Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > 3000 agriculteurs et 300 tracteurs en colère à Orléans

3000 agriculteurs et 300 tracteurs en colère à Orléans


Il a gelé ce matin du 16 octobre 2009 et la ville d’Orléans se prépare à un visite peu commune : 3000 agriculteurs et des tracteurs qui les accompagnent pour dire leur colère devant la baisse de leur pouvoir d’achat et la colère qui les anime devant la surdité du gouvernement français et la surdité du gouvernement européen !
 
Après une visite musclée à Bruxelles, ce sont les capitales régionales française qui bénéficient « du tourisme » de leurs agriculteurs.
 
Que dire devant le désarroi d’une profession que l’on essaie d’étrangler au bénéfice de fournisseurs étrangers qui sont « soi-disant » moins chers que nos agriculteurs locaux ?
 
Vouloir travailler honnêtement et respecter les cahiers des charges ne rapporte plus et « ne nourrit plus son homme » c’est ce que me disait un exploitant du Loire et Cher.
 
Comment motiver les jeunes pour prendre la succession des exploitations familiales quand ils voient que leur parents gagnent l’équivalent du RSA et passent des heures dans leur champs ou dans les prés et les étables avec leurs animaux.
 
Ils ne veulent pas de cette vie la, c’est ce que me disait un adhérent du syndicat des « jeunes agriculteurs »
 
Sans parler des prix exagérés par les sociétés qui fournissent l’alimentation du bétail.
 
Un jeune qui débute dans l’agriculture en 2007 est endetté à 60% et en 2009 à 150 % et pourtant « il a travaillé plus » mais « a gagné moins que moins » mais continuera « à payer toujours plus » !
 
Je vous parle des petites exploitations familiales pas de celles qui sont rattachées avec des accords avec des sociétés agro-alimentaires.
 
Un fabriquant de matériel agricole était présent et il n’était pas le seul de sa profession. Il me disait que la chute des revenus des agriculteurs avait des retombées sur sa société et qu’il avait été obligé de licencier.
 
Il m’expliquait qu’il voyait ses clients de plus en plus enfoncés dans les dettes au point d’être exsangue.
 
Un autre agriculteur me disait que son métier n’était pas France Télécom mais qu’il connaissait des cas de suicide à cause de la crise dans l’agriculture mais de ces suicides personne n’en parlait !
 
Un autre me parle du scandale des prix de leurs récoltes achetées par les grandes surfaces et autres acheteurs ; pour le lait : 0,25 au producteur pour 0,75 € à 1,10 € au consommateur et pour le pain : 0,027 € pour le producteur et 0,90 € Pour le consommateur, la différence entre ces deux prix étant la marge des supermarchés et autres acheteurs et ce n’est que deux exemples parmi tant d’autres mais qui révèlent bien la tension qui existe entre les producteurs et les acheteurs.
 
Pendant que nous discutions les manifestants se regroupaient devant le théâtre du bld Alexandre Martin. Ils arrivaient en voitures, cars et tracteurs.
 
Les parkings qui entouraient le théâtre étaient dignes d’une foire exposition de matériels agricoles. C’était très impressionnant.
 
Vers 10h15, les tracteurs avec et sans remorques, placardés d’affiches de contestations se sont ébranlés suivis des manifestants regroupés derrière leurs banderoles, avec les panneaux illustrés et par départements.
 
Des maires et des élus locaux étaient en tête pour montrer qu’eux aussi soutenaient les agriculteurs mais je n’ai pas vu d’élus connus d’Orléans, présents dans la manifestation et c’est dommage.
 
Le parcours s’est fait de la manière suivante : départ du théâtre par le bld Alexandre Martin, passage devant la gare du bus sous le centre d’arc, à côte de la ligne de tram avec arrêt durant un bon quart d’heure pendant lequel les oignons, les pommes de terre, les pommes étaient envoyés à la pelle dans le vrai sens du mots, sur la rue.
 
On a eu le temps d’admirer les monceaux de : pneus usagés, fumiers fumant, détritus divers récoltes dans les fermes avec un panneau dominant le tout ou on pouvait lire : "tendres pensées pour paris et ses décideurs".
 
En continuant, les mêmes tas se retrouvaient devant la grande médiathèque d’Orléans mais avec les oignons en plus et les salades ainsi que des pommes de terre.
 
Le parcours a continué en amorçant dans le début de la rue Bannier puis rue de la Bretonnrie en traversant la rue de la République devant le magasin de chaussure Bata et jusqu’au devant de la mairie d’Orléans : vieille mairie et nouvelle mairie.
 
Idem pour les monceaux déposés par les tracteurs au fur et à mesure qu’ils arrivaient mais nous avons eu droit à un spectacle pas banal : un strip tease masculin digne des chippendales !
 
12 agriculteurs du syndicat des jeunes agriculteurs se sont déshabillés alors que le temps ne marquait pas plus de 10° au thermomètre et se sont mis en caleçons.
 
Une fois qu’ils s’étaient mis de dos et tous les uns contre les autres, on pouvait lire la phrase suivante étalée sur les 12 caleçons : « notre métier a un prix ». Cela figurait aussi sur les tee shirts qu’ils portaient quand ils étaient habillés.
 
La situation était cocasse pour celui qui ne cherche pas à comprendre plus loin mais il faut comprendre que ce n’était pas pour le plaisir qu’ils se sont exhibés mais parce que leur misère les met sur la paille dans tous les termes du mot !
 
Monsieur le Maire d’Orléans n’est pas sorti pour apporter son soutien aux agriculteurs alors qu’il a un superbe balcon à sa mairie qui lui permettait de juger de la situation sur le devant de son hôtel de ville.
 
Monsieur le Préfet, lui non plus, n’est pas venu apporter son soutien aux agriculteurs alors que son bureau est à 5 minutes de la mairie.
 
Monsieur le Président du Conseil Régional, lui non plus n’est pas sorti alors que cela se passait, lui aussi, à 5 minutes de ses bureaux, idem pour monsieur le Président du Conseil Général, qui lui, avait 7 à 8 minutes de marche pour venir voir les agriculteurs.
 
Comment ne pas se sentir lâché par les politiques qui vous représentent à Bruxelles quand ceux de chez vous ne bougent pas le petit doigt lorsque vous êtes près d’eux.
 
Le cortège a repris sa route vers 12h30 pour revenir au point de départ où les attendaient des sandwichs aux merguez, chippolattas et fromage et un bon verre de vin pour faire couler tout cela en plus de la colère ruminée.
 
Tout le long du trajet, des légumes ont été jetés sur le bitume et il fallait faire très attention en marchand et en roulant pour ne pas déraper.
 
Beaucoup de gens se sont attroupés pour ramasser tous ces légumes et repartaient avec des sachets et des sacs pleins. Beaucoup de soupe à l’oignon et de salades ou de frites en perspectives mais tout cela sont les « légumes de la colère »
 
Vers 13h30 les responsables locaux sont venus s’exprimer au micro, sur une remorque, dire leur amertume et leurs désillusions des ministres de l’agriculture : passés et présent et rappeler qu’il ne faut plus leur faire de promesses non tenues, plus de « mesurettes » ; que de l’argent il y en a eu pour soutenir des entreprises, le secteur de l’automobile et surtout les banques qui semblent avoir oublié d’où vient l’argent qu’ils versent à leur traders et actionnaires.
 
Si ils ne sont pas entendus, ils iront à Paris se faire entendre à l’Elysée !
 
3000 manifestant à Orléans cela s’est entendu et senti mais 50 000 manifestant à Paris et vous serez sûrs que les parisiens ne pourront plus dire qu’ils ne savaient pas que le milieu rural existait.
 
A Orléans, les habitants n’avaient jamais vu une manifestation d’une telle ampleur et surtout tous ces tracteurs traverser leur centre ville.
 
La voirie a eu du travail surtout avec les rails du tram à nettoyer après le passage des tracteurs et des détritus qui ont été déposés sur les rails.
 
La circulation du tram et des bus a été perturbée de 10 h à plus de 16 h surtout pour le tram.
 
Il faut retenir de cette journée à Orléans que la manifestation s’est faite avec le plus grand calme malgré la colère des manifestants.
 
Il n’y a pas eu de débordement important sauf que les tas de pneus et de pailles ont été brûles mais il valait mieux que ce soit cela que les voitures et que la casse des vitrines des commerces.
 
Monsieur le Président de la République, ouvrez vos oreilles aux cris de désespoirs que vous adresse le milieu rural, vous avez été généreux dans plusieurs domaines surtout les banques qui ne tiennent pas compte de la crise alors soyez généreux avec les agriculteurs qui nous donnent à manger, faites travailler vos exploitations françaises avant d’avoir recours à l’étranger où, si les prix sont plus bas, les salaires le sont aussi et surtout les légumes sont plus trafiqués que chez nous car il faut qu’ils tiennent le coup durant le transport et soient beaux sur l’étal.
 
J’allais oublier une chose très importante, nous avons eu droit à une manifestation sous la surveillance d’un hélicoptère de la police comme aux Etats-Unis et c’est la 1ère fois que j’ai vu cela. Qui va payer ?
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • ALIS ALIS 22 octobre 2009 13:14

    Le contribuable paiera comme d’habitude. Les agriculteurs sont très travailleurs et non pas de voyoux. Une manif de cette nature à Orléans augure des lendemains tendus. 


    • kitamissa kitamissa 22 octobre 2009 17:38

      j’habite à Fontainebleau sous préfecture de Seine et Marne,département agricole par excellence ...

      sorti de la ville,il y a bien sur la forêt et les champs,les petits villages de campagne,et les exploitations agricoles qui arrêtent leurs activités ,ceci de plus en plus ...

      à Achères la Forêt,je passais devant une importante exploitation maraichère avec le matériel,le personnel,les hangars,les quais de chargement pour les camions ...

      en quelques mois,plus rien,que des installations laissées à l’abandon,plus personne à part un chenil et pension pour clébars dans un entrepôt !

      et petit à petit,toutes ces belles fermes que l’on pouvait voir un peu partout sont rachétée par des particuliers pour faire des gites ruraux,ou même des bureaux !!!!.

      la profession se meurt,on préfère faire venir des fruits et légumes d’Espagne ou d’Afrique du Nord,alors que chez nous il y en a tout autant ! un comble ...

      alors,ça et là ,des serres abandonnées,des terrains en friches ! c’est désolant !

      ah oui au fait ,l’autre fois lors des manifestations Paysannes ,un cordon de flics casqués et armés jusqu’au dents battait le pavé devant la sous préfecture ,manque de bol pour eux,personne n’est venu « troubler le bel ordre public ! ».


      • vapulaflo 22 octobre 2009 20:27

        Super les Cutes !!!!


        Ils prevoient des greves monstrueuses devant le Parlement européen de luxembourg Lundi de cette semaine. Vendredi soir, communiqué d’un représentant de l’europe ’On vous file 270 Millions d’euros au lieu des 300 que vous demandez...." pour les laitiers

        Resultat, 20 tracteurs sur le plateau de kirchberg....


        Bravo la solidarité, je vous applaudis dans votre demarche, vous reflettez exactement le syndrome de la population française, ou chacun marche que pour sa gueulle......


        Quand comprendrez vous qu’a force de se la jouer individuelle, vous vous faites manipuler par ceux qui jouent collectif (gouvernements, institutions...), le monde fera peut etre bon de vivre....


        Si vous voulez pas la jouer collectif et pas se demander comment va faire le voisin, tirrez vous une balle tout de suite vous serrez préservé de toutes les désillusions qui vous pendent au nez !



        • Atlantis Atlantis 22 octobre 2009 22:00

          Le pire c’est que certains d’entre eux leur ont montré la voie, mais ils semblent ne toujours pas avoir compris. La possession de terres c’est de l’or en barre, actuellement et pour l’avenir. Faut juste savoir s’en servir et arrêter de mettre la main dans les attrapes couillons que vous tendent les politiques, à croire ue vous aimez ça ...


          • vapulaflo 22 octobre 2009 22:56

            Le moutonnement du peuple Français et pas seulement des agriculteurs nous fais courir à notre propre perte, et tout cela au profit des privilèges !!!!


            La révolution française est la plus grande farce qu’on ait connu, le pire c’est que personne ne le voit....


            De l’abolition des privilèges de la famille ROYALE représentante du peuple Français, à l’instauration et l’automatisation des privilèges pour tout une caste de bien nés...
            L’équation n’est pourtant pas si simple ????

            On a remplacé les privilèges d’une famille (légitime ou non soit-elle...soit...) pour les privilèges de tout un pan de la population qui profite et qu’ON (nous du bas) ne pouvons pas atteindre ??
            L’esclavagisme....


            Montrez moi la logique économique et ou est cette vieille idée que chacun naît libre et égal ?
            Des valeurs communistes je retiens le partage, que je trouve aussi promu par la religion et autres structures sociales ayant des idées réellement pieuses !
            Des valeurs capitalistes je retiens la possibilité, par le travail (sur soi ou pour soi, pas au profit de...), la recherche du bien être et de la progression de la performance, que je retrouve aussi chez tous les gens bons et raisonnables....

            Pourquoi entendons nous toujours les mêmes noms chez les décideurs et autres manipulateurs, qui se cachent derrière, société, syndicats, partis politiques, sectes, société branletto-intellectuo-secrètes, clubs, mouvements cabalistiques, loobystes, et autres structures au fonctionnement et au pouvoir alambiqué ?

            Citoyens du monde, la Révolution Française à commencé en 1789, mais aujourd’hui le 22 Octobre 2009 elle n’est vraisemblablement pas encore terminée ! 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès