Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > 2007 : l’arbre des prétendants

2007 : l’arbre des prétendants

Avez-vous remarqué que, lorsqu’on parle de Villepin, on parle souvent de Sarkozy ? Que lorsqu’on parle de de Villiers, on parle souvent de Le Pen ? Et ainsi de suite : Voynet/Cochet, Besancenot/Laguiller, etc. On peut quantifier ces parentés sur le Web à l’aide d’un simple moteur de recherche. Il suffit de regarder pour chacun des couples possibles combien de fois les deux noms apparaissent ensemble dans une même page, et d’appliquer des méthodes du type de celles qu’utilisent les biologistes pour représenter les parentés entre organismes vivants à partir des séquences d’ADN (arbre phylogénétique). C’est ce que j’ai fait pour 18 des principaux prétendants à l’Elysée, grâce au moteur Dir.com (il vaut mieux éviter Google pour ce genre de calcul, pour des raisons que j’ai déjà largement évoquées).

Voici l’arbre des prétendants :



Très honnêtement, je ne m’attendais pas à avoir un arbre aussi spectaculaire ! Les proximités textuelles reflètent les proximités politiques

d’une façon tout à fait étonnante. On distingue trois grandes branches, avec en haut les deux grands partis de gouvernement de gauche et de droite, en bas les extrêmes, avec François Bayrou gentiment installé au centre de tout ça... Bien sûr, proximité ne veut pas dire amour... On voit Villepin et Sarkozy qui s’affrontent corps à corps, Ségolène Royal qui nargue les éléphants, Le Pen et de Villiers qui dansent sur le sale air de la peur, Buffet qui cherche désespérément sa place (et quelques voix) dans la gauche de la gauche...

Un véritable cas d’école !


Pour les experts

  • La distance que j’ai utilisée est celle que Cilibrasi et Vitanyi ont baptisée « Normalized Google Distance » (qu’ils ont eu le tort d’appliquer à Google, ce qui induit un certain nombre d’aberrations dans leur étude).
  • La méthode de reconstruction de l’arbre phylogénétique est la méthode ADDTREE de Sattath, S., & Tversky, A. (1977).

Moyenne des avis sur cet article :  4.29/5   (56 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • jcm - Freemen (---.---.0.12) 24 avril 2006 13:37

    Bonjour,

    Très intéressant !

    Si l’on compare cet arbre à la classification gauche / droite habituelle on devient tenté de ranger le PS à droite et les verts à l’extrême gauche mais alors Le Pen et De Villiers pencheraient à gauche ?

    Non, ce ne doit pas être la bonne grille de décodage...

    Y a-t-il de si fortes parentés textuelles entre Le Pen et De Villiers d’un côté et les Verts de l’autre ?

    Et des parentés plus fortes encore des 2 premiers avec Bayrou ?

    Un tel arbre permettrait-il à un candidat à une élection (et laquelle, je vous le demande bien... !!!) de déterminer « le vocabulaire qui gagne » ou « les concepts qui gagnent » par croisement avec les sondages d’opinion ?


    • me (---.---.21.120) 24 avril 2006 13:43

      Vous craignez ! vous parlez pas de Corinne Lepage... ptet qu’elle est l’exception ? non sérieux, y’en a marre d’avoir de la promotion gratuite pour des mastodontes qui n’en valent pas le coup, et qui n’ont pas d’idées, qui martellent juste le public de sondages qualificatifs, et qui guèguerrent pour une primaire. Allez donc lire la charte de CAP21, vous m’en direz des nouvelles : http://www.cap21.net/infos.php?page=charte_valeurs.txt


      • gem (---.---.117.249) 24 avril 2006 14:00

        L’idée est rigolote, parce qu’elle est complétement absurde : l’arbre est très joli mais il ne signifie rien du tout.

        Le titre est trompeur, racoleur à la mode journalistique : ce n’est pas « l’arbre des prétendants », c’est l’arbre, ou plutôt la « spirale des pages sur les prétendants » ! Un arbre phylogénétique ne parle pas des séquences génétiques, il parle des organismes qui portent ces séquences. De même, votre arbre ne parle pas des candidats potentiels, il parle des pages qui mentionnent ces personnes. Sans indiquer les points de divergence.

        Je comprend pourquoi vous publiez ça ici, plutôt que dans une revue savante, comme je l’attend d’un universitaire.

        Le commentaire à l’égard des « proximités politiques » me semble très mal inspiré (en sus des commentaires politiques déplacés...) : le groupage et l’ordre centre / extrême-droite / extrême-gauche / verts n’a pas d’interprétation, quant à juger de la proximité politique au sein de la gauche et de la droite... La forme adoptée est biaisée (en spirale plutôt qu’en arbre, et en effaçant les distances ) : sans y voir ni intention ni malice, ça donne à Bayrou une place privilégiée et pourtant étrange (le « centre » entre les extrêmes et les « partis de gouvernements », il fallait l’inventer...).

        En bref : une bonne blague digne du 1 avril.


        • bmc (---.---.33.9) 24 avril 2006 14:18

          Oui, c’est digne du premier Avril : un peu tard on arrive au 1er Mai.

          C’est le dessin sur la nappe en papier du Café du Commerce.


        • koz (---.---.75.7) 24 avril 2006 14:26

          Le moins que l’on puisse dire est que l’arbre n’est pas facile à interpréter.


          • Fumoffu (---.---.127.217) 24 avril 2006 14:52

            Moi je trouve ça amusant. Je ne pense pas que l’auteur avait pour projet de démontrer quoi que ce soit, ou de lancer un débat politique. Juste de s’amuser à appliquer une méthode scientifique, qui a fait ses preuves dans d’autres domaines, à un ensemble de données inhabituel (à ma connaissance).

            Gem a dit : « Un arbre phylogénétique ne parle pas des séquences génétiques, il parle des organismes qui portent ces séquences. »

            Un arbre phylogénétique ne « parle » pas, tout court, il est juste le reflet froid d’un ensemble de calculs établissant des distances entre des séquences d’ADN de différents organismes (par exemple). Libre au biologiste de l’interpréter comme il le veut, et en fonction des connaissances qu’il a des espèces étudiées. Un outil mathématique ne donne jamais de réponse, c’est le scientifique qui décide. Il en est de même pour ce résultat. L’auteur en a donné une brève description, mais pas réellement d’interprétation. A vous de juger s’il peut y en avoir une ou pas.


            • Agnès (---.---.104.115) 24 avril 2006 15:40

              Je suis d’accord avec ce commentaire, ce qui va être intéressant par la suite, c’est de voir comment cette arbre évolue. Notamment au travers de propos déveoppés récemment, il n’est pas impossible que certains couples inattendus se forment.


            • harakiri26 (---.---.83.138) 24 avril 2006 15:39

              Assez amusant et curieux. C’est sûr que la rigueur scientifique là-dedans ... fô chercher ...

              Curieux de trouver Bayrou proche de Le Pen alors que Sarko semble plus « éloigné ». Mais il suffit que Le Pen attaque plus régulièrement Bayrou que Sarko ... et inversement ... pour obtenir une « parenté » via Internet.

              Amusant ...


              • jcm - Freemen (---.---.0.86) 24 avril 2006 15:47

                « Un outil mathématique ne donne jamais de réponse, c’est le scientifique qui décide. » : tout à fait d’accord, mais un outil de ce type peut aussi poser des question et c’est ce qu’il fait ici, puisque l’on se demande comment intérpréter cet arbre.

                Et je trouve cette question très intéressante du fait qu’elle propose un choix de critères de classement totalement différent de ceux auxquels nous sommes habitués et qui ne semble pas a priori dénué de sens.

                C’est donc une piste de réflexion qui, de mon point de vue, mérite un peu d’attention car cet arbre peur référer à ce point de vue selon lequel les gouvernements socialistes un moment au pouvoir auraient conduit une politique « de droite », comme l’on dit certains.

                Bien entendu il serait intéressant de connaître exactement, dans le détail, le processus qui a permis de réaliser cet arbre, afin de mieux l’évaluer.


                • Anthony Meilland Anthony Meilland 24 avril 2006 19:53

                  Le problème de la méthode de calcul provient du fait qu’elle additionne les pages ou les deux noms s’opposent avec celles ou les deux nom s’appuient mutuellement. Il faudrait plutôt coupler chaque nom avec des thèmes de campagne et ensuite comparer le tout.

                  Je m’explique : intéroger un moteur avec « immigration » et tous les noms des prétendants et vous verrez quel homme politique développe préférentiellement ce thème. En utilisant de nombreux thèmes on pourrait ensuite réaliser un arbre plus convainquant.


                  • Basta (---.---.214.245) 24 avril 2006 21:29

                    L’intérêt de cet arbre, c’est qu’il résulte d’une procédure informatique, une pure mécanique qui n’intègre aucun préjugé politique. Le paramétrer en fonction d’un thème comme « immigration », c’est y introduire l’idée que l’immigration est un sujet déterminant pour la structuration du champ politique. C’est peut-être vrai, mais c’est discutable. C’est un thème parmi des dizaines, des centaines possibles. Pourquoi lui donner une importance particulière ? Ou alors, oui, procéder à un apparentement sur des centaines de critères repérés dans les déclarations des uns et des autres, non prédéfinis, mais dégagés par l’analyse elle -même...

                    En l’état, le résultat est assez frappant ; il correspond assez bien à l’idée que je me fais de la politique française. Il met en évidence trois branches :
                    -  les gestionnaires de droite ;
                    -  les gestionnaires de gauche ;
                    -  les non gestionnaires, anti-sytèmes, protestataires et révolutionnaires. C’est la branche du NON (au TPE, au CPE...)

                    Je remarque quelques points :
                    -  les verts sont avec les extrémistes, pas à côté du PS et des gestionnaires de gauche ;
                    -  Fabius reste avec ses camarades ; il n’a pas basculé dans la branche du NON ;
                    -  Bayrou est en position flottante vers la branche du NON, ce qui correspond bien à son évolution récente.

                    Toutefois, je me serais attendu à ce que Chirac l’ « altermondialiste » se retrouve dans une position de type Bayrou.


                    • Ludovic Charpentier (---.---.68.113) 25 avril 2006 10:56

                      C’est bien résumé comme analyse. On trouve surtout d’un côté les grands partis de gouvernement, ceux qui ont de l’expérience des ministères importants, et de l’autre, un pôle ’utopiste’ regroupant davantage des forces de critiques que de propositions. Et un noyau ’centriste’ regroupant les modérés de chaque camp : Bayrou, Royal, Alliot-Marie (C’est amusant quant même de voir la distance entre Ségolène Royal et François Hollande, si loin, si proche...).

                      C’est une analyse amusante, à défaut d’être réellement pertinente, tant c’est un ’clivage’ dont je pense les français sont assez conscients...


                    • Daniel Milan (---.---.168.150) 24 avril 2006 21:38

                      C’est le seul qui défende l’Egalité et tous les Français ! Je relève que vous l’avez « oublié ». Il est pourtant crédité de 20% des voix !


                      • (---.---.204.157) 24 avril 2006 22:30

                        D’où tenez-vous ce pourcentage ?

                        http://www.election-politique.com/pres2007.php#sondages


                      • Le Journal (---.---.63.124) 24 avril 2006 22:33

                        Non, pas Laforêt, la foret ! Le blog Technologies du langage a pondu ce magnifique arbre de la scène politique vue à travers internet : 

                          Voici comment il s'y est pris (il c'est Jean Véronis, le ray dacteu...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès