Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > À quoi joue-t-on avec l’éducation ? La réforme du « collège 2016 », (...)

À quoi joue-t-on avec l’éducation ? La réforme du « collège 2016 », une énième erreur ?

Chaque ministre y va de sa réforme(tte) pour s'inscrire dans l'histoire : X. Darcos, C. Allègre, J. Lang, etc. Des réformes qui durent parfois quelques mois, quelques années... La nouvelle réforme "collège 2016," de Najat Vallaud-Belkacem, dont les programmes restent à finaliser, provoque déjà des remous. Quel est, en effet, l'intérêt de couper des heures d'histoire, de français ou de mathématiques alors que les inégalités du savoir acquis augmentent ?1

Non, la réforme "collège 2016" "ne s'attaque pas aux fondamentaux." C'est ainsi que la ministre de l'éducation, Najat Vallaud-Belkacem, a tenté d'éteindre un début d'incendie dans un tweet daté du 3 mai. Pourtant lorsque l'on regarde de près, à quoi pourrait ressembler le futur emploi du temps d'un collégien, les matières fondamentales sont bel et bien attaquées. Prenons l'exemple d'un élève de 5e : Un peu moins de français et de mathématiques pour faire place aux EPI. Voilà l'innovation : les EPI, Enseignements Pratiques Interdisciplinaires ! Il s'agit là de croiser plusieurs matières dans l'une et de proposer à l'élève un projet collectif. Vague... D'autant plus que cet hybride ressemble fortement aux heures de projets en lycée professionnel ou aux célèbres TPE (travaux personnels encadrés) pour les 1res des séries générales. Ces deux dernières matières ont une utilité critiquable dans le système éducatif tant d'un point de vue des élèves que des professeurs... les EPI, une mauvaise recette qui existe donc déjà, sous une autre forme en lycée, et qu'on tente de lancer au collège.

C'est bien la nouvelle évolution de notre éducation qui est donc à repenser. Que veut-on faire de l'école ? Privilégier certaines classes sociales par rapport à d'autres ? Car si le savoir fondamental (histoire, français, mathématiques) n'est pas appris à l'école, ceux qui auront un capital culturel - comme le disait Pierre Bourdieu - auront évidemment un certain avantage par rapport aux autres.

Alors quelle école pour demain ?

La réforme "collège 2016" semble être la continuité d'une déchéance éducative.

Actuellement, il y a une remise en cause du redoublement3, de la notation4, de l'autorité professorale (cela mérite d'ailleurs un chapitre entier), etc.

Dans certains lycées, le plus souvent professionnel, des élèves arrivent (le plus souvent des adolescents issus des classes sociales les plus faibles) sans comprendre une question simple et sans rédiger une réponse sans faute d'orthographe. Il ne s'agit pas là de démagogie. Il suffit de rencontrer des professeurs de banlieue parisienne (et certainement d'autres villes) et de voir les copies des élèves. Que fait-on pour enrayer cette spirale ? Les EPI, la baisse des heures des matières fondamentales, favoriser le passage des élèves en classe supérieure, augmenter le taux de réussite du bac5, etc. 

Avant de créer une école devenue "branchouille" où le sport et les EPI ont pratiquement plus d'importance que l'histoire ou les mathématiques, l'Éducation ne doit-elle pas s'attaquer à quelques points évidents ?

- Les sureffectifs dans les classes

- Maintenir et renforcer les matières fondamentales, comme l'histoire, permettant l'acquisition d'un savoir républicain.

- Dédoublement de ces disciplines : faciliter l'apprentissage à travers des effectifs réduits.

Tout le monde s'accorde de gauche à droite de l'échiquier politique, en passant par les rapport PISA : l'École française est en crise. Malheureusement la réponse donnée est un nivellement par le bas, pour des raisons qui semblent plus idéologiques que réfléchies. Les Français ne demandent pas aux ministres de ne pas agir mais d'agir avec discernement. 

 Jonas

 

(Article disponible sur http://www.jeunes-mrc.fr/A-quoi-joue-t-on-avec-l-education-La-reforme-du-college-2016—une-enieme-erreur_a86.html)

 

1. Outre la mauvaise position de la France par rapport aux autres pays, les rapport PISA dénoncent régulièrement l'écart social de notre système d'éducation

2. bien illustré par un article du "Parisien" : http://www.leparisien.fr/espace-premium/actu/la-nouvelle-journee-des-collegiens-en-2016-10-04-2015-4679689.php

3. « Cela fait des années qu'il est avéré que le redoublement est assez inefficace pédagogiquement parlant, qu'il est démotivant pour les élèves et par ailleurs qu'il est coûteux », Najat Vallaud-Belkacem, le 23 septembre 2014

4. Proposition du jury mené par Benoît Hamon à la Conférence nationale sur l'éducation. Najat Vallaud-Belkacem a eu le courage de renoncer à cette mesure.

5. Pour le bac général : en 1960, le taux de réussite était de 69%, il était de 90.9% en 2014. Pis, en bac technologique, en 1960, le taux de réussite était de 57.7%, en 2014, il était de 90.6%


Moyenne des avis sur cet article :  3.09/5   (43 votes)




Réagissez à l'article

61 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 15 mai 2015 08:12

    Les ministres droite gauche se succèdent les uns après les autres et ils ont un point commun, ils sont tous aussi mauvais nuls et destructeurs les uns que les autres , on peut leur faire confiance pour ça ......


    • Sarah Sarah 15 mai 2015 12:35

      @zygzornifle

      Ils ne sont pas opposants l’un à l’autre ; ils appliquent le même programme depuis plus de 40 ans. De ce point-de-vue, il ne sont pas « mauvais », au contraire ils réussissent dans ce qu’ils veulent faire.


      « Najat Belkacem a affirmé dans Le Point : « il y a une différence essentielle entre les progressistes et les conservateurs. Les premiers combattent les inégalités quand les seconds en théorisent la nécessité ». La réforme qu’elle promeut est-elle selon vous conservatrice ou progressiste ? »

       

      Belle inversion de sa part.

       

      Selon cette « réforme », supprimer les enseignements et les méthodes qui permettent aux élèves de s’élever - latin, grec, allemand, classes bilingues - permettraient de combattre les inégalités alors que c’est exactement l’inverse ; c’est une politique en réalité conservatrice, au sens de conserver la distance entre l’oligarchie régnante - dont la progéniture aura droit aux meilleures écoles -  et le peuple, à qui on apprendra juste ce qui est nécessaire pour obéir et consommer (je simplifie, bien sûr).


    • Sarah Sarah 15 mai 2015 12:40

      @zygzornifle

       
      Et si vous faites l’historique, vous vous apercevrez que les idées sous-jacentes à cette évolution ont éclaté publiquement en mai 1968, pour ensuite être mises en oeuvre à partir de 1974 (arrivée au pouvoir du mondialiste pro-U.S. Giscard).

    • La Dame du Lac La Dame du Lac 15 mai 2015 15:00

      @zygzornifle
      Le problème mon cher Zygzornifle, c’est que les Français préfèrent mourir sous l’UMPS plutôt que vivre sous un un nouveau parti qui n’est en rien responsable de ce chaos. Après tout, les Français ont le gouvernement qu’ils méritent pusique ce sont eux qui votent comme des moutons. Le Front National n’est certes pas la solution, mais il est le seul espoir de solution.


    • Dom66 Dom66 16 mai 2015 00:29

      @La Dame du Lac

      Il n’y a pas que l’UMPS en France et quand au FN ce ramassis de Fachos la seul solution ??

      Quelle rigolade ! 

      Un petit coup d’œil sur ces vidéos pour avoir une idée sur le FN

      Le piège de L’Europe a regarder avant ça : Le reportage choc sur le rôle top secret du FN depuis 1980 https://www.youtube.com/watch?v=i0Ah6S1kVPo


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 17 mai 2015 16:22

      @zygzornifle

      Droite ou gauche, le systeme d,éducation actuel n’a plus aucune valeur. Pour une alternative, voir le lien.

      Pierre JC Allard. 




    • Layly Victor Layly Victor 17 mai 2015 20:54

      @Sarah

      Au moins un domaine où nous sommes bons : l’éducation nationale française est la troisième plus grande entreprise de destruction de l’histoire après la wehrmacht et l’armée rouge.
      La Najat et ses chefs du Grand Orient et de l’Elysée me font penser à ces divisions SS qui remontaient vers le nord après le débarquement de Provence en détruisant tout sur leur passage.
      Ils ont la même obsession : détruire le plus possible et le plus vite possible.


    • Sarah Sarah 18 mai 2015 13:30

      @Layly Victor

      C’est l’impression qu’ils donnent : « Tout casser ».


      Pour l’instruction publique, voici une analyse montrant que ce n’est pas une nouvelle « erreur », mais une stratégie :


      Nouveaux programmes scolaires : détruire l’identité nationale


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 20 mai 2015 14:00

      @zygzornifle

      On ne peut pas avoir une education discriminante sans discrimination. Si vous triplez le rendement a l’hectare vous ne ferz pas du Château d’Yquem....

      PJCA

    • fred.foyn Le p’tit Charles 15 mai 2015 09:39

      La ministre est à l’éducation..ce que les prostitués sont au Bois de Boulogne... !


      • sicome 15 mai 2015 09:46

        en 1960 il y avait 30000 recu au bac , actuellement pres de 600000/an cherchez l erreur


        • foufouille foufouille 15 mai 2015 10:02

          @sicome
          en 60, c’était réservé aux sang bleu.
          le BAC+2 était pas nécessaire pour faire balayeur.


        • colere48 colere48 15 mai 2015 10:47

          @foufouille

          en 60, c’était réservé aux sang bleu....

          Non
          En 60 l’entrée en 6ème se faisait sur concours.
          Les reçus recevait une bourse qui leur permettaient de suivre leur étude dans l’unique lycée du département , généralement comme pensionnaire.

          L’école républicaine fonctionnait alors sans démagogie et ne considérait que le mérite des élèves,
          le maintien de la bourse était lié aux résultats scolaires de l’élève.


        • mmbbb 15 mai 2015 11:00

          @sicome En 1960 c’etait la période du baby boum avec une polulation encore homogene et evidemment ces gamins se retrouvent sur les bans du college Le bac ne vaut plus rien tout le monde le sait Le systeme educatif est pernicieux si vous ne frequentez pas les bonnes ecoles si tres tot vous n’avez pas les bons aiguillages c’est foutu Il faut arretez de se leurrer, j’ai une collegue qui a mis ses enfants dans des ecoles privees ou il n’y avaient pas le bouzin : resullat reussite J’habite pres de Lyon cette ville comme tant d’autres est constellee d ’ecoles privees le cursus d’un enfant de Saint Bruno sera tres different d un enfant de Rilleux la Pape Une fille de fonctionnaire a fait son doctorat de biologie a l universite catholique de Lyon et oui ca existe Le niveaux des profs et le serieux des cours assurent un enseignements du plus haut niveau . L ’education nationale a ete cassee mais l’elite de droite comme de gauche se gardent bien de mettre leurs rejetons dans des etablissements a problemes. Bel Kacem comme ces predecesseurs essayent d’adapter cet enseignement a ce nouveau public Mais comme a l’accoutumée l elite de droite comme de gauche pue l’hypocresie puisque la selection se fait par l argent.


        • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 15 mai 2015 11:22

          @colere48
          « En 60 l’entrée en 6ème se faisait sur concours. »

          Si j’ai bonne mémoire, l’examen avait été définitivement supprimé en 1959. C’est bien plus tôt qu’on parlait d’un « concours » et seulement pour l’obtention de bourses d’entrée en 6°(je l’ai passé en 1946).
          Lle décret du 23 novembre 1956 avait supprimé «  l’examen d’entrée en sixième pour les élèves de l’enseignement public dont les résultats de la dernière année scolaire auront été égaux ou supérieurs à la moyenne ». Il n’a perduré jusqu’en 1959 que pour ceux qui contestaient leur non-admission.


        • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 16 mai 2015 11:35

          @Cassino
          Vous étiez dans le privé ou le public ?


        • mmbbb 17 mai 2015 12:01

          @colere48 La situation est un peu plus complexe et il faut nuancer et ne pas toujours vouloir embellir le passe Les annees 50 et 60, la population francaise etait encore rurale et le territoire centralise Les familles de paysans faisaient des gosses pour avoir des « bras » afin de pourvoir aux travaux des champs Dans l’ain il y avait des familles de onze gosses A cette periode il n y avait aucun tracteur dans les campagnes ou les fermes ( il n’ y avait pas pas eu encore de remembrement ) etaient de quelques hectares « les autres gamins integraient l’apprentissage pour aller bosser a l’usine Les besoins etaient nuls La femme fermiere avait l’enorme privilege de bosser comme une esclave ( double fonction femme de menage cuisiniere et cultivatrice ) L’école républicaine fonctionnait alors sans démagogie et ne considérait que le mérite des élèves, » Certes et encore ? La classe sociale etait determinante comme aujourd hui par ailleurs ; un enfant nul de bourgeois ne finissait jamais a la chaine France d’aujourd hui n’est plus la meme alors vouloir comparer des choux et des carottes est inutile.


        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 17 mai 2015 16:27

          @Jean J. MOUROT


           Si l’offre de competences n’est pas liéé au besoin mais a une simple demande sociale, on n’a pas besoin de concours et meme un examen est un pure coquetterie pour les pédagogues. Le systeme d’éducation actuel. n’a plus AUCUNE VALEUR..... sauf peut etre de susciter une revolution complete en donnant mauvaise conscience meme aux « tres- peu- doués. » et « pas-du-tout-instruits »

          Si l"éducation vous interesse, voici ce qu’il faut faire :



          PJCA

        • Layly Victor Layly Victor 17 mai 2015 21:07

          @foufouille

          vous les socialos, vous ne manquez pas de mauvaise foi et de démagogie. J’ai passé le bac dans les années 60. J’ai eu des copains qui venaient de milieux très pauvres et qui ont eu le bac très brillamment, et la suite aussi. C’est justement ça qui a fait très peur à la bourgeoisie : des pauvres érudits, brillants et cultivés. Alors, ils ont bombardé les gosses de pauvres de portables, de smartphones et de tablettes numériques et, pour justifier la glandouille généralisée, ils ont envoyé les commandos pédagogistes qui « luttent contre les inégalités ».

          Il y avait beaucoup moins de jeunes qui tentaient le bac parce que le BEPC était un vrai examen, complet, avec toutes les matières classiques, une sorte de petit bac, et qui offrait des débouchés nombreux. Aujourd’hui, le BEPC, pour ne pas l’avoir, il faut faire une demande en trois exemplaires.


        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 20 mai 2015 14:10

          @Pierre JC Allard
           

          l’Éducation, ca doit etre des valeurs, une culture et des compétences. Quand l’École devient une garderie pour adolescents qui ne fait que remplacer le service militaire il ne faut pas attendre des miracles...

          PJCA



        • mmbbb 15 mai 2015 09:46

          une seule certitude : une institution qui nous coute tres chere et pour des resulats moyens De surcroît le syteme educatif francais est selectif : voir les differents rapports de La Cour des Comptes Un bémol cependant Il serait malhonnête de reporter tous les maux sur cette institution : beaucoup trop de parents se dechargent sur la collectivite pour eduquer et instruire leurs mioches mais le mot « responsabilite » est un mot bani du langage des syndicats associations politiques qui preferent ces guerres intestines


          • attis attis 15 mai 2015 10:01

            L’objectif : abrutir la populace pour mieux la contrôler.


            • jumbo11 16 mai 2015 12:11

              @attis
              la populace est deja pas mal estourbie , voir lobotomosée, avec la reforme de cette ministre franco-marocaine , today , aujourd’hui c’est les langues latines en péril , puis l’etude de l’slam obligatoire , puis dans la foulée , , suppression du porc dans toutes les cantines de france et de navarre , puis tout le monde doit bouffer hallal , puis les éleves du genre feminin devront s’habiller avec des vêtements conformes a l’islam ,puis nous allons voir dans les rues de nos villes , la charia police . puis , un jour le drapeau islamique flottant sur l’élysée et dans toutes les institutions gouvernementales , et tout , on pourra dire un grand merci a notre president .lui sera bien a l’abri , nous sommes trahis, vendus , je ne vous ai pas encore dit que , je suis pas mal devin,


            • jumbo11 16 mai 2015 12:16

              @jumbo11
              zut , une faute , je voulais dire lobotomisée ,


            • mmbbb 17 mai 2015 11:27

              @jumbo11 Je l’avais deja dit dans ces colonnes La region de mon enfance est desormais peuplee par les turcs Premier cas de foulard et premier iman expulse sous Pasqua Nous ne semblions pas etre une chance pour la france tant l’encadrement ( bibliotheque sport ) etait absent de notre education alors que le sport m’aurait permis d evacuer Je fus interne et je mes suis bien fait chier et je devais fermer ma gueule Les francais sont ds cons ils pretent plus attention a des populations d’immigration qui sont une « veriatable chance pour la france » Je me battrai pas pour ce pays j’ai un esprit revanchard Quant le recteur de la mosquee de paris dit il manque 2000 mosquees en France je n’irai pas manisfeseter mon opprobre Je trouve la droite tres hypocrite parce qu elle ne fout pas ses gamins dans ce merdier qu’est devenu l EN d’une part et d’autre part elle a toujours utilisee « la grande culture » pour assoir son pouvoir Nous nous retournons exagérément sur notre passe comme si l’avenir n’avait plus d’importance Je trouve d’Ormesson en dehors de tout contexte bien que l’homme de lettre soit respectable. 


            • Sarah Sarah 15 mai 2015 12:29

              @l’auteur

              « permettant l’acquisition d’un savoir républicain. » 

               

              Pourquoi répétez-vous machinalement ce que gouvernement et médias martèlent à longueur de journée ?

              Le savoir n’est pas républicain, il est le savoir, tout simplement.

               

              «  la réponse donnée est un nivellement par le bas » 

              Même observation.

              Il ne s’agit pas d’un nivellement par le bas, puisqu’il n’y a pas de nivellement.


              • Garance 15 mai 2015 13:00

                @Sarah


                Tout à fait : je me souviens ( j’y estoy ) que sous Charlemagne le savoir était impérial

                Que sous Louis XIV il était royaliste

                Qu’il est redevenu impérial sous les Napoléon

                Qu’il soit républicain aujourd’hui quoi de plus normal

                Le problème étant que le savoir s’effiloche au fil du temps et que dans les classes croupissent des bandes de cancres qui s’ em...rdoient à 100 sous de l’heure


              • Sarah Sarah 15 mai 2015 12:42

                @l’auteur


                Même chose pour l’emploi du mot erreur.

                La même politique depuis plus de 40 ans ne peut pas être une « erreur », c’est une stratégie.

                • tf1Groupie 15 mai 2015 13:17

                  Non, une énième grève, un énième pretexte à instrumentalisation politique, et des énièmes volées de bois vert.

                  Les Français ont l’Ecole qu’ils méritent : l’Ecole des râleurs.
                  Les élèves râlent, les profs râlent, les parents râlent et les citoyens râlent.

                  Et l’Ecole dans tout ça ?


                  • stetienne stetienne 15 mai 2015 13:55

                    n ieme erreurs tout est dit

                    pour reformer le mamouth virer tous les pedagogos du ministère des rectorats et des iufms


                    • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 15 mai 2015 14:46

                      @stetienne
                      Il n’y a plus d’IUFM !!!


                    • Demos 22 mai 09:38

                      Les IUFM ont bien disparu, mais ont resurgit depuis 3 ans. Ils s’appellent ESPE maintenant, mais si le nom a changé, le contenu est bien le même


                    • La Dame du Lac La Dame du Lac 15 mai 2015 15:10

                      En vérité, la réforme que Bel Kacem envisage de mettre en place à partir de la rentrée 2016 ne vise qu’à saper les bases d’une éducation, certes traditionnelle et déjà bien écornée, au profit d’une éducation revisitée à la sauce de « gôche » : multiculturelle, sociale pour ne pas dire socialiste, etc. L’égalité par la contrainte, voilà le nouveau credo. C’est l’ABCD de la bible républicaine.
                      .
                      Comment interpréter l’abandon, comme il est écrit noir sur blanc, de l’histoire chronologique au profit d’une histoire thématique ? Ainsi, en 5e, l’histoire de l’islam est présentée comme un « module obligatoire » (tout comme le christianisme et le judaïsme en 6e), tandis que l’histoire de la chrétienté au Moyen Âge, ou encore la période des Lumières, sont qualifiées de « module facultatif ». Islamisation de la France à marche forcée. Bref... Entre la théorie du genre, le piètre niveau de l’enseignement Français , les éléments perturbateurs qui font la loi dans les classes, les viols et les attouchements, je n’ai qu’une chose à dire aux parents :
                      .
                      Retirez vos enfants des écoles Françaises si vous le pouvez !


                      • Dom66 Dom66 16 mai 2015 00:33

                        @La Dame du Lac

                        De quoi je me mêle moi qui ne suis pas en France ? smiley

                         

                        Retirez vos enfants des écoles Françaises si vous le pouvez !  ????

                         

                        Mettez les dans des écoles écossaise  smiley


                      • La Dame du Lac La Dame du Lac 16 mai 2015 03:50

                        @Cadoudal
                        De tout temps, sous les Rois, sous la France impériale de Napoéon et sous les autres républiques , le rôle des expatriés Français fut toujours pris en haute considération et jamais méprisé. Le problème est que les gauchistes fossilisés de cette 5 ème république, fille bâtarde de 1968, vouent une détestation pavlovienne envers les expatriés qui , il faut bien le dire, mènent une existence sans doute bien plus confortable qu’eux ( plus d’argent, plus d’éducation, plus belle maison...) .
                        .
                        Cette haine envers les expatriés est typique des gauchistes frelatés de la France d’aujourd’hui. Alors que Marine Le Pen commence tous ses discours par « Je vous salue Français du monde entier », les gauchistes eux, haissent les Français du monde entier... Allez comprendre ! Ils n’aiment probablement que leurs « chances pour la France » comme ils disent.


                      • Sarah Sarah 16 mai 2015 14:40

                        @La Dame du Lac
                         

                        En entendant le gouvernement français et ses médias, vous auriez presque l’impression qu’il n’y a que deux français à l’étranger, Depardieu et Halliday.


                        Il y a 3 millions de français expatriés, dont 1,5 partis sans esprit de retour.


                        Mais le pouvoir en place à paris continue dans la même voie, ignore, ou fait sembler d’ignorer plutôt, les raisons qui les ont poussés à partir.


                      • La Dame du Lac La Dame du Lac 16 mai 2015 16:43

                        @Sarah
                        Merci chère Sarah de parler de ces millions d’expatriés Français de par le monde. Madame Le Pen a, à chaque fois, une pensée sincère pour les Français du monde entier. Elle le dit haut et fort et les expatriés la remercient massivement dans les urnes. Merluchon, Hollandouille et companie n’ont jamais une parole pour ces Français du monde entier qui sont professeurs de langue Française, docteurs, restaurateurs, ou encore importateurs de produits du terroir à l’étranger...
                        .
                        Je ne vous cache pas que c’est sous le gouvernement Hollande que j’ai senti plus d’une fois la honte d’être Française à l’étranger. C’est bien la première fois que ça m’arrive. Les autres pays nous regardent d’un air un peu médusé depuis qu’Hollande est locataire de l’Elysée, il faut le dire et je les comprends.
                        .
                        Je ne vous parle pas de nos compatriotes expatriés en Afrique qui sont carrément en danger à cause des erreurs stratégiques et diplomatiques de ce gouvernement inconscient. Nous reviendrons lorsque la démocratie existera en France. Si la démocratie existait en France, nous ne verrions pas des indépendantistes anti-Françaises aux manettes des plus grands ministères. Si la démocratie existait en France, Valls ne pourrait appliquer sa politique Pétainiste.


                      • Spider 15 mai 2015 15:26

                        En matière d’éducation, il faut revenir aux fondamentaux, à savoir, Lire, Ecrire, Compter, savoir l’histoire de son pays la France en premier lieu, connaître la géographie et les sciences naturelles .. tout le reste c’est de la masturbation intellectuelle.

                        L’enseignement d’au moins une langue étrangère doit se faire dès le plus jeune âge, soit la maternelle ou au moins dès 5-6 ans, après c’est plus difficile ... donc 1 langue en 6e et la seconde en 5e, tout cela est complètement illusoire.

                        A tous ceux qui s’élèvent contre la pseudo disparition du latin et du grec, l’école étant publique, les enseignants coûtant cher, on ne peut se permettre de consacrer des budgets pour le peu d’élèves qui choisissent cette option .. ou elle est obligatoire pour tous, ou elle disparaît et reste à la charge des parents de financer tout çà.

                        L’éducation nationale ne peut pas tout, c’est de l’argent public et à ce titre, il convient que cet enseignement profite à tous en donnant les bases vitales, pour le reste, aux parents de faire le complément, car l’éducation nationale n’est pas là pour tout faire à la place des parents.


                        • Xenozoid Xenozoid 15 mai 2015 15:38

                          @Spider
                          ok il faut passé au delá la domestication(et les accents sur le clavier),par rapport aux langues, j’en parle plusieurs, j’amais rien appris a l’école a part le ze, collé entres le dents et le palais, quand j’arrive dans un pays je regarde en premier les programmes pour enfants et les « nouvelles », cela mêt un contexte que je peux situer dans la rue, apres tout est ouvert le context et les mots non dit qui vont avec

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès