Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > A nous tromper d’ennemis, nous perdrons la guerre

A nous tromper d’ennemis, nous perdrons la guerre

L’inénarrable Laurent Wauquiez a encore fait parler de lui. Pourtant ce Laurent là n’est qu’une caricature de la classe politique française.

Laurent est jeune et brillant. Si, si, sachons lui reconnaître cela. Et puis, la politique n’est-elle pas le fait d’hommes et de femmes meilleurs que les autres ? Cette élite qui sort des plus grandes écoles, fils et filles d’une caste qui possédait les mines et non de celle qui y descendait - Ah les Lula, les Chavez, en France, ça court pas l’hémicycle et encore moins les ministères ! - Ces individus qui mieux que nous autre petits citoyens de la cour d’en bas, plus intelligents, plus rationnels, avec un sens de la réalité plus aigüe, des connaissances techniques dignes d’experts en tous domaines, un goût si particulier pour les affaires de la nation, ce don de soi dont ils nous font l’offrande (oui s’ils se sont engagés en politique c’est pour servir leur pays ! N’est-ce-pas Nicolas ?)… Ces individus donc, vous l’aurez bien compris, ne sont pas des « Monsieur et Madame tout le monde ».

Dans cette jungle politique médiatique qui redevient accueillante savane politique quand les micros et les lumières des journaleux s’éteignent, évolue un jeune lion, à l’œil vif et aux crocs acérés. Laurent, est de ces hommes politiques qui n’ont pas peur de choquer en se faisant le défenseur des oubliés. Il y a quelques jours encore, il nous en a donné une preuve éclatante lors d’un débat quelque peu houleux avec Dame Audrey Pulvar, que d’aucuns ont déjà accusé de partialité. En effet, la belle a le tort de partager ses nuits avec un certain Arnaud Montebourg, ce qui lui interdit, on s’en doute bien, tout sens critique à l’égard d’un politique aux idéologies si éloignées de celles de son cher et tendre. Mais là n’est pas mon propos.

Revenons donc à notre jeune fauve plein de fougue, et si prompt aux envolées lyriques. Entre « l’assistanat, cancer de notre société française » et « l’attribution des logements sociaux aux gens qui travaillent par préférence aux chômeurs », il est vrai que le jeune Laurent aime y aller de ses formules choc. Après avoir montré du doigt les bénéficiaires du RSA – souvenons-nous que Monsieur Wauquiez nous expliquait il y a peu, qu’un couple qui ne travaille pas et touche le RSA, grâce au cumul des systèmes de minimas sociaux, gagne plus qu’un couple dont l’un des partenaires est au SMIC - le voilà désormais qui s’en prend aux chômeurs bénéficiaires de logements sociaux qui piquent des places aux travailleurs pauvres qui se retrouvent contraints de se loger à prix d’or dans le parc locatif privé. Et cela, Madame, Mademoiselle, Monsieur… cela ne saurait durer ! Mais heureusement Wauquiez est arrivé pour sauver la classe moyenne, la grande oubliée, la grande délaissée, celle qu’on ne regarde plus assez depuis 2007 et qu’il faudrait songer à séduire de nouveau.

Car ne nous y trompons pas, si Sieur Nicolas n’est pas encore en campagne (étant entendu qu’il est tout de même plus confortable de faire supporter ses frais de campagne par l’Elysée, en les faisant passer pour des visites de courtoisie à la France qui se lève tôt et bosse dur !) ses lieutenants eux sont aux avant-postes pour tirer dans le tas ou ouvrir les lignes ennemis. Alors on nous ressort les recettes de grand-mère et les discours du passé. Parce qu’au cas où cela échapperait encore à certains, le procédé qui consiste à opposer les Hommes entre eux est presque aussi vieux que le monde. Et à l’approche de chaque élection c’est la même rengaine qu’on nous chante encore. Les chômeurs et autres bénéficiaires des minimas sociaux volent le pain des honnêtes travailleurs, qui ont bien du mal à boucler leurs fins de mois. Mais le pire, ce n’est pas que les politiques nous assomment de ces discours aussi convenus que simplistes. Non, le pire c’est qu’un nombre considérable de nos concitoyens adhère à ces propos délétères.

Quant va-t-on enfin comprendre que tous nous naviguons sur la même galère, que nous soyons bénéficiaires d’un RSA à 450 euros ou d’un salaire à 2 000 euros, que cette galère vogue en eaux troubles et qu’elle nous conduit tout droit dans le triangle des Bermudes ? Laurent Wauquiez avec ses formules à l’emporte pièce n’est qu’une caricature de la classe politique française dont le seul objectif reste encore et toujours : emporter l’élection, obtenir un mandat, avoir un ministère. Wauquiez n’est qu’un politique parmi tant d’autres qui a fait de la politique son métier, parce que politicien ça rapporte. Jugez par vous même. Un député peut compter sur une rémunération mensuelle brute de plus de 7 000 euros (auxquels il convient d’ajouter plus de 5 000 euros de frais de représentation). Un ministre lui gagne environ 14 000 euros brut mensuels, et cela sans compter les nombreux avantages en nature (logement de fonction, résidence secondaire, voitures et chauffeurs, et même Falcon 7X…). Souvenons-nous de cette anecdote révélée par la presse au sujet du premier d’entre eux, François Fillon, dont chaque retour dans son fief de la Sarthe le week-end coûte au contribuable la modique somme de 30 000 euros.

Bien évidemment, je n’oublie pas que les 14 000 euros d’un ministre font bien pâle figure à côté des millions d’euros gagnés chaque année par les grands dirigeants d’entreprises de ce monde, banquiers en tête. Mais voilà où elle est la fraude ! Voilà qui sont les voleurs tout à la fois du travailleur qui se lève tôt, comme du chômeur et autre bénéficiaire des minimas sociaux. Ce n’est pas le RSAiste qui mange dans l’assiette du père de famille de la classe moyenne. Non ! C’est le grand dirigeant d’entreprise, le banquier et le politicien qui dînent tous trois ensembles, à la même table, en riant bien fort devant ce triste spectacle que leur donnons d’en bas, en nous chamaillant les quelques miettes qu’ils nous jettent.

Emma.


Les réactions les plus appréciées

  • Rudolph (---.---.---.1) 20 décembre 2011 16:24

    D’accord avec Franck.
    Je ne comprends pas comment on a pu le moinsser. La vraie intelligence reste de savoir s’en servir. Cet homme politique travaille pour le vice et en fait la promotion comme le décrit très bien cet article. Je ne qualifierai jamais le diable de brillant.

    La seule intelligence est celle dictée par Fritz Lang dans son film métropolis :
    « Entre la tête et les mains, le coeur doit être le médiateur. »

    Laurent est une pure sous-merde dans toute la clarté et limpidité de ce que cela signifie d’être une sous-merde. S’il en est arrivé jusque là, c’est bien parce qu’il n’est pas intelligent.
    CQFD

  • interlibre (---.---.---.85) 20 décembre 2011 14:28

    C’est les mathématiques à la sauce UMP.

    Si y a un pbl dans la société (du pognon) c’est la faute des 10% les plus pauvres qui ont 1% de la richesse et pas du 1% le plus riche qui a 40% des richesses.
    J’ai envie de dire, le pauvre qui gobe ça, il mérite son sort.
  • Ronny (---.---.---.47) 20 décembre 2011 12:36
    Ronny

    @ auteur,

    Je ne suis pas en désaccord avec votre article, dans le sens où nombre de politiques n’ont comme ligne d’horizon que leur réelection. En ce sens, Mr. Laurent Wauquiez est plus un représentant de la classe politique qu’une caricature. Je mets de côté nombre d’élus locaux (dont je fais partie comme environ 1% de la population francaise) et qui se foutent d’être réélus ou pas, compte tenu de la lourdeur d’en engagement local (conseiller, adjoint, ou maire) et des « indemnités » associées (0 euros pour un conseiller, 800 euros pour un adjoint et 2000 euros/mois pour un maire d’un commune de moins de 3500 ha environ) qui n’ont jamais été la motivation première de l’élu de base. 

    En revanche, je crains crains que Laurent Wauquiez soit une caricature quand il la joue « populiste » à la Nicolas Sarkozy. Car que fait-il, et que fait le gouvernement actuel ? Il pratique la politique du bouc émissaire, combinée à celle de l’exacerbation de l’épiphénomène. En d’autres termes à partir d’un cas d’abus avéré, M. Wauquiez va procéder à une généralisation abusive et tenter de nous présenter ce cas d’abus en mode fonctionnement généraliste. Ainsi, s’il est difficile de nier qu’il puisse exister des cas d’abus dans la perception des indemnités de chômage, du RMI ou du RSA, il est bon de rappeler ce que disait Martin Hirsch ce matin sur France Inter, à savoir que le quart des personnes susceptibles de bénéficier du RMI et le tiers de celles susceptibles de bénéficier du RSA ne le demande pas. Curieusement d’ailleurs, le bouc émissaire est toujours présenté comme fraudeur par cette « droite sociale », alors qu’il est à mon sens, et en premier lieu, une victime d’un « accident de la vie » : maladie ou chômage. Dans ce dernier cas, il est également victime du mode de fonctionnement de notre société et de ce qu’il est convenu d’appeler globalement « le système ». Cette présentation biaisée est effectivement caricaturale : nous sommes en effet dans la surenchère droitière, tout cela pour pouvoir exister à côté - et si près - du Front National.

    Effectivement, je pense que cela doit bien rigoler au Fouquet’s, entre deux cocktails, de voir comment on oppose classe moyenne, classes défavorisées et pauvres, malade à moins malades, vieux et jeunes, salariés du public et du privé, et surtout de voir comment cette mayonnaise prend, avec, il est vrai, le soutien de médias de plus en plus asservis au pouvoir en place. 
    chômeurs est actifs

  • Emma (---.---.---.77) 20 décembre 2011 16:44
    Emma

    Il ne vous aura pas échappé, je pense, que le ton que j’emprunte au début de cet article est plein d’ironie.


Réagissez à l'article

65 réactions à cet article

  • ROBERT GIL (---.---.---.157) 20 décembre 2011 12:04
    Robert GIL

    il lui faut sans cesse trouver des boucs emissaires, il a malheureusement tout compris de la spychologie humaine, mais ne vous laissez pas prendre au piege, car le retour de baton sera terrible, voir :
    http://2ccr.unblog.fr/2011/04/05/a-qui-le-tour/

    • Croa (---.---.---.56) 21 décembre 2011 12:50
      Croa

      Non ce n’est pas « de la psychologie humaine », c’est tous les animaux !

      Qu’arrive-t-il dans un poulailler où il y aurait trop de coqs ? Des bagarres incontrôlables ? ça peut mais en réalité le coq dominant a peu de problèmes contrairement aux idées reçues... Par contre il y aura toujours un coq noir qui ne demandait rien et ne gêne personne qui deviendra le souffre-douleur des autres ! 

      Que les hommes en soient encore là est paradoxal, c’est tout !

    • Jean (---.---.---.221) 21 décembre 2011 14:30

      Une autre vision de la société : la démocratie et non un ersatz.
      (en démocratie, dépenses -30%, impôts -30%, endettement -50%)

      Le tirage au sort à étudier sérieusement :
      en finir avec les partis donc les lobbies, groupes de pression sur le législateur.
      Les seuls élus (maires, présidents : exécutants et sous contrôle, aisément révocables).

      Depuis des siècles nous sommes conditionnés à être dominés par des chefs de clan, féodaux, rois, ... ; et aujourd’ hui par l’ oligarchie.

      On se fait croire à nous-même, qu’ il n’ y a pas d’ autre solution, encouragés en cela par l’ oligarchie. Des exemples contraires existent qui fonctionnent bien, démocratie même partielles. Vidéos : voir Etienne Chouard
      http://www.dailymotion.com/video/xlz6kr_debat-entre-etienne-chouard-et-yvan-blot-sur-la-democratie-reelle_news

      Une association : http://www.democratiedirecte.fr/

      Et un parti, à voir : http://www.lepf.fr/

      Avantages : Une démocratie par tirages au sort, élimine le pouvoir des partis donc des lobbies, assure les parités, en particulier hommes/femmes, fait de nous des citoyens (pas qu’ au bureau de vote), élimine l’ aberration de la professionnalisation de la Politique, qui appartient à tous, réduit la délinquance (tous deviennent des citoyens, responsables...), etc.

    • bigglop (---.---.---.124) 22 décembre 2011 01:56
      bigglop

      Bonsoir à tous,
      Comme dans toute cette faune, surtout de droite, avec Sarko, chef de file, Wauquiez est le plus grand commun diviseur des français

  • Ronny (---.---.---.47) 20 décembre 2011 12:36
    Ronny

    @ auteur,

    Je ne suis pas en désaccord avec votre article, dans le sens où nombre de politiques n’ont comme ligne d’horizon que leur réelection. En ce sens, Mr. Laurent Wauquiez est plus un représentant de la classe politique qu’une caricature. Je mets de côté nombre d’élus locaux (dont je fais partie comme environ 1% de la population francaise) et qui se foutent d’être réélus ou pas, compte tenu de la lourdeur d’en engagement local (conseiller, adjoint, ou maire) et des « indemnités » associées (0 euros pour un conseiller, 800 euros pour un adjoint et 2000 euros/mois pour un maire d’un commune de moins de 3500 ha environ) qui n’ont jamais été la motivation première de l’élu de base. 

    En revanche, je crains crains que Laurent Wauquiez soit une caricature quand il la joue « populiste » à la Nicolas Sarkozy. Car que fait-il, et que fait le gouvernement actuel ? Il pratique la politique du bouc émissaire, combinée à celle de l’exacerbation de l’épiphénomène. En d’autres termes à partir d’un cas d’abus avéré, M. Wauquiez va procéder à une généralisation abusive et tenter de nous présenter ce cas d’abus en mode fonctionnement généraliste. Ainsi, s’il est difficile de nier qu’il puisse exister des cas d’abus dans la perception des indemnités de chômage, du RMI ou du RSA, il est bon de rappeler ce que disait Martin Hirsch ce matin sur France Inter, à savoir que le quart des personnes susceptibles de bénéficier du RMI et le tiers de celles susceptibles de bénéficier du RSA ne le demande pas. Curieusement d’ailleurs, le bouc émissaire est toujours présenté comme fraudeur par cette « droite sociale », alors qu’il est à mon sens, et en premier lieu, une victime d’un « accident de la vie » : maladie ou chômage. Dans ce dernier cas, il est également victime du mode de fonctionnement de notre société et de ce qu’il est convenu d’appeler globalement « le système ». Cette présentation biaisée est effectivement caricaturale : nous sommes en effet dans la surenchère droitière, tout cela pour pouvoir exister à côté - et si près - du Front National.

    Effectivement, je pense que cela doit bien rigoler au Fouquet’s, entre deux cocktails, de voir comment on oppose classe moyenne, classes défavorisées et pauvres, malade à moins malades, vieux et jeunes, salariés du public et du privé, et surtout de voir comment cette mayonnaise prend, avec, il est vrai, le soutien de médias de plus en plus asservis au pouvoir en place. 
    chômeurs est actifs

    • Emma (---.---.---.77) 20 décembre 2011 16:42
      Emma

      Vous noterez que je n’ai parlé que des députés ou ministres et pas des élus locaux, car je pense comme vous, que leur engagement politique (du moins pour la grande majorité, car il me semble que là aussi il y a des brebis galeuses, mais comme il y en a partout) n’a rien de comparable avec l’engagement des élus nationaux.

    • lagabe (---.---.---.112) 21 décembre 2011 12:12

      et tu as oublié une belle brochette , les syndicats , ceux qui sont haut placés

  • franck2012* (---.---.---.110) 20 décembre 2011 13:24

    « Laurent est jeune et brillant. Si, si, sachons lui reconnaître cela. »

    Non.

    • Rudolph (---.---.---.1) 20 décembre 2011 16:24

      D’accord avec Franck.
      Je ne comprends pas comment on a pu le moinsser. La vraie intelligence reste de savoir s’en servir. Cet homme politique travaille pour le vice et en fait la promotion comme le décrit très bien cet article. Je ne qualifierai jamais le diable de brillant.

      La seule intelligence est celle dictée par Fritz Lang dans son film métropolis :
      « Entre la tête et les mains, le coeur doit être le médiateur. »

      Laurent est une pure sous-merde dans toute la clarté et limpidité de ce que cela signifie d’être une sous-merde. S’il en est arrivé jusque là, c’est bien parce qu’il n’est pas intelligent.
      CQFD

    • Emma (---.---.---.77) 20 décembre 2011 16:44
      Emma

      Il ne vous aura pas échappé, je pense, que le ton que j’emprunte au début de cet article est plein d’ironie.

    • chantecler (---.---.---.18) 20 décembre 2011 17:54
      chantecler

      En ce qui me concerne l’ironie m’avait échappée ...« Jeune et brillant... »

      Ce type pour moi est un mystère : issu de la grande bourgeoisie , parcours brillant , certes ...( ça pose tout de même de sacrés problèmes par rapport à la fréquentation actuelle des grandes écoles...)

      Mais alors pourquoi cette impression de rampant , lorsque je l’écoute développer ses pauvres arguties , opposant Pierre à Paul et déshabillant Jacques pour habiller Vincent ? ...

      Peut être que la compagnie de médiocres pousse l’intelligence vers le bas .

      Ou peut être a t’ il régressé et est redevenu un enfant roi , parfaitement égoïste , borné, fermé à ceux qui n’ appartiennent pas à son milieu .

      Je me fais sans doute trop d’illusions sur les élites ...

      Et puis on peut avoir une mémoire d’éléphant , donc réussir parfaitement ses études, et être complétement crétin .

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Laurent_Wauquiez

      Cr.

    • ZEN (---.---.---.166) 20 décembre 2011 18:11
      ZEN

      Chantecler

      Oh ! Un ancien major de Sciences Po originaire de Tourcoing..ne peut pas être foncièrement mauvais smiley
      Gendre idéal, mais trop lisse , ce garçon...
      Un culot incroyable. On le verrait bien vendre des voitures, mêmes pourries...

    • LeManu (---.---.---.175) 20 décembre 2011 20:41
      Emmanuel Aguéra

      ... qu’Estrosi lui aurait vendues...

    • Roubachoff (---.---.---.231) 20 décembre 2011 21:30

      Pas si jeune que ça, moins brillant que mes pompes et con comme un balai.
      Comme le dit un autre post, c’est une sous-merde : en d’autres termes, un porte-flingue du Nain. 

  • modesto (---.---.---.121) 20 décembre 2011 14:04
    modesto

    la stratégie est habile mais grossière : défendre les « classes moyennes très moyennes » au détriment des assitstés et autres raclures excédentaires de la société libérale malthusienne qui se dessine de plus en plus. il n’y en aura pas pour tout le monde, seulement pour les méritants désignés par les ceusses d’en haut qui nous font notre vie, nos avis et nous maintiennent à notre place !

    wauquiez, héritier d’une grande famille d’industriels du nord raisonne avec ce qui l’a fait : ses prrivilèges !
    • appoline (---.---.---.48) 20 décembre 2011 19:25
      appoline

      Dans ce monde où tout le monde est beau-riche-et en bonne santé, le poitrinaire souffrotteux et ermiste est le cadet de leur soucis, pour un peu on nous ressortira bientôt quelques boîtes de zyklon B, histoire d’éradiquer cette race créée de toute pièce aux relents de pauvreté qui gêne notre élite (enfin pseudo élite)

  • bnosec (---.---.---.52) 20 décembre 2011 14:10
    bnosec

    Qui est « nous » exactement ?
    Qui est notre supposé ennemi qui ne devrait pas l’être ?

  • penajouir (---.---.---.98) 20 décembre 2011 14:11
    penajouir

    C’est vrai il est brillant mais c’est un lèche cul et un membre très actif de ce gouvernement de pourris qui tape sur les plus faibles tout en se remplissant les poche !

  • Zangao (---.---.---.149) 20 décembre 2011 14:25
    Zangao

    OH, il pleurait au Chambon sur Lignon ........... il n’est donc pas totalement mauvais.......... ou ...........

  • interlibre (---.---.---.85) 20 décembre 2011 14:28

    C’est les mathématiques à la sauce UMP.

    Si y a un pbl dans la société (du pognon) c’est la faute des 10% les plus pauvres qui ont 1% de la richesse et pas du 1% le plus riche qui a 40% des richesses.
    J’ai envie de dire, le pauvre qui gobe ça, il mérite son sort.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !






Palmarès