Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > 2012 n’est pas 1981

2012 n’est pas 1981

De nombreux commentateurs comparent l'élection récente de François Hollande avec celle de François Mitterrand en 1981. Pourtant, à comparer la reception des propostions des deux Présidents de la République lors de leur élection, on se rend compte que 2012 et 1981 sont comme le jour et la nuit.

En 1981, les propositions avancées par François Mitterrand dans sa campagne étaient en totale contradiction avec la pensée dominante à l'échelle mondiale. Il voulait nationaliser alors que l'Angleterre de Margaret Thatcher et les États-Unis de Ronald Reagan appliquaient une politique libérale. Autant dire que François Mitterrand apparaissait comme une sorte d'OVNI socialiste sur la planète libérale. Si François Mitterrand nationalise des entreprises dans un premier temps, le tournant de la rigueur l'amène assez vite à se tourner vers des politiques moins ambitieuses, notamment lorsqu'en 1988, il ne renationalise pas les entreprises privatisées par le Gouvernement Chirac. Le décalage idéologique de départ explique peut-être en partie ce retournement de situation.

En 2012, la situation est tout à fait différente. Quand François Hollande parle de croissance, il lève un tabou en Europe. L'austérité semblait alors être la seule issue possible, dans le discours comme dans les faits. L'affirmation par François Hollande de la nécessité d'une politique de croissance trouve immédiatement un écho en Europe : même des dirigeants connus pour leur orthodoxie budgétaire se mettent à plaider en faveur d'une politique de croissance pour sortir de la crise.

Bien qu'ils n'entendent pas la même chose sous le terme de "croissance", l'accord entre François Hollande et les dirigeants européens sur la question de la croissance place le nouveau Président dans une bien meilleure posture que son prédécesseur en 1981.

Indirectement, le fait que les dirigeants européens soient plus ou moins sur la même longueur d'ondes que François Hollande pourrait redonner de l'importance à la France dans la construction européenne. Angela Merkel est désormais la seule dans le couple franco-allemand à prôner l'austérité et fait face à un Président français dont le discours est plutôt bien accueilli en Europe du Sud. Cependant, cette situation ne durera qu'un temps : en 2013, les élections législatives en Allemagne pourraient changer la donne si la gauche l'emportait.

(Crédit photo : Pete Souza, White House Official Photo)


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 29 mai 2012 10:48

    S’il advenait qu’Angela Merkel cède aux sirènes des tenants de la mutualisation des dettes des pays de la Zone Euro sans que ceux-ci s’astreignent à une immédiate et authentique rigueur de gestion budgétaire et avec la seule Allemagne comme garantie de leur dette, ce serait, à plus ou moins court terme, un bien mauvais coup porté à la construction européenne.

    Que l’avenir de la construction européenne passe par un accroissement des délégations de souveraineté de la part des états-nations ne me cause aucun état d’âme en tant qu’hispano-français capable de vivre dans n’importe quel pays de l’Union Européenne.

    L’Histoire de la constitution des pays européens n’est qu’une longue litanie de conflits inter-provinciaux jusqu’à parvenir à l’émergence de l’état-nation. Il n’y a aucune fierté à tirer de cette Histoire.


    Des conquérants ont tenté de créer l’Europe par le même modus operandi guerrier. Ce fut toujours un cuisant échec.

    Allons-nous laisser perdre l’occasion de générer pacifiquement l’Europe à cause de petits égoïsmes d’états-nations et d’une étroitesse d’esprit certaine ? ? ?...

    Géographie physique & politique d’une Europe des vraies régions naturelles



    • credohumanisme credohumanisme 29 mai 2012 11:07

      Bonjour Socialiste,

      Avec lucidité vous remarquez « qu’ils n’entendent pas la même chose sous le terme de croissance ».
      C’est bien le cœur du débat, tout le monde est d’accord pour la croissance (qui ne le serait pas ?).
      Les états du nord veulent la favoriser par la libéralisation, les états du sud par la dépense de l’état.

      Quant à la mutualisation des dettes elle est quasi impossible sans un véritable fédéralisme dont les peuples dans leur majorité ne veulent pas, sans même parler des délais que cela nécessiterait ...


      • bakerstreet bakerstreet 29 mai 2012 14:36

        Quelques point communs

        Les gens ont retrouvé le sourire, sauf les vieux grincheux qui ne l’ont jamais eu.
        Le soleil a fait une apparition entre les nuages, et on attend une amélioration.
        De toute façon, après ces records de pluviométrie, ça sera pas pire !


        • zelectron zelectron 29 mai 2012 21:03

          Absolument exact, votre titre est parfait, la suite beaucoup moins. 2012 n’est pas 1981, ça risque d’être pire et comme les années Mitterrand étaient déjà une catastrophe ...


          • logan 30 mai 2012 08:44

            Rien avoir entre 1981 et 2012 en effet, car rien avoir entre le programme commun et le programme de François Hollande.

            L’élection de Hollande laisse beaucoup plus penser à l’élection de Chirac.
            Et d’ailleurs si Chirac a soutenu FH ce n’est pas sans raison.


            • caramico 30 mai 2012 09:12

              C’est vrai que les propositions de Hollande ne sont pas en contradiction avec celles de l’occident libéral, qu’il est bien dans le moule de l’Otan et qu’il compte bien y rester, qu’il n’a pas attendu longtemps pour annoncer la couleur, et évoque une intervention en Syrie...
              Les « Degôche » qui ont voté pour lui seront satisfaits quand nos « boys » iront se faire trouer la peau contre l’Iran, la Russie, la Chine pour sauver nos petits copains yankees.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Socialiste 2.0

Socialiste 2.0
Voir ses articles







Palmarès