Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > 25 écoles détruites, 40 élèves tués… et les cours ont repris (...)

25 écoles détruites, 40 élèves tués… et les cours ont repris !

Laurie Tuller et Philippe Prévost, tous deux professeurs de linguistique à Tours, ont participé, en octobre à un colloque sur le langage à Gaza. Depuis, ils n’ont de cesse de témoigner de la situation qu’ils ont trouvée dans ce qui est aujourd’hui la plus grande prison à ciel ouvert, sous le regard indifférent des grandes nations. 

JPEG - 25.5 ko
Azzam Abuhabib Photo S. Lenhard

« Nous étions juste rentrés en France quand l’opération « Pilier de défense » du 14 au 21 novembre a été déclenchée », rapporte Laurie Tuller. « Rappelez-vous, Israël décidait alors ce qu’ils appellent une riposte contre Gaza : le bilan a été terrible 167 morts côté palestiniens (6 morts en Israël), 25 écoles détruites, 40 élèves tués. Les cours ont repris tout de suite ! » Les deux enseignants ont vécu ces événements quasi en direct : les contacts tissés là-bas, leur ont permis de lire heure par heure le récit des étudiants croisés là-bas, de constater la terrible souffrance faite d’angoisse, de révolte, d’impuissance souvent de ces gazaouis qui parviennent à vivre même sous le déluge des bombes. « Je ne peux oublier ces mots d’une jeune étudiante, Alaa, qui dit sa terreur à chaque explosion mais qui explique qu’elle ne doit rien montrer, faire semblant pour ne pas terroriser les plus jeunes qui vivent avec elle », souligne Laurie.

Eux, deux semaines plus tôt, avaient vécu la vie ordinaire dans la bande de Gaza, une de ces périodes de trêve dont on pourrait penser qu’elles permettent un quotidien apaisé. Ce qu’ils rapportent pourtant est consternant : leur carnet de voyage, chaque jour ponctué de la même mention « raid aérien, un mort, deux morts », d’incidents comme cette famille israélienne qui essuie des coups de feu pour avoir tenté de ramasser des olives, comme ces pécheurs qui se font confisquer leur bateau pour avoir dépassé d’un mille ou deux la minuscule zone de pêche autorisée : celle-ci ne rapporte plus que 300 sardines en tout et pour tout par jour pour toute la bande de Gaza ! Ils racontent ce bourdonnement incessant des drones au-dessus de leurs têtes, qui maintient une pression insupportable, ces coupures de courant de 6 à 18 h par jour, rendues nécessaires par l’approvisionnement insuffisant, par le blocus. Ils rappellent que 44 % de la population, du fait de ce blocus, souffrent d’insécurité alimentaire dans un pays qui connaît la plus forte densité de population : 4500h/km2 ! Ils disent enfin le désarroi de ce directeur d’hôpital condamné à voir mourir sous ses yeux un diabétique à qui il ne peut fournir de solution saline ordinaire !

4500 détenus, dont 200 enfants

« Nous avons rencontré des détenus palestiniens et leur famille », raconte Laurie. « Il faut savoir qu’ils sont 4500 à être détenus dans des prisons et centres de rétention en Israël, dont 200 enfants. Là, encore, nous avons affaire à une situation révoltante : la convention IV de Genève exige que ces personnes soient détenues à Gaza. Ce n’est pas respecté ! Les familles ne peuvent venir les visiter qu’après 5 ans d’incarcération et seulement pendant une demi-heure. Même les morts ne sont pas laissés tranquilles puisque un détenu mort doit finir de purger sa peine avant d’être rendu à sa famille. » Plongés au cœur de ces drames, pourtant, ils gardent de leur séjour cette impression étonnante d’un peuple chaleureux, encore capables de faire un accueil de fête à ceux qui « viennent voir », anxieux de savoir comment on voit Gaza, ailleurs, de l’autre côté de ces frontières qui leur servent de prison.

Comment leur dire l’indifférence d’un monde qui laisse le grand allié américain maintenir le statu quo ? Ce serait bien inutile : les gazaouis savent bien ce qu’il en est. Azzam Ahuhabib, expert palestinien Watsan (eau et système sanitaire), de passage en France pour sensibiliser l’opinion sur la détresse des palestiniens face à la ressource en eau, a cette phrase terrible : « Le temps est du côté israélien, de notre côté, on n’a plus le temps ! » Et le doctorant de souligner que tout est fait pour user une résistance que les années détruisent : aujourd’hui, si on ne prend que l’exemple de l’approvisionnement en eau, on peut mesurer cet épuisement d’un peuple condamné. Alors que les accords d’Oslo, prévoyaient par exemple la construction d’usine de désalinisation de l’eau, seule les constructions côté israélien ont eu lieu. A Gaza, la population dépend d’une eau de très mauvaise qualité à haute teneur en sel. Il faut savoir que quand l’OMG évalue le minimum vital à 100 ou 120 l litres d’eau par jour, le palestinien n’en dispose que de la moitié et pour certains, à peine du quart !

« Les israéliens ne se défendant pas dans cette guerre, ils défendent leur occupation », dit encore le scientifique. Côté communauté internationale, il est temps que la prise de conscience se fasse qu’à Gaza, comme en Cisjordanie, le couvercle se ferme sur une population épuisée qu’on ne doit pas laisser tomber dans l’oubli. 

Sur la photo : Azzam Abuhabib. Photo S. Lenhard


Moyenne des avis sur cet article :  4.27/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Didier 67 Didier 67 11 février 2013 17:26

    Bonjour Jacques,


    Merci pour ce partage.

    Mais pourquoi en appelez-vous à la « communauté internationale » ?
    Cette « communauté internationale » a-t-elle une réalisation positive à son actif ? 
    Peut-on vraiment réfléchir (avant d’agir) quand on pense en novlangue ?
    Nous devons, vous devez, chercher la solution ailleurs. 

    • xmen-classe4 xmen-classe4 11 février 2013 17:57

      La France ou meme l’Europe sont des prisons à celle ouvert bien plus grande,1


      • xmen-classe4 xmen-classe4 11 février 2013 18:02

        le pbm de gaza et d’israel est qu’ils font trop de bruit pour si peut de monde.


        • xmen-classe4 xmen-classe4 11 février 2013 18:03

          le kenya a fait moins de bruit, et s’etais surement atroce.

          et l’on parle de ce que l’on veut.

          • xmen-classe4 xmen-classe4 11 février 2013 18:10

            et en ce moment la France est surement pour un bouclier anti missiles les protegeant d’un intervention contre israel.


            • Ardant 11 février 2013 22:08

              On s’en fout de gaza et de ces propagandistes, ils n’ont qu’arrêter d’envoyer de roquettes et se comporter en humains !


              • Bonom 12 février 2013 02:56

                Ardant.... te crois-tu intelligent ?


              • non667 12 février 2013 14:44

                à jacques
                sous le regard indifférent des grandes nations.

                à ce niveau ce n’est pas de l’indifférence C’EST DE LA COMPLICITÉ  ! smiley smiley smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès