Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > 410 euros mensuels pour vivre c’est encore trop pour YVES (...)

410 euros mensuels pour vivre c’est encore trop pour YVES FROMION

COMMENT LA DROITE NOUS A FOUTU DANS LA MERDE !

Depuis 2002, la politique de la droite a été inspirée par une vision idéologique de la pauvreté, selon laquelle le fait de sortir du chômage ne serait qu’une question de volonté. La fainéantise n’explique cependant pas que le nombre de chômeurs ait augmenté d’un million depuis 2008. 

S’il existe des chômeurs de mauvaise volonté, cet obstacle au retour à l’emploi arrive cependant loin derrière l’absence de qualification (60 % des bénéficiaires de minima sociaux n’ont pas le niveau du CAP), le manque de solution de garde d’enfant pour les parents isolés ou encore l’absence de moyen de transport. Par idéologie, la droite s’est donc laissée obnubiler par un problème secondaire.

La principale réforme du gouvernement, la création du Revenu de Solidarité Active (RSA), était de faire en sorte que le retour au travail soit toujours financièrement plus intéressant que l’inactivité. Un objectif légitime mais basé sur l’idée que la seule incitation financière allait permettre aux personnes sans travail d’en retrouver un. En outre, la généralisation du RSA a été décidée après un simulacre d’expérimentation. Une véritable expérimentation aurait pourtant permis d’observer que le dispositif était trop complexe pour être attractif pour les personnes concernées. A peine 400.000 personnes touchent aujourd’hui le “RSA activité”, loin des 2 millions de personnes attendues.

L’idée de contraindre les bénéficiaires de minima sociaux à travailler, comme si l’inactivité résultait d’un choix, a été aussi avancée par le gouvernement de manière récurrente.

Les trois leviers essentiels de la lutte contre la pauvreté ont été délaissés. Le gouvernement n’a tout d’abord pas conduit de politique pour lutter contre l’emballement des prix du logement, principal facteur d’appauvrissement des Français. Les prix à l’achat ont plus que doublé depuis 2000 et les loyers des ménages modestes ont augmenté de 50 %. Cette évolution alimente le déclassement des classes moyennes, évincées des centres-villes, ainsi que l’exclusion des ménages les plus en difficulté (+40 % d’expulsions locatives depuis 2002).

Le gouvernement a alimenté la construction de logements chers par des dispositifs d’aide à l’investissement locatif sans contrepartie sociale (Robien puis Scellier) et par des mesures d’aide à l’accession à la propriété sans condition de ressources (crédit d’impôt sur les intérêts d’emprunt voulu par Sarkozy en 2007, remplacé par le “prêt à taux zéro +” depuis 2011). Revendiquée par le gouvernement, l’augmentation du nombre de logements sociaux est en trompe-l’œil : il s’agit surtout de logements faiblement inférieurs aux loyers du marché, tandis que le nombre de logements réellement accessibles aux personnes en difficulté demeure très faible.

La loi sur le “droit au logement opposable” (DALO), dernière réforme importante décidée par Jacques Chirac, a montré son inefficacité en l’absence de politique volontariste de construction de logements abordables. L’Etat ne peut garantir des logements aux plus défavorisés s’il n’y a pas assez de logements construits.

Le gouvernement a aggravé la situation en ce qui concerne les sorties du système scolaire sans diplôme. Dans le marché du travail actuel, cette dernière équivaut à une condamnation au chômage tout au long de la vie : le taux de chômage des personnes sans diplôme atteint 40 %.

Le nombre de jeunes sortant sans diplôme du système scolaire reste à un niveau très élevé de 130.000 par an, soit presque un cinquième de la classe d’âge. Mais depuis 2007, les réductions d’effectifs dans l’éducation, l’assouplissement de la carte scolaire qui a accentué la ghettoïsation, et la suppression de la formation pratique des enseignants ont considérablement affaibli le système scolaire.

En outre, alors que toutes les études s’accordent à reconnaître l’importance d’une prise en charge précoce de la petite enfance pour lutter contre les inégalités à la racine, la scolarisation en maternelle à l’âge de 2 ans a connu un recul sans précédent, en passant de 35 % d’une classe d’âge à 15 % depuis dix ans.

Le gouvernement a enfin laissé s’appauvrir les politiques d’insertion destinées aux plus défavorisés. Un accompagnement renforcé des personnes en difficulté permettait d’améliorer de manière significative le retour à l’emploi. Nicolas Sarkozy a au contraire pris des décisions qui ont dégradé l’efficacité de l’appareil d’insertion des personnes en difficulté.

Les départements, auxquels le RMI a été décentralisé en 2003, font face aujourd’hui à un écart annuel de 1,7 milliard d’euros entre la dépense qu’ils doivent supporter au titre du RSA et les ressources apportées par l’Etat pour compenser la décentralisation. Leur budget étant très contraint, ils ne peuvent le boucler qu’avec une diminution de leurs dépenses en faveur de l’insertion des bénéficiaires.

La loi créant le RSA a en outre voulu faire de Pôle emploi le principal acteur de l’insertion des bénéficiaires de minima sociaux. Mais elle ne lui a pas donné les moyens nécessaires alors que les conditions de la fusion entre ANPE et ASSEDIC ont désorganisé la nouvelle entité.

Le budget annuel des politiques de l’emploi a enfin baissé de 6,5 milliards d’euros entre 2002 et 2011. Cette baisse s’est faite principalement au détriment des dispositifs destinés aux personnes en difficulté, tels que les contrats aidés.

(inspiré d'un article récent du Nouvel Obs...)

img008-copie-1.jpg

QUELQUES CHIFFRES :

- RSA pour un célibataire sans revenu, sans enfant après déduction de l’aide au logement : 410 euros (brut 466, 99 euros, APL : 56,99 euros)

- RSA pour une femme enceinte sans revenu après déduction de l’aide au logement : 544 euros

- RSA pour un célibataire sans enfant ayant un travail à mi temps (salaire 590 euros) : 185,80 euros

- RSA pour un célibataire et 1 enfant recevant le SMIC (1096,94 euros) : 181,58 euros

- RSA pour une femme salarié avec 4 enfants scolarisés (salaire : 1355 euros) recevant l’APL et les allocations familiales : 172 euros…

Le seuil de pauvreté 2012 correspond à 650 euros (50 % du niveau de vie médian)

(Chiffres Eurostat 2012)

 

 pauvrete-1232917101.jpg

 

PETIT COMPLEMENT POUR REFLECHIR LOIN DES DOGMES…

 

Galbraith recommandait quelques méthodes « pour garder bonne conscience ». L’une d’entre elles consiste à considérer que le traitement de la pauvreté dépend de l’Etat.

Or l’Etat est par nature incompétent et inefficace. « Puisqu’il est à la fois incompétent et inefficace, on ne saurait lui demander de se porter au secours des pauvres : il ne ferait que mettre davantage de pagaille et aggraverait encore leur sort. » Une autre méthode consiste à « affirmer que les aides publiques ont un effet négatif sur l’incitation à travailler. Elles opèrent un transfert de revenus des actifs vers les oisifs et autres bons à rien et, de ce fait, découragent les efforts de ces actifs et encouragent le désoeuvrement des paresseux. » Au paragraphe « Les délices de l’oisiveté » de sa contribution, Laurent Cordonnier inverse la proposition dite de « la trappe à chômage » (ou le fait qu’un niveau trop élevé des allocations incite à ne pas reprendre un travail) : « Tout le problème est que cet appel au bon sens est asymétrique. La véritable curiosité consisterait en effet à se demander comment il se fait qu’en France, par exemple, 25% des salariés (insistons : un quart de la population salariée !) aient « fait le choix » de travailler pour un revenu mensuel moyen inférieur à 1,14 fois le SMIC… alors qu’ils n’auraient pratiquement rien à perdre à se mettre en roue libre pour toucher le jackpot de l’assistance ? » Sans doute, l’argument est un peu court puisqu’il ne prend en compte ni la toute relativité, financière et temporelle, du « jackpot », ni surtout les dimensions autres que simplement économique du rapport au travail, c’est-à-dire « sociale » – le travail comme moyen d’appartenance et de reconnaissance – et « symbolique » – le travail comme moyen de s’accomplir personnellement -.

Toutefois, si un niveau considéré comme trop élevé des allocations est un facteur de désincitation pour certains, l’inverse est probablement vrai et un niveau de salaire considéré comme trop bas devrait en toute logique inciter à l’inactivité et, dans ce cas, les effets s’annuleraient peu ou prou. Par ailleurs, face à l’accusation récurrente d’assistanat, comme le souligne Najat Vallaud Belkacem dans une tribune du Monde daté du 28 octobre, d’une part, « Contrairement à une légende entretenue par la droite, les minima sociaux en France ne sont pas généreux » car ils atteignent 60% du salaire médian en Europe et jusqu’à 75% dans les pays les plus solidaires comme l’Allemagne, d’autre part et alors qu’on annonce une hausse de la TVA – impôt indirect qui touche davantage les pauvres en proportion – « les vrais assistés sont en réalité les plus riches, bénéficiaires ces dernières années de plus de 20 milliards d’euros de cadeaux fiscaux pendant qu’on démantelait l’école publique, les hôpitaux ou les retraites. »

 

 art-ignorer-pauvres.jpg


Moyenne des avis sur cet article :  4.38/5   (52 votes)




Réagissez à l'article

41 réactions à cet article    


  • chantecler chantecler 26 janvier 2012 16:51

    Le chômage c’est essentiellement la désindustrialisation .
    Ce midi sur Fr 2 ode pour les auto entrepreneurs .
    C’est certain qu’ avec ça le chômage va drôlement régresser ....
    Toilettages canins, fleuristes ,couture , travail à domicile , etc .....
    Des millions d’emplois !
    Surtout que les locaux commerciaux sont donnés .


    • foufouille foufouille 26 janvier 2012 16:53

      surtout que tous les gens ont les moyens de payer des services


    • foufouille foufouille 26 janvier 2012 16:52

      -  RSA pour un célibataire sans revenu, sans enfant après déduction de l’aide au logement : 410 euros (brut 466, 99 euros, APL : 56,99 euros)

      erreur habituelle
      le RSA a 466 est pour les sdf

      La CAF prend ensuite en compte un forfait Logement si le bénéficiaire perçoit une aide au logement ou s’il ne supporte pas de charges de logement (hébergement gratuit, propriétaire-occupant, etc.).

      l’APL est de env 160 a 250€


      • Aldous Aldous 26 janvier 2012 17:30

        La logique comptable mène inéluctablement à la dépopulation.



        • lemouton lemouton 29 janvier 2012 13:23

          La logique comptable mène inéluctablement à la dépopulation. —> euh..
          vous voulez dire à une bonne saignée grâce à une bonne guerre ? ? smiley

          parce que je l’avoue je n’ai rien compris à votre phrase... smiley


        • BURIDAN BURIDAN 26 janvier 2012 18:48

           

          Montant RSA socle 2012


          Foyer

          Nombre d’enfant de moins de 25ans
          (ou personnes à charges)

           

          Pas d’enfant

          1 Enfant

          2 Enfants

          3 Enfants

          Enfant ou personne à charge supplémentaire

           

          Seul
          Sans aide au logement

          475 €

          712 €

          855 €

          1045 €

          190 €

           

          Seul
          Avec Aide au logement

          418 €

          598 €

          714 €

          906 €

           

          Couple
          Sans aide au logement

          712 €

          855 €

          997 €

          1187 €

           

          Couple
          Avec aide au logement

          598 €

          716 €

          858 €

          1049 €

           

          Le montant du revenu de solidarité active varie en fonction du nombre de personnes à charge ainsi qu’en fonction de l’âge des enfants.


          • foufouille foufouille 26 janvier 2012 21:06

            le maxi est pour le sdf
            un logement gratuit n’apporte aucune aide au logement


          • Mr.K (generation-volée) Mr.K (generation-volée) 27 janvier 2012 11:23

            la différence entre le lecteur qui devrait continué a lire « les vrais journaliste » (hahahaha) et le lecteur liberé :

            GOOGLE

            héhé


          • Dzan 27 janvier 2012 09:30

            Oui qui c’est encore cet en***foiré ?
            Qu’il fasse l’expérience de vivre avec ce montant, et pendant 1 an, après il en reparlera.


            • DSKprésident 27 janvier 2012 09:39

              Cette immense paupérisation et déchéance de la France, est imputable aux politiques de droite et de gauche depuis 40 ans, puisqu’ils ont fait exactement les mêmes politiques :

              - Suppression de la Banque de France et privatisation du privilège de création monétaire (loi de 73) : cout actuel : 50 milliards par an
              - Union Européenne : cout actuel : 62 milliards par an
              - ULTRA-LIBERALISME : ouverture totale des frontières, donc mise en concurrence déloyale (avec des pays à très bas coûts de main d’oeuvre)
              - IMMIGRATION : pour faire plaisir au MEDEF et faire pression à la baisse sur les salaires des travailleurs français
              - VENTE des entreprises Nationales A LA FINANCE MONDIALISEE (DSK et Jospin sont ceux qui ont vendus le plus de grandes entreprises françaises comme France Telecom, etc...)
              - DELOCALISATIONS du aux coûts de production trop élevés et du manque de protection...
              -...

              C’est le résultat du Système RPR + PS + UMP.

              L’alternance gauche / droite ne changerait rien : Sarko, Hollande et Mélenchon ont les mêmes patrons : l’oligarchie financière internationale qui met en coupe réglée tous les pays de l’occident :
              - USA ruinés
              - Grèce mise à sac
              - Portugal, Espagne, Irlande coulée
              - France dégradée et ruinée avec une dette irremboursable...
              - Angleterre dont la dette dépasse 1000 milliards
              - l’UE qui va exploser cette année

              2 solutions pour sortir de la dictature des marchés financiers de l’UE et de l’OTANazi :
              - un bras d’honneur aux banquiers et à l’oligarchie WASP et sioniste
              - la 3eme guerre mondiale que les néo-facistes nous préparent au moyen-orient.


              • Yohan Yohan 27 janvier 2012 10:37

                > « Vous ne pouvez pas apporter la prospérité au pauvre en la retirant au riche. »
                > « Tout ce qu’un individu reçoit sans rien faire pour l’obtenir, un autre individu a dû travailler, pour le produire sans en tirer profit ».
                > « Tout Pouvoir ne peut distribuer aux uns que ce qu’il a préalablement confisqué à d’autres ».
                > « Quand la moitié d’un peuple croit qu’il ne sert à rien de faire des efforts car l’autre moitié les fera pour elle, et quand cette dernière moitié se dit qu’il ne sert à rien d’en faire car ils bénéficieront à d’autres, cela mes amis, s’appelle le déclin et la fin d’une nation. On n’accroît pas les biens en les divisant. »

                > Dr. Adrian Rogers, 1931


                • Mr.K (generation-volée) Mr.K (generation-volée) 27 janvier 2012 11:35

                  Vous parlez du RSA ou de la finance ?

                  « Vous ne pouvez pas apporter la prospérité au pauvre en la retirant au riche. » Sans fondement

                  > "Tout ce qu’un individu reçoit sans rien faire pour l’obtenir, un autre individu a dû travailler, pour le produire sans en tirer profit« . Les financiers

                  > »Tout Pouvoir ne peut distribuer aux uns que ce qu’il a préalablement confisqué à d’autres".Les politique ont confisqué la richesse mondiale pour la redistribuer aux financiers

                  > "Quand la moitié d’un peuple croit qu’il ne sert à rien de faire des efforts car l’autre moitié les fera pour elle, et quand cette dernière moitié se dit qu’il ne sert à rien d’en faire car ils bénéficieront à d’autres, cela mes amis, s’appelle le déclin et la fin d’une nation. On n’accroît pas les biens en les divisant." On n’accroit pas les bien en les divisant,mais une nation saine n’a pas pour but d’accroitre les biens mais le bonheur de sa population.
                  Putain de baptiste à la mentalité d’esclave.

                  Les gens à qui on devrait confisquer des richesses pour les rediriger vers ceux qui ont souffert de l’enrichissement de ces premiers n’ont jamais produit quoique ce soit.

                  Et en passant nous avons là la mentalité profonde du Front national,ne l’oublions pas.


                • Mr.K (generation-volée) Mr.K (generation-volée) 27 janvier 2012 11:42

                  « L’argent est basé sur la capacité de produire de la population. Cette capacité de produire appartient à la population. Il y a bien le crédit personnel d’un ouvrier, le crédit personnel d’un autre, mais s’ils travaillaient isolément, sans rapport les uns avec les autres, chacun essayant de faire tout pour lui-même, il y aurait beaucoup moins de production. Ce beaucoup plus de production c’est cela qui est le crédit de la société, c’est le crédit social."

                  Louis Even

                  http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/l-argent-dette-conference-de-louis-108803

                  le crédit social n’appartient à personne,il est à tous et si certains parmi nous sont dans le besoin la seule voie éthique est bien de les aider dans ce moment.Et si il y en a pour se contenter de ces demi revenu pour vivre,tant mieux,ça économisera de la ressources.


                • willsdorff 27 janvier 2012 13:26

                  c’est tout à fait exact.


                • MONTERO22 27 janvier 2012 10:42

                  Vous devriez lire l’interview de François de Closets du 06/09/2011 ou il est clairement expliqué que la gauche et la droite sont bien responsable de la faillite actuelle. C’est trop facile d’être toujours amnésique sur la responsabilité de la gauche quand elle gouverne ???




                  • Claude Hubert rony 27 janvier 2012 11:34

                    François de Closets une référence ? C’est un homme du système, comment lui prêter foi ? !...


                  • MONTERO22 27 janvier 2012 14:47

                    Parce que vous prêtez foie encore à la gauche ??? Quelle naïveté !!! Après tant d’année qu’elle ment aux gens qu’elle dit défendre !!! BRAVO !!!


                  • FYI FYI 27 janvier 2012 11:13

                    N’oubliez pas en outre de préciser que l’obtention du RSA c’est beaucoup plus durci que le RMI.
                    Il suffit que vous ayez de l’épargne, et vous ne pouvez en bénéficier.
                    La chasse au « fraudeur » est devenu une chasse au sorcière, bref c’est un flop complet.


                    • PtitLudo PtitLudo 27 janvier 2012 11:23

                      Aucun politique, de quelque bord que ce soit, ne fait le constat qu’il n’y a plus de travail pour tout le monde, que le plein emploi est une utopie aujourd’hui. Et partant de là de proposer des solutions concrêtes pour répondre à ce profond changement de société.

                      Ils avancent tous avec des oeillères, certains avancent des mesurettes à la marge, qui ne seront que des effets d’aubaine pour les entreprises, la balance des emplois restant elle, au même niveau. Un jour c’est les vieux, un jour c’est les jeunes, un jour c’est les handicapés, etc ... Mais au final pas plus de monde au travail.

                      Ce n’est pas comme si c’était nouveau en plus, le constat était déjà fait il y a 15 ans de celà (lire l’horreur économique de V. Forrester).

                      Pourtant tous ces politiciens sont des gens intelligents, ils ont très certainement fait le même constat, alors pourquoi réagissent-ils ainsi ??? A la limite, ils ont pu penser que les emplois de service allaient compenser les emplois industriels.

                      On voit aujourd’hui que ça ne marche pas. S’il n’y a plus d’industrie, il n’y a plus de clientèle pour les emplois de service, ou alors si, mais à bas coût, ce qui entraîne encore plus de chômage au final.


                      • OUI..............IL FAUT LE VIRER....................................

                        LES SARKOZY SONT UNE FAMILLE DE RACAILLES...PAS DE NAGY........


                      • Yohan Yohan 27 janvier 2012 15:39

                        Le risque, c’est de se contenter d’avoir viré Sarko pour poursuivre la même politique qui nous a mené dans le mur, uniquement pour des artifices, qui ne seront qu’un pâle lot de consolation


                      • kitamissa kitamissa 27 janvier 2012 11:41

                        Ce qui me fait marrer ( enfin tristement) c’est que l’on fout facilement tous les malheurs actuels sur le dos de la Droite .....


                        en réalité tout a commencé dès le 1er choc pétrolier en 1974 , à l’époque , les comptes étaient équilibrés, puis ce choc pétrolier a produit l’effet d’une bombe au point qu’en 1981 on comptait déjà 1 million de chômeurs ....

                        Mittérand à l’époque avait annoncé qu’il en faisait son affaire et que rapidement ce million de chômeurs retrouverait du travail .....

                        à la fin de son second mandat, il y avait 3 millions de chômeurs !!!!!

                        déjà en 1981, lors du premier gouvernement Socialo Communiste, on a commencé a dilapider l’argent public en faisant des cadeaux à tout le monde, tout était gratuit ! on a même ruiné la Sécurité Sociale en offrant à chaque Français un Check UP gratuit ce qui impliquait quelques jours d’hospitalisation ! 

                        alors bien entendu, la Gauche traditionnellement ennemie de l’économie de marché a négligé les recettes , ne tablant que sur la fonction publique pour faire tourner le pays ...

                        les gens fortunés qui avaient senti le bordel arriver ont vite fait de se tailler à l’étranger, au point que nombre d’entreprises privées ont vite mis la clé sous la porte, et les investisseurs potentiels se sont vite désistés, au point qu’il était interdit de posséder plus de 2000 Francs pour passer la frontière, pour les hommes d’affaire qui travaillaient avec l’étranger !

                        pour financer toutes ces largesses d’un côté et ses pertes de pognon de l’autre, l’Arabie Saoudite a même avancé 180 milliards de Francs au gouvernement Mitterand , on n’a jamais su ce qu’est devenu ce pognon, puis il a fallu ensuite emprunter pour payer le train de vie princier de l’Elysée et de la Cour du Monarque , payer les fonctionnaires, payer les Zakis sociaux et les différents cadeaux aux spectacles et artistes subventionnés ....

                        vous savez, ces spectacles ou personne ne va, sauf une poignée de pseudo intellos bien payés à ne rien foutre !

                        on a même eu droit à un Ministère du Temps Libre ! avec locaux, R25 Baccara de fonction pour Madame le Ministre sans compter les locaux et le personnel !

                        et puis les chômeurs dans tout ça ? 

                        le gros Quinquin Pierre Mauroy disait qu’il ne fallait pas mélanger le chômage structurel, et le chômage conjoncturel !!!!

                        ça rassurait le pauvre mec qui avait perdu son boulot et qui n’avait qu’un plat de lentilles à bouffer pour toute la famille !

                        mais la Gauche protégeait les pauvres et les damnés de la terre ! 

                        tandis que le Miteux et sa bande de toutous et de tarlouzes allaient faire un tour à la Roche de Solutré et ensuite se taper la coche au resto 3 étoiles aux frais de la princesse avec ses bouffons , ou de temps en temps faire une partie de campagne au Château de Rambouillet !

                        ah, même de Gauche, péter dans des draps de soie, et tringler ou se faire sodomiser dans un lit à Baldaquin dans une chambre ou a roupillé Marie Antoinette ou Madame de Maintenon, ça vous a une autre gueule que crever la dalle dans un deux pièces de 50 m2 à La Courneuve !

                        bon après bien entendu il a fallu revenir à l’économie de marché, les gouvernements se sont succédés ainsi que la cohabitation....

                        on a eu à part quelques« suicides » de deux ou trois balles dans la tête, des Premiers Sinistres plus ou moins capables ...

                        Jospin lui a contribué à la casse en mettant à la ruine plein d’entreprises qui marchaient pas mal, en délocalisant a tour de bras, et en ouvrant à la concurrence les entreprises nationalisées !

                        pendant ce temps, pour continuer à vivre de façon princière, on continuait d’emprunter , les taux d’intérêts augmentaient si bien que les maigres rentrées fiscales ne suffisaient même plus à payer les intérêts ...

                        ça peut durer encore longtemps comme ça ...la venue de l’Euro nous a tous mis dans la merde, la France avec ses 35 heures et le prix de revient trop élevé de son travail a encore vue des entreprises foutre le camp ailleurs , regarder aujourd’hui ça continue ...40000 chômeurs de plus ! qu’il va falloir payer avec l’emprunt qui a atteint une somme astronomique depuis 1981 ! même avant ! 1974 ! 

                        alors la situation actuelle on la connait, plus de boulot, et de maigres aides pour les gens dans la merde, mais avant de tout foutre sur le dos de la droite , il faudrait remonter je le répète 40 ans plus tôt !

                        je ne cherche surtout pas à faire de cynisme, je connais des gens qui sont dans la merde ! mais en France , on a encore cette chance de pouvoir bénéficier d’aides diverses,allez donc un peu voir dans d’autres pays Européens ! 

                        si vous n’avez plus de revenus, c’est roupiller sous les ponts et faire la manche !

                        • posteurfou posteurfou 27 janvier 2012 13:02

                          Bonjour ! je pense que l’on doit arreter de dire que ailleurs c’est pire , quelque part les gens s’en foutent ,

                          pensons à nos enfants et a leur avenir et à rien d’autre ,ne surtout pas se laisser endoctriner par des gens qui nous parlent de tel ou tel pays ou la vie est plus dure etc ...je m’en fou je pense à mon pays c tout ,

                          je vous parait peut etre égoiste ? bin oui j’avoue ne penses qu’à ceux que j’aime ..

                          Crdt ...


                        • AVEC MELENCHON...MONTEBOURG...HOLANDE...SEGO..JOLY..........BOUTONS LES GROS FINANCIERS ET BANKSTERS HORS DE FRANCE..........

                          IL FAUT VIRER SARKOZYY..CETTE FAMILLE DE RACAILLES.....ET NON DE NAGY


                        • Hans Gruber 29 mars 2012 10:58

                          Certains passages de votre post m’ont bien fait marrer.
                          Même si en réalité c’est plutot triste.


                        • kitamissa kitamissa 27 janvier 2012 12:09

                          @ Nicole ...


                          je n’ai certainement pas envie de me re- farcir cinq années de Sarkozisme , ça c’est clair ...

                          mais au risque de vous décevoir, Mélenchon ne fait pas partie de mon univers !

                          j’ai opté pour un autre choix .

                          bien à vous .

                          • gogoRat gogoRat 27 janvier 2012 12:45

                             le problème du RSA mérite effectivement cette tentative de sensibilisation, mais il mérite aussi une remise en question beaucoup plus large !

                            Qui souhaite vraiment « REFLECHIR LOIN DES DOGMES » ... aura peut-être le temps de considérer les remarques suivantes.

                            (Je commencerai par commenter cet article, puis avancerai quelques suggestions)

                            L’idée directrice étant que en politique, et a fortiori au Pouvoir, le mandat essentiel à respecter est d’abord de rendre crédible une justice garante de cohésion sociale : il faudrait pour cela assurer dans les faits cette justice ! ...

                            Remarque 1 : qualification / (formation)

                            ’BURIDAN’ insiste sur une question de qualifications

                            « ... l’absence de qualification (60 % des bénéficiaires de minima sociaux n’ont pas le niveau du CAP) »
                            « ... le taux de chômage des personnes sans diplôme atteint 40 %. »

                            ... tout en évitant cependant soigneusement (ou prudemment ?) de parler de formation ...  :

                            ".. les sorties du système scolaire sans diplôme. Dans le marché du travail actuel, cette dernière équivaut à une condamnation au chômage tout au long de la vie ..."
                            * premier point :
                             est-il juste, dans une démocratie prônant « Egalité et Fraternité », de conditionner les efforts de « Solidarité » (dite Active - RSA), à la hauteur de qualifications ou diplômes décernés soit par une « élite » officielle (système scolaire), soit par une « élite » officieuse ( qualifications professionnelles décernées par l’Industrie privée ) ?

                            * second point :
                             en mettant ainsi l’accent sur un défaut de qualification, ne risque-t-on pas d’occulter, tout en l’aggravant, une injustice plus fondamentale ?
                             En effet, s’il est déplorable que "60 % des bénéficiaires de minima sociaux n’ont pas le niveau du CAP" ... n’est-il pas encore plus déplorable que les 40%, (qui ont au moins le niveau du CAP !) , en soient réduits aux minima sociaux ?
                             Si « le taux de chômage des personnes sans diplôme atteint 40 % », il faut croire alors que 60% des personnes sans diplôme arrivent à trouver un salaire. Ce qui pourrait laisser entendre que tous ces diplômés « bénéficiaires de minima sociaux » (ayant au moins le CAP) ne seraient pas très excusables ? ...
                             Ce genre d’argumentation occulte la question fondamentale d’essayer de savoir dans quelle mesure les détenteurs de qualifications ou diplômés sans travail sont ou pas responsables de leur situation : on peut y voir un a priori qui ne fait que renforcer une fort déplorable culpabilisation non justifiée des « bénéficaires » qualifiés, diplômés, voire même expérimentés ...
                             
                            * troisième point :
                             ne parler que d’un problème de qualification sans envisager l’état de l’offre et de la demande en matière d’emplois peut laisser soupçonner une double confusion :

                            - concernant, d’une part, l’état réel des compétences ou potentiels et l’instrumentalisation de leur reconnaissance officielle,

                            - et, d’autre part, dans l’analyse des causes du non emploi !
                             D’une part, on pourrait certainement augmenter très facilement le taux de diplômés : en dévaluant les diplômes ! ...
                             D’autre part, s’il est vrai qu’un chômage structurel est à l’oeuvre dans notre pays : en quoi l’idéal même d’une formation, voire d’une compétence parfaite, obtenue de façon idyllique par tout le monde, ... changerait quoi que ce soit au pourcentage de laissés pour compte  ?
                             Ne pas évoquer ce problème risque de n’être qu’une acceptation, en creux, d’un système de concurrence (plus ou moins juste ou plus ou moins faussé) justifiant la mise à l’écart d’une partie non négligeable de la population !

                            * quatrième point :
                            au-delà des problèmes de justice, est-il pertinent de laisser déconsidérer (ou « déclasser ») les laissés pour compte qui pourraient avoir été écartés de façon injuste ? 
                             Ne s’intéresser qu’au manque de « qualification » d’un pourcentage de ceux qui ne sont pas embauchés ne ferait que renforcer la dérive d’employeurs qui plutôt que de corriger les « bogues » écarteraient les compétents qui osent remettre en cause ce qui doit l’être 
                            ( Cette cause possible de la Crise économique que nous subissons aujourd’hui n’a jusqu’ici été envisagée par aucun de nos analystes méritants, de quelque bord politique qu’ils soient ...)
                            ...

                            Remarque 2 : ’accompagnement’
                            l’auteur de cet article dit :
                            « . Un accompagnement renforcé des personnes en difficulté permettait d’améliorer de manière significative le retour à l’emploi. »

                            * Cette assertion n’est ici pas argumentée ni documentée ...
                            Elle me semble sujette à caution  ! ...
                             Et puis que signifie ici "accompagnement ? A-t-on cherché à mesurer le pourcentage de ceux qui demandent à être « accompagnés » ?
                            Qui détermine (et comment ? selons quels critères précis ?) le besoin réel « d’accompagnement » de certains de ses concitoyens ? ...


                            Remarque 3 : pôle emploi / contrats aidés

                            Nous lisons :
                            " ...la loi créant le RSA a en outre voulu faire de Pôle emploi le principal acteur de l’insertion des bénéficiaires de minima sociaux. Mais elle ne lui a pas donné les moyens nécessaires alors que les conditions de la fusion entre ANPE et ASSEDIC ont désorganisé la nouvelle entité."

                            ...

                            « dispositifs destinés aux personnes en difficulté, tels que les contrats aidés. »

                            * a-t-on fait une enquête (neutre et indépendante) auprès des personnes « aidées » pour savoir, après quelques années de recul, quel bilan elles établissent des « aides » que sont censés leur avoir apporté l’ANPE" ou les contrats aidés ? Et QUI aidents d’abord, concrètement, ces "contrats aidés ? ...

                            Suggestions :
                             il faut décidément réfléchir plus sérieusement à revenu minimum assuré pour chaque citoyen : que l’on appelle cela « Revenu Universel », "crédit d’impôt" ... ou autre. Mais il serait dommage de se tromper de combat en se dispersant dans des querelles de chapelles ....


                            • Voxien2011 27 janvier 2012 14:16

                              @gogoRat

                              Analyse parfaite et conclusion pertinente ;)


                            • Loatse Loatse 27 janvier 2012 13:28

                              Lu plus haut, le rsa est supporté par les classes moyennes (en gros)...

                              Je voudrais lancer une petite piqure de rappel là... lorsque les dites classes moyennes achètent un portable à 800 euros, elles devraient savoir que le coût des pièces du dit portable est de 150 dollars.... pour la main d’oeuvre chinoise je fais grâce du coût... celui ci est désiroire...

                              Tout ceci est valable pour tous les articles (vêtements, chaussures, electroménager, voitures etc...) en provenance de l’étranger...

                              Pour avoir plus de biens, ceci implique que quelque part sur cette planète, un quidam soit payé une misère pour vous le fabriquer...

                              Alors le financement du rsa, ce n’est que le retour de bâton du consumérisme à tout va...

                              En grèce aujourd’hui, 2000 entreprises délocalisent en Bulgarie....
                              Nokia (allemagne) délocalise lui, en Roumanie..
                              Lejaby (France) lui, en Tunisie...

                              Mais à qui vont vendre leur produits ces entreprises lorsqu’il y aura tellement de chômeurs en france que le coût de ce chomage répercuté sur les travailleurs restants réduira sa capacité à consommer ???

                              C’est le serpent qui se mord la queue... il nous faut revenir au protectionnisme à tout prix sauf à laisser crever une partie de la population de plus en plus nombreuse privée de leur outil de travail ou baisser les salaires pour être au niveau de cette fichue compétitivité...

                              Quand les publicistes mettent dans la tête des mômes qu’ils ne sont « rien » s’il n’ont pas la dernière paire de baskets nike qui vaut la peau des fesses (alors qu’elle est fabriquée en chine) , c’est ni plus ni moins un lavage de cerveau..

                              Quand à ceux tout en haut de l’échelle qui engrangent des milliards sur ce business ainsi que la spéculation, ce n’est en rien étonnant qu’en plus on leur fasse des cadeaux fiscaux.. c’est tout le système qui est pourri...

                              Faute de remettre tout ceci à plat : notre mode de consommation, la réindustrialisation, la préférence française et un système fiscal plus juste, on va droit dans le mur...

                              Mais tout est lié... nous sommes en partie responsable de ce qui arrive, nous y avons participé même si c’est dur à entendre, ce n’est que la réalité...





                              • Jean-paul 27 janvier 2012 13:52

                                Loatse
                                Vous oubliez qu’internet est avant tout commercial .
                                Ex : Ebay hong Kong


                                • Loatse Loatse 27 janvier 2012 14:21

                                  Jean Paul,

                                  ce n’est pas le commerce qui est mauvais, c’est l’usage qui en est fait...

                                  On parle de mondialisation, on lance l’europe, on oublie une chose : la disparité des salaires et taxes entre état,... d’ou la tentation pour les entreprises de délocaliser pour accroitre leurs bénéfices, et pour le consommateur de préférer l’achat de produits fabriqués à l’étranger ce qui se révèle finalement plus couteux, car, in fine, celui ci entraine la fermetures de sites, d’entreprises françaises et inévitablement la répercution du coût de la différence sur les retenues salariales pour ceux qui en patissent ici...

                                  Un pays comme le nôtre qui devient (comme dit plus haut par un internautes) un pays de prestataires de service pourra t’il continuer à verser les retraites qui permettent d’employer dans le secteur troisième age ? pourra t’il continuer à verser des allocations chomage/rsa qui permettent aux discounts alimentaires de fonctionner ?

                                  c’est en quelque sorte l’effet domino avec à la base des gouvernement qui pratiquent depuis des lustres (quelque soit le parti au pouvoir) une politique économique/marchande à court terme...



                                  • Jean-paul 27 janvier 2012 14:22

                                    Les publicistes savent que les enfants sont rois .


                                    • Jean-paul 27 janvier 2012 14:26

                                      Loatse
                                      Quels sont les pays ou le RSA existe ?
                                      D’accord avec vous les discount alimentaires se frottent les mains .
                                      Vous oubliez nos exportations


                                      • colza 27 janvier 2012 14:47

                                        JL Mélenchon, citant Victor Hugo : « le symbole du peuple, c’est le pavé. On lui marche sur la tête jusqu’au jour où on le prend dans la gueule ».

                                        Bon, j’interprète librement .... On peut aussi intervertir « tête » et « gueule », ça marche pareil smiley

                                        • Nums Nums 27 janvier 2012 16:09

                                          Juste une petite digression par rapport à l’article mais en rapport avec le RSA.


                                          Ca s’adresse en particulier à ceux qui tapent sur les salauds de bénéficiaires du RSA :

                                          Vous vous trompez de cibles ! Les véritables bénéficiaires du RSA sont les commerçants, les prestataires de services, les propriétaires de logements locatifs. Les petits comme les GEANTS.

                                          Le RSA n’est ni plus ni moins qu’une subvention à destination de ces acteurs économiques. Pourquoi ?

                                          Parce qu’avec des ressources aussi faibles, il est évident que les bénéficiaires du RSA dépensent l’intégralité de celui-ci pour pouvoir simplement (sur)vivre.

                                          Quant à savoir si le RSA est financé par les emprunts de l’état, la réponse est probablement oui. Les riches, toujours plus nombreux, ne contribuent pas assez, c’est indéniable. S’ils contribuaient plus, la dette serait moins importante. MIEUX, si Giscard et Pompidou n’avaient pas privatisé la monnaie en 73, la dette serait aujourd’hui quasi inexistante.

                                          • Nums Nums 27 janvier 2012 16:13

                                            addendum :


                                            Parce qu’avec des ressources aussi faibles, il est évident que les bénéficiaires du RSA dépensent l’intégralité de celui-ci pour pouvoir simplement (sur)vivre. Le RSA est donc intégralement reversé dans la machine économique. Quelqu’un qui touche le RSA peut-il se permettre d’épargner ? Bien sûr que non.

                                          • Pelletier Jean Pelletier Jean 27 janvier 2012 16:22

                                            le problème, ce n’est pas de « virer Sarko », c’est de contribuer à la mise en place d’une politique qui corrigera toutes les déviances initiès par la gouvernance de l’UMP.
                                            L’article fait un bilan serein et sérieux des dégats occasionnés par cette politique.
                                            Faisons crédits à François Hollande pour mettre un peu plus de justice et d’égalités dans les mesures difficiles qui devront probablement être prises.
                                            http://www.over-blog.com/profil/blogueur-984719.html


                                            • Christoff_M Christoff_M 28 janvier 2012 00:55

                                              Et pour le finot Copeau comme on le surnomme dans le 77...

                                              A moins de 5000euros on n’est qu’un con ou un minable ( ça rappelle la montre de marque bien voyante pour parvenu vulgaire, qui permet d’oublier un moment sa vulgarité, son inculture et sa bêtise étalée)...

                                              Décidément ce gouvernement et sa bandes d’ahuris suivistes incultes et parvenus sentent de plus en plus le mauvais gout et le rance, le mépris des parvenus qui oublient qu’eux n’ont jamais eu à chercher vraiment une place ou à se battre pour manger et payer ses factures !!

                                              Au mauvais gout et à la suffisance, ils ajoutent le mépris et les paroles déplacées pour les gens anonymes, en bas de l’échelle ( dont la majorité préfèrerait travailler et vivre décemment...)...

                                              Il est vraiment grand temps de faire le ménage de ces gens vulgaires malpolis et pédants, des caricatures de parvenus, malvenus et pas discrets dans la France de 2012, essayant de paraitre et de se gonfler, au moment ou les français récclament à juste titre un peu de tenue, de discrétion, plus de travail de ces élites surpayées, un peu plus de retenue et de décence, pour relever le niveau, arreter de créer des divisions, d’entretenir la haine et le communautarisme...

                                              et enfin un minimum de respect et de tact, pour les gens qui souffrent les « poooovres » les « chomeurs » de moins que rien, minables pour Copé et d’aytres, Wauquiez, ¨Pequeresse et Bertrand, qui se permettent des reflexions déplacées, alors qu’ils ont toujours été pistonnés ou cooptés par des relations pas toujours recommandables, quand on fait passer l’argent avant ses proches, ses amis et la majorité des français silencieux et en colère non représentés par ces élites qui se maintiennent coute que coute, en se serrant les coudes et se cooptant entre eux, bien loin de la transparence et de lois justes et équitables...

                                              Les français réclament depuis longtemps de la démocratie, des règles des efforts de leurs élites qui tombent toujours ds les memes travers, l’interet, la cupidité et les arragements entre « amis »...

                                              Ras le bol de ces petits minables surpayés, de ces trous duc qui se poussent du col (blanc)...
                                              et qui méprisent les français modestes, ils est temps de les virer démocratiquement avec un grand coup de pied au cul (salutaire pour leur remettre les idées à la place et les faire redescendre sur terre... au niveau de la majorité de nos concitoyens, pour leur faire retrouver le sens des réalités, un peu de conscience et un brin de modestie !!)....


                                              • lemouton lemouton 29 janvier 2012 13:33

                                                et leur rappeler aussi ce que disait un certain barbier prophète... smiley

                                                —> Parce que vous êtes un grand seigneur, vous vous croyez un grand génie !…
                                                noblesse, fortune, un rang, des places ; tout cela rend si fier !
                                                Qu’avez-vous fait pour tant de biens ! vous vous êtes donné la peine de naître, et rien de plus.
                                                Du reste homme assez ordinaire ! tandis que moi, morbleu ! perdu dans la foule obscure, il m’a fallu déployer plus de science et de calculs pour subsister seulement, qu’on n’en a mis depuis cent ans à gouverner toutes les Espagnes ;


                                              • lloreen 28 janvier 2012 23:26

                                                kitamissa
                                                « En réalité tout a commencé....choc pétrolier ».

                                                Hélas, bien avant.
                                                Exactement depuis 1913 avec l’escroquerie du vote de la loi sur la FED...
                                                Depuis cette date, comme l’avait dit le président Woodrow Wilson (qui avait signé la loi sur la FED)
                                                « Je suis un homme très malheureux ;j’ai ruiné mon pays sans le vouloir.Une grande nation est contrôlée par son système de crédit.Nous ne sommes plus un gouvernement de la libre- opinion, du libre-choix et de la libre-décision, mais un gouvernement contrôlé par une poignée d’hommes puissants. »

                                                Les gouvernements ne sont guère que les larbins grassement payés au service de ces hommes puissants (oligarchie financière).
                                                Ne pas reconnaître cet état de fait c’est aller devant des désillusions croissantes.Si les gouvernements avaient le pouvoir de faire quoi que ce soit (à part la politique commandée par la finance mondiale...) cela se saurait.

                                                Pour qui en doute encore voici un simple constat :
                                                http://www.youtube.com/watch?v=FxzQrPmTClg

                                                C’est la même chose aux Etats-Unis où toute cette arnaque a commencé.Il n’existe aucune loi là-bas, stipulant qu’un citoyen américain doive payer un impôt sur le revenu.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès