Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Affaire Dieudonné : la faute du politique et du judiciaire

Affaire Dieudonné : la faute du politique et du judiciaire

J'avais déjà été surpris, et peiné que le ministre de l'intérieur, Manuel Valls, pense possible d'interdire par avance un spectacle dans lequel des propos antisémites pourraient-être tenus. C'est en effet contraire à toute notre tradition judiciaire, tradition qu'un certain Léon Blum avait fortement contribué à créer, en défendant le droit d'expression des anarchistes, qu'il n'aimait pas et qui assassinaient des gens. Je le rappelle au passage à tous mes amis de gauche qui ne vont pas tarder à me sauter à la gorge pour ce que je vais dire...

Surpris, car Manuel Valls, n'a pas l'habitude de faire de telles concessions à la gauche morale ; peiné car, pensais-je, il ne pourrait que subir une grave défaite judiciaire. C'est bien d'ailleurs ce qui s'est passé dans un premier temps. La juridiction administrative, comme attendu, a débouté ceux qui voulaient interdire le spectacle prévu au Zénith de Nantes. Manuel Valls était perdant sur toute la ligne : non seulement Dieudonné bénéficiait gratuitement d'une publicité considérable, mais il pouvait en plus donner son spectacle. Mais où était donc passé son flair politique ?

Il aurait dû en rester là, rentrer la tête dans les épaules et se demander comment il avait pu se fourvoyer dans cette galère. Malheureusement, il a demandé au Conseil d'Etat de statuer en référé sur une demande d'annulation de la décision du tribunal administratif. Et c'est là que, je crois, une faute bien plus grave a été commise ! J'ai bien peur en effet qu'on s'apercoive, une fois l'émotion retombée, que la plus haute juridiction administrative de France s'est affaiblie en prenant cette décision. Pourquoi ?

Premièrement, l'institution a porté un coup terrible à son image d'indépendance en se comportant aux yeux de tous, comme un supplétif du pouvoir exécutif. On ne viole pas impunément en France la sacro-sainte séparation des pouvoirs. Qui peut croire en effet que cette décision n'est pas politique ? Il faut habituellement 5 ans au Conseil d'Etat pour traiter un litige quelconque. Or, il a pris,hier, la décision la plus rapide de toute son histoire. Il est difficile d'imaginer que ce n'était pas pour voler au secours de Manuel Valls. Et même que le coup n'avait pas été prévu à l'avance !

Deuxièmement, elle risque d'avoir, dans l'avenir, des répercussion imprévues. Cette décision, est non seulement manifestement contraire aux fondements du droit français mais aussi, d'une certaine façon, aux fondements de la liberté démocratique. Pour la première fois depuis très longtemps, une personne sera sanctionnée pour des propos qu'elle aurait pu éventuellement tenir. Bien sûr nous savons très bien que de tels propos aurait probablement été prononcés. Mais le danger provient de la dérive qui peut en résulter. Que deviendra notre démocratie, s'il suffit de supposer que des propos non-conformes pourraient être tenus pour, à l'avenir, interdire un meeting, par exemple ? La Ligue des Droits de l'Homme a d'ailleurs immédiatement réagit en condamnant la décision du Conseil d'Etat. Un signal qu'on ne devrait pas négliger.

Troisièmement, le Conseil d'Etat, plus haute juridiction de France, a tout de même quelque peu piétiné les droits de la défense. L'avocat de Dieudonné n'a même pas eu de temps de dépêcher son avocat à Paris et il n'a été défendu que par un avocat commis d'office. Je n'aime pas du tout ce soit-disant humoriste, mais il avait quand même le droit de se défendre ! D'ailleurs, Dieudonné à saisi la cours européenne de justice et il est très probable que la France soit condamnée.

Quatrièmement, et ce n'est pas le moins important, l'objectif poursuivi, la mise hors d'état de nuire de Dieudonné ne sera pas atteint. Bien au contraire. Quelle incroyable publicité lui a été faites, avec cette affaire ! Si seulement ça l'empêchait de s'exprimer. Mais non. Ses vidéos postées sur You Tube, seront visionnées des centaines de milliers de fois. Qu'on le veuille ou pas, il donnera des spectacles ailleurs, qui ne seront pas annulés, ceux-là, et qui feront le plein, soyons en sûr. Tout aura été fait pour cela.

Beaucoup, en toute bonne foi, se réjouissent de la décision du Conseil d'Etat. Bien fait pour sa gueule, à Dieudonné ! Ils ne l'aiment pas et moi non plus. Mais la question n'est pas là. Le problème est que la décision prise par le Conseil d'Etat et par le Politique risque d'avoir des effets plus graves que le danger que l'on prétendait écarter. Une fois de plus, force est de constater que la fin ne justifie pas tous les moyens.

Il reste tout de même encore un espoir d'atténuer les effets de cette affaire. Un seul juge du Conseil d'Etat a statué en référé sur l'affaire Dieudonné. Les magistrats seront amenés, collégialement, à se prononcer sur le fond. J'espère qu'ils oseront se déjuger... et refermer ainsi la boîte de Pandore, imprudemment ouverte.


Moyenne des avis sur cet article :  4.51/5   (41 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 10 janvier 2014 11:43

    c’est une honte au soi disant « pays des droits de l’Homme » !
     pour satisfaire les désirs des lobbies sionistes dont le CRIF , on se sert du conseil d’Etat , organisme absolument pas impartial vu qu’il est présidé par le 1er ministre ou à défaut le ministre de la justice et rempli de gens nommés par la classe politique , pour interdire un spectacle sous le pretexte fallacieux de risque de « trouble à l’ordre public ». 
    un pretexte mainte fois utilisé pour empêcher la tenue de réunions ou meetings du FN , il n’y a pas de coïncidence !

    la France se met au niveau de la Russie de Poutine , voire plus bas !

    il ne fait aucun doute que la France sera condamnée par la cour de justice européenne pour ces atteintes à la liberté d’expression et condamnée à payer à Dieudonné des dommages et interêts substentiels !
    le totalitarisme de la bienpensance UMPS est en route .......
    que Juppé et Copé collaborent à cette mascarade est révélateur !
    il faut les virer tous !


    • unandeja 10 janvier 2014 12:24

      ...la Suisse et la Belgique ont autorisé les spectacles de dieudonné...la France non ;...tout est dit.


      • howahkan Buddha Marcel. 10 janvier 2014 12:48

        Vous n’aimez pas dieudonné, à mon avis il s’en tape totalement dieudonné.....quenelle de 20, petit joueur aujourd’hui !


        • Croa Croa 10 janvier 2014 21:54

          Il s’en tape royalement je dirais : smiley Ceux qui l’aiment payent cher pour le voir et ils sont assez nombreux pour que Dieudonné n’attende pas après l’auteur !


        • RBEYEUR 10 janvier 2014 12:56

          COMMENT POUVOIR ACCUSER DIEUDONNÉ ?

          Que représente la négation humoristique présumée de la shoah par Dieudonné comparée à la négation de l’hécatombe routière.

          Au nom même de l’état de droit, il est intéressant d’associer les processus de ces deux négations dans leurs conséquences respectives.

          Concernant les conséquences de la négation de l’hécatombe routière, il s’agit :

          — - De quatre mille morts par an, soit une ville comme FORCALQUIER disparaissant chaque année !

          — - De cent mille blessés par an, soit une ville comme NANCY devenant grabataire chaque année, dont une partie non négligeable se trouve condamnée à circuler en chaise roulante jusqu’à la fin de son existence !

          Si nul ne peut nier le génocide juif d’il y a soixante-dix an, qui peut nier le génocide routier s’imposant quotidiennement  aujourd’hui ?

          Il s’agit d’une incompressible tuerie, inéluctablement entretenue par l’impéritie et l’impotence endémique du pouvoir politique qui, sans la moindre démarche de recherche d’une solution réelle, sérieuse et pérenne, se réfugie derechef dans une coercition policière systématique

          Mon article : "CEUX QUI VONT MOURIR TE SALUENT" traite exhaustivement de cette question en renvoyant à des références juridiques  précises et incontestables et, surtout, proposant une sécurité routière qui, utilisant les actuelles technologies, est conforme à la sauvegarde collective et au respect de l’état de droit.

          Mais agoravox refusait de le publier en évoquant le refus majoritaire du tabernacle des « modérateurs », c’est-à-dire, la censure de ceux qui, ayant réussi à entrer dans le sérail par la publication d’un article, sont admis à faire barrage à toute publication qui ne va pas bien avec le sentiment général...

          Comme quoi la circulaire de Manuel VALLS a des émules au sein même des « médias citoyens »…

          Mais cet article est néanmoins consultable sous le lien :
          http://blogs.mediapart.fr/blog/rbeyeur.

          Concernant la négation de la shoah incriminant Dieudonné, mon article relate certaines similitudes entre les dispositions pétainistes visant les juifs et les dispositions actuelles visant les automobilistes.

          Concernant la négation de l’hécatombe routière il s’agit, notamment, de l’article L121-3 du code de la route :
          http://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do ;jsessionid=D2097FFE5BD9D473CD01EE170CDDF32D.tpdjo16v_2?idSectionTA=LEGISCTA000006159506&cidTexte=LEGITEXT000006074228&dateTexte=20131020.
          « Par dérogation aux dispositions de l’article L. 121-1, le titulaire du certificat d’immatriculation du véhicule est redevable pécuniairement de l’amende encourue pour des contraventions à la réglementation sur les vitesses maximales autorisées, sur le respect des distances de sécurité entre les véhicules, sur l’usage de voies et chaussées réservées à certaines catégories de véhicules et sur les signalisations imposant l’arrêt des véhicules, à moins qu’il n’établisse l’existence d’un vol ou de tout autre événement de force majeure ou qu’il n’apporte tous éléments permettant d’établir qu’il n’est pas l’auteur véritable de l’infraction.
          La personne déclarée redevable en application des dispositions du présent article n’est pas responsable pénalement de l’infraction. Lorsque le tribunal de police ou la juridiction de proximité, y compris par ordonnance pénale, fait application des dispositions du présent article, sa décision ne donne pas lieu à inscription au casier judiciaire, ne peut être prise en compte pour la récidive et n’entraîne pas retrait des points affectés au permis de conduire. Les règles sur la contrainte judiciaire ne sont pas applicables au paiement de l’amende
          . ».

          Qui appelle les considérations qui suivent.

          Il n’y a contravention routière que lorsque le contrevenant est interpelé et identifié, au moment même de l’infraction, par le fonctionnaire de police judiciaire l’ayant relevée.

          Mais ce n’est absolument pas possible dans le cas d’une contravention relevée par les « radars routiers ».

          En effet, ceux-ci, qui fonctionnent en avatars de la fonction de police judiciaire, ne sont absolument pas en mesure d’interpeller et d’identifier le contrevenant au moment de l’infraction.

          Dans ce cas d’absence d’identification de ce contrevenant, ce texte permet alors d’impliquer directement le propriétaire du véhicule par neutralisation de l’article 121-1 du code pénal (« Nul n’est responsable pénalement que de son propre fait. »), grâce à un habile dispositif de délation.  

          En effet, il enjoint le propriétaire du véhicule à moucharder un conducteur fautif en menaçant ce propriétaire d’être déclaré « redevable pécuniairement de l’amende encourue pour la contravention devant échoir au conducteur qu’il est mis en demeure de dénoncer. ».

          En clair : « tu nous dénonces  un conducteur pour que l’on puisse  punir quelqu’un, sinon c’est toi qui sera puni  ».

          Il en découle que son refus de moucharder condamne le propriétaire à payer une « redevance » pour refus de délation.

          Curieusement, cette « redevance » est définie comme n’étant pas une sanction pénale alors même qu’elle ne peut pas non plus être une sanction civile puisqu’elle est prescrite par un texte pénal !?

          Il se trouve que cette sanction hors le droit est quand même appliquée par les juridictions pénales, malgré quelques scrupules comme le prouve, notamment, l’arrêt 07/00543 de la cour d’appel d’ORLÉANS rendu le 31 mars 2008, 

          (
          http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriJudi.do?oldAction=rechJuriJudi&idTexte=JURITEXT000018631667&fastReqId=971882077&fastPos=34),

          Soit un extrait de ses motivations :

          « Dès lors que la possibilité a été offerte à M. Pierre X... de donner le nom de la personne à laquelle le véhicule avait été confié le jour où l’infraction a été commise, identité qu’il ne peut ignorer dans sa position de chef d’entreprise, mais qu’il ne communique pas pour des raisons qui lui sont propres et dont la loi ne lui demande aucun compte, il ne peut soutenir, ainsi qu’il le fait que l’application des dispositions précitées le placent dans une situation où sa culpabilité est présumée en contradiction avec les dispositions de la Convention européenne des droits de l’homme.
          En effet, il n’existe pas d’incompatibilité entre les articles précités qui instituent une responsabilité pécuniaire, laquelle n’a pas de caractère pénal ainsi qu’en dispose explicitement l’article L. 121-3, et la Convention européenne des droits de l’homme, alors par ailleurs que le responsable pécuniaire fait présentement le choix de taire le nom de l’auteur de l’infraction pour lui éviter des poursuites.
          Dans ces conditions, le jugement sera intégralement confirmé dès lors que l’infraction a été constatée par un procès-verbal régulier dont la force probante est entière et que le premier juge a prononcé une juste sanction,
          sauf à dire que l’amende, prévue par un texte pénal à titre de sanction d’une infraction, n’a pas un caractère civil. ».

          Cette juridiction, bien évidemment contrainte à la stricte interprétation des textes, relève quand même :

          — - Que le prévenu, chef d’entreprise, ne communique pas le nom du conducteur du véhicule incriminé pour des raisons qui lui sont propres et dont la loi ne lui demande aucun compte  
          La cour souligne ainsi que le temps des lois des suspects, du cafardage institué et de la pénalisation du refus de délation, est révolu !

          — - Que l’article L. 123-3 du code de la route est compatible avec la convention européenne des droits de l’homme…. s
          auf à dire que l’amende, prévue par un texte pénal à titre de sanction d’une infraction, n’a pas un caractère civil.

          Nonobstant, cet article L121-3 du code de la route n’a d’ubuesque que les apparences.

          En effet, la sanction hors le droit qu’il met en œuvre permet de contourner l’absence du délit de refus de délation dans le code pénal pour condamner quand même le propriétaire du véhicule.

          Il s’agit d’un mécanisme particulièrement scélérat permettant de punir n’importe qui au titre de n’importe quoi, sans qu’il y ait le  moindre motif dans le code pénal, ceci, par une sanction qui ressemble à une sanction pénale, qui a les effets d’une sanction pénale, mais qui n’est pas une sanction pénale…

          Répugnant procédé ne trouvant son explication que dans la pratique d’un pouvoir sans contrôle, donc sans limite, usant en l’espèce d’un intégriste punitif excluant toute retenue, toute morale et toute valeur humaine.

          Mais il convient de se souvenir que le « refus de délation » fut pénalisé dans notre histoire, y compris dans un passé récent, à savoir :

          — - La loi des suspects du 17 septembre 1793 (
          http://fr.wikisource.org/wiki/D%C3%A9cret_du_17_septembre_1793_relatif_aux_gens_suspects)

          — - La loi des suspects du 19 février 1858 (promulguée sous la période totalitaire du 2° empire).

          — - L’ordonnance du 10 décembre 1941 faisant obligation de dénoncer les juifs (
          http://d-d.natanson.pagesperso-orange.fr/autres_lois_antisemites.htm).

          Il se trouve que cet article L121-3 du code de la route adhère parfaitement aux dispositions des articles 5 et 8 de l’ordonnance du 10 décembre 1941 :

          — - Article 5 : « Les personnes juives ou non juives qui hébergeront des juifs, à quelque titre que ce soit, et même gracieusement, ou leur loueront des locaux garnis ou nus, devront faire au commissariat de police une déclaration spéciale, indiquant les nom, prénoms et état civil complet des intéressés, ainsi que le numéro, la date et le lieu de délivrance de la carte d’identité présentée. Cette déclaration devra être faite dans les vingt-quatre heures de l’arrivée du juif ou de la location. ». 

          — - Article 8 : « Les personnes qui ne se conformeront pas aux prescriptions ci-dessus seront passibles des peines de droit sans préjudices des sanctions administratives. Les juifs, notamment, pourront faire l’objet d’une mesure d’internement. ».

          En considérant la prospérité judiciaire de ce nauséabond article L121-3 du code de la route, où en est aujourd’hui la « patrie des droits de l’homme » ? 

          Si ce texte est d’origine règlementaire, à quoi sert le conseil d’État (qui vient d’annuler, en dernier ressort,  le spectacle de Dieudonné à NANTES) ?

          S’il est d’origine législative, à quoi sert le conseil constitutionnel ?


          • zygzornifle zygzornifle 10 janvier 2014 13:01

            Quel gouvernement !!!! être obligé de se cacher derrière un Dieudonné , l’utiliser pour masquer le chômage, la crise, les destructions d’entreprises et d’emplois la misère sociale et la plupart des Français s’y laissent prendre. Gouvernement faible et mou mais dangereux pour les libertés, sortant toute son artillerie lourde pour tirer sur le bidasse Dieudonné qui se retrouve seul face à une véritable armée autant haineuse,hargneuse et plus destructrice que celui qu’elle accuse d’y être.....Un acharnement qui me rappelle avec quelle fébrilité ce gouvernement a fait passer le mariage gay , sortant son rouleau compresseur pour écraser tous ses opposants et ensuite se ridiculisant aux yeux du monde entier devant une simple Léonarda ....


            • Ruut Ruut 10 janvier 2014 13:23

              Donc la justice n’est pas indépendante en France, c’est acté.


              • smilodon smilodon 10 janvier 2014 13:28

                Démocratie voudrait signifier « état de droit(s) » !... Non ??... Valls aura fait tomber un « pitre », qu’il soit rigolo ou non, en sabrant allégrement un des pilier de notre démocratie !.... Si la décision du « conseil d’état » fait jurisprudence, demain le « blond » rigolé par un autre « pitre » (autorisé celui-là), pourra faire annuler son « spectacle » !... Sans autre forme de procès !... Qu’on soit « noir », « gris », « blanc », « petit », « grand », « maigre », « gros », « juif », « musulman » « chrétiens », « athées » « agnostiques », qu’on vénère la vache ou le veau, quelque soit notre « différence », grâce à « manu », on peut faire annuler n’importe quel « spectacle » qui nous mettra en scène !... Une phrase, un geste, n’importe quoi !.... Direct le tribunal administratif et aussi sec le « conseil d’état » !.... La vie des « humoristes » va devenir moins marrante, non ???... Et avant d’acheter un billet pour un spectacle, amis spectateurs, attendez bien les décisions de nos « juridictions » !...... Ce sera plus prudent, niveau financier je veux dire !...... Marchons donc tous dans le même sens !... Et gare au moindre rictus sur les lèvres !... Il pourrait vous en coûter !.... Manuel veille !..... Les corridas sont toujours autorisées !.... C’est vrai que c’est débonnaire, amical et très marrant comme « spectacle » !... Courrez-y donc !... Vous allez adorer !... Une loi devrait passer dans pas longtemps pour vous obligez à adorer !... Sinon, en taule !... Adorez donc !... Notre ministre adore !... Ca vous va comme argument ??... A sa place, celle de manu, je te foutrais 2 cornes sur le crâne de « dieudonné », et hop, dans l’arène !..... Ca devrait le piquer un peu !.... C’est autorisé, ce genre de « spectacle », vu que ça fait partie des « traditions » !.... Et c’est pas une démocratie vieille de 200 ans seulement qui pourra ou voudra y changer quoi que ce soit !... Dieudonné, c’est tellement plus facile !...... Quel courage de la part de notre miniministre !... Qu’il aille se promener tout seul dans certains quartiers de Paris, Marseille, Lyon ou ailleurs....Tous les soirs après 22 heures !... Un peu avant ou beaucoup après !.. Là oui ce serait « courageux » de sa part !..... Les flics y vont !... Les pompiers aussi !.. Les toubibs également !.... Eux sont « courageux » !.... Pas LUI !..... Nos élites sont pleutres !..... Facile de démonter une ambulance !...... Allez, j’arrête, ils m’énervent tous tellement !...... Marre de voir tous ces ânes à la téloche, sur toutes les chaines !... Au moins celui qui veut voir « dieudonné », une fois dans sa vie, il devait cracher 40 euros au bassinet !..... Les autres sont (presque) gratuits, mais tellement chiants !..... Pas marrants en tout cas !..... Adishatz.


                • non667 10 janvier 2014 14:56

                  ISRA- HEIL ! pour assimiler le génocide des palestiniens par les sionnistes israëliens au génocide juif par hitler
                  voila comment l’histoire dieudonné a commencé devant fogiel !
                  intolérable les gouvernements français complices (umps .....) ( pour non assistance au peuple génocidé ) ainsi que les juifs solidaires (à 90 % ) des sionistes ont essayé de le neutraliser en l’excluant ouvertement des télés et en le dénigrant a chaque occasion !
                  + attaque au portefeuille par contrôle fiscal + amendes diverses pour « racisme ».....

                  tout cela ne marchant pas grâce a internet , a la subtilité de dieudonné ,a son charisme auprès des antisionistes ,et aussi et surtout comme le plus médiatique et unique /principal défenseur de la cause palestinienne les héritiers/partisans IL EST INTERDIT D’INTERDIRE deviennent les pires senseurs

                  ATTENTION DES FACHOS PEUVENT EN CACHER D’AUTRES PLUS MALIGNEMENT DÉGUISÉS
                  LES FACHOS NE SONT PAS CEUX QU’ON DIT

                  soutenons dieudonné en virant toute la pourriture qui l’attaque a commencer dès les municipales par les maires qui lui interdisent ses spectacles


                  • volpa volpa 10 janvier 2014 16:07

                    Israël est un pays créé de toutes pièces sur le dos des palestiniens.

                    Ce sont des racistes qui sèment la merde partout pour régner.

                    Ils sont aidés en cela par les pleutres et les sayanims qui ne se cachent même plus.

                    Dieudonné se défend en faisant ses provocations. Le peuple élu veut lui faire fermer sa gueule.

                    Il n’y arrivera pas.

                    Que vive Dieudonné et ses quenelles soit disant détournées du salut nazi.

                    Qu’il les glissent à Valls,BHL, Klarsfeld, Jacubowitz et tuuti quanti.


                    • Arnaud69 Arnaud69 10 janvier 2014 16:20

                      Fondation pour la mémoire de la Shoah en chiffres :

                      2003 : 14 073383 €
                      2004 : 15 909 558 €
                      2003-2005 : 51 825 885 €
                      2006 : 22 520 825 €
                      2007 : 16 673 191 €
                      2008 : 21 556 452 €
                      2009 : 16 374 869 €
                      2010 : 20 729 991 €
                      2011 : 15 408 543 €
                      2012 : 18 810 044 €

                      Source http://www.fondationshoah.org/FMS/spip.php?rubrique37&debut_articles=5#pagination_articles


                      • aliante 10 janvier 2014 19:07
                        • Dieudonné n’est que le miroir déformant de cette etablishment crasse umps qui se soutient quand il faut laminer des vérités qui les dérangent ,des juges à Nantes ont estimé sont spectacle conforme au droit non sur des bases idéologiques mais sur le droit ,le conseil d’état déjuge une levée d’interdiction conforme au droit qui s’applique de la même manière sur l ensemble du territoire c’est une affaire politique
                        • la censure est l’argument de ceux qui n’en ont aucun


                        • kalon 10 janvier 2014 22:36

                          Pourquoi de long discours là ou l’évidence saute aux yeux.

                          Hollande n’a plus rien à dire, c’est Valls qui est devenu président « par intérim » ;

                          Aux prochaines élections, il y a fort à parier que Sarkoléon sera remis sur le trône !

                          et Valls sera (très bien) remercié smiley

                          Pour ces gens, la droite, la gauche, le centre ou toute autre aberration politique n’existe pas.

                          Une seule chose existe à leurs yeux, garder le pouvoir ou périr !

                          Alors, Valls, Dieudonné ou « madame pipi » à la gare du nord, ils s’en foutent royalement.

                          Pour eux, c’est le pouvoir ou la mort !


                          • Alexis_Barecq Alexis_Barecq 10 janvier 2014 22:45

                            Moi je l’aime, Dieudonné.

                            Dieudo, on est avec toi !


                            • kalon 10 janvier 2014 22:47

                              Que savez vous de ce que Marine a été négocier à Jérusalem ? smiley


                              • kalon 10 janvier 2014 22:58

                                Jusqu’ici, je n’ai lu, en grande majorité, que des commentaires venant de gens normaux, vous et moi.

                                Le seul problème, mais il est de taille, est que ce que nous essayons de comprendre de façon rationnelle sont, en fait, des actes posés par des gens irrationnels.

                                N’importe quel psychiatre peut définir la folie, mais aucun ne peut la comprendre, car pour la comprendre, il devrait devenir fou également.

                                Et devenant fou à son tour, il ne pourra que considérer qu’il ne l’est pas !

                                CQFD 


                                • kalon 10 janvier 2014 23:05

                                  Cherchez qui finance, réellement, le magazine qui a relancé les « amours secrets » de François Hollande et vous aurez le nom de celui qui finance Valls.

                                  C’est pas vraiment compliqué à comprendre smiley

                                  Sans s’en rendre compte, et encore moins en le souhaitant, Dieudonné est devenu l’outil de ceux qu’il abhorre, mais, nonobstant ce fait, je lui garde ma plus haute estime car des hommes comme lui se font très rares !


                                  • Carl 11 janvier 2014 02:34

                                    Soyez plus clair ! Ernesto Mauri du groupe Mondadori ? je ne vois vraiment pas.


                                  • Peretz1 Peretz1 12 janvier 2014 09:49

                                    Pas d’accord. Le spectacle et son auteur ont été condamnés à plusieurs reprises. C’est la roublardise qui gagnait en se moquant de la Justice dans la mesure où elle ne s’appliquait pas. Il fallait donc laisser faire sous prétexte de liberté d’expression ? Or la Liberté absolue est impossible dans nos sociétés actuelles. On tomberait dans l’anarchisme (de droite) ce que Dieudonné semble espérer. De meeting en meeting dits de spectacles le FN aurait fini par le récupérer facilement avec les médias. Certes la façon de faire de Valls est probablement dictée par son ambition personnelles (Président en 2017) ? C’est Taubira qui aurait dû agir à sa place, mais la séparation des pouvoirs l’obligeait à rester derrière. Dommage.


                                    • Patrice Lemitre Patrice Lemitre 12 janvier 2014 11:56

                                      Justement, Dieudonné a déjà été lourdement condamné mais ne paye pas ses amendes. Si l’état voulait vraiment montrer ses muscles, il fallait qu’il utilise les voies d’exécution existantes pour l’obliger à payer. Or, il ne le fait pas. Cela aurait été sans doute moins médiatique pour Valls, bien sûr. 

                                      Empêcher Dieudonné de donner un spectacle sous prétexte qu’il pourrait y tenir des propos antisémites, même si l’éventualité est très probable, ça revient à le condamner pour un délit qu’il n’a pas commis. Ca ne devrait pas être possible dans un état de droit.

                                      Quant au prétexte de trouble à l’ordre public, il est fin comme du papier à cigarette. Il y avait beaucoup plus de danger de trouble à l’ordre public en obligeant près de 6000 personnes à repartir chez elles. S’il y avait eu beaucoup d’agitateurs extrémistes parmi eux, ça aurait pu tourner à l’émeute. 

                                      Non décidément, je reste convaincu que ceci est une très mauvaise affaire.


                                    • Arnaud69 Arnaud69 12 janvier 2014 20:56

                                      Je viens de regarder « Le Mur » de Mr Dieudonné.

                                      Ce dimanche 12 janvier 2014 l’UMP-PS-CRIF semblent pathétiques sur le sujet MAIS ATTENDEZ QUE LES FRANÇAIS AIENT VU LE SPECTACLE « LE MUR » et l’UMP-PS-CRIF et tous les rapaces seront publiquement discrédités à tout jamais ...

                                      il y aura un avant et un après pour l’UMP-PS-CRIF, ils vont sont la honte de la France, la « justice » ne s’en sortira pas grandie également ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès