Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > 2017 : « Le Pen plutôt que Sarkozy ! »

2017 : « Le Pen plutôt que Sarkozy ! »

Voilà un cri du cœur que l’on entend de plus en plus souvent. Un cri du cœur en forme d’épée de Damoclès sur la tête de l’UMP...

Le retour aux affaires de Nicolas Sarkozy et sa probable prise de contrôle de l’UMP en vue de lui servir de « machine de guerre » dans l’optique de la future « primaire » présidentielle n’attise pas seulement les réflexions des militants et des sympathisants de droite. À gauche aussi l’on se projette sur cette « primaire » et sur le duel Juppé-Sarkozy qui semble se profiler. Or, dans l’hypothèse, désormais hautement probable, faute de résultats de l’exécutif sur le plan socioéconomique, d’une absence du PS au 2e tour du scrutin présidentiel, le choix du candidat de l’UMP ne sera pas sans conséquence sur l’attitude électorale des militants et des sympathisants de gauche, qu’ils appartiennent au PS et à ses alliés, ou aux formations de la « gauche de progrès ».

Dans le contexte actuel, mois après mois, affaire après affaire, Marine Le Pen voit grandir inexorablement son étoile personnelle et augmenter dans les mêmes proportions ses chances de rééditer en 2017 la performance historique de son père le 21 avril 2002. Et cela sans même avoir à prendre la moindre initiative : la patronne du FN se contente d’observer d’un air narquois le spectacle pitoyable que donnent ses adversaires de l’« UMPS ». Entre la guerre des chefs à droite, désormais à couteaux tirés, et l’incurie de la gauche socialiste au pouvoir conjuguée à des couacs à répétition, Marine Le Pen ne cesse d’engranger les bénéfices des psychodrames qui minent les états-majors de ses adversaires. Comble de félicité, le dernier épisode en date – l’affaire Fillon-Jouyet – semble une délicieuse cerise sur le gâteau des ambitions du FN, tant elle apporte un flot dévastateur d’eau au moulin de la dénonciation récurrente par Marine Le Pen d’une consanguinité coupable entre l’UMP et le PS.

Dans de telles conditions, le socle électoral du FN ne cesse de s’élargir tandis que celui du PS se réduit comme peau de chagrin, à l’image de la popularité de François Hollande. Quant à l’UMP, malgré les turpitudes répétées de ses caciques – Alain Juppé excepté – et les guerres intestines qui la minent, elle devrait logiquement se retrouver qualifiée pour le 2e tour de la présidentielle, prime étant donnée, dans la médiocrité générale des partis dits « de gouvernement », au camp qui n’a pas exercé le pouvoir en dernier. C’est par conséquent vers un duel Le Pen-Sarkozy ou Le Pen-Juppé que l’on semble s’orienter.

Dès lors, et en admettant qu’aucun élément majeur ne vienne brouiller les cartes, que se passera-t-il en avril 2017 ?

Dans le cas d’un duel Le Pen-Juppé, aucune chance que l’actuel maire de Bordeaux puisse bénéficier d’un apport important de voix de gauche malgré un probable appel à la notion dépassée de « vote républicain ». La trahison de Jacques Chirac en 2002 est en effet restée dans toutes les mémoires  : réélu avec 82 % des voix, et par conséquent avec un soutien massif des électeurs de gauche – alors qu’il eût été battu par Lionel Jospin d’après les Renseignements Généraux –, Chirac a fait un bras d’honneur au « peuple de gauche » en mettant sur pied un gouvernement de droite assumée et non un « gouvernement d’union nationale » comme les circonstances l’auraient voulu. Ce faisant, il a définitivement forgé la conviction des cocus du scrutin, bien décidés, si le cas devait se représenter, à aller à la pêche plutôt qu’à se rendre aux urnes pour soutenir un candidat de l’UMP, aussi modéré soit-il. Alain Juppé devrait donc l’emporter nettement face à Marine Le Pen, mais sans rééditer un score chiraquien.

Schéma bien différent dans le cas d’un duel Le Pen-Sarkozy. Car un nombre croissant d’électeurs de gauche est farouchement déterminé à barrer la route à celui qui a tant menti, tant manipulé, tant injurié ses concitoyens, tant transgressé les règles et les lois, tant manifesté de mépris à l’égard du peuple de France, tout cela en détruisant des acquis sociaux et en creusant la dette de notre pays comme nul président avant lui. Pas question d’abstention pour ces dizaines, ces centaines de milliers d’électeurs de gauche dont on peut lire ici et là sur le net l’état d’esprit avec des réflexions du genre « N’importe qui sauf Sarkozy ! », « Plutôt crever que laisser Sarko revenir à l’Élysée !  » et bien entendu « Le Pen plutôt que Sarkozy ! »

Ce dernier cri du cœur pourrait bien symboliser ce qui se passera lors du 1er tour de la présidentielle de 2017 en cristallisant sur le nom de Marine Le Pen le rejet épidermique de celui qui a tellement nui à la France et permis en 2012 la victoire d’un François Hollande pas beaucoup plus fringant en matière de résultats économiques et de respect des aspirations des classes populaires. S’il est un candidat de droite qui risque un score étriqué face au FN, voire de connaître une défaite encore plus humiliante que celle de 2012, c’est bien Nicolas Sarkozy.

À condition qu’il n’ait pas explosé en plein vol auparavant, victime judiciaire de ses graves turpitudes financières, ou détruit au pire moment de la campagne par le missile assassin d’un Patrick Buisson revanchard. Pour le plus grand bonheur du candidat de gauche qui se retrouverait projeté au 2e tour d’une élection imperdable par la droite !


Moyenne des avis sur cet article :  3.72/5   (75 votes)




Réagissez à l'article

396 réactions à cet article    


  • Aristoto Aristoto 11 novembre 2014 18:53

    non la question est ...Hollande ou Sarkozy ? Sarkozy ou Hollande !

    Je donne mes couilles à couper si dans les cinquante ans a venir il y a à la tete de l’etat une autre ’alternative’ ! ...Mes COUILLES je vous dis !

    Alors les petit pucelle moralistes faut pas vous zinquieter le système veille !


    • Fergus Fergus 11 novembre 2014 19:03

      Bonsoir, Aristoto.

      Vous semblez sous-estimer le potentiel vote anti-Sarkozy qui pourrait voir le jour à gauche si l’ex-président est opposé à Le Pen. Cerise sur le gâteau, une Le Pen élue à la tête de l’Etat serait, malgré sa légitimité électorale, dans l’incapacité de disposer d’un gouvernement FN, ce qui ouvrirait une crise de régime et précipiterait la mise en chantier d’une VIe République. Une alternative ô combien plus alléchante que le retour d’un Sarkozy à l’Elysée !


    • Aristoto Aristoto 11 novembre 2014 19:11

      Donc si je comprends bien je vote MArine LEpen au deuxième tour quand celle ci fera face à François Hollande !!!!?


    • Fergus Fergus 11 novembre 2014 19:24

      @ Aristoto.

      J’évoque une situation possible, voire probable, eu égard à la conjoncture actuelle. Mais chacun est libre de son vote. Je ne doute d’ailleurs pas que, dans le cas d’un très improbable de 2e tour entre Le Pen et Hollande, les électeurs de droite iraient massivement voter pour la candidate du FN.


    • Citrik_Elektrik Citrik_Elektrik 12 novembre 2014 00:14

      @Fergus
       
      "Cerise sur le gâteau, une Le Pen élue à la tête de l’Etat serait, malgré sa légitimité électorale, dans l’incapacité de disposer d’un gouvernement FN, ce qui ouvrirait une crise de régime et précipiterait la mise en chantier d’une VIe République. Une alternative ô combien plus alléchante que le retour d’un Sarkozy à l’Elysée !"

       
      Vous n’avez pas entendu parler des ordonnances Fergus ? Le Président de la 5ème n’a pas obligatoirement besoin du parlement pour gouverner. Je tiens également à vous rappeler que le Président de la République est le chef des armées. Si cette fonction peut sembler on ne peut plus honorifique aujourd’hui, je ne suis pas certain que Le Pen ne l’utilise pas. Si vous vous mettez à imaginer la victoire de Le Pen comme une planche de salut, c’est que vous devriez arrêter de jouer avec des allumettes...
       
      Quand à la 6ème République, comme je le tue à me dire et le redire, ce n’est pas en rebattant les cartes que l’on va résoudre le trucage du jeu. Ce trucage, c’est le mensonge. Que ce soit un parlement ou un Président qui gouvernent, tant qu’ils sont élus sur des programmes bidons qu’ils n’appliqueront pas, ça ne changera rien du tout. Enfin si, on reviendrait à un ersatz de 4ème République où les décisions sont lentes et les lois d’incessants compromis. Tout le contraire de ce qu’il nous faut aujourd’hui.
       
      La 5ème avec son Président puissant élu au suffrage universel direct n’est pas si mal. Il faudrait juste non pas moraliser la vie politique mais forcer les élus à respecter leurs programmes par voie juridique. Comme ce que l’on fait pour n’importe qui d’autre dans le cadre d’un contrat.


    • Onecinikiou 12 novembre 2014 02:14

      « La 5ème avec son Président puissant élu au suffrage universel direct n’est pas si mal. »


      Absolument. C’est ce que n’ont pas compris les têtes d’oeufs qui pense qu’en cassant le thérmomètre, soit ce qui reste d’institution gaulliste, façonnée par ET pour un pouvoir et une souveraineté réels, ils allaient améliorer le sort poltiique de ce pays. 

      D’ailleurs nos ennemis (car il s’agit bien d’ennemis ici) ne s’y sont pas trompés, eux : 



      « Il faudrait juste non pas moraliser la vie politique mais forcer les élus à respecter leurs programmes par voie juridique. »

      Mon pauvre : si par miracle demain Le Pen arrivait au pouvoir et qu’elle mettait en application ce pourquoi elle avait été élue (sortie de l’euro, réappropriation de nos frontières et donc de notre souveraineté, abrogation de Schengen, mise fin à l’immigration de masse, réalignement géopolitique et stratégique, réinstauration de mesures protectionnismes, extension de la préférence nationale, désengagement de l’Otan, etc...), vous verriez instantanément une levée de bouclier et un hurlement au complot fââchiste, suivi de manifestation monstre pour contester sa légitimité dans la violence, de la part des éternels idiots utiles de l’oligarchie européiste et mondialiste, alliés objectifs de chancelleires étrangères acquis à l’Empire américain qui n’en demandait pas tant, soit les trotsko-gauchistes et leurs nervis « antifas » qui infiltrent l’ensemble des strates de la société dans l’université, l’école publique, les syndicats, la magistrature, les médias dominants, etc...

      Démentez-le pour voir ?

      A ce moment manifesterez-vous vous aussi pour que l’on respecta les résultats du suffrage universel direct, soit la voix du peuple majoritaire, en accord avec vos propos pleins de bon sens précédents... ? Rien n’est moins sûr ! 

      Nous serions donc ici au comble de la tartufferie.

    • Onecinikiou 12 novembre 2014 06:46

      A la façon des ayatollah « verts » qui rêveraient d’un accident nucléaire en France afin de vérifier leurs théories, vous mêmes seriez le premier a manifester contre l’arrivée au pouvoir du Front National de manière parfaitement démocratique, et qui mettrait en œuvre la sortie de l’euro que vous appelez tant et tant de vos vœux. 


      Vous savez, l’incohérence elle n’est pas du côté du Front, elle est du votre dans votre soutien objectif au maintien du statut quo UMPS.

    • Fergus Fergus 12 novembre 2014 09:11

      Bonjour, Citrik.

      Je crains que vous, comme d’autres, ne fassiez une énorme erreur d’appréciation politique : le président de la République ne peut gouverner par ordonnances que s’il y a été autorisé par le Parlement. Qui plus est, ces ordonnances doivent être validées ultérieurement par ce même Parlement. Or, dans le cas qui nous occupe, pas de Parlement, pas d’ordonnances.

      Pour ce qui est du chef d’Etat chef des Armées, cela resterait vrai. Mais autant Le Pen pourrait décider d’envoyer des troupes sur tel ou tel théâtre extérieur (ou au contraire en retirer), autant elle resterait impuissante à vouloir agir sur le territoire national.

      Pour ce qui est de la VIe république, vous la dénigrez parce que vous en faites un simple prolongement de la Ve. Or, ce n’est pas de cela qu’il s’agit, mais d’une réforme complète des institutions, notamment sur la représentativité des élus et sur les comptes qu’ils devraient rendre à ceux qui les envoyés au Parlement, avec le cas échéant procédure de destitution. C’est aussi la création d’un véritable Référendum d’Initiative Citoyenne en remplacement de la sinistre parodie de Sarkozy qui a pris la forme d’un crachat de mépris lancé au visage des Français.


    • Citrik_Elektrik Citrik_Elektrik 12 novembre 2014 09:28

      Ahah ! Onecinikiou, vous êtes impayable ! Marine Le Pen qui respecterait ses engagements. Ben voyons.
       
      Manifesterais-je pour Marine Le Pen si elle venait à être embêtée par des idiots du type de Sivens ou Notre-Dame-des-Landes ? Non. Serais-je offusqué si elle fait le nécessaire pour mater une insurrection ? Non plus. Relisez mes prises de position concernant Sivens. Vous constaterez que je n’accorde aucune excuse à ces mouvements.
       
      Mais Marine Le Pen respecterait-elle ses engagements ? Non. Elle n’est pas là pour ça. Elle est là pour en croquer comme tous les autres. Pour distribuer les postes à ses « copains » et pour cogner sur ce qui ne ressemble pas assez à un gaulois.
       
      Dommage parce que votre volet "sortie de l’euro, réappropriation de nos frontières et donc de notre souveraineté, abrogation de Schengen, mise fin à l’immigration de masse, réalignement géopolitique et stratégique, réinstauration de mesures protectionnismes, extension de la préférence nationale, désengagement de l’Otan, etc..." était plutôt alléchant. Sauf la préférence nationale pour plein de raisons. Mais soyons réalistes, Marine Le Pen n’est pas et n’a jamais été une keynésienne ni une gaulliste. Mais comme le FN n’a jamais accédé au pouvoir, nombreux sont ceux qui croient à cette fable.
       
      La mise en œuvre d’une loi pour contractualiser les programmes électoraux ferait tomber les masques. Y compris ceux du FN.


    • asterix asterix 12 novembre 2014 09:30

      Bonjour Fergus,

      Je me souviens avoir il y a quelques semaines émis le même avis et que tu avais immédiatement embrayé. Il y eut même un zouave pour me répondre qu’en tant que belge, je n’avais pas à donner mon avis sur un problème typiquement, uniquement français.
      Tu, on persiste et signe. Merci à toi, au nom de TES compatriotes de souligner les conséquences désastreuses et évidentes du choix de Sarkozy en tant qu’éventuel candidat de la droite. Jamais la gauche, une grande majorité de l’électorat de gauche n’acceptera de faire jouer le réflexe républicain envers celui qui s’est le plus obstinément moqué des principes de la République. A la limite, je dirai presque en toute logique, ils préfèreront l’aventure au moralement impossible.
      L’élection ne se jouera pas dans les urnes, mais dans le choix préalable du candidat de droite. Je serais vous, je prendrais vite une carte de l’UMP pour voter contre Sarko, donc sans doute pour Lemaire, lorsqu’il s’agira d’élire le Président de ce groupement politique. Car, et c’est bien le calcul de Sarko, seuls les militants ( ??? ) pourront participer à la désignation du candidat, à moins qu’il ne refasse le coup du y’a pas de désignation à faire, JE suis le Président, c’est à MOI qu’il revient de se présenter.
      Combien coûte la carte de militant ( ??? ) UMP ?  


    • Citrik_Elektrik Citrik_Elektrik 12 novembre 2014 09:43

      @Fergus
       
      Donc si les parlementaires doivent rendre des comptes à leurs électeurs (avec procédure de destitution), vous vous rapprochez de l’idée de contrat. Sauf que vous allez moins loin, ce qui gâche tout. La destitution n’est pas un gros risque parce qu’à part perdre le poste, le coquin ne s’expose à rien d’autre alors que la procédure serait coûteuse pour les électeurs. Si c’est la justice qui s’en charge avec un motif de rupture abusive de contrat, vous pouvez me croire que les juges sont beaucoup moins tendres avec lourdes indemnités et prison à la clé.
       
      Ce que vous risquez, c’est le « pay enough or don’t pay at all » mais inversé. En quelque sorte, « sanctionnez lourdement ou ne sanctionnez pas ». En effet, l’être humain essaye toujours de contourner une mesure d’incitation. Les élus vont vite faire le calcul, voire une entente de type cartel : si tout le monde continue à ne rien respecter, il va y avoir quelques destitutions qui seront longues à mettre en œuvre. Finalement, les électeurs vont se lasser et la sanction deviendra marginale, réduisant votre incitation à néant.
       
      Je voudrais savoir Fergus, cette vision de la 6ème République est celle de qui ? Dupont-Aignan ? Mélenchon ? Le Pen ? Tout le monde semble avoir sa petite comptine autour de la 6ème. Enfin, surtout les partis minoritaires. En effet, la proportionnelle les arrangeraient bien parce qu’ils ne sont pas très puissants localement même s’ils font de bons scores sur un plan global. Ne pensez-vous pas que cette 6ème est à but électoral ?


    • Onecinikiou 12 novembre 2014 11:01

      « Mais Marine Le Pen respecterait-elle ses engagements ? Non. Elle n’est pas là pour ça. Elle est là pour en croquer comme tous les autres. »


      Mon seigneur ! Nous avons donc affaire à un maître de la prospective...

      Au-delà de vos superbes certitudes et de vos jugements définitifs, serait-il possible que vous envisagiez vous trompez... ?

      Y-aurait-il un personnel politique dans ce pays qui trouverait grâce à vos yeux, vous l’extra-lucide et omniscient ? 

    • Citrik_Elektrik Citrik_Elektrik 12 novembre 2014 11:22

      Quand j’achète ou que je vends quelque chose de coûteux, je le fais sur la base d’un contrat. Pas de contrat, pas d’engagement. On achète donc du vent. C’est pareil avec la politique.
       
      Marine Le Pen ou un autre, je n’ai jamais vu jusqu’ici une seule personnalité politique tenir ses engagements une fois élue. Pourquoi cela serait différent avec elle ? Parce qu’elle s’appelle Le Pen ? A ce niveau, ce n’est pas moi qui suit extra-lucide, c’est vous qui êtes un parfait gogo.
       
      Que les candidats fassent certifier leurs programmes par voie de justice et ils gagneront en crédibilité. Sans ça, c’est du pipo en barre.


    • Fergus Fergus 12 novembre 2014 11:33

      Bonjour, Astérix.

      Merci pour ton soutien. Le fait est que Sarkozy est le pire choix que peuvent faire les militants UMP, et une grande partie de la « primaire » se jouera dès le 29 novembre avec l’élection à la tête du parti. A la place des militants de l’UMP, je n’hésiterais pas une seconde à voter Le Maire en dépit du peut d’attrait que puisse m’inspirer ses prises de position politique. Mais au moins ce serait l’amorce d’une rupture avec la détestable gouvernance d’un homme, Sarkozy, infiniment plus proche du profil d’un délinquant multirécidiviste que de celui d’un homme d’Etat.

      Le problème est que les militants de l’UMP ne semblent pas lucides, pas capables d’entrevoir les énormes risques qu’ils prennent, subjugués qu’ils sont par ce bonimenteur sans scrupules qui, encore hier soir à Caen, a multiplié sans vergogne les bobards les plus délirants en meeting.


    • Fergus Fergus 12 novembre 2014 11:37

      @ Citrik.

      Soyons sérieux, aucun programme ne peut être certifié, eu égard aux évolutions de la conjoncture économique ou de la situation géopolitique.

      Ce qu’il faut, ce sont - comme l’avait proposé Ségolène Royal - des jurys de citoyens tirés au sort qui, chaque année, demandent officiellement des comptes argumentés aux élus avant de restituer le contenu des échanges dans les médias au niveau concerné (il pourrait même y avoir retransmission en direct des débats à la télévision locale ou régionale).


    • Onecinikiou 12 novembre 2014 11:57

      « Parce qu’elle s’appelle Le Pen ? »


      Par exemple. 

      Si Le Pen père avait voulu aller à la soupe gouvernementale, il lui aurait été facile vu son talent difficilement contestable de renier ses convictions en temps et en heures, et de se rallier au politiquement correct et à la dictature de la pensée unique communément partagés par les partis dits de « gouvernements », au lieu de prendre la marée de la diabolisation dans la gueule par l’ensemble de l’inteligentsia politico-merdiatique unanime et ce durant des décennies.

      Toute chose qui contredit et rend illogique vos condamnations sentencieuses sur des hommes et leurs idées. Voire les insultes mêmes au plus haut point. 

      J’oserais vous demander : quels sont vos hauts faits, quels sont vos illustres actions pour venir comme vous le faites du haut de votre mépris arrogant cracher à la figure de ceux qui ont démontré être restés debout depuis des lustres contre vents et marées, face à une adversité redoutable disposant de tous les pouvoirs ?

      Nul besoin de répondre à cette question, n’est-ce pas.

    • Citrik_Elektrik Citrik_Elektrik 12 novembre 2014 12:01

      Mais je suis très sérieux Fergus et il est tout à fait possible de certifier un programme. Un contrat prévoit des clauses d’exécution et permet de se dédouaner dans les cas spécifiques cités au contrat et en cas de force majeure.
       
      Rien n’a changé à la situation économique du pays depuis l’arrivée en poste de Hollande. Rien. Qu’est-ce qui justifie qu’il n’applique pas son programme ? Rien.
       
      Vous écartez une idée de bon sens en commençant par traiter l’exception. Mais la loi dans le cadre d’un contrat sait parfaitement gérer l’exception. Et pour les cas généraux, cette contractualisation des programmes électoraux serait diablement efficace. Les gens se lamentent du manque de fiabilité de la classe politique. Vue l’abstention, c’est la source principale de la crise politique que la démocratie traverse. Allez-vous prétendre que l’on peut se passer d’un remède de cheval ?
       
      La proposition de Royal me fait doucement rire. Des profanes vont demander des comptes, vont se faire embobiner et on restera dans le schéma classique du « cause toujours ». Mais alourdi d’une nouvelle procédure coûteuse pour le contribuable. Whaoo ! La démocratie est en marche !


    • Citrik_Elektrik Citrik_Elektrik 12 novembre 2014 12:13

      @Onecinikiou
       
      Tiens, il faut se prévaloir de hauts faits ou d’illustres actions pour s’exprimer dans l’espace public maintenant ? Je suis impatient d’entendre les vôtres puisque vous tancez allègrement toute personnalité politique qui n’est pas frappée de la flamme bleue-blanc-rouge.
       
      Figurez-vous qu’en observant simplement, on remarque que l’entreprise de rester « debout depuis des lustres contre vents et marées » est plutôt lucrative quand on voit le train de vie des Le Pen.
       
      Est-ce un hasard si Jean-Marie s’est farouchement tenu à des postures qui ne pouvaient jamais faire l’unanimité ? Être une éternelle et hypothétique alternative a ceci d’avantageux que l’on a jamais à prouver sa capacité à endosser des responsabilités. Et donc à ne jamais se décrédibiliser. On entretient ainsi un juteux fond de commerce.
       
      Pourquoi Jean-Marie est-il aussi remonté contre la stratégie de sa progéniture ? Parce qu’il sait éminemment que c’est la stratégie gagnante et que si elle parvient à être élue, elle va flinguer le fond de commerce en montrant qu’elle ne vaut pas mieux que les autres.
       
      A moins que vous ayez une autre raison à ce conflit à nous exposer Chevalier Onecinikou ?


    • Onecinikiou 12 novembre 2014 13:40

      Disons qu’avant de donner des leçons à la terre entière et délivrer des brevets de vertu, il faut être en capacité de le faire et être irréprochable soi-même. Vous ne trouvez-pas ? 


      Secondo et si je comprend bien, en plus d’avoir eu à subir des décennies de mise en ban savamment orchestrée par les tenants du système et de l’oligarchie euro-mondialistes, non pour des raisons de « dérapages » (qui n’en étaient nullement) selon la novlangue mais bien parce que le projet politique du Front s’opposait radicalement avec les orientations dudit système et de ladite oligarchie, les Le Pen auraient du en plus crever la gueule ouverte pour s’attirer la sympathie d’un illustre inconnu donneur de leçons ? On croit rêver devant tant d’ingénuité.

      Il est évident que les « postures » comme vous dites de Le Pen et du Front tout au long des trois dernières décennies, nonobstant la diabolisation consubstancielle précédemment rappelée et dont il vous sera très difficile de contester la matérialité, ont eu beaucoup de mal à faire l’unanimité et à s’imposer dans l’espace public dans la mesure où elles prenaient à rebrousse poils l’ensemble des présuposés idéologiques portés par ses adversaires qui formaient l’essentiel des composantes et superstructures politques de ce pays, dont je dois rappeler qu’ils controlaient, et controlent toujours, via leurs puissants relais capitalistiques, les medias dominants et de masse dont les intérêts étaient, et sont toujours, convergents. Voilà de quoi balayer vos interrogations de collégien qui semble découvrir l’histoire politique de ce pays.

      Quand au juteux fond de commerce, je crois savoir que le fondateur et président pendant quarante ans du Front National n’a pas de leçon à recevoir de vous, ni de quiconque d’ailleurs. 

      Ce dernier fut marin-pêcheur, mineur de fond, officier parachutiste à la Légion étrangère, a connu les campagnes d’Indochine, Suez, d’Algérie et ce alors même qu’il était déjà parlementaire, a été de nombreuses fois chef d’entreprise, puis a fondé en partant de rien un parti politique qui, ne vous en déplaise, a structuré la vie politique de ce pays en portant des revendications qu’il était alors le seul à brandir face à la forfaiture réitérée d’une classe politique, tout parti confondu, théoriquement en charge de la défense des intérêts nationaux français et de la souveraineté du peuple éponyme. Ce parti est devenu aujourd’hui le premier parti de France.

      Là où vous semblez voir un échec ou un stratagème grossier dans une optique d’enrichissement personnel, j’y vois moi la marque d’un immense sacrifice pour leurs idéaux de la part d’individus infiniment estimables et qui, bien que minoritaires, trois fois hélas, n’ont jamais renoncé à ce à quoi ils croyaient. Je sais que je ne vous convaincrai pas (et c’est réciproque), et que votre avis est fait sur cette question. Je vous demanderai juste de refléchir et de tempérer vos propos avant d’insulter la mémoire et de salir l’honneur de ces hommes-là.

    • Hermes Hermes 12 novembre 2014 18:10

      @Fergus, bonjour.

      Mettez des fous à la tête d’un asile et pariez sur le fait qu’ils n’ouvriront pas les portes en se décrétant guéris !

      Il y a dans la constitution ’article 49.3, dit d’« engagement de responsabilité », qui permet au gouvernement de faire passer le texte qu’il présente, sans vote, sous couvert du rejet de la motion de censure que l’opposition se doit de déposer pour la forme, avec peu d’espoir de réussite.

      Voir cet article d’actualité. Comment forcer la main aux députés.

      Dans votre hypothèse, il siffirait qu’un « villain » passe une loi « Joker » et le tour est joué.

      Bonne soirée.


    • Fergus Fergus 12 novembre 2014 18:47

      Bonsoir, Hermès.

      A quel type de gouvernement pensez-vous en évoquant le 49.3 ?


    • Citrik_Elektrik Citrik_Elektrik 12 novembre 2014 22:15

      @Onecinikiou
       
      Ça y est, on sort les violons de la victimisation, les « médias dominants » etc...
      Sachez que je suis contre la diabolisation des électeurs du FN. Quelqu’un qui se fait escroquer, c’est une victime, pas un coupable.
       
      Quant aux Le Pen eh bien... Je crois que les multiples citations de Jean-Marie parlent pour lui.
       
      Alors c’est limite comique quand vous citez son parcours en me demandant de ne pas salir la mémoire (comme s’il était déjà mort !!) et l’honneur de ce brave homme qui a tant fait pour préserver la mémoire et l’honneur de centaines de milliers d’homosexuels ou de français d’origine étrangère. Oui, c’est amusant que pour quelqu’un qui semble faire peu cas de ces gens là, vous dépensiez autant d’énergie à défendre avec ferveur l’honneur d’un seul homme.
       
      Donc, non effectivement, vous ne m’avez pas convaincu et je sais que je nous vous convaincrai pas non plus puisque nous sommes dans un registre au-delà du bon sens : nous sommes dans l’endoctrinement. Je vous demanderai juste de réfléchir et de tempérer vos propos avant d’insulter la mémoire et de salir l’honneur de ces hommes-là.


    • Onecinikiou 13 novembre 2014 08:01

      Mais qui risque plus d’être endoctriné ? Celui qui a subit toute sa jeunesse et une bonne part de sa vie la diabolisation massive, le lavage de cerveau, le formatage idéologique, de la part de l’ensemble de l’intelligentsia politico-culturelo-médiatique à l’encontre du Front National, ou bien celui qui y a résisté avec lucidité et courage ? 


      Poser la question c’est y répondre, mon cher.

      Doit-on vous rappeler la séquence soviétique de 2002 dans l’entre deux tours ? 

      Sans commentaire.

    • lsga lsga 13 novembre 2014 13:21

      Sampiero :

       
      Visiblement, tu as beaucoup de mal à comprendre qu’il y a une CONTINUITÉ du PCF de Georges Marchais au Front National de Marine Lepen.
       

      Il ne suffit pas de se dire de gauche pour l’être. Il n’y a rien de pire que la situation dans laquelle les militants d’extrême droite se prétendant (et se croyant) de gauche deviennent majoritaire à gauche.
       
      Que cette racaille aille au Front National : c’est leur place. 

    • JFR77 14 novembre 2014 11:39

       Citrik_Elektrik


      Ça fait plusieurs mois que je me prends à rêver de la possibilité d’attaquer Hollande à la fin de son mandat, voire également le PS, pour avoir délibérément trompé ses électeurs en class action et financer par Crowd Founding.

      Je suis sûr qu’il y a assez de dégoûtés prêts à mettre 5 à 10 euros chacun et un voire une équipe d’avocats prêt à tenter d’avoir leurs noms associés à une nouvelle jurisprudence.

      Le programme du PS était signé par le candidat Hollande, on peut de bonne foi le voir comme un contrat.


    • Citrik_Elektrik Citrik_Elektrik 14 novembre 2014 12:11

      Ça serait une bonne initiative mais on perdrait à coup sûr. Il n’empêche que cela créerait un précédent et montrerait que les citoyens savent se rebiffer devant le mensonge permanent. Ça pourrait finir par faire germer cette idée dans la tête de certains. Et si le lobby des avocats pouvait être appâté par le profit potentiel d’une telle initiative, il nous servirait à quelque chose pour une fois celui - là. Je vais en parler à un avocat tiens. Je vous tiendrai informés.


    • Fergus Fergus 14 novembre 2014 13:04

      Bonjour, JFR77.

      Si l’on veut attaquer des responsables politiques pour leurs manquements relativement aux engagements pris en campagne ; cela ne peut en aucun cas se faire dans le cadre d’une « class action » (recours collectif). Ce type de recours ne concerne effectivement que les litiges de consommation. En sont donc exclus tous les litiges à caractère politique ou administratif.

      Rien n’empêche en revanche les citoyens d’organiser le même jour dans le pays des manifestations devant toutes les permanences des élus du parti concerné, avec mise en demeure écrite immédiate du respect des engagements sous peine d’actions plus énergiques et d’engagement au boycott de l’étiquette politique en question lors de tous les scrutins à venir.


    • Hermes Hermes 14 novembre 2014 14:05

      @Fergus,

      Bonjour, je voulais signaler que nos institutions, derrière des mécanismes cencés éviter leur blocage, possèdent des failles que n’importe quel parti peut exploiter malhonnêtement.

      Quand à penser à un parti particulier.......... Vous en connaissez d’honnête ? A l’extrème j’en connais un dont les représentants n’ont pas hésité à distribuer des faux tracts de leurs adversaires et à assumer l’action ! ! !

      Ne jouons pas avec le feu !

      Bonne journée.


    • Onecinikiou 14 novembre 2014 22:15

      « Je suis sûr qu’il y a assez de dégoûtés »


      ...de cocus vous vouliez certainement dire.

      Les cocus de Hollande étant généralement les mêmes qui croyaient à la « révolution » Obwama.

      Ce faisant, ils ont démontré toutez l’étendue de leur médiocrité, et de leur insiginifiance en terme de conscience et culture poltiiques.

      Car il fallait être le dernier des incultes, connaissant a minima la longue carrière de l’ex-premier secrétaire d’un Parti socialiste chantre de l’européisme, de l’atlantisme et du néolibéralisme les plus radicaux, pour croire une seconde à la faribole selon laquelle patte molle serait non pas en capacité, mais aurait la volonté de rompre après trente années de ces potions amers pour la France et son peuple. 

      Je renverse la perspective : ce n’est pas de Hollande qu’il faut se plaindre ou poursuivre en justice, ce sont aux cons de français, pitoyables analphabètes, qui le réclame, à qui il faut retirer d’urgence leur carte électorale ! 

    • Fergus Fergus 15 novembre 2014 09:11

      Bonjour, Onecinikiou.

      Le problème est que presque tout l’électorat français est composé de « cocus », à l’exception de la frange de nos compatriotes qui tire profit des dérives libérales et de la casse des acquis sociaux. Mais il s’agit de cocus qui ne cessent d’en redemander, notamment dans les classes populaires, alors que le salut ne peut venir ni de l’UMP ; ni du PS, ni du FN. Le fait rassurant - si l’on peut employer ce mot -, c’est que les mêmes dérives sont constatées partout ailleurs sur le continent.


    • Onecinikiou 15 novembre 2014 13:51

      A la décharge du peuple, et en particulier des classes populaires qui sont les premières exposées aux conséquences des politiques menées depuis trente ans, il faut admettre qu’ils sont aussi les victimes (parfois consentantes) d’une entreprise méthodique et systématique de désinformation et de propagande. 


      Je l’affirme ici : sans la diabolisation savamment orchestrée par les merdias de l’oligarchie et ses agents stipendiés depuis les années Mitterrand, sans la disqualification opérée notamment par les instances judéo-sionistes, dont la responsabilité dans cette affaires est écrasante - et il conviendra un jour d’en déterminer les causes et agendas cachés - le Front National serait déjà à au moins 50% des suffrages à toutes les élections.

      http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2014/11/14/31003-20141114ARTFIG00432-roger-cukierman-l-antisemitisme-pousse-les-enfants-juifs-a-quitter-l-ecole-republicaine.php&nbsp ;                                                                

    • Aristoto Aristoto 11 novembre 2014 18:57

      Chirac a fait un bras d’honneur au « peuple de gauche » en mettant sur pied un gouvernement de droite assumée et non un « gouvernement d’union nationale » comme les circonstances l’auraient voulu.

      Ho le pauvre moralistes de mes deux auteur de cet article : il a pas eu le bonheur de se palucher sur son premier ministre chef de gouvernement Hollande en 2002 !!!!

      Et bah au final tu l’as eu, 10 ans après certes ! Alors contente !


      • Fergus Fergus 11 novembre 2014 19:09

        @ Aristoto.

        Personnellement, j’avais voté Besançenot à l’époque, et donc je n’aurais rien attendu à titre personnel d’un tel gouvernement. Qui plus est, le gouvernement d’union nationale en question aurait consisté à garder évidemment Matignon à droite, seule une demi-douzaine de ministères d’importance étant confiée à la gauche. Dans n’importe quel pays politiquement adulte comme en Allemagne ou en Scandinavie, c’est un scénario de ce type qui aurait été mis sur pied. 


      • gruni gruni 11 novembre 2014 19:14

        Et c’est vous qui parlez de morale ! Vous ne pourriez pas rester dans le débat d’idées, plutôt que de vous attaquer à l’auteur.


      • Aristoto Aristoto 11 novembre 2014 18:58

        le rejet épidermique de celui qui a tellement nui à la France

        Tu partes de Hollande  ???


        • Fergus Fergus 11 novembre 2014 19:13

          @ Aristoto.

          Hollande est une conséquence de Sarkozy. Et si le trop mollasson Hollande est aussi inefficace et irrespectueux de ses engagements que l’agité Sarkozy durant son mandat, du moins Hollande a-t-il un comportement qui ne rabaisse pas la fonction présidentielle au niveau où Sarkozy l’a fait tomber par sa vulgarité.


        • Abou Antoun Abou Antoun 11 novembre 2014 22:10

          du moins Hollande a-t-il un comportement qui ne rabaisse pas la fonction présidentielle au niveau où Sarkozy l’a fait tomber par sa vulgarité.
          Foncièrement ce sont les mêmes. Même mépris des intérêts français et européens, aventurisme, atlantisme aveugle, alignement servile sur Washington, guerres coloniales sans l’aval du parlement, creusement de la dette, etc... etc... Par leur exhibitionnisme en matière de vie privée ils déshonorent pareillement la fonction. Ce sont les mêmes, juste quelques différences de style, l’un genre loubard de banlieue, chef de bande, l’autre plutôt cucul la praline. Je ne sais même pas comment on peut préférer l’un à l’autre.


        • Fergus Fergus 11 novembre 2014 22:28

          Bonsoir, Abou Antoun.

          « leur exhibitionnisme en matière de vie privée ».

          Voilà bien un reproche que l’on ne peut faire à Hollande. L’exhibitionnisme dont vous parlez n’a jamais été de son fait, contrairement à Sarkozy qui a souvent mis en scène sa propre vie privée, souvent à la limite du ridicule comme à Disneyland.

          Pour le reste, plutôt d’accord avec vous sur la convergence entre les deux.


        • Citrik_Elektrik Citrik_Elektrik 12 novembre 2014 00:17

          Quand on est Président de la République, soit on est fidèle à sa compagne actuelle, soit on se la met au dessus de l’oreille pendant 5 ans. Mais son vaudeville personnel montre le peu de respect qu’il a montré à la fonction présidentielle.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès