Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > 2012, une campagne sans saveur qui précède les temps apocalyptiques

2012, une campagne sans saveur qui précède les temps apocalyptiques

En conversant lors d’un café citoyen avec quelques amis de passage, l’idée d’une campagne bizarre a été évoquée. Je rectifie, pas bizarre mais singulière. Les propos lus dans la presse se confirment. Les citoyens ne sont pas passionnés par les prestations des candidats et ce ne sont pas les foules déplacées par Jean-Luc Mélenchon qui changent l’appréciation. Une bonne majorité des français ira voter mais sans passion, sans rien attendre, d’autant plus que les sujets importants n’ont pas été débattus. N’incriminons pas les politiques, ils sont coincés entre la puissance des marchés financiers (dont il faut dire qu’ils servent les épargnants moyens et fortunés) et les demandes insatisfaites des citoyens. Qui de plus en plus, cessent de croire que la politique puisse résoudre leurs problèmes, pour de bonnes et mauvaises raisons. Cette élection est donc bien singulière, tant par son contenu, assez vide, que son style, agressif, parfois violent, quelques fois colérique ou humoristique, visant les adversaires, flattant les bas instincts du peuple, incitant les citoyens à craindre l’avenir, ou bien les invitant à aboyer contre une catégorie d’individus, les assistés, les capitalistes, les immigrés. Et comme un chien ne fait pas qu’aboyer, il faut bien mettre en ligne de mire un bifteck. Pour les jeunes, ce sera le permis de conduire et pour les vieux, le versement de la pension le premier jour du mois. C’est la première campagne où tant de petites promesses faites de détails prosaïques sont proposées aux électeurs.

Quelle interprétation pouvons-nous suggérer en observant et analysant cette singulière campagne ? Des idées simples en vérité. La perte de croyance dans la politique comme on l’a déjà dit mais aussi le poids de cette dette qui rend impuissants la plupart des candidats dont les marges de manœuvre budgétaires sont très limitées. C’est un peu comme le père Noël qui n’a plus trop de sous pour acheter les jouets et les mettre dans sa hotte. Il ne peut pas promettre grand-chose aux enfants. Alors Bayrou se propose de conduire le bus des enfants en faisant monter un père Noël qui n’a rien dans sa hotte. Voilà donc un premier niveau d’analyse qui ne doit pas occulter les fondamentaux d’une société parvenue à un stade de développement très élevé, alors que l’individualisme règne souvent et que les valeurs et la morale sont elles, sous-développées. Un consumérisme de masse se développe. Une addiction aux divers gadgets et aux objets technologiques. Une dépendance face à cette technologie devenue onéreuse, considérée comme indispensable, imposant alors d’avoir le plus de revenus possibles. Les produits mis sur le marché s’améliorent, fascinent, surtout dans le moyen et haute de gamme. Les individus sont affectés et quelques uns s’oublient, agissant parfois dans les limites de la déontologie, voire de la légalité. Alors que d’autres individus sont eux, carrément oubliés du système, du monde du travail, de l’accès aux biens et services. Allez, on ne va pas blablater des pages entières sur ce constat assez convenu.

Soyons réalistes. Un constat général doit associer la situation de l’Etat français et la condition générale de la plupart des Français en terme psychosocial et moral. On comprend aisément que l’adhésion à un programme de candidat ne suscite aucun enthousiasme, d’autant plus que ces programmes ne peuvent pas revêtir de grandes réalisations. On pense que les élites sont coupées de la société mais de ce malentendu ressort un consensus secret. Les Français jouent le jeu de l’élection et sont prêts à élire celui qui est le plus présentable, le plus compétent, le plus honnête ou bien qui plaît le plus et suscite la sympathie. Quant aux candidats, ils jouent le jeu, nous servant la comédie de gens respectables, sérieux, attentifs au pays, décidés à offrir leur compétence pour gérer la France ces cinq prochaines années en promettant qu’il n’y aura pas de scénario du pire façon Grèce. Il y a donc une entente secrète entre ceux qui n’attendent rien et vont voter et ceux qui veulent les suffrages et font semblant d’avoir des solutions. Une mention spéciale à Philippe Poutou qui, en jouant le clown face aux médias, offre une prestation d’une grande sincérité. Quant au consensus, citoyens et dirigeants s’entendent sur la préservation d’un modèle social qui inexorablement, se transforme en devenant moins social. Pays immergeant dira-t-on. 

La situation de la France ressemble à celle de bien des pays les plus avancés. Il est difficile de lire l’avenir. J’ai le sentiment qu’après les cinq ans de transition de la présidence Sarkozy, nous aurons encore cinq ans de transition, avec un gouvernement qui changera peut-être pour mener une politique ne peut pas changer car les déterminants socio-économiques sont d’une puissance incroyable, rendant les politiques impuissants. Pendant cinq ans, la France va résister en maintenant un niveau développé mais avec une fracture sociale évidente. Chacun jouera sa partie personnelle mais des solidarités vont se maintenir. Le monde ne va pas exploser car toutes les parties ont intérêt à maintenir le système sans conflit majeur mais dans quelques pays, la guerre persistera. Finie la ruse de l’Histoire et les grandes guerres. Place à la ruse de la Technique. Le monde est une machine désirante et dévorante de matérialités. Les pays ont les dirigeants qu’ils veulent et qu’ils méritent dans les démocraties, régimes dont la somme des PIB dépasse les 90% du PIB mondial.

Connaître l’avenir suppose d’en savoir un peu sur le passé. La trajectoire suivie par les pays développés est linéaire. La France a suivi ce rail dès 1983. Autant dire que cela fait trente ans que le pays est dans la voie de la croissance technique et du consensus consumériste faisant que l’action des politiques ne fait qu’accompagner le processus de production et de consommation avec le développement d’infrastructures étatiques. En dépit des différences idéologiques et des alternatives diffusées dans les médias, surtout en France, le consensus consumériste et productif est devenu un consensus de masse profondément ancré dans les âmes. Rien d’étonnant à ce que la campagne de 2012 prenne les contours qu’on constate. Le système va persister pendant un quinquennat, voire deux ou trois.

L’évolution du système dépendra peu du politique, sauf en cas d’alternative claire qui pourrait se dessiner ce qui suppose une division idéologique puissante, chose étonnante puisque les sociétés avancées ont évolués vers un rapprochement idéologique. Cette division sera donc inédite. Le cours de cette campagne désespère autant les Français que les analystes et les journalistes de cirque politicien, tel cet interviewer de RTL et Canal, un gars sympa qui a acquis toutes les tares du parvenu, comme tant d’autres. Pourtant, cette désaffection du politique est un moment important, révélateur. Il annonce les temps nouveaux. Mais pour l’instant, il n’y a pas de nouvelle division idéologique car les gens, les intellectuels et les dirigeants ne pensent pas assez. Il est assez confortable de se lover dans la vulgate du consensus consumériste et productif et de la régulation protection du modèle social mais pour combien de temps ?

Voyons cela dans une perspective longue, étant entendu que la gouvernance du modèle social immergeant peut durer des années avant que ne se fasse sentir les effets de la pénurie des matières premières, de l’énergie. Deux options, l’une policière et dictatoriale. Sous réserve d’une autre option entre l’alternative des gens résilients et résignés et celle des insurgés et révoltés dont on ne voit qu’une préfiguration incertaine dans les meetings de Mélenchon et les discours de l’extrême-gauche. Si les gens se révoltent, la réponse du pouvoir sera dure et nul ne sait où sont capables d’aller les élites pour préserver le système. Holocauste mondial ? Non, mais peut-être pas si loin qu’on ne le pense. Autre option, celle d’un avènement de la pensée et d’un éveil spirituel généralisé. Cette éventualité n’est pas la plus plausible, reposant sur des éléments gnostiques d’inspiration chrétienne, soufie et kabbalistique. Mais si la pensée et la sagesse adviennent, une division politique inédite émergera et cette fois, l’engagement politique sera bien plus clair et passionné qu’en 2012. L’époque que nous vivons pourrait aboutir à un enlisement dans les marécages de la matière ou bien se révéler passionnante en cas d’éveil spirituel. Une révélation, une apocalypse et un enjeu entre les lumières et les ténèbres.


Moyenne des avis sur cet article :  3.15/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • cathy30 cathy30 14 avril 2012 08:35

    Chut Dugué

    Ne soufflez pas l’idée d’un éveil spirituel généralisé, les élites seraient capables de nous inventer une bonne grosse religion, avec un mélange de new age, d’extra-terrestres, avec des enfants indigos.

    allez, joyeux noël :

    http://www.youtube.com/watch?v=u6MFXem42-E


    • JL JL1 14 avril 2012 09:38

      @ Cathy30,

      Ah non ! Le new age et les extra-terrestres, c’est chasse gardée pour Cheminade !

      Chez UMPSFN on a Al Qaeda, voyons !

       smiley


    • JL JL1 14 avril 2012 09:17

      Campagne sans saveur ?

      C’est parce que vous n’avez d’yeux que pour ceux que vous montrent les médias mainstream !


      • clostra 14 avril 2012 11:52

        observation N°1 : Une « campagne singulière » ? elles le sont toutes non ? n’est-ce pas plutôt une « campagne étrange », à moins que ce soit celle que vous proposez ?

        observation N°2 : Sans doute Poutou est-il le candidat le plus crédible (sincère ? ou un peu plus ?). La sincérité n’exclut pas la bêtise pourvu qu’elle soit sincère. Eh ! bien ! excepté le peu que je sais de la franc-maçonnerie (non ce n’est pas une diversion) qui ait attiré mon attention : trouver son clown n’est pas une mince affaire ! A la recherche de son clown, on aimerait que les candidats en fasse état (personne ne peut trouver le clown de l’autre...Ce pauvre Hollande a été contraint de le laisser au vestiaire...il pointe malgré tout de temps en temps...)

        observation N°3 : le consumérisme est dans les canons (euh ! pardon ! les cartons ?) depuis 1958...Dire que la « Toile d’avion » résistait à plusieurs générations ainsi que Lille-Roubaix-Tourcoing qui ne fabriquait que ce dont nous avions besoin. Le changement, le vrai changement de vêtements et autre parures, c’est la Chine et ses vêtmex (lire jetables) bons à la poubelle après le premier lavage !

        etc


        • lemouton lemouton 14 avril 2012 14:48

          Bonjour Monsieur Dugué..

          une campagne sans saveur..

          —> ah bon ?? c’est votre avis, pas le mien en tout cas..

          qui précédee les temps apocalyptiques..

          —> je suis tout à fait d’accord, et je m’attends à une apocalypse financiére..

          Une bonne majorité des français ira voter mais sans passion, sans rien attendre, d’autant plus que les sujets importants n’ont pas été débattus.

          —> pouvez vous être plus précis sur ces sujets importants, lesquels ??


          • BA 14 avril 2012 15:27

            Samedi 14 avril 2012 :

             

            Sur son blog, Paul Jorion écrit :

             

            L’ÉCLATEMENT DE LA ZONE EURO : L’INSTANTANÉ.

             

            Ce que vous voyez sur ce graphique produit par l’agence de presse Bloomberg, c’est l’éclatement de la zone euro. Sous la ligne horizontale, on voit les sommes qui quittent de mois en mois différents pays tandis qu’au-dessus de la ligne horizontale, on retrouve les mêmes sommes ventilées par pays où ces sommes aboutissent.

             

            Les gagnants : 1. Allemagne, 2. Pays-Bas, 3. Luxembourg.

             

            Les perdants (les plus tristes en premier) : 1. Italie, 2. Espagne, 3. Irlande, 4. Grèce, 5. Portugal, 6. Belgique.

             

            Le graphique a été produit par la rédaction de Bloomberg à partir des données fournies par les banques centrales des différents pays de la zone euro. Un pays dont l’argent sort, en signale les montants. De même pour un pays qui le reçoit, la réglementation intérieure de la zone euro obligeant le pays receveur de prêter le même montant au pays donneur.

             

            Si des sommes quittent un pays, c’est bien sûr que leurs habitants (riches) craignent de se retrouver du jour au lendemain en possession de lires, pesetas, punts ou Irish pounds, drachmes, escudos, francs belges, dévalués.

             

            Pour donner un ordre de grandeur, en mars, par exemple, 65 milliards d’euros ont quitté l’Espagne.

             

            N.B. : La Suisse n’étant pas dans la zone euro, les mouvements de capitaux vers la Suisse n’apparaissent pas sur le graphique.

             

            http://www.pauljorion.com/blog/?p=35925


            • Loatse Loatse 14 avril 2012 16:06

              « La force des grands bouleversements du siècle passé en France, y compris 1936 et 45, fut de ne pas seulement redistribuer le gateau social mais de créer de nouvelles opulences pour le plus grand nombre : Le temps libre, la poésie, l’amour, la libération du désir, le sens de la transfiguration quotidienne..

              Ne pas se contenter de gérer la pénurie mais découvrir partout des biens non comptables qui échappent à la règle du profit, prolonger le vieux rêve révolutionnaire du luxe pour tous, de la beauté offerte aux plus humbles...

              Le luxe aujourd’hui réside dans tout ce qui se fait rare ; la communication avec la nature, le silence, la méditation, la lenteur retrouvée, le plaisir de vivre à contretemps, l’oisiveté studieuse, la jouissance des oeuvres majeures de l’esprit, autant de privilèges qui ne s’achètent pas car ils sont littéralement hors de prix...

              Alors à une pauvreté subie, on peut opposer un appauvrissement choisi (ou plutôt une auto restriction volontaire) qui n’est nullement l’option de l’indigence mais la redéfinition de ses priorités personnelles.

              Se dépouiller peut-être, préférer sa liberté au confort, à un statut social arbitraire mais pour une vie plus vaste, pour retourner à l’essentiel au lieu d’accumuler argent et objets comme un barrage désiroire contre l’angoisse et la mort.

              Le vrai luxe en définitive, - mais tout ce qui est précieux est aussi difficile que rare (Spinoza) - , c’est l’invention de sa propre vie, c’est la maîtrise de sa destinée...

              Pascal Bruckner in »l’euphorie perpétuelle" - Essai sur le devoir de bonheur...

              _________

              Faut il donc en passer par une forme d’apocalypse financière pour qu’enfin émerge un nouveau paradigme ?

              Il semblerait.


              • Buddha-dassa 14 avril 2012 17:38

                excellent smiley


              • jeanclaude 14 avril 2012 18:37

                J’ai globalement la même perception de cette campagne électorale.

                Votre lucidité désabusée ne plait bien sûr pas à l’extrême gauche, qui, au niveau des convaincus, pense toujours qu’on peut maîtriser le flux de l’histoire. D’ailleurs le peu d’intervenants montre bien que vous êtes (provisoirement ?) délaissé sur ce site, beaucoup allant systématiquement sur des articles allant dans le sens de leur choix politique. Créant un effet de larsen qui dope probablement le candidat Mélenchon. On verra si au passage dans l’urne il n’y aura pas un petit tassement.

                Plus sérieusement, la campagne électorale est aussi la première sous le nouveau paradigme d’internet et des réseaux sociaux : informations ponctuelles, immédiates, sans recul, sans grille de sélection ou d’abstraction par les médias traditionnels. Avec comme effet négatif, pas de distanciation, pas de sédimentation, pas de généralisation. Comme le disait Umberto Ecco, Internet devient un appauvrissement pour le citoyen lambda, alors que la télé élargissait son champ culturel.

                Bref, comme vous le décrivez, pas de quoi voir l’avenir immédiat et lointain en rose. Là aussi, aucun de nos candidats ne propose un axe général, avec quelques idées fortes pour organiser l’action dans les cinq ans à venir. Situation inédite. Seule consolation : il y aura de l’inédit à analyser après l’élection. Quelle sera la réaction de ceux qui espèrent beaucoup dans le changement du côté très à gauche dans les premières semaines, puis mois de gouvernance ?

                En tout cas finies les longues litanies anti-sarko. Pourra-t-on espérer une conversation politique un peu plus variée, ou devra-t-on continuer à entendre dénoncer sempiternellement ce système capitaliste qui ne permet pas à la France de se lancer une nouvelle aventure révolutionnaire ?


                • clostra 14 avril 2012 19:10

                  La vérité, c’est que nous étions endormis pour avoir laissé passer Sarko.

                  On ne pourra pas lui reprocher de nous avoir réveillé, ni quelques broutilles qui ont une certaine importance, c’est selon...

                  On n’a même pas eu besoin de le caricaturer : il est LA CARICATURE ! ce qui nous a beaucoup facilité la tâche pour reprendre le fil de l’histoire...

                  Quand j’pense !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès