Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > À qui appartient l’UDF ?

À qui appartient l’UDF ?

Comprendre le centrisme dans la France de décembre 2009 est un test intellectuel très difficile. Pas sûr que l’électeur puisse s’y retrouver dans les nouvelles chapelles créées à la suite du tremblement de terre du 21 avril 2002 et de l’élection de Nicolas Sarkozy du 6 mai 2007.

En quelques semaines, voici que se complique la guerre de positions à laquelle la famille centriste anciennement réunie sous la bannière de l’UDF participe de manière très feutrée.
 
 
Guerre de positions
 
La dernière information du centre vient de… l’UMP. L’ancien ministre giscardien Hervé de Charette a annoncé le mardi 8 décembre 2009 sur RTL qu’il quittait l’UMP, dans laquelle il n’était plus à l’aise, pour rejoindre les troupes du Nouveau centre. Hervé de Charette a un petit intérêt par rapport à d’autres : malin, il avait déposé à l’INPI la marque de l’UDF en 2004.
 
Était-ce une initiative concertée avec Hervé Morin, ministre actuel et président du Nouveau centre justement, qui a annoncé quelques jours plus tôt (le 29 novembre 2009) son intention de rebaptiser son parti UDF lors de son prochain conseil national le 12 décembre 2009 ?
 
Entre temps, empêtré dans un isolement de plus en plus pesant, lors du congrès du MoDem à Arras le week-end dernier, son président François Bayrou réaffirmait son opposition à une alliance avec les socialistes et cherchait à séduire de nouveau les sympathisants du centre droit déçu par le sarkozysme.
 
Cinq mois auparavant, le 27 juin 2009, le sénateur centriste Jean Arthuis, ancien ministre d’Alain Juppé, transformait son association "Rassembler les centristes" qu’il avait créée le 16 juillet 2008 à la suite de sa démission du MoDem après les municipales de mars 2008 en parti politique sous l’appellation "Alliance centriste". Jean Arthuis n’a pour l’instant aucune intention d’adhérer au Nouveau centre.
 
De son côté, Pierre Méhaignerie, ancien ministre balladurien et figure historique du centrisme breton, réunissait ses troupes le 9 décembre 2009 pour savoir quoi faire encore au sein de l’UMP et refusait déjà d’envisager le label UDF à un Nouvel centre qu’il subodorerait un peu trop libéral et pas assez démocrate-chrétien.
 
 
Reparlons de l’UDF
 
En décembre 2007, il y a deux ans, j’exprimais mes regrets de la mort de l’UDF décidée à l’occasion du congrès fondateur du MoDem.
 
Rappelons en quelques lignes ce qu’était l’UDF.
 
Le 1er février 1978, juste avant les élections législatives, pour contrebalancer le RPR de Jacques Chirac en guérilla interne au sein de la majorité, l’UDF est créée sur l’insistance du Président Valéry Giscard d’Estaing sous forme d’une confédération de partis politiques (qui gardent donc leur existence légale) : les républicains indépendants de Michel Poniatowski, le Centre des démocrates sociaux de Jean Lecanuet (qui devient président de l’UDF jusqu’au 30 juin 1988) et les radicaux valoisiens de Jean-Jacques Servan-Schreiber.
 
Les RI deviennent par la suite Parti républicain (dirigé à partir de 1982 par François Léotard puis Gérard Longuet) puis à partir du 24 juin 1997, Démocratie libérale (dirigée par Alain Madelin élu contre Gilles de Robien).
 
Le CDS est dirigé par Jean Lecanuet, puis à partir de 1982 par Pierre Méhaignerie jusqu’au congrès de Vincennes en décembre 1994 où lui succède François Bayrou. Il devient Force démocrate le 25 novembre 1995 à Lyon.
 
Après la "décennie JJSS", le Parti radical valoisien est dirigé par les trois personnalités Didier Bariani, André Rossinot et Yves Galland pendant une vingtaine d’années.
 
Parallèlement à ces trois partis politiques, des "groupuscules" se sont agglomérés à l’UDF avec leur existence propre : le Parti social-démocrate d’André Santini (qui a fusionné avec le CDS en 1995 pour former Force démocrate) qui représente les socialistes qui ont refusé le programme commun et l’alliance avec les communistes, les clubs giscardiens Perspectives et Réalités transformés le 1er juillet 1995 en Parti populaire pour la démocratie française (présidé par Hervé de Charette qui le transforme le 25 avril 2002 en "Convention démocrate" au sein de l’UMP), et les adhérents directs de l’UDF repris par Charles Millon (ancien du Parti républicain) au début des années 1990.
 
Le 31 mars 1996, une alliance entre François Bayrou et François Léotard permet à ce dernier de prendre la succession de Valéry Giscard d’Estaing à la présidence de l’UDF, en s’opposant à la candidature d’Alain Madelin.
 
En mars 1998, le coup de tonnerre des alliances dans certaines régions de membres de Démocratie libérale avec le Front national fait quitter Démocratie libérale de l’UDF qui se choisit comme nouveau président François Bayrou dès le 17 septembre 1998. Notons qu’à cette époque, les repères sont flous : anciens du PR, François Léotard, Gérard Longuet, Alain Lamassoure et Gille de Robien restent dans l’UDF de François Bayrou alors qu’ancien du CDS, Claude Goasguen rejoint Alain Madelin à Démocratie libérale.
 
À la différence de son fonctionnement antérieur, l’UDF devient à partir de 1998 un réel parti politique, avec fusion des structures initiales dans un seul et même parti. Seul le Parti radical valoisien obtient exceptionnellement le maintien d’une existence propre (qu’il obtient également au sein de la future UMP).
 
Le tremblement de terre politique du 21 avril 2002 qui voit Jean-Marie Le Pen qualifié pour le second tour de l’élection présidentielle est l’occasion en or saisie par Alain Juppé et Jacques Chirac dès le 23 avril 2002 pour unifier définitivement les deux partis de la majorité présidentielle, l’UDF et le RPR, en une Union pour la majorité présidentielle qui se transforme quelques mois plus tard, le 17 novembre 2002 au Bourget, en Union pour un mouvement populaire, reprenant la sémantique européenne du Parti populaire européen dans lequel elle se situe.
 
Cette idée de fusionner la droite républicaine et le centre est vieille de plus d’une décennie puisqu’elle prend naissance avec l’initiative des "rénovateurs" en avril 1989. En 2002, Nicolas Sarkozy y est hostile mais ne fait rien contre l’initiative.
 
L’opération fonctionne mieux que prévu puisque la plupart des UDF historiques rejoignent l’UMP : Philippe Douste-Blazy (qui est l’un des acteurs du ralliement et devient secrétaire général aux côtés d’Alain Juppé président), Pierre Méhaignerie, Jacques Barrot, Valéry Giscard d’Estaing, René Monory, François Léotard, Gérard Longuet, André Rossinot, Adrien Zeller, Hervé de Charette, etc.
 
François Bayrou, quelques rares parlementaires centristes comme Bernard Bosson (pourtant son rival au congrès de Vincennes en 1994 pour prendre la présidence du CDS) et surtout la plupart des militants et des sympathisants de l’UDF refusent cette fusion.
 
L’UDF résiduelle parvient quand même à préserver son groupe à l’Assemblée Nationale en juin 2002, grâce notamment à l’élection de nouveaux jeunes députés comme Jean-Christophe Lagarde (à Drancy), Nicolas Perruchot (à Blois), Rodolphe Thomas (en Normandie). Hervé Morin est élu président de ce groupe face à Maurice Leroy.
 
Entre 2002 et 2007, l’UDF est un parti assez étrange qui cherche difficilement son non-alignement vis-à-vis de l’UMP, refuse la participation gouvernementale tout en laissant Gilles de Robien, encore UDF, ministre, allant même à voter pour certains la censure contre le gouvernement de Dominique de Villepin. Le 29 janvier 2006, la ligne autonomiste de François Bayrou est définitivement adoptée au cours d’un congrès extraordinaire à Lyon provoqué par une demande d’explication de Gilles de Robien (qui ne vient finalement pas à Lyon).
 
C’est tout naturellement que l’UDF soutient la candidature de François Bayrou en avril 2007, candidature basée essentiellement sur son opposition à Nicolas Sarkozy mais des membres de l’UDF soutiennent dès le premier tour la candidature de Nicolas Sarkozy comme André Santini et Gilles de Robien.
 
Après son échec du premier tour (malgré un très beau score), François Bayrou annonce son intention de ne pas voter pour Nicolas Sarkozy au second tour, prenant de revers tous ses amis de centre droit. La quasi-totalité des députés UDF soutiennent Nicolas Sarkozy au second tour et sont candidats uniques de la majorité présidentielle en juin 2007 (seuls Jean Lassalle et Gilles Artigues restent fidèles à François Bayrou). Le MoDem est créé dès la fin de l’élection présidentielle le 10 mai 2007.
 
La scission se fait mécaniquement aux élections législatives de juin 2007 entre les partisans de la ligne traditionnelle de l’UDF d’avant 2002 (loyauté à l’alliance UDF-RPR) et la ligne autonomiste dure incarnée par François Bayrou prêt à s’allier avec la gauche, les écologistes et les socialistes pour s’opposer à Nicolas Sarkozy.
 
Les députés UDF réélus au sein de la majorité s’investissent dans une structure qu’ils appellent Nouveau centre (créé le 29 mai 2007) et dont l’origine constitue un talon d’Achille important. En deux ans, jamais le Nouveau centre n’a réussi à prouver sa spécificité politique, n’étant pas le plus contestataire au sein de la majorité présidentielle, ni sa capacité d’existence électorale hors de l’UMP (il n’a pas osé partir seul lors des élections européennes de 2009 et régionales de 2010, scrutins dont le mode de scrutin proportionnel facilite pourtant l’autonomie électorale).
 
Quant à l’UDF canal historique, le 30 novembre 2007 à Villepinte, les adhérents votent la mise en sourdine de ce parti pour une période de trois ans (jusqu’en fin 2010) pour des raisons essentiellement patrimoniales, déléguant au MoDem la responsabilité de l’action. Cette mise en coma artificiel de l’UDF est déplorée son inspirateur et ancien président Valéry Giscard d’Estaing qui remarque paradoxalement la nécessité de deux partis au sein de la majorité (alors qu’il avait encouragé et soutenu la création de l’UMP en 2002 et soutenu la candidature de Nicolas Sarkozy).
 
 
 
Point de vue politique
 
Sur le plan des positions politiques et des stratégies politiques, le Nouveau centre pourrait avoir la pertinence de se revendiquer de l’UDF, à savoir, étant un parti de centre droit associé au grand parti majoritaire d’essence gaulliste au pouvoir et participant de ce fait au gouvernement.
 
Objection 1 : C’était valable pour la période d’avant 2002. Or à partir de 2002, la ligne autonomiste a été de plus en plus développée jusqu’à un refus de gouverner avec l’UMP.
 
Objection 2 : Beaucoup de personnalités qui représentaient l’UDF (historiquement, politiquement, philosophiquement, moralement) ont décidé d’adhérer à l’UMP en 2002, faisant valoir que l’UMP n’était pas seulement la continuation du RPR mais également celle de l’UDF. Par conséquent, le Nouveau centre n’aurait pas plus de pertinence à vouloir reprendre le sigle UDF que l’UMP elle-même.
 
 
Point de vue du droit des associations
 
Le droit des associations donne évidemment raison à François Bayrou et au MoDem sur l’utilisation de l’UDF. Le 30 novembre 2007, la plupart des dirigeants du Nouveau centre avaient déjà quitté l’UDF et n’ont donc pas pu prendre part au vote confiant le destin de l’UDF au MoDem.
 
La résolution finale adoptée le 30 novembre 2007 à Villepinte est assez claire : « L’UDF, formation politique au titre de l’article 4 de la Constitution, est membre fondateur du Mouvement démocrate auquel elle adhère pour une période transitoire de trois ans, en tant que personne morale. À dater du 1er décembre 2007, tout adhérent de l’UDF est adhérent du Mouvement démocrate. L’UDF délègue aux instances du Mouvement démocrate la responsabilité de l’action et de l’expression communes. Les autres instances nationales et locales de l’UDF s’intègrent aux instances correspondantes du Mouvement démocrate. Pendant cette période transitoire, les intérêts juridiques, matériels, moraux, les idées et les valeurs de l’UDF seront garantis et administrés par un bureau de vingt à trente membres désignés par le congrès, sur proposition du Président dont le mandat est prorogé. ».
 
Notons qu’il existe donc toujours un bureau de l’UDF, désigné le 30 novembre 2007 et composé de 26 membres dont sept ont quitté le MoDem (dont Jean Arthuis) et un s’est mis en congé du MoDem (le ministre Michel Mercier, toujours adhérent au MoDem, une situation aussi floue que celle de Gille de Robien entre 2002 et 2007).
 
Aucune objection de ce point de vue, seul le bureau de l’UDF pourrait faire changer les choses mais ceux qui ont quitté le MoDem sont-ils juridiquement toujours membres du bureau de l’UDF ? Le lien entre l’UDF et le MoDem est-il une équivalence ou seulement une implication ?
 
 
Point de vue du droit de la propriété intellectuelle
 
Assez malin dans sa démarche, Hervé de Charette a déposé à l’Institut National de la Propriété Intellectuelle (INPI) le sigle UDF, Union pour la démocratie française, le 8 mars 2004 (publié le 16 avril 2004) en tant que représentant de sa Convention démocrate (amusant de voir que son site Internet rassemble de vagues informations sur le MoDem, l’UDF, le Nouveau Centre et l’Union centriste et propose entres autres des liens publicitaires sur François Bayrou !).
 
L’enregistrement de la marque se fait pour une période de dix ans renouvelable. Hervé de Charette devrait donc pouvoir disposer de la marque UDF jusqu’en 2014 et a déjà fait savoir le 8 décembre 2009 qu’il ne s’opposerait pas à son utilisation par le Nouveau centre.
 
Objection 1 : Le dépôt de la marque et son enregistrement par l’INPI ne préjugent pas de sa pertinence légale. En 2004, Hervé de Charette n’était plus membre de l’UDF puisque membre de l’UMP, ne représentait donc plus l’UDF, ni sa Convention démocrate ne représentait l’UDF puisqu’elle aussi adhérente à l’UMP. Seul le bureau national de l’UDF pouvait agir au nom de l’UDF. Cet enregistrement de la marque est donc facilement contestable devant les tribunaux.
 
Objection 2 : Un argument développé par Hervé Morin (utilisation d’une marque tombée en désuétude) peut au contraire s’appliquer contre lui puisqu’il ne s’agit que des marques, pas de l’existence de parti politique. Or, le dépôt par Hervé de Charette de la marque UDF en mars 2004 sans qu’il ne l’ait utilisée pendant plus de cinq ans rend également caduc son dépôt et peut donc être repris par n’importe qui voulant l’exploiter.
 
L’initiative d’Hervé de Charette a la même pertinence que si j’avais déposé moi-même le nom d’un grand groupe industriel qui aurait été mon employeur quelques années avant (mais plus maintenant) et qui aurait oublié de se protéger (ce qui paraît invraisemblable dans le monde économique).
 
La seule chose qu’on pourrait évoquer d’un point de vue juridique est la négligence des dirigeants de l’UDF depuis 1978 de ne pas avoir déposé la marque, négligence d’autant plus grande pour François Bayrou qu’il se trouvait très isolé depuis 2002 (Il avait pourtant, me semble-t-il, bien verrouillé juridiquement la création de Force démocrate en 1995).
 
 
L’UDF, un parti éclaté en chapelles
 
Concrètement, l’UDF d’avant 2002 a donc explosé en quatre ou cinq groupes :
 
1. Les membres du MoDem qui étaient UDF avant 2007.
2. Ceux qui ont choisi d’adhérer à l’UMP dès sa création en avril 2002.
3. Ceux qui ont choisi de quitter François Bayrou pour soutenir Nicolas Sarkozy en avril 2007 et qui ont créé le Nouveau centre.
4. Ceux qui refusent la stratégie de François Bayrou mais aussi d’Hervé Morin et qui tentent de réunifier les centristes en créant encore plus de division, comme Jean Arthuis et son Alliance centriste.
5. Quelques électrons libres qui ont quitté François Bayrou depuis avril 2007 (ou plus tard) et qui ne savent pas se définir dans l’état actuel du paysage politique, comme Gille de Robien (ancien maire d’Amiens), Pierre Albertini (ancien maire de Rouen), Jean-Louis Bourlanges (ancien député européen) ou encore Jean-Marie Cavada (qui a créé le 14 janvier 2008 un groupuscule sans notoriété, "Alliance citoyenne pour la démocratie en Europe").
 
À l’instar d’Hervé de Charette, certains anciens UDF pourraient aussi être tentés de quitter l’UMP, mais sans savoir pour quoi faire, le Nouveau centre ne paraissant pas, pour eux, un parti vraiment construit. Parmi eux, deux personnalités importantes s’interrogent depuis longtemps, Pierre Méhaignerie et aussi Jean-Pierre Raffarin.
 
 
Une exception dans la division
 
Étrangement (ce sont toujours les subtilités feutrées du Sénat), seul le groupe de l’Union centriste au Sénat maintient un semblant d’unité où des sénateurs du MoDem (comme Jean-Marie Vanlerenberghe, Denis Badré, Didier Borotra, Jean-Jacques Jégou et Jacqueline Gourault) côtoient des sénateurs adhérents au Nouveau centre (comme Jean-Paul Amoudry, Pierre Fauchon, Catherine Morin-Desailly et Yves Pozzo di Borgo) ou à l’Alliance centriste (comme Jean Arthuis).
 
Le groupe compte 29 sénateurs (dont 9 du MoDem, 10 du NC et 7 de AC) et est présidé par Nicolas About (MoDem) depuis la nomination de son prédécesseur Michel Mercier au gouvernement le 23 juin 2009.
 
Ce groupe aurait pu s’agrandir en rajoutant les dix-sept membres du groupe du Rassemblement démocratique, social et européen (ancien groupe de la Gauche démocratique rassemblant tous les radicaux, valoisiens de l’UMP comme de gauche du PRG) qui avaient envisagé en décembre 2008 une fusion des deux groupes au Sénat pour s’opposer à la double suprématie de l’UMP et du PS.
 
 
Et l’avenir ?
 
L’important, cela reste évidemment la situation de fait et pas des arguties juridiques.
 
Et la situation de fait, c’est que l’UDF n’existe plus, pour deux raisons au moins : le départ des parlementaires UDF vers l’UMP en 2002 et la volonté de François Bayrou de vouloir nouer des alliances à gauche à partir de 2007.
 
Vouloir faire renaître politiquement l’UDF est vain et même stupide : j’ai en souvenir la tentative très grossière de Charles Pasqua de vouloir faire ressusciter le premier parti de De Gaulle par son RPF ("Rassemblement du peuple français").
 
Rien n’empêcherait non plus Nicolas Dupont-Aignan de transformer son mouvement "Debout la République" en RPR ou en UDR, mais pour quel intérêt ?
 
Le Nouveau centre brandit des sondages de notoriété : l’UDF serait plus connue pour les gens que le Nouveau centre. La belle affaire ! À ce compte-là, Jean Arthuis pourrait aussi demander à donner à son Alliance centriste l’appellation de Nouveau centre.
 
Je déplore toujours cette disparition politique de l’UDF. Les agitations actuelles ne feront rien pour la faire réexister, c’est sûr. L’électorat est même lassé par ces batailles qui ne servent que les ambitions de quelques uns en oubliant leurs électeurs qui ont besoin d’un projet, de valeurs, de direction à suivre dans un monde si mouvant et si incertain.
 
Un vrai bouleversement serait à attendre si des anciens UDF de l’UMP décidaient de quitter en masse l’UMP pour créer un parti à la fois loyal et distinct secrétant son propre projet. C’était un peu l’objet de mon poisson d’avril de 2008 où j’imaginais Jean-Pierre Raffarin à la tête de cette dissidence. C’était oublier un peu vite l’élection du Président du Sénat qui n’a pourtant pas été en sa faveur malgré sa loyauté au sein de l’UMP.
 
 
Alors, pourquoi vouloir reprendre une étiquette vieille de trente et un ans ?
Est-ce ainsi qu’on peux proposer un projet d’avenir ?
Parler des années 2010 avec un label des années 1970 ?
 
Finalement, l’UDF n’appartient plus à personne.
Elle appartient à l’histoire politique française.
Et à elle seule.
 
 
 
Sylvain Rakotoarison (11 décembre 2009)
 
 
Pour aller plus loin :
 
 
 
 
 
 
 
 
 
(Illustration "UDF transformée en MoDem" : Farid Taha cité par Luc Mandret).
 
 
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.8/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Philippe D Philippe D 11 décembre 2009 12:17

    Ou à gauche.


  • non666 non666 11 décembre 2009 12:42

    Completons un peu ton article Sylvain.
    Je rappelle que l’objectif de VGE, en creant l’UDF etait de rassembler « deux français sur trois » . Cela ne viasait donc pas, dès le départ, les seuls electeurs du centre « droit » , qu’on appelle aussi le Marais, mais tout les anciens radicaux de gauche, sociaux democrates et autres « progressistes » qui changent de vote a chaque election.

    Le fait que la doctrine de la gauche de l’epoque (si vous ne croyez pas au marxisme, vous etes de droite...) rendait toute convergence impossible poussait de fait le bloc chretien democrate vers la seule alliée possible : la droite traditionelle hyper-controlée par la droite nationale (en l’occurence le parti Gaulliste : l’UDR-RPR)

    Le controle du « Nom » UDF est donc UNIQUEMENT un combat de meme nature que celui du controle du PS : c’est un probleme de marque, de copyright.
    Comme au PS, les electeurs du « nouveau centre » ne sont pas plus accroché à leur doctrine que cela. Ils cherchent juste a empecher leur concurrent (en l’occurence Baurou) de rafler TOUT l’electorat chretien democrate.
    Il ne faut pas oublier que les Dousteau-Blazy, les Borloo, et toute la clique qui a signé le pacte d’allegeance a l’UMp est en fait le bloc de ceux qui ONT PERDU la majorité , au profit de Bayrou sur le controle de l’UDF.
    Leur conviction etait si faible, que plutot d’etre les minoritaires du second parti de droite, ils preferaient etre les faire valoir de leur courant dans ce qui est devenu le fan-club de Sarkozy :c’etait LEUR choix !
    Seulement voila, pour maintenir leur place chez Sarkozy, il faut lui amener quelquechose.
    Depuis qu’ils ont céssé d’etre credible comme chretien democrate, leur valeur est null pour l’UMP et il ne faut pas oublier que les prochaines investitures et leur avenir politique dependra uniquement de leur capacité a ramener des voix chez le gang Sarkozy.
    En revendiquant le nom UDF sur des artifices ils ne cherchent en fait qu’a eviter le Modem de saigner l’UMp à sa gauche pendant que le FN en fait de meme à sa droite.

    Or cette situatrion etait INEVITABLE puisque Sarkozy avait menti a tout le monde à la présidentielle et qu’il le pairait forcement des que les electeurs retrouveraient leurs esprits.
    On lance donc un tir de preparation mediatique sur l’identité nationale avec Besson avant de lancer DeVilllier, le nouveau rallié contre le FN.
     Vers le « centre » , les suivants de Sarkozy font de meme en lancant une offensive factice sur la suppression des cours d’Histoire, pour fournir des arguements aux « Nouveau centre d’aujourd’hui . Dans le meme temps les unités du Genie entame leur travail de sape des fortifications du Modem en s’attaquant aux »marques" qui le composent : l’UDF

    Tout ceci est de la com, rien que de la comm et on ne peut que constater le magnifique travail des spins doctors de la Sarkozy qui font tout pour lui maintenir la tete hors de l’eau avant de le lacher, au moment ou il faudra mettre en place DSK....


    • Sylvain Rakotoarison Sylvain Rakotoarison 11 décembre 2009 13:05


      A Non666

      Je corrige sur l’intention originelle de Giscard d’Estaing juste avant les élections législatives de 1978 (ses premières législatives, avec un courant de gauche porteur dans les sondages malgré la rupture de l’union de la gauche au sommet) : il visait uniquement le centre droit hétéroclite (en gros, radicaux, démocrates-chrétiens et libéraux) dans le but d’avoir une formation aussi importante que le RPR (il a réussi son pari en mars 1978) et dans le but également de s’affranchir éventuellement du RPR pour faire une alliance avec le PS (mais Mitterrand a toujours refusé par obsession stratégique, finalement gagnante en 1981 ; cela aurait pu être différent avec Mauroy ou Rocard à la tête du PS car beaucoup de socialistes avaient une tradition anticommuniste).

      Ce n’est qu’après son échec que Valéry Giscard d’Estaing a proposé l’objectif d’un gouvernement soutenu par plus de 65% des Français, qu’il expose dans son livre « Deux français sur trois » publié en 1984 (ISBN 2080646613), bien après la création de l’UDF.

      L’UDF n’avait pas vocation à rassembler au-delà du centre sur sa gauche mais à être un éventuel partenaire pour une coalition de type troisième voie (stratégie qu’avaient proposée Gaston Defferre en 1965 et François Bayrou en 2007).
       
      L’expérience montre cependant que les étiquettes UDF et RPR n’étaient plus un élément distinctif pour l’électorat (les clivages sur l’économie, l’écologie, l’Europe, la décentralisation, la peine de mort etc. étant transpartis), ce qui a encouragé idéologiquement la création de l’UMP. L’UDF n’a de signification que pour un électorat de centre droit relativement âgé, ce qui restreint la « part de marché » et l’intérêt de la « marque » UDF.

      Cordialement.


    • daryn daryn 11 décembre 2009 18:19

      Comprendre le centrisme dans la France de décembre 2009 est un test intellectuel très difficile.

      Mais non. C’est très simple au contraire. Le centrisme est mort, point barre.

      A l’heure actuelle, on a en France d’une part le projet capitalo-financiaro-populacier du président, d’autre part un ensemble de baronnies régionales qui se réunissent périodiquement pour tenter d’exhiber tant bien que mal une posture commune globale ’de gauche’ (pour qui parvient à déterminer ce que cela veut dire), et enfin le projet humaniste du Mouvement Démocrate, qui se définit indépendamment des deux autres. Pour être complet, on peut ajouter une offre écologiste dispersée, qui aura sans doute du mal à perdurer de manière indépendante dans la mesure ou son fond de commerce est maintenant partagé et revendiqué par tous ; et évidemment des extrêmes sans lesquels la politique serait bien triste.

      Avec le président, on a la monarchie absolue, où le succès passe par la destruction de l’adversaire.

      A gauche, la féodalité médiévale, chacun est fort dans sa région mais il n’y a pas d’unité nationale.

      Le Mouvement Démocrate essaye de remettre au gout du jour une démocratie de plein exercice.

      Le centrisme façon VGE ou nouveau centre n’a plus sa place dans ce paysage. Il a été digéré par l’UMP en 2002 et 2007. Et ce ne sont pas les tentatives pathétiques de M. De Charette (en mission commandée ?) de faire revivre une légitimité perdue qui le referont exister.


      • misol misol 11 décembre 2009 23:08

        Daryn a tout compris, merci


        • Epic.22 12 décembre 2009 01:09

          Bravo Sylvain pour cet article !
          Vous m’éclairez sur l’historique de l’U.D.F, et ce, d’une belle manière.
          Cependant, politiquement parlant, je n’ai rien à voir avec vous !
          Je n’étais pas U.D.F avant 2007 et je n’ai absolument pas envie de le devenir.
          Bayrou est un homme politique qui comptera certainement dans les mois, les années qui vont suivre.
          Sylvain : il faut vivre avec son temps, ne faites pas pleurer dans les chaumières !


          • Vincent Perrier-Trudov Vincent Perrier-Trudov 13 décembre 2009 01:54

            Votre analyse est plutôt bonne à un élément près, mais il est de taille : vous négligez totalement la capacité des partis politiques à se renouveler.


            Certes, beaucoup de ténors de l’époque d’avant 2002 ont été durablement intégrés à l’UMP, et c’est d’ailleurs la raison de son grand recul dans les élections locales.

            Mais le Nouveau Centre, vous l’oubliez, est en train de faire émerger une nouvelle génération de personnalités politiques.

            Damien Abad, Président des Jeunes Centristes, 29 ans, est le plus jeune eurodéputé de France, de toute l’histoire des élections européennes. Et Hervé Morin l’a imposé à la place de Luc Ferry.

            Aujourd’hui, c’est Julien Devèze , du Gard, qui est chef de file Régional Nouveau Centre dans le Languedoc-Roussillon.

            Je n’ai aucun doute que ces deux exemples attireront de plus en plus de jeunes vers le Nouveau Centre - UDF, car en politique, seuls les actes comptent. En quand tout le monde parle de renouvellement, seul le Nouveau Centre - UDF le fait.

            J’étais au Conseil National aujourd’hui, et, croyez-moi, au vu de l’ambiance d’enthousiasme qui nous habitait tous, vous allez de plus en plus entendre parler de nous...
             smiley

            • Alain-Goethe 13 décembre 2009 16:02

              @ VPT : Ce Mr MORIN ... « sacré  » personnage...
              C’est à dégouter de la politik ..

              Les jeunes (comme les « quinqua » au chomage) = vont avoir de + en + de mal à trouver un JOb valable !

              ça m’étonnerait bcp que ces personnes adhérent à un parti ( le N.C) qui :

              - a été créé par opportunisme ( juste parce que en avril 2007 FB n’a fini que 3ème..) et a donc rallié NS (le vainqueur)
              - à part une dose homéopatique de différence ./. UMP, est bien en alignement avec UMP

              Et tous ces chomeurs, précaires et pauvres = plusieurs millions


              • Sébastien Moulinat 23 décembre 2009 10:02

                Sylvain,

                Très bon article,

                amitiés

                Sébastien

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès