Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Alcatel et Alstom : signes de l’abandon de l’industrie par nos (...)

Alcatel et Alstom : signes de l’abandon de l’industrie par nos dirigeants

Il y a 20 ans, Alcatel-Alsthom était un de nos fleurons industriels, une des premières entreprises du CAC 40 par la capitalisation. Après les errements de Serge Tchuruk, qui voulait inventer l’entreprise sans usine, elle a été coupée en deux, avant d’être rachetée et dépecée sous le mandat de Hollande.

 
Dernière ligne droite du dépeçage
 
Il est assez effarant que le gouvernement ait laissé General Electric racheter et dépecer un de nos fleurons industriels, à qui on doit notamment le TGV, se contentant d’arbitrer entre deux maux, le rachat par Siemens ou par le géant yankee. Bien sûr, certaines choses ont été négociées, GE a annoncé quelques embauches et Emmanuel Macron se pose en garant des accords dérisoires passés par l’Etat. Mais dans le fond, ce que l’Etat a laissé faire, c’est le rachat d’une de nos plus belles entreprises industrielles par un groupe étranger, et on sait ce que cela signifie pour nos intérêts, quand on voit le destin d’Arcelor, désormais contrôlé par Mittal ou Pechiney, racheté par Alcan. Ici, droite comme gauche sont responsables de ce désastre industriel, mais cette majorité est responsable de la disparition d’Alcatel et Alstom.
 
D’abord, il faut rappeler la réalité de ce que le gouvernement, et Arnaud Montebourg, bien superficiel et seulement beau parleur, ont laissé faire à Alstom. GE a pu racheter une grosse moitié d’Alstom, celle qui l’intéressait, laissant la partie transports, qui ne l’intéressait pas, et consentant tout juste à former des co-entreprises sur les turbines nucléaires et une partie des activités dans les énergies renouvelables. Bref, en laissant faire le charcutage d’Alstom, la France a abandonné une partie critique de sa filière énergétique, en essayant de sauver les apparences par quelques menues concessions. Et quelques temps plus tard, c’est Alcatel, anciennement lié à Alstom, qui, à travers une vraie-fausse fusion, est en réalité tout simplement racheté par Nokia, après la fusion réalisé avec Lucent en 2006.
 
Le sens de cet abandon
 
Le fait que l’Etat ait accepté ces deux rachats, Alstom, puis Alcatel, est extraordinairement révélateur sur notre époque. D’abord, cela montre que nos dirigeants ont complètement abandonné l’industrie, et de facto les ouvriers, qui ne comptent tellement plus qu’ils laissent certaines de nos plus belles entreprises se faire racheter (et donc, à terme, démanteler) par des entreprises étrangères. Et quand certains défenseurs de ces accords implorent d’accueillir les migrants, cela illustre remarquablement le discours de Jean-Claude Michéa, pour qui la gauche a fait du migrant sa nouvelle figure tutélaire, à la place de l’ouvrier. On peut aussi y voir l’oubli complet de l’intérêt national, trop souvent présenté comme un détail archaïque du passé dans cette mondialisation anarchique où l’argent sert de boussole.
 
Mais ce que cela montre aussi, c’est qu’en dérégulant, et en supprimant toutes les frontières, ce qui finit par s’imposer, à travers le règne du laisser-faire, c’est le pouvoir des multinationales, qui font ce qu’elles veulent faire, parfois même protégées par les tribunaux d’arbitrage, les mettant sur un pied d’égalité avec les Etats. Aujourd’hui, ce n’est plus l’intérêt collectif, sensé être défendu par les gouvernements des Etats, qui est la boussole de notre monde, mais de plus en plus les intérêts financiers des actionnaires des multinationales, qui finissent par pouvoir acheter, vendre, désosser d’autres entreprises, sans que l’on se souci de tous les effets collatéraux de ces restructurations, pour les personnes qui y travaillent. Le capitalisme dérégulé a consacré le règne d’une seule partie prenante : les actionnaires.
 
Jusque dans les années 1980, la gauche, sous influence marxiste, et la droite, sous celle du gaullisme, avaient toutes deux à cœur de préserver les intérêts nationaux, qui étaient ceux de toute la population et notamment ceux des salariés. Maintenant, il n’y a plus de barrage aux intérêts financiers.

Moyenne des avis sur cet article :  2.17/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • flourens flourens 26 octobre 2015 11:20

    et attendez, vous n’avez encore rien vu, quand ils vont brader nos centrales nucléaires, vous avez intérêt à investir dans les pastilles d’iode


    • zygzornifle zygzornifle 26 octobre 2015 12:11

      Depuis Giscard la France a soldé ses industries au clients étrangers .....


      • Parrhesia Parrhesia 26 octobre 2015 12:48

        Comment peut-on écrire que jusque dans les années 1980 la droite était sous influence gaulliste alors que Giscard (ne serait-ce que lui) avait commencé à sévir dès 1967 aussitôt après avoir été viré par le général ???

        La présidence de Giscard, qui, rappelons-le, a exercé ses méfaits mondialistes à l’échelon présidentiel entre1974 et 1981, a été la présidence du premier fossoyeur officiel du Gaullisme !!!

        Lorsque le « Sphinx » est arrivé au pouvoir en 81, les dés étaient déjà jetés et Mitterrand, puisqu’il s’agissait désormais de lui, n’a eu qu’à enfiler les pantoufles de Giscard en dépensant un peu plus d’argent que lui ; suivant la technique habituelle de la gauche et en trahissant un peu plus la France, suivant la technique devenue déjà habituelle pour tout le monde !!!


        • colere48 colere48 26 octobre 2015 14:21

          Depuis Giscard nos dirigeants n’ont en rien à « battre » de l’industrie ....
          C’est une réalité constante !


          • colere48 colere48 26 octobre 2015 14:26

            Attendez le « meilleur » arrive :

            -barrages privatisés
            -centrales nucléaire itou
            -armée en sous-traitance privée (super milice « robotcop », privés of course !!)
            -les médocs ... ah non c’est déjà fait ... (mediator et consors)
            -les transports ... c’est déjà bien amorcé, plus grand chose à détruire Non ?


            • Spartacus Spartacus 26 octobre 2015 14:50

              Que c’est bête de ne rien comprendre à l’économie....


              On va expliquer au gauchistes souverainiste.......(c’est pareil, des étatistes)

              Ces boites étaient au contraire « régulées » par les étatistes comme dit si bien l’auteur.

              Ces boites sont parmi celles qui font le moins de marge au monde. 
              Depuis plus de trente ans l’état considère les entreprises, les investisseurs, comme des vaches à lait et alourdit en permanence leur coût de fonctionnement. 

              Sans marges, Ou trouver des liquidités ?

              Les particuliers ? trop compliqué et actionnaire est mal vu. Fiscalité confiscatoire.
              Fonds de pension ? Ils n’existent pas dans le pays qui a instauré la pyramide de Ponzi comme méthode de financement des retraites. 
              Compagnies d’assurance ? Ponctionnées par l’État.

              Quand à la gauche marxiste et la droite du passé en apologie....
              Ils ont inventé la vie au présent sur le compte des générations futures et nous sommes leur futur. Il ont laissé des dettes.

              • mmbbb 26 octobre 2015 19:12

                @Spartacus Je vous arrete Alcatel Alsthom etaient des boites qui marchaient tres bien A propos d’Alcatel il y eut dans ce media un ingenieur qui a decrit la lente degringolade de cette entreprise alors qu’elle suplantait SIEMENS Le PDG Tchuruk n’a eu aucune sanction parce dans notre pays l’elite n’est jamais inquiétée de quoi que ce soit Il y a eu des orientations qui ont ette fatale a cette boîte Si les ameriacins se sont interesses a la partie energie d’ Alsthom c’est que la R& D ce cette boît etait performante et les turbines de haute technicite Ils ne sont pas ces amerloques ils ne vont pas racheter des trucs depasses Pourquoi sommes nous diriger par des cons Exemple alors que Louis Pouzin fut l’inititaeur de l’envoi de message par paquet puisqu il travailla avec la CII HONewell nos cranes d’oeuf ont chosi le Minitel C’est simple le Minitel a une architecture deconcentre a la maniere d’une administration. La revolution du numerique nous l’avons rate Ce sont nos cranes d’oeuf des batards Une elite de chiotte qui foute sur pays a genoux


              • Spartacus Spartacus 27 octobre 2015 08:35

                @mmbbb
                C’est quoi « marchaient très bien »........

                Cette boite a eu une faillite causée par une faiblesse en fonds de développement. Point.

                Aucune trésorerie pour absorber les chocs de conjoncture ni de capitaux d’investissement.

                Supplanter technologiquement ne suffit pas si vous n’avez pas le cash pour le développement.
                 
                Quand à l’élite c’est pas a elle de décider ce qui est bien ou pas c’est au client d’en décider.


              • Marc Chinal Marc Chinal 27 octobre 2015 09:28

                @Spartacus
                En résumé, la gauche est incapable, la droite est incapable, donc la suite c’est... un système post-monétaire ? smiley
                .
                De toutes façons, vous avez le choix entre « dette » et « la main entre les jambes » avec le système du fric.


              • non667 26 octobre 2015 14:50

                autour de 1986 un camarade pc au lendemain d’une réunion de cellule me dit à propos de la réunion des maîtres capitalistes du monde à davos  ; ça y est ils se sont partagés le monde !
                -aux allemands ,la mécanique
                -aux japonais ,l’électronique
                aux usa l’agriculture (l’arme alimentaire = capacité d’affamer n’importe quel pays ,a commencer par l’urss )l
                et nous je questionne ?
                -le bronze cul de l’europe  ! (tourisme )effectivement après un simulacre de marchandage mettant en balance avec d’autres pays afin de faire payer à la région la liaison R.E.R. paris /marne la vallée et l’urba. .Mnisation le long de cette ligne ,la gare et ligne tgv , EURO dysney s’est installé .

                 tout ce qui arrive n’est pas fortuit mais résulte d’un plan /complot du N.O.M. judéo américain avec la complicité des laquais du front ripoublicain !
                le plus grave étant la perte de notre indépendance alimentaire par la destruction de la petite paysannerie 


                • Jeff84 27 octobre 2015 04:52

                  @non667
                  Vous devriez lire Mein Kampf, il y a exactement les mêmes idées.


                • hans-de-lunéville 27 octobre 2015 11:20

                  Vous pleurez sur les ruines de votre passé, c’est totalement improductif, le monde changeet vous devrez l’affronter ce changement , ou périr.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès