Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Alain Juppé serait-il le prochain président du Sénat ?

Alain Juppé serait-il le prochain président du Sénat ?

D’un côté, un Sénat qui va désigner un probable nouveau président en début octobre 2008, de l’autre côté, un Alain Juppé, 62 ans, redoré de l’onction du suffrage universel. De quoi faire cogiter bien des cerveaux...

La rumeur était déjà dans les tuyaux depuis plusieurs mois, mais la brillante réélection à la mairie de Bordeaux la remet au goût du jour.

L’intelligence est-elle bonne représentante ?

Alain Juppé fait partie de ces hommes politiques un peu exceptionnels. Selon Jacques Chirac, « le meilleur d’entre nous » serait l’homme politique le plus intelligent de sa génération, un peu comme l’a été, pour la sienne, Valéry Giscard d’Estaing.

Alors que l’ancien président de la République était X ENA, l’ancien Premier ministre était Normale Sup. ENA.

Laurent Fabius pourrait sans doute contester le titre, mais qu’importe, un classement de l’intelligence a toujours été impossible à réaliser, trop subjectif et, surtout, l’intelligence est de moins en moins un critère pour être aimé des électeurs et, surtout, pour les représenter.

Une carrière politique en dents de scie

Dauphin déclaré de longue date de Jacques Chirac, Alain Juppé a connu une belle ascension nationale : ministre délégué au Budget (l’un des postes de renseignements les plus importants avec l’Intérieur) à 40 ans, ministre des Affaires étrangères à 47 ans, Premier ministre à 49 ans (en mai 1995) après être devenu le président du plus grand parti de France. Il en profita pour conquérir la mairie de Bordeaux, chasse gardée d’un lointain prédécesseur, Jacques Chaban-Delmas, après sa carrière d’élu parisien (et un échec à Mont-de-Marsan aux législatives de mars 1978).

Hélas pour lui, cette belle trajectoire a été brisée à deux reprises.

Son impopularité naissant de son plan de réforme de la Sécurité sociale (et de son peu de concertation) et des longues grèves de l’hiver 1995 aidée d’une antipathie très forte vis-à-vis de Philippe Séguin a engendré la désastreuse dissolution de 1997, encouragée par un Dominique de Villepin encore secrétaire général de l’Élysée. Cela a abouti à son départ de la présidence du RPR remplacé par... Philippe Séguin (qui était pourtant l’homme de la situation au printemps 1997) à la présidence et par... Nicolas Sarkozy au secrétariat général (à l’époque, encore en disgrâce pour cause de balladurisme).

Après la fin de la cohabitation avec Lionel Jospin, Alain Juppé a réussi à rebondir en fondant à la vitesse de l’éclair, entre les deux tours de l’élection présidentielle de 2002, sous le coup de l’émotion de voir un Jean-Marie Le Pen présent au second tour, l’UMP, fusion du RPR et d’une partie de l’UDF (celle menée par Philippe Douste-Blazy et Pierre Méhaignerie).

Malgré une impopularité persistante (parallèle au cursus de Laurent Fabius sans doute), Alain Juppé tenait donc avant 2004, avec le contrôle de l’UMP, la clef du succès pour l’élection présidentielle de 2007. Normalement, "la sienne".

Mais, dès 2004 (30 janvier puis 1er décembre 2004), ses condamnations dans des affaires politico-financières (notamment une inéligibilité d’une année) lui imposa de renoncer à tous ses mandats électifs et à s’écarter de la vie politique. Il renonça aussi à la présidence de l’UMP qui fut ainsi reprise opportunément par Nicolas Sarkozy et il s’exila dans l’enseignement universitaire au Québec, comme le fera quatre années plus tard son ancien rival Philippe Séguin.

Voulant rebondir, Alain Juppé décida le 29 août 2006 de revenir dans la vie politique en provoquant une élection municipale à Bordeaux et en la gagnant dès le premier tour avec 56,2 % et, réaliste avec la situation politique, découragea les chiraquiens à ne pas soutenir la candidature (devenue incontournable) de Nicolas Sarkozy.

Son come-back national se fit le 18 mai 2007 par son retour au gouvernement comme unique ministre d’État, chargé de l’Écologie, numéro deux après François Fillon.

Nouvelle brisure : le 17 juin 2007, Alain Juppé fut battu aux législatives (avec 49,1 %), ce qui l’obligea à quitter le gouvernement. Il envisagea alors de nouveau d’abandonner la politique et hésita avant de se relancer dans la bataille des municipales.

Nouveau rebond : le 9 mars 2008, Alain Juppé fut brillamment réélu maire de Bordeaux dès le premier tour avec 56,6 % (légèrement supérieur à 2006).

Alain Juppé, un nouveau recours de l’UMP ?

Depuis ce retour en grâce électorale, et parallèlement à une impopularité de plus en plus criante de Nicolas Sarkozy, Alain Juppé laisserait dans l’esprit de bien des élus de l’UMP un arrière-goût d’homme providentiel.

Intéressant d’ailleurs de lire le billet qu’a écrit non sans humour Alain Juppé lui-même sur le sujet le 19 avril 2008 :

« On ne cesse de me demander : "Alors, maintenant, qu’est-ce que vous allez faire ? Qu’allez-vous choisir : le gouvernement ? l’UMP ? l’Europe ? le vaste monde ?"

Je réponds invariablement : "Bordeaux !"

Les questionneurs reviennent à la charge.

Alors, de guerre lasse, je m’en tire par une boutade : "Voyez Berlusconi, 71 ans, ou McCain 72 ans... J’ai tout le temps..."

Et cela devient : "Juppé s’intéresse à 2012."

Un peu d’imagination, que diable ! Il y a aussi 2017. Je n’aurai que 72 ans. Si Dieu le veut... »

Un peu d’humour avec un peu d’amertume.

Pourtant, d’autres hypothèses peuvent s’échafauder.

Rumeurs et hypothèses...

Évoquée très discrètement dans le blog très enrichissant d’un assistant parlementaire (Le Journal d’un assistant parlementaire, que je vous conseille de lire régulièrement tant il fourmille d’informations précises et parfois croustillantes), l’hypothèse d’un retour parlementaire d’Alain Juppé plus rapide que prévu n’est pas à exclure.

En effet, le département de la Gironde fera partie, le 21 septembre 2008, des départements renouvelables pour les élections sénatoriales. Une occasion en or pour Alain Juppé de retrouver une tribune nationale.

Mais un autre fait accréditerait une idée encore bien plus ambitieuse.

Une bataille du plateau à l’issue très incertaine

Actuellement, la bataille du plateau (l’équivalent sénatorial du perchoir) va être très disputée en automne. L’enjeu est à la fois protocolaire (le président du Sénat est le deuxième personnage de l’État) et politique (fonction qui permettrait d’influencer éventuellement le président de la République Nicolas Sarkozy sur certains sujets).

« Les manœuvres ne commenceront qu’après les élections municipales et cantonales », avait déclaré Christian Poncelet.

J’avais déjà présenté ici quelques candidats.

Aujourd’hui, tout reste possible : l’actuel président du Sénat Christian Poncelet, malgré ses 80 ans et sa promesse de ne faire que deux mandats (il finit son troisième mandat), semblerait vouloir prolonger ses fonctions en misant sur la division des autres prétendants.

Qui sont-ils ?

Raffarin versus Larcher... et les autres

L’ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin et l’ancien ministre du Travail Gérard Larcher (également maire de Rambouillet) qui a préféré refuser le ministère de l’Agriculture au printemps 2007 pour se faire réélire sénateur. Les deux sénateurs sont déterminés et ont chacun des atouts.

Certains considéreraient d’ailleurs que cette rivalité ferait resurgir la bataille classique entre l’ex-UDF (dont est issu Jean-Pierre Raffarin qui poursuit activement le dialogue avec les 31 sénateurs centristes, dont 3 renouvelables seulement, qui pourraient bien faire la différence) et l’ex-RPR (dont est issu Gérard Larcher). Bataille qui avait déjà eu lieu pour la succession (tant attendue) d’Alain Poher en 1992 entre René Monory et Charles Pasqua puis en 1998 entre Christian Poncelet (soutenu par les balladuriens) et René Monory.

Certes, d’autres candidats pourraient se profiler comme Jean-Claude Gaudin (réélu de justesse maire de Marseille et qui pourrait avoir la préférence de Nicolas Sarkozy) ou Alain Lambert (qui avait déjà fait un essai en 2004), et, surtout, les résultats des dernières élections municipales et cantonales pourraient renforcer le groupe socialiste au Sénat qui pourrait jouer également un rôle non négligeable dans le choix (le PS ne devrait pas lui obtenir cependant la majorité sénatoriale avant 2011 au moins).

Juppé candidat de la réconciliation ?

Alors, l’information publiée le 1er octobre 2007 n’est pas anodine. Lors de sa rentrée sénatoriale, Gérard Larcher (qui fut le benjamin du Sénat en 1986, élu à l’âge de 37 ans) a déclaré que « seule, une candidature d’Alain Juppé à la présidence du Sénat pourrait lui faire retirer sa propre candidature ».

Évidemment, cette hypothèse n’avait jusque-là jamais été émise publiquement, ni d’ailleurs reprise alors qu’Alain Juppé jouit maintenant de sa confortable réélection de maire.

Il ne peut s’agir, de la bouche de Gérard Larcher, que d’une boutade pour exprimer sa détermination. Ou d’une sonde pour évaluer l’impact de l’idée, Gérard Larcher n’étant dans ce cas que le "sous-marin" pour tenir les positions et empêcher Jean-Pierre Raffarin de prendre le contrôle de la place.

Rumeur fondée ou pas, la situation sera vite éclaircie lors des dépôts de candidatures. Alain Juppé ne cesse aujourd’hui de répéter qu’il veut être maire de Bordeaux à plein temps, qu’il n’a qu’un souci de politique local et qu’il se garde bien d’intervenir au niveau national.

Amitiés centristes et doutes sénatoriaux

Pourtant, tout le monde avait observé à quel point Alain Juppé avait fait les yeux doux à François Bayrou et au MoDem, en faisant l’union UMP-MoDem à Bordeaux (contre une liste du Nouveau Centre !) et en soutenant la candidature de François Bayrou à Pau (malgré la forte opposition de l’UMP), ce dernier soutenant également la candidature du chiraquien (et ex-collaborateur) Xavier Darcos à Périgueux (Xavier Darcos, ancien sénateur comme François Fillon et Michel Barnier).

Beaucoup d’éléments écarteraient toutefois cette hypothèse : d’une part, jamais les sénateurs n’éliraient à leur tête un sénateur fraîchement élu, ils préfèrent une personnalité qui connaît très bien la maison.

D’autre part, une élection d’Alain Juppé au Sénat après son échec aux législatives de juin 2007 ne serait pas en mesure de redorer le blason du Sénat considéré trop souvent (et à juste titre) comme la chambre de rattrapage des échoués du suffrage universel direct.

L’élection en septembre 2004 de Dominique Voynet (qui cherchait un mandat, et qui, maintenant, persiste à cumuler avec la mairie de Montreuil, ce qui ne lui est pas juridiquement interdit), ainsi que les rumeurs qui feraient de Jean-Pierre Chevènement un nouveau sénateur après ses échecs législatifs de 2002 et 2007 (le Territoire de Belfort est un département renouvelable, mais cette opération ne pourrait être possible qu’en cas de retrait du sénateur sortant Michel Dreyfus-Schmidt) renforcent ce sentiment de "cour de la seconde chance" aux élus battus.

Et Chirac dans tout ça ?

Une autre rumeur (encore plus farfelue) ferait état d’une candidature aux sénatoriales de Jacques Chirac lui-même en Corrèze (département aussi renouvelable avec un sénateur sortant qui ne se représenterait pas) qui pourrait ainsi postuler à la présidence du Sénat.

Farfelue car Jacques Chirac n’a jamais semblé intéressé par la présidence d’une assemblée (il en avait la possibilité en mars 1993 pour mieux contrôler l’action d’Édouard Balladur) et aussi parce qu’il semble avoir vraiment tourné la page (Jacques Chirac aurait même dissuadé son épouse Bernadette de se présenter au Sénat). De plus, la Corrèze a des fortes probabilités de faire élire deux sénateurs socialistes (en raison du grand succès du PS aux municipales dans ce département).

Alors, Alain Juppé prochain président du Sénat ?

Sans doute pas, mais qui sait ?
L’avenir n’est jamais écrit...

Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (2 mai 2008)

Pour aller plus loin :

Biographie illustrée par Le Monde (1er octobre 2007).

Questionnaire de Proust (28 novembre 2006).

Alain Juppé contre la sinistrose ambiante (12 janvier 2007).

Blog d’Alain Juppé.

Documents joints à cet article

Alain Juppé serait-il le prochain président du Sénat ?

Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • ZEN ZEN 2 mai 2008 12:12

    Excellent poste pour pantoufler et faire fructifier son capital ...


    • fjr 2 mai 2008 12:18

      Voilà qui me semble une excellente idée : prenez une assemblée (à tort ou à raison) impopulaire.

      Elisez à sa tête un Président (à tort ou à raison) également impopulaire...et on verra l’impact sur l’opinion publique qui a déjà trop tendance à considérer que la deuxième chambre est un gadget destiné à satisfaire quelques notables arrivés.

       


      • Daniel Roux Daniel R 2 mai 2008 14:10

        "J’ai changé !". C’est lui qui l’affirme. Après sa condamnation infamante et son séjour canadien, il n’est plus l’arrogant premier ministre de l’époque Chirac.

        "J’ai compris le message des bordelais et je m’engage à consacrer toute mon énergie à mon mandat de maire". C’est encore lui qui le dit.

        Et comme lui n’est pas un menteur, contrairement à d’autres, maintenant qu’il est maire de Bordeau, il est impossible qu’il accepte quelqu’autre mandat que ce soit.


        • hihanhihanhihan hihanhihanhihan 2 mai 2008 14:33

          Non ! Juju ne sera pas le prochain président du Sénat !

          - Pour y accéder il faut une condamnation de 14 mois fermes !

          - Lui il n’a eu que du sursis !

          - Ce n’est donc pas un repris de justice mais un honnête homme.


          • ASINUS 2 mai 2008 16:34

            a l instar de son confrere de l’elite republicaine L FABIUS

            je méprise ce haut Fonctionaire qui ma imposé le regime general de retraite

             " ce qui au nom de la solidarité et de l égalité me semble normal"

            en s absolvant lui et son " compere" par un jeu d ecriture quelques mois avant

            la publication officielle

            comment aussi oublier le" THOMSON ça vaut 1 franc symbolique" revendu ultérieurement

            plusieurs millions

             

            ou trouver un journaliste suffisement " burné" pour poser tout de go ce type de question

            a nos éminences ?


            • hihanhihanhihan hihanhihanhihan 2 mai 2008 17:47

              Voilà une constatation qui va remonter le moral à Sàrközy !

              - Et aux français.............................


            • Fergus fergus 2 mai 2008 17:52

              Que Juppé soit un type intelligent, c’est certain. Qu’il soit "le meilleur d’entre nous", pourquoi pas ? Mais que peut valoir le cerveau le plus brillant lorsqu’il est aveuglé par un ego hypertrophié et la certitude que tout ce qui n’est pas soi ne peut avoir d’avis pertinent ?

              C’est précisément ce travers qui lui a coûté Matignon en 95. Pour avoir prétendu, contre toute logique et toute prudence, passer en force le 17 novembre sur un triple dossier dont chacune des composantes (réforme de la Sécu, réforme des régimes spéciaux, contrat de plan Sncf) était potentiellement explosive, Juppé s’est brûlé les ailes.

              Peut-être a-t-il été victime en sous-main de l’ambitieuse Nicole Notat, prête à tout pour endosser l’habit réformateur avec, en ligne de mire, un probable maroquin ? Toujours est-il que Juppé et elle se sont crashés après l’annonce de ce que l’on a appelé le "plan Juppé". Le premier ministre a tenu quelques semaines et Notat seulement deux ou trois jours, le temps d’être éjectée (j’étais là) sans ménagement d’une manifestation par ses propres troupes Cfdt dont une bonne partie est ensuite allée créer Sud.

              Pour en revenir à lui, Juppé peut-il adopter une autre attitude, faire preuve de ce discernement qui lui a manqué alors ? Personnellement, je n’y crois pas. Autant il est capable d’une fidélité sans faille et d’un réel sens du devoir lorsqu’il se met au service d’un autre (Chirac), autant son arrogance naturelle et son hypertrophie du moi reprendraient le dessus s’il était en situation de décision. Concernant la présidence du Sénat, pas de problème en revanche, le poste n’est après tout qu’une sinécure.


              • laelia laelia 3 mai 2008 17:01

                Très bonne analyse.

                Mais si cela se faisait, Raffarin tombe raide ... il y croit tellement ! Il ne lui resterait plus qu’à penser au beurre de Poitou-Charentes ...


                • Jocrisse Jocrisse 4 mai 2008 14:52

                  Sylvain,

                  (Le Journal d’un assistant parlementaire, que je vous conseille de lire régulièrement

                  Merci pour votre article et pour l’info.

                  Juppé président du sénat, je n’y crois pas beaucoup. Mais qui pourrait l’affirmer ?

                   

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès