Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > A chacun sa place !

A chacun sa place !

Le parti a sa fonction, le syndicat et l'association ont la leur... Toute confusion est nocive.

Chacun doit garder sa place et les associations et syndicats doivent pouvoir l'ouvrir et agir en toute indépendance.

 

Une utopie ? Non ! une nécessité, une urgence !

Faire sauter les courroies de transmission !

 

Tout parti, quel que soit son positionnement politique cherche à élargir son audience

et à disposer d'influences dans le monde associatif.

Ce n'est pas une démarche condamnable en soi. Ce qui est inacceptable c'est que cette recherche de points d'appuis conduise les responsables politiques à transformer les associations et syndicats en courroies de transmission.

A la libération le PCF a construit une « myriades » d'associations locales dans tous les champs syndical, logement, solidarité, enfance, retraite. Dans une famille ouvrière, le fils et la fille étaient inscrits aux pionniers de France, le père appartenait à la CNL( Confédération Nationale du Logement), la mère aux « Femmes Françaises », les grands parents à l'Union des Vieux de France.

Peu à peu sous l'effet conjugué de la baisse d'influence du PCF et de l'aspiration à l'indépendance de nombreux dirigeants d'associations, les liens se sont distendus et les organisations ont eu un fonctionnement plus démocratique....

Le PS s'est toujours prononcé pour l'indépendance des organisations de masse, n'hésitant pas à condamner les déviations de son partenaire et rival.

Cette profession de foi ne dupe que les naïfs car aujourd'hui qu'il est au pouvoir, encore beaucoup plus qu'hier quand il était dans l'opposition le Parti Socialiste cherche à disposer de forces associatives et syndicales lui servant de faire valoir et de leviers pour contrôler une fraction significative du mouvement social.

Dans le mouvement ouvrier, la CFDT est la pièce maîtresse, même si elle est un peu érodée, c'est ainsi que cette centrale, accompagnée de la CFTC et de la CGC ont contre signé un accord minoritaire qui vise à casser le code du travail.

Chez les parents d'élèves, à la FCPE, le PS recherche à renforcer son audience par tous les moyens possibles, il lui faut des dirigeants dociles.

JPEG - 12.5 ko

Rappelons nous de ce qui s'est passé en Seine Saint Denis en 2009 et de la résistance courageuses et heureusement victorieuse du président s'opposant à « l'entrisme » du Parti Socialiste.

Dans le mouvement enseignant, la tâche est dure, la direction nationale de l'UNSA Éducation n'ignore pas que si elle prend position pour la réforme gouvernementale prévue, les professeurs des écoles se dé syndiqueront ou frapperont à la porte du syndicat concurrent...N'oublions pas non plus que de nombreux dirigeants syndicaux sont pour l'indépendance syndicale.

D'autres organisations du champ social, sociétal, humanitaire vont devoir défendre, becs et ongles sortis leur indépendance.

Une association défend l'intérêt de ses adhérents et doit mener une politique conforme aux principes qui sont les siens.

Toute réforme qui va dans le bon sens, décidée par ce gouvernement doit être soutenue mais tout faux pas ou mesure insuffisante ou nocive doit être combattue par l'association.

Un militant syndical ou associatif qui se respecte et respecte les adhérents de son organisation n'a pas des amis aux « affaires » qu'il doit soutenir inconditionnellement mais une orientation fixée collectivement qu'il doit promouvoir et défendre.

 

Jean François Chalot

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 31 janvier 2013 08:51

    De manière récurrente, le débat concernant les rôles respectifs des syndicats et des partis politiques resurgit. Certains sont choqués lorsque dans les manifs, d’autres affichent à la foi des badges syndicaux et des badges politiques. D’après eux il ne faut pas tout mélanger. Pourtant les dirigeants du MEDEF affichent sans complexe leur appartenance à l’UMP.
    Selon certains, il faudrait reserver la rue aux syndicats 
    et aux partis politique le champ institutionnel et les élections. L’attaque contre la population et les salariés en particulier n’est-il pas lié à la politique ?
    http://2ccr.unblog.fr/2011/07/15/social-politique-parti-syndicat/


    • La mouche du coche La mouche du coche 31 janvier 2013 14:24

      La seule question valable et qu’évite bien l’auteur, est :

      - qui finance les partis ?
      - qui finance les syndicats ?
      - qui finance les associations ?

    • Robert GIL ROBERT GIL 31 janvier 2013 14:57

      et qui finance l’eglise ?


    • ceslaoui ceslaoui 31 janvier 2013 09:30

      la CGT, la CFTC, la CFDT, FO et L’UNSA, sont affiliés à la Confédération Européenne des Syndicats (CES) et leurs activités sont donc, à ce titre, largement subventionnées par la CES, c’est-à-dire par la Commission européenne.
      Pourquoi est ce que ces syndicats n’expliquent jamais à leurs militants que l’Union Européenne encourage et favorise les délocalisations via les articles 32 et 63 du TFUE ? que ces articles imposent à tous les États membres de l’UE de laisser les entreprises se délocaliser vers les États tiers comme l’Inde, la Chine ou le Brésil, et qu’ils organisent aussi le libre-échange général avec ces États tiers.
      Au niveau national, les syndicats n’ont plus aucun pouvoir et font descendre les salariés dans la rue mais les dirigeants syndicaux savent qu’au fond cela ne sert à rien.


      • LE CHAT LE CHAT 31 janvier 2013 13:20

        salut Chalot ,
        c’est bien le point de vue que je defends à la CGT , je me suis toujours refusé à cautionner les appels à voter Normal 1er ou à voter contre Talonetto , ce n’est pas le rôle d’un syndicat !


        • Dwaabala Dwaabala 31 janvier 2013 14:38

          Le point que n’aborde pas l’auteur et qui est pourtant le plus grave d’un certain point de vue, c’est la réduction de la politique des travailleurs à sa fonction trade-unioniste ou social-démocrate dans la pratique en l’enjolivant par l’élaboration de programmes utopiques pour les élections.
          C’est le vice de pensée et d’action qui dissimule la soumission à l’ordre établi.


          • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 31 janvier 2013 14:53

            Ce qui compte, c’est l’indépendance organique des syndicats « ouvriers ».

            Evidemment, l’action syndicale ne peut se désintéresser du politique. 
            Mais les directions syndicales ne doivent pas jouer les courroies de transmission des directions politiques. Ce devrait être aux syndiqués de base de décider des politiques à suivre et des actions à mener. Les directions syndicales ne devraient se prononcer que mandatées par leur base ; elles devraient aussi être révocables à tout moment et les mandats devraient être limités et non renouvelables.

            Mais je rêve... Chez nous, les syndiqués sont largement minoritaires et souvent adhérents à un parti politique et leurs organisations subventionnées par l’Etat, directement ou indirectement (cotisations syndicales déduites de la feuille d’impôt). 

            Après des années de militantisme syndical à la base, je me demande : à quoi cela a-t- servi ? Et je pense à un bon ami qui a consacré sa vie au syndicalisme à la base en croyant qu’il allait faire bouger les lignes et qui est mort depuis sans voir l’échec effectif de son combat.
            On peut toujours se dire que sans cela, les choses seraient encore pire aujourd’hui... Voire....


            • jaja jaja 31 janvier 2013 15:18

              Ce qui devrait compter plus que tout c’est l’auto-organisation des travailleurs se débarrassant de la tutelle des bureaucraties syndicales et politiques... Les coordinations de salariés syndiqués ou non sont à mon avis la meilleure forme d’organisation, la plus démocratique lors des conflits avec le patronat.... Les décisions sont alors prises par toutes et tous en Assemblée générale....

              A l’heure actuelle où le mot d’ordre « Tous ensemble, tous ensemble » résonne dans toutes les manifs, force est de constater que pour les Confédérations nationales il ne s’agit que d’un slogan dangereux et que leurs bureaucraties font tout pour au contraire morceler les ripostes boite par boite... et surtout ce qu’elles refusent c’est ce « tous ensemble » vers l’affrontement frontal massif et de classe contre les patrons...

              On l’a encore vu mardi devant le ministère du travail....


              • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 31 janvier 2013 19:06

                Les AG délibératives en cas de crise, d’accord. Il n’en faut pas moins des porte-parole.

                Mais, entre les crises, il est quand-même utile d’assurer une permanence revendicative et les syndicats sont là pour cela. En outre, il se dit bcp de conneries en AG, dans la chaleur du « tous ensemble », et il est bon qu’on puisse réfléchir au calme entre temps. Là encore, les syndicats sont là pour cela.
                Encore faut-il que les syndicats ne soient pas des monstres bureaucratiques, mais l’expression permanente de leurs mandants.

              • spartacus spartacus 31 janvier 2013 19:58

                Article a mourir de rire.


                Si les syndicats Français étaient indépendants, ils vivraient des cotisations. Avec 97% de ressources autres...ils sont indépendants à 3%.

                Le pire c’est la CGT sous domination du PCF.

                • Oliver HACHE Oliver HACHE 31 janvier 2013 21:06

                  Je vous fais suivre un lien qui pourrait vous inspirer...

                  http://www.dailymotion.com/video/x2kzyr_bisounours-generique_fun

                  Cordialement,

                   

                  Oliver Hache


                  • Oliver HACHE Oliver HACHE 31 janvier 2013 21:09

                    [...] c’est ainsi que cette centrale, accompagnée de la CFTC et de la CGC ont contre signé un accord minoritaire qui vise à casser le code du travail.

                    Comme quoi on peut être syndicaliste et vouloir faire avancer les choses...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès