Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > 2014, la transition énergétique aura-t-elle lieu ?

2014, la transition énergétique aura-t-elle lieu ?

Delphine Batho, à l’époque où elle était encore ministre, l’avait annoncé : « 2013 sera l’année de la transition énergétique  ». Un an après, le bilan concret est maigre mais il est certain que l’énergie a fait parler d’elle, en bien et en mal, au cours de l’année.

Annoncé en fanfare en septembre 2012, le débat national sur la transition énergétique devait être un jalon important du mandat de François Hollande. Elu sur la promesse de réduire la part du nucléaire dans la production d’électricité, le débat national devait être l’occasion de faire asseoir tous les acteurs de la transition autour d’une table et de trouver des solutions communes. Las, le débat a rapidement viré à la foire d’empoigne, les industriels s’opposant aux organisations écologistes, sans qu’aucune des parties ne tienne comptes des arguments (raisonnables ou pas) de l’autre.

Débats en terrain miné

Au milieu de cette pagaille, les positions plus que floues du gouvernement en matière d’énergie n’ont pas aidé à y voir plus clair. Le nucléaire est à ce titre un bon exemple. La centrale de Fessenheim fermera-t-elle ou non ? En tout cas, EDF ne le fera pas d’elle-même, l’ASN ne s’exprimera pas sur le sujet avant 2015 et Francis Rol-Tanguy, délégué interministériel chargé de préparer la fermeture, a quitté son poste moins d’un an après sa nomination.

Plus grave encore, le ministère de l’Écologie ET de l’Énergie semble être devenu une sorte de variable d’ajustement au sein du gouvernement : trois ministres en à peine plus d’un an. Delphine Batho a ainsi été débarquée dans la dernière ligne droite du débat sur la transition énergétique, tant pis pour la cohérence de la politique et la continuité du dialogue.

Des avancées mais pas de voie tracée

Sur le terrain, certains projets avancent, notamment les expérimentations smart grids à Lyon, à Toulouse, en Vendée… En attendant que des décisions soient prises pour assurer le développement des énergies renouvelables, au moins les réseaux sont-ils adaptés. En complément, le stockage de l’électricité et le développement des véhicules électriques semblent aussi en bonne voie, bien que les avancées soient encore timides.

Par ailleurs, une remise à plat des tarifs de l’énergie prend forme. Alors que la coutume gouvernementale était de pratiquer « une stratégie du pourrissement  », en retardant le plus longtemps possible les hausses, le gouvernement Ayrault a décidé de planifier clairement l’évolution des tarifs. En contrepartie, les tarifs sociaux de l’énergie (électricité et gaz) sont étendus à 4 millions de foyers, et les coupures pour impayés interdites pendant la trêve hivernale.

Reste que ces quelques progrès pourraient encore être remis en cause en 2014. Signe qui ne trompe pas, initialement prévue pour l’automne 2013, la loi sur la transition énergétique a été reportée au printemps 2014 (dans le meilleur des cas). On souhaite donc bon courage au gouvernement pour faire en 2014, ce qu’il a été incapable de faire en 2013 : bâtir un projet énergétique clair pour la France.


Moyenne des avis sur cet article :  3.77/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • claude-michel claude-michel 20 décembre 2013 08:50

    Anne...ma soeur anne...ne vois tu rien venir.. ?


    • Daniel Roux Daniel Roux 20 décembre 2013 09:22

      L’article est un peu court sur un sujet d’une si grande importance.

      L’énergie est l’alpha et l’omega de nos sociétés développées. Son prix détermine la rentabilité ou non de nombreux projets industriels. Les lobbies des multinationales se déchaînent à Bruxelles pour empêcher l’émergence d’alternatives moins coûteuse et surtout plus pérennes. L’UE fera ce que les riches actionnaires lui diront de faire.

      Le développement à marche forcée du photovoltaïque individuel se révèle hors de prix et sert de contre exemple pour le développement de solutions alternatives. Les technocrates qui conseillent nos hommes politiques ont oublié un petit détail qui est pourtant une règle d’or, une nouvelle technologie ne se développe que si elle est rentable. Des progrès substantiels ont été réalisés en laboratoire.

      L’éolien au contraire, a pris son envol. Les attaques incessantes et parfois risible du lobby nucléaire est le signe que cette concurrence inquiète. Les pales tueraient les oiseaux et les chauve-souris. Les pylônes en série et les centrales nucléaires seraient des chefs d’oeuvre de l’art industriel sans risque pour l’espèce humaine ?

      Le développement du bio gaz par recyclage des déchets végétaux, grands producteurs de méthane, est aussi remarquable.

      Mais tout cela ne pèse pas lourd face au charbon qui redevient la première source d’énergie pour la seule raison qui importe vraiment, il est le plus rentable. La Chine et les US en consomment sans retenue.

      Le pétrole maintient son rang grâce au pactole des schistes et les USA reviennent à l’auto suffisance ce qui explique leur nouvelle politique moyen-orientale.

      Pour finir, une bonne nouvelle, la route de l’arctique fera gagner quelques jours de navigation et donc des millions de dollars aux multinationales.

      Comme quoi, il n’y a pas que des paradis fiscaux.


      • eric 20 décembre 2013 11:17

        La « transition énergétique » est sans arrêt en cours. De tout temps, les hommes ont cherche des sources d’énergie plus accessibles, moins chères, plus confortables, moins polluantes etc...
        Il y a peu de domaine dans lesquels la recherche soit aussi active, parce que compte tenu du caractère central de l’énergie dans la vie et la production, si tu trouve un truc, c’est bingo.
        Des qu’il y a une trouvaille,satisfaisante, rentable efficace, elle se généralise très vite.
        En réalité, ce dont il question ici, c’est de reprendre la subvention a tout va de solutions techniques non eprouvees sous le contrôle de fontionnaires et politiques pas nécessairement compétent mais conscients de leurs propres intérêts.
        La dernière fois qu’un programme étatique a eu une influence « durable » sur notre transition énergétique, ce fut le nucléaire. Mais il faut dire que le projet était confie a des ingénieurs....


        • Lisa SION 2 Lisa SION 2 20 décembre 2013 15:41

           @ eric, "  De tout temps, les hommes ont cherché des sources d’énergie plus accessibles, moins chères, plus confortables, moins polluantes etc « faux, lorsque l’homme aura trouvé la forme d’énergie idéale, il cessera de chercher dans tous les sens. Cette recherche éternelle démontre que certaines directions sont mauvaises. Elles ne sont pratiquées que parce que la matière première est d’issue délocalisée et les déchets répandus à travers le monde...
           » La « transition énergétique » est sans arrêt en cours. " sauf si elle est transie...


        • soi même 20 décembre 2013 18:53

          Illusion, illusoire, illusionniste dans que casse tu te situe ?
          La réponse est d’une autre nature, et ce n’est pas avec les paramètres qui sont officiel qui von proposer des solutions viables !


          • zygzornifle zygzornifle 26 décembre 2013 15:55

            OUI beaucoup de personnes ne pourront plus payer leurs factures d’énergie smiley .....


            • zygzornifle zygzornifle 26 décembre 2013 16:01

              On pourrait transformer les mensonges, les fausses promesses et celles non tenues de nos politiques UMPS en énergie on pourrait fermer toutes les centrales nucléaires démonter tous les panneaux solaires et les éoliennes, on aurait ainsi de l’énergie gratuite pour les siècles avenirs  smiley ......

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès