Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > A quand la fin des privilèges ?

A quand la fin des privilèges ?

A moins d’un an de l’élection présidentielle, on entend peu les candidats aborder ce sujet des statuts privilégiés ; il s’agit pourtant d’une inégalité supportée par l’ensemble des Français. On peut les comprendre, c’est en quelque sorte se frotter à une bombe électorale.

Vous comprenez bien évidemment que privilège ne signifie pas compensation ou avantage pour des causes de pénibilité physique, par exemple, non, on parle bien des privilèges. Un privilégié n’est pas forcément un riche, mais quelqu’un dont la catégorie a obtenu un droit que l’ensemble des autres Français n’a pas. Lorsque ces droits ont été acquis, il ne s’agissait pas de privilèges, mais de compensations face à des contraintes. Le problème, c’est que les années passent, les métiers et la société évoluent, mais on ne revient pas sur les droits acquis, même s’ils ne sont plus légitimes. On crée alors des privilèges, et certains syndicats les défendent becs et ongles, alors qu’ils n’ont plus lieu d’être, pour empêcher une prétendue régression sociale ; de façon plus réaliste, il s’agit de défendre une inégalité. Les conducteurs de locomotives, par exemple, compte tenu de leurs avantages, doivent avoir un travail d’une extrême pénibilité par rapport aux chauffeurs de bus en banlieues dites sensibles. Personne n’est dupe, on sait qui a le plus de mal, qui est en rapport direct avec l’insécurité, pourtant, ce n’est pas ceux-ci qui ont des compensations alors qu’ils les mériteraient. Pour l’autre, il s’agissait d’un métier difficile lorsqu’il était question de pelleter le charbon en pleine chaleur pour faire avancer le train, mais aujourd’hui... Ceci n’est qu’un exemple parmi tant d’autres.

Quel homme politique va oser stopper cela ? Certains idéologues demandent de niveler tous les statuts vers le haut. Magnifique idée ! Mais cela reste et restera une idée ; en effet, les finances de l’Etat ne peuvent plus permettre de telles choses. Thierry Breton, notre ministre de l’économie, a annoncé en novembre 2005 que la dette de la France s’élevait à 2000 milliards d’euros. En résumé, cher lecteur, vous devez 33 000 euros ! Pourtant nous n’avons subi aucune guerre ni catastrophe naturelle, notre pays n’est pas à reconstruire, mais se trouve tout de même au bord du dépôt de bilan. Triste nouvelle, pour ceux qui ont mis en place et maintenu les statuts privilégiés. Ils tiennent encore le pouvoir, mais sont-ils assez naïfs pour croire que la jeunesse qui arrive est prête à payer les cadeaux qu’ils se sont attribués ? L’heure des comptes arrive.

On peut s’attendre à ce que la réduction de la dette fasse explicitement partie des programmes politiques pour 2007, attendons de voir ce qui est proposé et qui présentera les choses telles qu’elles sont. Le Parti socialiste semble le plus mal engagé sur cette voie pour le moment, certains de ses membres dénonçant déjà, à l’exemple de l’ancien Premier ministre Michel Rocard, un programme « trop cher ». Espérons que certains auront enfin le courage de présenter les problèmes tels qu’ils sont, de mettre fin aux privilèges et de proposer de vraies solutions.


Moyenne des avis sur cet article :  4.04/5   (96 votes)




Réagissez à l'article

75 réactions à cet article    


  • JDCh (---.---.43.36) 20 juillet 2006 12:34

    D’accord avec vous. Ci-dessous lien vers un post que j’ai commis il y a quelques mois.

    http://jdch.blogspot.com/2006/02/une-vieille-aristocrate-dsargente.html


    • gem (---.---.117.249) 20 juillet 2006 15:43

      j’ai enfin retrouvé (RE, parce que « marsupilami » la donne régulièrement et que je l’avais perdue) la formule magique pour poster les liens. Là : cours de HTML qui donne la formule magique pour poster les liens (avec ça et la fonction « recherche » je pourrais la retrouver si je la perd encore)

      Et ça donne ça : http://jdch.blogspot.com/2006/02/une-vieille-aristocrate-dsargente.html


    • Johan Johan 20 juillet 2006 12:53

      On oublie la fonction publique fort mal deployee (on pourrait tacler les fonctionnaires ailleurs mais on avancerait sur un terrain glissant).

      Les exonerations fiscales bien choisies, l’evasion fiscale.

      Les collectivites territoriales nepotiques ou clientelistes.

      Mais plus generalement, de nouveaux privileges ont vu le jour comme l’acces a la justice (rapport de l’UMP sur le sujet). Ou l’acces a une justice equitable (je ne fais pas la liste des preuves a charge d’une justice a deux vitesses).

      Bref c’est un peu tout ca qui coute cher. Les politiques cherchent de nouvelles missions a l’Etat et en oublient l’essentiel, comme pour se justifier de leur incompetence a gouverner, ils se presentent comme les gestionnaires ENArques de cette gigantesque machine.


      • Jesrad 20 juillet 2006 16:32

        « Les politiques cherchent de nouvelles missions a l’Etat et en oublient l’essentiel, comme pour se justifier de leur incompetence a gouverner » Ah, si seulement... Mais le problème c’est que ce n’est même pas pour se justifier. La vraie raison, c’est pour pouvoir continuer à dépenser plus de nos sous et se servir au passage grassement. Quel est l’intérêt pour un politicien français de réduire le chômage, alors qu’il peut à la place faire semblant de travailler à le réduire en créant des placards en or dans des Observatoires, missions interministérielles et autres conseils pour ses proches, amis et fidèles rencontrés lors des innombrables réceptions ? C’est ainsi qu’on achète des voix et des faveurs en politique. Un verre de champagne à la main. Ce n’est pas de l’incompétence, et si vous regardez bien, vous pourrez voir le mépris qu’ils ont pour le peuple derrière leurs belles promesses.


      • Olivier (---.---.208.36) 20 juillet 2006 13:14

        Je suis totalement d’accord avec cet article, ainsi que l’excellent post de JDCh sur son blog.

        Les français sont vraiment comme des conducteurs d’une automobile, qui conduisent en ne regardant que dans le rétroviseur (les fameux acquis sociaux qu’il faut à tout prix conserver), sans voir qu’ils foncent droit dans le mur devant eux.


        • Fabien (---.---.39.50) 20 juillet 2006 13:36

          Completement d’accord, enlevons le moteur !!!


        • Emmanuel (---.---.87.194) 20 juillet 2006 13:41

          Quid des privilèges de ceux qui gagnent via leurs stocks options et autres golden parachutes des dizaines de fois plus que ce qu’un ouvrier gagne en toute une vie et en tout cas infiniment plus que ce qu’ils peuvent imaginer dépenser même s’il s’agissait d’acheter à plein temps les biens les plus chers. Qu’en font-il à part tenter de perpétuer les conditions de telles injustices ? Là est la vrai indécence !!!


          • Tom C (---.---.117.34) 20 juillet 2006 16:29

            Les stocks, les golden parachute etc ... bla bla bla. Je m’en cogne qu’un pdg retire des thunes de sa boite, au moins ce sont ses thunes et ils ne se paie pas ses privileges avec mon argent en racontant que c’est pour « les pauvres » et par « solidarité » etc ... de plus l’appauvrissement général provoqué par ces privilégiés ne represente rien comparé à l’inefficacité de l’administration française.


          • FredSud37 (---.---.201.242) 28 juillet 2006 12:27

            (.....) Voyons quelques-uns de ces « talents » de plus près, qui ont littéralement fait sombrer une entreprise florissante. Mais M. Tchuruk n’a pas fait mieux : en commettant la grossière erreur stratégique de recentrer ses activités sur les télécommunications, trois ans avant qu’éclate la « bulle » Internet, il a conduit Alcatel au bord d’un gouffre dans lequel il a fait plonger des milliers de salariés. Quant à M. Pierre Bilger, il reçoit son chèque de 5 millions d’euros au moment précis où Alstom annonce des pertes de 1,43 milliard d’euros et 5.000 suppressions d’emplois. N’importe lequel de leurs employés, tiré au sort, n’aurait pas pu faire plus mal que ces prétendus capitaines d’industrie. On se souvient qu’aux grandes heures de la nouvelle économie, à la fin des années 1990, plus une entreprise perdait d’argent et plus le cours de son action grimpait. La même logique prévaut pour les rémunérations des patrons des grandes firmes : alors que les entreprises du CAC 40 ont perdu au total 20,1 milliards d’euros en 2002, leurs dirigeants ont augmenté leurs salaires de 11 %. (.....)

            Extrait de « Les bacchanales des patrons-voyous », Bernard Cassen, Le Monde Diplomatique, août 2003, page 3.


          • Adolphos (---.---.59.170) 28 juillet 2006 12:36

            « Bernard Cassen, Le Monde Diplomatique »

            Tu n’as pas plutôt des références, je veux dire des sérieuse ? Parce que le Monde Diplomatique, ca fait passer la Pravda pour un journal Ultra-capitaliste !

            Bon, des patrons ont touché une prime, comme en touche les fonctionnaires qui ne glandent rien tout les 3 mois et systématiquement. Mais la différence, c’est que là c’est le probléme des propriétaire de l’entreprise et de personne n’autre, tandis que dans l’autre cas c’est du vol organiser par l’Etat.


          • FredSud37 (---.---.201.242) 28 juillet 2006 12:53

            Un Professeur d’Université honoraire, ancien Doyen de sa faculté, est assurément plus sérieux que ne le sera jamais un néolibéral de base, sachant uniquement réciter ce que ses maîtres du Medef lui en mis dans ce qui lui sert de cerveau. De plus, j’aimerais savoir combien de fonctionnaires toucheraient à ce jour, des millions d’euros en remerciement de leur incompétence...


          • Adolphos (---.---.59.170) 28 juillet 2006 12:56

            « De plus, j’aimerais savoir combien de fonctionnaires toucheraient à ce jour, des millions d’euros en remerciement de leur incompétence... http://www.alternativeunitaire2007.org/spip/ »

            La moitier du budget de l’Etat, pourquoi ?


          • FredSud37 (---.---.201.242) 28 juillet 2006 13:02

            Mon pôvre vieux, si chacun des 4,5 millions de fonctionnaires recevait des millions d’euros par an, il faudrait multiplier le montant du budget de l’Etat par 100 (au minimum)...


          • Adolphos (---.---.59.170) 28 juillet 2006 13:09

            « Mon pôvre vieux, si chacun des 4,5 millions de fonctionnaires recevait des millions d’euros par an, il faudrait multiplier le montant du budget de l’Etat par 100 (au minimum)... »

             ?? De quoi parlez vous ??

            Vous confondez argent privé, qui ne vous regarde pas, et l’argent public. Si des propriétaire veulent paye une femme de ménage ou un patron 5 millions d’Euro, vous n’avez aucune légitimité à vous meler de cette affaire. Ce n’est pas le cas pour de l’argent public.


          • FredSud37 (---.---.201.242) 28 juillet 2006 13:18

            A partir du moment où des milliers de nouveaux chômeurs (mes propres concitoyens) seront indemnisés par les Assedics (fonds publics) à cause de l’incompétence notoire de certains patrons rémunérés grassement (finance privée), cela me regarde en tant que citoyen et salarié.


          • Adolphos (---.---.59.170) 28 juillet 2006 13:21

            « A partir du moment où des milliers de nouveaux chômeurs (mes propres concitoyens) seront indemnisés par les Assedics (fonds publics) à cause de l’incompétence notoire de certains patrons rémunérés grassement (finance privée), cela me regarde en tant que citoyen et salarié. »

            Les ASSEDIC ont justement été créer pour facilité les licenciments.

            Ca ne vous regarde pas. Pas plus qu’un fabricant de petit pois ou votre coiffeur n’a à vous demandez des compte le jour ou vous ne concommer plus son produit/service.


          • Adolphos (---.---.59.170) 28 juillet 2006 13:22

            « A partir du moment où des milliers de nouveaux chômeurs (mes propres concitoyens) seront indemnisés par les Assedics (fonds publics) à cause de l’incompétence notoire de certains patrons rémunérés grassement (finance privée), cela me regarde en tant que citoyen et salarié. »

            Les ASSEDIC ont justement été créer pour facilité les licenciments.

            Ca ne vous regarde pas. Pas plus qu’un fabricant de petit pois ou votre coiffeur n’a à vous demandez des compte le jour ou vous ne concommer plus son produit/service.


          • Stephane Klein (---.---.101.8) 20 juillet 2006 14:02

            Ceux la sont quelques dizaines, n’essayez pas de noyer le poisson !!

            Les vrais avantages sont le sous-rpoductivite de la fonction publique, les primes d’assiduite des qu’on fait l’honneur d’etre present, les regimes speciaux de retraite que nous devrons tous renflouer. La sont les privileges et ils coutent a la nation des milliards d’euros.


            • Guilhem (---.---.231.160) 20 juillet 2006 14:30

              Il y a quelques années encore, être fonctionnaire était c’était tocard, moins bien payés que dans le privé des augmentation et de l’avancement à petite allure.

              Le fait est que depuis dans le privé la situation c’est nettement dégradé et maintenant on montre les fonctionnaires comme des privilégiés.

              La plupart des fonctionnaires font bien leur travail et même s’il y a des abus et des absurdités comme dans toute organisation ils ne méritent pas le sort qui leur est réservé dans les médias bien pensants. D’ailleurs la plupart ne gagnent pas des millions sauf quelques exceptions qui sont les premiers a taper sur les fonctionnaires (les petits) type DDV.

              Les fonctionnaires c’est pratique c’est comme les immigrés on leur met tout sur le dos comme ça pendant qu’on leur tape dessus vous ne voyez pas les vrai privilégiés qui viennent vous expliquer que vu la conjoncture ça ne va pas être possible et il va falloir faire un effort.

              Ça s’appelle tout simplement diviser pour mieux régner. Ouvrez les yeux !!!


              • vite un ventilo ! (---.---.0.133) 20 juillet 2006 14:54

                ah enfin un discours censé sur les fonctionnaires. merci gilhem !!!

                j’aime beaucoup le discours les fonctionnaires sont bien payés quand je vois comme aujourd« hui des mecs dans la rue en train de balayer à 990 euros par mois sous le soleil !!! y en a même un qui m’a dit »on ne s’arrête plus de balayer pour faire une pause depuis qu’on s’est fait insulter par un mec en bagnole qui passait il y a quinze jours".

                Donc si je résume, si y a la merde c’est bien de la faute :
                - aux immigrés (noirs et arabes) mais pas les petits vieux anglais qui rachètent nos baraques partout ?
                - aux fonctionnaires
                - aux femmes qui travaillent au lieu d’élever leurs gosses
                - aux ados qui en branlent pas une à l’école
                - aux vieux qui en finissent pas de mourrir
                - de la météo qui se détraque pour un petit rien de réchauffement planétaire

                Donc la personne idéale serait : un homme blanc de 30-45 ans qui travaille dans le privé et qui roule en diesel... ça fait plus beaucoup de monde !!! heureusement j’en suis, je me prendrai pas des coups de matraque dans la gueule quand « le grand soir libéral » aura lieu !!! Bah je vais divorcer de ma fonctionnaire de femme, et me remttre avec l’homme idéal, autant rester qu’entre nous !!!


              • gem (---.---.117.249) 20 juillet 2006 16:17

                Je ne connais pas de fonctionnaires vraiment smicard (les rares — quelques % — qui existent, ce sont des smicards hors primes, ce que met le moins payé des fonctionnaire à au moins SMIC + 10%). Dans le privé, il y plus de 18% de gens au SMIC (sauf erreur).

                Je ne connais pas de fonctionnaires qui fasse un boulot vraiment pénible 40 h ni même 35 h par semaine. Les rares qui ont un boulot vraiment pénible (ça existe quand même) travaillent 28 h par semaine, ou (ou non exclusif !) bénéficient de compensations financières ou autres avantages spéciaux. Alors qu’il est rare qu’un SMICard ait un boulot agréable.

                Question : dire cela, est-ce une indigne manoeuvre pour « diviser pour regner » ? Proposer de réaligner tout ça de façon plus raisonnable, simplement entre travailleurs, sans rien toucher au reste, est-ce être un affreux réactionnaire pro-capitaliste ?


              • Tom C (---.---.117.34) 20 juillet 2006 16:31

                Ils sont trop et on a plus d’argent pour les payer. Ouvre les yeux. On ne demande que justice.


              • vince (---.---.159.2) 20 juillet 2006 17:48

                Bien d’accord Guilhem ! Quand la situation allait bien, personne ne trouvait que les fonctionnaires avaient des privilèges. Progressivement, d’année en année, le privé a été nivelé vers le bas, alors que le public ne bougeait pas (ou pas trop, ou alors en sens inverse). Alors maintenant, on peut considérer les fonctionnaires comme des privilégiés par rapport au privé. Mais c’est ce que veut le gouvernement : qu’on gueule bien fort pour leur retirer leurs« privilèges », comme ça ils auront réussi à niveler la situation de tout le monde vers le bas. On sera tous à égalité, et on pourra recommencer à ponctionner le privé, personne n’y trouvera rien à redire... Le fait qu’on considère les fonctionnaires comme des privilégiés montre simplement qu’on s’est fait avoir, et que nos conditions de vie ont régressé. point barre.

                Malgré cela, je pense quand-même qu’il y a peut-être trop de fonctionnaires dans certains secteurs du public (ça fait baisser les chiffres du chômage). Mais de là à dire qu’ils sont la cause de tous nos maux, je trouve ça un peu fort quand-même. Les politiciens n’ont qu’à commencer à réduire un peu leur salaire, et les restrictions passeront sûrement mieux. ça fait pas sérieux, quand on touche 13000 euros de salaire par mois (sans compter tous les avantages et les pots de vin), de demander aux gens de se serrer la ceinture...


              • dscheffes (---.---.217.188) 20 juillet 2006 18:55

                ah, bon !!! parce que le personnel soignant dans les hôpitaux publics travaille 28h par semaine !!! j’en connais que çà va faire bien rire....


              • argg fais déjà chaud (---.---.0.133) 21 juillet 2006 10:24

                ça va bien faire rire ma femme aussi qui bosse 40 à 42 heures semaines pour 1175 euros net par mois, qui a sous sa responsabilité 12 personnes, deux salles de spectacle et une salle d’expo...

                mais c’est bien la france ça... on pleure qu’il y a trop de fonctionnaire et quand faut faire 5 minutes la queue à la mairie ça gueule comme des putois !!!


              • corwinhawk (---.---.203.7) 20 juillet 2006 15:25

                La fin des privilèges, certes, est à souhaiter. Mais quel privilèges ? Cet article semble ne s’attaquer qu’aux fonctionnaires. Effectivement il existe dans la fonction publique des avantages qui n’existent pas dans le privé (en premier lieu la sécurité de l’emploi). Mais je dirais aussi que le contraire est vrai (salaires souvent meilleurs dans le privé, avantages en nature).

                Imputer la dette de la France aux seuls fonctionnaires relève de la plus pure démagogie. En fait, ce sont tous les français qui vivent au dessus de leurs moyens.

                Cette dette effectivement, il faut la réduire. Cela doit être un effort pour tous les français. Il faudrait certainement réformer drastiquement la fonction publique, pas seulement faire tomber ces privilèges que vous dénoncez. Il faudrait aussi que nous tous ayons un comportement plus citoyen (moins de dépenses de santé, travailler plus, payer plus d’impôts, vivre sans toutes ces aides diverses de l’Etat)

                Je serais surpris de voir un candidat proposer un tel programme.


                • argg fais déjà chaud (---.---.0.133) 21 juillet 2006 10:33

                  tout à fait d’accord avec vous...

                  et puis c’es facile tiens !!! c’est comme si je disais « de toutes manières, c’est de la faute des pompistes si l’essence est chère, alors il faut moins de pompistes »... comme ça total dort sur ces deux oreilles... ben là c’est pareil !!!

                  donc oui, regardons d’ou vient la crise des dépenses publics : les associations qui se gavent de fonds publics sans jamais avoir de compte ou si peu à rendre, les « j’ai pas envie de me lever, allo docteur ! », les médecins qui s’augmentent tous les ans de 1 ou 2 euros par consultation (ça fait combien en % déjà ?), les autoroutes que l’état construit et vend une misère... la liste est longue... alors avant de vous en prendre à des salariés du secteur public ou des fonctionnaires...

                  et quid bien sur des entreprises qui se gavent d’argent public en subventions pour s’implanter puis se barrer ailleurs, qui se gavent d’argent public en n’étant éxonérer de tout ou partie de ce qu’ils doivent... ce qui me dégoute, c’est les PMI et PME défendent ce principe sans jamais en profiter eux...


                • bulu (---.---.1.39) 20 juillet 2006 15:31

                  Tres bon article sur les privileges et son corrolaire, l’irreformabilite du pays. Ca devie forcement dans les commentaires sur les fonctionnaires et les stock options....

                  La ou l’auteur se leurre est sur : « Ils tiennent encore le pouvoir, mais sont-ils assez naïfs pour croire que la jeunesse qui arrive est prête à payer les cadeaux qu’ils se sont attribués » Car la jeunesse (25-40 ans) n’a pas le pouvoir dans ce pays, ni politique, ni financier, ni mediatique car la courbe demographique est en sa defaveur. On se retrouve avec des institutions concues il y a 40 ans completement depassees par les evolutions rapides de notre societe, en decalage. La jeunesse, on lui demande de choisir entre un conservatisme de gauche ou un conservatisme de droite.


                  • Polus (---.---.102.41) 20 juillet 2006 15:33

                    Bonjour, pour réagir aux deux dernières réactions, je ne pense pas que l’auteur de l’article s’attaque aux fonctionnaires et loin de là. Il me semble qu’il cherche à mettre en évidence certaines inégalités entre public et privé mais surtout entre les catégories du public. Son exemple entre les conducteurs de train et bus illustrent bien cela je crois. Bon mais je suis bien d’accord qu’aujourd’hui le fonctionnaire comme l’immigré sont des gens sur qui ont tape rapidement. Mais ça ne me semble pa être le but de l’article, peut-être qu l’auteur nous eclairera.


                    • Polus (---.---.102.41) 20 juillet 2006 15:50

                      pas les deux derniers pardon mais dans les derniers postés, vous aurez rectifié par vous même.


                      • Misaelle (---.---.213.194) 20 juillet 2006 16:09

                        Je ne sais pas si je fais bien de réagir, généralement je m’abstiens sur des sujets de ce type mais des fois ça fais du bien.

                        Alors en premier lieu, je crois que je rentre dans cette fameuse catégorie « fonctionnaire ». Je suis contractuelle en réalité, mais ne pinaillons pas. Côté privilèges, je gagne 1084 E par mois net, et pas un centime de plus en prime ou quoi que ce soit. J’ai un bac + 5, et si j’ai pris ce boulot c’est parce que je souhaitais vraiment travailler en collectivité pour me faire une « experience ». Plus de 1,5 an de stage payés 350 E/mois en diverses entreprises, « ce n’est PAS de l’expérience m’avais t’on dit... ». Bref, je vous laisse faire les calculs concrêts, entre loyers, charges diverses, bagniole (je l’utilise aussi pour le boulot, je suis obligée d’en avoir une, c’était convenu), remboursement d’emprunt étudiant etc, j’ai strictement plus RIEN à la fin du mois, je ne sait même pas comment je vais pouvoir payer mes impôts.

                        Ah oui et sur le fait que je ne glandouille pas 34H/35H (sans compter les réunions entre 20h et 22H, ben oui les élus ont un travail aussi... !), je ne m’étendrai pas.

                        J’espère que cette litanie ne sera pas source de polémique ou de « trollage », ce n’est pas le but. Le message c’est ARRETONS DE GENERALISER, merci. J’en ai marre de me prendre sans arrêt des petites réflexions ironiques sur ma « chance » de bosser dans le public, comme on dit (sous entendu ne rien foutre) par des gens qui croient que le fait de payer des impôts leur donne tout les droits sur les employés du « service public ».

                        Une chose est sûre, dés que mon expérience sera faite, je vais abandonner sans regret aucun toutes ces promesses de privilèges et d’emploi à vie pour me jeter à corps perdu dans cette jungle qu’est le domaine privé.

                        Ouf, ça fait du bien !


                        • gem (---.---.117.249) 20 juillet 2006 16:50

                          Je crois que vous faites bien de réagir. La fonction publique, c’est ça aussi : des contractuels sur-diplomés payés au lance-pierre.

                          Cela dit, je ne sais pas quels étaient vos diplômes (des B+5 voire +7 ou même +9, il y en a plein qui ne valent rien du tout, sur le plan professionel. La psycho-socio, c’est terrible pour ça, par exemple ...), et, excusez-moi, mais je vous plainds moins que les arabes que j’ai épisodiquement croisé sur une chaîne de montage (en 2-8, soit vous commencez à 6 h, soit vous terminez à 22h voire plus tard ). Eux aussi sont au SMIC, et je doute que vous échangiez volontiers votre place pour la leur.


                        • Misaelle (---.---.141.34) 20 juillet 2006 17:24

                          Concernant mon diplôme, ce n’est pas un diplôme vide il me semble. La meilleure preuve en est que la totalité de mes camarades de promo ont trouvé un job, et que ceux qui sont dans le « privé » touchent 1,5 à 2,5 fois plus que ceux qui sont, comme moi, dans le « public ».

                          Concernant le fait que en gros « je ferais mieux de me réjouir de ce que j’ai, d’autres n’ont pas ma chance », je vous laisse à vos réflexions.

                          Mais réjouissons nous, à ce rythme, entre les insultes à peine voilées constantes, les petites remarques ironiques et des salaires de m...., il n’y aura bientôt plus beaucoup de jeunes dîplomés qui souhaiterons travailler dans nos collectivités. Des économies en vue, donc...La France pourra payer ses dettes.


                        • Misaelle (---.---.141.34) 20 juillet 2006 17:36

                          Bon, rationalisont un peu. Puisqu’on parle des fonctionnaires, allons, y, mais sans idées toutes faites de grâce !

                          Oui, il y a manifestement des économies à faire. Mais pourquoi accuse t’on les fonctionnaires de coûter trop cher, de faineantise, etc... ? N’est ce pas un peu trop facile ? Est ce que lorsqu’une entreprise est mal gérée, on accuse ses employés ? Non.

                          Sur la paperasse et le temps perdu sur des usines à gaz, encore oui. Je suis bien placée pour en parler, je passe moi même une partie de mon temps de travail à rédiger des rapports en 25 exemplaires qui ne seront lu par personne, à répondre à X questiopnnaires identiques pour des structures différentes, à assister à des réunions tard le soir qui ne servent parfois à rien.

                          Y suis je pour quelque chose ? Non. Ces choses sont OBLIGATOIRES, c’est l’organisation (ou la désorganisation) générale qui veut ça.

                          Et croyez moi, je passerai bien mon temps à autre chose aussi, ce n’est pas le travail utile qui manque.


                        • Marcel Patoulatchi (---.---.103.59) 20 juillet 2006 16:25

                          Disons que certains de ces privilèges sont devenues comme une partie du salaire. Evidemment que la prime de charbon est un résidu historique : néanmoins, c’est avant tout un bout du salaire. Les chauffeurs de trains sont-ils trop payés pour le travail qu’ils font, c’est ça la question à poser.

                          Mais si on veut faire des économies, m’est avis que l’on devrait se demander : - quels sont les coûts somptuaires de chaque ministère (réceptions et consorts) - pourquoi on paye à vie des ministres - si les « indemnités » payés par la Nation aux élus sont bien justifiés dans le cadre d’une Nation qui doit se serrer la ceinture

                          On parle souvent d’affaires d’emplois-fictifs, concernant les « représentants » politiques. N’est-ce pas le signe qu’il n’y a pas assez de contrôles et de rigueur dans les dépenses publiques concernant les élus, pour que ce type d’infraction soit commise si régulièrement ?

                          Certes, ces problèmes là concernent moins de monde. Mais leur nature scandaleuse est bien plus flagrante que finalement une histoire de « prime de charbon » qui n’est qu’un petit bout d’un salaire pas si mirobolant.


                          • Tom C (---.---.117.34) 20 juillet 2006 16:46

                            Le probleme n’est pas le train de vie de certains hyper privilégié, ni la prime de charbon des cheminots, ni les stock options d’untel. Le problème est quantitatif, il y a trop de fonctionnaires (18% de la population active il me semble), on a pas les moyens de les payer, on s’engage pourtant à peyer leur retraite, donc on s’endette .... juste, pas juste ? peu importe. A moyen terme c’est intenable.


                          • gem (---.---.117.249) 20 juillet 2006 17:04

                            ATTENTION. Il n’y a pas « trop de fonctionnaire ». Il y a « trop de fonctionnaires qui ne font pas un boulot utile ». C’est une nuance, mais c’est une nuance de grosse taille.

                            Par exemple, il y a plusieurs dizaines de milliers de profs (au moins 30 000, selon la cour des comptes) qui sont payés (et bien payés !) à ne rien faire : si ces gens étaient au boulot (rien que pour enseigner la lecture, vu le taux d’analphabetes !), ça changerait tout.

                            Il y a aussi des milliers de « commissions » et d’« instances de reflexion » qui ne servent qu’à brasser du vent, et qui occupent chacune des dizaines de fonctionnaires. Pour rien.

                            Sans parler des machins carrément nuisibles, les bureaux qui vous font ch... pour obtenir des paperasses, ou des bidules qui gaspillent l’argent rien que pour montrer que l’europe/l’état/la région/le département/la commune s’occupe(nt) d’un problème ...

                            En dehors de ça, il y a aussi des endroits où on manque de bras et d’argent.


                          • Le libéral Le libéral 20 juillet 2006 17:24

                            Si il y a trop de fonctionnaires tout court car l’Etat prend en charge des missions qui ne lui reviennent pas et il les fait moins bien que le privé, à coût plus élevé pour tout le monde


                          • Marcel Patoulatchi (---.---.103.59) 20 juillet 2006 23:55

                            Et il vous suffit de l’affirmer pour que ça soit vrai, où vous avez de vrais arguments ?

                            Il n’y a aucune raison qui fait que parce qu’une entreprise soit de statut public, subitemment elle fonctionne moins bien qu’une entreprise privée.

                            Par ailleurs, l’Etat dans ses missions ne peut se contenter d’évaluer l’efficacité sur des critères purement financier. Certains structures publiques se mordent les doigts actuellement d’avoir déléguer certaines de leurs activités au privé, systématiquement au moins-disant financier, pour au final un efficacité médiocre et inconsciente des spécificités d’une mission de service public.

                            De fait, on est dans un pays qui a de graves problèmes qui inquiètent, gênent les Français : les Français veulent moins de délinquance, plus de garanties. De fait, ça signifie qu’on a besoin de plus de fonctionnaires dans l’enseignement, dans la police et dans la justice - sans parler des hopitaux.


                          • Guilhem (---.---.91.97) 20 juillet 2006 16:49

                            De quel privilégié parlons nous ?

                            Du policier ou du gendarme qui assure votre sécurité, des infirmiers et aide soignants de votre Hôpital ou des pompiers ?

                            Soyons sérieux, on peut parler de réforme, rationalisation mais de démagogie SVP.

                            En plus je suis persuadé que ceux là même qui veulent se débarrasser de tout ces fainéants de fonctionnaires sont les mêmes qui réclament plus de policiers dans leur quartier, qui font scandale aux urgences parce qu’il attendent plus de 5 minutes pour leur bobo ou qui serait prêt-à-porter plainte contre ces salaud de pompiers qui ne viennent pas assez vite libérer leur chat coincé dans l’arbre.

                            Au fait si vous enviez tant que ça ces salauds de fonctionnaires (dont je ne fais pas parti) passez donc les concours, vous pour alors faire partie de cette caste qui vous fait tant envie et peut-être déchanterez vous..

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Jév’

Jév'
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès