Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Affaires de « suicides » et autres fantômes judiciaires surgis du (...)

Affaires de « suicides » et autres fantômes judiciaires surgis du passé

Le renvoi de Jacques Chirac en correctionnelle n’est pas un événement mineur, c’est peut-être le deuxième grand moment de la carrière de l’ancien président de la république. Comme cela a très justement été noté, seuls deux autres chefs de l’État français ont été jugés avant lui (les deux ont d’ailleurs été condamnés) : Louis XVI et le maréchal Pétain. Louis XVI, en aidant les États-Unis d’Amérique à s’affranchir de la tutelle coloniale britannique, avait pourtant donné un coup de pouce décisif à la libération du monde (avant que les États-Unis n’inversent le miroir). Pétain, lui, était le symbole de ce que la IIIe république avait fait de mieux : la dissolution des empires germaniques et la victoire de 1918, le maréchal lui-même ayant eu la solide réputation de prêter une attention maniaque et humaniste au sort de ses soldats.

Le procès de Louis XVI signifia la mort de la monarchie absolue, celui de Pétain emporta la fin de la IIIe république, il n’y aurait pas de retour au statu quo ante 1940, la Libération se voulait révolution. Fins de régime, procès des chefs, le renvoi de Chirac en correctionnelle sonne donc comme le glas de la Ve république.

Comment naissent et meurent les républiques

La IIIe république est née en plusieurs temps, après 1870, sur un ciment : reprendre l’Alsace et la Moselle à l’Allemagne, effacer la tache de la défaite de 1870, laver la France de l’échec militaire en prouvant qu’il appartenait au régime et non à la Nation. Après la victoire de 1918 (une victoire française, puisque la France avait conduit les alliés à la victoire, grâce aux généralissimes français et à la stratégie française), la IIIe république aurait pu s’arrêter, mission accomplie, et passer la main à une suivante. Mais sa victoire elle-même ne rendait pas sa fin logique, alors que sa victoire était en fait sa fin dans tous les sens de ce terme. Après 1918, la IIIe république s’est donc survécu, jusqu’à sa fin tragique en 1940, il faut savoir partir au bon moment, sinon...

La mission de la IVe république fut de traduire en lois et en autres dispositifs publics les principes élaborés dans et par la Résistance. L’ensemble des forces politiques résistantes, même des pétainistes repentis, avait participé à cette élaboration dans la clandestinité, long travail de régénérescence de la république française entrepris par des politiques, des philosophes, des théoriciens et des praticiens, gens de bonne volonté, venus de toutes les strates de la société. L’ensemble des principes fut mis en pratique tôt après la guerre, la IVe république fut encore chargée de la reconstruction, qu’elle fit dans un tourbillon politique qui étourdit à peu près tout le monde. Mais la Résistance n’avait pas posé la question coloniale et la question coloniale ne cessa de se poser à la IVe république, jusqu’à la tuer. L’autre question qui n’avait pas été posée par la Résistance était celle d’un monde où la France ne participerait plus au concert des puissances de premier rang, ce qui n’avait jamais été vu depuis près de mille ans. Cette question se posa en 1956, lorsque l’Union Soviétique menaça d’employer l’arme nucléaire pour interrompre l’opération franco-britannique sur le canal de Suez en Égypte, et lorsque les États-Unis refusèrent d’accorder la protection de leur "parapluie nucléaire" aux Français et aux Britanniques contre les Soviétiques. Pour la première fois depuis le traité de Verdun en 843, la France n’était plus maîtresse de son destin. Ce fut donc à la Ve république de régler le double problème des colonies et de la place de la France dans le monde nouveau.

Elle fit tout cela, dans des conditions d’ailleurs difficiles, les Américains ne considérèrent par exemple l’arme nucléaire française comme "un fait" qu’après la mort du général de Gaulle.

Et la république se survécut, puisqu’elle avait atteint ses objectifs. Et puis, soudain, sans qu’on s’en rende compte, une nuit d’octobre, en 1979, la Ve république est morte.

L’affaire Boulin et les sales manies et manières de la Ve république

Remettons-nous dans le contexte : en 1979, Valéry Giscard d’Estaing est président de la république depuis cinq ans. C’est un surdoué : député à trente ans, secrétaire d’État à trente-trois, ministre des finances à trente-cinq, d’ailleurs inamovible (ou presque) aux finances pendant plus de dix ans, fait inouï, et réel co-créateur de la gestion publique made in Ve république, et finalement président de cette république à quarante-huit ans.

VGE a été élu en 1974 avec le socle électoral des centristes réformateurs de Jean Lecanuet et Jean-Jacques Servan-Schreiber, avec aussi l’aide de Jacques Chirac (alors ministre de l’Intérieur, une position décisive puisque c’est lui qui a établi les résultats définitifs de l’élection et travaillé à celle-ci avec les Renseignements généraux), et d’une partie de l’entourage du défunt président Pompidou (Garaud et Juillet). Son adversaire à droite avait été Jacques Chaban-Delmas, l’homme de la Nouvelle Société, porteur de la part gaulliste des idéaux de la Résistance, honni par les pompidoliens les plus conservateurs. En 1976, Chirac avait rompu avec son allié devenu président, puis s’était emparé du parti gaulliste, l’UDR, qu’il avait rebaptisé RPR en référence au premier parti gaulliste, le RPF. Depuis ce temps, le RPR et l’UDF giscardienne étaient en guerre sourde mais permanente.

En juin 1979, Giscard avait remporté une éclatante victoire sur Chirac aux élections européennes. Si l’on suit la thèse développée par les proches de Robert Boulin, une partie des gaullistes historiques avait alors entrepris (sous la houlette sans doute de Chaban, président de l’Assemblée Nationale) de se rapprocher de Giscard : Robert Boulin pourrait devenir premier ministre de celui-ci, le RPR éclaterait, les gaullistes de l’idéal reprendraient leur liberté et ce serait la fin du chemin pour Chirac.

C’est alors qu’à l’initiative certainement des réseaux chiraquiens, le "Canard Enchaîné" reçut des documents qui mettaient Boulin en cause dans une sombre affaire immobilière à Ramatuelle, et les publia, ce qui était son devoir, après avoir vérifié leur contenu selon les principes journalistiques. La tempête se leva sur Boulin, qui parut y faire face, sa défense est d’ailleurs assez limpide dans la vidéo rappelée par l’excellent dossier que Bakchich a rassemblé sur cette affaire.

La mort de la Ve république... en 1979

Soudain, coup de tonnerre : Boulin était retrouvé suicidé au petit matin, le 29 octobre 1979, dans un étang. Il faut écouter l’une des vidéos rassemblées par Bakchich, celle où Chaban-Delmas réagit à la mort de Boulin devant les députés : quand il prononce le mot "ASSASSINAT", on voit bien ce qui est en filigrane, la certitude qu’il a que Robert Boulin a été assassiné.

Depuis cette époque, le doute n’a cessé de s’amonceler sur la version officielle, qui ne tient plus guère la route. Selon des échos que j’en ai eus ailleurs que dans la presse, la famille de Boulin est certaine de l’assassinat, propose un modus operandi et indique volontiers des noms de maîtres d’œuvre de l’affaire, qui, selon elle, auraient été "couverts" par Chirac. C’est d’ailleurs ce que suggère l’une des interviews de la fille de Boulin. L’un de ces maîtres d’œuvre aurait alors été lui-même député de la république.

Peu importe alors que le coupable s’appelle Roland ou Charles, peu importe que Boulin ait ou non reçu un coup de pelle en travers de la face, ce qui ressort, c’est que ceux qui ont su la réalité des faits ne peuvent en avoir été intacts. Quand on disait en 1986 que Chaban (de nouveau président de l’Assemblée Nationale) était "un ami personnel" de Mitterrand (qui d’ailleurs s’appuyait fort sur Delors, ancien collaborateur de Chaban), et quand en 1987, Raymond Barre, dans l’intimité du huis-clos avec le bureau national des jeunes centristes (JDS) nous glissa que la "mise en coupe réglée de l’État" était "pire" par le RPR que par le PS, on peut voir ce qu’ils suggéraient, au-delà de la simple vendetta personnelle. D’ailleurs, après le premier adjoint de Boulin, ce fut le fils de Mitterrand qui devint maire de Libourne, en 1989. Il est vrai qu’alors, ni Grossouvre ni Bérégovoy n’étaient morts, et qu’aucun doute de cette sorte ne planait sur le président Mitterrand.

D’autres hypothèses que politique courent parmi ceux qui penchent pour l’assassinat de Boulin. On a aussi parlé d’affaires plus crapuleuses, peut-être par contre-feu. De toutes façons, l’ombre du Service d’Action Civique (le SAC, barbouzage gaulliste mêlé d’histoires mafieuses et corses, né contre l’OAS) planait.

Et le fait qu’on ait pu tuer d’une manière aussi sauvage un important ministre de la république, et qu’on ait pu le faire en toute impunité, est ce qui, probablement, a emporté la fin de l’élan de la Ve république, puisque le ver s’y lovait à l’intérieur même du fruit, dans le mouvement-père de la république, parmi les gaullistes*.

C’est d’ailleurs ce qui est flagrant : la plupart des affaires judiciaires qui sont sorties, de celles qui sont allées en justice, jusqu’au prétoire, ont concerné de ces gaullistes, ou plutôt pompidoliens, de mauvaises mœurs, qu’il s’agisse de Pasqua ou de Chirac ou de leurs proches. Pourtant, on dit qu’en son temps, feu Michel Poniatowski (giscardien du premier cercle) était surnommé "le flingueur" (en raison d’un fort taux de mortalité, notamment parmi les ministres et anciens ministres de l’entourage giscardien, à son époque, les gens sont si mauvaise langue), et on ne sait pas bien quoi dire concernant des personnalités du PS comme Gaston Defferre, si longtemps maire de Marseille, avec lequel Mendès avait eu la funeste idée de s’allier pour la présidentielle de 1969.

Que dire de Chirac aujourd’hui ?

Dans notre combat pour écarter les principes politiques incarnés par Sarkozy du pouvoir, nous avons pris l’habitude de considérer que le passé de Chirac comptait moins que la victoire contre notre adversaire commun. Il faut dire que si la vérité sur l’affaire Boulin se faisait jour, on serait plus facilement enclin à fermer les yeux sur une stratégie de conquête du pouvoir qui a, selon le mot juste de Barre, mis l’État en "coupe réglée" pendant des décennies.

Du temps de Chirac, dans les années 1980 et jusqu’au début des années 1990, la Ville de Paris présentait un budget excédentaire d’un milliard de Francs par an. Un milliard. C’était un milliard d’argent de poche pour le maire Chirac, et comme celui-ci est d’un naturel empathique, il n’hésitait pas à en faire profiter des quantités de gens : électeurs de Corrèze, journalistes, réseaux divers, barbouzes de tous échelons, communautés, fils de, cadres sportifs, trouvaient des emplois pas toujours douteux auprès de la Ville.

Le tas d’or de la taxe professionnelle permettait à la Ville de jeter l’argent par les fenêtres, mais au fond, en dehors des prébendes, la Ville n’était pas mal gérée, le ratio dépenses/actions était bon, grâce à l’ingéniosité de Juppé. On peut discuter en revanche de la multiplication effarante des programmes immobiliers et regretter le très mauvais goût (ou plutôt l’absence de goût) de Chirac dans ce domaine. Il y a d’autres points faibles dans la gestion chiraquienne (le retard d’équipements en crèches, par exemple), et évidemment l’étrangeté des relations de la Ville avec de très nombreux fournisseurs et maîtres d’œuvres ne peut que frapper. Qu’on se souvienne d’ailleurs des marchés truqués d’Île de France, dont l’Hôtel de Ville de Paris était l’épicentre et qui ont éclaboussé l’ensemble des partis politiques alors actifs.

Il faudrait en fait, pour examiner le cas Chirac, faire une balance des qualités de sa gestion et des moyens qu’il a employés pour conquérir et conserver ses responsabilités publiques. C’est ainsi que raisonne Victor Hugo dans sa dernière œuvre-clef, "Quatre-Vingt-Treize", lorsqu’il fait dire à Danton, en 1793 : "c’est vrai, j’ai vendu mon ventre, mais j’ai sauvé la France".

Chirac a-t-il sauvé la France ? Il a au moins sauvé notre honneur en 2003, en commanditant ou endossant le refus opposé par Villepin aux pressions anglo-américaines pour l’invasion de l’Irak.

Et pour le reste ? Le condamner lui sans condamner les autres fait-il de lui un bouc-émissaire ? C’est vrai, mais est-ce suffisant pour l’exempter de ses responsabilités propres ?

Disons les choses carrément : il est vrai que sa relaxe prouverait définitivement qu’en politique, tout est permis, seul le résultat compte, mais condamner un ancien président rejaillit forcément sur ceux qui l’ont élu. Nous l’avons élu et réélu. Sommes-nous donc moins coupables que lui, alors que nous savions ?

Se passer des politiques

La vraie solution est simple : pour n’avoir pas à douter des politiques, faire en sorte de ne pas lier son sort au leur, suivre son chemin, prendre soi-même sa vie en charge. C’est désormais la vraie façon de résister.

* EDIT : j’ajoute ici un lien pour approfondir la compréhension de l’affaire Boulin.


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 2 novembre 2009 13:47

    Rien de nouveau, dans la mesure où personne de censé ne pouvait croire que Boulin se soit suicidé dans 50 cm d’eau. Tout le monde « faisait semblant ».
    Il me semble aussi, mais j’ai oublié les détails, qu’il y a un autre « personnage » de la république qui s’est suicidé en se tirant ... 3 balles dans la tête ? Quelqu’un se rappelle t-il de qui il s’agit ?

    Ce qui est assez « amusant », c’est que personne n’y croit jamais, mais les affaires continuent, comme si de rien n’était. Bon.. Bon... passons à autre chose.


    • Carambar Carambar 3 novembre 2009 10:10

      Beregovoy


    • Hieronymus Hieronymus 2 novembre 2009 22:26

      bon article, qui pose effectivement les questions de fond
      sauf sur la fin, les programmes d’amenagement urbain de Paris
      la vraiment on change d’echelle, en decalage par rapport au reste

      comme disait Balzac « pas de grande fortune sans crime »
      l’ascension de Chirac ressemble a un thriller, par un sort funeste c’est le moins scrupuleux qui finit par eliminer tous ses adversaires, de facon visible et invisible mais combien de cadavres ds le placard ?
      a cote les emplois fictifs de la ville de Paris sont vraiment une pecadille, il est vrai que pour inculper Al Capone on n’a pas pu trouver mieux que la fraude fiscale, sur tous les autres tableaux il etait plus « clean que clean » !

      lors du « suicide » de Boulin, j’ai toujours trouve etrange que le 1er personnage de l’etat a l’epoque Giscard soit si impuissant, ne reagisse quasiment pas et ne puisse apparemment rien faire, il etait pourtant le principal embarasse politique par ce « suicide » pourquoi n’a t il jamais rien dit ensuite ?
      aussi en 1979 l’etat RPR montrait deja son visage et sa puissance, celle de museler completement l’appareil judiciaire et l’etablissement de la verite, Giscard n’a pas eu le cran, il aurait fallu a ce moment la faire exploser la Republique plutot que de laisser la Chiraquie s’emparer de la scene politique forte de ce « crime » fondateur .. funeste destin ensuite que celui de la Veme, de Charybde en Scylla pourrait on dire ..


      • Hervé Torchet 2 novembre 2009 22:44

        Un doute et un soupçon ne font pas une preuve. Sur le clientélisme, nous avons des preuves. Sur les emplois fictifs, une instance est en cours. Sur l’affaire Boulin, nous n’avons que doute et soupçon.


      • therasse therasse 2 novembre 2009 23:07

        http://www.voltairenet.org/article6800.html


        Extrait :
        « Le rôle de Pasqua dans ce spectaculaire dérapage du circuit de la Ve République n’a jamais été évoqué. Voici un bouquet de questions demeurées sans réponse à ce jour :

        Pourquoi le sérieux conflit qui opposa Robert Boulin à Charles Pasqua en juin 1979 a-t-il toujours été passé sous silence ?

        Comment Pasqua a-t-il (été) démissionné de son poste de secrétaire national à l’organisation du RPR en juillet 1979 ?

        Pourquoi Jacques Chirac a-t-il été amené à sanctionner lourdement son bras droit ? Rappelons que sans Pasqua il n’y aurait eu pour Chirac ni Matignon en 1974, ni appel de Cochin, ni RPR ?

        Comment le même Chirac s’est-il trouvé dans l’obligation de revenir sur cette lourde sanction et d’ainsi se déjuger publiquement, moins de 6 mois après l’avoir infligée - et ce, juste après la mort de Robert Boulin ?

        Pourquoi le RPR et les autres formations politiques ont-elles laissé pendant quinze ans de telles questions dans l’ombre ? »

        L’enquête minutieuse et fouillée de Radiofrance, si elle ne répond pas intégralement à la question de la responsabilité dans la mort du ministre Robert Boulin, réduit considérablement le nombre des « possibles » :

         http://sites.radiofrance.fr/franceinter/ev/fiche.php?ev_id=1004


        • therasse therasse 2 novembre 2009 23:11

          >> Lire l’enquête de Francis Christophe dans le magazine Golias parue en décembre 1999 : « Affaire Boulin : le grand maquillage ». Un travail de longue haleine par l’un des meilleurs connaisseurs du dossier

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès