Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > 2007, on prend les mêmes et on recommence ?

2007, on prend les mêmes et on recommence ?

Les idées de titre ont foisonné : entre le retour des mammouths, la rupture dans la continuité et autre, on change tout pour que ne rien change, il m’a semblé plus clair d’évoquer l’évidence : A l’UMP comme au PS, aucune prise de risque, retour vers le passé toute !

Objectif affiché : on change tout avec les mêmes recettes qui n’ont jamais fonctionnées.

Dernièrement j’évoquais dans l’analyse du programme Royal l’étrange arrière-goût de déjà vu, cette étrange impression que l’on parle de superficialité en évitant toujours le fond des problèmes, cette sensation qui conduit toujours au même constat :

les problèmes saillants restent, les personnes, elles ne changent pas.

1. La bipolarité pour n’être qu’un

A ma droite, la « Sarko family » au grand complet ou presque, composée de tous les ex-déchus du suffrage universel, les ex-ministres, les ex-futurs ministres du changement. On les retrouve tous, accompagnés des foudres de guerre de l’éthique républicaine comme M. Balkany ou M. Juppé, des lumières intellectuelles qui rayonnent de par le monde comme Steevy, Doc Gyneco, Pascal Sevran, Johnny Hallyday, Christian Clavier et la dernière perle en date : Vincent Mac Doom.

Soutenus par les plus respectables hommes du système comme M. Tapie, M. Finkielkraut et autres espoirs français pour l’avenir, l’UMP est forte de sa rupture tranquille résolument tournée vers le passé, le retour aux vieilles potées du IIIe Empire et même parfois bien plus loin sous la monarchie.

A ma droite, on lance la « rupture tranquille » : on ne change pas une équipe qui perd !

A ma gauche, le PS « phase 2 » se reconstitue suite aux multiples déboires internes de campagne issus de la dualité Royal-Hollande qui a une forte tendance à faire croire que l’un pense à la place de l’autre et vice versa, le tout sous un format « série B » du couple Smith.

On pensait les avoir enterrés, voilà le retour des éléphants !

L’ordre juste d’une « France qui change fort » serait-il donc incarné par ceux-là mêmes qui ont gouverné à plusieurs reprises depuis 1981 ?

Alors que « revoilà la sous-préfète », voilà le retour de Fabius, DSK, et même de Jospin !

Ségolène Royal, à la sauce « Poitou-Charentes », ne sait décidément pas faire des choix, et faute de s’entourer de personnes compétentes, doit se résoudre à se faire avaler par le parti qu’elle avait soigneusement évité lors des primaires PS.

Je vous déteste mais je vous aime, tel pourrait être le message d’une candidate qui, pour s’assurer les copinages internes, est prête à sacrifier son changement pour remettre aux manettes ceux que la France, dans son grand ensemble, n’a plus envie de voir.

Bien sûr, dans ce jeu de chaises musicales, digne des pires moments des règnes chiraquiens, il y a ceux qui jouent sur les deux tableaux comme Bernard Kouchner, Jack Lang (formidable) et quelques autres qui changent de parti suivant la puissance du vent.

A ce petit jeu de « puissance du vent », on citera les « mythes du charisme » tels que M. Santini UDF, prêt à passer PC si le PC était programmé à 50% d’intentions de vote, ou même encore M. de Robien qui cultive son étiquette UDF afin, finalement, d’être toujours l’UDF visible du gouvernement.

Pour ne m’intéresser qu’aux deux poids lourds de la campagne, cette fameuse « bipolarité unique », une chose saute aux yeux.

Qu’est-ce qui a changé ? Qu’est-ce qui peut changer ? Qu’est-ce qui changera dans cette configuration ?

La réponse me semble d’une limpide évidence : que l’on vote PS ou UMP, dans les deux cas, les Français hériteront de tous ceux qui ont mis la France à terre depuis trente ans.

Dans les deux cas, les Français seront les « spoliés » du pouvoir à qui on aura passé la pommade pendant six mois de campagne et qui se réveilleront dans la douleur par la suite en constatant toujours autant d’injustices et de prélèvements en hausse.

Dans les deux cas on propose une continuité dans l’erreur, l’absence de choix stratégiques, l’absence de « décisions qui font mal » mais qui changent la donne.

2. Un anneau pour les gouverner tous ?

« Les Elfes eurent trois anneaux, les nains sept anneaux et les humains neuf anneaux. Mais dans le feu de la montagne du destin, Sauron forgea en secret un anneau unique, un anneau pour les gouverner tous. »

Aujourd’hui, le PS et l’UMP distribuent les anneaux, mais le temps du vote passé, l’anneau unique reprendra ses droits, et les Français retrouveront la même situation, avec le temps pour sanction. La question étant aujourd’hui tant pas de savoir qui sera Sauron, mais qui sera le porteur du « précieux », le porteur de fardeau, le seul qui puisse changer la donne et détruire l’anneau unique détenu par l’UMPS, représentant à peine 60% des suffrages exprimés et 90% des sièges à l’Assemblée nationale et partout ailleurs.

Qui pour changer la donne ?

Alors oui, j’en ai marre de constater tous les jours la non-décision qui règne en Poitou-Charentes - comme ailleurs- , marre de constater la dilapidation de fonds publics du fait de l’obsolescence de l’architecture de nos institutions, qu’elles soient « centrales » ou « locales », marre de lire cette feuille d’imposition sur le revenu truffée de déséquilibres, de constater ces aides déviées et ces prélèvements évitant leurs cibles, marre de voir les talents se noyer à l’université, et l’Education nationale rester scotchée à des principes de la IIIe République quand ce n’est pas de Mai 1968.

Oui, je rêve d’une alternative et d’une gouvernance politique résolument tournée vers l’avenir, d’un « New Deal » qui renverse la table, non pas pour des extrêmes, mais pour de la raison et pour répondre au principe de réalité.

Si vous venez à lire ces quelques lignes, un nom vous apparaîtra sans doute devant les yeux : pour certains ce sera J.-M. Le Pen, pour d’autres J. Bové, pour d’autres encore F. Bayrou.

Que l’on soit clair : une élection présidentielle n’est pas une petite élection. En France, cette élection calibre tout pour a minima cinq années. Croire que des extrêmes, qu’ils aient raison ou non sur le diagnostic, puissent être en capacité de « passer la seconde » à savoir de réagir face à ce diagnostic pour mettre en place les dispositions adaptées relève de la méconnaissance profonde des défis qui se dressent devant nous.

Ce n’est pas en trompant les électeurs que l’on changera les choses.

Reste donc le centre.

Au centre, ce fameux centre dépeint comme mou, ce centre qui a produit nos meilleurs élus mais qui ont dû, par la force de la bipolarité, choisir un camp à terme, puisque sans ce choix de camp, point de salut aux élections.

Voilà que, depuis 2004, ce centre mou vampirisé par l’UMP afin d’asseoir une majorité « aveugle », devient un centre alternatif.

3. Le centre des bâillonnés est le porteur du fardeau

Le combat aurait pu être perdu d’avance, Bayrou aurait pu se taire et se fondre dans la masse. Il aurait pu être un énième fusible, un superbe premier ministre de circonstance, un formidable bras droit de Sarkozy pour rapatrier des voix.

Oui, Bayrou aurait pu faire comme Santini, Robien et pas mal d’autres : mais il ne l’a pas fait.

Il ne l’a pas fait, dès 2002, par conviction profonde d’un homme de lettres. Il ne l’a pas fait car il a préféré porter l’anneau unique plutôt que de succomber aux appels des sirènes du pouvoir. Il ne l’a pas fait car, contrairement à d’autres, il a évolué, il a tiré des leçons.

L’UMP et le PS l’ont pris pour un abruti et un croisé sans avenir. Malheureusement le porteur de l’anneau a forgé un solide programme, une feuille de route calibrée avec des cartes maîtresses dont la principale tombera dès son élection.

Tout le monde parle - à juste titre- de la majorité dont il aura besoin aux législatives pour gouverner.

En l’état actuel des choses, on se rend bien compte que le principal frein pour « voter Bayrou » ce n’est pas le programme, pas même le candidat, mais la capacité à gouverner.

Là où tous les autres rament pour se « justifier », il ne reste plus au candidat Bayrou qu’à clarifier la chose pour devenir une alternative viable, la seule qui puisse mettre autour d’un hémicycle ceux qui y viennent par conviction, et non par carrière.

D’où les feux croisés qu’il s’attend à subir dans les semaines à venir... et qui le rendront plus fort, parce qu’on ne tire pas sur ce qui ne menace pas.

La carte maîtresse, c’est qu’une fois élu, F. Bayrou fera tomber la constitution de la Ve République, et par conséquent les modes de scrutin. S’il va au bout, il pourrait même changer les cartes des circonscriptions et le nombre de députés...

Quoi qu’il advienne, en instaurant une part de proportionnelle « à l’allemande », l’UDF pourra profiter à plein de la manne présidentielle et des éclairages apportés par la campagne, et donc s’appuyer sur une proportionnelle aisément à 20% en sa faveur et, si l’on prend les règles à l’allemande, s’arroger une base intéressante à l’Assemblée nationale (environ 70 députés). Pour l’UDF de Bayrou, tout se joue à la présidentielle.

Il n’est pas dit qu’il ait forcément la majorité absolue à l’Assemblée nationale par cette voie, mais il l’aura sans doute par la force de la majorité relative : le FN prendra des sièges à l’UMP et les extrêmes de gauche au PS.

La diversification et la représentativité permettront à l’Assemblée nationale de voter par majorité relative liée à la question posée, et non par majorité absolue de fait.

L’arme de Bayrou, et qu’à mon sens il ne dévoilera qu’en fin de campagne, c’est qu’il a tout compris pour briser les stratégies UMP et PS d’un seul et même temps.

Pendant que les deux « bipolarités » se recentrent sur leurs équipes du passé, se targuant d’enfermer le candidat centriste dans une position soit « forcément et historiquement de droite » avec laquelle il a coupée les ponts clairement depuis le congrès 2005 de Lyon, soit comme le « guignol » qui ne pourra pas gouverner alors que la réforme des modes de scrutin est d’ores et déjà programmée, F. Bayrou poursuit sa campagne intelligente de prise de contact des Français.

Bilan : Un résultat sans concession

Par résultat d’analyse, il me semble que la meilleure campagne en cours soit celle menée par F. Bayrou, car au lieu de se retourner vers le passé, il a pris bon nombres de risques, ceux-là mêmes qui font la différence entre un candidat à la présidentielle, et un président de la République.

Ceux et celles qui croient qu’il est encore possible de « changer avec du vieux » ont tort, car on a beau penser que les Français sont des imbéciles, ils ne sont pour autant sourds et aveugles... surtout que cela fait trente ans qu’on leur chante la même mélodie et qu’ils payent cash, pour la majorité d’entre eux, surtout ceux des classes moyennes, c’est-à-dire l’essentiel des Français - électeurs - citoyens.


Moyenne des avis sur cet article :  4.52/5   (141 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • Tam (---.---.192.30) 23 février 2007 10:42

    L’équipe du « pacte présidentiel » de Mme Royal, indépendamment du retour des éléphants, est marquée par la présence de seulement 2 femmes sur 13 personnes (et même, sauf le respect que l’on doit à Yvette Roudy, par la seule présence féminine de poids de Martine Aubry). Si l’on ajoute que ses deux directeurs de campagne et son directeur de cabinet, il semblerait que les femmes ne soient pas vraiment les bienvenues dans l’entourage immédiat de Madame Royal.

    Celle qui s’est érigée en sainte-patronne de la parité, donneuse de leçons vindicative et intarissable sur la place des femmes en politique, a du avoir une absence. Une de plus...

    Tam http://supernunuche.unblog.fr/


    • Higgins (---.---.12.31) 23 février 2007 10:51

      Je partage en grande partie cette analyse. F. Bayrou a toutes les chances de recueillir les voix des déçus de la droite et de la gauche traditionnelles.

      Malheureusement pour lui, le pouvoir de nuisance des deux grands partis est important. Il n’y a qu’à voir comment les éléphants du PS viennent de remettre la main sur leur cancidate !!! Si le troisième homme ne dispose pas d’une majorité incontestable à l’assemblée nationale, je craint fort qu’à force de compromis, sa volonté de changer la donne soit étouffée. On sent pourtant bien que beaucoup de français veulent entendre un discours de vérité et que la démagogie perd heureusement pied. Il est vraiment dommage que beaucoup de personnalités politiques (je pense en particulier à DSK) succombe à cette facilité et de ce fait, se décridibilisent vis-à-vis de l’opinion (pour DSK, c’est en particulier son projet de surtaxer ceux qui partent vivre à l’étranger pour échapper à la pression fiscale. C’est facile mais ça ne sert à rien, il existe beaucoup de contrées qui recherchent des émigrés à fort potentiel comme le Québec). Notre pays dispose de solides atouts qui méritent d’être mieux valorisés. N’en déplaise à la gauche et à la droite conservatrices, le mondialisation s’impose et ce n’est pas faisant l’autruche que l’on réglera nos problèmes.

      J’attends avec impatience le programme économique de F. Bayrou dont j’espère qu’il tiendra compte de la réalité et non pas d’hypothétique taux de croissance. Ces taux, qui font rêver nos ministres et que nous sommes actuellement incapable d’atteindre compte tenu de l’absence des nécessaires réformes requises, de l’obsolescence de notre appareil d’état et de la méconnaissance profonde des mécanismes financiers élémentaires qui caractérise notre pays.


      • picador 23 février 2007 11:11

        Petite analyseb sur le programme attendu de Bayrou sur l’économie :

        Quand François saluait le programme fiscal de Nicolas...

        Aujourd’hui, François affirme que « Ceux qui souhaitent baisser les impôts racontent des histoires » ( Emission A vous de juger), lisez plutôt ce qu’il écrivait dans le Roi libre en 1994 (et oui j’avais acheté le livre, très bien écrit d’ailleurs) :

        « Henri IV et Sully ont réussi à désendetter le pays de 50% en dix ans.(...) Après la renégociation de la dette, Henri décida de construire une nouvelle politique fiscale (...). Le roi décida qu’il convenait d’alléger l’impôt direct (...). Henri avait compris que la ponction des revenus des Français, déjà exsangues, ne pouvait que prolonger la crise. Au contraire, en réduisant l’impôt direct, il aidait à relancer l’activité économique. Parallèlement, la baisse des prix, qui résulta du retour de la confiance accrut en fait les moyens à disposition de l’Etat en augmentant son pouvoir d’achat ». Cela sonne comme un vieux soutien à la baisse de 4 points des prélèvements obligatoires prévues par Nicolas tout en réduisant la dette. Parce qu’en effet, il faut en choc de confiance et que l’analyse économique doit se faire en dynamique.

        Merci François pour tes écrits qui sont sincères ! Picador

        Pour d’autres analyses : http://www.toreador.fr/category/les-piques-de-picador/


      • maben (---.---.177.125) 23 février 2007 12:12

        @Picador

        Peut être que la réalité est autre aujourd’hui (je ne suis pas économiste je pose juste la question) ... et qu’il n’est pas possible immédiatement de baisser les impôts.

        De plus, vous parlez d’un écrit qui date de 14 ans, j’espère bien que certaines de ses idées ont changé ou évolué et qu’il n’est pas resté en léthargie intellectuelle.

        Par contre je préferais son opinion que vous citez dans le livre. Après est-ce vraiment son opinion ou est-ce un fait passé qu’il relate dans ce livre ? ... je ne vois pas de « je ferais comme Henri IV et Sully » dans votre citation ... Si vous avez des précisons.

        Mais je trouve que Bayrou est trop virulent en ce moment à vouloir se démarquer du duo UMPS. Je pense qu’il devrait être plus prudent à ce propos.

        Salutations


      • Met (---.---.68.26) 23 février 2007 11:02

        Pitoyable Ségolène, bergère du troupeau... de moutons ? :D

        Désirs du passé ?

        C’est tellement se foutre de la gueule des français, avec ses débats participatifs qui n’auront été qu’un leurre, que je lui souhaite de connaitre le même sort que Jospin.

        Au début, je l’écoutais, maintenant je n’ai plus que du mépris.


        • picador 23 février 2007 11:04

          Parlons de changement avec un petit quiz :

          QUIZ SUR UN ANCIEN MINISTRE QUI N’A RIEN CHANGE : REMEMBER...

           Le 20 septembre 1994, ce Ministre de l’Education Nationale adresse une circulaire aux chefs d’établissements. Il affirme, péremptoire : « On me saura gré d’avoir arrêté la montée de l’Islamisme en France ». En novembre 1994, la médiatrice de l’Education Nationale, Hanifa Chérifi, chiffre à 400 le nombre de jeunes filles voilées en France. En septembre 2003, elles sont 1465. Vous parlez d’une efficacité ! La loi du 15 mars 2004 a permis à la rentrée de septembre d’en recenser 639, avec seulement 72 cas non résolus au final et 47 exclusions (elles travaillent par correspondance). De qui s’agit-il ?

           La réforme dont il est le plus fier a été celle de l’Université avec pour ambitition une réorientation plus facile lors du premier semestre. Résultats : ces réorientations sont marginales. A quand un numérus clausus pour les filières qui n’ont pas de débouché ?

          Dernier indice : depuis, il dénonce les gouvernements qui n’ont rien changé depuis 25 ans. Il a raison mais certains Ministres sont plus à dénoncer que d’autres ... Je dis oui au changement (slogan Ikea), non à ...

          Pour voir d’autres analyses :

          http://www.toreador.fr/category/les-piques-de-picador/

          Picador


          • Met (---.---.68.26) 23 février 2007 11:17

            Bel exemple de défense. Quand on n’a plus rien à dire sur sa candidate, on essaye de prendre les autres en défauts.

            Ségolène royal c’est le vide et maintenant le PS aussi.

            je ne savais que la médiocrité était contagieuse au PS... Comme quoi..


          • Moué (---.---.60.35) 23 février 2007 11:07

            Je suis ravie de l’attitude de Mme Royal en faisant appel à tous les dinosaures de son parti pour bien marquer le changement de la gauche. Voir et revoir ces vieilles baudruches traînant des casseroles à qui mieux mieux, nous dépoussiérer Mme Rudy pour moi c’est que du bonheur !

            Bel alignement antinomique de gueules cassées pour représenter le PS et le beau slogan socialiste « ça change fort ». Elle a osé, elle l’a fait : On a même droit à Jospin !!!

            Votant à gauche depuis quelques années, j’ai enfin voté Bayrou en 2002. Et je recommencerai cette année, avec encore plus de conviction.

            En marge de ceci , il est à noter que le clivage gauche/droite ne fait plus recette et que la majorité des voix qui se sont positionnées sur LePen en 2002 l’ont été plus par dépit que par réelle conviction.

            Cette année nous avons enfin un 3e homme, un démocrate qui permettra à tous les Français écoeurés par ce clivage idiot de voter pour un vrai changement ou juste pour faire la nique aux médias/partis bipolaires. Un beau doigt d’honneur comme savent le faire les Français quand ils sont exaspérés.

            Alors encore Bravo à Mme Royal pour son altruisme (elle nous en a fait la démonstration dans l’émission à vous de juger), et vraiment merci de tout coeur smiley


            • Colza09 (---.---.120.93) 23 février 2007 21:16

              Il n’est pas interdit de penser que les électeurs pourraient, s’ils leur sont proposés, voter massivement pour des députés UDF lors des législatives. C’est en tout cas ce que je ferais si Bayrou venait à être élu


            • yvan (---.---.148.16) 23 février 2007 11:26

              Très bon article, mais il fait partie de ceux qui « effraient » la direction d’AV ; il faudra que les lecteurs aillent le chercher sous les piles... !

              Je partage vos opinions, la partie engagée par F.Bayrou s’adresse aux conservatismes de tous bords, cet homme est un visionnaire ; tout ce qu’il propose est élément d’un vaste ensemble dont la cohérence au service de l’homme est le maître mot .

              Je ne suis pas inquiet, en ce qui me concerne, pour la frange parlementaire de soutien, encore moins du gouvernement . Notre pays ne manque pas d’hommes et de femmes de valeur qui auront bien compris l’engagement du président ; un tri devra se faire entre les parlementaires qui considère leur engagement au service de la Nation et ceux qui mettent leur carrière(ou celle d’un clan) trop en avant . La recomposition du paysage politique français sera ainsi en marche .

              Une des choses les plus importantes annoncées par F.Bayrou est la restoration de la compétence à tous les endroits ou elle est nécessaire . Ceci est, avec l’adhésion du Peuple, une des meilleures armes pour remettre notre pays dans la voie du progrés


              • Anthony Meilland Anthony Meilland 23 février 2007 12:11

                C’est marrant, quand Bayrou parle de confier un rôle important a une personnalité comme DSK par exemple, c’est génial, tout le monde applaudit, il déploarise la poltique ... Mais quand c’est Ségolène qui lui confie une tache ce dernier redevient un « éléphant », « mamouth », ou autre « dinausaure ».

                Dites les mecs, vous avez vraiment un problème avec les personnes de plus de 50 ans. Devrait-on les priver de leurs droits civiques, les enfermer ou mieux encore les piquer ?

                Avec des raisonnements pareilles on va bientôt se retrouver avec Steevy président, Loana ministre de la santé, et Jennyfer de la culture !!!


                • Rage Rage 23 février 2007 12:46

                  @ A.Meilland : Tu remarqueras que dans les « mammouths » je n’ai pas cité DSK, qui, selon moi, avec Chevènement, sont les moins mauvais à gauche. Le vrai problème, ce n’est pas tant que certains fassent parti des futurs gouvernements, c’est que l’on fasse revenir toute la bande sans SELECTIONNER qui que ce soit : cela démontre une absence d’autorité et surtout une faiblesse dans la capacité à faire des choix, chose que je peux constater tous les jours.

                  @ Ludovic Charpentier : Je ne suis pas Bayrouiste, et surtout pas suite à une bière, et encore moins après avoir discuté avec AB . AB n’a pas mauvais fond, mais il ramène trop d’éléments à sa situation personnelle. Par contre, face au « vide intersidéral » que l’on nous propose pour les élections à venir, je me dis, avec les éléments de choix qui sont les miens, qu’en l’état actuel des choses, Bayrou serait sans doute la moins pire des choses.

                  Cela ne dit pas qu’il réussira ou que je suis « fan ». Cela dit uniquement que pour le moment, il est le seul à pouvoir s’appuyer sur un programme lucide et sur une campagne raisonnée qui n’a pas pour objectif ultime d’accèder au « trône », mais de tenter de changer les choses.

                  Il se plantera peut-être, mais au moins on aura tenté autre chose que la « loose » programmée proposée par le FN, l’UMP ou le PS.


                  • Thierry (---.---.130.76) 23 février 2007 15:18

                    Chevènement ? Il ne s’est pas encore entièrement réincarné en Dupont-Aignan ?


                  • Rage Rage 26 février 2007 22:29

                    Je suis avant tout libre, et par voie de conséquence, j’inscrirai mon bulletin du 1er tour dans l’urne en fonction du MEILLEUR et non pas du choix par défaut. Au 2nd, ce sera le vote de circonstance : pour moi, comme pour Bayrou, tout se jouera au 1er tour.


                  • Gourouni (---.---.38.140) 23 février 2007 13:31

                    La France doit retrouver sa souveraineté. A partir de là, son indépendance qui permettra de définir des objectifs à atteindre et donc les moyens à utiliser pour y parvenir. « La france et le destin collectif des français dont découle une partie de notre destin individuel. » C’est de cela que les français doivent prendre conscience pour arreter leur choix de vote.


                    • Villepin candidat (---.---.217.178) 23 février 2007 14:53

                      Vous faites partie des Français qui pensent que la France mérite mieux ? Lisez l’appel à la candidature de Dominique de Villepin !

                      http://gaulliste-villepiniste.hautetfort.com

                      http://rjvr.hautetfort.com

                      http://galouzeau.hautetfort.com

                      http://dominiquedevillepin.over-blog.com

                      http://avecddvillepin.space-blogs.com

                      R-J-V-R@hotmail.fr

                      Chers concitoyens, faites le tour de tous les blogs, postez des commentaires, envoyez des liens à vos amis, postez des liens vers l’appel sur tous les sites ayant un rapport avec la campagne présidentielle. Bref, montrez qu’il existe encore une attente pour la candidature du Premier Ministre. En agissant ensemble de manière coordonnée, nous serons plus forts pour nous battre pour nos idées, pour la République.


                      • Rage Rage 23 février 2007 14:56

                        C’est où qu’on ne s’est pas compris ?

                        Je dis cela, car à part foutre à terre Sarko, ce qui en l’occurence me satisferait pleinement, cela n’a aucune pertinence. Dites, vous n’avez VRAIMENT personne d’autre ?


                      • LE CHAT LE CHAT 23 février 2007 15:45

                        « Les Elfes eurent trois anneaux, les nains sept anneaux et les humains neuf anneaux. Mais dans le feu de la montagne du destin, Sauron forgea en secret un anneau unique, un anneau pour les gouverner tous

                        et maintenant c’est D.W qui l’a et ne veut pas le rendre à median swet/Raclo en pleine crise de schizophrénie et forest ent n’arrive pas à raisonner les hobbits , où va t-on smiley smiley smiley smiley


                        • Forest Ent Forest Ent 23 février 2007 15:46

                          J’ai bien aimé le style vif et incisif de cet article. Et puis j’aime bien les références à Tolkien. smiley


                          • bob (---.---.231.170) 23 février 2007 19:42

                            La premiere partie de votre analyse est pertinente et reflete bien les problemes que rencontrent tout individu honnete, travailleur et motive de nos jours. La solution est bien moins evidente.

                            Bayrou qui avait dit oui a une europe dont l’armee serait sous l’egide de l’ONU, dont le systeme economique serait grave dans le marbre et dont l’atlantisme servile n’interesse que les plus corrompus ou les plus naifs. Avez vous lu la constitution europeenne et si oui etes vous sur que les gens qui l’ont applaudi travaillent pour le bien de la France ? ( je vous recommande de lire la troisieme partie si vous avez peu de temps.)

                            J’ajoute que je trouve pas chez Bayrou les changement necessaires a un retablissement de la France. De plus, dire que les autres sont mauvais alors que sont propre candidat a collabore avec eux me parait un argumentaire quelque peu leger.


                            • Calmos (---.---.119.133) 24 février 2007 00:03

                              Si j’ai bien compris... ??? tous ces grands « Débats participatifs » vus à la télé : c’était pour amuser le populo....lui faire avaler sa redevance....le rendre un peu plus con...(j’en fais partie ..j’ai regardé une fois..)

                              Vous apprendrez...Grands Dirigeants du Ps...que le populo est moins con que vous ne le pensez...et ce dans pas longtemps....

                              Vous pouvez vous revendiquer de Mitterrand....vous etes aussi retors et menteurs que lui....


                              • saint just (---.---.187.218) 24 février 2007 02:42

                                Une étude statistique récente estime que vers 2046/48, soit dans 2 générations la population de l’Allemagne (pays le plus peuplé de l’Union) sera majoritairement musulmane !

                                Qu’en sera-t-il en France ? Aprés 2046 ?... Avant 2046 ?.... Quand ?

                                Nos politiciens écervelés et/ou décadents se félicitent de la fécondité des femmes en France qui permet d’afficher le meilleur taux de natalité en Europe. Bien sur ça arrange apparement les technocrates pour le financement des retraites.

                                Mais qui sont ces nouveaux français (selon le droit du sol) ?

                                Existe-t-il encore en France des démographes et statisticiens indépendants du « Politiquement correct » pour mener une étude ojective sur l’evolution sociologique, ethnique et religieuse (si la Loi l’autorise .... sic ) de la population française dans les toutes prochaines décennies ?

                                Si ce message vous interpelle Re-Dirigez le vers vos élus et 10 personnes de votre connaissance sans distinction d’opinion.

                                La France vous dira : MERCI


                                • candidat 007 (---.---.41.75) 24 février 2007 10:15

                                  Voici donc le point central de votre démonstration.

                                  « La carte maîtresse, c’est qu’une fois élu, F. Bayrou fera tomber la constitution de la Ve République, et par conséquent les modes de scrutin. S’il va au bout, il pourrait même changer les cartes des circonscriptions et le nombre de députés... » Et donc en instaurant une dose de proportionnelle, il aura un petit matelas de députés dans la prochaine assemblée.

                                  Vous rêvez complétement. Les modalités des élections législatives de 2007 sont bien fixées, et il n’a fixé aucune date pour son projet de changement de constitution, s’il le fait, je n’y crois pas un instant. De toutes façons, ça ne peut concerner les législatives de 2007.

                                  Vous vous leurrez beaucoup sur la volonté de bayrou de changer quoique ce soit aux régles institutionnelles.


                                  • Vagabond (---.---.179.59) 24 février 2007 11:52

                                    Segolene :

                                    Becassine et le retour des elephants. J’entends qu’au PS on en est reduit a esperer qu’elle ne se plante pas au cours d’une emission comme celle de TF1. La compassion devant un tel pathetique m’interdit un jugement plus severe.

                                    Bayrou :

                                    Pour : potentiel de rassemblement, retour aux fondamentaux, pas de demogogie, peu ou pas de promesse non respectables.

                                    Contre : mou, manque de convictions, manque de vision. Il a une strategie (eclatement des clivages) mais il lui manque un objectif, c’est-a-dire un projet coherent pour notre societe.

                                    Sarkozy :

                                    Pour : pragmatisme, perseverance, intelligence. Il presente un projet clair pour notre societe, une direction differente de ce que nous avons eu depuis 30 ans.

                                    Contre : le desamour d’une grande partie des citoyens. Les sentiments de rejet, de peur, qu’il suscite. On ne peut pas reformer un pays quand un grand nombre de citoyens souhaite votre echec.


                                    • bird (---.---.111.59) 26 février 2007 17:17

                                      Ouais mais tout celà fait pas mal d’éléphants, même des mamouths, dites moi voir qui n’a pas trempé ses mains dans la boue politicarde depuis au moins 2 ou 3 décénnies parmi tous ceux qui se présentent à par un opportuniste ou deux qui n’ont d’ailleurs aucune chance, vive la démocratie.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès