Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Affrontement Villepin/Sarkozy : la foi, l’ennui ou le (...)

Affrontement Villepin/Sarkozy : la foi, l’ennui ou le dilemme

Face au choc de titans que se livrent depuis le 21 septembre par déclarations médiatiques interposées Dominique de Villepin et Nicolas Sarkozy, le citoyen français moyen mais averti a le choix entre au moins 4 attitudes différentes.

sarkozy villepin.jpg

Voici pour chacune d’entre elles une proposition de définition :

  1. Le villepiniste convaincu. Pour lui, Dominique de Villepin est au-dessus de tout soupçon : le procès Clearstream en devient ainsi une machination dont Nicolas Sarkozy - adversaire légendaire de Villepin - est aux commandes dans le but de réduire à néant les espoirs du seul adversaire politique susceptible de lui confisquer la prochaine mandature présidentielle. L’ancien Premier ministre reste pour sa part l’exemple même d’une intégrité qui fait tache au sein d’une UMP corrompue. L’issue du procès, qu’elle innocente ou condamne Villepin, le confortera dans cette conclusion.
  2. Le sarkozyste convaincu. Pour lui, Nicolas Sarkozy est au-dessus de tout soupçon : Le Président est victime une fois de plus d’un TSS sournois, car ses adversaires politiques - dont est depuis longtemps, et de notoriété commune, Dominique de Villepin - ne pouvant l’arrêter à la régulière se sont employés à stopper son avancée politique par la calomnie. Villepin, dont chacun sait qu’il est resté de longues années l’éminence grise de Jacques Chirac, l’homme de l’ombre, le stratège invisible, maîtrise à merveille les arcanes du pouvoir et sait tirer les fils des renseignements et services secrets divers. Il est forcément coupable, et l’issue du procès, qu’elle l’innocente ou le condamne, ne parviendra pas à le blanchir complètement à ses yeux.
  3. Le sceptique absolutiste. Pour lui, Villepin et Sarkozy, c’est bonnet blanc et blanc bonnet : tous deux sont des arrivistes sans scrupule dont le parcours témoigne d’une unique volonté, celle de se hisser au pouvoir suprême, à n’importe quel prix. Que Sarkozy soit responsable d’une machination anti Villepin, ou que Villepin ait fomenté un complot anti Sarkozy, cela ne lui inspire qu’un ennui mêlé de mépris pour ces deux maniganceurs qui, s’ils sont innocentés, passeront une fois de plus entre les mailles du filet, et s’ils sont condamnés (même à tort), paieront - toujours trop peu - pour un passé tumulteux dont de toute manière personne n’arrivera jamais à mesurer la profondeur ignominieuse.
  4. Le réaliste partagé. Pour lui, ni Villepin ni Sarkozy ne sont haïssables : Dominique de Villepin reste à ses yeux un grand ministre des Affaires étrangères, puis de l’Intérieur, puis un Premier ministre besogneux doublé d’un écrivain talentueux, quand Nicolas Sarkozy représente un homme politique hors du commun par son génie stratégique et sa capacité d’initiative. Certes, Villepin est souvent plus grandiloquent que nécessaire, et Sarkozy manque parfois de hauteur dans l’accomplissement de sa tâche : l’homme politique parfait serait donc peut-être le fils caché qu’ils n’auront par définition jamais. Mais leurs défauts respectifs démontrent tout au plus leur humanité, de même que leur propension éventuelle à être prêts à tout pour accéder au pouvoir. Chacun d’eux étant ainsi susceptible d’avoir cédé aux sirènes du complot, lui ne sait pas qui absoudre, et doit donc se résoudre à s’en remettre à la Justice pour éclairer sa lanterne.

Les trois premières attitudes décrites ci-dessus ont ceci en commun que, sauf élément nouveau et révolutionnaire, le procès en cours ne parviendra pas à les modifier : tout au plus les nuancera-t-il sur tel ou tel point de détail relatif à l’un des protagonistes. Il s’agit donc d’attitudes bénéficiant d’un relatif confort, celui des certitudes, quand bien même celles-ci ne seraient pas des plus réjouissantes (je pense au sceptique absolutiste).

La quatrième attitude reste donc la seule susceptible d’évoluer dans le temps notamment vers l’une des trois autres, en fonction des conclusions du procès. Elle a ceci d’inconfortable qu’elle s’appuie sur des certitudes qui n’en sont pas, puisqu’au-delà de la valeur certaine qu’elle reconnaît à Villepin ou Sarkozy, elle n’est pas capable de trancher quant à leur culpabilité éventuelle. Pis, il lui arrive de fluctuer. Lorsque Dominique de Villepin arrive en compagnie de sa famille au procès, le réaliste partagé se demande avec Jean-Michel Aphatie s’il est réellement possible qu’un père de famille à la probité si évidente puisse s’être perdu les sombres manoeuvres de Clearstream. Puis il repense, référence hautement culturelle à l’appui, aux précédents en la matière.

Là-dessus surgit un mot (de trop) du Président plaignant, qui quatre semaines avant la fin du procès déclare dans le cadre d’un entretien solennel que son adversaire est "coupable". Qu’à cela ne tienne : ledit Président se voit immédiatement assigné en justice pour ce motif. Ce n’est plus un combat judiciaire, c’est un match de ping-pong médiatico-politique qui prend la République française pour table de jeu, les avocats pour raquettes et la Constitution pour filet. Et voilà notre réaliste qui se sent devenir sceptique.

C’est qu’il oublie le caractère naturel, pour ne pas dire biologique, de ce à quoi il assiste. L’affrontement méritocratique est certainement l’exemple le plus civilisé de la loi de la jungle, qui prône une sélection naturelle en tout. Le problème du réaliste partagé, c’est que tel une lionne lascive, la fécondation de son esprit d’analyse dépend de l’issue du combat de fauves qu’il observe - quand ses trois congénères sont déjà porteurs de leurs propres germes de certitudes. Nicolas Sarkozy et Dominique de Villepin, en s’empoignant de la sorte, obéissent ainsi sans doute à leur instinct incontournable, celui qui commande à leur ego d’aller jusqu’au bout de la logique d’excellence.

Que le spectateur citoyen ne s’y trompe pas, lui qui oscille alors entre admiration et mépris, et qui lorsqu’on lui confie que c’est pour lui, parce qu’il a droit à la vérité, que ce combat a lieu, s’insurge immédiatement : "Que nenni, ils se battent pour eux-mêmes, leur carrière, leur honneur... Je n’ai que faire pour moi de leurs simagrées affligeantes !" Quelle insouciance, que ce détachement artificiel ! Les lions ne se battent pas pour couvrir des hyènes, et les lionnes n’attendent pas les faveurs des chacals. Si les fauves livrent bataille, c’est parce qu’ils veulent gagner le droit au prolongement de leur lignée et à la conservation de leur territoire, et chaque spectateur, quelle que soit son attitude envers le vainqueur, en sera prochainement partie prenante.

Le procès Clearstream est certainement parmi les combats judiciaires de la République l’un des plus symptomatiques de la nature humaine. Il nous rappelle que l’homme politique est avant tout un homme, et que la République a été conçue pour empêcher le déchaînement d’une tendance propre à tout être humain, celle qui consiste à s’affranchir des obstacles légitimes que soulève son ambition. Croire qu’un tel déchaînement est impossible, c’est nier la raison d’être de la République. Croire qu’il est inévitable et universel, c’est en nier la portée. Croire qu’il m’est totalement étranger, c’est nier ma propre humanité. Hourra.

http://lapolitiqueetmoi.hautetfort.com/


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • worf worf 25 septembre 2009 15:49

    qui du fond ou de la forme sortira vainqueur de ce procès ?

    Au vue de la tournure actuelle (avec l’entretien de Sarkozy « les coupables ») , il semble que c’est leur image qu’ils cherchent à valoriser au détriment de la Vérité.


    • Jojo 25 septembre 2009 18:01

      "Le villepiniste convaincu. Pour lui, Dominique de Villepin est au-dessus de tout soupçon : le procès Clearstream en devient ainsi une machination dont Nicolas Sarkozy - adversaire légendaire de Villepin - est aux commandes dans le but de réduire à néant les espoirs du seul adversaire politique susceptible de lui confisquer la prochaine mandature présidentielle. L’ancien Premier ministre reste pour sa part l’exemple même d’une intégrité qui fait tache au sein d’une UMP corrompue. L’issue du procès, qu’elle innocente ou condamne Villepin, le confortera dans cette conclusion."

      Vous lisez dans les pensées vous smiley : ;44 (Smiley avec le pouce levé)


      • Jojo 25 septembre 2009 18:30

        Salut Shawford,
        En fait pour tout dire, j’hésite encore entre De Villepin et une pointure de la littérature, connue pour sa crinière aussi abondante que soyeuse et accessoirement comme un bourreau des cœurs avec un « CV » impressionnant : Lady Di rien de moins…
        Cela dit, je prendrai tout mon temps pour choisir, parce que d’ici à ce que Fred Lyon m’accorde le droit de vote en France smiley smiley smiley smiley


      • Michel DROUET Michel DROUET 25 septembre 2009 18:11

        Je revendique mon appartenance à une cinquième catégorie oubliée : le j’m’en foutiste convaincu. 


        • Airbus Airbus 25 septembre 2009 21:00

          Bonsoir à tous,

          Je viens de visionner deux videos, d’un côté NS et de l’autre DDV.

          http://www.lepoint.fr/actualites-societe/2009-09-25/lapsus-de-sarkozy-villepin-fustige-des-propos-inacceptables/920/0/380538

          Le premier est tendu, mal à l’aise, il va jusqu’à couper la parole à la journaliste, le deuxième un peu tendu aussi utilise un autre langage littéraire...Avouons que c’est quand même autre chose. J’ai dans l’idée que si DDV s’engage à sortir libre (à mon sens non coupable) au nom du peuple français de ce tribunal de pères noel, nous pouvons nous attendre à des révélations certaines, comme ces repas entre IL et NS. DDV doit quand même avoir des biscuits...entre nous soit dit, qu’est-ce qu’un journaliste vient poser une question sur un procès qui à lieu à Paris alors que Mr est à NY, pour le G20, excusez du peu, le spectateur attendait surement autre chose..

          Au delà de cette affaire, nous devons tous nous rassembler afin de pousser ce personnage dangereux dixit NS hors des élections 2012. C’est un devoir à tous les niveaux. Comment peut-on admettre les ’cass toi pov’con’ (dont certain ont fini en correctionnel pour l’avoir écrit), les ’accrocher au crochet de boucher’, les ’coupables ont été arrêtés’ avant le moindre jugement....c’est invraisemblable, ça s’enchaîne à une vitesse...Je suis surpris que le péquin moyen au moindre dérapage se retrouve devant une batterie de psy alors que président, et autres juges (dont les décisions sont loin d’être anadines) ne voient aucun expert. Je lance un autre débat, le monde psychologique serait-il la main armée du pouvoir ?

          Plus nous obligerons (par le net avec nos commentaires, par nos politiques de valeurs, par certains médias sur le pont...) NS à sortir de ses gonds, à courir après du futile, à courir dans des procès inutiles contre la populasse, plus nous pousserons tous ces politiques laquais à la faute alors plus nous ferons apparaître le vrai personnage de NS, il faut qu’il entende que dans ce pays les patrons c’est ’NOUS’ (clin d’oeil au référendum pour l’europe). Il faut le pousser dans sa névrose, non pas par haine, mais bien pour rendre ce pays à son peuple.

          J’ai quand même l’impression aussi qu’à travers tout ces plans H1N1 (plan secret de la justice , plan massif video-scolaire, l’achat de médoc...),qu’il y a une raison, je doute de la précaution...Méfiez-vous de ces gens là, ces donneurs de leçon, ce sera eux ou nous. J’en ai pour preuve une phrase de toubon ’les français aime la sanction’....C’est un message pour l’oligarchie....Il s’agit bien d’une lutte de classe...Bonne continuation


          • mecheri 25 septembre 2009 22:31

            Au delà du petit mot déplacé, qui pourrait être considéré comme un lapsus, je n’ai pu m’empêcher de réagir à la 2ième partie de la déclaration de notre Président au sein de l’hémicycle de l’ONU, lorsque celui-ci a prétendu haut et fort ne pas être Homme à mentir.

            Pour mémoire il convient de rappeler que Monsieur Nicolas Sarkozy s’est approprié en 2005 la désignation du 1er Préfet issu de l’immigration, d’origine musulman en la personne de Mr aïsa Dermouche ; le tout bien évidemment pour lui assurer un vote favorable des huit millions de français composant cette partie d’électorat, de plus en plus mobilisé.

            Or, ceci est catégoriquement faux puisque le 1er Préfet issu de l’immigration est Mr chérif Mecheri, nommé en 1945 !!!

            Emblématique exemple d’intégration au moyen de sa seule force de travail, il acheva sa carrière en qualité de Conseiller-maître inamovible au sein de la cour des comptes, où il repoussa l’âge de sa retraite plus que de raison ! Ces faits m’ont encore été dernièrement confirmés par Monsieur Seguin, 1er Président, Mr Benard Procureur général ainsi que par Mr Potton en charge du comité d’histoire de cette vénérable Institution.

            Entre temps, Mr Mecheri qui avait l’absolue confiance du Président Auriol et de Mr pierre Mendès France a rempli les fonctions de Secrétaire Général de l’union française et à la Présidence de la République.

            Enfin, ce n’est pas faire injure à notre Président que de rétablir cette vérité historique, d’autant qu’à l’époque, en sa qualité de  Ministre de l’Intérieur et donc en charge des questions d’immigration et des cultes, à ce titre, il ne pouvait pas dire qu’il ne savait pas …

            Et, comme il faut toujours conclure par une note optimiste, espérons que l’actuel gouvernement fera, au vu de l’actualité récente et d’ici peu, une place un peu plus grande à ceux qui souhaitent réellement s’engager dans la vie politique, pour dignement représenter cette fraction inaudible de la population.

            En conclusion, une meilleure représentation aurait non seulement le mérite de défendre cette première valeur de la République, qui demeure la fraternité, mais aurait également valeur d’exemple pour les exclus en tout genre. Ici, il est inutile de rappeler que si la diversité est notoirement représentée au sein du gouvernement, il n’en demeure pas moins que les préfets et sous préfets d’origine francophone n’atteignent pas même 2 % des effectifs !!! Il serait donc temps que l’Etat montre l’exemple et trace le sillon désormais nécessaire pour faire admettre la diversité dans la société française, au premier chef au sein de l’entreprise. Bien évidemment, pour se faire il convient d’avoir le courage politique nécessaire. En résumé de concrétiser les belles promesses jusqu’alors non tenues, en passant aux actes …

            Mecheri

             


            • Jean Lasson 25 septembre 2009 23:22

              « la foi, l’ennui ou le dilemme »

              Et pour ceux qui n’ont pas la foi, ils peuvent toujours demander une « greffe de la foi », selon notre président bien-aimé, phare de la pensée française smiley


              • curieux curieux 26 septembre 2009 01:51

                Au sujet de l’Iran, avez vous vu les éructations de sa Naineté à l’ONU sous l’oeil faussement approbateur de Obama et de Brown qui le dépassent d’un bon nombre de centimètres et cela malgré le Tabouret.
                Eh cela fait de moi un Villepiniste convaincu bien que je n’ai pas voté Chirac.
                Quand on voit ce guignol inculte, incompétent, complexé, cette grenouille qui essaie de se faire aussi grande qu’Obama, on a des soucis à se faire. Comme Obama et Brown le regardent avec un air condescendant (tiens, ce mot est parfait pour lui), trop heureux de voir ce pantin travailler pour eux sur de faux problèmes qui ne nous concernent pas.
                Il va falloir virer ce type et toute sa bande d’opportunistes et d’atlantistes qui vont nous amener à la catastrophe.
                Merci encore aux 53% de français qui nous ont amené cette calamité.


                • Pnyx - Daniel 21 octobre 2009 12:55

                  Un intéressant sondage sur ce sujet a été publié sur le portail Pnyx :

                  « Villepin vs Sarkozy : à complot, complot et demi ? »

                  http://www.pnyx.com/fr_fr/sondage/373

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès