Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > 51% des français ont une image négative des jeunes

51% des français ont une image négative des jeunes

Halluciné, il n’y a pas d’autre mot pour décrire la réaction que j’ai eu en lisant les derniers évènements découvert dans la presse et sur internet.

Récemment, nous apprenions que 51% des français ont une image négative des jeunes. Si les jeunes font partis des 100% des français, alors ces 51% augmentent de manière significative si on retire les 15-25 ans, ce qui nous montre que la majorité de la société de 26 ans et plus a une image négative voire très négative des jeunes.

Comment en est-on arrivé là ?

En fait, c’est très simple à définir. Depuis toujours, les politiques et les médias ont confronté des populations pour avoir des boucs émissaires. Ainsi, ça a été le cas avec les juifs, les arabes, les riches, etc. Aujourd’hui nous avons à la présidence de la République un homme qui a construit son personnage politique sur la confrontation de la société vis-à-vis des jeunes.

Nicolas Sarkozy a, en effet, depuis de nombreuses années porté le thème de l’insécurité dans les mœurs des français jusqu’à les rendre malade de paranoïa. Cependant, nous n’avons pas observé une chose, cette insécurité a très souvent été associée aux jeunes : jeunes des banlieues, jeunes des bandes, jeunes casseurs…montant tous les jours un peu plus la société contre les jeunes.

Et aujourd’hui

Arriverions-nous dans une société du tout sécuritaire ? Lorsque nous entendons les propos de Xavier Darcos nous pouvons nous interroger. Le Ministre de l’Enseignement a ainsi proposé coup sur coup que les élèves des écoles passent par des portiques détecteurs de métaux avant d’entrer dans l’école ou que tout simplement ils soient sujets à des fouilles corporelles afin de s’assurer qu’ils n’aient aucune arme sur eux.

Une fois ceci instauré dans les écoles, nous n’aurions plus qu’à le généraliser à la société et nous vivrons tous heureux chez bisounours ? Cessons de dire des conneries. Instaurer un climat de terreur dans les écoles n’aboutirait qu’à plus de haine et de dégoût envers celle-ci. L’école n’est pas une prison et les enfants ne sont pas des criminels en puissance !

Nous allons finir par croire que le cabinet du Ministre de l’Enseignement est le nouveau siège du Front National.

Non, ceci n’est pas une fiction

Imaginons que nous soyons des voleurs. Ils seraient légitimes que la police nous arrêtent pour nous interroger et vérifier que c’est bien le cas, mais est-ce normal que cela arrive à des enfants de 6 et 10 ans  ? Est-ce normal que des enfants qui sont encore insouciants de par leur âge, se retrouvent pendant plus de 2 heures interrogés par des policiers ?

Comment veut-on que notre société soit équilibrée si on traumatise dès le plus jeune âge des enfants ?

Mais alors, que peut-on faire ?

En fait, c’est simple, chacun devrait reprendre sa place. Je suis loin d’être quelqu’un de conservateur psychorigide, mais disons-le, la famille doit avoir un rôle dans l’éducation des enfants ou elle doit accepter que ce rôle soit donné à une autre institution.

Pour que chacun vive dans le respect de l’autre, chacun doit avoir appris à vivre en société. Nous ne pouvons pas plus accepter l’enfant-roi à l’enfant-Darcos. C’est un avis, mais je pense que l’Etat devrait donner la possibilité aux jeunes parents de recevoir des conseils d’éducation comme cela peut se faire dans certains pays d’Europe. De plus, la famille devrait avoir plus de considération vis-à-vis de l’école, lieu de respect et de savoir, et accepter ce que le professeur peut dire sur l’élève.

Le lien intergénérationnel a été rompu. Le Mouvement Démocrate défend l’humanisme, c’est-à-dire une société où l’Homme est au centre. Pour ce faire, nous devons organiser la rencontre entre jeunes et adultes et le service civique que François Bayrou avait défendu pour les présidentielles de 2007 semble être une possibilité plausible.

Enfin, nous devons cesser de faire de la confrontation, c’est à la source que les problèmes doivent être résolus. Le chômage des jeunes est préoccupant, la discrimination des entreprises est vérifiée. Nous devons ouvrir le débat sur la jeunesse car une société qui renie son avenir est une société en décomposition.


Moyenne des avis sur cet article :  3.05/5   (43 votes)




Réagissez à l'article

106 réactions à cet article    


  • Christoff_M Christoff_M 3 juin 2009 10:44

    oui mais les parents des enfants rois mal élevés et qui se tiennent on ne peut plus mal dans la rue et dans les écoles...

    les parents de ces fameux jeunes plus visibles que ceux qui se tiennent bien !! sont les premiers a se précipiter sur les profs, les flics ou tout adulte qui leur fait prendre conscience que leyrs rejetons ne sont pas des lumières (et ressemblent à leurs parents bien sur....)

    comme dirait Colluche si on avait pas eu de gosses on aurait acheté des chiens....


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 3 juin 2009 17:16

      @ christoff « Mal élevés » traduits bien l’intention de faire entre les jeunes dans le moule de leur « élevage », de les rendre conforme au modèle de la generation précédente. Mais le modele d’hier ne vaut pas parfaitement pour les problème d’aujourd’hui. L’enfant-jeune s’adapte chaque jour a la réalité et s’écarte donc du modèle. Rien de nouveau et je suis sur qu’Adam disait a Eve qu’elle avait été trop permissive avec Cain.


      Le probleme c’est que plus les circonstances changent vite, plus vite l’on se retrouve avec un nombre de jeunes qui sont assez écartés du modèle pour être insupportablement différents. Or, le temps travaille nécessairement pour eux et tôt ou tard le centre de gravité bascule.

      Il est normal que nous qui sommes en place veuillons retarder l’avenement d’un nouveau paradigme qui va nous transformer en vieux marginaux ; mais ne tombons pas dans le piège de penser que nous y réussirons longtemps. Pendant qu’on fait tout pour maintenir l’ordre tel que nous le concevons, pensons à NOUS adapter à LEUR ordre qui s’en vient.

      Cela, n’a ABSOLUMENT rien à voir avec la valeur objective comparée de leur ethique et de la nôtre. Juste un constat que chacun doit faire pour s’éviter des larmes et des ennuis.


      Pierre JC Allard



    • John Lloyds John Lloyds 3 juin 2009 11:17

      Bandes de sales jeunes, tous des feignasses, des bons à rien, des gâtés-pourris ... Nous, à notre époque, on posait un CV le vendredi soir, le lundi matin on bossait déjà ... Tous des fénéants, je vous le dis, moi.


      • appoline appoline 3 juin 2009 17:28

        @ John,

        « On entend la conversation d’la volaille qui fait l’opinion qui dit : que font ces jeunes assis par terre habillés comme des traîne-misère, on dirait qu’ils n’aiment pas l’travail, ça nous prépare une belle pagaille, mais comprenez moi c’est inquiétant, nous vivons des temps décadents ;; ;; ;; ; »

        Alors, Johnny, il ne nous reste plus qu’à affûter les tiags pour leur coller des bons coups de pompe au cul. Y’a que ça de vrai.


      • c.d.g. 3 juin 2009 11:38

        etant donné que la majorité des francais est de plus en plus agée et que le coeur de cible de l UMP c est les 65 ans et plus, c est un resultat qui vous etonne ?

        Tout ces feignants qui ne veulent pas travailler pour moins de 900 €/mois (mais qui on du mal a payer le loyer du clapier que je loue a 500 €/mois, cherchez l erreur)

        La jeunesse francaise est montré au journal TV (source d info quasi unique des 50 ans et plus) que comme un fauteur de trouble (banlieue, nuversité ..)

        Et si en plus on ajoute le fait que ce qu on appelle « jeune » est en fait souvent basané et frisé ...


        • LE CHAT LE CHAT 3 juin 2009 11:56

          comme le disait un article hier , ça doit être une question de pilosité , les jeunes aiment pas les poils !  smiley

          quoique John Lloyds trouvent qu’ils en ont trop dans la main ! smiley


          • Stéphane Bouleaux 3 juin 2009 12:12

            Le probleme des jeunes, c’est la majorité visible :

            Celle qui est bronzée (la nouvelle « france ») , qui crache pas terre , dit « nique la france »
            Celle qui roule comme un con en scooter, fait des wheelings dans les rues ou du bruits
            Celle qui crevent les pneus , ecoutent du rap pour faire rebelle alors qu’elle habite un pavillon en banlieue.
            Celle qui manifeste sans savoir pourquoi, sacage son ecole et veut quand meme son diplome.
            Celle qui n’est bon à rien au boulot, et ne sait pas faire un phrase.

            Les autres, les invisibles, ont les aime bien.


            • Flo Flo 3 juin 2009 13:08

              Vous aimez bien que l’on ne fasse aucun bruit, n’est-ce pas ? « Rentrez dans le rang et fermez vos gueules, c’est ce que j’ai fait de mon temps ».
              Navré de vous informer que tout le monde n’est pas aussi médiocre que vous.
              Vous avez relu votre propre message ? Comment pouvez-vous vous permettre de critiquer la manière de s’exprimer d’autrui alors que vous écrivez comme un chien ?


            • abdelkader17 3 juin 2009 13:48

              @Bouleaux
              La France bronzée ne se limite aux nique ta mère, tout comme la France ne se limite à vos diatribes fascisantes


            • Stéphane Bouleaux 3 juin 2009 14:08

              @ flo

              Oui je n’aime pas le bruit. Et si tu n’as pas d’argument, inutile de polluer le site. (oui je fais aussi des fautes de frappes)

              @ adbelkader

              La france bronzée « différente » on aimerait bien la voir et l’entendre plus souvent s’exprimer, car pour moi , elle n’existe pas ! Si elle existe vraiment et qu’elle est majoritaire, alors qu’elle fasse le menage dans ses rangs !


            • appoline appoline 3 juin 2009 17:34

              @ Flo,

              Non, non, moi de mon temps, on mettait les oeufs périmés de côté et au 3ème aller retour en scooter, on essayait de faire mouche. Ca marche toujours si l’on veut s’en donner, rien de tel qu’un oeuf bien pourri pour freiner les ardeurs. En ce moment, il fait beau, les jobards sont de sortie, il faut commencer l’entraînement.


            • appoline appoline 4 juin 2009 13:20

              @ Abdel,
              Ah bon, j’aurais juré du contraire.


            • manusan 3 juin 2009 12:14

              combien faut il de minutes sous lampe UV pour passer d’état d’adolescent a l’état de jeune ?


              • LE CHAT LE CHAT 3 juin 2009 12:20

                Le Mouvement Démocrate défend l’humanisme

                ça veut rien dire , j’ai connu un type qui était humaniste autoproclamé , et qui en fait était un patron qui harcelait ses employés et les exploitait comme pas permis ! smiley


                • Marianne Marianne 4 juin 2009 08:47

                  @ l’auteur,

                  Le Mouvement Démocrate... J’avais cru comprendre que vous teniez un discours de gauche à la lecture du début de votre article dont le fond me convient, qui affirme en premier lieu que l’école ne peut devenir une prison et qu’il est irréaliste de croire que cette sécurisation automatisée des établissements scolaires soit réalisable dans les faits et à même d’enrayer les violences à l’école...

                  J’attendais cependant que vous dénonciez la prison sociale et mentale que constitue pour des milliers de jeunes une société où règne l’insécurité sociale, l’absence de perspectives et d’avenir et la peur du lendemain. Proposer aux parents des conseils d’éducation, en effet, pourquoi pas ? Mais parallèlement redonner à l’école les moyens de ses ambitions en prenant en compte la réalité d’aujourdhui.

                  Redonner les moyens, ne sont pas que des mots. Il faut que les députés que nous élisons s’engagent à tout faire pour que ces moyens financiers pour l’école publique voient le jour et à voter contre les directives qui tentent au contraire de privatiser ces moyens. Et qu’ils le fassent !

                  Or ce qui apparaît au grand jour c’est l’approbation constante par vos députés lors des dernières législatures européennes de ces directives, - AGCS, Bolkestein, etc... - et lois européennes qui vont à l’encontre de l’intérêt général et privilégient les intérêts privés.

                  La jeunesse a besoin de perspectives et d’espoir en l’avenir. Le taux de chômage des jeunes - 21,2% en France au 4ème trimestre 2008 et 15,4% en Europe en 2007 (combien aujourd’hui ?) - ne peut qu’engendrer angoisse du lendemain et frustration des sentiments qui conduisent parfois à la violence.

                  Elle a besoin de plus de professeurs et d’effectifs plus légers en particulier là où les problèmes sociaux sont les plus lourds et où les populations sont délaissées en matière d’équipements publics, de lieux d’accueil et de loisirs pour les jeunes.

                  Des investissements conséquents sont donc nécessaires pour rendre à l’éducation sa fonction capitale dans une société : délivrer connaissances et confiance en l’avenir. Des budgets militaires pourraient être amputés pour renflouer ceux de l’éducation.

                  Ils parlent de faire de l’école une prison alors que c’est la société toute entière qui pour certains jeunes de plus en plus nombreux devient une prison. Et l’école est le lieu emblématique où s’exprime ce mal de vivre grandissant et ce « no futur ».

                  « La vie a singulièrement resserré devant vous, jeunes gens, l’espace du rêve ; la lutte pour l’existence est devenue tous les jours plus rude ; toutes les voies sont encombrées et piétinées et vous le savez, et de bonne heure vous faites effort. Dès le lycée, il vous faut presque choisir une carrière et vous y préparer, car à vingt-et-un-ans vous serez soldats et il faut que d’abord votre route soit tracée. Ainsi, dans les études mêmes de l’adolescence, le métier vous guette et commence à vous tenir ; vous êtes pris déjà par les choses extérieures, et pendant que vous lisez, la nécessité se penche sur votre épaule et mêle son ombre à la vôtre sur le livre ouvert devant vous. »

                  Extrait du Discours à la jeunesse de Jean jaurès (1892).


                • gerlando gerlando 3 juin 2009 12:25

                  Le sujet est banal ; de tout temps, les jeunes ont eu mauvaise image. On retrouve des textes du moyen age et de l’antiquité qui s’alarment d’une jeunesse de plus en plus irrespectueuse, violente, etc. Bref, c’est l’éternelle amnésie des vieux qui oublient à quel point leur génération, elle aussi, possédait les mêmes symptômes et était tout autant critiquée.

                   

                  C’est souvent comme ca sur Agoravox : un partisan s’empare d’un sujet banal voire universel et, sans autre forme d’enquête, sort de sa poche un responsable : Nicolas Sarkozy. Ca en devient proprement ridicule. Surtout quand l’auteur en question finit son article par une proposition de solution à un problème qui est par ailleurs surtout sociologique, et avance le nom de son petit candidat ; ici, en l’occurrence, François Bayrou.

                   

                  Arrêtez un peu d’étaler votre bile moralisante et simplificatrice et penchez vous sur ce genre de problème complexe avec méthode et minutie... Ou alors ayez au moins l’honneteté intellectuelle de publier sous la catégorie « tribune libre » et pas « article privilégiant les faits » !!


                  • Gilles Gilles 3 juin 2009 15:25

                    Tu as raison, mais néanmoins on ne peut nier que le mot « jeune » revient en boucle dans la bouche de certains politicards, de l’UMP notamment, et trés souvent associé à la petite délinquance, du moins supposée telle (glander dans un cage d’escalier est un délit ....contre qui ? Les jeunes bien sûr)

                    Alors, Sarkozy est-il le responsable ? NOn.... il a juste su exploiter un phénomène classique qui dépasse les générations. Il sait que taper sur les jeunes ouvre un coin de cerveau disponible du coeur de son électorat

                    Et quel électorat ? Les personnes âgées conservatrices qui justement se plaignent des jeunes depuis cent siècles

                    A noter aussi que c’est un pro pour bouc émissariser des pans entiers de populations (pauvres, immigrés, mendiants ....)...ceux dont justement le « bon père de famille » se plaint depuis des lustres

                    Bon alors..pas responsable du phénomène, mais il l’amplifie par de basses manoeuvres démagogiques ; C’est MINABLE et INDIGNE

                    Et le risque c’est de dépasser la ligne rouge. Celle ou finalement la jeunesse en aura plein le culdêtrre gouverné par des gens qui lui crache dessus tout en faisant tout pour occulter leur avenir


                  • SURVEYOR 3 juin 2009 21:32

                    En partie en accord avec l’analyse, sauf que notre cher président comme metteur d’huile sur le feu........., oui je sais ça fait anti S....


                  • Philou017 Philou017 3 juin 2009 22:06

                    Gerlando : argumentaire simpliste, sans réelle réflexion.

                    S’il y a toujours eu une opposition et une petite défiance entre les jeunes et les anciens, ceci n’explique pas à mon avis la mauvaise image de ceux-ci dans l’opinion aujourd’hui.

                    Plutôt que de l’attribuer à Sarkosy, je pense qu’il faudrait en fait regarder du coté des médias.

                    Ceux-ci ont fait depuis longtemps de la délinquance une sorte de marronnier, qu’ils exploitent sans vergogne. Dans ce contexte, et aussi en vertu du politiquement correct, ils emploient très souvent le vocable « les jeunes » pour désigner des délinquants, des protestataires, des trublions, des fauteurs de trouble.

                    Cette approche ultra-simpliste qui date d’une vingtaine d’années (a vue de nez) ne peut que renforcer l’idée chez le Français moyen que le jeune est dangereux, problématique, inassimilable.

                    Alors que les jeunes d’aujourd’hui sont plutôt sympathiques, ouverts, intelligents, plus qu’avant à mon avis. Et que les jeunes ont toujours été turbulents.

                    Cette approche des médias correspond aussi à l’attitude finalement tres réactionnaire des médias dans leur ensemble envers tout ce qui trouble en surface le bon fonctionnement de la société. On critique tout ce qui dépasse, le met en exergue, le dénonce, mais bien souvent sans approfondir le sujet, le mettre en perspective, le relativiser.

                    De plus la psychose sécuritaire est aussi développée par la télé, qui n’hésite pas à en rajouter des couches comme pendant la campagne des présidentielles de 2002. Dans ce contexte, le jeune apparait comme l’ennemi potentiel, même s’il ne faut pas nier une montée de la délinquance évidente depuis quelque vingt ans.

                    Je me rappelle tres bien de ce village qui avait voté massiement front national suite à la « campagne » 2002, alors qu’il ne s’y passe quasiment jamais rien.

                    L’impact des médias et de leurs méthodes à cet égard est prépondérant.

                    Si je devais reconnaitre un seul mérite à Sarkosy (je me force), c’est de ne pas employer ce vocable de jeunes à l’encontre des délinquants. Il préfere d’autres formes de boucs émissaires...


                    • Bois-Guisbert 3 juin 2009 12:50


                      Pour commenter pertinemment, il faudrait pouvoir répondre à deux questions : qui sont ces jeunes dans l’esprit des sondeurs d’abord, dans l’esprit des sondés, ensuite ?

                      L’universalisme républicain et l’auto-censure médiatique ont fait qu’aujourd’hui, le terme jeune est utilisé aussi bien un jeune en général, que pour le voyou issu de l’immigration qu’on n’ose pas désigné par son pedigree.

                      Une telle perception, instinctive et spontanée, est de nature à faire dévier considérablement l’orientation des réponses. Tout le monde ne connaît pas le code et tout le monde ne sait pas que le « prénom fictif » Marcel, doit être traduit par Mouloud ou Abdul dans huit cas sur dix !


                      • herve33 3 juin 2009 13:03

                        Un monde qui a peur de ces jeunes et un monde qui n’a pas beaucoup d’avenir , car les forces vives d’une société , se trouve bien dans la jeunesse et certainement pas dans les maisons de retraite qui d’ailleurs vote pour le conservatisme et les intérêts d’une classe qui a largement échoué à offrir un monde en harmonie avec les intêrets de l’ensemble de ces citoyens .

                        Or que se passe t-il , de plus en plus , les jeunes sont exclus ou mis de coté du système , on leur claque la porte du marché de l’emploi , et on les exploite à travers des stages ou des petits boulots sous payés , alors que la plupart ont un niveau d’études très supérieures à leurs ainés .

                        Après on s’étonne que la jeunesse soit rebelle , contre système ou faisant partie de l’ultra-gauche ou de l’extrême droite .

                        Ce qui permet aux jeunes de tenir , ce sont en général leurs parents . Mais cela n’est possible que pour une classe plus ou moins favorisée où les vieux peuvent venir en aide aux jeunes .

                        Mais cette classe est entrain de se réduire à vue d’oeil , et ce ne sera pas uniquement les jeunes qui devront anti-système , c’est toute la population des actifs qui refuseront de payer les pots cassés d’une génération qui n’a cherché qu’à préserver ses propres intérêts au détriment non seulement de se sa propre jeunesse , mais aussi des générations futures .


                        • Stéphane Bouleaux 3 juin 2009 14:04

                          « les jeunes sont exclus ou mis de coté du système »’

                          En meme temps , à force de tout leur excuser et de leur filer des diplomes sans valeurs, ceux qui arrivent sur le marché du travail n’interessent pas grand monde.


                        • Topaloff Topaloff 3 juin 2009 13:04

                          Ne dit on pas que l’on a les enfants que l’on mérite ?


                          Avant de rééduquer les jeunes, rééduquons leurs parents.

                          • geo63 3 juin 2009 13:13

                            ...pas d’autre mot pour d’écrire...Etrange écriture pour décrire son état d’âme !


                            • Pacalvotan Pacalvotan 3 juin 2009 13:22

                              Quelle bonne blague ! C’est la génération d’après-guerre et soixante-huitarde qui a vécu sans restrictions aucune qui se permet maintenant de donner des leçons et qui votent tour-à-tour des lois liberticides ! Si notre société est si pourrie ce n’est pas la faute des jeunes mais tous ces baby-boomers qui sont le summum en matière d’égoisme, d’arrivisme...« No future » chantaient les Sex Pistols, et bien c’est le cas aujourd’hui sauf si tu achètes ton diplôme ( égalité des chances mon cul !) où que tu sois pistonné. Quand on voit l’état des universités et le changement libéral qui va s’opérer, je ne peux qu’être dégouté par ce pays qui nous nivelle par le bas. Les jeunes sont en manque de repères, sans idéaux et noient donc cette détresse dans les plaisirs faciles comme l’alcool ou la drogue. Je suis un représentant de cette jeunesse perdue et je rie jaune quand j’entends parler de la suppression des happys hours par exemple, de la bouche de ceux qui ont bien profité autrefois. Mais personne ne s’attaque au vrai problème. Je hais cette société de consommation à l’outrance, cette hypocrisie qui caractérise nos élus et nos élites. Et qu’on fait fait les générations antérieures ? Rien si ce n’est l’autruche. Alors les français peuvent blâmer leurs jeunes, ceux-ci sont bien les moins responsables de l’échec de la Vème Ripoublique. Les jeunes ne respectent pas leurs aînés dit-on. Mais le respect se mérite !


                              • lolo 3 juin 2009 13:23

                                Une société a effectivement les jeunes qu’elles mérite. Les inégalités croissantes de la société sont encore plus criantes chez la jeune génération. D’un côtés des enfants rois, de l’autre des enfants livrés à eux mêmes. Et essayez d’aller expliquer à ces derniers que c’est en travaillant qu’ils vont s’en sortir, ils vont vous rire à la figure. Travailler ne permet plus de s’en sortir aujourd’hui, cela permet tout juste de payer un loyer (et encore)..., faire des études coute de plus en plus cher, et en plus d’un cotés on leur explique qu’il va falloir qu’ils bossent jusqu’à 65 ou 70ans pour toucher une retraite, mais de l’autre on ne leur offre pas de travail correctement rémunéré. Il est même surprenant qu’il n’y ai que si peu de délinquance au final, surtout quanf on voit l’étalage de luxe dont profite les plus riches...Bref, les vieux (qui ont profité des 30glorieuses pour s’enrichir et accéeder à leur niveau de vie actuel) ont beau jeu de dénigrer la jeune génération...feraient ils mieux à notre époque ?


                                • amipb amipb 3 juin 2009 13:23

                                  "Nos jeunes aiment le luxe, ont de mauvaises manières, se moquent de l’autorité et n’ont aucun respect pour l’âge. À notre époque, les enfants sont des tyrans." - Socrate

                                  Est-ce un problème éternel ou un éternel recommencement ?

                                  Il semble que les sociétés suffisamment avancées et confortables créent des enfants rois qui tendent à la déstabiliser quelque peu, voir à la faire sombrer. A qui la faute ?


                                  • Flo Flo 3 juin 2009 13:26

                                    Depuis longtemps les médias travaillent à donner des jeunes une image négative, par des moyens relativement discrets. Le plus usité est celui qui consiste à pratiquer un « jeunisme » forcé et forcené, avec de « vrais jeunes » qui parlent un « langage de jeunes » et s’intéressent à des « centres d’intérêt de jeunes ». Entendez par là des débiles vains et creux, parlant comme des vaches espagnoles un français au vocabulaire très limité (que l’emploi massif de barbarismes anglo-saxons vient compenser) uniquement capables de traiter des sujets futiles eu égard à leurs strictes limitations intellectuelles. Ajoutons à cela que le jeune version TF1 doit être beau de manière à ce que son exhibition à l’écran constitue le leurre d’appel sexuel cher à M. Villach.
                                    L’ancrage de cet archétype dans la cervelle du téléspectateur moyen s’accompagne de l’affirmation lancinante du fait que « les jeunes » constituent une catégorie de population différente de lui-même, vieux donc, ou disons plutôt « normal ». « Les jeunes » sont donc une catégorie de population anormale, au langage différent, aux moeurs différentes (plus « libres » d’après le journal de 20h... laissez-moi me bidonner), à la culture différente, bref des étrangers. Et nous savons tous ce que le suiveur moyen est, en ce moment, invité à penser des étrangers.
                                    Ajoutons à cela que la dénonciation répétitive d’une supposée inculture de la jeunesse accrédite l’idée que le système éducatif doit être « réformé » ; le fait que le terme de réforme masque systématiquement celui de « destruction » dans le discours politique moderne ne devrait avoir échappé qu’aux analphabètes les plus crasseux.


                                    • Flo Flo 3 juin 2009 15:44

                                      Le fait que beaucoup de parents ont le sentiment d’être « dépassés » par leurs enfants est tout à fait réel, je n’ai jamais dit le contraire. Les causes sont multiples, leur énumération et leur analyse dépasserait largement le cadre d’un simple commentaire (et un article sur le sujet risquerait de tourner à l’accumulation de poncifs).
                                      Ce qui ne change rien au fond du problème, puisque c’est de l’image des jeunes auprès de ceux qui ne le sont plus qu’il est ici question. Et lorsque l’on parle des représentations et idées reçues dans notre société, analyser ce que disent les médias n’est pas une démarche insensée, si ?


                                    • Trashon Trashon 3 juin 2009 15:26

                                      Vous avez donc commencé par racaille ou barbare ?


                                    • Vilain petit canard Vilain petit canard 3 juin 2009 13:53

                                      Eh ! 51% des Français ont une mauvaise image des jeunes parce que tout simplenent 51% des Français sont vieux.

                                      Et qu’il sont voté majoritairement pour Sarkozy, le faux jeune pour vieux con qui tient un discours de vieux con réac : les jeunes y sont dangereux, y font qu’à amener des armes au collège, les arabes c’est suspect, faut de la poigne, on va pas se laisser faire, etc. Résultat, ça va nous péter au nez un de ces matins, vous verrez.


                                      • Stéphane Bouleaux 3 juin 2009 13:58

                                        Donc les 49 % restant seraient des bobos un peu con qui votent pour la dame du poitou, celle qui voulait donnait 15000 euros aux jeunes, qui trouvaient la justice chinoise super,qui prefere aller à l’enterrement de criminels (« chances pour la france ») plutot qu’à celui des victimes, celle qui est pour une « france metissée » ?

                                        Vous trouvez pas que ca pete deja bcp comme cela ?


                                      • Vilain petit canard Vilain petit canard 3 juin 2009 16:23

                                        Mais non, relisez ce que j’ai écrit : ils ont voté majoritairement pour Musclor. Les statistiques sont éloquentes : entre 50 et 60 ans, 60%, de 60 à 70, 70%, et ainsi de suite. Je n’y peux rien, si la France est vieille et vieillit encore de plus en plus, qu’est-ce que vous voulez, c’est comme ça, on doit en tenir compte. D’ailleurs le discours sécuritaire de notre Superman est adressé directement aux retraités, il sait bien que c’est son électorat de base. D’où ce côté troublant de jeune-vieux du personnage, au passage.

                                        Les 49% qui restent comprennent une grande quantité de « jeunes » (la moitié, en gros). Quant à la gourdasse du Poitou etc., je dois vous dire (il faut être franc) qu’il n’y a pas que Ségolène Royal dans la vie ! Elle a été un opposant commode qui a eu son heure de gloire, un bon repoussoir, si vous voulez, mais avec les pro-Sarkozy, c’est le problème, ils sont restés scotchés à l’élection présidentielle, et ils remâchent Ségolène comme un vieux chewing-gum.


                                      • Stéphane Bouleaux 3 juin 2009 17:21

                                        S’agit il des memes jeunes qui font greve pour rien, saccagent leur bahus et ont un niveau collège à la fac ?

                                        Si oui, je doute qu’on puisse leur laisser le controle de la france.
                                        Heureusement les parents (les vieux cons... meme si j’ai 35 ans) sont là pour voter.

                                        Mais je suis d’accord avec vous sur 1 point : voter ump n’est pas une solution


                                      • abdelkader17 3 juin 2009 14:01

                                        La constitution des classes dangereuses ne date pas d’hier, elle s’est fortement accentuée depuis le 11 septembre 2001 avec la montée en puissance des pratiques d’exception , jeunesse immigration, sans papier, Banlieues, la construction d’un ennemi de l’intérieur répondant aux désordres sociaux économique de la mondialisation néolibérale.
                                        La sécurité est un fond de commerce intarissable qui en période de crise et électorale vient toujours au secours de la faillite politique de nos élites.
                                        Quand on n’a aucun programme et qu’on navigue à vue seul le consensus sécuritaire peut sauver le navire du naufrage.


                                        • abdelkader17 3 juin 2009 14:26

                                          @Defunes
                                          par quelle pirouette passez vous de jeunesse à islam ?
                                          expliquer moi j’ai du mal à vous suivre, premièrement je pense que les jeunes de banlieue sont plus sous influence du libéralisme apatride Américain du Gangsta Rap que de toute forme spirituelle.
                                          Au lieu de balancer des conneries vous feriez mieux d’avoir une analyse plus objective de la réalité des situations, vous seriez beaucoup moins emmerder avec l’islam, croyez moi.
                                          On promeut le modèle du Ghetto nord américain rien d’autre.


                                        • Nico 3 juin 2009 21:53

                                          Son père était militaire (colonel), mais on peut dire que si elle est entrée en conflit violent avec sa famille, elle n’a jamais renié l’éducation rigoriste de grenouille de bénitier de sa jeunesse.


                                        • Paul Cosquer 3 juin 2009 14:45

                                          L’UMP est un parti d’ahérents séniles arc-boutés sur leurs biens matériels et leurs exigences sécuritaires toujours plus grandes, le PS est un parti de leaders complètement obsolètes et fossilisés. Ce sont deux partis sans vie, sans avenir. Seul le MoDem, parti jeune où toutes les générations travaillent ensemble et non les unes contre les autres, ouvre une vraie perspective.


                                          • LE CHAT LE CHAT 3 juin 2009 15:11

                                            Bayrou est déjà un vieux schnock bien usé et un politicien de droite catho bien vieux jeu pour avoir l’air d’un djeun , non ? IL se sert de vous afin d’arriver à satisfaire son ambition personnelle , qui est d’être en haut de l’affiche après une vie bien remplie au service des puissants !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès