Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > A qui la faute ?

A qui la faute ?

L’effroi, l’horreur, la barbarie… Ces qualificatifs font florès dans les médias français (et étrangers) après les six attaques terroristes perpétrées à Paris dans la nuit du vendredi 13 (ont-ils choisi à dessein cette journée marquée, comme on le sait, de mauvais augure ?) novembre ? Oui, ces qualificatifs sont justes, indéniablement, et l’on ne saurait passer sous silence le drame vécu par les victimes et les familles directement touchées, compatir à leur douleur. Ceci dit, et qu’il faut dire, il serait trop facile d’en rester à ce que je considère une analyse sommaire et biaisée.

Qui, en France, au sein de la classe politique, de ce qu’on appelle maintenant d’un terme qui ne veut rien dire : la société civile, au sein des mouvements organisés (syndicats, partis, etc.) a, depuis maintenant cinq ans, cinq terribles et longues années, « compati » à la douleur des Syriens, qui vivent au quotidien l’effroi, l’horreur, la barbarie… Leur président, que les politiciens français vouent d’un bel unisson aux gémonies, vient, devant des députés français, de prononcer une phrase que tout le monde, si les œillères n’empêchaient pas de voir, devrait accepter comme une vérité douloureusement exacte : « Paris a connu ce que nous, les Syriens, nous vivons depuis cinq ans » !

Car le point de départ est bel et bien là. L’État islamique a « fleuri » sur le fumier entassé en Syrie par l’OTAN, en tout premier lieu, par la France et son soi-disant « tranquille » président, François Hollande, le principal boutefeu occidental, le plus fanatique va-t-en-guerre, celui qui a fait (et qui fait toujours) du renversement de Bachar el-Assad une question quasiment personnelle, tout autant son prédécesseur Sarkozy avec Kadhafi en Libye. Lui au moins avait des prétextes, guère avouables certes. Mais quels sont les motifs censément plus avouables de Hollande ? Les a-t-il jamais énoncés ? Pour quelles raisons lui et l’OTAN sont-ils allés fomenter de l’extérieur ce que la presse bien-pensante appelle maintenant une « guerre civile » ou, tout simplement, une « crise », et qu’un peu de bon sens permet de qualifier plus justement de « guerre importée » ? Je lis les grandes explications sociologiques du Monde sur la raison pour laquelle la France serait le pays que les djihadistes « aiment haïr ». Un article sans doute satisfaisant sur le plan intellectuel, mais qui, sur le plan politique, laisse dans l’ombre le fond même de la question : pourquoi et comment une organisation (il faudrait trouver un autre mot, bien entendu) terroriste a-t-elle pu surgir et surtout se développer avec une telle vitesse et, surtout encore, se doter en si peu de temps de moyens financiers, logistiques et militaires absolument inouïs qui feraient pâlir d’envie n’importe quelle autre ? Quand un « mouvement » terroriste arrive à s’emparer de territoires aussi grands que ceux qui sont tombés sous la coupe de l’État islamique (nous sommes là très loin du fameux « foco » des guérilleros latino-américains des années 60 et 70), à faire régner sa sinistre loi sur des régions entières, à s’emparer de puits de pétrole, à les faire fonctionner, à vendre leur pétrole sur on ne sait trop quels marchés, c’est, d’une part – comment en douter ? – qu’il bénéficie de très puissants appuis, et, de l’autre, qu’il répond aux attentes de certains États, de vrais États, eux, qui ont besoin de lui pour arriver à leurs propres fins.

Nul n’ignore les visées que s’étaient fixé les États-Unis au Moyen-Orient à l’époque des Bush père et fils – des visées que les administrations démocrates n’ont jamais cherché à infléchir, pas plus Clinton qu’Obama : elles apparaissent dans leur stratégie qui consistait en gros à « foutre le merdier » dans cette région du monde, à la balkaniser en entités inviables et invivables, d’une part, pour pouvoir continuer de dominer plus facilement un coin de la planète richissime en pétrole, d’autre part pour pouvoir mieux « protéger » leur grand allié de la région, Israël. Sur ce plan-là, comme stratégie, c’est réussi, il faut bien le reconnaître. Que ce fût à la longue une stratégie foncièrement stupide crève autant les yeux. À plus forte raison quand, à cette stratégie imbécile sur le long terme, s’en est ajoutée une autre tout aussi stupide, issue du 11 septembre 2001 (un événement aussi « mystérieux » que l’assassinat de Kennedy en novembre 1963, et qui le restera encore très longtemps) : « faire la guerre » au terrorisme, menacer de bombarder une soixantaine de « trous perdus » du monde ! Comme si on pouvait liquider le terrorisme par des bombardements ou alors, en assassinant un par un les chefs les plus connus !

On a vu les conséquences de cette stratégie à la cow-boy en Irak, qui est précisément le fumier sur lequel ont commencé à bourgeonner, à fleurir puis à pousser dru et fort d’abord Al-Qaeda, et maintenant l’État islamique. Le bouillon de culture du terrorisme djihadiste tel que nous le connaissons aujourd’hui, avec ses terribles conséquences –parce qu’aucun mouvement précédent n’a jamais été dotée de tels moyens de faire du mal – c’est, ne l’oublions pas, l’Iraq et la stratégie politique et militaire fondamentalement erronée de la Maison-Blanche et de son Pentagone.

Mais si l’on peut comprendre que la Maison-Blanche, dont la tradition n’a jamais été, au fond, que celle consistant à « rouler des mécaniques » et à régler les problèmes à coups de feu, comme si notre planète était un saloon du Far West, comme elle l’a fait depuis deux cents ans (sinon, demandez leur opinion aux Latino-Américains), bref, si la diplomatie étatsunienne se caractérise, encore et toujours, par son primitivisme, on a du mal à s’expliquer comment la France (j’entends : son gouvernement), dont la diplomatie a été, des siècles durant, symbole de subtilité, de capacité à analyser et à nuancer les problèmes, emboîte d’une manière si cavalière et si guillerette le pas des nouveaux maîtres du monde (qui le seront, certes, de moins en moins, mais qui le resteront aussi longtemps que l’Europe ne se dotera pas d’une politique internationale à elle) et les accompagne dans toutes leurs équipées. Sur ce point, le « suivisme » est de mise, qu’on se revendique de la droite décomplexée à la Sarkozy ou de la gauche « nominale » : chacun y est allé de sa petite « proxy war ». Sarkozy a eu sa Libye, et Hollande a toujours (hélas) sa Syrie. Au moins, Chirac s’était fait un point d’honneur de ne pas accompagner Bush dans son aventure irakienne… Un beau moment d’indépendance française en politique internationale que ses successeurs auraient dû avoir le bon goût d’imiter, car il n’a été qu’un feu de paille.

Comme si l’Iraq n’avait pas été suffisant ! Comme si les conséquences de cette terrible erreur (pour le reste du monde, pas pour les États-Unis, bien entendu, puisque cette décision faisait partie de leur stratégie) n’avaient pas assez sauté aux yeux de tous les gouvernements du monde et qu’il faille en rajouter ! Comme si la décision la plus intelligente quand on veut éteindre un feu, c’est jeter de l’huile dessus ou y rajouter des bûches ? Comme si la politique la plus subtile était de monter sur le char étasunien et d’accompagner toutes les équipées de la Maison-Blanche et du Pentagone (pour lequel, rappelons-le, la guerre est une affaire absolument juteuse) !

Qu’on me dise un peu ce que la France (son gouvernement et ensuite son peuple qui en paie les conséquences) avait à gagner en attaquant la Libye, en détruisant ce qui était jusque-là un État fort et en la transformant en ce qu’elle est maintenant : un patchwork de tribus et d’ethnies ? Qu’on me dise un peu ce que la France avait à gagner en imposant de l’extérieur une guerre à l’un des rares États laïques et solides du Proche-Orient et du monde musulman ?

Et tout ça, quelle pitié ! uniquement pour renverser un président syrien qui n’a pas l’heur de plaire à Washington parce qu’il est l’allié de l’Iran, contre lequel la Maison-Blanche a une dent depuis 1979 ? Faut-il donc adopter sans broncher, quand on se dit représenter la France et mener une politique sensée, la politique saloonesque de Washington selon laquelle les problèmes se règlent à coups de bombes et par la force militaire ? Et maintenant que les États-Unis ont été contraints de mettre de l’eau dans leur vin et de négocier avec l’Iran, faute d’avoir pu renverser son gouvernement, quelle mine fera notre Hollande et son gouvernement et son parti « socialiste », puisque l’un des motifs jamais dits de la guerre contre la Syrie était d’enlever à Téhéran l’un de ses alliés les plus solides et donc de l’affaiblir ?

Alors, oui, il faut le répéter : l’État islamique (ou Daesh, comme on voudra) s’est développé à toute allure sur cette guerre-ci, tout comme les champignons après la pluie. Parce que ce genre d’armée (Valls vient de dire que c’en était une) ne pullule que dans le chaos. Et du chaos, l’OTAN et ses premiers va-t-en guerre, Sarkozy et Hollande, en ont semé à tour de bras : l’Iraq, la Libye, la Syrie (autrement dit, ce qui n’est pas un hasard, les gouvernements, les États laïques les plus solides du Moyen-Orient, puisque, contradictoirement, des monarchies archiréactionnaires et théocratiques comme l’Arabie saoudite, n’auront jamais rien à craindre, elles, de l’OTAN dont elles sont les meilleurs alliées).

Les parents aussi bien putatifs que biologique de l’État islamique, ce sont les gouvernements occidentaux qui, nul ne l’ignore, non seulement ne l’ont pas combattu quand il aurait été encore temps, mais l’ont accouché, puis l’ont soutenu, financé, approvisionné en armes (et même de celles dont ne disposent que des gouvernements constitués) tant que celui-ci leur convenait pour renverser Bachir el-Assad (ainsi que les autres groupements terroristes qualifiés ni plus ni moins que d’opposition modérée). Et comme tous les Frankenstein de l’histoire, le monstre inventé de toutes pièces a brisé ses liens, est sorti des laboratoires et, pour se venger (d’on ne sait quoi), fait la guerre à tout le monde, tue à gauche et à droite, pourfend les « infidèles », autrement dit tous ceux qui ne sont pas lui-même. Tandis que ses inventeurs, absolument dépassés par les événements, ne savent plus quoi faire pour le ramener à la raison…

Hollande va lui déclarer la « guerre à mort », qui est, j’ose le rappelle, justement la seule solution que ce sous-doué de Bush avait trouvée pour se venger du 11 septembre… On en a vu le résultat. Espérons du moins qu’il lui fera une « guerre » un peu plus sérieuse que dans le cadre de la « coalition » conduite – une fois de plus – par les États-Unis depuis plus d’un an et qui n’a servi strictement à rien ! (Soit dit en passant, la Russie, avec le soutien du gouvernement légitime – je le rappelle – de Syrie et de son armée à terre a plus fait en un mois pour briser l’avancée de l’État islamique et à en desserrer l’étau et détruire ses infrastructures et sa logistique, ainsi que celles des autres groupes terroristes, que la « coalition » internationale dont tout le monde constate, par comparaison, qu’il ne s’agissait que de la poudre aux yeux. On ne saurait être à la fois l’allié et l’adversaire des terroristes, en choisissant entre bons terroristes, les miens, et mauvais terroristes, ceux d’en face...)

Alors, oui, coupable, Hollande, pour avoir contribué plus que quiconque à faire de l’État islamique – cet amalgame de « fous de Dieu » assoiffés de sang qui ne vivent que de tueries et de massacres d’innocents – ce qu’il est devenu : un Frankenstein incontrôlable !

Mais coupables aussi, les Français, pour avoir permis à leur classe politique de mener cette guerre immonde contre la Syrie ! Car, autant qu’il m’en souvienne, jamais personne, aucun parti, aucun mouvement syndical, aucun groupement d’intellectuels, aucune entité de la prétendue « société civile » n’a protesté contre cette guerre que Hollande et son gouvernement ont pu engager et mener comme s’ils avaient derrière eux l’approbation de la nation entière, toutes tendances confondues. Et ce, depuis maintenant cinq ans !

Combien de morts en France, mais surtout combien de dizaines de milliers d’autres morts en Syrie faudra-t-il donc pour que le peuple français oblige son gouvernement à cesser d’appuyer ses « bons » terroristes et à renoncer à sa si coûteuse idée fixe, qui vire à l’obsession : liquider Bachir el-Assad ?

Parce qu’apparemment les deux cent mille victimes à ce jour des cinq ans de guerre de l’OTAN et de la France contre la Syrie ne suffisent pas à faire prendre conscience aux Français que leur gouvernement fait absolument fausse route. Même pas quand les survivants déferlent en masse sur les côtes européens pour fuir l’horreur, l’effroi, la barbarie dont ils sont victimes ! Celles-ci sont des victimes « interlopes », comme dirait Brassens, des « métèques », qui, apparemment, ne pèsent pas, sur la balance de la vie, autant que les victimes parisiennes. Comme toujours, il faut que les victimes soient européennes ou vivent dans le Premier monde pour que l’horreur éclate aux yeux de tous ! Voilà à peine quelques jours, il y a eu des dizaines de victimes dans un attentat terroriste au Liban, qui n’ont eu droit qu’à de petits entrefilets ! Sans parler des attentats dans le reste du Moyen-Orient, qui y sont devenus le pain quotidien.

Le monde s’émeut devant les attentats absolument condamnables de Paris. Tous les grands de ce monde y vont de leur petit couplet, à commencer par ceux qui sont les premiers responsables de l’existence de Daesh, les créateurs du Frankenstein, les seuls responsables, par leur politique erronée, du chaos régnant au Proche-Orient (je ne parlerai pas des bombardements sur le Yémen de l’Arabie saoudite, ce grand allié occidental qui a plusieurs fers au feu et mange à différents râteliers, sous l’œil complaisant et approbatif de l’OTAN). Mais aucun ne bat sa coulpe…

Mais qui s’émeut en France depuis cinq ans (mais depuis bien avant ailleurs) devant les enfants syriens tués par les bombes et les armes de l’Occident, devant les civils innocents, les femmes, les personnes âgées dont le seul crime est de vivre sous un gouvernement qui ne plaît pas à Hollande et à son grand patron, la Maison-Blanche ?

Oui, je me demande que diantre Hollande avait à faire dans la galère syrienne ? Et les Français qui n’ont jamais dit mot ?

Alors, oui, émouvons-nous avec raison des morts parisiens, mais, vous les Français, agissez pour que votre gouvernement cesse de commettre les crimes qu’il commet aujourd’hui même en Syrie, par action et par omission…


Moyenne des avis sur cet article :  4.49/5   (47 votes)




Réagissez à l'article

139 réactions à cet article    


  • Jeussey de Sourcesûre M de Sourcessure 16 novembre 2015 08:11

    « Mais coupables aussi, les Français, pour avoir permis à leur classe politique de mener cette guerre immonde contre la Syrie ! Car, autant qu’il m’en souvienne, jamais personne, aucun parti, aucun mouvement syndical, aucun groupement d’intellectuels, aucune entité de la prétendue « société civile » n’a protesté contre cette guerre que Hollande et son gouvernement ont pu engager et mener comme s’ils avaient derrière eux l’approbation de la nation entière, toutes tendances confondues. »


    Autant qu’il vous souvienne ?
    Vous avez la mémoire courte ou votre champ visuel s’arrête à Mélenchon sur la gauche !
    Soignez votre amnésie ou consultez un ophtalmo et vous découvrirez qu’il existe des « entités », comme vous dîtes, qui s’efforce depuis des années de dénoncer ce que vous évoquez et n’avez pas découvert brusquement comme Archimède avait eu sa révélation. Mais leurs voix on bien du mal à percer derrière l’écran de fumée et le concert assourdissant des media « autorisés ».

    • Jeussey de Sourcesûre M de Sourcessure 16 novembre 2015 08:12

      @M de Sourcessure

      pardon : qui s’efforcent...

    • zygzornifle zygzornifle 16 novembre 2015 10:29

      @M de Sourcessure

      Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs , des voleurs et des traitres n’est pas victime !.... il est complice.(George Orwell)


    • Croa Croa 16 novembre 2015 14:30

      À zygzornifle,
      S’agissant de régimes vraiment démocratiques, Monsieur Orwell a raison. Mais plus en France : Qui sait que nos autoproclamées ’’Élites’’ sont des corrompus, des voleurs et des traîtres ? Pas le sujet moyen Français !
      Notre peuple, ainsi que probablement tous les peuples de l’EU car subissant le même totalitarisme et les mêmes conditionnements médiatiques, sont doublement des victimes, victimes d’abord de leur état lamentable de larves, victimes ensuite de subir les conséquences des errements de leurs maîtres.
      (Toi tu sais mais qui lit et partage par ici, sur AgoraVox et quelques autres sites hors normes ? Pas grand monde, ne nous faisons pas d’illusion !)
      *
      On ne saurait être victime et complice en même temps : Cela n’a pas de sens !


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 16 novembre 2015 20:41

      @Croa
      D’autant que pour comprendre quelque chose à la politique militariste et zigzagante de Hollande, faut se lever matin, et ce ne sont pas les médias presstitués qui aident à y voir clair. Ce qui semble clair, c’est qu’on ne nous dit pas tout....


      Thierry Meyssan donne une piste sur l’obstination de Hollande à vouloir dézinguer Assad, enfin, jusqu’à aujourd’hui...

      Et dans « La République française prise en otage », il explique les fréquentations douteuses ( et dangereuses) de Normal 1er.

    • vesjem vesjem 17 novembre 2015 09:59

      @zygzornifle
      pas tout à fait vrai , car nous sommes sous « dictature démocratico-médiatique » , qui assoit le bipartisme bonnet blanc-blanc bonnet


    • howahkan howahkan Hotah 16 novembre 2015 08:35

      Un bon recul pour moi....l’occident n’est pas une oie blanche, une perdrix de l’année...,chaque litre d’essence de notre voiture contient du sang...et la je rejoins l’auteur ,

      je plussoie.....merci


      • Jeussey de Sourcesûre M de Sourcessure 16 novembre 2015 08:43

        @howahkan Hotah

        on dirait des curés confessant un enfant qui vient de perdre sa mère et lui disent : « dieu t’a puni pour tes péchés, mon enfant, repends-toi et prie » !

        et pourquoi pas la faute des victimes pendant que vous y êtes ?

      • howahkan howahkan Hotah 16 novembre 2015 08:56

        @howahkan Hotah

        tu parles des 250 000 syriens assassinés par des gens armés par l’occident dont nos politiques ont dit qu’il ne doit pas vivre je suppose ??et doit etre chassé de chez lui malgré qu’il soit élu et largement alors que nos marionnettes représentent 15 % de la population au mieux...


      • Fergus Fergus 16 novembre 2015 13:40

        Bonjour, howahkan Hotah

        Attention de ne pas tomber dans le manichéisme pro ou anti-Otan.

        Certes, ce sont les pays influents de cette organisation - Etats-Unis en tête - qui ont très largement contribué avec les pays du Golfe à faire émerger le pouvoir islamiste. Mais El-Assad porte lui aussi une part importante de responsabilité en ayant favorisé l’émergence de Daech pour diviser ses opposants et briser l’embryon de révolution en Syrie. En agissant ainsi, il s’est conduit en apprenti-sorcier et en paie aujourd’hui le prix, sa tête ne tenant plus - paradoxalement - qu’à... la pérennité de l’EI, Américains et Russes étant désormais d’accord pour le virer du pouvoir - plus ou moins en douceur - lorsque Daech aura perdu la partie. 


      • Rensk Rensk 16 novembre 2015 15:21

        @Fergus
        Ce n’est pas la Syrie qui protège le convois de centaines de voiture blanches ce 7 novembre 2015 mais bien les USA. Voyez cette vidéo, aucun tir de la part des soldats US, contraire aux ordres.
        https://www.youtube.com/watch?v=KFFb5E22TvE


      • Fergus Fergus 16 novembre 2015 15:55

        Bonjour, Rensk

        Personne ne songe à remettre en cause la responsabilité première et écrasante des Etats-Unis, et surtout pas moi ! Mais s’en tenir uniquement à elle me semble être une grave erreur d’analyse.


      • joaopessoa 16 novembre 2015 16:08

        @Fergus
        Comme si c’était le premier coup des occidentaux que d utiliser des entités islamistes comme mercenaires afin de servir ses intérêts. El assad il est aussi responsable de ce que sont devenus les moudjahidins Afghans,al qaida ?

        qui se souvient de ce qu etait les brigades moudjahidines en Bosnie,avec déjà des occidentaux partant faire le djhiad au coeur de l Europe,et déjà rentrant en France devenait ce que l on a appelé le gang de roubaix ?il travaillait sans doute pour le compte d el assad aussi.
        Mon cher fergus vous ne voudriez pas nous faire passer des vessies pour des lanternes sans souffrances ?ou alors vous connaissez très mal votre histoire contemporaine.

        J ajouterai que en tant que français que vous importe t il que el assad quitte le pouvoir comme vous semble le réclamer de tout votre être ? Quel est l intérêt de la France ? Parceque cela fait maintenant dix ans que l on nous vend un monde plus sur,débarrassé qu il sera des méchants dictateurs moyen orientaux,alors que l on sait que c’est leur insoumission plus que leur despotisme qui irrite lesoccidentaux autoproclame on ne sait au nom de quoi gardien du monde, ceci est une duperie le.monde étant bien entendu devenu de moins en moins sur depuis la déstabilisation de l Irak,de la Libye et de la Syrie.alors voyez mon ami fergus bien avant le départ d el assad qui aura au final que peut d impact sur mon existence je souhaiterai avant tout un départ bien loin des Sarkozy,holland,Valls ou encore fabius bien loin de la vie politique responsable qu’ils sont de là situation tragique et dramatique dans laquelle nous nous trouverons.
        Mais ne rêvons pas,les sans dents peuvent crever tout autour d eux par la faute de leur jeux dangereux, ils ne en ont cure.


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 16 novembre 2015 20:44

        @Fergus
        Ils sont désormais d’accord contre Daesh, mais c’est tout récent. Quant aux élections futures en Syrie, nous en reparlerons, tout le monde sait que Assad passera haut la main, pas comme Normal 1er.


      • alinea alinea 16 novembre 2015 22:49

        @Fergus
        Mais d’où tu sors ça Fergus ? Ça fait deux fois que tu le dis, c’est complétement faux !!


      • Fergus Fergus 17 novembre 2015 09:09


        Bonjour, Alinea

        Je le dis parce que c’est la vérité. Dès 2011, El-Assad a jeté dans les pattes de ses opposants des centaines d’islamistes radicaux sortis des prisons du régime et qui sont allés rejoindre l’embryon d’EI pour en renforcer l’idéologie et en faire de facto ce que Daech est devenu. Objectif : tuer de d’intérieur la révolution qui aurait pu le menacer.

        Incroyable que tant de personnes sur ce site aient à ce point la mémoire courte ! Et cela en grande partie pour tirer à boulets rouges – et à juste titre, je le répète encore – sur les forces de l’Otan. Mais on peut être ennemi de l’Otan – c’est mon cas – sans être aveuglés pour autant sur les autres responsabilités des acteurs de la région.

        Je n’ai pas beaucoup de temps ce matin, mais en faisant une recherche rapide, j’ai retrouvé un article du Point de 2014 qui pointe précisément, je cite l’« Alliance objective Assad-Djihadistes ». De nombreux autres articles de tous bords ont eux aussi pointé du doigt cette réalité. Dès lors, la nier me semble, désolé de le dire ainsi, absurde et contreproductif en termes d’analyse.


      • vesjem vesjem 17 novembre 2015 10:06

        @Fergus
        LA grande puissance politico-financière que tu sembles vouloir absoudre , est capable de semer la terreur dans n’importe quel pays , y compris le nôtre ; diras-tu alors , que ton président est illégitime ?
        D’où tiens-tu tes sources ; tu écoutes les mainstreams ou tu troll ?


      • Fergus Fergus 17 novembre 2015 11:15

        Bonjour, vesjem

        Je ne cesse d’écrire que ce sont les forces de l’Otan qui ont créé les conditions du chaos au Moyen-Orient. Pour autant, sur cette situation imputable aux occidentaux, mais aussi aux puissances financière du Golfe, se sont greffées des parties politiques dangereuses, et le pari d’El-Assad visant à favoriser les islamistes pour saper les mouvements d’opposition a été l’un d’eux, la créature barbare qu’il n’a pas créée mais qu’il a encouragée en lui fournissant des cadres intégristes en nombre (Daech) étant devenue son principal ennemi en Syrie, ce qu’il n’avait pas manifestement pas prévu.

        Pour ce qui est des sources, je vous invite à chercher sur le net et il vous sera facile de découvrir d’autres articles de tous bords qui décrivent les mêmes évènements que ceux qui sont relatés dans l’article du Point que j’ai mis en lien ci-dessus.


      • vesjem vesjem 17 novembre 2015 14:12

        @Fergus
        à qui appartient le point ?


      • Fergus Fergus 17 novembre 2015 15:25

        @ vesjem

        Vous m’avez mal lu : cette information a été relayée sur différentes sortes de journaux, y compris Le Canard Enchaîné que l’on ne peut pas suspecter d’être à la botte de l’impérialisme étasunien !

        Pourquoi refuser cette réalité ? En quoi est-il gênant pour vous que El-Assad ait joué avec le feu pour sauvegarder son pouvoir ? Encore une fois, ce n’est pas lui qui a mis le chaos au Moyen-orient, mais il a incontestablement tenté de tirer profit de la situation créée par l’émergence de EI pour sauver son régime lorsqu’il s’est trouvé menacé par les opposants.

        Dans ce type de contexte géopolitique, la situation est rarement simple, et jamais binaire, avec les bons d’un côté et les méchants de l’autre !


      • Fergus Fergus 17 novembre 2015 15:29

        @ Vesjem

        Autre chose : mon président est aussi ton président. Et il n’est en rien illégitime dans la mesure où il nous a été imposé par un vote majoritaire des Français.


      • alinea alinea 17 novembre 2015 19:45

        @Fergus
        La réponse à cette question, de Assad, a été que ces gens-là avaient fini leur peine et que leur sortie de prison n’était pas de son autorité mais de celle de la justice !


      • Fergus Fergus 17 novembre 2015 20:03

        Bonsoir, alinea

        Cette réponse est complètement bidon. Qui plus est, l’on sait qu’en matière de gouvernance, Bachar, après des débuts quelque peu prometteurs, est assez rapidement revenu vers les pratiques de son père Hafez, un chef d’Etat à qui j’ai eu l’occasion d’écrire à plusieurs reprises dans le cadre de mon engagement à Amnesty pour tenter d’obtenir des grâces de prisonniers politiques.

        J’ajoute à cela qu’il est amusant, dans un pays où l’on accuse Hollande et Taubira de faire pression sur les magistrats, de croire que El-Assad puisse permettre à la justice syrienne d’exercer son rôle sans que le pouvoir ne lui impose ses orientations et bien évidemment ses décisions sur les cas sensibles. smiley


      • Rik.D Rik.D 17 novembre 2015 21:36

        @Fergus
        « Pour ce qui est des sources, je vous invite à chercher sur le net et il vous sera facile de découvrir d’autres articles de tous bords qui décrivent les mêmes évènements que ceux qui sont relatés dans l’article du Point que j’ai mis en lien ci-dessus. »


        Bonsoir,

        J’avais fait des recherches lors de la sortie de cette info, et il semblerai que la seule et unique source de cette info soit Maher Esber, un syrien membre (à l’époque) du CNS : https://fr.wikipedia.org/wiki/Conseil_national_syrien

        C’est tout ce que j’avais trouvé.

        Si vous avez d’autres sources, cela permettrai de recouper cette info, dans le cas contraire, la seule parole d’un opposant d’Assad me parait quelque peu sujette a caution.

        Notez bien que la possibilité qu’Assad est agit ainsi par pure stratégie ne me surprendrai pas, mais au vue de la récurrence de cet argument, il serai bien de l’asseoir sur autre chose que la simple parole d’un homme. 

      • alinea alinea 17 novembre 2015 23:04

        @Fergus
        Je pense que tu n’es pas assez renseigné sur le gouvernement de Bachar el Assad, ailleurs qu’aux infos !
        Ce n’est pas lui, comme par soudaine hérédité qui aurait serré la vis, mais les caciques de son gouvernement qui le trouvaient un peu trop occidental !
        Je ne connais pas, largement pas assez, Hafez el Assad, mais j’ai la nette impression que sa renommée de tyran sanguinaire s’est faite sur sa réaction féroce contre les attaques terroristes des Frères Musulmans ! Un peu comme Poutine.
        Sûr que Hollande n’ira pas les chercher jusque dans les chiottes ; à chacun sa culture, à chacun sa manière de réagir ; les uns connaissent le danger, les autres le soutiennent !


      • jaja jaja 17 novembre 2015 23:33

        @alinea

        Hafez el assad était une immense ordure massacreur de palestino-progressites et méritait bien d’être traité de « lion au Liban mais lapin au Golan »
        Depuis 73 jamais il n’a tiré un seul coup de feu contre Israël mais par contre les camps Palestiniens ont trinqué sous sa féroce dictature....


      • alinea alinea 18 novembre 2015 00:16

        @jaja
        Je te crois jaja, mais j’ai entendu tout le contraire à propos du soutien de la Syrie aux Palestiniens !
        Je ne te parle pas du temps du père, je n’en connais rien !
        Mais cela n’invalide pas sa répression des frères musulmans !


      • alinea alinea 19 novembre 2015 10:54

        @jaja
        Tirer contre Israël... ne pas le faire, c’est peut-être pour les mêmes raisons que Poutine n’a pas envoyé ses troupes au Donbass ?


      • vesjem vesjem 19 novembre 2015 23:39

        @Fergus
        le canard , même combat , mis à part quelques chats écrasés


      • César Castique César Castique 16 novembre 2015 08:57

        A dire le vrai, vous démontrez, comme tous ceux qui abordent la question des responsables, que c’est qui on veut, en fonction de la cause qu’on cherche à défendre.



        C’est ce qui fait que ce genre d’exercice n’a aucune espèce d’intérêt.

        • Fergus Fergus 16 novembre 2015 13:47

          Bonjour, César Castique

          Pas faux : tous les acteurs (Etats-Unis et alliés de l’Otan, Emirats du Golfe, El-Assad) ont joué depuis des années une partie de faux-culs en forme de piège à cons dans un jeu à multiples bandes dont nul ne pouvait prévoir l’issue tant la situation créée était aléatoire et de nature à déboucher sur n’importe quoi.

          On en voit le résultat : pour le moment, il n’y a que des perdants, mis à part peut-être la Russie qui a un peu redoré son image en sériant les problèmes de la région, mais qui va devoir composer avec les Etasuniens pour la future succession d’El-Assad une fois l’ordre rétabli.


        • leypanou 16 novembre 2015 14:42

          @Fergus
          " à part peut-être la Russie qui a un peu redoré son image en sériant les problèmes de la région, mais qui va devoir composer avec les Etasuniens pour la future succession d’El-Assad une fois l’ordre rétabli. " : c’est vrai, la Russie a besoin de redorer son image !!!

          Devoir composer avec les Etatsuniesn, future succession d’El-Assad : on dirait le député ultra-atlantiste PS Eduardo Rihan Cypel qui s’exprime !


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 16 novembre 2015 20:45

          @Fergus
          Rêve, ou il n’y aura plus d’élections en Syrie, ou ce sera Assad.


        • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 16 novembre 2015 09:42


          FERMEZ VOS CLAQUEMERDES SVP PENDANT LES 3 JOURS DE DEUIL NATIONAL VOTRE BAVE EST INDECENTE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


          • zygzornifle zygzornifle 16 novembre 2015 10:27

            @TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE
             

            ne te connecte plus pendant 3 jours alors .....


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 17 novembre 2015 06:39

            @TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE
            Ce qui est indécent, c’est de nous faire croire que la Coalition combat les terroristes.


          • zygzornifle zygzornifle 16 novembre 2015 10:26

            A qui la faute ?? La faute est au 2 grands partis qui demandent de faire barrage au troisième ......

            Comme on est en « guerre » on devrait traduire au tribunal militaire jugé voire condamné au peloton d’exécution pour haute trahison tout ceux qui sont responsable de cela par leur laxisme et ceux qui ont donnés la nationalité française a ces terroristes .....


            • Fergus Fergus 16 novembre 2015 13:51

              Bonjour, zygzornifle

              « ceux qui ont donnés la nationalité française a ces terroristes »

              Désolé, mais c’est n’importe quoi : la plupart des jeunes radicalisés appartiennent à des familles d’origine maghrébine mais françaises depuis une ou deux générations et qui n’ont jamais donné lieu à problèmes. Qui plus est, on compte un certain nombre de jeunes radicalisés issus de familles françaises « de souche ».


            • zygzornifle zygzornifle 16 novembre 2015 16:14

              @Fergus

              Pourquoi ce sont des familles d’origine Magrébine et pas la mienne qui vont se faire sauter ??


            • zygzornifle zygzornifle 16 novembre 2015 16:17

              @Fergus

              la France , les cons tribuables depuis des générations les a nourris, soignés , éduqués , payés et en récompense leur descendance haineuse au lieu de téter le sein maternel le déchire a grand coup de dents.... Belle reconnaissance ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès