Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Affaire Polanski/Mitterrand : Les victimes d’abus sexuels (dans (...)

Affaire Polanski/Mitterrand : Les victimes d’abus sexuels (dans l’enfance) ont-elles le droit à la parole ?

Pas une seule presse, écrite ou télévisée, n’a pris contact avec des victimes d’abus sexuels dans l’enfance (ou des associations d’aide aux victimes) dans l’affaire Polanski, devenue l’affaire Mitterrand.

La plupart des victimes et des associatifs se taisent car ils sont pris dans un conflit politique qui n’est pas le leur. Dans une tourmente de règlements de comptes qui leur nuisent.

Madame Marine LEPEN : vous avez sauté sur « l’occasion » pour faire du rentre- dedans et vous mettre sur le devant de la scène, en ressortant du placard un livre publié en 2005, mais pourquoi n’avez-vous pas réagi à la sortie de ce livre ? Pourquoi ne pas avoir soutenu ceux qui se posaient des questions, à l’époque ? Avez-vous, une seule fois, dans vos campagnes, proposé un programme pour la protection de l’enfance et la lutte contre la pédocriminalité ? Ne cherchez donc pas à rallier à votre « cause » les victimes d’abus sexuels… C’est scandaleux !

Madame Martine Aubry : vous avez estimé samedi dernier que l’affaire Frédéric Mitterrand est terminée, ajoutant que vous aviez « horreur qu’on s’attaque aux hommes et aux femmes » et aussi « il faut arrêter toutes les histoires personnelles »L’affaire Polanski, Madame, vous l’oubliez ? Vous n’avez pas horreur que l’on s’attaque aux enfants et aux adolescents ? Vous souhaitez que les victimes se taisent ? Vous dites : « Oui, nous avons pris acte. Maintenant passons à ce qui intéresse vraiment les Français : le chômage, la crise, le pouvoir d’achat qui stagne ». Comme il est dommage que vous ne puissiez pas rebondir sur un sujet qui se doit d’intéresser les Français ! Ce n’est pas tant le chômage, la crise, le pouvoir d’achat, mais aussi l’avenir des enfants, la vie des enfants !! Madame Aubry, un peuple qui prend ses enfants par la main est un peuple qui vivra longtemps...

Monsieur Tubiana et tous les signataires de la pétition pour la libération de Monsieur Polanski : soutenez-vous un violeur d’enfant ? Banalisez-vous la pédocriminalité ? Être violé à 13 ans, n’est-ce pas un viol sur mineur ? Mesdames, Messieurs : c’est un crime. Comment auriez-vous réagi si cet homme avait abusé de votre fille mineure ?

Monsieur Frédéric Mitterrand : descendez de votre piédestal, reconnaissez que vous avez eu tort de soutenir un pédophile et regrettez les paroles que vous avez prononcées le 28 septembre « Roman Polanski est l’honneur de la France… » , vos paroles scandaleuses ont profondément choqué et humilié les victimes de pédocriminels, les proches de victimes, leurs aidants et leurs défenseurs. Arrêtez de nous insulter en pensant que tous ceux qui sont en colère contre vous en ce moment sont des « amis » de l’extrême droite et des homophobes. Non, Monsieur le Ministre, nous ne confondons pas homosexualité et pédophilie car, nous, la pédocriminalité nous savons, nous l’avons vécue. Mais peut-être que vous agissez ainsi parce que vous avez des choses à cacher…Quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage… Mais la bave du crapaud n’atteint pas la blanche colombe…

Monsieur le Président de la République : nous sommes tout simplement consternés par le soutien qu’apportent un grand nombre de responsables institutionnels et d’artistes à Roman Polanski. Ses qualités artistiques, aussi brillant soit-il et aussi exceptionnelle soit son œuvre, ne peuvent pas représenter une immunité pour des faits d’une extrême gravité.

Les dirigeants et les représentants d’un pays doivent être irréprochables, prendre la défense des victimes et non de leurs agresseurs ! Et ils doivent savoir ce taire quand il le faut…

Chaque jour, en France, plus de 40 enfants sont victimes de maltraitances sexuelles : ces chiffres eux-mêmes ne constituent que la partie émergée de « l’iceberg maltraitance sexuelle ». La France peut-elle fêter les 20 ans de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant ? NON car la France, depuis quelques jours, vient de la bafouer.

Tout ce grand bazar nous donne la nausée…

Claudine BERGER, présidente

Et l’association Le Soleil Blanc


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

45 réactions à cet article    


  • Serge Serge 16 octobre 2009 12:04

    Mise au point salutaire face à la « cour médiatico-politique » qui domine actuellement la France.

    « Selon que vous serez puissant ou misérable les jugements de cour vous rendront blanc ou noir. »

    Jamais cette affirmation de La Fontaine n’a été aussi palpable qu’aujourd’hui !!!

    La rigueur de la loi s’arrête à la porte des « puissants. » Nous sommes paraît- il « tous égaux devant la loi »,mais comme disait Coluche...« certains sont plus égaux que d’autres. »


    • Senatus populusque (Courouve) Senatus populusque 16 octobre 2009 13:32

      C’est pas de Coluche mais d’Orwell, dans Animal Farm, 1945 :

      ALL ANIMALS ARE EQUAL
      BUT SOME ANIMALS ARE MORE EQUAL THAN OTHERS


    • Serge Serge 16 octobre 2009 17:12

      Mea-culpa pour avoir attribué à Coluche la primauté de cette remarque...


    • fredleborgne fredleborgne 16 octobre 2009 13:36

      Aujourd’hui Sarkozy soutient encore son ministre pour avoir soutenu Polanski. Tout le monde est à la botte, ayant trop à perdre face à lui.
      Il peut faire élire son fils au-delà de toute raison. Il peut aussi briser un adversaire.
      Le parti socialiste compte dans ses rangs les plus gros cumulards de la république.
      Le nouveau centre n’existe pas.
      Bayrou a été laminé à sa droite comme à sa gauche (Merci Sego, merci les verts)
      Marine le Pen s’est trompée de combat. Il est notoire que Mitterrand a dû avoir de sales expériences, mais il n’y a pas de vraies preuves, même pas ces fausses confessions.
      Il ne reste que le dégout face à cette élite, et la saleté de leur amalgame contre nous. Le anti-polanski mitterand est un facho homophobe et anti-sémite.
      Le peuple s’en souviendra. La loi ne peut rien contre les élus. Leur sens de l’honneur n’est même pas un souvenir. Gare au retour de bâton, en espérant qu’il ne profite pas au PS non plus


      • Nometon Nometon 16 octobre 2009 14:13

        On a eu souvent l’impression qu’il y a une différence générationnelle dans la réaction des politiques et consort, à ces deux affaires.

        Là où les soixantenaires (l’essentiel de la classe politique à son sommet) excusent bien vite les propos et agissements de Polanski & Frédéric Mitterrand, taisant (comme vous le soulignez) les souffrances faites aux enfants victimes de viols, les quarantenaires (Hamon, Montebourg...) se sont indignés et ont demandé justice.


        • Fergus Fergus 16 octobre 2009 16:44

          Bonjour, Claudine.

          Je soutiens totalement votre action et c’est sans la moindre hésitation que j’ai voté pour cet article en modération.

          Cela dit, il n’est pas tout à fait exact de dire que la parole n’a pas été donnée aux associations. Plusieurs d’entre elles se sont exprimées sur les ondes radio tant sur l’affaire Polanski que sur les (légitimes) déboires de Mitterrand. Mais il est vrai que vous avez mentionné la presse écrite et télévisuelle.

          Ce point précisé, bravo pour votre combat : il est juste et indispensable. Quant à Mitterrand, dont la défense maladroite a été pitoyable, c’est à Sarkozy de la régler, soit en éloignant son sulfureux ministre, soit en persistant à maintenir un touriste sexuel présumé pédophile en poste,mais au risque de saper le discours volontariste de la France en matière de lutte contre l’esclavage sexuel.


          • Claudine 16 octobre 2009 16:55

            Merci Fergus, en effet j’ai bien mentionné « presse écrite et télévisuelle » les « grands » journaux. Je reconnais que Agoravox a publié mes deux articles, Le Post aussi, mais quand aux autres.... Mais ce n’est pas le but de ce communiqué de presse, le but est que les victimes puissent s’exprimer . Vous avez entièrement raison le chef de l’Etat est Sarkozy et c’est à lui de présenter la porte à son ministre de la culture, au risque de voir ses électeurs aller voir ailleur.


          • curieux curieux 16 octobre 2009 16:54

            Si il faut lire tous les livres qui sortent, où va-t-on ? Vous faîtes aussi un bel amalgame


            • Claudine 16 octobre 2009 17:00

              Mon communiqué Curieux, ne parle pas de livre, « du livre » mais tout simplement de l’attitude d’un chef d’Etat et de ses ministres qui se doivent de défendre les victimes et non de défendre les abuseurs. Nous ne nous servons du livre « la mauvaise vie » de M. Mitterrand pour famifester notre colère, mais bien de son ATTITUDE dans cette affaire, relisez mon article Curieux a aucun moment je ne cite ce livre, car je ne fais pas d’amalgame.


            • pigripi pigripi 16 octobre 2009 17:29

              La sexualité morbide des mâles fait l’objet d’un consensus général dans pratiquement toutes les sociétés.
              La pédophilie et l’inceste, les viols et assassinats sexuels sont en majorité commis par des hommes
              les violences conjugales et les viols conjugaux sont en majorité commis par des hommes
              1/3 des détenus de nos prisons sont des délinquants sexuels mâles.
              Des millions de jeunes garçons à travers le monde découvrent la sexualité à travers des vidéos qui mettent en scuène des femmes harnachées comme des pouliches dominées par des mâles
              Les mâles adultes se branlent devant des vidéos qui font la fortune d’autres males
              Hétéros, bis ou homos, les mâles ne conçoivent pas la sexualité autre que dans un rapport dominant dominé, sado/maso, actif/soumis

              Bref, la sexualité des mâles est prédatrice, exploitatrice, dominatrice et un instrument de pouvoir. De vieux mâles connus uent abondamment de leur droit de cuissage faisant croire à des promotions ou emplois qu’ils n’accorderont jamais
              Et ça marche car les femmes sont conditionnées par la banalisation de la sexualité fonctionnelle et utile.

              La solution ? éduquer les garçons au respect des femmes dès le berceau, les éduquer à d’autres relations que la conquête du pouvoir à travers l’exploitation du corps des femmes et de leur force de travail.

              Et au sommet de l’Etat, on a un président qui en est à sa troisième épouse, à ses énième maitresses ayant en particulier exploité le vivier des journalistes du Figaro qu’il appelait « annexe de l’UMP » avant son élection.

              Imaginez une présidente de la République qui en serait à son troisième mari et collectionnerait les amants ...


              • rocla (haddock) rocla (haddock) 16 octobre 2009 17:44

                La sexualité morbide des mâles fait l’objet d’un consensus général dans pratiquement toutes les sociétés .

                Pensez-vous , Madame .


                Avoir le consensus et dire des choses pareilles .


                • M.Junior Junior M 16 octobre 2009 18:03

                  Agora Vox a refusé le témoignage d’une victime d’abus sexuel qui s’exprimait sur le sujet au motif que le sujet avait déjà été traité et n’apportait aucun éclairage !

                  ON se fout de la gueule du monde !


                  • M.Junior Junior M 16 octobre 2009 18:09

                    Nous vous remercions d’avoir soumis votre article (Une mauvaise vie ? Non
                    juste un vaurien émotif) sur AgoraVox. Toutefois, le comité de rédaction
                    n’a pas validé sa publication. Nous considérons en effet que l’article
                    contient des informations déjà évoquées abondamment dans l’actualité.
                    Nous vous encourageons à aborder ce sujet, sous un angle différent en
                    essayant d’apporter un éclairage nouveau, ou des informations non reprises
                    et non commentées.
                    N’hésitez pas à vous inspirer de la politique éditoriale disponible à
                    l’adresse suivante :


                  • pigripi pigripi 16 octobre 2009 18:34

                    Pour revenir à l’affaire Polanski, c’est vrai que ça fait de la peine qu’un grand cinéaste soit harcelé par la justice 30 ans après les faits.
                    Mais quand même, on se demande pourquoi il a fallu attendre 30 ans pour que le jugement ait lieu !
                    Que s’est il passé depuis 30 ans ?
                    Si c’est parce que Polanski a fuit ses responsabilités en ne se présentant pas devant le tribunal pour répondre de l’accusation, tant pis pour lui.
                    Tant que le procès n’a pas eu lieu, on ne sait pas s’il est coupable ou innocent.

                    Ca me rappelle l’affaire Montand. Si le sieur avait fait face à ses responsabilités de coureur de jupons et s’il avait accepté l’analyse ADN, on n’aurait pas eu à l’exhumer et à emmerder sa famille et ses admirateurs. Là aussi, un bel exemple de fuite devant ses responsabilités.

                    Pour ce qui est de Mitterrand, pédophile ou pas, quans on est un homme public et qu’on écrit qu’on va en Thaïlande pour enc. ou se faire enc. moyennant finances par des jeunes gens, il faut s’attendre à subir des retombées. Si déjà avant que d’être ministre le sieur Frédéric Mitterrand se pensait tout comme son oncle à l’abri de ’éthique et de la morale, tnt pis pour sa gueule.

                    Je n’en dirai pas autant de l’affaire Cohn Bendit car,à l’époque des faits, la pédophilie qui s’appelait accceptation de la sexualité enfantine était défendue par la bande à Libé et le queutard Matzneff, écrivain respecté ayant sa rubrique au Monde. Idem pour balthus dont les peintures de petites filles n’ont jamais choque que quelques féministes et pareil pour les photographes adulés fous de lolitas ou de porno chic. Cohn Bendit était dans une époque de libération sexuelle et a sans doute fait et dit n’importe quoi dans ce contexte particulier.


                    • rocla (haddock) rocla (haddock) 16 octobre 2009 18:49

                      C’est beau de détenir la vérité .


                      • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 16 octobre 2009 19:22

                        Salut Claudine,


                        Je me permets de donner l’adresse de ton assiociation.


                        http://lesoleilblanc.blogspace.fr/


                        sur ton site, j ’ai l’impression que le lien pour la pétition ne fonctionne pas


                        L’entourage du triste sir qu’est- F.M. joue la montre,... et attend que la tempête se calme, sur que je suis de ceux qui laisseront pas tomber l’affaire


                        pétition contre frédéric mitterrand



                        http://www.lapetition.be/en-ligne/oui-la-dmission-de-frdric-mitterand-5154.html


                        d’autres résultats sur Google

                        http://www.google.com/search?source=ig&hl=fr&rlz=&=&q=p%C3%A9tition+contre+fr%C3%A9d%C3%A9ric+mitterrand&btnG=Recherche+Google&meta=lr%3D&aq=f&oq=



                        @+P@py


                        • Claudine 16 octobre 2009 19:59

                          Merci Gilbert, le site officiel de l’association est celui - ci : ICI et là les liens fonctionnent.


                        • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 16 octobre 2009 19:36

                          Salut Pigripi,


                          « Cohn Bendit était dans une époque de libération sexuelle »


                          Ben tiens voyons....ou pas, un mec de 18 ans qui se dit sensé  n’a pas à accepter de se se faire tripouiller la braguette ( ouverte )par des enfants de 1 à 6 ans, ce qui fut le cas de Dany le rouge !!!


                          voir le paragraphe Polémique autour du Grand Bazar (1975) sur Wikipédia


                          @+P@py


                          • wolf wolf 16 octobre 2009 20:21

                            Hélas, vous commettez une erreur, l’affaire polanski est bien différente de l’affaire mitterand.
                            L’un (planski) est une personne qui il y a trente an à reconnu avoir alcoolisé et drogué une jeunne fillette de 13 ans, puis d’avoir eu à la suite de ces faits, des actes sexuels avec elle.
                            L’autre, il s’est exprimé en tant que Ministre d’État (première erreur), en prenant la défense de l’homme sus-cité (seconde erreur).
                            Après l’histoire de son livre peut (au conditionnel, car sans preuve des faits, personne ne peut outrepasser l’article 9-1 du CC) éventuellement donner une raison pour cette réaction à chaud, de prise de défense la plus maladroite qu’il soit.
                            Somme toute, l’un et l’autre ont de fait une histoire (polémique) qui se rejoint dans le fait qu’un homme représentant (tout comme Mr Kouchner, car ne l’oublions pas celui-ci, même si depuis il s’est fait oublié, se rendant certainement compte de sa monumentale erreur, tenu les mêmes propos que notre sinistre de tutel, le Sinistre de l’Inculture) l’Etat Francais n’a pas à défendre un autre homme ayant reconnu avoir fait de tels actes, et ayant fuit la justice qui le recherchait, tel un fugitif...

                            Après, il ne faut pas confondre manipulations médiatique pour noyer le poisson, et réalité des faits.

                            En ce qui concerne le FN, vous savez parfaitement, tout autant que nous tous, comment ils sont... Laissez-les parler.
                            Par contre, on peut se demander pourquoi à l’époque, les médias n’ont pas été choqués par les propos tenus dans le livre de Mr Miterrand, comme ils le sont actuellement...
                            Ceci permettrait peut-être de remettre en place le vrai sujet : De tels propos dans un livre présenté (à l’époque) comme étant autobiographique, sont-il admissibles ?
                            Pourquoi la presse et les émissions spécialisées ont effectué un tel black out, alors qu’aujourd’hui ces dernières sont scandalisées...
                            Mais ceci est une autre histoire.

                            En ce qui concerne Mme Martine Aubry, si elle était tant représentative du peuple, et surtout de son parti, je crois que ça se saurait, non... ?? ( smiley)
                            Laissez-la parler également, je suis persuadé qu’il s’agit là d’une de ses nombreuses maladresses, et que ses paroles ne représentent pas ce que pense les gens de gauche et des autres gauches.

                            Pour ce qui concerne Tubiana et tous les signataires de la pétition pour la libération de Monsieur Polanski, je crois que nous sommes bien tous d’accord à s’accorder qu’il s’agit de défendre les personnes qui commettent un crime, et faire abnégation des victimes, et de leurs familles, hélas... mais le monde des zartiste est un monde à part, où tout les passe-droit, et les bonnes faveurs on court....
                            Le droit doit s’appliquer à tous, sauf certaines castes : « politicens », « artistes », « grand patrons », « patron voyous »...etc (liste non limitative, non exhaustive)

                            Pour ce que vous pensez de Monsieur Frédéric Mitterrand, sachez que cet homme ne sait faire la différence (visiblement) entre le talent, et la personne... Hélas, lorsque cela provient d’un membre du gouvernement, c’est l’ensemble de la France qui parle, et cet homme fait honte.
                            Mais n’oubliez pas que bientôt, il défendra la LOPPSI, loi présenté comme LA loi anti-pdédophile sur internet (alors qu’il ne s’agit là que d’un exemplaire du partiot act USA à la Française), et qu’alors, il faudra rappeler que ce gouvernement, ce président n’ont aucune légitimité à cela, et que seule leur démission pourra permettre que les pédophile physique soient enfin arrêtés, ce qui dans le même temps les enlèvera d’internet !!!

                            Je tiens également à vous rappeler Claudine, que Mr Nicolas Sarközy de Nagy-Bocsa, alors qu’il été ministre (pour ne pas dire sinistre^^) de l’intérieur, s’est présenté comme le ministre des victimes...
                            Visiblement, ceci est bien derrière lui, et ne s’encombre pas (plus, car les présidentielles sont passées, et que le but est atteint !!!) des victimes, les vraies.


                            • Claudine 17 octobre 2009 10:19

                              Merci pour votre intervention Wolf, que j’aime beaucoup, juste une toute petit précision je fais bien la différence entre polanski et mittérrand :) :)


                            • wolf wolf 17 octobre 2009 12:30

                              Encore une petite chose, parce que je lis des propos qui laissent bien transparaitre la méconnaissance du sujet Polanski...

                              Donc, je conseil vivement la lecture de cet article rédigé par Maitre Eolas, si connu, et surtout, tant reconnu pour la justesse de ses mots, et l’exactitude de la connaissance des sujets qu’il aborde :

                              http://www.maitre-eolas.fr/post/2009/09/29/Quelques-mots-sur-l-affaire-Polanski

                              Ceci permettra peut-être d’éclairer certains, et surtout de remettre les choses à leur place légitime, et supprimer ce que certains tiennent pour acquis, juste parce qu’ils ont entendus certaines infos au JT de TFhaine....


                            • Claudine 17 octobre 2009 16:45

                              J’ai lu l’article de Maître eolas dès qu’il l’a écrit, excellant article.


                            • wolf wolf 18 octobre 2009 12:26

                              J’ai posté ce message, puisque certains ici s’expriment en usant de propos qui dénoncent leur méconnaissance du sujet, tant sur un plan judiciaire, que sur le plan informatif.

                              Maintenant, je ne cacherais pas que la course à privilégier, au mépris de l’article 9-1 du code civil, la parole de l’enfant, ne peut que mener à des affaires type Outreau.
                              C’est pourquoi je ne me cacherais pas en disant que je ne suis pas tout les propos tenus ici.
                              Il ne faut pas m’en vouloir, mais la course aux chiffres, aux quotas, et aux affaires médiatiques, n’ont depuis quelques années menées qu’à des erreurs judiciaires monumentales. D’où le pourquoi du comment que je ne peut suivre certaines positions associatives.

                              Mon combat (et pas que le miens) étant la défense des droits fondamentaux, privilégier la parole d’une des parties, c’est contrevenir à l’obligation de l’instruction à charge et à décharge.
                              Dès lors que l’instruction n’est faite qu’à charge, on arrive à un système où seule une partie des prévenus peuvent se défendre, et donc seule une partie des prévenus auront le droit à la défense.
                              Ce n’est ni plus ni moins que ce qu’il s’est passé pour Outreau, mais dans d’autres domaines, l’affaire Colonna n’est pas mal non plus ! (et je passe sur tant d’autres)


                            • Raymond SAMUEL paconform 16 octobre 2009 20:44

                              Bonsoir,
                              Michel ONFRAY a dit récemment : « On ne discute pas avec les faibles ». Il a ô combien raison ! Les plus faibles parmi les faibles, ce sont les enfants. Dans la société des adultes la problématique de l’enfance est de toutes façons un sujet mineur ; de plus, étant donné la nature du regard que les adultes portent sur l’enfance, même les instances qui ont pour mission de défendre la famille ne défendent les enfants que du bout des lèvres, à la fois pae conviction et par peur d’être accusées de préconiser le LAXISME dans l’éducation.
                              Il n’y a jamais eu de mouvement de masse pour entraîner les adultes à toujours considérer l’enfance comme étant une cause prioritaire, à respecter les enfants, à les protéger, à traquer les nuisances qui les atteignent etc...

                              Donc, il en sera de la pédocriminalité comme de la violence institutionnelle et éducative, elle ne peut qu’augmenter dans l’avenir.
                              Certains de ceux qui ont délibérément sacrifié les enfants (je pense ici aux féministes ultra) arrivent eux aussi à faire croire qu’ils les défendent.


                              • Duralex Duralex 16 octobre 2009 21:31

                                « Pas une seule presse, écrite ou télévisée, n’a pris contact avec des victimes d’abus sexuels dans l’enfance (ou des associations d’aide aux victimes) dans l’affaire Polanski, devenue l’affaire Mitterrand. »
                                ----------------------

                                Les victimes d’abus sexuels dans l’enfance ? Vous ne les représentez pas, vous n’avez aucune qualité, aucune compétence, ni aucune légitimité pour parler en leur nom.

                                Vous parlez en réalité au nom de vos associations qui se plaignent d’avoir été mises de coté dans ces affaires, ce qui est une grave atteinte à la rentabilité de vos fonds de commerce.

                                Parlez nous donc du rôle de vos associations dans l’affaire Outreau....

                                Aprés tout le monde comprendra mieux pourquoi la presse prend des pincettes de 10 mètres de long quand vos associations souhaitent revenir sur le devant de la scène.


                                • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 16 octobre 2009 21:35

                                  ... sed lex. Bravo pour ce post et pour d’autres.


                                • Philou017 Philou017 16 octobre 2009 21:52

                                  Duralex : succession d’accusations gratuites auxquelles vous n’apportez pas un embryon de preuve. Non seulement on n’a pas à vous croire, mais la méthode est critiquable. Accuser de cette façon sans apporter d’éléments parait malhonnête.


                                • Claudine 17 octobre 2009 10:31

                                  Duralex ! J’écris un au nom que d’une seule association : Le Soleil Blanc et des victimes que ma bien modeste et petite association de quartier essaie de venir en aide le mieux possible et d’autre part en mon nom étant victime d’abus sexuels dans l’enfance. Sachez aussi Duralex que Le Soleil Blanc n’a pas de « fond de commerce », son siège social est à mon domicile, pas de grand moyen financier et est totalement indépendante c’est ce qui lui permet d’agir .

                                  Oui c’est exacte je ne représente pas TOUTES les victimes mais j’en représente une bonne partie, croyez-vous que cet article a été écrit sans leur concentement ?

                                  Vous êtes hors sujet Duralex, si vous avez des comptes à rendre envers des ou les associations de défense des droits de l’enfant, de lutte contre la maltraitance et d’aide aux victimes, certainement qu’il y a une raison et dans ce cas faîtes un article et nous pourrions en discuter . Ne cherchez pas à dévier le sens de ce communiqué. Merci


                                • lisca lisca 18 octobre 2009 23:13

                                  Bravo Duralex ! Bien envoyé, et une petite pensée pour le suicidé d’Outreau, victime d’une sale commère, de ragots de psy et d’assoces, et de la caste judiciaire !


                                • Duralex Duralex 19 octobre 2009 22:41

                                  @ philou017

                                  Un exemple, extrait du rapport d’enquête de la commission parlementaire sur l’affaire Outreau

                                  "Le rôle de ces associations a été contesté devant la commission d’enquête en particulier par Me Éric Dupont-Moretti qui a estimé que « ces gens sont venus à l’audience comme des militants  » et s’est scandalisé du fait que « des personnes parlent d’enfants qu’elles n’ont jamais rencontrés ».

                                  Me Éric Dupont-Moretti a donné un exemple d’intervention particulièrement intempestive d’un avocat d’une association : « Je me souviens d’un gamin qu’on interroge et qui hésite. On entend alors l’avocate de la partie civile qui souffle : « Lavier ». Elle susurre à l’oreille de cet enfant qu’elle ne connaît pas le nom d’un de ceux qui sont présents et qui se dit innocent ! »45 Ce fait est confirmé par M. Stéphane Durand-Souffland, chroniqueur judiciaire au Figaro : « C’est là que, le 2 juin, se passe un événement extraordinaire. Un enfant, un des plus grands, accuse, comme les autres, et dans la salle vidéo nous voyons en gros plan sur l’écran, à côté de lui, Me Padovani, avocate de l’association « L’Enfant bleu » [...]. On interroge l’enfant : «  Est-ce que tu peux regarder dans la salle et dire qui t’a fait du mal ?  ». L’enfant répond : «  Thierry, Myriam, Aurélie et son mari.  ». Et c’est tout. Alors, on peut lire sur les lèvres de Me Padovani qu’elle dit : « Lavier » ? en montrant Sandrine Lavier. L’enfant ajoute : «  Elle. La dame en bleu. Mme Lavier.  » À ce moment, il y a eu une clameur dans la salle vidéo. Comme chroniqueur judiciaire, j’étais très choqué, c’était la première fois que je voyais ça. Mais dans la salle d’audience, ça a passé très bien, le président a continué... »46

                                   


                                • pigripi pigripi 17 octobre 2009 00:02

                                  Certains de ceux qui ont délibérément sacrifié les enfants (je pense ici aux féministes ultra) arrivent eux aussi à faire croire qu’ils les défendent.

                                  Je ne vois pas en quoi les « féministes ultras » ont sacrifié des enfants ....
                                  Il n’en est pas de même des machos qui pullulent, ceux qui sacrifient femmes et enfants (30% des détenus mâles le sont pour crimes sexuels !)

                                  Nier ces faits, c’est en être complice et les encourager.


                                  • Raymond SAMUEL paconform 17 octobre 2009 10:14

                                    pigripi,

                                    Vous ne « voyez pas » dites-vous. Mais je le sais, que vous ne voyez pas. D’ailleurs les féministes ultra n’ont pas sacrifié « des » enfants, elles ont (ils ont) sacrifié « les » enfants.


                                  • pigripi pigripi 17 octobre 2009 00:14

                                    Vous dites que Polanski a drogué et violé une gamine de 13 ans.
                                    Que faisait une gamine de 13 ans entre les pattes de Polanski. Ou étaient ses parents ?
                                    Cette histoire ressemble à celle de Michael Jackson ...

                                    Ce n’est pas que je donne raison aux adultes qui violent des enfants, bien au contraire mais il faut voir aussi toutes les responsabilités et en particulier celles de parents indignes qui livrent leurs enfants en pâture à ces ogres du show bizz pour tenter de leur soutirer du fric.

                                    Quant à l’affaire d’Outreau évoquée ici, les enfants n’avaient pas totalement menti, ils avaient bien été violés et vendus comme objets sexuels à des adultes mais ils n’accusaient pas les vrais coupables tant il était difficile d’admettre que c’était leurs parents...

                                    Dans les affaires de viols par inceste ou de viol par des proches, les parents ont plutôt tendance à protéger leur conjoint ou leurs amis et ne veulent pas entendre la parole de leur enfant, ce qui leur fait encore plus mal.
                                    Non seulement Papa et Maman ne les protègent pas mais ils ne les croient pas.

                                    Pour quelques parents qui accusent à tort leur conjoint d’avoir violé leur enfant pour en obtenir la garde exclusive, il y a trop de conjoints qui refusent de défendre leurs enfants ou qui en font des enjeux pour régler leurs comptes d’adultes. La maltraitance n’est pas que sexuelle.


                                    • joelim joelim 17 octobre 2009 00:39

                                      mais il faut voir aussi toutes les responsabilités et en particulier celles de parents indignes qui livrent leurs enfants en pâture à ces ogres du show bizz pour tenter de leur soutirer du fric.


                                      heu... le coup des photos pour Vogue c’est pas la mère qui l’a inventé ; c’est une mère donc si elle a laissé sa fille c’est parce qu’elle pensait que ces photos seraient une bonne chose pour elles, et elle a fait confiance à ce cinéaste (qui lui est apparu clair - ou elle est très naïve). N’oublions pas qu’une amie à Polansky était là ce qui banalisait la situation, puis elle a disparu à un moment on se demande bien pourquoi. Je peux me tromper mais ma version se tient. 

                                      Parents ne confiez pas vos enfants à des cinéastes, même s’ils ont l’air sympa en promettant des photos (présumément habillées) dans un grand journal de mode.

                                    • Claudine 17 octobre 2009 10:39

                                      Merci pour votre réponse c’est tout à fait exact.


                                    • crazycaze 17 octobre 2009 01:55

                                      Merci pour votre article, car sur tous les blogs où je suis passé, j’ai dû bataillé pour qu’on s’intéresse davantage à la victime qu’à la notoriété de l’agresseur.

                                      Etant moi-même assez informé sur les dégâts des abus sexuels, il me paraît effectivement plus important de s’intéresser à l’histoire de cet enfant de 13 ans, pour ensuite examiner l’affaire Polanski.

                                      Comme l’a fort justement souligné pigripi, what about the parents ??

                                      Un abus sexuel sur mineur est condamnable, et les sanctions varient en fonction des circonstances plus ou moins aggravantes. Toutefois, il me semble qu’en France cela serait prescrit.

                                      Maintenant, Roman Polanski fut-il le premier, ou est-il UN après tant d’autres dans une enfance brisée par des parents malades (abuseurs, pervers, maltraitants, etc.), ou négligents ? Car ça fait une grosse différence en terme de responsabilité.

                                      Et quand je lis que « elle avait déjà eu des rapports sexuels », « elle avait posé nue dans Vogue Homme », je ne vois pas en quoi cela minimise les faits... En rien s’il s’agit d’un viol, même si c’était une prostituée nymphomane de 60 balais, un viol reste un viol. Le fait qu’elle a déjà eu des rapports sexuels ne nous dit pas si ses précédents partenaires étaient des ados ou des adultes. Le fait qu’elle a posé nue n’en fait pas pour autant une fille facile... dans les années 70, si David Hamilton a pu autant photographier des lolitas de 12 ans plus ou moins nues, c’est que des parents l’ont voulu, et que peut-être ces filles en ont été fières... Un nu artistique reste un nu artistique... c’est pas du porno. Et une fille de 13 ans, aussi mature soit-elle, reste une fille de 13 ans. D’ailleurs, tous ces grands défenseurs de Roman Polanski, quelle est leur attitude par rapport aux mariages forcés des gamines de cet âge ?? Je suis sûr que pour le coup, ils vont être moins cool...

                                      Le fait qu’elle a retiré sa plainte, qu’elle ne tient pas à ce qu’on reparle de cette histoire et se retrouver sur le devant de la scène ne dit rien non plus sur les motivations de sa décision. Elle peut très bien ne pas tenir à rouvrir une plaie béante qui a bousillé une partie de sa vie, comme estimer que c’est réglé. 

                                      En général, pour qu’il y ait pardon de la victime, il faut que les statuts de coupable et de victime soient déterminés par un représentant légal, que le coupable reconnaisse sa faute et sa responsabilité, le tort qu’il a causé et exprime des regrets vraiment sincères, en tout cas perçus comme tels par la victime... ensuite il faut le temps de la reconstruction... et ce n’est qu’une fois que la victime se sentira forte par rapport à son agresseur qu’elle pourra éventuellement accorder un pardon.
                                       
                                      Cette affaire ne doit pas être abordée en fonction du coupable, mais de la victime, et de son histoire avant, pendant et après. C’est en considérant la victime que l’on peut estimer l’ampleur des dégâts psychologiques générés par un abus sexuel, et donc la responsabilité plus moins aggravée de l’agresseur.


                                      • Philou017 Philou017 17 octobre 2009 10:39

                                        En lisant précisément les minutes de l’instruction, on voit qu’il n’était nullement question de photos nues au départ, selon les déclarations de la victime.
                                        C’est Polanski qui l’a quasiment forcée à se déshabiller, faisant jouer son autorité d’adulte..

                                        Est-ce qu’on imagine une mère autoriser sa fille de 13 ans à poser nue ?
                                        Polanski est indéfendable.


                                      • Claudine 17 octobre 2009 10:43

                                        En effet, et comme l’a souligné Wolf l’affaire Polanski (et bien d’autres encore) est une chose. L’attitude de l’Etat , de ses dirigeants et représentants en est une autre. Tout cela laisse à pensez qu’il n’y a pas UNE justice, mais une justice à deux vitesses et que l’abus sexuel sur mineur est TABOU dans notre pays, voir même petit à petit se banalise.


                                      • wolf wolf 17 octobre 2009 12:59

                                        Comme l’a fort justement souligné pigripi, what about the parents ??

                                        Ah, nous y voilà...
                                        Il y a une victime, le jeune fillette de 13 ans ;
                                        Il y a un criminel (car c’est un crime, je le rappel), Sieur Polanski

                                        Et il y a effectivement les parents.
                                        Mais voilà, les moeurs en 77 n’étaient pas les mêmes qu’en 2009, la moralité (entendez la bonne morale chrétienne) n’avait pas encore court. Cela doit-il dédouaner les parents ?
                                        Non, certainement pas, mais somme toute, il serait bon de tout remettre dans son contexte, soit il y a 32 ans.
                                        Ceci n’empêchant certainement pas que les actes commis soient abjectes, et ignobles. Mais là encore une fois, il s’agit d’un sujet « populaire », donc la question est la suivante :
                                        Avons-nous le recul nécessaire pour juger ? Avons-nous le droit de juger ? et surtout pour finir, à quoi cela sert-il, dès lors que ce n’est pas l’État qui réfléchit à ce sujet... ?
                                        Car n’oubliez pas, depuis 3 ans et demi, nous avons vu que si le président ne veut pas quelque chose, le peuple aura beau crier haut et fort dans les rues, que rien n’y changera... (hélas, c’est la démocratie oligarchique d’aujourd’hui !).

                                        La petite aparté étant faite, je vous rappellerais aux histoire malheureuses des accidents survenus avec des chiens, ayant mordus à mort (4 cas en 4 ans, ce n’est pas non plus le catastrophisme des morts sur les routes, ni même de la vague de suicide que la France subbie depuis près de 3 ans et demi...).
                                        A chaque fois, le chien était coupable, à chaque fois le chien à été assasiné, mais avez-vous déjà entendus parler que le/les maitre/s du chien ont été inquiété ? JAMAIS.
                                        Jamais ils n’ont été mis en justice, jamais ils n’ont été condamnés, comme si l’assasinat du chient, annulait la faute des maitres.
                                        Et là, il en va de même avec tout ces parents irresponsables, qui poussent leur/s enfant/s à subir ces outrages.
                                        Il est donc aisé de constater que cela ne date pas d’hier, et que visiblement, quelque soit le pays, quelque soit les personnes incriminées, quelque soit le sujet, cela ne change rien, ça perdure.

                                        Par contre, il est aisé également de constater que certains se servent de ces sujets populaires, afin de passer des lois inadmissibles, totalitaires, et surtout liberticides, sous le sceau que c’est un sujet populiste...
                                        D’où, je vous prie, faites attention, car de telles réaction permettrait à certains qui sont au pouvoir de faire passer des lois (encore une fois) qui abolissent des droits fondamentaux, et des libertés acquises par le sang...

                                        Je sais que c’est un sujet sensible ce que peuvent subire les enfants, mais en face, vous avez un pouvoir « totalitaire » (s’étant organisé pour avoir la totalité du pouvoir, en ayant supprimé toute forme de contre-pouvoire, ce qu’est normalement la démocratie) ; et ce pouvoir attend que de telles portes s’ouvrent, pour s’y engoufrer...

                                        Pourquoi je parle de cela ?
                                        Car la pire loi pour la démocratie Française est au seuil de cette porte ouverte, elle porte le nom de LOPPSI... ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_d%27orientation_et_de_programmation_pour_la_performance_de_la_s%C3%A9curit%C3%A9_int%C3%A9rieure ).
                                        Cette loi à été jugée par l’UE comme étant l’adaptation du Patriot act (http://fr.wikipedia.org/wiki/USA_PATRIOT_Act ) à la Française, avect tout ce que cela comporte d’etteinte aux droits fondamentaux (inscrit dans la déclaration universelle des droits de l’homme, la constitution Française), d’atteinte à la charte des droits fondamentaux de l’UE (http://avoccasion.free.fr/hors_site_divers/la_charte_des_droits_fondamentau x_de_L-UNION_EUROPEENNE_fr.pdf dont vous conviendrez avec moi que cette dernière fut rédigée sous le stricte respect de la déclaration universelle des droits de l’homme et du citoyen).

                                        D’où le rapport que je faisais que désormais, avec les réactions de Mr Kouchner et Mr Mitterand, puis la position de sieur Nicolas Sarközy de Nagy-Bocsa de défendre Mr Mitterand, ils n’ont aucune légitimité à défendre une telle loi totalitaire, sécuritaire à outrance, et liberticide.


                                      • curieux curieux 17 octobre 2009 14:33

                                        Oui, je reproche aux associations de faire dans le populisme et de favoriser les lois liberticides au nom de ce qu’elles défendent tout en faisant totalement abstraction des autres problèmes. D’ailleurs cet article n’attaque même pas notre président qui est bien responsable d’avoir nommé et soutenu Mitterand.
                                        ON NE MANGE PAS AVEC LE DIABLE MEME AVEC UNE GRANDE CUILLERE
                                        Si on écoutait toutes ces associations, il faudrait remettre en marche la guillotine dans toutes les communes.
                                        Il y a assez de lois en France pour réprimer tous les crimes et infractions. Il suffit de simplement les appliquer et non de faire le lit de la dictature.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès