• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > À quoi joue Mme MERKEL ?

À quoi joue Mme MERKEL ?

Pendant que les grands médias focalisent, depuis plus de 10 jours, l'attention de l'opinion publique quasi-exclusivement sur la « menace djihadiste », il se passe des choses d'une grande importance sur le front de l'euro.

Les jours écoulés ont été en effet marqués par deux faits d'importance qui constituent deux nouveaux rebondissements dans cette aventure monétaire qui entraîne tout un continent à la ruine :

  • d'une part les déclarations publiques de la Chancelière d'Allemagne, Mme Merkel, qui s'est dite prête à laisser sortir la Grèce de l'euro, comme si c'était à elle d'en décider.
  • d'autre part la soudaine décision de la Banque nationale de Suisse de ne plus empêcher l'euro de passer en-dessous du taux de change de 1,20 franc suisse.
     

Nous vous en proposons un décryptage. 

  • 6 septembre 2011 : les raisons pour lesquelles la Suisse avait fixé un taux de change plancher pour l’euro face au franc suisse

Le 6 septembre 2011, nos voisins et amis helvètes avaient décidé de fixer un « cours plancher » de l’euro face au franc suisse.

Nous étions alors au plus fort de la crise des dettes souveraines en zone euro et le franc suisse faisait office de valeur refuge, comme c'est si souvent le cas, depuis des décennies, dans l’histoire monétaire. La demande croissante de franc suisse avait pour résultat de faire grimper son taux de change face à l’euro ou, ce qui revient au même, de faire baisser celui de l’euro (EUR) face au franc suisse (CHF).

Le taux de change de l’euro s’était ainsi continuellement érodé : 1,65 CHF en janvier 2008 ; 1,50 CHF en janvier 2009 ; 1,40 CHF en mai 2010 ; 1,30 CHF en septembre 2010 ; 1,25 CHF en janvier 2011 ; 1,15 CHF en juillet 2011 ; et même 1,06945 CHF début août 2011. Tout cela, bien sûr, renchérissait d'autant les exportations suisses et menaçait la Confédération helvétique d’un ralentissement de sa croissance pouvant aller jusqu’à la récession.

La Banque Nationale de Suisse (BNS) était donc intervenue en annonçant l’introduction d'un « cours plancher » de l’euro, qu’elle avait justifié par trois arguments :

- « l’extrême surévaluation » du franc suisse par rapport à l’euro qui venait d’atteindre un « plus bas » historique,

- la menace pour l’économie suisse,

- et le risque déflationniste.

Sur la base de ce constat, la BNS avait fixé à 1,2000 CHF le « cours plancher » en dessous duquel l’euro ne pourrait plus baisser. Dans les jours suivant cette annonce, l’euro remonta brutalement, en effet, de 1,07 CHF à un niveau un peu supérieur à 1,20 CHF.

Bien entendu, cette brutale réappréciation de l’euro face au franc suisse et le maintien du cours de l’euro au-dessus de 1,20 CHF ne se sont pas réalisés par l’opération du Saint-Esprit.

Dans la pratique, la banque centrale de Suisse a dû vendre en masse du franc suisse et acheter en contrepartie de l’euro, afin de déprécier sa propre monnaie jusqu’à atteindre l’objectif de change fixé vis-à-vis de l’euro.

Dans la pratique, cela signifie aussi que la BNS a dû intervenir aussi souvent que nécessaire pour veiller à ce que l’euro ne refranchisse pas à la baisse le seuil plancher de 1,20 CHF, ce qui l’a progressivement amené à accumuler des réserves considérables d’euros.

C'est cette gestion au jour le jour du taux de change externe du franc suisse qui vient de voler en éclat. Le 15 janvier 2015, la Banque Nationale de Suisse (BNS) a capitulé.

Pourtant, voici encore quelques jours, le consensus des experts et des marchés financiers se faisait autour de l’idée que le cours plancher serait maintenu « aussi longtemps que nécessaire », selon l'expression consacrée (dont la forme n'est pas sans rappeler le fameux « whatever it takes  » de Mario Draghi).

La banque Morgan Stanley, par exemple, écrivait encore la semaine dernière, le 8 janvier 2015 : “To be sure, our base case is for the EUR/CHF floor to remain in place, as the SNB’s commitment to purchase unlimited quantities of FX has proven credible to date...” ( http://www.morganstanley.com/institutional/research/pdf/FXPulse_20150108.pdf. Traduction : « Bien sûr, notre scénario de base est que le cours plancher de l'EUR / CHF va rester en place, l'engagement de la BNS à acheter des quantités illimitées de devises s’étant révélé crédible à ce jour... »).

Quant à la recommandation de « trading » de la BNP pour le 15 janvier, elle était d’être « long » d’euro (c'est-à-dire d’avoir acheté des euros) et « court » de franc suisse (d’avoir vendu des francs suisses). Le site Zerohedge a noté cette bévue magistrale avec malice ( https://twitter.com/zerohedge/status/556007540606382080 ).

D'aucuns même spéculaient sur un relèvement du cours plancher vers 1,25, voire 1,30 franc suisse pour 1 euro, dans les mois à venir.

Du côté des autorités, même chose. La surprise a été complète dans les étages de la BCE, ou le scénario n’avait été ni prévu, ni analysé.

Mais la BNS a lâché prise. Cela n’a pas dû être une décision facile à prendre et il est important de comprendre pourquoi.

  • 15 janvier 2015 : les raisons pour lesquelles la Suisse a renoncé à assurer le cours plancher pour l’euro

La défense de ce cours plancher avait forcé la BNS à accumuler, au fil de ces trois ans, des réserves gigantesques d'euros. Nous ignorons les chiffres exacts, mais on peut tabler sur un ordre de grandeur de 220 à 240 milliards, moitié en emprunts d’État allemands puis français, moitié en liquide, détenus directement auprès de l'une des banques centrales de la zone euro.

L’abandon du cours plancher assuré par la BNS a provoqué une envolée brutale de la monnaie helvétique. Au cours de la journée du 15 janvier, l’euro est passé de 1,205 CHF à 0, 995 CHF, soit un effondrement de -17% en quelques heures. Le dollar est tombé quant à lui à 0,858 CHF, soit une baisse de -15,7%.

Évolution du taux de change de l'euro vis-à-vis du franc suisse entre le 1er février 2014 et le 15 janvier 2015. Ce graphique historique montre l'effet du "cours plancher" fixé à 1,20 CHF pour 1 EUR, puis la spectaculaire dégringolade de -17% survenue en une seule journée.

Ce qu’il faut bien comprendre, c'est que, sur la base de 200 à 240 milliards d’euros de réserves, une dépréciation de l'euro de 17% face au franc suisse représente une perte de change, pour la BNS, de l'ordre de 34 à 40 milliards d’euros. Sa décision du 15 janvier est donc tout sauf anodine. C'est peut-être même la décision la plus coûteuse jamais prise par la BNS.

Pour consentir à une perte financière aussi vertigineuse, il a fallu que la BNS ait de sérieuses raisons.

Ces raisons sont à rechercher dans ce qui s’est passé la veille.

Le 14 janvier au matin, on a appris que la Cour de Justice de l'Union européenne (CJUE), - en l’occurrence, l'un de ses avocats généraux, agissant en tant que conseil des juges -, estimait que l'OMT annoncée par Mario Draghi en 2012 ne contrevenait pas aux lois européennes.

Rappelons que l’OMT est un programme d’acquisition de titres de dette publique émis par les États membres de la zone euro, programme baptisé « Outright Monetary Transactions » en anglais et « Opérations Monétaires sur Titres » en français, soit « OMT » dans les deux langues.
L'OMT est un dispositif de rachat « illimité » de dette gouvernementale de l'eurozone par l'Eurosystème, qui n'a pour l'heure pas encore été activé. Quoique non activé, il était largement perçu comme le premier pas vers la nouvelle mesure phare concoctée par la BCE, l'assouplissement monétaire ou « quantitative easing » (QE).
Rappelons qu’un « assouplissement quantitatif » consiste généralement en une expansion du bilan de la banque centrale au travers, notamment, de l'acquisition d'actifs qui peuvent être des titres de créances obligataires, ou des actifs plus risqués comme des dettes dites d'agences, ou des titres adossés à des actifs comme des titres hypothécaires.

Certes, l'opinion de l'avocat général de la CJUE ne sera pas forcément la décision que rendront les juges de la même CJUE dans quelques mois. Certes, le QE et l'OMT sont deux choses différentes. Il n'empêche. Cette annonce du 14 janvier a été unanimement perçue comme un feu vert juridique donné à la BCE pour procéder bientôt au QE, tant redouté par tous les gardiens de l’orthodoxie monétaire.

C'est très probablement cette perspective qui a déclenché la décision de la BNS. Car défendre le cours plancher de 1,20 CHF contre 1 euro, dès lors que cet euro serait sujet au QE – c'est-à-dire à une émission très large d’euros -, était mission impossible.

Le bilan de la BNS est déjà surchargé d'euros. Si des flots de nouveaux euros sont appelés à circuler prochainement sur les marchés, la BNS se serait vue contrainte d'en absorber encore plus, et pour des tailles, peut-on présumer, encore bien plus considérables.

La BNS a jugé préférable d’arrêter les frais, déjà énormes, de jeter l'éponge et de « prendre la perte » qui va avec l’abandon de la défense du cours plancher. Pour bien mesurer l’énormité de cette perte, il suffit de souligner que, étant de l’ordre de 34 à 40 milliards, elle représente à peu près la moitié du capital propre de l’institution (73 milliards de francs à la fin novembre).

Décision difficile, donc, mais inévitable.

Bien entendu, les problèmes que la fixation d'un cours plancher de l’euro vis-à-vis du franc suisse avait voulu contrecarrer en septembre 2011 vont immédiatement resurgir. En moins de 24 heures, les exportations suisses viennent de se renchérir de plus de 20% lorsque leur prix en franc suisse est exprimé en euro et de plus de 18% lorsqu’il l’est en dollar.

Le taux de croissance de l’économie helvétique va donc subir un brutal coup de frein, et peut-être virer à la récession. C'est la raison pour laquelle la bourse de Zurich a connu une journée historique le 15 janvier. La décision de la BNS a déclenché une chute massive du marché suisse, dans une mesure rarement vue. L’indice phare SMI s’est effondré de 15% au cours de la journée, avant de se reprendre un peu en fin de séance pour clôturer sur un recul considérable de - 8,67%. 

10517629_10153063266457612_5696887576224332567_o
La Banque Nationale de Suisse a son siège à Zurich et la Bundesbank allemande a son siège à Francfort. Bien que les problèmes que l'euro pose à ces deux monstres sacrés de la finances mondiale soient factuellement différents, ils n'en sont pas moins analogues dans le fond.

  • La Bundesbank a, au fond, les mêmes problèmes que la BNS

Il existe une parenté entre le problème qui s'est posé à la Banque Nationale de Suisse et celui qui se pose à la Bundesbank allemande. On ne l'aperçoit pas assez, parce que l'appartenance de la Bundesbank à l'euro donne au problème une apparence différente, mais la substance du problème est bien la même.

  • La BNS avait trop d'euros ? La Bundesbank a trop de créances sur ses consœurs de l'Eurosystème.
  • La BNS était menacée de devoir absorber encore plus d'euros et pour des volumes de plus en plus énormes ? La Bundesbank est menacée de devoir absorber encore plus de créances sur ses consœurs de l'Eurosystème pour des volumes de plus en plus énormes.
  • La BNS a dû renoncer à défendre un cours plancher entre sa monnaie et l'euro ? La Bundesbank devrait renoncer à défendre un cours plancher entre sa monnaie et l'euro des autres – et elle ne fait pas autre chose, de facto, que de défendre un tel cours en restant membre de l'Eurosystème.

Naturellement, la Bundesbank ne découvre pas le problème aujourd'hui. Elle en est consciente depuis 2010. Un conflit larvé s'en est suivi, entre elle et le reste de la zone ; les tenants et aboutissants en ont été décrits dans un autre article ( https://www.upr.fr/actualite/europe/bundesbank-bce-la-guerre-des-tranchees-analyse-par-vincent-brousseau ), et nous n'y revenons pas.

Notons juste que quelques jours avant l’annonce de la Cour de Justice de l'Union européenne du 14 janvier, la représentante allemande au directoire de la BCE, Sabine Lautenschläger, et le Président de la Bundesbank, Jens Weidmann, ont continué à s'opposer au QE projeté. Le chef de la banque centrale allemande allant jusqu'à nier l'existence du risque de déflation.

10492171_10153063246412612_3813630045498022933_n
De gauche à droite : le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble (en fauteuil roulant), la représentante allemande au directoire de la BCE Sabine Lautenschlager (auparavant à la Bundesbank) et le président de la Bundesbank Jens Weidmann. Les liens entre le pouvoir politique et la Banque centrale allemande sont très étroits.

Si les autorités allemandes ne découvrent pas le problème aujourd'hui, on peut présumer qu'elles y ont déjà réfléchi depuis longtemps.

Or, l'Allemagne ne peut quitter la zone euro, ni prendre la responsabilité d'en provoquer la fin, et cela pour des raisons politiques.

D'une part, elle ne se sent pas capable d'assumer la responsabilité morale de la fin de l'euro ou de celle de l'Europe, pour des raisons qui ont été fort bien analysées dans cet article ( http://www.geolitico.de/2013/09/25/der-euro-als-teil-eines-historischen-deutschen-heilsprozesses/ ), malheureusement disponible en allemand seulement.

D'autre part, elle subit des pressions extérieures colossales, venues de Washington, pour ne pas mettre fin au projet.

Compte tenu de toutes ces contraintes, il est probable que le projet que caressent les dirigeants allemands est de provoquer l'arrêt de l’euro, mais d’une façon telle que cela n’apparaisse pas clairement comme étant de leur fait. Ce qu’ils recherchent sans doute, c'est un sabotage en catimini.

Notons que cette hypothèse sur l’objectif secret de l’Allemagne – hypothèse qui est celle faite par l’UPR depuis plusieurs années – permet d’expliquer pourquoi Mme Merkel a très récemment préféré dire publiquement que la sortie de la Grèce de l’euro (baptisée « Grexit ») était possible, plutôt que de faire pression sur l’électorat grec pour qu’il reste dans l’euro.

Il s’agit là d'un infléchissement extrêmement notable de la communication allemande sur le sujet du « Grexit », comme le révèle l’examen des discours allemands et européens, d'hier et d'aujourd'hui, sur le thème en question.

  • Le discours allemand sur l’avenir de l’euro a changé du tout au tout

Les autorités allemandes ont changé de discours. En 2011, Mme Merkel proclamait, au sujet de la Grèce, qu'elle ne permettrait pas la désintégration de l'euro, et aussi qu'elle liait la survie de l'euro à celle de l'Union européenne elle-même ( http://en.wikipedia.org/wiki/Greek_government-debt_crisis#Return_to_bond_market ). On notera au passage que la seconde affirmation n'est pas entièrement cohérente avec la première, mais peu importe : l'intention était claire, le Grexit était déclaré hors de question.

Le discours aujourd'hui paraît donc radicalement changé. La Chancelière a dit, en substance, que la sortie de la Grèce de la zone euro ne compromettrait plus la survie de la zone euro. Difficile de se contredire davantage.

Bien entendu, quelques explications ont été fournies pour justifier que ce qui était impossible hier ne l'est plus aujourd'hui. Les conseillers en communication ont avancé pêle-mêle l'union bancaire européenne, le Mécanisme Européen de Stabilité, les réformes bien engagées dans les autres pays du Sud qui les mettraient à l'abri de la contagion, etc.

Mais ces explications n’en sont pas. Elles relèvent de la pure rhétorique. Car le problème n'est pas là. Le vrai problème s'appelle, en grec, la boite de Pandore. Si le Grexit était conduit pour de bon, il démontrerait que la sortie de l'euro est possible, de même que le mouvement se démontre en marchant.

Plus encore, il fournirait un début de mode d'emploi concret à tout autre pays qui pourrait être tenté de recouvrer, à son tour, sa monnaie. Il n'y aurait qu'à examiner comment les différents obstacles juridiques, politiques et opérationnels, jusqu'alors présentés comme insurmontables, seraient surmontés, et à adopter ou à adapter chaque solution à chaque problème.

C'est ainsi que lorsque les autorités allemandes répondent union bancaire et MES, elles répondent, et sciemment, à côté de la question. Ce qui devrait conduire à mettre en doute la pureté de leurs intentions.



Le discours européen persiste à dire – en public seulement - que l’adhésion à l’euro est « irrévocable »

Les autorités européennes, en revanche, n’ont pas changé d’une virgule leur communication.

En 2009, la BCE avait publié un « legal working paper » concluant que la sortie de l’euro impliquait juridiquement la sortie de l’Union Européenne par l’article 50 du traité sur l'Union européenne puisqu’il n’existe pas d’article permettant de sortir de l’euro sans sortir de l’UE, ce qui, d’ailleurs, est exact ( https://euobserver.com/economic/113563 ). Mais, comme la perspective de sortir de l’UE semble totalement inconcevable pour les tenants du dogme, cette analyse revenait implicitement, dans leur esprit, à affirmer qu’il était impossible de sortir de l’euro.

En 2011, le commissaire européen de nationalité espagnole Joaquim Almunia s’exprimait d'ailleurs en ces termes : « Ceux qui pensent que cette hypothèse [celle d’un exit] est possible n’ont rien compris à notre processus d’intégration. L’intégration européenne est la seule option. » ( https://euobserver.com/economic/113568 )

Aujourd'hui, à la différence du discours allemand qui a changé du tout au tout, le discours des institutions européennes est resté identique. Le président du Parlement européen, Martin Schulz, qualifie l'hypothèse de sortie de l’euro de « spéculations irresponsables » ( http://www.welt.de/wirtschaft/article136091396/Schulz-wirft-Regierung-Verantwortungslosigkeit-vor.html ) tandis que la Commission a redit que l'appartenance à l'euro est « irrévocable » ( http://www.rt.com/news/220039-greece-eurozone-exit-crisis/ ).

Naturellement, ces prises de position publiques ne sont que des prises de position publiques. En interne, les institutions constitutives de la « Troïka » (BCE, Commission et FMI) ont bien été obligées - nolens volens - d’arrêter la ligne de conduite à tenir au cas où cet événement « impossible » en viendrait néanmoins à se produire.

Sur ce point, l’oligarchie qui nous gouverne semble avoir réalisé le piège dans lequel elle s’est elle-même enfermée avec le traité sur l'Union européenne (TUE). Les rédacteurs avaient cru malin de ne pas prévoir de clause de sortie de l’euro, en pensant que cela conforterait la confiance des investisseurs internationaux dans l’éternité de la monnaie européenne. Seulement voilà : comme on ne peut pas arrêter l’océan avec un barrage, la pression des faits qui poussent à l’éclatement de l’euro est telle que les pays concernés n’auront bientôt plus d’autre choix que d’en sortir, ce qui, en droit, leur impose de sortir aussi de l’UE.

Mario Draghi et tous les oligarques européistes sont piégés par l'absence de clause de sortie de l'euro dans les traités.

L’oligarchie, piégée par l’absence de clause de sortie de l’euro dans les traités

Pour l’oligarchie, c'est le scénario catastrophe.

Elle ne peut pas admettre de contraindre un pays quittant l’euro à quitter aussi l’UE. Parce que les conséquences de ces deux chocs combinés seraient tout à fait imprévisibles, à la fois pour le pays en question et pour l’impact de ces événements sur les autres États de l’UE.

Les européistes peuvent imaginer avec effroi ce qu’il adviendrait si la Grèce, par exemple, sortait à la fois de l’euro et de l’UE et si, deux ou trois ans après, sa situation était redevenue florissante. L’effet d’exemplarité serait dévastateur pour la survie de l’UE…

Dans ces conditions, l’oligarchie euro-atlantiste est à la recherche d’un expédient pour autoriser un État à sortir de l’euro sans quitter l’UE pour autant. Selon certaines rumeurs, on envisagerait d’utiliser à cette fin l’article 352 du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne (TFUE), dont la formulation absconse autoriserait toutes les forfaitures juridiques. Il est vrai que le §1 de cet article est tellement obscur et vague que certains esprits peuvent imaginer l’utiliser pour tout et n’importe quoi :

« 1. Si une action de l'Union paraît nécessaire, dans le cadre des politiques définies par les traités, pour atteindre l'un des objectifs visés par les traités, sans que ceux-ci n'aient prévu les pouvoirs d'action requis à cet effet, le Conseil, statuant à l'unanimité sur proposition de la Commission et après approbation du Parlement européen, adopte les dispositions appropriées. Lorsque les dispositions en question sont adoptées par le Conseil conformément à une procédure législative spéciale, il statue également à l'unanimité, sur proposition de la Commission et après approbation du Parlement européen. »

( https://europadatenbank.iaaeu.de/user/view_legalact.php?id=49 ).

Certains esprits imaginent sans doute qu’ils pourraient présenter la sortie de la Grèce de l’euro comme « une action de l'Union qui paraît nécessaire, dans le cadre des politiques définies par les traités, pour atteindre l'un des objectifs visés par les traités, sans que ceux-ci n'aient prévu les pouvoirs d'action requis à cet effet. »

Ce serait cependant une forfaiture juridique absolue car ce dispositif reviendrait à modifier les traités, - qui plus est sur un point essentiel : l’appartenance de la Grèce à l’euro – sans passer par la procédure juridique obligatoire pour toute modification des traités, qui consiste à demander aux 28 peuples leur avis unanime, ce qui passe par la signature d’un nouveau traité puis par les 28 ratifications nécessaires de la part des 28 États.

  • La vraie question : à quoi joue Mme Merkel ?

La question n'est pas de savoir si un Grexit est possible. Il l'est, comme est toujours possible un changement d'un accord conclu entre des êtres humains.

La question n’est pas non plus de savoir si un Grexit risque d'arriver après les élections. Le risque existe, comme le pensent les Grecs fortunés qui ont repris leur mauvaise habitude de vider leurs comptes bancaires ( http://www.zerohedge.com/news/2015-01-12/greeks-stop-paying-taxes-ahead-elections-central-bank-scrambles-halt-bank-run-rumors ), pour en mettre le contenu à l'abri soit sous forme d'argent liquide, soit sous forme de comptes situés hors de Grèce.

Ce comportement place d’ailleurs les banques grecques dans une situation difficile. Deux d’entre elles auraient été obligées, au cours des tout derniers jours, de demander à la BCE l’assistance spéciale connue sous le nom d’« Emergency Liquidity Assistance » (ELA) ( http://www.zerohedge.com/news/2015-01-15/greek-bank-runs-have-begun-two-greek-banks-request-emergency-liquidity-assistance ).

La vraie question est de savoir à quoi joue Mme Merkel.

Cette question-là est troublante et seule l’UPR y apporte une réponse convaincante. Notre hypothèse est que, telle Pénélope dans l’Odyssée, Mme Merkel détricote la nuit ce qu’elle tisse le jour, dans l’attente, non pas d’Ulysse mais de l’explosion inéluctable de l’euro.

Pour l’instant, notre hypothèse n’a jamais été contredite par les faits.

François ASSELINEAU et Vincent BROUSSEAU

Site Internet : http://www.upr.fr
Facebook : http://www.facebook.com/upr.francoisasselineau
Twitter : https://twitter.com/# !/UPR_Asselineau
Blog : http://www.francoisasselineau.fr

Telle Pénélope dans l’Odyssée, Angela Merkel détricote la nuit l'euro qu’elle tisse le jour, dans l’attente, non pas d’Ulysse mais de l’explosion inéluctable de la monnaie européenne. D’après le tableau « Pénélope défaisant son ouvrage » de Francesco dal Ponte, dit Francesco Bassano (1549-1592), conservé au Musée des Beaux-Arts de Rennes.


Moyenne des avis sur cet article :  4.51/5   (90 votes)




Réagissez à l'article

208 réactions à cet article    


  • dithercarmar dithercarmar 19 janvier 2015 19:30

    WOUAW ! Boulversifiant.


    • dithercarmar dithercarmar 20 janvier 2015 04:01

      Vous devriez regarder :

      Micro-trottoir : « Pourquoi les politiciens nous prennent pour des cons ? »

      http://www.agoravox.tv/actualites/citoyennete/article/micro-trottoir-pourquoi-les-48541?debut_forums=0#forum12978624

      Et :

      Micro-Trottoir : « Jusqu’où iriez-vous pour montrer votre mécontentement ? »

      http://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/micro-trottoir-jusqu-ou-iriez-vous-47312

      La solution c’est nous qui l’avons ! Et certainement pas les politiques


    • lsga lsga 21 janvier 2015 13:40

      et certainement pas Asselineau.

       
      Rappelons ici que ce qui coule l’économie Suisse, c’est la fin du secret bancaire qui était le pilier de sa structure économique.
       
      Un petit pays qui vivait comme un parasite sur le dos de ces voisins européens : voilà ce qu’était la Suisse. Désormais que ces pays se sont unis en unique marché, et qu’ils ont fait voler en éclat la mafia du secret bancaire Suisse, le parasite suisse est terrassé.
       
      Que signifie la catastrophe monétaire Suisse ? 
      La Suisse ne peut plus rester en dehors de la zone Euro, et le niveau de vie extrêmement élevé de sa caste moyenne va devoir s’aligner sur celui de ses voisins. 
       
      Prochain sur la liste : LE ROYAUME UNI (dont le niveau de vie de la caste moyenne s’alignera aussi sur le reste de l’Europe, et donc augmentera...)
       
      Mais bon, Asselineau viendra encore nous sortir des énoncés de la sorcellerie financière pour nous expliquer que c’est l’Euro qui est en cause.
       

    • doctorix doctorix 21 janvier 2015 14:59

      A l’UPR, ces nouvelles nous font boire du petit lait.

      En fait, ce n’est pas tant l’Allemagne qui veut exclure la Grèce de l’euro que les grecs qui ont compris leur intérêt à en sortir : reprise des exportations immédiate et fin du chômage.
      C’est une image de ce qui nous attend, nous aussi, mais il vaudrait mieux provoquer l’événement que le subir.
      Si la Suisse devient riche à court terme par son nouveau pouvoir d’importer, elle devient pauvre à moyen terme par son impossibilité d’exporter.
      Il en sera évidemment de même pour l’Allemagne si de nombreux pays quittent l’euro.
      Une monnaie propre pour les grecs et la renégociation de leurs dettes illégitimes, et c’est un pays qui repartira sur de bonnes bases.
      La pénalisation sur ses importations sera à mon avis largement compensée par le bonus sur ses exportations et la baisse de son chômage.
      C’est tout le programme d’Asselineau, avec en prime une sortie de la détestable OTAN.

    • lsga lsga 21 janvier 2015 15:04

      Alors, les grecs, contrairement à l’UPR, ne sont pas des sociaux-nationalistes. Ce sont des progressistes, qui votent pour ce qu’il y a de plus à gauche pour l’instant, Syriza : qui est pro-européen (et pour une autre europe)

       
      Syriza & co va permettre à Hollande d’imposer à Merkel un QE (c’est grossomodo ce qu’explique Asselineau lui-même), et Merkel tente de limiter ce QE en faisant les gros yeux. Elle veut bien le QE, mais à condition de ne pas trop dévaluer l’euro. Voilà tout.
       
      Bref : buvez du lait, et n’oubliez pas les BN au chocolat qui vont avec vos analyses infantiles. 

    • doctorix doctorix 21 janvier 2015 15:46

      Syriza est pro-européen : pour l’instant. 

      Il ne faut pas faire peur avant les élections.
      On ne peut vouloir et obtenir une autre Europe sans sortir au préalable de celle-ci (principe d’unanimité).
      Donnons-nous 6 mois et voyons ce qu’il en est vraiment.
      Les paris sont tenus.

    • lsga lsga 21 janvier 2015 15:50

      lol : vous vivez dans un monde parallèle. Syriza veut que les allemands payent la dette grecque. Si la grève sort de l’euro : ça va être compliqué. 


    • doctorix doctorix 21 janvier 2015 15:59

      La dette est une fiction, que notre aliénation à des règles absurdes nous oblige à respecter.

      On a prêté du papier, et on voudrait récupérer le fruit du travail.
      C’est une iniquité qui ne peut pas durer.
      Le papier ne vaut rien, c’est le seul travail qui est une valeur.
      Toutes les dettes finiront par sauter.


    • lsga lsga 21 janvier 2015 16:01

      Alors : l’Union Européenne implique une uniformisation des niveaux de vie en Europe. Augmentation dans les pays du Sud, diminution dans les pays du Nord, avec une moyenne au final inférieur à la situation d’avant pour permettre aux entreprises de refaire des profits.

       
      La partie augmentation du niveau de vie des pays du Sud c’est fait à crédit sur les marchés financiers internationaux.
       
      Maintenant, les pays du Nord vont payer, c’est le QE. 
       
      Voilà ! 
       


    • kimbabig 21 janvier 2015 21:43

      Isga le pro-nazi (Isga défend becs et ongles les nazis Ukrainiens sur d’autres fils, il est bon de la rappeler) revient polluer des articles intelligents avec des énormités plus grosses que lui.

      Il est invraisemblable que ce troll demeuré soit encore autorisé à poster sur ce site...

      L’« autre europe »... Le gros piège à cons qui nous est resservi depuis la signature du traité de Rome chaque fois que les tares de cette nuisible construction européenne apparaissent au grand jour... smiley smiley smiley

      L’uniformisation des niveaux de vie dans l’union européenne smiley smiley smiley smiley
      Le vaste blague !

      La Grèce était un pays qui s’en sortait très bien économiquement à la fin des années 70, maintenant c’est devenu un pays du Tiers-Monde, merci l’europe !

       

      Quand au QE, ce sera surtout à chacun pour son Q et à chacun ses dettes…


    • lsga lsga 22 janvier 2015 10:47

      Matériellement, concrètement, historiquement, l’impérialisme français a perdu son emprise néo-coloniale sur l’Irak au profit des USA. Saddam Hussein était le garçon pompiste de TOTAL-Elf-Fina, et assurait l’indépendance énergétique de la France et de l’Europe. Depuis la chute de ce dernier, le pétrole irakien appartient désormais à la bourgeoisie US. 

       

      La France et l’Union Européenne se retrouvent donc sans approvisionnement propre et sûr. Depuis la perte de l’Irak , la bourgeoisie française, soutenue par la bourgeoisie européenne, cherche donc partout un remplaçant pour l’Irak : en Ukraine, en Libye, en Syrie… 

       

      La tentative française de TOTAL de s’approprier les immenses ressources gazières en Crimée, en faisant rentrer l’Ukraine dans l’Union Européenne a été un échec TOTAL. Christophe de Margerie en a très certainement payé le prix. Les impérialismes Russes et US se sont mis d’accord pour évincer manu-militari les forces européennes de Crimée. La Russie a ainsi assuré sa mainmise sur les ressources gazière de Crimée (qu’elle vendra au prix fort aux européens), et les USA peuvent déjà commencer à vendre leur gaz de schiste aux pays du Nord de l’Europe. Reste donc, comme toujours, les anciennes-colonies arabes où les Français et les Européens sont habitués à pratiquer des razzia. 

       

      Les forces djihadistes ont été directement, et assez officiellement, utilisées par la France en Libye ; et que ces mêmes forces djihadistes servent les intérêts français et européens en Syrie. Il est d’ailleurs plus que probable que les USA et la Russie interviendront comme en Ukraine pour empêcher l’Europe de mettre la main sur le pétrole et le gaz Syrien. 



      • dithercarmar dithercarmar 21 janvier 2015 13:29

        Fifi Brind_acier

        Une autre réponse à la crise :


        -Ne mangez plus de thon rouge, l’espèce est menacée,
        mangez du con, les réserves sont inépuisables.


      • lsga lsga 21 janvier 2015 13:45

        Non, là c’est la fin du Franc Suisse, et la fin du Rouble aussi.

         
        L’Euro et en telle forme (totalement surévalué) qu’ils peuvent se permettre de faire des QE comme les USA. En faisant tourner la planche à billet de l’Euro, c’est la Suisse, le Royaume Unis, et tous les pays resté en dehors de la zone euros qui vont tirer la langue. Pour rappel : un QE consiste à créer de la monnaie. Si cela ne fait pas baisser la valeur de la monnaie, c’est autant de « richesse » créé spontanément (en fait, sucée sur le reste de l’économie mondiale). C’est ce que rêve de faire l’UPR avec le Franc (redonner le pouvoir de financement de la dette à la banque de France)
         
        Mais bon, dans le monde magique de l’UPR, c’est l’euro qui va mal, et l’économie russe qui est flamboyante.

      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 21 janvier 2015 13:56

        Isga,
        C’est vrai qu’avant l’ UE et l’euro, la France allait vachement mal :
        quasiment pas de dette publique, 500 000 chômeurs et pas 5millions, un vrai désastre...
        « La France il y a 40 ans »


        Et puis la France avait une industrie prospère, un vrai désastre aussi...

      • lsga lsga 21 janvier 2015 14:04

        ah.. Fifi regrette le bon vieux temps des colonies, quand l’industrie française était prospère grâce au pillage des matières premières africaines...

         


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 21 janvier 2015 14:14

        Isga,
        C’est bien, continuez à défendre l’ UE et l’euro, la mondialisation, c’est parfait ne changez rien.


      • lsga lsga 21 janvier 2015 14:23

        Oui, je continue à pratiquer la diamat, c’est ma passion. Les réactionnaires croient pouvoir arrêter la locomotive du Capitalisme en se mettant face à elle.Le révolutionnaires est un judoka qui sait utiliser la force de son ennemi pour le renverser. 

         
        Mais puisque tu flood, j’aimerais rappeler mon propos : 
         
        L’Euro et en telle forme (totalement surévalué) que la BCE peut se permettre de faire des QE comme les USA. Pourtant, ce qui permet aux USA de faire des QE, et donc de faire payer leur crise au reste du monde, c’est que le dollar est la monnaie de référence mondiale. En faisant tourner la planche à billet de l’Euro, c’est la Suisse, le Royaume Unis, et tous les pays restés en dehors de la zone euros qui vont tirer la langue : ce sont eux qui vont payer les QE européens. 
         
        Pour rappel : un QE consiste à créer de la monnaie. Si cela ne fait pas baisser la valeur de la monnaie, c’est autant de « richesse » créé spontanément (en fait, sucée sur le reste de l’économie mondiale). C’est ce que rêve de faire l’UPR avec le Franc (redonner le pouvoir de financement de la dette à la banque de France)

      • GrandGuignol GrandGuignol 21 janvier 2015 14:43

        Si cela ne fait pas baisser la valeur de la monnaie, c’est autant de « richesse » créé spontanément (en fait, sucée sur le reste de l’économie mondiale).

        Oui « SI » mais Non justement....Créer de la monnaie virtuelle ne favorise pas vraiment la hausse ou même la stabilité de la valeur d’une monnaie...C’est généralement le contraire qui se produit.

        Revenir au Franc n’est pas un QE mais une redéfinition d’une monnaie nationale qui n’emprunterai plus au privé et serait indépendante des désidératas de l’oligarchie de l’UE.


      • lsga lsga 21 janvier 2015 14:55

        Bref : vous rêver de faire un QE en Franc.

         
        Or, un QE en Franc provoque nécessairement une dévaluation du Franc (voir : Mitterrand)
         
        À l’échelle de l’Europe, il est possible de faire un QE sans trop dévaluer l’Euro, c’est ce que cherche à négocier Merkel avec Hollande. 

      • GrandGuignol GrandGuignol 21 janvier 2015 15:15

        N’importe quoi ! Vous avez l’art de mélanger la chèvre et le choux ....

        Un QE insignifiant ne servirait à rien, donc dévaluation de l’euro.

        Le retour au Franc provoquerait une dévaluation...oui, c’est aussi vrai, mais l’austérité que nous subissons et qui va s’intensifier ne sera pas pire et même le retour au Franc serait bénéfique, à court /moyen termes, pour le peuple d’après de nombreux économistes dont jacques Sapir..


      • lsga lsga 21 janvier 2015 15:25

        Alors : un QE sans dévaluation ça existe, c’est ce qu’on fait les USA (qui n’y ont pas été avec le dos de la cuillère). Tant que les investisseurs étrangers se bousculent au portillon pour acheter de l’Euro et investir en zone UE : pas de risque de dévaluation. Bien entendu, c’est une question de mesure. Cette mesure est le fruit du rapport de force Merkel - Hollande. 

         
        Bref : la BCE fait ce que l’UPR réclame. Pourquoi ne l’admettez vous pas ?

      • GrandGuignol GrandGuignol 21 janvier 2015 15:55
        Bref : la BCE fait ce que l’UPR réclame. Pourquoi ne l’admettez vous pas ?

        Parce que entre un QE et un retour à une monnaie nationale délivrée de l’emprunt aux banques privées n’est pas comparable.

      • lsga lsga 21 janvier 2015 16:34

        Vous êtes d’une mauvaise fois, c’est fou....

         
        Que ce soit la Banque de France qui fasse le QE, ou la BCE, la seule chose que ça change, c’est l’échelle. Bref, la BCE va appliquer le programme économique (lol) de Asselineau à l’échelle de l’Europe : racheter les créances privées via une émission monétaire, et permettre aux entreprises et aux États européens de s’endetter à 0% (en prenant en compte l’inflation) au prêt de la BCE. 
         
        La BCE n’est pas la FED, ce n’est pas une banque privée, c’est une banque publique. 
        D’ailleurs : privée ou publique, ça ne change rien ; cela reste du Capitalisme financier basé sur la dette. 
         


      • Jasken 21 janvier 2015 16:41

        Isga considère l’UE, l’euro, la dite mondialisation comme étant un mouvement inéluctable (naturel, tant qu’on y est dans le ridicule, pourquoi pas ?) du capitalisme...
        À retenir pour le bêtisier assurément.
        Et le terme « réactionnaire », bah, ça laisse sans voix.

        Quant

        Cette organisation si « moderne » qu’elle ressemble à la défunte artificielle URSS dans son organisation bureaucratique d’un autre temps est si enviable que vous ne la rencontrez nulle part ailleurs dans le monde.

        Bouh, vous êtes tous des réactionnaires, autres pays hors-UE où que soyez (ça en fait des « réactionnaires » à la sauce « Isga »). Vive le progrès, vive l’UE (tu parles d’un progrès, une prison archaïque et fossilisée, oui !). Quelle sinistre blague !


      • GrandGuignol GrandGuignol 21 janvier 2015 16:43

        Vous êtes de mauvaise foi, c’est dingue !

        La BCE ne peut pas prêter directement aux états membres et encore moins à 0%..c’est dans les textes de l’UE.
        Les états membres sont donc obligés d’emprunter aux banques privées qui elles ne font pas de cadeaux.


      • lsga lsga 21 janvier 2015 16:51

        oui, l’agrandissement des marchés une mouvement naturelle et nécessaire du Capitalisme, pour faire face à la baisse tendancielle du taux de profits.

         
        Par exemple, en France, on avait des dizaines de provinces, chacune avec sa monnaie et ses douanes. La Révolution Bourgeoise de 1789 s’est empressée de renverser tout se bordel et de créer une monnaie commune supra nationale (au dessus des nations qu’était la Bourgogne, la Catalogne, le Poitevin, le Pays Basque, etc.). 
         
        La BCE fait un QE. Les banques vont se faire des cadeaux à elles-mêmes : La Grèce est surendetté au prêt des banques françaises. Si la grève sort de l’UE, c’est les banques françaises qui s’effondrent. Là, via le QE, c’est l’Allemagne qui va racheter les dettes grecque. 
         
        Au passage, la réalité matérielle de la dette : c’est le déficit commercial. Vous savez, ce truc que la France du CNR comblait grâce au néo-colonialisme. 



      • kimbabig 21 janvier 2015 21:48

        ’Les nations qu’étaient la Bourgogne et le Poitou"

         smiley smiley smiley

        Il dormait en cours d’histoire Isga ?

        Mais quand on soutient les nazis Ukrainiens comme le fait Isga, on est pas très instruit ni malin, forcément...

         smiley smiley smiley


      • izarn izarn 19 janvier 2015 21:19

        Oui...Ce qui démontre l’effondrement des monnaies, dollar et euro par la cause des QE. C’est à dire planche à billet, puisque l’argent ainsi produit ne sert qu’à la contrepartie d’actifs toxiques.
        Une monnaie ne doit etre introduite qu’en contrepartie de la richesse créee. Elle est introduite par le crédit bancaire. Ce que continue à nier tout un tas de gens comme Jorion, Asselineau ?
        De fait les monnaies hors bloc BAO s’apprécient...Ce qui est génant si ces pays exportent.
        On va pas plaindre les riches qui vont payer plus cher leur Rolex. Ils ont le pognon pour.
        Bon Merkel veut plus les grecs ? En fait oui, on ne peut pas exclure un membre comme dit l’autre : C’est irrevocable. Mais je ne suis pas d’accord sur un fait : Un membre peut sortir de lui meme.
        Ou sont les textes ?
        Vu que la BCE écrase les textes de sa fondation en faisant du QE ouvertement, la sortie de la Grece est aussi envisageable...Tant qu’on y est, pourquoi pas ?
        L’UPR devrait se réjouir que l’UE s’autodétruit elle meme...
        De toute façon l’Allemagne a le droit de refuser de payer, c’est dans sa constitution...De fait la Grece sera obligée de quitter l’UE. Sinon elle sera vendue au Qatar et à la Chine...
        Mais jusqu’ou un peuple va ramper... Hein ?


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 19 janvier 2015 21:51

          izarn,
          Où sont les textes ? Ben justement, pour sortir de l’euro sans sortir de l’ UE, y a pas de texte !
          On doit cette merveille de démocratie à Attali, et ceux qui ont rédigé le Traité de Maastritch, qui se sont bien gardé de mettre une clause de sortie à l’euro...


          Je crois que vous n’avez pas très bien compris le fonctionnement de l’ UE.
          Il n’est pas démocratique et fonctionne à sens unique.
          Ceux qui dirigent ont tous les droits, y compris la BCE qui viole ses propres statuts.

          Mais si un peuple décide de ne pas appliquer les Traités, ils ont prévu toutes les sanctions.
          Plainte auprès de la Cour de Justice européenne, Tribunal International, et des pénalités financières.
          ’ Astreinte", qu’ils disent, et qui pour être dissuasive doit se chiffrer en millions d’euros.

          L’UPR est tout a fait enchantée que l’euro se casse la figure, elle explique depuis 7 ans qu’une monnaie commune ne peut pas fonctionner, ce qui se passe ne fait que confirmer ses analyses.
          Mais aussi que le programme de Siryza, sans sortir de l’ UE et de l’euro, est irréalisable, car contraire aux traités européens.

        • dixneuf 21 janvier 2015 10:13

          « ...depuis 7 ans qu’une monnaie commune... » - De quoi prlez-vous, d’une monnaie ’unique’ ou d’une monnaie ’commune’ ? Nous avions l’écu, nous aurions été bien inspiré de conserver le franc et les autres monnaies et d’étendre l’usage de l’écu.


        • lsga lsga 21 janvier 2015 13:48

          pfff.... Vous branchez vos neurones des fois ?

           
          Wooo ooo : C’est la Suisse qui va être obligée de ramper devant les instances de l’UE pour rentrer en catastrophe dans l’Euro.
           
          Relisez vous : la surévaluation du Franc Suisse est en train de détruire l’économie Suisse. Avec les QE de l’Union Européenne, ce sont tous les pays européens restés en dehors de la zone Euro qui vont subir le même sort.
           
          Donc la question n’est pas : « comment sortir de l’Euro ? », la question est : « comment gérer tous les nouveaux entrants, dont la Suisse, qui vont demander à entrer dans la zone Euro ? »

        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 21 janvier 2015 13:50

          19,
          L’euro est une monnaie commune.
          Une monnaie unique s’applique à un seul pays, une seule économie, un seul peuple.
          Comme le rouble pour la Russie, le $ pour les USA, le yuan pour la Chine etc.
          Il n’y a pas de peuple européen. Donc pas de monnaie unique.

          « La tragédie de l’ euro »


        • lsga lsga 21 janvier 2015 13:58

          La Russie et les USA : Un seul peuple ????????????

           
          LoooooooooooooooooooooooooL
           
           
          Vous faites dans le racialisme maintenant à l’UPR ? Une race == un peuple ?
           
          tsss....

        • lsga lsga 21 janvier 2015 14:03

          une race == un peuple == une monnaie

           
          La nouvelle théorie de l’UPR, qui contredit totalement la réalité monétaire depuis le 18ème siècle. 

          Dit fifi, tu peux me renvoyer le lien vers l’article du site de l’UPR où Asselineau explique qu’historiquement toutes les monnaies supranationales se sont effondrées ? je le retrouve plus.
           
          C’est une telle contrevérité historique, j’aimerais bien l’avoir sous la main. 
           


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 21 janvier 2015 14:17

          Isga,
          « La tragédie de l’euro », ainsi, au lieu de parler dans le vide, vous allez pouvoir faire une brillante critique argumentée.


        • lsga lsga 21 janvier 2015 14:28

          Comment on dit dans la langue de l’UPR : « moi y en a pas regarder vidéos, moi y en a lire article et commentaires » ? 

           
          Un lien vers une vidéo n’est pas un argument fifi. Si tu considères que dans cette vidéo il y a un argument permettant de contredire la nécessaire entrée de la Suisse dans l’Euro, poste le ici, je te répondrais ici.
           
          Donc, comme tu flood, je reposte ici la réponse que je t’ai faite sur le problème de l’absence de textes concernant la sortie de l’euro :
           
          L’article explique comment la surévaluation du Franc Suisse est en train de détruire l’économie Suisse. Avec les QE de l’Union Européenne, ce sont tous les pays européens restés en dehors de la zone Euro qui vont subir le même sort. Donc la question n’est pas : «  comment sortir de l’Euro ? », la question est : « comment gérer tous les nouveaux entrants, dont la Suisse, qui vont demander à entrer dans la zone Euro ?  »

        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 21 janvier 2015 16:14

          Isga,
          Surtout ne perdez pas votre précieux à vous instruire..., des fois que vous finiriez par être d’accord avec l’ UPR et vous perdriez votre job de troll de l’ Empire.


          Alors toi être ravi de lire ce texte de la Tribune sur l’assouplissement quantitatif de la BCE.
          C’est une page, ça va pas trop surmener tes petits neurones.

        • lsga lsga 21 janvier 2015 16:35

          Allo : TON PARTI L’UPR PROPOSE DE FAIRE UN ASSOUPLISSEMENT MONÉTAIRE EN FRANC !

           
          Le programme de l’UPR : tu l’as lu ? Arf, je suis bête, tu ne peux pas, il n’existe qu’au format vidéo. 

        • GrandGuignol GrandGuignol 21 janvier 2015 16:50

          programme de l’UPR au format PDF

          Encore une fois tu manques de te taire....

           smiley 


        • lsga lsga 21 janvier 2015 16:53

          ah ce programme là je le connais très bien, c’est celui ou nasselino propose d’instaurer un contrôle politique des journalistes (même Jean-Marie Lepen n’aurait pas osé) .

           
          Mais bon, rien à voir avec une retranscription écrite de la vidéo de 5 heures qui est en lien ICI.

        • GrandGuignol GrandGuignol 21 janvier 2015 17:02

          L’UPR propose de renationaliser TF1 et n’envisage aucun contrôle des journalistes...C’est dans vos rêves tout ça.

          Bon je cesse de vous répondre, vous dites tout et n’importe quoi, autant que vos messages restent sans réponses.


        • Jasken 21 janvier 2015 17:02

          N’importe quoi !
          Dites, isga, il s’agirait d’arrêter la calomnie, le terrorisme intellectuel (quoi qu’on se demande ce qu’il y a d’intellectuel dans vos interventions) et la mauvaise foi.

          La prochaine fois, indiquez vos références (textes, passages de vidéo) quand vous jetez l’anathème.

          De toute façon, si vous étiez honnête, vous vous rendriez compte que lorsque F. Asselineau a abordé ce thème, votre accusation n’est rien d’autre qu’un mensonge et de la calomnie, rien d’autre.

          Quant au mot nasselino, comme c’est affligeant et désolant. Sincèrement...

          Ne seriez-vous pas un de ces trolls payés par l’UE dont tout le monde a entendu parler ?


        • lsga lsga 21 janvier 2015 17:05

          Non mais vous avez lu le programme du parti pour lequel vous votez ?

           
          Il est dit clairement qu’il y a trop de journalistes de gauche, et qu’il faudrait un contrôle politique des journalistes pour rééquilibrer les choses. 
           

        • GrandGuignol GrandGuignol 21 janvier 2015 17:06

          Jasken

          « Ne seriez-vous pas un de ces trolls payés par l’UE dont tout le monde a entendu parler ? »

          Mais bien sur que c’est un Troll de l’empire, il pourrit tous les articles avec des propos digne d’un adolescent prépubère.
          Et encore vous n’avez pas eu le chapitre sur la démocratie mondiale et la marxisme teinté de transhumanisme...Vivre la démocratie mondiale qu’il dit ce Troll.


        • lsga lsga 21 janvier 2015 17:18

          oui, c’est sûr que la démocratie façon Asselineau avec un contrôle politique des médias via un une Cours Supérieur de l’Audiovisuelle, ce serait beaucoup mieux.

           
          Rappeler que Asselineau explique lui-même que l’Europe va faire le QE dont il rêve pour le Franc, et que le Franc Suisse est en train de couler la Suisse, c’est juvénile.
           
          Alors qu’en conclure comme Asselineau que la chute du Rouble et l’effondrement de l’économie Suisse signe la fait de l’Euro : c’est d’une maturité hors du commun. 

        • lsga lsga 21 janvier 2015 17:19

          au passage, ça faisait longtemps que je n’avais pas troller un article du gourou de l’extrême droite souverainiste. En ce moment, je me concentre plus sur les faux communistes et les gauchistes keynésiens. 


        • kimbabig 21 janvier 2015 21:58

          Mais c’est toi, l’extrême-droite, Isga, c’est toi qui soutient les nazis d’Ukraine.
          Faut pas prendre ton cas pour une généralité.

          Pour ta gouverne, les Suisses ne risquent pas de ramper devant l’union européenne... Ce n’est pas demain la veille qu’ils accepteront de rentrer dans cette union mortifère !

          Leur Banque Nationale vient justement de s’apercevoir qu’arrimer le Franc Suisse à l’euro était une erreur, et forcément la correction est brutale : la valeur du Franc s’ajuste à la compétitivité de l’économie Helvète, qui est justement la plus compétitive au Monde, et pas seulement grâce aux banques.

          Pour considérer que la Suisse va se rapprocher du tas de merde européen alors que les faits montrent clairement qu’elle fait tout pour s’en éloigner (désarrimage du Franc par rapport à l’euro, décision prise par référendum de réduire le quota d’immigrants en provenance de l’union européenne), il faut vraiment avoir une case en moins...

           smiley smiley smiley


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 21 janvier 2015 22:16

          Isga,
          Vous êtes payé à la ligne ou au nombre de commentaires ?
          Avec l’ UPR, ça va être le champagne ce soir, alors ?


        • lsga lsga 22 janvier 2015 10:48

          le niveau de vos arguments baisse. 



          • lsga lsga 21 janvier 2015 13:53

            Donc le Franc Suisse est en crise, tous les pays qui sont en dehors de la zone Euro se retrouve avec des monnaies surévaluée à cause des QE à venir, mais c’est l’Euro qui est en crise ?

             
            Non, Merkel fait 2 choses :
             
            1. Elle essaye de faire pression sur les grecques pour les empêcher de voter pour les partis d’extrême gauche (autre chose que Asselineau le toutou économique de Sarkozy)
             
            2. Elle tente de justifier aux yeux des allemands la crise prévisible de l’économie allemande (crise démographique, et baisse de la demande chinoise)
             


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 21 janvier 2015 14:18

            Isga,
            Il n’y a que l’ Allemagne en Europe qui soit en crise ?
            Vous devriez aller vous faire embaucher chez TF1.


          • lsga lsga 21 janvier 2015 14:30

            non l’Allemagne n’est pas en crise, l’Allemagne va RENTRER en crise. C’est prévu depuis plus de 10 ans, c’est à cause de la forte dépendance de l’Allemagne vis à vis de la Chine, et de la chute de sa démographie. Donc Merkel s’apprête à faire porter le chapeau à l’Europe, et surtout, cherche à négocier un QE qui ne fasse pas trop baisser l’Euro. 

             

             


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 21 janvier 2015 16:15

            Isga,
            En somme, vous êtes la grenouille météo de l’ Empire, bonne continuation !


          • lsga lsga 21 janvier 2015 16:37

            Ah bas oui, quand on fait de l’économie, on fait des prévisions.... C’est la base.

             
            En l’occurrence, TOUT LE MONDE prédit la crise économique en Allemagne depuis 10 ans à cause de sa trop forte dépendance à l’économie chinoise et à cause de sa crise démographique. Merkel préfère dire : « c’est à cause de l’Europe », c’est plus simple à comprendre pour les allemands aliénés. 

          • kimbabig 21 janvier 2015 22:12

            Isga n’a rien compris une fois de plus :

            Merkel en a plus rien à faire que les Grecs votent pour des soi-disant partis d’extrême-gauche (et ce qualificatif est inapproprié pour des sociaux-traîtres de Syriza, qui veulent rester dans l’europe) qui racontent n’importe quoi à leurs électeurs en leur disant que leur pays va rester dans l’europe en évitant l’austérité.

            Elle s’en fout parce que les sociétés Allemandes ont eu le temps d’épurer leurs comptes de créances sur la Grèce. Donc, si les Grecs ne paient plus leurs dettes, ils vont dégager de l’euro, tout simplement.

            Donc Tsipras, s’il veut rester dans l’union européenne et dans l’euro, fera exactement la même chose que ses prédécesseurs et continuera d’enfoncer son pays dans le Tiers-Monde au nom de l’europe. C’est un guignol, comme tous les crétins qui croient à l’« europe sociale »...

            Le fameux QE, ce sera chacun sa planche à billets, chaque banque centrale rachètera les dettes de son propre pays et pas celles des autres, jusqu’au moment où les euros des pays qui auront le plus créé de monnaie ne seront acceptés dans les autres pays qu’avec prélèvement d’une commission...

            Et on sera enfin débarrassés de l’europe !

             smiley smiley smiley


          • lsga lsga 22 janvier 2015 10:51

            Alors, les banques françaises ont énormément prêté aux grecques. Si la grèce sort de l’Euro, c’est l’économie française qui s’effondre.

             
            C’est pour cela que Hollande a obtenue le QE. Merkel, elle, en effet, était contre.

          • izarn izarn 19 janvier 2015 21:30

            Les suisses vont se serrer la ceinture...
            On les plaint ! Snif !!! Boouhoou !
            Soyons sérieux !


            • kimbabig 19 janvier 2015 21:52

              Au contraire, les Helvètes vont pouvoir se gaver pendant les soldes à Annemasse, Belfort ou Mulhouse. Quant aux frontaliers, ils auront gagné une belle augmentation de 20% sans rien faire ni demander !

              Enfin, il faut savoir que ce qu’exporte la Suisse n’est pas trop sensible aux variations monétaires...

              Une Rolex, c’est comme une Merco, l’acheteur ne regarde pas trop à la dépense.


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 19 janvier 2015 22:01

              izarn,
              Je vous dit pas le bonheur des collectivités locales françaises qui ont des emprunts DEXIA, indexés sur le franc suisse...


            • AlainV AlainV 19 janvier 2015 23:06

              Du coup, les frontaliers (suisse) n’auront plus de quoi râler, à propos du double paiement de la sécu.


            • lsga lsga 21 janvier 2015 14:06

              Du coup, l’économie suisse va s’effondre, leurs exportations vont s’effondrer, et plus personne n’aura à émigrer en suisse, un pays qui sans le secret bancaire et sans l’euro n’est q’un pan de montagne bon pour les vaches.

               
              L’économie Suisse s’effondre car elle n’est pas dans l’Euro, Asselineau en conclue la fin de l’Euro : ALLO QUOI ?!

            • kimbabig 21 janvier 2015 22:18

              La Suisse s’effondre ?

              C’est le pays dont l’économie est la plus compétitive au Monde, sa monnaie vient de réévaluer pour justement coller à cette réalité que sa Banque Centrale avait voulu ignorer depuis 2011 en dépit du bon sens. De plus, les exportations Suisses ne sont pas très sensibles au variations de change : je ne pense pas que Rolex ou l’industrie pharma Helvète soit tant gênée que ça par la réévaluation du Franc...

              Isga complétement à la masse, une fois de plus ! Mais quand on soutient les nazis d’Ukraine comme le fait Isga, on est forcément pas très malin ni instruit !

               smiley smiley smiley


            • lsga lsga 22 janvier 2015 10:51

              tu devrais relire l’article. L’économie suisse s’effondre, c’est le sujet. 


            • SamAgora95 SamAgora95 19 janvier 2015 21:45

              Je pense surtout que cela prépare l’entrée de la suisse dans l’union.


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 19 janvier 2015 21:57

                SamAgora,
                Si l’euro éclate, rien ne dit que l’ UE n’éclatera pas non plus...
                Rien que le fait que chaque pays désormais s’occupe de ses propres dettes, c’est la marche à rebours du fédéralisme.
                Ne parlons même pas du cas où l’Allemagne, capitaine du Titanic, se débrouille pour sortir de la zone euro pour préserver la valeur du mark... Ainsi meurent tous les Empires...


              • kimbabig 19 janvier 2015 21:57

                Ou plutôt la désintégration de la dite union !

                Se désolidariser de l’euro serait une curieuse façon de préparer une entrée dans l’union européenne, dont les Suisses ne semblent pas être prêts de vouloir.

                Là-bas, le gouvernement ne peut s’épargner l’assentiment du peuple avant d’entrer dans des organisations internationales, ce n’est pas comme en France où le traité de Lisbonne fut accepté par nos chers gouvernants au mépris total de l’avis du peuple.

                Il semblerait plutôt que les Suisses essaient de couper les amarres avec le Titanic avant son naufrage !


              • SamAgora95 SamAgora95 19 janvier 2015 22:29

                N’oubliez pas que nous avons affaire à des malades jusqu’au-boutistes, l’Europe se fera de gré ou de force à coups de rouleau compresseur, quitte à ce que les peuples soient contraints à la misère la plus totale pour des dizaines d’années.


                Ils vont le faire je vous le garanti, attendez-vous à des années difficiles, car le peuple paiera la construction Européenne, c’est à dire faire coller des pièces qui normalement ne s’emboîte pas ! 


              • AlainV AlainV 19 janvier 2015 23:07

                Entrer dans l’UE ? Ils ne sont pas fous les Suisses. Economiquement, ils y sont déjà, politiquement non, jamais.


              • lsga lsga 21 janvier 2015 14:09

                voilà Samagora, lui, a un cerveau qui marche.

                 


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 21 janvier 2015 14:21

                Isaga,
                Sauf qu’il dit le contraire de ce qu vous expliquez.
                Mais vous n’êtes pas à une contradiction près...
                ça y est, vous avez regardé la vidéo d’ Asselineau sur l’euro ?
                N’oubliez pas d’en faire une critique argumentée...


              • lsga lsga 21 janvier 2015 14:38

                c’est à toi d’argumenter fifi. Moi c’est fait, je ne me contente pas de poster des liens vers des vidéos, j’argumente. 

                 
                Et avec Samagora, on est d’accord sur le fait que la conclusion de tout cela est fort logiquement la rentrée de la Suisse dans l’Euro. 
                 
                Asselineau explique lui-même comment la Suisse se retrouve dans une situation inextricable à cause du rapport Franc - Euro qui lui est très défavorable. Et par la magie de l’absence de lien logique, en déduit la fin de l’Euro.
                 
                C’est lamentable.
                 
                D’ici quelques années, quand l’économie Suisse sera exsangue, qu’elle aura été vampirisée par les QE successif de l’UE, elle sera obligée de venir demander son entrée dans la zone euro la queue entre les pattes.
                 
                Vivement !
                 


              • kimbabig 19 janvier 2015 22:30

                Si, comme le dit l’article posté par Fifi, l’Allemagne met comme condition au « QE » de la BCE que chaque pays fasse tourner sa propre planche à billets pour faire racheter ses propres dettes par sa Banque Centrale, sachant que la Constitution Allemande interdit à la BundesBank de le faire, cela signifie qu’il arrivera très vite un moment ou les euros émis dans les pays de la zone qui auront épongé beaucoup de dettes à coup de planche à billets n’auront plus la même valeur que ceux de la BundesBank.

                Il arrivera un moment ou, lorsque quelqu’un tentera de faire un virement d’un compte Grec vers un compte Allemand, une commission proportionnelle au surplus de monnaie créé par la Banque de Grèce sera prélevée sur le montant transféré.

                C’est à dire exactement ce que Merkel a dit au début du mois : si la Grèce ne paie pas ses dettes, elle dégagera de l’union monétaire, de fait. Si elle a attendu ces longues années avant de les mettre ainsi au pied du mur, il y a de grandes chances que ce fut uniquement pour laisser le temps aux sociétés Allemandes de se défaire de leurs créances pourries sur la Grèce.

                Maintenant qu’il n’y a plus d’odeur de feta rance dans les comptes Allemands, la Grèce peut jarcler, Angeladolf s’en fiche comme de son 1er Mark. C’est pas beau la solidarité dans le sous-continent européen ? C’est ça de vouloir marier des pays qui n’ont rien à faire ensemble.

                Donc Tsipras qui promet à ses compatriotes que la Grèce restera dans l’euro sans payer les dettes et en allégeant l’austérité que subit ce pays depuis 4 ans les prend vraiment pour des imbéciles. Une fois que ces commissions de change déguisées seront mises en place, il n’aura d’autre choix que de retirer son pays de l’union européenne, car de toutes façons cela reviendra exactement au même d’avoir une monnaie nationale

                L’europe c’est l’austérité.

                Le seul moyen d’échapper à l’austérité c’est le retrait de l’union européenne.

                Tous ceux qui promettent l’europe sans l’austérité sont des arnaqueurs et des charlatans.

                Mais qu’on se rassure, notre tour viendra, juste après l’Italie. Nous reverrons enfin notre Franc ;)


                • kimbabig 19 janvier 2015 22:53

                  Bernard Colmant et Fifi ont 100% raison, visiblement.

                  Il se pourrait que J.Sapir, qui voyait 2015 comme l’année de l’explosion de l’euro, ait raison aussi !

                  http://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20150119trib1f2505eb8/la-bce-va-t-elle-fragmenter-la-zone-euro.html


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 janvier 2015 07:56

                  kimbabig,
                  L’article de la Tribune que vous mettez en lien ne me semble pas très clair.
                  Si chaque pays s’occupe de sa dette, s’en est terminé de la prétendue solidarité.


                  D’ailleurs Merkel ne s’est pas cachée pour dire : « Pas d’euro-bonds tant que je vivrai »
                  Et la Finlande aussi refuse de payer pour les dettes des autres pays.

                • lsga lsga 21 janvier 2015 14:14

                  mais n’importe quoi.... Le fait est que l’Union Européenne va faire un QE : même votre gourou Asselineau l’admet. Ce que Asselineau rêve de faire avec le Franc, l’UE va le faire avec l’euro. 

                   
                  L’Allemagne va rentrer en crise économique comme prévu depuis des années, car elle est trop dépendante de ses exportations vers la Chine, et que sa natalité est trop faible. Merkel se prépare à faire porter le chapeau à l’Europe, voilà tout. Un coup de politicien : ça n’ira pas plus loin. 
                   
                  Et puis surtout, Merkel essaie de négocier à la baisse le QE, pour éviter que l’Euro ne baisse trop. Or : il n’est même pas dit que le QE fasse baisser l’Euro. Bref : juste un coup politicien, rien de plus. 

                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 21 janvier 2015 14:24

                  Isga,
                  Je vous informe que Vincent Brousseau était jusqu’à l’an dernier, économiste à la BCE.


                • lsga lsga 21 janvier 2015 14:40

                  je t’informe que je n’ai pas parlé de vincent brousseau. ça t’arrive de répondre aux arguments ?


                • Jasken 21 janvier 2015 16:13

                  Je vous informe que cet article est écrit conjointement par François Asselineau et Vincent Brousseau, il est vrai des sous-fifres face au puits de science et à la pointure en économie de l’anonyme troll « Isga »... :)


                • lsga lsga 21 janvier 2015 16:39

                  et donc ? Qu’est-ce que ça change à l’argument présenté ici ?



                  Donc, je répète à l’anonyme Jasken :
                   

                  Le fait est que l’Union Européenne va faire un QE : même votre gourou Asselineau l’admet. Ce que Asselineau rêve de faire avec le Franc, l’UE va le faire avec l’euro. 

                   Et puis surtout, Merkel essaie de négocier à la baisse le QE, pour éviter que l’Euro ne baisse trop. Or : il n’est même pas dit que le QE fasse baisser l’Euro. Bref : juste un coup politicien, rien de plus. 

                • kimbabig 21 janvier 2015 22:24

                  Isga, le partisan des nazis Ukrainiens, n’a pas compris que le fameux QE, c’est :

                  chaque banque centrale nationale de la zone euro rachètera les dettes de SON pays et pas celles des autres !

                  Mais Isga pas assez intelligent pour comprendre ce que cela implique, il préfère croire que la Suisse va rentrer dans l’euro alors qu’elle fait tout pour s’en éloigner...

                   smiley smiley smiley

                  Le nazisme importé d’Ukraine nuit gravement à l’intelligence !

                   smiley smiley smiley


                • lsga lsga 22 janvier 2015 10:55

                  La dette, ce n’est que l’expression financière du déficit de la balance commerciale.

                   
                  Vous pouvez imprimer autant de billet que vous voulez, si votre déficit commerciale est énorme, votre monnaie va plonger. En France (qui a un déficit commercial énorme), quand on imprime des billets, le Franc s’effondre.
                   
                  Mais, l’Europe a dans l’ensemble plutôt une bonne balance commerciale. Cela permet de faire des QE sans effondrement de la monnaie. Aujourd’hui la BCE va créer 1000 Milliards d’Euro ex-nihilo, et l’Euro reste à peu prêt stable (pour le bonheur des allemands). La BCE pourra certainement faire 4 ou 5 QE de ce genre avant que l’Euro ne baisse sérieusement (pour le bonheur des français)

                • franc tireur 19 janvier 2015 23:31

                  Merci pour l’article , assez technique mais qui vaut la peine d’etre lu avec attention.

                  Il est clair que l’année 2015 va etre a haut risque avec les cas grecs et italiens. Ca doit s’agiter la haut pour imaginer les combines juridiques afin de sauver le bébé si possible avec l’eau du bain.
                  Personnellement j’avais compris que plus grand monde, a commencer par Merkel, ne se faisait d’illusion sur le devenir de la zone euro lors du dernier colloque franco allemand entre Sapin et Shauble , ou l’on a assisté a un marché de dupes entre un pays promettant de continuer a faire semblant de réformer et un autre promettant de continuer a faire semblant d"investir. Quand deux pays ont des interets fondamentalement divergents alors qu’ils ont la meme monnaie l’issue ne peut qu’etre celle ci.


                  • lsga lsga 21 janvier 2015 14:17

                    Non mais sans rire : ça va votre cerveau ? il marche ?

                     
                    L’article explique que les monnaies en dehors de la zone euros sont en crise, en particulier la Suisse, et que cela déstabilise leur économie, et vous en concluez la fin de l’Euro ?
                     
                    Vivement que Siriza arrive au pouvoir et que les QE européens commencent....

                  • kimbabig 21 janvier 2015 22:31

                    Le cerveau de « franc-tireur » semble en état de marche, par contre, celui d’Isga, ça fait longtemps qu’il a bugué sévère...

                    Les gros bourges continueront de s’acheter des Rolex, même à 20% plus cher.

                    Les médecins continueront de prescrire du Novartis, même à 20% plus cher, de toutes daçon c’est la sécu qui paye (tant que l’europe ne nous l’a pas sucrée), surtout si Novartis peut leur payer un séminaire au Seychelles 20% plus long afin de les inciter à en prescrire.

                    L’économie de la Suisse n’est pas celle de la France, qui a besoin d’une monnaie plus faible. La Suisse peut se permettre une monnaie forte.

                    Quand on soutient les nazis Ukrainiens comme le fait Isga, c’est qu’on a une case en moins !

                     smiley smiley smiley


                  • lsga lsga 22 janvier 2015 10:56

                    Une économie entièrement basé sur les produits de luxe est une économie en déclin. Voir l’économie du Chili sous Pinochet.


                  • wesson wesson 20 janvier 2015 00:16

                    Bonsoir l’auteur,


                    je dépose ici une autre suggestion que vous n’avez pas formulée.

                    Ce n’est pas la Grèce qui sortirait de l’Euro, mais l’Allemagne - qui en l’occurrence reprendrait son Mark.

                    ça me parait pas totalement impossible ...

                    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 janvier 2015 07:15

                      wesson,
                      Je crois que vous avez lu trop rapidement le texte.
                      « Il est probable que le projet que caressent les dirigeants allemands est de provoquer l’arrêt de l’euro, mais de telle façon que cela n’apparaisse pas clairement comme étant de leur fait.
                      Un sabotage en catimini. Cette hypothèse est celle de l’ UPR depuis plusieurs années. »


                      Exemple, cet article de l’ UPR en 2012 : « Pourquoi l’ Allemagne envisage une sortie de l’euro ».

                      Pour des raisons qui tiennent à la divergence entre les règles d’orthodoxie monétaire de la Bundesbank, et celles de la BCE, considérées par les Allemands de plus en plus laxistes et divergentes. La Bundesbank et la BCE sont à couteaux tirés.

                    • lsga lsga 21 janvier 2015 14:44

                      hey mais la branlette intellectuelle, c’est fou...

                       
                      Donc, pour rappel, cet article de Sieur Asselineau explique comment la Suisse se retrouve en crise économique à cause du rapport Euro/Franc qui lui est défavorable. Cette situation intenable va logiquement la forcer à rentrer dans l’UE.
                       
                      Et vous, vous en concluez que l’Allemagne va suivre la voie de la Suisse et sortir de l’Euro ? N’importe quoi vraiment.... Si l’Allemagne sort de l’Euro, c’est SON économie qui sera vampirisée par les QE de l’Euro. De plus, son économie ne pouvant plus s’appuyer sur l’exploitation de la main d’oeuvre européenne, elle sera fragilisée. 
                       
                      Bref, vivement que le Royaume Uni suive le chemin de la Suisse, qu’on rigole un peu. 

                    • GrandGuignol GrandGuignol 21 janvier 2015 14:55

                      La Suisse et la Grande Bretagne dans l’UE ?

                      Vous êtes sur que les suisses dont la démocratie est la plus représentative en Europe de l’opinion du peuple va se jeter dans la gueule affamée de l’UE ? M’étonnerais fortement.

                      Et la GB, avec sa reine et ses princes mettraient un genou à terre alors qu’ils sont en partie responsable de tous malheurs de cette planète ?

                      Vous spéculez sur du vent, encore et encore, comme toujours.


                    • lsga lsga 21 janvier 2015 14:58

                      Le peuple Suisse ? celui qui vit comme un parasite sur le dos du détournement fiscal et qui vote pour interdire les minarets ? Oui, quand l’économie Suisse aura été détruite par les QE européens (c’est le sujet de l’article), ce « peuple » va venir en rampant demander son intégration à l’Euro. 

                       
                      Vivement !

                    • GrandGuignol GrandGuignol 21 janvier 2015 15:05

                      Vous rêvez debout Isga....Les Suisses n’entreront jamais dans l’UE et les parasites sont minoritaires en Suisse, ils ne représentent pas la majorité de la population qui n’adhérera jamais à l’UE.
                      Ils ont des référendums non truqués les Suisses ! (du moins pour le moment) les petits suisses se serreront un peu la ceinture mais ne vendront pas leur âme au diable...


                    • lsga lsga 21 janvier 2015 15:19

                      donc je répète : L’économie Suisse s’effondre à cause du rapport Franc/Euro (c’est naselino qui l’explique). La crise est grave : plus de secret bancaire, plus d’exportations, ça va faire très mal. 

                       
                      Les suisses sont des lâches comme les autres, ils veulent du pouvoir d’achat, rien d’autre. Si leur économie s’effondre à cause du Franc Suisse, ils passeront à l’Euro. 


                      Et puis de toute manière, rien n’oblige à le faire via référendum. Le Capitalisme ne s’encombre de la démocratie que quand elle lui est favorable.

                    • Jasken 21 janvier 2015 16:18

                      Pour rappel, il s’agit d’un article co-écrit par F. Asselineau et V. Brousseau, ce dernier ayant été économiste pendant 15 ans à la Banque centrale européenne.
                      Est-il possible pour vous d’écrire sans cette condescendance hautaine ?
                      Qui êtes-vous ? Quelles sont vos références en économie ?


                    • lsga lsga 21 janvier 2015 16:41

                      non pas possible. ça enlève le côté agitateur politique

                       
                      Je suis un anonyme, parmi tant d’autre. Ce qui compte, ce sont les arguments, pas les titres de noblesses. ça vous donne un avant goût de la démocratie planétaire à venir. 

                    • Jasken 21 janvier 2015 16:44

                      Ah bien dites donc, vous ne manquez vraiment pas d’air en pointant le mot « arguments » en parlant de l’UPR.
                      Quand vous trouverez quelque chose de non argumenté, explicité, sourcé à l’UPR, vous me ferez signe.


                    • lsga lsga 21 janvier 2015 16:57

                      là ici : au moins 4x fifi m’a collé des liens vers des vidéos fleuves remplis d’images subliminales qui n’avaient rien à voir avec les arguments présentés.

                       
                      Un peu comme toi en fait : je réponds qu’on se fou de qui écrit quoi, et que ce qui compte ce sont les arguments... et tu me réponds en me sortant le CV de anon. Bref...

                    • coinfinger 20 janvier 2015 00:39

                      Tout le Monde s’en fout . Mais elle va faire quoi maintenant la BNS de ses créances accumulées en Euros ?
                      J’ai quand méme un doute que ce soit la petite Gréce qui les affolent à la BCE , Bundesbank , etc ...
                      J’entrevois personnellement de secousses plus telluriques , comme celle suite au financement scabreux du scabreux gaz de schiste aux US , et la baisse insistante de l’immobilier en Chine , çà devrait bien la secouer ,tout çà ,la finance Atlantiste . Pour sauver le dollar , faudra peut étre sacrifier l’euro ...et le yen .
                      Sans parler de la succession en Arabie saoudite , en pleine chute du pétrole avec l’EI qui frappe à la porte . Et la décimation du bataillon Azov en Ukraine à Donetsk . çà s’arrange pas les affaires des oligarques .
                      Si on pouvait se tirer de leurs embrouilles avec un Franc de chez nous et des alliances vers d’autres qui savent ce qu’ils veulent (Russie, Chine) , on pourrait peut étre envisager l’avenir autrement .


                      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 janvier 2015 07:28

                        confinger,
                        Je crois que la question n’est pas de savoir ce que la BNS va faire de ses euros, mais d’éviter d’en être inondée encore davantage par le QE de la BCE...
                        Intéressante vidéo de « Delamarche sur le QE aux USA et au Japon. »


                      • lsga lsga 21 janvier 2015 14:47

                        Rappelons que les QE font partie intégrante du programme de l’UPR, mais avec des Francs plutôt qu’avec des Euros.

                         
                        Simplement, là ou l’Europe peut faire un QE sans forcément que cela ne dévalue sa monnaie (c’est ce que veut Merkel), les QE français comme ceux de Mitterrand ont toujours provoqué une forte dévaluation de la monnaie, ce qui dans le contexte actuel de la mondialisation, se traduirait par une forte baisse du pouvoir d’achat. 
                         



                      • GrandGuignol GrandGuignol 21 janvier 2015 15:21

                        Et la politique d’austérité, elle, nous pousse dans l’abime !

                        Ce n’est même pas une baisse du pouvoir d’achat c’est la misère tous azimuts et la dictature qui est proposée au partenaires de l’UE.


                      • lsga lsga 21 janvier 2015 15:29

                        l’austérité est la conséquence de la baisse tendancielle du taux de profit.

                        aujourd’hui, les grandes entreprises ne font plus de profits, et à la place s’endettent.
                         
                        Pour tenter de relancer leurs profits, ils tentent de conquérir de nouveaux marchés (UE, suppression des frontières, OMC, mondialisation, etc.) et ils baissent donc le niveau de vie de la population, c’est à dire qu’ils augmentent le taux d’exploitation
                         
                        L’alternative, c’est le programme du CNR, c’est à dire le néo-colonialisme : compenser la baisse des profits et les salaires élevés par une importation massive de matière premières extrêmement bon marché, pillées aux africains


                      • GrandGuignol GrandGuignol 21 janvier 2015 15:43

                        Et en avant pour le pillage des africains il y avait longtemps, toujours les mêmes arguments bateaux.
                        Le CNR ne revendique pas l’exploitation des matières premières de l’Afrique...Citez les passages du programme de CNR inspiré et actualisé de l’UPR où le colonialisme et l’exploitation de l’Afrique est cité !
                        La politique qui à été appliquée à une époque où le CNR a vu le jour n’implique pas le programme de l’UPR qui n’a pas besoin de l’exploitation des Africains pour redonner à la France un espoir de sortie du gouffre de l’UE.



                      • lsga lsga 21 janvier 2015 16:43

                        Alors : la France du CNR, c’est la France néo-coloniale. 

                         
                        La Sécurité Sociale Nationale et l’État Providence façon Bismarck : financé par le Plan Marshall et le pillage de l’Afrique. 
                         
                        Dans le cadre du Capitalisme : soit le niveau de vie des français baisse, soit la France doit pratiquer une politique impérialiste et colonialiste. Faite votre choix.
                         
                        Sinon : vous avez vu beaucoup de cacaoyer en Suisse ? Il est tellement bon leur chocolat....
                         


                      • Jasken 21 janvier 2015 16:50

                        Bonjour la mauvaise foi...
                        Hé, il s’agit de s’inspirer du CNR, pas de considérer que parce que le programme de l’UPR mentionne le CNR pour redresser la France que cela va replacer la France dans le contexte historique et géopolitique (avec des colonies encore existantes) de l’époque.

                        Encore des interprétations farfelues qui n’ont aucune base sérieuse et encore un procès d’intention sous-entendu.


                      • lsga lsga 21 janvier 2015 16:59

                        Alors : la France des 30 glorieuses, c’est la France industrielle qui pille les richesses africaines via la France Afrique. 

                         
                        ça, c’est le contexte géopolitique. 
                         
                        Aujourd’hui, les industries néo-coloniales présentent en France sont RE-localisées en Afrique. Ça fait super mal aux cotisations sociales, à la sécurité sociale nationale, au chômage, aux retraites. 
                         

                      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 21 janvier 2015 20:19

                        Isga,
                        Il n’y a pas que la France qui se portait mieux avant l’ UE & l’ euro.
                        La Grèce avait une croissance de 5% l’an et pas de chômeur.


                      • tf1Groupie 21 janvier 2015 21:53

                        Regardez l’évolution du PIB de la Grèce depuis 1981 et arrêtez de gober tout cru les bêtises de l’UPR Fifi !!!!!

                        Par ailleurs la Grèce est bénéficiaire nette au regard du budget européen.
                        Mais quand ça allait bien la Grèce ne perdait pas son temps à remercier l’UE


                      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 21 janvier 2015 22:25

                        TF1,
                        Les Grecs sont enchantés, en 6 ans, le PIB de la Grèce s’est contracté de 24%
                        Tous les chiffres ici. Ils sont tellement contents qu’ils ont fait plus de 20 000 manifs.


                      • lsga lsga 22 janvier 2015 10:57

                        oui, le niveau de vie des grecques et des espagnols a énormément augmenté depuis leur rentrer dans l’UE. 


                      • exocet exocet 20 janvier 2015 02:06

                        Jaurès, Zebda, 2009 https://www.youtube.com/watch?v=EUoxRR5aRlI


                        Une vie de moins, Zebda, 2012 https://www.youtube.com/watch?v=fDGR_1gYFtM&feature=player_detailpage


                        Pour « ....avoir le courage de ne pas faire écho de nos mains et de notre bouche aux applaudissements imbéciles et aux huées fanatiques.... » Jaurès, peu avant la grande tuerie que fut la Guerre de 1914-1918 .


                        Il y avait déja des fanatiques dans les 2 camps....comme aujourd’hui, et des fauteurs de guerres qui se délectaient......comme aujourd’hui.


                        • attis attis 20 janvier 2015 06:30

                          M. Asselineau,
                           
                          à votre avis, dans quelle mesure cette stratégie allemande que vous décrivez serait-elle indépendante de la volonté des USA ? En clair, sont-ce les élites allemandes qui souhaitent l’explosion de l’euro, ou Washington ? Ou les deux ?
                          Quand on connaît le niveau d’inféodation de l’Allemagne à l’Amérique, la question mérite d’être posée, me semble-t-il.


                          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 janvier 2015 07:42

                            attis,
                            La question centrale en Allemagne, liée à son histoire, c’est la valeur de sa monnaie.
                            Pas seulement le problème de la Bundesbank ou du Gouvernement, mais de tous les Allemands.
                            « 90 ans après, comment l’hyperinflation pèse sur la conscience allemande »


                            Pour maintenir la valeur du mark, la Bundesbank a toute une série de règles, qui sont constamment bafouées par les décisions de la BCE. D’où le conflit.

                            Il est vrai que les USA et l’ Allemagne ont signé « L’ Alliance germano-américaine pour le 21e siècle » en 2004, passée inaperçue en France où on continue à vivre sur le mythe du couple franco-allemand.

                            C’est ce qui explique l’hypothèse de l’ UPR : l’Allemagne ne veut pas prendre ouvertement la responsabilité de sortir de l’euro, et sans doute de l’éclatement de la zone euro, mais cherche un moyen discret d’arriver à ses fins.

                          • attis attis 20 janvier 2015 08:50

                            Donc l’Allemagne tenterait de faire un enfant dans le dos aux américains ?
                            Hum...
                            Je pense qu’entre les intérêts spécifiquement allemands, et la préservation de l’euro, qui est l’enfant chéri des US, les ricains n’hésiteront pas et sacrifieront leurs « amis » allemands. Mais je me trompe peut-être...
                            On peut aussi imaginer que cette désintégration de l’euro est prévue pour accompagner un effondrement du dollar, que des économistes catastrophistes annoncent depuis des années, en amortissant sa chute.
                            Ou alors il s’agit de préparer une refonte complète du système monétaire international.
                            Dans tous les cas, je ne pense pas que les intérêts des retraités allemands pèsent bien lourd dans la balance.


                          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 janvier 2015 08:59

                            attis,
                            C’est possible. On va bien voir la suite des couillonnades, comme disait Pagnol.
                            Et ce qui va se passer avec les élections en Grèce.


                          • lloreen 20 janvier 2015 13:13

                            « Ou alors il s’agit de préparer une refonte complète du système monétaire international. »

                            C ’est précisément ce qui est en train de se passer avec l’ émergence des BRICS et le ralliement de la Suisse qui a renoncé à maintenir le taux fr suisse - euro à 1,20.
                            Merkel est l’ atout et la marionnette de Washington DC (District of Columbia) et il est assez pathétique de voir dans son jeu l’ affolement des marionnettistes.

                            Nous assistons à une guerre entre factions rivales pour le contrôle du système financier.
                            La tuerie de Charlie Hebdo a permis de faire diversion et d’ occuper les cerveaux ailleurs...

                            Lepoint.fr/economie/franc-fort-la-suisse-tire-un-trait-sur-sa-croissance-20-01-2015-1897963_28.php

                            Il est clair que la politique européenne alignée sur celle de Washington DC a été de sauver les banques. Seule l’ Islande s’ est sortie par ses propres moyens de ce marécage et pour la seconde fois, une partie de la dette des ménages est annulée.

                            http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/11/30/l-islande-va-annuler-jusqu-a-24-000-euros-de-dettes-par-menage_3523345_3234.html

                            La meilleure des choses serait donc la chute de l’ euro et le retour aux monnaies nationales, ce qui fait cauchemarder Merkel et ses donneurs d’ ordre à Washington.


                          • lsga lsga 21 janvier 2015 14:48

                            L’Allemagne est le principal concurrent des USA en Chine, mais est la marionnettes des USA...

                             
                            vraiment, vous ne comprenez rien au fonctionnement du Capitalisme.

                          • lloreen 21 janvier 2015 15:47

                            Je ne parle pas de l’ Allemagne , si vous avez bien suivi ce que je dis, mais de la RFA, ce qui est très différent.


                          • lsga lsga 21 janvier 2015 17:34

                            vous dites : Merkel sert les USA.

                             
                            Je vous réponds : l’Allemagne est le principal concurrent des USA sur le marché mondial. 

                          • lloreen 23 janvier 2015 00:11

                            J’ ai dit que Merkel sert les intérêts de Washington DC (District of Columbia) autrement dit, une de ces multinationales gouvernementales inféodées à la City de Londres.


                          • Le p’tit Charles 20 janvier 2015 07:53

                            Les sorciers-mafieux de la finance internationale devraient être tous pendu à un crochet de boucher... !


                            • lsga lsga 21 janvier 2015 14:49

                              dans quel but ? Tu fais quoi après les avoir tués ? Tu les remplaces par d’autres ?


                            • zygzornifle zygzornifle 20 janvier 2015 08:14

                              Merkel capitaine de l’Europe, Hollande capitaine de pédalo ......


                              • lsga lsga 21 janvier 2015 14:49

                                Donc, Hollande, comme prévu dans son programme en 2012, arrive à imposer à l’Allemagne des QE en Europe, mais pour vous, c’est merkel la plus forte ?

                                 
                                N’importe quoi...

                              • HerveLE HerveLE 20 janvier 2015 10:15

                                merci M. Asselineau, article clair et lucide comme d’habitude !

                                je soutiens votre action !

                                • lsga lsga 21 janvier 2015 14:52

                                  son action : tenter de redevenir direc­teur géné­ral à l’intel­li­gence économique ultra-libérale à Bercy après la réélection de Sarkozy ; comme en 2004. Mais, peut-être cette fois arrivera-t-il à devenir ministre des affaires européennes ? Allez savoir... Pascqua, grâce à ses micro partis, est devenu ministre lui aussi.


                                • Jasken 21 janvier 2015 16:10

                                  Mais bien sûr...
                                  étant donné sa critique virulente de Sarkozy et de l’UMP, ainsi que le fait qu’il ait été mis au placard par Sarkozy, votre pitoyable procès d’intention (que vous pratiquez allégrement ici, c’est facile mais nul et sans valeur par définition) apparaît encore plus ridicule.
                                  Et puis, c’est qu’il est donneur de leçon, hautain et condescendant, « Isga »...


                                • lsga lsga 21 janvier 2015 16:44

                                  Et bien je vous le demande : comment peut-il critiquer Sarkozy et le libéralisme puis devenir directeur économique sous Sarkozy ?

                                   


                                • Jasken 21 janvier 2015 16:55

                                  Hé, il s’agirait de ne pas intervertir les propositions avant et après « puis »... qui, si vous les remettez dans l’ordre (c’est-à-dire en intervertissant votre intervertissement, hé hé) , correspondent à la réalité.

                                  Mis à part ça, « Isga le grand » reste dans le procès d’intention en-dessous de la ceinture.
                                  What else ?


                                • lsga lsga 21 janvier 2015 17:02

                                  d’accord, donc Asselineau était un libéral convaincu et fervant Sarkoziste en 2004 ? C’est bien cela ? 


                                • Jasken 21 janvier 2015 17:18

                                  Bon, écoutez, allez sur le site de l’UPR et renseignez-vous.

                                  Vous avez décidé de faire dans le procès d’intention et la chasse aux sorcières. Libre à vous mais ceci est une pratique propagandiste d’un autre temps qui n’influence plus grand monde de nos jours et c’est bien ainsi.

                                  Vous arguez du fait, d’ailleurs expliqué longuement par F. Asselineau, de positions antérieures que F. Asselineau ne peut être que détestable et non sincère dans sa position actuelle.

                                  Libre à vous !

                                  Dans ces conditions, il est possible d’appliquer à toute personne un procès d’intention pour l’insulter et le discréditer.

                                  Savez-vous les conséquences pour lui, notamment professionnelles, de son engagement à l’UPR ???

                                  Certainement pas ou vous auriez honte d’être aussi malhonnête et désinformateur avec vos procès d’intention !

                                  Cela, c’est de l’obscurantisme digne des pratiques inquisitoriales.

                                  Il n’est pas donné un blanc-seing à F. Asselineau à l’UPR. Mais force est de constater qu’il est le seul à fournir des analyses aussi impressionnantes sur l’UE notamment et que ce discours marque vraiment une rupture avec les éléments de langage convenus des politiques et cet unanimisme écœurant sur l’UE.

                                  Bon, allez, cela suffit. De toute façon, vous resterez dans votre rôle en pratiquant le procès d’intention, la caricature et l’amalgame grossier.

                                  Cela n’a aucun intérêt autre que de montrer votre mauvaise foi et votre manque total de rigueur et d’honnêteté quand au fondateur de l’UPR.


                                • lsga lsga 21 janvier 2015 17:21

                                  J’ai pas compris ta réponse : 

                                   
                                  Tu admets que Asselineau était un ultra-libéral et un sarkozyste convaincu en 2004 ? 


                                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 21 janvier 2015 20:22

                                  Isga
                                  Les Hauts fonctionnaires ne sont pas des politiques, ils préparent les dossiers pour tous les Ministres.
                                  Si vous ne savez même pas ça...


                                • Daniel Roux Daniel Roux 20 janvier 2015 10:26

                                  Tout à fait d’accord avec les conclusions.

                                  Voici ce que j’écrivais en mai 2010 dans l’article « Vers une autre Europe » lorsque Sarko, l’embrouille, décidait de tout et surtout de n’importe quoi.

                                  "L’incapacité de son « conjoint français » à mettre de l’ordre dans ses comptes, son comportement menaçant, son manque de crédibilité et l’arrogance d’un exécutif inefficace peuvent l’inciter (Merkel) à franchir le pas et à prendre le large avec les bijoux de famille. La France n’aurait d’autre recours que d’essayer de rassembler autour d’elle les pays du Club Med. Il s’agirait bien d’une autre Europe."

                                  Le moment de la grande remise en question arrive à grand pas : 2015 ?


                                  • lsga lsga 21 janvier 2015 14:59

                                    aucun rapport avec l’article, qui explique que la Suisse rentre dans une crise économique aussi grave que brutale CAR elle n’est pas dans l’Euro. 


                                  • Daniel Roux Daniel Roux 21 janvier 2015 17:23

                                    D’où le titre... smiley

                                    Cher Isga, personne n’attend de vous que vous commentiez et jugiez tous les commentaires écrits sous un article dont vous n’êtes pas l’auteur. D’autant que l’auteur est présent et répond quand il le juge utile.


                                  • lloreen 20 janvier 2015 10:31

                                    Merkel est la chancelière de la RFA, entité créée par l’ occupant après 1945 et sous le contrôle de Washington DC (District of Columbia) et non pas de l’ Allemagne.
                                    L’ Allemagne n’ existe plus depuis 1945 car elle perdu sa souveraineté qu’ elle retrouvera une fois que le traité de paix sera signé .


                                    • lsga lsga 21 janvier 2015 14:59

                                      L’Allemagne est le principal concurrent des USA sur le marché mondial. Try Harder.


                                    • Daniel Roux Daniel Roux 20 janvier 2015 10:33

                                      J’ajoute qu’il est fort possible que la BCE retarde l’impression monétaire ou fasse le minimum syndical, Jeudi, afin de ne pas donner à l’Allemagne un prétexte de rupture.

                                      L’exercice va être délicat pour Draghi. Entre la pression US, plus celle sans réelle importante de Hollande, et la tentation de fuite des Allemands, il devra trouver les mots qui apaisent.


                                      • lsga lsga 21 janvier 2015 15:00

                                        voilà : une petite négociation entre politiciens à coup de pression, voilà tout.

                                         
                                        Merkel va devoir se plier aux revendications de Hollande, et tente de négocier un peu pour garder la tête haute. 

                                      • Daniel Roux Daniel Roux 21 janvier 2015 17:41

                                        Depuis le passage de Sarko, l’Attila de la finance publique, le dépenseur compulsif, l’ami des banquiers, la France ne pèse plus rien face à l’Allemagne.

                                        Hollande fera tout ce que les américains lui diront de faire, comme d’habitude.

                                        Il est possible que les américains lui aient fait les mêmes promesses qu’à Merkel, la même qu’ils avaient fait à Aznar, l’espagnol et à Blair, l’anglais, le secrétariat général de l’ONU. Cela lui éviterait l’humiliation du rejet dès le premier tour.

                                        Cela expliquerait le silence de la chancelière sur les annonces de Draghi. « Qui ne dit mot, consent. »

                                        Ils sont forts ses américains. Ils agissent comme la mafia : ceux qu’ils ne peuvent acheter, ils les éliminent.


                                      • lsga lsga 22 janvier 2015 10:45

                                        ALLLO : L’Allemagne est le plus grand concurrent des USA au niveau mondial. 

                                         
                                        La réalité : ça vous arrive de la prendre en compte à l’UPR ?

                                      • soi même 20 janvier 2015 10:39

                                        On dirait que Poutine leurs donnent la migraine ?


                                        • soi même 20 janvier 2015 10:46

                                          Je vois aussi une autre impulsion , ce vieux rêve Allemand du Mitteleuropa qui refait surface , et qui éclaire beaucoup les convulsions de l’Ukraine.


                                          • soi même 20 janvier 2015 10:55

                                            http://w41k.com/60868

                                            Angela Merkel demande, impose et exige la perte de souveraineté des collaborateurs européens pour poursuivre cette « magnifique » entreprise qu’est l’Euro. Pourtant, tous les services de renseignement économiques privés savent que l’Allemagne a déjà pris sa décision sur l’avenir de l’Euro. Alors, à quoi rime tout ce cirque ? Pourquoi ne pas enfoncer les portes à demi-ouvertes et dévoiler les projets officieux... et fallacieux ?

                                            PS. La visite du secrétaire au Trésor américain auprès du patron de la BCE (un ancien de La Firme US), peut très bien accoucher, d’ici quelques temps, d’une intervention massive de la BCE... Nous émettons l’hypothèse jugée un peu folle aujourd’hui, mais il y a quelques signes qui ne trompent pas et exigent la prise en compte de cette éventualité.

                                            LIESI  smiley



                                            • lloreen 20 janvier 2015 11:03

                                              L’ Allemagne ne peut renaître qu’ avec la chute de Merkel.

                                              L’ Allemagne est la première des nations qui a été sacrifiée par les criminels à l’ origine de la création de la FED en 1913. Leur objectif a été celui de torpiller la nation allemande et de faire en sorte d’ amener le conflit de 1939-45 avec pour but la création de l’ état d’ Israël et l’ inféodation des autres nations engluées dans le conflit dans la future UE, autre conglomérat à la solde de la FED, qui n’ est qu’ un outil de la City de Londres

                                              Ces nations intégrées de force dans l’ UE, dont la RFA est la locomotive doivent à terme constituer un bloc pour in fine amener la Russie au combat. La situation en Ukraine montre à quel point ce plan est bien avancé, l’ objectif étant le contrôle totalitaire par la finance mondialiste, dont les dirigeants de multinationales gouvernementales actuels sont les représentants.


                                              • soi même 20 janvier 2015 11:25

                                                @ Lloreen, ce qui a de terrible avec les documents historiques, c’est qu’ils nous donnent l’illusion d’avoir compris l’histoire, à lors que l’on est toujours dans ce que Napoléon disait, l’histoire est une fable convenue et l’on en réalité que le glaçage du mille feuilles et l’on croit détenir la vérité à lors que l’on voit pas où l’illusion commence !


                                              • lloreen 20 janvier 2015 12:40

                                                Vous avez tout à fait raison mais il est possible de voir les grosses ficelles quand même.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès