité que la gauche n’aime pas.... smiley


        • Gazi BORAT 13 novembre 2009 11:35

          Ouille !

          Marine Le Pen a intérêt à éviter de garer sa voiture sur les places de gauche de son parking..

          Il se trouvera peut-être un Péripate pour la traiter de bochevique !

          gAZi bORAt


        • Le péripate Le péripate 13 novembre 2009 11:52

          Amalgame. La gauche n’est pas tout uniment marxiste, ou marxiste-léniniste, ou bolchevique. Mais l’amalgame est une de vos spécialités .
          Quant à Marine Le Pen, je l’ai entendu déborder par sa gauche un Benhamias incrédule. Elle repreanait mot pour mot la rhétorique altermondialiste sur les délocalisations ! Trop drôle !!!!

          Au fait, ne vous excusez pas d’avoir tort. smiley


        • Blé 13 novembre 2009 10:33

          Dans le berceau de la Famille de Wendel, la Vallée de la Fensch en Moselle, les habitants ont toujours été surpris de constater que l’industrie de cette famille était épargnée par les obus et les bombes des adversaires allemands. Miracle ou hasard ?
          Vous avez le choix. On [les historiens officiels] oublie trop que le mouvement « ouvrier » posait beaucoup de problèmes aux possédants de toute l’Europe ( il n’y avait pas de frontières pour eux ) et que ces derniers préféraient une bonne petite guerre plutôt que de lâcher sur les revendications ouvrières. La première occasion sera la bonne:Sarajévo
          Les U.S.A sont venus donner un petit coup de mains quand ils ont constaté que leurs intérêts allaient passer à l’as. Les ricains voulaient bien « investir » en Europe à condition que leur mise rapporte un minimum. Ils avaient leur pays à industrialiser.

          Les généraux français payés par l’état se devaient d’obéir aux ordres de ceux qui gouvernaient réellement, c’est à dire « les banques » quittent à envoyer au massacre des milliers de jeunes vies toutes couleurs confondues. L’ Europe avait des colonies, les ricains espéraient pouvoir se partager le gâteau.(les ressources énergétiques)

          Les mineurs, les ouvriers, les paysans, les artisans, les enseignants, les commerçants transformés en chair à canon étaient massacrés à Verdun (Meuse) pour défendre des intérêts qui n’ont jamais été les leurs.

          Dans la vallée de la Fensch, en Moselle, ceux qui sont revenus des combats (les gueules noirs et les ouvriers) se souvenaient que les hauts fourneaux appartenant à la famille de Wendel n’ont jamais reçu d’obus ni de bombes.


          • Gazi BORAT 13 novembre 2009 11:38

            Sur De Wendel avant la Grande Boucherie..

            Le maître de forges possédait des intérêts de part et d’autre de la frontière... et d’un poste qui lui était réservé pour traverser la ligne de partage et visiter ses aciéries d’un côté comme de l’autre..

            L’exemple même de ce que dénonçait Jaurès..

            gAZi bORAt


          • brieli67 13 novembre 2009 12:29

            @ Gazi 


            Ces naturalisations « allemandes » récentes : 
            dans le cadre de la garde des enfants de couples « mixtes » divorcés. 
            Autrement quasi impossible de réussir et chez les AL les dossiers ne traînent pas des dizaines d’années.

          • Daniel Roux Daniel Roux 13 novembre 2009 10:54

            Pour comprendre une époque, il est nécessaire de retrouver l’esprit de cette époque.

            Depuis la défaite humiliante et traumatisante de 1870 qui marqua la fin du mythe de l’invincibilité militaire napoléonienne, la perte de l’Alsace et de la Lorraine, l’importante rançon en or exigée par les Allemands, les Français vivaient et étaient élevés avec l’idée, l’obsession pourrait-on écrire, de la revanche. La guerre était inévitable car elle était dans tous les esprits. La question n’était pas s’il y aurait la guerre mais quand. Aux yeux des nationalistes, majoritaires et activistes, Jaurès n’était qu’un traitre pacifiste, c’est pour cela qu’il a été assassiné.

            En Allemagne dominé par la Prusse militariste, l’esprit était identique. Le Kaiser Guillaume voulait se tailler un empire colonial à l’image des autres pays européens. Les Anglais alliés pour l’occasion au Français, y faisaient obstacle. L’Allemagne, qui restait sur une victoire écrasante et relativement facile, pensait l’emporter rapidement, d’autant que le puissant voisin, ostro-hongrois, était son allié.

            Les massacres de soldats Français étaient inévitable, tant les généraux étaient mal choisis, mal formés et mal informés. Pendant les premiers jours de la guerre, nos malheureux parents équipés de pantalons rouges, en rase campagne, étaient envoyés contre des nids de mitrailleuses extrêmement meurtrières. Ce fut une hécatombe. Ajouter à cela un sentiment de classe supérieure exacerbé parmi les plus hauts gradés, qui conduisait à considéré les soldats comme de la viande sur pied.

            Le terme de boucherie n’est pas exagéré.

             


            • Le péripate Le péripate 13 novembre 2009 11:11

              Sur l’incompétence des généraux, on peut revenir en 1904, avec l’affaire des fiches.

              Combes, ministre d’extrême gauche (parti radical) fait fermer en quelques jours plus de 2500 écoles religieuses. Dans le même temps, le ministre de la Marine encourage les grèves dans les chantiers navals.
              Mais l’affaire des fiches est d’une toute autre ampleur. Le ministre de la guerre le général Louis André lance une enquête sur les opinions religieuses des militaires, avec mise à l’écart des catholiques et promotion d’incompétents notoires, mais francs-maçons, socialistes, radicaux.

              Où l’on retrouve toujours les mêmes. Pas étonnant que la tentation de réécrire l’histoire soit si forte, avec de telles casseroles. smiley


              • Gazi BORAT 13 novembre 2009 11:33

                @u PERIPATE

                Mais pourquoi donc cette fixation sur les Francs Maçons ?

                Je me souviens de certains posts où vous les accusiez de tous les maux : décadence de l’Education Nationale, promoteurs du jacobinisme...

                En vous basant sans doute sur les théories de Furet, elles même s’appuyant sur les travaux d’un obscur historien sur les « sociétés savantes en Bretagne avant la Révolution’, travaux très appréciés d’un Gaxotte, l’historien officiel du très antimaçonnique »Etat Français".

                Vous pouvez là aussi réviser votre base de données.. La Franc Maçonnerie Française et le néo sarkoziste Alain Bauer en tête, s’est majoritairement ralliée aux thèses libérales..

                gAZi bORAt


              • Le péripate Le péripate 13 novembre 2009 13:16

                Nulle fixation particulière. Simples faits historiques.


              • Traroth Traroth 13 novembre 2009 14:20

                On voit pire tous les jours. Edvige (ou Edvirp ou quel que soit son nom actuellement), Stic et les autres ridiculisent vos fiches dans les grandes largeurs, et je n’ai pas l’impression que vous désapprouviez fondamentalement. Mais tant que ce sont pas les militaires qu’on fiche, pas vrai ?


              • Traroth Traroth 13 novembre 2009 14:22

                Quel rapport avec l’incompétence des généraux durant la première guerre mondiale, au fait ? Vous ne faites encore qu’occuper le temps de parole.


              • brieli67 13 novembre 2009 14:57

                @ gAZI 


                Jaurès coco ? Non. style 3e voie, disons rocardien. ces pacifistes...

                Les Francs_macs.... au plus bas, dans tous les scandales d’une élite auto_proclamée
                cf Grévy 
                On occulte complètement la Libre-Pensée véhiculant les idées de la Révolution de 48 en Allemagne. 

                Par contre aux USA, démocrates ou républicains, la FM version amerlok Nouveau Monde tenait les rênes du Pouvoir, laissé mettre en place des Traités merdiques, cassé la merveilleuse idée de la SDN, n’ont pas trouvé mieux que de relancer l’économie par l’ armement. Fer de lance dans l’oppression des mouvements politiques de gauche


              • sisyphe sisyphe 13 novembre 2009 15:18

                Quant aux provocations de l’imbécile congénital de service, ne surtout pas répondre.
                la gauche, à l’époque, c’étaient les socialistes, opposés à la guerre :  c’était lui

                Quant à Clemenceau ;

                Il accède ainsi le 25 octobre 1906 à la présidence du Conseil. Ses années à la tête du ministère de l’Intérieur et de la Présidence du Conseil se caractérisent par une importante réforme des polices et par une politique vigoureuse à l’égard des syndicats et des grévistes. Clemenceau se brouille durablement avec les socialistes, et particulièrement avec leur chef, Jean Jaurès [10],

                le 6 mai 1913 paraît le premier numéro de L’Homme libre, journal parisien. Dans celui-ci il s’implique davantage et publie quotidiennement son éditorial. Dans ses éditoriaux, Clemenceau s’intéresse de plus en plus à la politique étrangère et à des questions militaires, en même temps qu’il condamne le pacifisme socialiste.

                Quand il est appelé,, en 1917, à la Présidence du Conseil par Poincaré, il a 76 ans, et combat depuis longtemps les socialistes et Jaurès, donc...

                Encore une tentative de mensonge éhonté de la part du petit facho qui tombe à l’eau ; caramba, encore raté !


              • Traroth Traroth 13 novembre 2009 14:15

                Tant qu’on cherchera à faire passer des victimes pour des héros consentants, il n’y aura pas d’hommage possible.

                http://traroth.blogspot.com/2008/01/louis-de-cazenave.html


                • nephilim 13 novembre 2009 14:31

                  Que c’est beau l’armé, la guerre, le patriotisme ; un petit rappel sur cette charmante boucherie :

                  La France qui a mobilisé 8 410 000 hommes dont 540 000 des Colonies, pleure :

                  - 1 400 000 morts
                  - 3 600 000 blessés
                  - 600 000 mutilés dont 60 000 Amputés
                  - 70 000 Indigènes tués

                  Après les pertes humaines il faut songer au dommages et destructions, en France au delà d’une amputation de presque 30% de la fortune nationale, c’est la partie du territoire la plus industrialisée qui se retrouve devastée.

                  - 1 699 communes n’existent plus
                  - 2 400 communes sont en grande partie à reconstruire
                  - 320 000 maisons ont disparu
                  - 313 000 sont partiellement endommagées


                  - 20 600 usines ont été devastée ou pillée
                  - 8 000 Km de voies ferrées et 52 000 Km de routes sont à refaire
                  - 4 900 ponts ont détruits

                   le sol bouleversé concerne :

                  - 2 126 000 Hectares de terres labourables,
                  - 430 000 de paturages,
                  - 600 000 de bois et forêts 
                  - 112 000 de terrains bâtis


                  L’ennemi a confisqué :

                  - 840 000 bovins
                  - 380 000 chevaux
                  - 900 000 moutons
                  - 330 000 porcs


                  Au delà des immenses pertes mondiales causées par la grippe Espagnole, peut être
                  30 Millions de morts, épidémie qui va se terminer à la fin de l’année 1919, les differents Etats belligerants qui ont mobilisé plus de 74 Millions d’individus tout au long de la guerre mondiale comptabilisent :

                  10 millions de morts
                  19 millions de blessés
                  10 millions de mutilés
                   9 millions d’orphelins
                   5 millions de veuves
                  10 millions de réfugiés
                   


                  • sisyphe sisyphe 13 novembre 2009 14:56

                    Superbe poème, en effet, superbement mis en musique par Léo Ferré (ici sur un extrait du documentaire « Mourir à Verdun »)..

                    Je me permets juste d’en ajouter un autre, sur la sanglante connerie de la guerre :

                    Barbara de Prévert
                    (ici par Reggiani)

                    Hommage à nos anciens envoyés à la boucherie pour rien...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès