Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > 2013 comme 2012, l’année des riches ?

2013 comme 2012, l’année des riches ?

2012 s’est achevée comme elle avait commencé. Les fortunés ont été couverts de cadeaux, les précaires ont été encore plus précarisés. Pour les uns les réveillons de Noël et du jour de l’an ont probablement été fêtés au champagne et au caviar. Pour les autres, les fêtes de fin d’année ont eu le goût de l’angoisse d’une fin de mois difficile, comme l’avait été décembre, ou encore novembre, ou encore octobre…Car entre Noël et le jour de l’an les 2 millions 600 000 ménages millionnaires que compte ce pays ont appris que leurs impôts allaient être finalement allégés en 2013, alors que pour les autres, les ouvriers, les employés, les sans épargne et sans patrimoine, les factures allaient augmenter sans qu’un conseil constitutionnel aux ordres d’anciens présidents libéraux déclare ces augmentations de tarifs du gaz, de l’électricité et autres services de consommation obligatoire anticonstitutionnelles.

Les responsables d’une telle continuité, alors qu’une alternance s’est produite le 6 mai de l’an dernier, se trouvent quelque part du côté de Bercy. Ils ont pour nom Moscovici mais surtout Cahuzac, le grand argentier en charge des modalités de la collecte de l’impôt. Il avait pourtant tellement promis Jérôme, le hussard d’Hollande, ce hussard missionné afin de mettre en œuvre la guerre à la finance, le hussard qui devait mener la charge contre les fortunes de ce pays juste pour qu’elles contribuent à hauteur de leurs capacités réelles à l’effort de redressement budgétaire. Car le budget 2013, décidé par la nouvelle majorité et conduit par le hussard Jérôme allait être un budget de justice sociale, c’était promis. Mieux, c’était le plan de bataille de son généralissime Hollande. Et puis patatras.

Alors que Cahuzac sait qui sont les membres du conseil constitutionnel, qu’il connaît la volonté de ces généraux libéraux de protéger les riches, il leur présente un plan de bataille totalement bringuebalant. Alors sont retenus les manœuvres qui pilonneront les modestes. Alors sont rejetés les quelques actions contre les fortunés. La taxe à 75% sur les revenus du travail dépassant le million d’euros n’aura pas lieu. Joli cadeau de réveillon pour les 1500 foyers fiscaux les plus riches de France. Le nouveau plafonnement de l’ISF qui visait à restreindre le nombre de foyers qui y échappaient par des tours de passe passe comptables n’aura pas lieu également. Et un cadeau de réveillon de plus. La taxation à 75% des retraites chapeaux mirifiques pour “grands patrons” que les salariés lambdas ne connaîtront absolument jamais n’aura pas lieu non plus. Ce qui sonne presque comme un gag à la veille d’un durcissement des conditions de départ en retraites. Sauf qu’il ne s’agît pas du tout d’un gag, loin de là ! Si bien quA gauche pour de vrai ! si nous avions l’esprit un peu mal tourné, nous finirions par nous demander s’il est question d’incompétence. Mais nous accordons ce crédit au gouvernement, en particulier à ses membres qui peuplent l’édifice de Bercy, de s’être préparés durant 10 ans. Nous lui accordons également le crédit d’une réelle expérience ministérielle. Moscovici était ministre sous Jospin, il n’est pas le perdreau de l’année. Quant à notre hussard Cahuzac, il était déjà conseiller de Claude Evin sous les deux gouvernements Rocard, il y a plus de 20 ans de cela. C’est certain, ils n’ont rien de l’amateur, mais tout du professionnel de la politique. Alors, s’agirait-il de complaisance à l’égard des fortunes de France ?

La liste des avantages accordés aux multimillionnaires du pays depuis 6 mois ne cesse de s’allonger. A tel point qu’un seul bras ne suffit plus à la contenir. Un petit, tout petit effort de mémoire nous permet de nous souvenir des geonpi et des exonérations auxquelles ils auront finalement droit. Un petit, un tout petit effort de mémoire nous rappelle un crédit d’impôt de 20 milliards dont bénéficieront également les entreprises du CAC 40 qui ne sont pourtant pas les plus à plaindre. Un petit, un tout petit effort de mémoire nous remémore cette déclaration de la patronne du Medef, au JT de 20 heures : “nous avons été entendus”. Un petit, un tout petit effort de mémoire nous montre ces banquiers rassurés par des mesurettes qui les autorisent à faire encore n’importe quoi. Un petit, un tout petit effort de mémoire ravive ce souvenir encore frais de ce dîner discret, très discret de notre président avec les principaux grands patrons français de l’AFEP 8 jours avant la décision du conseil constitutionnel de retoquer les mesures fiscales de “justice sociale”. Un petit, un tout petit effort de mémoire rallume ces émissions de télé, de radios, ces articles de presses où des riches, des très riches criaient leurs menaces de déserter le pays si jamais le président tenait ses promesses fiscales de candidat.

La complaisance à l’égard des plus grandes fortunes ne fait en réalité plus aucun doute. Déjà, la fameuse taxe à 75% subira un tel lifting qu’elle ne représentera plus rien, y compris symboliquement. Car, après l’avis négatif du conseil constitutionnel, le président a annoncé des aménagements que seuls des sociaux libéraux au meilleure de leur forme sont capable de concocter. Le million visé concernera non plus des personnes mais des parts fiscales. Ainsi le million gagné par le laborieux patron sera-il divisé par 2 s’il vit en couple, par 2,5 si ce couple a un enfant, par 3 s’il en a en deux et ainsi de suite. La taxe s’appliquera au dessus de 2 millions dans le meilleur des cas. Un compromis ? Non, un renoncement !

2013 sera-t-elle alors, comme 2012, l’année des riches ? En 2011 déjà, le nombre de familles millionnaires s’était accru de 18%. Rien que cela. Mais on était sous le régime inégalitaire sarkozyste. A gauche pour de vrai ! nous n’aurions cependant pas imaginé que sous le régime hollandais les mêmes causes auraient les même effets. Des patrons et des fortunés qui réclament. Des patrons et des fortunés qui obtiennent. Les ouvriers, les salariés, les chômeurs, les précaires sont donc prévenus. Pour que 2013 soient leur année ils doivent crier plus fort, bien plus fort. Car même dans la revendication, les privilèges n’ont toujours pas changé de camp.

Sydne93


Moyenne des avis sur cet article :  4.08/5   (39 votes)




Réagissez à l'article

52 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 3 janvier 2013 09:43

    les riches ont raison, ils se serrent les coudes, luttent ensemble, ils sont unis, votent pour les bonnes personnes, et participent avec acharnement a la lutte des classes, alors que les pauvres......

    voir : LES PAUVRES MERITENT LEUR SORT


    • tdelache 3 janvier 2013 11:39

      Entièrement vrai.

      Pendant que les pauvres râlent sur les riches, les pauvres vont jouer au Loto (pour justement être riches). La Française des Jeux a enregistré en 2012 un volume de ventes égal à 11 milliards d’euros. On peut imaginer que le PDG de la FDJ a touché un beau pactole pour sa performance. Grâce à qui ? Aux pauvres qui préfèrent cocher des cases et gratter des bouts de papier pour s’enrichir...

      Sans compter que la FDJ a rapporté 3 milliards à l’Etat, grâce aux pauvres qui jouent sans broncher au Loto. Des gens qui perdent leur argent volontairement et qui s’étonnent d’être pauvres. Pour rappel, le Loto est un jeu à espérance mathématique négative... Alors qu’ils ne se plaignent pas de la hausse des impôts. Ils arrivent déjà bien à supporter la taxe Française des Jeux.


    • Traroth Traroth 3 janvier 2013 17:55

      @ROBERT GIL :


      Les pauvres devraient méditer ces mots de Sun Tzu : « Quand un habile général se met en mouvement, l’ennemi est déjà vaincu ». Quand est-ce que les pauvres réaliseront enfin qu’ils sont en guerre, qu’ils le veuillent ou non ?

    • OuVaton OuVaton 3 janvier 2013 18:20

      Le pire, c’est le pauvre qui pense que c’est pas normal de prendre 75% du revenu de qq et qu’il est donc bien normal dans ce cas de partir en Belgique. 

      C’est soit qu’il ne sait pas calculer, soit qu’il espère beaucoup trop de l’avenir.

    • Shawford Runescape Transit 3 janvier 2013 18:30

      Soit il a pas le bon partenaire ou les bonnes lunettes smiley


    • Pyrathome Pyrathome 3 janvier 2013 23:03

      Les pauvres devraient méditer ce que dit Calmos..

      Couché, à la niche !! sale clebs !! smiley


    • Shawford Runescape Transit 4 janvier 2013 02:22

      Hé beh ma pupuce, c’est pourtant plein de bon sens ce qu’écrit le cousin smiley


    • philippe913 3 janvier 2013 09:51

      waow.
      je vous cite :

      « les quelques actions contre les plus fortunés ».
      y’a une guerre contre les riches ?

      « la taxe à 75% abandonnée —> cadeau aux plus riches »
      mpf, cette taxe était scandaleuse, ça n’est pas un cadeau que de l’abandonner...

      Le crédit d’impôts, renseignez vous, les entrepreneurs trouvent que c’est nul et mal fait, et que ça n’est pas ce qu’ils cherchaient, alors oui, je suis d’accord avec vous, cette mesure est merdique.
      Mais sinon, qu’avez vous contre les entreprises du cac 40 ? ou des autres cotées en bourses ?

      concernant le reliftage de la taxe à 75% par foyer fiscal, je vous invite à revoir comment fonctionne le quotient familial et ses limites.

      et enfin, concernant les familles millionnaires, sans avoir de liens à fournir, j’imagine aisément que beaucoup d’entre elles l’ont été sans rien faire, sans voir leur train de vie ou leurs revenus changer, juste du fait de l’explosion des prix de l’immobilier ces quelques dernières années, les forçant par ailleurs à payer un ISF alors qu’ils ne se sentent pas vraiment plus riches...


      • hans 3 janvier 2013 18:16

        Philippe : « y’a une guerre contre les riches ? » soyez patient elle arrive et sera cette fois ci impitoyable


      • tdelache 3 janvier 2013 11:50

        Vous dites : « Les ouvriers, les salariés, les chômeurs, les précaires sont donc prévenus. Pour que 2013 soient leur année ils doivent crier plus fort, bien plus fort. Car même dans la revendication, les privilèges n’ont toujours pas changé de camp. »

        Pour cela, il faudrait que les 25 millions de Français qui jouent au Loto (à mon avis pas des riches), qui rapportent un CA de 12 milliards à la Française des Jeux et qui rapportent 3 milliards de taxes à l’Etat, se sortent les doigts.

        Ce n’est pas en jouant au Loto (et donc en enrichissant ceux qui sont au sommet de l’organisation) que les privilèges changeront de camp...
        Ce n’est pas en râlant devant sa télé plasma et en se posant en victime que les privilèges changeront de camp.

        Tout au plus, un ou deux pauvres deviendront millionnaires grâce au Loto. Mais le reste... Le problème des pauvres, c’est qu’ils n’ont pas de conscience de classe. Ils sont égoistes et égocentriques. C’est pour cela qu’ils n’arrivent pas à dominer les riches, qui sont infiniment moins nombreux qu’eux.

        C’est dingue tout de même, vous avez en France 80% de M. Tout-le-monde, qui est insatisfait de sa situation, et à peine 1 à 5% de riches. Même avec ces proportions, M. Tout-le-monde est incapable de s’unir (trop égocentrique pour cela) et de dominer les riches.

        Les riches, eux, votent pour les mêmes personnes, ont la même opinion sur un bon nombre de sujets, vont dans les mêmes écoles, ... Tant que les pauvres n’auront pas cette conscience de classe, les 5% de riches continueront vous dominer.

        Mais c’est tant mieux, dormez bien sur vos 2 oreilles, continuez à jouer au Loto, à acheter du Apple et à aller sur Facebook (dont Goldman Sachs est actionnaire au passage). Vous continuerez à râler, mais c’est tout ce que vous savez faire, et cela n’a jamais tué personne.


        • spartacus spartacus 3 janvier 2013 12:09

          Je vous délivre un article qui n’a pas passé la censure Agoravox.

          En effet la contradiction de la pensée unique de ces censeurs majoritaires est pour eux invivable.
          La diversité de pensée des modérateurs de gauche est limité.
          Cet article avait une position contraire à votre coco morale. Et la contradiction...les cocos n’aiment pas)
          (ce qui montre un certain sectarisme de ces derniers face aux opinions contraires à leurs idées)....Voici aussi une des raisons qu’Agoravox est censuré par les haineux) et affiche que des articles de gauche. 

          Titre : 
          Trop d’impôt tue l’emploi, et fait fuir les riches. Vérifié depuis Henri IV.

          L’impôt à 75% est retoqué par le conseil constitutionnel. Heureusement.

          Combien de donneurs d’ordres partis ou partirons avec ces nouveaux impôts ?

          Il reste à espérer que cet « non mesure » n’a pas coûté trop à l’économie, et n’a pas causé une fuite des capitaux trop importante. Un préjudice irréversible.

          Si on peut soumettre les gens parfois à un taux d’imposition plus élevé, on ne peut les forcer ni à travailler ni à investir. On ne peut non plus empêcher les riches de placer leur argent ailleurs dans le monde. La réalité, trop d’impôt tue le travail et fait fuir les riches.

           

          « Trop d’impôt tue l’impôt ». Ce principe est exact, empiriquement vérifié, et connu depuis Henri IV.
           
          Depuis cinq siècles les économistes divulguent cette vérité. C’est un fondement de base de l’économie.
           
          Et pourtant, notre élite, et notre population ne l’a pas intellectualisé.
           
          « Trop d’impôt tue l’impôt », phrase bien souvent attribuée à l’économiste américain Laffer, n’est pas de lui mais de Barthélémy de Laffemas. Laffer, lui, l’a théorisé avec une courbe, dite « courbe de Laffer ».
           
          Au XVIe siècle, l’économiste français et conseiller de Henri IV, Barthélémy de Laffemas, avait déjà constaté que plus on taxe les riches, moins ils paient d’impôts. C’est lui qui est l’auteur de la formule « les hauts taux tuent les totaux ». Barthélémy de Laffemas avait constaté que le rendement des augmentations d’impôts était négatif.
           
          En 1844, ce fut au tour de Jules Dupuit, ingénieur et économiste français des ponts et chaussées, d’observer le même phénomène. Sur la base d’un constat du prix d’un péage sur les ponds, il écrira «  Si l’on augmente graduellement un impôt depuis 0 jusqu’au chiffre qui équivaut à une prohibition, son produit commence par être nul, puis croît insensiblement, atteint un maximum, décroît ensuite successivement puis devient nul ». Il introduit une méthode pour gérer la pertinence de la construction de pond, Si le péage permettait de financer l’exploitation du pond, et rendre l’investissement est rentable.
           
          Tony Blair, a relevé de 40 à 50 % le taux d’imposition des contribuables touchant un revenu annuel de 150 000 £ ou plus (environ 185 000€). À la suite de cette initiative, qui devait rapporter 2,5 milliards £ à l’État, on a observé une chute impressionnante des recettes fiscales de 500 millions £.
           
          Ces chiffres ont semé la consternation en Angleterre. Cette mesure fut abandonnée.
           
          À cet égard, l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF), en vigueur en France, est instructif. Depuis les années 1990, plusieurs dizaines de milliers de fortunes françaises se sont expatriées, privant ainsi le Trésor public de 12 à 15 milliards d’euros de recettes par an. En revanche, quand les taux ont été allégés et que 300 000 contribuables ont été exonérés, les recettes de l’ISF ont moins diminué que prévu.
           
          Les partis de gauche ont stigmatisé Sarkozy, l’accusant d’être « l’ami des riches », mais preuves chiffrées à l’appui, il avait eu raison de les diminuer. Acculé d’accusations par les média et la pensée unique des concitoyens manipulés par les bonimenteurs de gauche, et électoralisme des plus nombreux, il dut contraint par la pression médiatique renoncer.
           
          En France l’hyperfiscalité sur les tabacs a favorisé l’explosion de la contrebande de cigarettes, une cigarette sur quatre vient de l’étranger, et cette cigarette ne contribue plus à la ressource étatique.
           
          Dans le sens inverse, les baisses d’impôts augmentent la ressource. 
           
          Pendant les années Reagan, l’économiste américain Arthur Laffer s’est fait connaître pour sa formule « trop d’impôt tue l’impôt ».
           
          Quand les baisses d’impôts promues par John F. Kennedy (de 93% à 70% en 1962), puis par Ronald Reagan démontrent que ces méthodes ont augmenté les recettes du gouvernement fédéral. Durant la présidence de Reagan, les impôts fédéraux sur le revenu furent significativement réduits, les impôts de la tranche la plus élevée de 70 % à 50 % et ceux de la tranche la plus basse de 14 % à 11 %. Les revenus liés aux impôts sur le revenu représentaient 18,2 % des recettes fédérales durant sa présidence par rapport à 18,1 % lors des quarante années précédentes. La baisse des impôts ramenait plus à l’état que la hausse. 

           
          Vladimir Poutine au tournant du millénaire, a trouvé une improbable popularité en instaurant une Flat Tax à 13% se substituant à un impôt progressif au taux marginal de 30%, doublant les recettes de l’impôt sur le revenu en 4 ans, et sécurisant les recettes d’un état auparavant incapable de payer auparavant les retraites.
           
          En France la puissance publique a du se résoudre adopter la TVA à taux réduit sur les travaux à domicile pour endiguer le travail au noir.
           
          Il existe une relation inverse entre les taux d’imposition élevés et les entrées fiscales.
           
          On entend dire régulièrement qu’il suffit de taxer les riches pour financer les projets de l’État. Hélas cette théorie est fausse.
           
          Le problème avec cette idée de génie, c’est qu’elle ne fonctionne pas. L’expérience récente du Royaume-Uni, laquelle s’ajoute à une longue liste d’expériences similaires, le confirme. C’est une réalité économique prouvée par les faits.
           
          Plusieurs personnes sans le savoir appliquent à elles même cette équation. Nombreux sont les personnes qui ont abandonné un trajet par l’autoroute et passent par la nationale à cause d’un péage qui a trop augmenté.
           
          Quand la classe politique préconise une hausse du fardeau fiscal, elle part de l’hypothèse que pareille mesure sera sans effet sur le comportement des contribuables. Mais c’est mal connaitre la nature humaine.
           
          Or, si on peut soumettre les gens à un taux d’imposition plus élevé, on ne peut les forcer ni à travailler ni à investir. On ne peut non plus empêcher les riches de placer leur argent ailleurs dans le monde. En pratique, trop d’impôt tue le travail et fait fuir les riches.
           
          Nos dirigeants tirent-ils des leçons des enseignements de l’Histoire ? Évitent-ils de reproduire les erreurs du passé ? Pas du tout !
           
          Ils continuent de nous servir de vieux clichés sans fondements économiques et de nier une réalité connue depuis fort longtemps.
           
          Pourquoi ? Tout simplement parce que faire la chasse aux riches est politiquement très vendeur.
           
          Comprenons-nous bien.
           
          S’il faut maintenir le taux d’imposition maximal à un niveau raisonnable, ce n’est pas pour accorder un privilège aux riches. C’est pour encourager le travail et maximiser les entrées fiscales, et ainsi épargner la classe moyenne.
           
          Pensez-y bien, si les riches se sauvent pour éviter un impôt confiscatoire, dans les poches de qui l’État pigera-t-il sinon dans celles de la classe moyenne ?


          • Robert GIL ROBERT GIL 3 janvier 2013 12:31

            sparagus,
            si trop de conneries tuait la connerie, tu deviendrais intelligent...mais c’est pas pour demain la veille !


          • spartacus spartacus 3 janvier 2013 13:06

            Ad hominem une constante. Un parfait exemple de sectarisme.


          • Robert GIL ROBERT GIL 3 janvier 2013 13:48

            sapagus, ce n’est pas en utilisant « Ad hominem » a tout tes commentaires que tu parais plus intelligent...au contraire !


          • spartacus spartacus 3 janvier 2013 15:12

            T’ai je insulté une fois ?

            Est ce que j’utilise la vulgarité dans mes retours ? Non !
            Est ce que tes commentaires sur la personne apportent quelque chose ? Non

            L’inacceptation de la contradiction, tes articles composés uniquement de copiés collés qui ne sont pas de toi, tes doubles pseudos, tes liens favorisants tes intérêts personnels, ta censure, montre un sectarisme fort. 

            Apprend donc le respect de ceux la liberté d’expression de l’autre, de ceux qui ne pensent pas comme toi. 

          • Robert GIL ROBERT GIL 3 janvier 2013 15:45

            tes commentaires sont des insultes et des mensonges car tu prends les gens pour des cons !


          • olfe olfe 3 janvier 2013 17:47

            Trop d’impôt tue l’impôt !!!
            Encore faudrait-il qu’il y ai trop d’impôts !
            Il y eu des époques où les riches étaient bien plus imposés, et plus contrôlés, ce qui leur évitait des tentations de fraude ...


          • spartacus spartacus 3 janvier 2013 17:51

            Vulgarité, attaque sur la personne, incorrection, grossièreté......

            Restons en là tant qu’il n’y aura pas une évolution notoire comportementale.

          • spartacus spartacus 3 janvier 2013 18:03

            @ olfa

            Une simple comparaison avec les autres pays indique que nous avons trop d’impôts.
            Pour une cession de parts sociales, En france cela peut aller jusque 64.5%. Pour 0 en Blegisue, suisse ou Hollande. 26% en Espagne, 18% en Angleterre etc...télécharger le document de cette page : http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/vendre-son-entreprise-abominable-128027
            L’impôt sur les entreprises est aussi une caricature comparée aux autres.
            L’impot sur le revenu, a une assiette la plus basse au monde, et est concentrée uniquement sur les classes moyennes et hautes. La moitié ne paye pas.
            Les impots indirects sont les plus nombreux au monde.
            La TVA est une des plus importante d’europe derrière la Belgique. 



          • Traroth Traroth 3 janvier 2013 18:26

            @spartacus :


            « L’impôt à 75% est retoqué par le conseil constitutionnel » : Il n’y a pas d’impôt à 75%. Il y a une tranche d’imposition à 75%, ce qui est totalement différent. Si votre article commence par un mensonge, pas étonnant qu’il ait été retoqué par la comité de modération d’Agoravox. Si le principe vous déplaît, personne ne vous empêche de créer votre propre site d’actu.

          • Traroth Traroth 3 janvier 2013 18:28

            « L’impot sur le revenu, a une assiette la plus basse au monde, et est concentrée uniquement sur les classes moyennes et hautes »


            Donc vous voulez faire payer les pauvres. Inutile d’en dire plus pour que quiconque étant pourvu de raison comprenne qu’il faut vous combattre.

          • olfe olfe 3 janvier 2013 19:29

            Oui, on pourrait par exemple supprimer la TVA et faire payer l’impôt sur le revenu à beaucoup plus de monde.
            En augmentant le nombre de tranches jusqu’à 65, 70, 75%..., en supprimant un certain nombre de niches fiscale et en plafonnant les autres sérieusement, et en élargissant l’assiette à tous les revenus quels qu’ils soient, je pense qu’on rendrait l’impôt plus juste.
            On peut aussi y intégrer la CSG et la CGRDS et prélever tout ceci à la source et mensuellement, ça permettrait de simplifier drastiquement notre régime fiscal.
            D’autre part, on n’est pas obligé de se comparer systématiquement aux pays qui ont une politique fiscale encore plus injuste que la nôtre.


          • tdelache 3 janvier 2013 20:03

            Vous êtes débiles ou quoi ?

            Les ministres, gauche ou droite, ne vont pas voter des taxes qui vont les impacter... C’est pour ça qu’on augmente la TVA, etc., et qu’on fait exprès — sont pas cons quand même en politique — de rendre le texte sur les 75% anticonstitutionnel.

            C’est comme si un boulanger demandait la hausse du prix de la farine.

            C’est aussi pour cela qu’on ne taxe pas les oeuvres d’art, cf. la gauche caviar, Fabius, Lang, etc.


          • spartacus spartacus 3 janvier 2013 22:53

            @olfa

            Avec des si...on en ferait des choses.

            Oui nous sommes dans un monde ouvert, la comparaison est nécessaire.
            La politique fiscale n’est pas forcément mauvaise ailleurs.
            La Suisse a une économie meilleure, et des impôts plus justes et une démocratie importante. 

          • Pyrathome Pyrathome 3 janvier 2013 22:59

            Le gladiateur du dimanche,
            Ton idole va avoir son compte, le coup de grâce !!
            http://www.seneweb.com/news/International/sarkozy-aurait-recu-33-milliards-de-francs-cfa-de-khadhafi_n_84960.html
            C’est le tpi pour lui, bientôt......
            On va en être définitivement débarrassé.... smiley


          • Gauche Normale Gauche Normale 3 janvier 2013 12:42

            « Trop d’impôt tue l’impôt » signifie simplement que la politique fiscale d’un pays doit être dictée par les plus riches. Car si un smicard ou un retraité demande lui aussi une baisse de ses impôts, le gouvernement lui répondra qu’il a une dette (illégitime) à rembourser, qu’il doit se serrer la ceinture et travailler plus pour gagner moins. Et puis si les riches veulent quitter la France pour un pays fiscalement plus clément, c’est leur droit puisque les personnes sont libres de circuler. Mais si le fisc français veut les suivre hors des frontières hexagonales, c’est aussi son droit (toujours la liberté de circuler). Ainsi, le fisc pourra imposer les riches comme il veut. Ça ne serait que justice.


            • spartacus spartacus 3 janvier 2013 13:04
              Dissuader les gens de devenir riche, c’est aussi les obliger à ne plus investir, les dissuader de créer de la richesse. Le taxeur n’est pas le payeur. 

              Donc tout le monde fonctionnaire, c’est ça votre idéal ? . 

            • Robert GIL ROBERT GIL 3 janvier 2013 13:51

              sparagus, t’es vraiment une asperge !

              toi et tes semblables vous vivez de subventions , vous etes des assistés, des FONCTIONNAIRES DU PRIVE


            • Gauche Normale Gauche Normale 3 janvier 2013 14:51

              Rassurez-vous M.Spartacus : je n’ai rien contre quelqu’un qui devient riche, du moment qu’il paye des impôts proportionnels à ses revenus et qu’il n’exploite personne. Depardieu a peut-être une attitude choquante, mais lui au moins exploite son talent. Le plus grave ce sont tous ces industriels (Peugeot ou Mulliez par exemple) qui exploitent leurs ouvriers et planquent une grande partie des bénéfices dans les paradis fiscaux. Et non, je ne décourage pas les gens à devenir riches, car même en payant plus d’impôts que les tranches inférieures ils auront toujours plus d’argent.



            • spartacus spartacus 3 janvier 2013 14:59

              @Gil

              Ad hominem une constante. Un parfait exemple d’impolitesse et de sectarisme.
              Communiste ça oblige à être vulgaire ou méprisant ? 
              Dans l’échelle de valeur communiste, la vulgarité ça donne une légitimité spéciale ?

              Sur ton lien insipide :
              Comme tous tes commentaires, ils n’ont aucun rapport avec la thématique de l’auteur. Ils ne servent en réalité que tes intérêts personnels de création de liens pour améliorer ton référencement et la fréquentation de ton blog insipide.

              Chaque lecteur pourra constater que tes commentaires sont toujours formatés comme celui là avec un lien favorisant tes intérêts personnels et en dehors de tous contexte de l’auteur.

            • spartacus spartacus 3 janvier 2013 15:19

              @ gauche normale

              Les ouvriers de Peugeot sont bien payés.
              Les salariés du groupe Mullier sont bien payés et bénéficient de participations loin d’être négligeables. 
              Ce doit être l’employeur de la distribution qui paye le plus ses salariés et offre le plus d’avantages directes et indirects.
              La majorité de ses entreprises, est classée dans les meilleures ou il fait bon vivre.

              Comme quoi l’argent qu’il économise en ne le donnant pas à l’état, ce son,t les salariés qui en profitent.

              Il faut se méfier des assimilations faciles.

            • joelim joelim 3 janvier 2013 15:37

              Dissuader les gens de devenir riche, c’est aussi les obliger à ne plus investir, les dissuader de créer de la richesse.

              Ce raisonnement est contestable sur plusieurs plans.

              1) il suppose que les riches sont les plus à même d’investir, de créer de la richesse ; je ne vois pas pourquoi ; en fait une bonne sélection de projets de gens jeunes et pauvres marcherait sûrement mieux tant on sait que la richesse devient vite une drogue (logique financière sapant la logique industrielle) ; l’argument de la compétence des riches n’est pas crédible

              2) l’argent ainsi récupéré (puisqu’il est prouvé que les très riches payent proportionnellement moins d’impôts) est en lui-même une richesse, même si elle est investie dans le social (par contre si elle part dans les attributions aux élites de l’Etat je vous accorde qu’il y a un problème)

              3) votre argument a été utilisé depuis plus de 40 ans mais bizarrement les riches s’en servent pour délocaliser ; pourquoi continuer dans une logique qui ne marche pas ? Vous êtes dans la logique lobbyiste de Mme Parisot pour laquelle les riches sont vertueux et qu’il faut leur donner des sous pour qu’ils en produisent.

            • Robert GIL ROBERT GIL 3 janvier 2013 15:47

              sparagus, tu ne tentends pas ecrire ou tu le fais expres, tes solutions sont appliqués en europe depuis 40 ans et on voit le resultat !!!


            • spartacus spartacus 3 janvier 2013 17:43
              @ joelim
              Oui c’est une réalité, les riches sont les plus à même d’investir,donc de créer de la richesse sans l’intervention de l’état contribuable.

              2)Faux
              Les très riches payent proportionnellement plus d’impôts : 
              seulement 19 millions de personnes payent l’impôt sur le revenu.
              Un petit rappel : les 0,1% les plus riches paient -tous impôts confondus- 30 milliards d’impôts par an, les 0,01 paient 11 milliards d’euros d’impôts
              Le social n’est pas un investissement, mais une charge au passif. 
              Notre état quand il reçoit 100 en dépense 123. 3% du PIB c’est 23% du budget de l’état.
              Les exemples sus montrés de Reagan, Blair, Poutine ou Tatcher démontrent au contraire que ça marche. la réalité. Les hausses d’impôts ne font pas de recettes supérieures, mais au contraire inférieures. 

              La délocalisation n’est pas une fatalité, Si le pays est compétitif, bien géré, les entreprises ne partent pas. Le Canada a montré que cela fonctionnait.

              Parisot n’est pas représentative comme tous les syndicats Français ouvriers ou patronaux.

            • Gauche Normale Gauche Normale 3 janvier 2013 18:10

              J’aime bien votre lecture de ce palmarès. 
              Décathlon et Auchan, propriétés de la famille Mulliez, y obtiennent à peine la moyenne (entre 2,5 et 2,66 sur 5) et ça leur suffit pour être en haut du classement « où il fait bon vivre ». C’est dire le niveau des autres grands groupes ! Pas plus tard qu’en octobre dernier, la famille Mulliez a supprimé 390 emplois dans ses magasins Surcouf en inventant « un manque de ressources » (sic). Pourtant elle les a largement trouvés pour acheter la chaîne en 2009 et pour créer les magasins Youg’s. Et qui paie les allocations pour tous ces nouveaux chômeurs ? Nos impôts. En tous cas pas ceux de la famille puisqu’elle est exilée en Belgique. C’est d’ailleurs là que se trouve la plus grande erreur dans votre réaction : c’est leur fortune qui profite de l’exonération d’impôts, certainement pas les salariés ! Pendant ce temps là les cadences augmentent partout pour les travailleurs.
              Quant à PSA, dont l’actionnaire principal planque au moins 4 milliards d’euros en Suisse, les salaires sont bloqués depuis 2009 et les 8000 (ou 11000 ?) emplois menacés de licenciement sont un moyen pour la direction d’exercer un véritable chantage à l’emploi : dans l’usine de Svelnord, par exemple, la flexibilité s’aggrave : mobilité entre sites, moins de congés... alors que les réserves financières du groupe s’élèvent à 12 milliards d’euros.

            • Traroth Traroth 3 janvier 2013 18:29

              Déjà, il est faux de dire que l’investissement créé de la richesse. C’est un mensonge éhonté. Le travail créé de la richesse, et rien d’autre.


            • Shawford Runescape Transit 3 janvier 2013 18:32

              C’est sur que pour voler faut faire courir un MAN IN BLACK sinon, pshiiit


            • Traroth Traroth 3 janvier 2013 18:32

              Il est impossible de devenir riche sans exploiter personne.


            • Gauche Normale Gauche Normale 3 janvier 2013 19:10

              Pour favoriser l’investissement, l’État peut décider de la nationalisation des banques pour donner lieu à la création d’un service public bancaire qui se chargera d’investir dans l’économie y compris dans les petites entreprises.


            • spartacus spartacus 3 janvier 2013 23:11

              @ gauche normale

              Le chômage est payé par l’assurance chômage.
              Vous avez acheté quelque chose chez Surcouf ces derniers temps ? Non ?
              Une entreprise financée par l’état licencierait aussi face à de mauvais résultats. 

              En Belgique l’impôt sur le revenu est plus élevé qu’en France. Ces gens sont parti la bas pour l’impôt de cession de parts sociales.
              Penchez vous sur la question et comprenez qu’il est absurde, dissuade l’investissement, le risque et anti économique.
              Combien d’entreprises ont ces gens ? Leur fortune fait travailler des gens et sert « l’investissement productif » sans faire appel au contribuable.

              La banque étatique est une grande illusion. La banque n’investi pas dans le risque, l’immatériel. Encore moins un fonctionnaire banquier tributaire d’une hiérarchie.

              Actuellement il existe un organisme bancaire étatique OSEO. c’est comme l’impôt, t’es jamais dans la bonne case, des dossiers de financement ubuesques, réservé aux initiés. 

              Les rapports de l’agence des participations de l’état montre que l’état est un minable investisseur. Ses entreprises financées licencient aussi, donnent aussi des bénéfices, et sont en général moins bien gérées.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès