Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Affaire Tapie-Adidas : Lagarde prête à porter le chapeau pour (...)

Affaire Tapie-Adidas : Lagarde prête à porter le chapeau pour Sarko

Christine Lagarde est en train de se mordre les doigts jusqu’au sang de n’avoir exigé aucun ordre écrit de Nicolas Sarkozy pour mettre en place la procédure arbitrale qui a enrichi de 403 millions d’euros Bernard Tapie en 2008 dans l’affaire Adidas/Crédit Lyonnais alors qu’elle était ministre des Finances.

Elle qui est en tête du palmarès Ifop des femmes politiques (devant Marine Le Pen !), en mars 2013, risque une belle descente en solo. Même si des voix commencent à s’élever moderato à droite pour remettre un tantinet les pendules à l’heure. Elles ne seront sans doute pas suffisantes pour pointer le « secret du roi ». Ce n’est jamais le cas, on le sait bien.

Cette erreur de débutant de l’actuelle directrice du FMI - Lagarde a succédé à DSK, un autre gaffeur de premier ordre - risque de visser un très lourd chapeau sur sa tête polyglotte (elle parle anglais comme pas un). 

En effet, l’enquête avance à grand pas afin de prouver le caractère illégal de l’arbitrage décidé en lieu et place d’une décision de justice traditionnelle aux intentions infiniment moins généreuses vis-à-vis de Nanard, censément lésé par sa banque dans la vente du groupe de matériel sportif .

Pourtant l’affaire avait été jugée bien avant cet « arbitrage ». Bien jugée même et ce devant la juridiction ultime : la Cour de cassation.

Ce qui fait que les juges commencent à se pencher très vigoureusement sur le pourquoi du comment de la manœuvre un tantinet étrange et très coûteuse pour le contribuable.

 

DANSE DU TAPIE

D’ailleurs, il est très vraisemblable que le bouillant homme d’Affaires, se fasse un certain mouron car le spectre d’un remboursement pourrait bien agiter ses chaînes. Reste à savoir où sont passés les sous. Un classique de la danse du Tapie.

Vendredi, les enquêteurs se sont rendus au domicile de Claude Guéant, secrétaire général de l’Elysée au moment des faits, et celui-ci a donné le ton. Et ouvert en grand le parapluie.

« Je voudrais dire de façon tout à fait nette, catégorique, que la procédure a été menée par le ministère des Finances et les arbitres choisis par les parties », a déclaré celui qui a été, ensuite, le premier flic de France. En clair : c’est Lagarde qui a tout fait et Sarko ne savait rien.

L’affirmation est allée droit au cœur de la patronne du FMI, qui a eu beaucoup de mal à trouver le sommeil ce week-end à Washington. Car il lui manque cruellement de quoi se défendre : un petit bout de papier avec une petite signature présidentielle. Et ça, Guéant le sait très bien.

A l’époque, c’était la confiance absolue entre les membres de la « Dream Team » de Sarko qui avaient plus qu’intérêt à obéir le petit doigt sur la couture du pantalon pour rester en course. Et le château de l’Elysée n’allait pas laisser de traces derrière lui. Ce n’est pas son genre.

Même si la justice venait à chercher des poux dans la tête de l’ex président et lui demander des comptes sur ce joli chèque libellé au nom du nouveau patron de la Provence, Nicolas Sarkozy risque peu par rapport à son ancienne ministre.

« La décision ayant été prise dans le cadre de sa fonction présidentielle, il ne serait responsable que devant la Haute Cour de Justice, mais il a peu à craindre, puisqu’il n’existe aucune trace écrite de cet ordre », estime le député Charles de Courson (UDI-Marne), représentant de l’Assemblée nationale au sein du CDR (ndlr : consortium de réalisation, chargé de liquider le passif du Crédit Lyonnais, banque alors publique impliquée dans l’affaire Adidas).

Dans un entretien à l’Ardennais publié le 3 mars, l’élu met les points sur les i. Et vient en aide à Christine Lagarde.

« Elle n’a rien décidé du tout. Elle s’est contentée de signer (…) sans en informer l’ancien Premier ministre, François Fillon », assure Charles de Courson.

Lagarde se retrouve un peu isolée devant la précipitation des évènements. La Cour de Justice de la République, (CJR, qui juge les ministres indélicats) doit dire d’ici l’été prochain si elle poursuit, ou non.

 

NAGE SYNCHRONISEE

L’ex nageuse synchronisée pourrait écoper d’une mise en examen pour détournement de (grands…) fonds publics. 

Pour l’ancien représentant du Parlement au CDR la procédure est « illégale en droit puisqu’il n’existe aucune disposition législative qui permet dans ce type d’affaires d’aller à l’arbitrage, procédure interdite à l’Etat français ».

Autre mystère : pourquoi donc le tribunal arbitral a décidé finalement d’accorder 45 millions d’euros à Bernard Tapie alors que la Cour d’appel a fixé initialement ce montant à …un euros ?

Des rumeurs ont couru selon lesquelles Nicolas Sarkozy aurait « remercié » l’ami Nanard d’avoir soutenu sa candidature en 2007. Mais ce genre de soutien fait plutôt perdre des voix.

Selon Charles de Courson, il faut chercher plutôt dans l’amitié qui lie Bernard Tapie à l’ancien président de TF1, Patrick Le Lay. « La décision du tribunal arbitral, c’est un renvoi d’ascenseur, une récompense au tandem Le Lay – Bouygues (ndlr : Martin Bouygues, actionnaire de référence de TF1 est le parrain du fiston Sarkozy) pour avoir mis TF1 à la disposition de Sarkozy dans la campagne 2007 ». A suivre.

Reste d’autres faits troublants : pourquoi le gouvernement Sarkozy a changé le président du CDR, fortement hostile à l’arbitrage ? Pourquoi a-t-on essayé de virer (sans succès) Charles de Courson du conseil d’administration du CDR ?

C’est désormais à la « justice de faire son travail », comme on dit. Mais celui-ci terminé il y a gros à parier que comme le prédit Tapie en allant « à la pêche au gros », les juges « risquent de ne récupérer que des sardines ».

En tout cas, Lagarde qui conseillait en son temps aux français d’aller bosser en vélo devant la hausse des prix du carburants, risque fort de perdre les pédales et d’effectuer une belle sortie de route. Seule.

 

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.71/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 4 mars 2013 10:29

    Bonjour, Denis.

    Lagarde n’est pas à plaindre : en devenant maître d’oeuvre de cette masacrade de justice organisée par un aventurier cynique et sans scrupules au profit d’un autre aventurier cynique et sasn scupule, elle a pris des risques inconsidérés (et pourtant contraires à son éthique personnelle) dans le seul but (minable) de préserver sa carrière. Tant pis pour elle si elle doit demain payer le prix des basses oeuvres accomplies pour le compte de Sarko, le plus scandaleux étant ce préjudice moral à 45 millions d’euros !


    • Denis Thomas Denis Thomas 4 mars 2013 10:34

      Bonjour Fergus ,
      Le but du présent papier n’est pas de la plaindre, n’ayez crainte. Mais de pointer les responsabilités réelles. Dont celle de la reine Christine ...
      Cordialement


      • Gabriel Gabriel 4 mars 2013 10:39

        Dans cette affaire nous sommes devant le fait indéniable d’un abus de pouvoir à des fins privées. Des représentants de l’état ont sciemment détourné la loi pour des profits personnels. Comme cette affaire commence à dégager une odeur fortement nauséabonde, les rats infectés commencent à quitter le navire en laissant seule à bord l’idiote de service. Comment les juges de ce pays ont-ils pu laisser des représentants de l’état voler de l’argent public pour le donner à un escroc tel que Tapie ? C’est tellement énorme et digne de la pire des républiques bananières qu’on en ri encore (Rire jaune cela s’entend…) Quoi qu’il en soit, aucun de ces bandits n’ira en prison car tout s’achète, même la justice et ils ont les moyens pour le faire, étant donné qu’ils nous font régulièrement les poches … 


        • Dominique TONIN Dominique TONIN 4 mars 2013 10:43

          Je ne me fais aucun soucis pour LAGARDE, présidente du FMI, membre du Dîner du Siècle et du groupe BILDERBERG, il lui suffit de trouver parmi les magistrats des « frères membres », et le dossier sera enterré.

          Seule, le peuple Français et les sentinelles que nous représentons, pourraient faire en sorte que précisément cette affaire ne soit pas enterrée.
          Je n’ai aucune pitié et aucun respect pour ces gens là.

          • Tall 4 mars 2013 10:50

            Quand les requins se bouffent entre eux, les sardines se marrent.


            • Fergus Fergus 4 mars 2013 11:12

              Bonjour, Tall.

              Le problème est que, dans cette affaire, ce sont les requins (la ploutocratie) qui, jusque là, ont bouffé les sardines (les pauv’ con... pauv’ con... pauv’ contribuables que nous sommes).


            • Tall 4 mars 2013 11:51

              Salut Fergus

              Franchement dit, je pense que si une grande majorité de gens ( le peuple ) se fait couillonner profond par une minorité d’autres ( la ploutocratie ) c’est que cette majorité manque d’estomac et/ou de cervelle. Sinon, cette domination est impossible. Surtout dans nos démocraties occidentales.

            • Tall 4 mars 2013 12:08

              Et en ce qui concerne spécifiquement l’affaire Tapie - Crédit Lyonnais, ce n’est pas le contribuable qui paye, c’est le Crédit Lyonnais. Et si c’est le contribuable, alors c’est parce que l’Etat a pris parti pour les banksters qui ont escroqué Tapie. Car il a été vraiment escroqué. Et avec l’accord tacite de la gauche mitterrandienne de l’époque.

              J’ai d’ailleurs toujours eu le sentiment que Mitterrand a piégé Tapie. Je soupçonne le mazarin d’avoir manoeuvré pour que ses « lieutenants » se bouffent entre eux afin de mieux préserver, lui, sa 1ère place. Car les têtes tombaient facilement autour de Mitterrand.

            • Denis Thomas Denis Thomas 4 mars 2013 12:16

              C’est le CDR qui paye. C’est à dire l’Etat. selon des calculs que j’avais effectué à l’époque le Crédit Lyonnais a coûté environ 1000 euros par tête de contribuable.
              Et la banque a été reprise pour un euro symbolique par le Credit Agricole SA...


            • Tall 4 mars 2013 12:35

              Ben oui, ce qui veut dire que la collusion banksters-politique ne date pas d’hier. Ce qui n’étonnera personne.

              Et Tapie est un bouc-émissaire médiatique qui a été escroqué par cette collusion.
              Il a d’ailleurs bien compris la leçon, Tapie. C’est pour ça qu’il achète du média maintenant pour faire l’opinion à son tour. Comme Berlusconi.

            • ARMINIUS ARMINIUS 10 mars 2013 09:00

              Pas d’accord, Tapie n’a pas été escroqué ! Il a par contre profité d’un excellente affaire lorsqu’il a racheté Adidas aux héritières Dassler en pleine querelle d’héritage ! Et il a été fort content de se débarasser d’Adidas en pleine déconfiture à l’époque( faute de réalpolitique) face au géant Nike...Lire à ce sujet mon article AV : « Adidas Nike Tapie »...


            • ZenZoe ZenZoe 4 mars 2013 12:12

              Attention, l’affaire Tapie n’est qu’un aperçu de ce qui nous attend après 2017.
              On parle de plus en plus de Lagarde comme d’une présidentiable, et ce n’est pas une bonne nouvelle pour la France.
              Il faut dire que les conditions sont réunies. Hollande hélas dégringole dans l’estime des uns et des autres, l’UMP n’a toujours pas de vrai chef et la dame serait en tête des sondages chez nous.
              Elle veut refaire le parcours de DSK, sans passer par la case Sofitel. C’est un vrai danger cette femme, il n’y a qu’à voir son regard, froid et implacable. Je crains le pire.


              • Nums Nums 4 mars 2013 16:46

                « On parle de plus en plus de Lagarde comme d’une présidentiable » « Elle veut refaire le parcours de DSK »


                Les médias commencent à nous la vendre (tel DSK avant l’histoire du Sofitel) et nous irons ainsi bêtement glisser dans l’urne un bulletin estampillé « Christine Lagarde » en 2017.



              • Denis Thomas Denis Thomas 4 mars 2013 17:42

                Il est très probable que Sarko ne voit pas d’un mauvais oeil le fait de scier la planche à Lagarde dans l’optique d’une candidature de celle-ci en 2017 ...


              • Bulgroz 4 mars 2013 12:33

                Il est surprenant de voir cette charge contre Madame Lagarde sur l’affaire Tapie.

                Sachez qu’à ce jour, il y a eu 7 arbitrages dans l’histoire du CDR, quatre à l’étranger et 3 en France (dont celui avec Tapie).Toutes les affaires ne sont pas dénouées (celle de Tapie, oui).

                Au titre de l’affaire d’ Executive Live, le CDR a transigé avec le Parquet Fédéral de Californie pour éviter la prison aux responsables du Crédit Lyonnais et déboursé à ce jour 650 Millions de Dollars. Et ce nest pas fini, AIG la plus grande société mondiale d’assurances et de placements financiers et qui a été racheté suite à la crise des surprimes par la FED a porté plainte devant la justice américaine et est toujours en cours.

                Or, que recherche le CDR ? Qu’un jury populaire ne se prononce, ce qui entraînerait de la prison Là aussi, Il est question que le CDR transige avec AIG pour 300 Millions de dollars.

                Tout cela pour éviter la prison à Peyrelade qui, devant ce tribunal a reconnu avoir menti dans cette affaire.


                • kalon 4 mars 2013 14:59

                  Concernant la « cagnotte » de 400 millions, elle ne se trouve plus en France, elle a été logée dans une société sprl en Belgique créee il y a 6 mois pour la circonstance.

                  Il est pas con, le Nanard !  smiley


                  • Denis Thomas Denis Thomas 4 mars 2013 15:03

                    Ce sont les sous à Nanard, ils sont partout ils sont nulle part !!!


                  • Tall 4 mars 2013 15:17

                    Oui, mais gaffe à la Belgique maintenant. Le fisc a les crocs. L’austérité y a entamé sa spirale destructrice : à chaque bilan trimestriel, on constate qu’il manque toujours + de milliards.

                    Et du coup, c’est la grande chasse ... ils parlent d’embaucher des privés pour traquer la fraude, et une lettre de délation suffit à ouvrir un dossier d’enquête.

                    Même la reine-mère Fabiola a dû renoncer à sa fondation-bidon sous la pression de la Flandre. Bon, on se doute bien que les comptables de la monarchie ont bidouillé un autre montage depuis, mais en attendant ... bonjour l’ambiance.




                  • alinea Alinea 4 mars 2013 22:39

                    C’est trop tard pour cette affaire, elle aurait dû éclater au moment où elle est sortie, en automne 2011 ! En tout cas j’en rêvais : Sarko dans les choux ! Cela aurait peut-être changé pas mal de choses.
                    Tout le monde est sorti d’affaire aujourd’hui. ( c’est le cas de le dire !) Lagarde président ! c’est une blague !


                      • titi 10 mars 2013 21:56

                        Ce qui me choque là dedans ce n’est pas le sort de Nanard.

                        Ce qui me choque c’est le sort :
                         - du président du Crédit Lyonnais de l’époque ;
                         - des fonctionnaires qui représentaient l’Etat propriétaire au conseil d’administration.
                         - leur ministre de tutelle.

                        Car en l’espèce, si il ne s’agissait pas de Bernard Tapie, tous les intervenants AV serait vent debout pour dénoncer une manoeuvre douteuse qui a fait que le Crédit Lyonnais a fait une plus value de 1,6 milliards en trompant un de ses clients.

                         

                         

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès