Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Aller de la gauche qu’on a à la Gauche qu’on veut…

Aller de la gauche qu’on a à la Gauche qu’on veut…

Longtemps dénigré, le Front de Gauche n’est pas encore parvenu a réaliser en France la percée électorale qui s’est pourtant produite chez ses homologues grecs et italiens qui, là-bas, ont osé par les urnes ce qui doit logiquement constituer un effet d’entraînement incontournable, un enchainement inéluctable sur l’ensemble des politiques européennes.

Si le Parti socialiste subit une telle décrépitude actuellement - la cotte de popularité de son Président de la République atteint des records de bas-fonds historiques, d’autres, de plus en plus nombreux appellent à s’en séparer définitivement pour constituer une gauche d’efficacité - c’est peut-être aussi qu’il faille en chercher la cause non pas seulement dans les contenus de fond de sa politique mais bien plus encore dans la manière dont il s’adresse aux citoyens, à ses militants, dans la non-prise en compte absolu de son aile gauche réduite à un quasi silence puisque ce n’est pas elle qui gouverne. À peine un de ses représentants, Arnaud Montebourg, pour ne pas le citer, fait figure de ce courant et toute une presse médiatique s’empare de son statut pour se demander « à quoi il sert ? » Entendre parler les socialistes au nom des banksters en horripile plus d’un et les promesses de régulation sociale laissées au placard laissent pantois… D’avoir vu surgir Manuel Valls au poste de 1er Ministre alors qu’aux Primaires socialistes, celui-ci était apparu comme étant le plus faible des candidats aux yeux des militants électeurs pourrait être hilarant, mais c’est quand même assez lourd de conséquences…

Loin de vouloir prétendre apparaître comme un sauveur, Jean-Luc Mélenchon était pourtant le candidat le plus crédible du Changement de perspectives à travers les Présidentielles 2012 , le plus à même d'imposer au niveau européen les adaptations nécessaires susceptibles d'éradiquer la précarité galopante, le mieux capable de poser les véritables questions de fonds aux politiques qui mènent aux situations dans laquelle se retrouvent la Grèce, l'Espagne, le Portugal... Ses convictions n'en font pas pour autant un homme providentiel, ni le Monsieur « je sais tout  » mais un érudit qui connaît bien le système et ses solutions pour modifier l'économie, loin d'être des recettes, ont d'ailleurs été suivies par des économistes* de renom. Et pourtant c’est à se demander si les Français sont sourds d’oreille ou ne voient que d’un oeil mais ce qu’est parvenue à faire la Grèce avec Aléxis Tsirpas et sa formation politique similaire à ce que représente le Parti de Gauche en France a également eu des répercussions sur l’Italie, le Portugal à un moindre degré, aux élections Européennes. Ce choix des pays les plus touchés par la crise ne demande qu’à s’étendre à l’ensemble du continent, d’éclore dans bien d’autres nations… La Résistance a bien fini par payer chez-eux !

Bon courage alors à Jean-Luc Mélenchon qui passe entre les fourches caudines de la presse en ce dimanche (le 1er de l’été), à 18h10 dans l’émission Tous politiques… Bon c'est sur France Inter et ça devrait être un peu plus light que si il se rendait à Europe1, RTL ou RMC... À savoir donc également que ce n'est pas J-L Mélenchon tout seul mais accompagné des forces européennes identiques au Parti de Gauche, en Grèce (AléxisTsipras), en Allemagne (Die Linke), en Italie (Nichi Vendola - Mouvement pour la Gauche), en Belgique (PTB - GO !), en Espagne avec le PP de Rajoy et partout ailleurs en Europe où avec la Gauche unitaire européenne / Gauche verte ; tous envisagent une sérieuse remise en question du système capitaliste et une défense des droits sociaux mis à mal par l'ultra-libéralisme ou néolibéralisme - il n'y a plus de termes suffisamment abscons pour décrire ce phénomène politique lié à la "crise" économique entretenue par les droites dures - alors que l'opulence des milliards de bénéfices engrangés d'années en années ne cessent de narguer la pauvreté sous une précarité croissante et une baisse irréductible du pouvoir d'achat allant jusqu'à affecter les classes moyennes maintenant... C'est ce principe d'inégalités auquel il faudrait s'attaquer sans demi-mesures, floué par des socio-démocrates fatigués de lutter et dominés par un système bancaire devenu tout puissant... Le rêve des Présidentielles 2012, les changements de perspectives qu'il aurait pu susciter doit se poursuivre et souhaitons qu'il ne faille pas attendre que la situation en France soit identique à celle de la Grèce pour qu'un réveil effectif se fasse sentir à gauche... de toute une Gauche qui serait enfin capable de dire « non » à tout cela !... Merci à toi Jean-Luc Mélenchon de ne pas renoncer en poursuivant ce combat vers le changement que bien d'autres refusent...

*http://www.humanite.fr/le-projet-du-front-de-gauche-est-credible-contre-la-finance

_________________________________


Moyenne des avis sur cet article :  3.15/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

32 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 24 juin 2014 11:39

    si Melenchon était votre candidat le plus crédible , on n’ose même pas imaginer les aures ! smiley  smiley  smiley  smiley


    • laurentgantner laurentgantner 24 juin 2014 23:27

      ... et ils le démontre bien (les autres candidats), pas besoin d’imaginer ce qu’ils valent !


    • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 4 juillet 2014 10:18

      LE CHAT
      arrete de lècher le whisky de ton maitre SARKO  !!!!!!!!!!!!!!!!!!!


    • claude-michel claude-michel 24 juin 2014 12:27

      Bizarre tous ces gens qui font des articles politiques se limitent à la gauche et la droite...aucun pour dépasser les clivages des incompétents qui nous gouvernent depuis si longtemps.. ?


      • pens4sy pens4sy 24 juin 2014 12:57

        Je regrette que Mélenchon se soit fourvoyé politiquement a répétition :
        - Par son discours de Marseille, malvenu peu avant le premier tour ce qui a provoqué un arrêt immédiat des intentions de votes à son égard alors qu’il était en pleine ascension.
        - Par son appel sans conditions à voter Hollande au second tour.
        - Par son incapacité à devenir le chef de la gauche pour de vrai en maitrisant les autres forces de son groupe, notamment le PC.
        - Par son soutient à l’UE (réformable selon lui) et à l’Euro (tout aussi réformable).

        Donc, perso, de gros doutes à son sujet.

        D’où, peut être, cette chute aux élections européennes ?

         smiley

         


        • lermontov lermontov 24 juin 2014 13:00

          C’est vrai : le comique de répétition est très vite lassant. (désolé, je n’ai pu résister à l’idée de ce bon mot).


        • rotule 24 juin 2014 14:16

          Son appel à voter « Hollande » est politiquement malheureux. Mais je savoure le travail de MediaPart, qui n’aurait peut être pas été possible avec une défaite de Hollande ....

          Réforme de l’intérieur de l’Europe : c’est je pense encore la moins mauvaise stratégie, tant que l’Europe existe. Faire le gamin de merde et dire « Si c’est comme ça, je ne joue plus », n’est pas nécessairement une bonne stratégie. Parce que le jeu continue ...


        • xmen-classe4 xmen-classe4 24 juin 2014 16:44

          reformer l’europe, et avec sarkozy il ne peut pas travailler.

          il faut un modele qui n’est pas un chateau fort sans la guerre.


        • riff_r@ff.93 riff_r@ff.93 24 juin 2014 13:12

          L’auteur semble bien embêté pour qualifier le mouvement politique de Méluche nouvelle formule : le terme d’extrême gauche serait-il à banir  ?
          Pour qualifier les partis d’extrême gauche européens l’article parle tour à tour de « ses homologues », de « formation politique similaire à ce que représente le Parti de Gauche en France », des « forces européennes identiques au Parti de Gauche »... Jamais d’extrême gauche. Le FDG qui tombe dans les éléments de langage, c’est assez drôle.
          Pour reprendre un passage du texte je dirais effectivement qu’« il n’y a plus de termes suffisamment abscons pour décrire ce phénomène politique » d’un parti qui prétend combattre l’ultra-libéralisme tout en servant la construction européenne. Car l’UE a été crée pour imposer l’ultra-libéralisme. Et l’UE est irréformable comme le prouve cette petite vidéo de 3 minutes.


          • Remi 24 juin 2014 14:35

            « le terme d’extrême gauche serait-il à banir ? »

            Non, il n’est pas à bannir.

            Mais il est à bannir pour le Front de Gauche et son « révolutionnaire » ex-sénateur PS, ex-ministre dans un gouvernement Jospin qui a privatisé plus que les gouvernements de droite précédents réunis.

            L’extrême-gauche existe.
            Elle n’est en aucun cas incarnée par un parti qui veut maintenir en ordre de dysfonctionnement un système capitaliste dégénérescent


          • lsga lsga 24 juin 2014 14:37

            ah !

             
            Alors, existe-t-il un parti en France appelant au renversement du Capitalisme ? 

          • Remi 24 juin 2014 14:42

            Non, Isga, à part l’III.
            Blague à part :
            Oui, bien sûr.


          • lsga lsga 24 juin 2014 14:44

            qui ? Moi, j’ai beaucoup cherché, et j’ai pas trouvé....


          • sleeping-zombie 24 juin 2014 17:17

            Le front de gauche n’est pas d’extrême gauche, ses positions tiennent du réformisme.
            La réalité, c’est que le PS a basculé a droite depuis pas mal d’année, mais c’est pas parce que ton voisin devient de plus en plus pauvre que tu deviens toi-même plus riche... sauf si tu considères les notions politiques de « gauche » et « droite » comme étant relatives, mais dans ce cas, relatives à quoi ?


          • lsga lsga 24 juin 2014 17:42

            le FdG est plus à droite que le PS des années 80. Voilà la triste réalité.

             
            Pire, le FdG devient nationaliste, et utilise des arguments du type : « Non à la France Juive ». Que ces Keynésiens soient anti-libéral, et donc contre TAFTA, soit. Mais faire croire que le libéralisme est une question de Nation, c’est être nationaliste. Non, le libéralisme n’est pas US, pas plus qu’il n’est juif ou chinois. Le libéralisme est une des deux respirations du Capitalisme : Keynésianisme puis Libéralisme puis Keynésianisme et ainsi de suite
             
            Mais, quand bien même les leaders du FdG refuseraient d’admettre que le Keynésianisme et le libéralisme sont deux cycles qui se suivent depuis 150ans, ils pourraient expliquer pourquoi ils sont contre TAFTA sans avoir à utiliser des arguments racistes et nationalistes. Par exemple, ils auraient pu dire : « Non à l’Europe Privatisée ! ». Mais non, le FdG désormais court derrière le FN, et fait dans le nationalisme et le racisme de bas étage.
             
            Mélenchon ne connait pas l’électorat d’extrême gauche, qui est beaucoup plus virulent que l’électorat socialiste. Sans forcément exprimer les choses tel que je viens de le faire, beaucoup d’électeurs à la gauche de la gauche sont dégoûtés par la dérive nationaliste du FdG. Les électeurs américanophobes et nationalistes, dans leur grande majorité, préféreront se tourner vers la vrai racaille nationaliste : le Front National. 
             
            En fait, Mélenchon, comme George Marchais hier, est en train de renforcer le Front National en passant sur des thèses OUVERTEMENT nationalistes.
             
            Si le NPA était capable de rompre totalement avec le Keynésianisme, de s’affirmer franchement Socialiste, et d’avoir pour « urgence » l’union du prolétariat européen, je ne doute pas qu’ils seraient capables de fédérer largement l’extrême gauche (cad : une grande partie des abstentionnistes). Mais, pour l’instant, ils sont portés sur le pouvoir d’achat.... donc bon... 

          • laurentgantner laurentgantner 24 juin 2014 23:31

             : oh là vous ! Vous avez oublié le non respect du résultat au Référendum sur le TCE en 2005... normal, les Français ont la mémoire courte et le système capitaliste ultra-libéral efface bien vite les cadavres qu’il génère


          • laurentgantner laurentgantner 24 juin 2014 23:35

            Oh là vous !... Vous oubliez un peu rapidement le non respect des résultats du référendum au Traité de Constitution Européenne en 2005... mais c’est normal, les Français ont la mémoire courte et le système capitaliste enterre un peu trop rapidement les cadavres qu’il génère


          • lsga lsga 25 juin 2014 00:04

            «  le système capitaliste ultra-libéral  »

            Vous préférez le système capitaliste dans ses phases keynésiennes ? Celles où la bourgeoisie nationale se protège derrière un bourrelet de classe moyenne et contrecarre la chute tendancielle des profits grâce à des politiques coloniales ? 
             
             



          • epicure 27 juin 2014 02:57

            @Par lsga (---.---.22.105) 24 juin 17:42 



            Le FdG plus à droite que le PS des années 80 ?
            mais quelle bonne blague.
            Est ce que le PS dans les années 80 a proposé de réformer les institutions républicaines pour les rendre plus démocratiques ?
            non
            Le FdG veut plus favoriser le pouvoir de lafinace et du capitlaisme privé par rapport au prolétariat que le PS après le tournant de la rigueur et les gouvernements qui ont succédais jusqu’à aujourd’hui ?
            non

            Donc déjà difficile d’affirmer qu’il est plus à droite que ce PS.

            Si le FdG défend plus la démocratie politique , et favorise l’équilibrage des rapports de pouvoir économique et une politique plus  sociale que le PS, il est plus à gauche que le PS. CQFD

            Tu veux dire le PS qui s’est allié au gouvernement au centre ?
            qui a signé en 92 le traité de maastricht ?
            le PS qui déjà renoncé aux politiques de gauche à cette époque ?
            je voudrais bien savoir sur quel argument sérieux rationnel tu te base, à part des raisonnements simplistes irrationnels.
            Parce que à part le PS actuel il n’y a personne plus à droite que le PS des années 80.

            Quelle pitoyable argumentation, dire que le FdG utilise des arguments racistes, tu n’es pas digne de ce que tu prétends défendre.
            C’est le refus de la soumission au capital américain tout puissant que le FdG défend, le refus que les multi nationales américaines imposent leurs normes anti sociales, , anti humanistes sacrifiant les humains au noms d’intérêts financiers.
            Bref contre la domination absolu du capital inscrite dans le marbre.
            Et ça c’est une vrai position de gauche.
            Si tu es contre c’est que tu es droite. CQFD.

            C’est marrant mais ton lien n’a aucun rapport avec ce que tu racontes sur les alternances.... à aucun moment il n’est question de keynésianisme et de libéralisme, juste des phase de croissance, de récession et de dépression. A aucun moment cela ne parle des politiques gouvernementales.
            Par contre ce que j’ai vu dans un schéma récemment, c’est l’évolution des gains dus à la rente et au salaire chez les riches .
            Et si tu es vraiment de gauche le premier ennemi c’est la rente, le pouvoir et le privilège économique privé sans rien faire.
            Hors il y a bien une différence entre le libéralisme et le keynésianisme , en dehors des guerres, le libéralisme favorise le pouvoir de la rente qui devient plus rentable. Il a fallu deux guerres mondiales et des politiques keynésiennes pour arriver à ce que le salaire rapporte plus que al rente, après al seconde guerre et jusque dans les années 70.
            Donc à cette époque c’était plus rentable de travailler que d’être rentier, surtout qu’avec les politiques keynésiennes les impôts étaient plus lourds pour les tranches supérieures.
            Hors depuis thatcher et reagan, la rente redevient beaucoup rentable grâce à leurs politiques libérale de débridage financier, et atteint maintenant des valeurs qu’on avait plus atteint depuis très longtemps.
            Politiques libérales qui s’accompagnent d’attaques contre les droits sociaux, les services publics etc...

            Le libéralisme n’est pas US il est anglo saxon, et le pays anglo saxon ce sont ... les US.
            Masi en fait ce n’est même aps une question de libéralisme, car en fait pour les pouvoirs économiques américains, le libéralisme n’est qu’un outils, pas la fin, la fin elle se lit avec la compromission de l’état avec des trusts de l’armement, de al fiance , du pétrole etc... L’état au service d’intérêt privés, ça c’est une politique de droite. L’état qui protège des oligopoles privés et oriente sa politique uniquement en fonction de ces intérêts là, ce n’est même pas libéral c’est juste de droite tout simplement. La règle juridique du TAFTA donnant tout pouvoir sur les états et les peuples, cela fait partie de cette logique de droite ploutocrate.
            Aller je te laisse cher quoi que ce soit dans les programmes du Front de Gauche, quelque chose qui ressemble ne serait ce qu’un peu à une politique allant dans le même sens quette politique de droite américaine.

            Enfin si tu refuses de voir que le grand capital américain a un grand pouvoir sur l’orientation du monde grâce à la complicité criminelle de leur gouvernement, il n’y a pas de discution possible. Faut pas oublier que c’est le pays qui compte le plus de milliardaires, et que les plus riches se sont beaucoup enrichis au détriment du prolétariat américain, mais aussi en influençant l’organisation économique mondiale pour qu’ils puissent avoir plus de pouvoir, de marge de manœuvre.
            Quand à tes amalgames sur la nationalisme, ils sont aussi ridicule que sur le racisme, toujours le même esprit simpliste et confus, dogmatique.
            Si tu es incapable de différencier les discours sur la nation de gauche et ceux de ( extrême )droite c’est qu’au fond tu n’as qu’une vision simpliste et caricaturale de ce qui est de gauche, mais tu n’en connais pas le fond, et tu arrives à ttraiter de drotie ce qui est de gauche.

            Il y a plusieurs manières d’aborder, de concevoir la nation, ce qui dans certains esprits amène à des confusions, des amalgames comme dans ton message.

            Tu as la nation espace politique, démocratique, ouverte par le droit du sol, universaliste.
            C’est la nation de gauche, c’est la nation à la française.

            Tu as la nation ethnique, espace communautaire, transcendantale, dont l’appartenance est déterminée par la naissance, ça c’est la nation de droite, la nation à l’allemande.
            Et ces deux concepts ne sont pas compatibles.

            Le premier nationalisme n’est pas opposé à l’internationalisme, tant qu’il s’agit de ne pas subir des agressions, dominations venant de l’étranger, comme dans le cas de la menace de l’adhésion du TAFTA.

            Le deuxième nationalisme lui est toujours en opposition avec ce qui est extérieur , étranger. Prolétaire ou capitalistes étrangers ,mauvais
            Par contre domination du capital national, bien ( ce n’est pas un hasard si le FN version père défendait une politique libérale tout en attaquant les immigrés et l’Europe ).

            Donc tes amalgames avec le nationalisme du FN n’ont aucun fondement que l’ignorance des concepts en jeu.

            Tes attaques contre le FdG reposent uniquement sur des mots vidés de sens et de lien avec le positions réelles du FdG.

             


          • epicure 28 juin 2014 03:01

            Bah toujours aussi inintéressant tes réponses irrationnelles superficielles, qui manquent totalement de réflexion.

            Je sais mieux que toi ce qu’est la droite, et le capitalisme en est le pilier actuel des droites gouvernementales. Parce que moi j’ai une approche rationelle contrairement à toi.

            Que ce soit en Amérique ou en ... Russie, que ce soit des oligarques américains ou russes qui dominent un pays, ce sont toujours des oligarques qui dominent un pays, donc ça fait toujours la même idéologie en œuvre, une idéologie de droite.
            Que ce soit une aristocratie héréditaire, ou une oligarchie capitaliste qui domine, ce sont toujours des groupes d’intérêts privés minoritaires qui dominent le reste de al société au nom de la propriété privé. Donc même fondement idéologique, fondement idéologique de droite. Ça marche aussi, avec les institutions religieuses, où un petit groupe constituant une autorité religieuse se proclame le privilège de dominer la société en se déclarant propriétaire de l’autorité divine.

            Qu’un gouvernement, parti , mouvement , groupuscule, groupe religieux etc... de droite attaque un pays, parti, groupe , etc... ne dit rien de la nature du groupe attaqué. Mais avec ton approche superficielle difficile pour toi de le comprendre .

            Un contre ne fait pas un pour..
            Ce battre contre un pouvoir, ne fait pas gauche ou droite.

            Combattre contre le pouvoir hiérarchique ( le fond) sans le remplacer par un autre, ça ça situe à gauche.
            Combattre contre un autre pays c’est juste une question de forme, et tout ce qui est forme ne dit rien sur al nature politique , idéologique. M"aligner tous les pays que es américains attauqent, ne situe pas idéologiquement les américain, sans connaitre les motivations, ce qui est mis en place une fois al victoire acquise etc....

            Alors sache que la droite est le camps qui a le plus de facilité à s’attaquer entre eux, à se faire la guerre, de par leur nature hiérarchique, les pouvoirs de droite ont tendance à se confronter les un s les autres pour savoir qui aura le pouvoir sur qui, qui sera au sommet et qui sera rejeté plus bas.
            Pour quelqu’un qui se dit spécialiste de al droite, ne pas comprendre ceci, montre que tu n’a qu’une vision superficielle de la droite.
            Donc les américains font leur politique économique de droite, mettre le sommet de leur hiérarchie vers le sommet des hiérarchies économiques des autres pays ( une grosse multinationale n’investit pas dans un pays pour se retrouver avec la puissance économique de l’épicier du coin de ce pays).

            Donc encore une fois tu as juste montré ta non compréhension de ce dont tu parles. C’est ue manie chez toi quel que soit ton pseudo.

            Aller tu peux changer de pseudo tu es grillé....


          • Remi 24 juin 2014 14:47

            Bon, je conviens qu’on ne les trouve pas dans le contexte des élections.


            • xmen-classe4 xmen-classe4 24 juin 2014 16:53

              le front tout ce qu’ils ont fait c’est nous aider a comprendre que tout les fonctionnaires aident les riches à s’enrichir.


              • laurentgantner laurentgantner 24 juin 2014 23:40

                si seulement les banquiers étaient des fonctionnaires nationalisés !


              • lsga lsga 24 juin 2014 23:45

                c’est du second degré j’espère ?

                 
                Le socialisme ce n’est certainement la fonctionarisation de la finance. Ça, c’est le Capitalisme d’État, le Bismarckisme. 
                 
                Le socialisme, c’est l’abolition de la finance et son remplacement par des conseils de planification scientifique. 
                 
                Hey :

              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 juin 2014 17:46

                Le FDG n’est pas davantage à Gauche que le PS...
                Quand on refuse de sortir de l’ UE, de l’euro et de l’ OTAN, on n’est pas de Gauche, on est européiste. C’est à dire ultralibéral.

                Tous les acquis sociaux ont été obtenus par des luttes dans le cadre national.
                Ces acquis sont en train d’être détruits dans le cadre européen.
                A quoi sert au FDG de pleurnicher sur les malheurs du monde ?

                A faire croire qu’il est possible de transformer l’Europe des banksters en Europe sociale. Cela fait 35 ans que la Gauche nous bassine avec ça ! Les Français n’y croient plus.

                L’auteur se pose la question de la différence entre le vote des Grecs et des Français ?
                Chaque peuple européen a une Histoire différente.
                Les Français savent que souveraineté rime avec CNR et De Gaulle.
                Quand le CEVIPOF fait une enquête et pose la question :
                « Qui ferait mieux que Hollande ? » 60% des Français répondent : « De Gaulle ! »
                Si vous ne comprenez pas le message, tant pis pour vous !

                Car le CNR est un exemple unique dans l’histoire de la 2e guerre mondiale.
                Tous les mouvements de Résistance, tous les Partis politiques (sauf les collabos), et les 2 syndicats, CGT, CFTC, se sont rassemblés pour rendre à la France son indépendance et sa souveraineté, sur un programme social.

                Les Français en ont ras le bol de l’ Europe, ils veulent des Partis politiques qui s’occupent de la France et des Français. Ou bien le FDG entend ce que veulent les Français.

                Ou il reste sourd, et l’abstention ne fera que croître et embellir, quelle que soit la « refondation de la Gauche ».
                 
                C’est cette surdité qui fait que de nombreux FDG, lassés des conflits internes et d’attendre « une Europe sociale à la St Glinglin », sont désormais adhérents à l’ UPR. « Programme de Libération Nationale »


                • laurentgantner laurentgantner 24 juin 2014 23:39

                  Si l’Économie marxiste avait tracé un segment de 5cm pour représenter tout ce que coûte une heure de travail, on voyait que le salaire de l’employé recouvrait qu’entre zéro et 1cm. Les coûts du travail, le reste, jusqu’à la moitié du trait, tandis que l’autre moitié était entièrement mise à la disponibilité du bénéfice, d’intérêts particuliers, des plus-values et des petites broutilles fiscales… Grosso modo cet « équilibre » n’a guère évolué tant la masse des richesses en augmentant à encore appauvri ce que le plus petit ouvrier pouvait espérer de salaires minimums et dieu sait si d’âpres luttes permirent quand même d’améliorer le sort des travailleurs mais pas de modifier les crans de l’échelle de répartition des richesses entre les mains du monopole capitaliste et la classe ouvrière, toujours fortement syndiquée, bien qu’elle se fasse licencier à la pelle.



                  • lsga lsga 24 juin 2014 23:47

                    Pour rappel, toute augmentation des salaires ou des impôts est très facilement annulable par la bourgeoisie via l’inflation et l’injection de liquidité sur les marchés.

                     
                    Le socialisme, ce n’est pas l’augmentation des salaires. C’est l’abolition du salariat.

                  • lsga lsga 25 juin 2014 00:26

                    alors : il faut prendre en compte ce que Marx appelle le salaire relatif

                     
                    Le Capitalisme augmente considérablement la production, et donc le salaire réel des ouvriers. C’est le salaire relatif qui diminue. 
                     
                    Marx ne prétend pas que le Capitalisme appauvrit le prolétariat, car c’est simplement faux. Matériellement, le niveau de vie a augmenté depuis le 18ème siècle. Vous n’aviez pas remarqué ? En prétendant que le Capitalisme appauvrit le salariat, vous dites une chose fausse, et vous vous exposez à une réponse cinglante de la part des défenseurs du Capitalisme. C’est le salaire relatif qui diminue...
                     
                    Ce que le prolétariat subit, ce sont les crises économiques du Capitalisme, qui le plongent temporairement dans la misère la plus totale. Ces crises sont de plus en plus violentes, et de plus en plus fréquentes. Il ne s’agit donc pas de protéger le prolétariat de la misère produite par le Capitalisme, mais du chaos et de l’anarchie du Capitalisme qui provoque des crises absurdes. 
                     
                    Ce que le prolétariat subit, ce sont les guerres générées par le Capitalisme, qui comme les crises, et au rythme des crises, sont de plus en plus fréquentes et violentes. 
                     
                    Enfin, ce que le prolétariat subit, même dans les périodes de croissance, c’est l’aliénation  : les prolétaires travaillent beaucoup plus que nécessaire, et ne connaissent pas le but ni l’utilité de leur travail (qui le plus souvent, est simplement inutile, et pourrait être effectué par des machines).
                     
                    Bourgeois, prolétaires, mode de production, force de production, rapport de production, aliénation, salaire relatif, anarchie des marchés, baisse tendancielle du taux de profit, crises économiques, guerres impérialistes : ce sont les concepts clés qu’il faut maîtriser. 
                     
                    Pas « augmentation du pouvoir d’achat », pas « interdiction des licenciements », pas « redistribution », pas « imposition »...


                  • eric 25 juin 2014 07:01

                    Les gauches, ce sont les dépenses publiques et les agents publics.

                    Pour chaque pays européen, il y a d’autant plus de gauche et d’autant plus « a gauche » qu’il y a de fonctionnaires, d’impôt et de dépense publique par habitant. La Grèce est le cas le plus caricatural sans doute.

                    La preuve ? Tous les partis « vraiment a gauche » ne se battent pas contre « la crise » qui existe et touche les gens qui bossent dans le prive, la majorité, mais contre « l’austérité » qui consiste en un contrôle de la dépense publique, donc des revenus de ses adhérents.

                    Si les gauches de gauches ne parviennent pas a capitaliser sur le déclin du PS, c’est parce qu’il continue a sacrifier le reste de l’économie a ses troupes.
                    Ainsi, il va faire cadeau de leur impôt sur le revenu a 3,7 millions de personnes, qui sont par définition des riches, quand la moitie des ménages ne paye pas cet impôt, alors même qu’il y a 11 millions de pauvres. Dans un pays ou depuis 30 ans, la majorité des postes de « cadres » on été créé dans une fonction publique ou les salaires sont en moyenne de 17% supérieurs a ceux du prive a travail égal, on voit que le syndicat des impôts a bien fait son travail. Ce cadeaux va toucher essentiellement et très précisément l’électorat socialiste.
                    Pour le moment, l’abstention est un moyen de pression. « Ok, vous préservez a peut prêt nos acquis, mais il n’y a pas de progression ». Ces gens ne sont pas fous. Ils n’ont pas confiance dans les gauches de gauche pour maintenir la capacité d’endettement du pays qui est aujourd’hui seule garante du maintient de leur pouvoir d’achat. Ils savent qui les nourrit. Qui fait qu’ils sont la seule catégorie a échapper aux efforts face a la crise.

                    Il est donc absolument inutile pour les gauches de gauches de se mobiliser. Quand il n’y aura vraiment plus d’argent a racler et que le pouvoir, quel qu’il soit s’attaquera aux vraies dépenses inutiles, elle monteront mécaniquement dans les élections.

                    Cela restera aussi inutile que maintenant, des lors que le reste de la population a une forte conscience du fait qu’elles sont une grande partie du problème et non sa solution.

                    La nego. ce sera le PS, éventuellement avec n’importe qui d’autre, y compris FN si il le faut, sacrifiant l’arrière garde du prolétariat pour maintenir son train de vie. On a un précédent avec Sarko et son accord avec les syndicats de titulaires : ok pour une embauche sur deux, mais on veut la moitie du fric....et tant pis pour les jeunes et les non titulaires...

                    Les gauches de gauche n’auraient une chance qu’en étant des forces de proposition et non de conservation : proposer des solutions a la crise pour le prive. Initier une reforme de l’État en fonction des besoins du public et non des intérêts de ses agents les mieux organises. Je pense qu’elles sont trop dépendantes des miettes que leur laisse le PS pour en avoir le courage.


                    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 25 juin 2014 10:25

                      eric,
                      A vous lire, les Services publics ont été inventés pour fabriquer des fonctionnaires...
                      Les Services publics sont la forme la plus élaborée de redistribution de la richesse nationale, mise au service de tous, à travers les impôts.
                      Si tout le monde ne paye pas d’impôt sur le revenu, tout le monde paye les taxes comme la TVA.

                      Vous ne vous servez pas de la Sécurité sociale ? des pompiers ? des hôpitaux, des maternités ?
                      Vous n’avez pas une personne âgée dans votre entourage qui reçoit de l’aide à domicile ?
                      Vous n’avez aucun enfant qui aille à l’école ?
                      Personne qui touche une retraite, l’ APL ou des indemnités de chômage ?
                      Vous n’utilisez pas les routes ?
                      C’est vous qui nettoyez votre rue ?

                      Vous vivez en France ou au Bangladesh ?


                    • eric 26 juin 2014 09:07

                      A vous lire, on a le sentiment que vous concevez mal qu’il puisse-t-y avoir des gradations entre le Liberia ( absence d’État) et la Corée du Nord ( tout état). Mais aussi que la création de richesse est un préalable a leur redistribution. Enfin, et surtout, que le coût de cette redistribution importe. A nouveau, Todd a bien montré que le système français était le moins performant de l’OCDE, avec un coût de fonctionnement de un euro pour un euro redistribué. C’est a dire salaires et moyens des redistributeurs. Quand cela touche 57% de la richesse créé ( part des dépenses publiques dans le PIB), la principale question sociale devient celle de la reforme de l’État. Quand 10% d’efficacité en plus rapporterait plus que 100% d’impôts sur les dividendes, il n’y a plus que des fonctionnaires pour croire que la solution a nos difficultés sociales réside dans une augmentation de la fiscalité du capital ou des revenus.

                      Enfin, tous le monde paye des impôts effectivement. TVA, impôts locaux. L’État socialiste va faire un gros effort pour exonérer certains de certains impôts. On parle de un a trois milliards (quand il s’agit de notre argent entre ses mains, ce pouvoir n’est jamais très précis)

                      Par construction, il s’agit de la classe moyenne supérieure. Pour la commodité de la chose, il les qualifie de « plus modestes ». Dans notre pays, la fonction public touche a tous les échelons entre 15 et 20% de plus a travail égal. C’est elle qui a créé le plus de poste de cadres sur les 30 années écoulées. Elle vote a gauche a 70%.

                      C’est, très précisément, a son cœur de cible électoral,que le PS fait un cadeau.

                      Pour le moment, je n’ai trouve nul part, notamment a la gauche de la gauche, de mouvement d’indignation....

                      Il y a 2,3 millions de foyer qui bénéficient du RSA. Les socialistes leur ont promis 10% de hausse...sur 5 ans ! 50 euro ! 10 euro par an !

                      Les dernières mesures en faveur de la classe moyenne supérieure socialiste prévoyait a l’origine un milliard par an. Entre temps, elles ont été élargies et augmentées (exonération des impôts locaux).

                      Vals au début s’est venté : 350 euro pour un célibataire, 700 pour un couple.
                      Bref, l’État « redistributeur » socialiste, va donner a ses clients 35 fois plus qu’aux vrais pauvres au bas mot !

                      Le silence des toutes les gauches est un aveux de complicité.

                      Du reste vous même évoquez leur argument phare « Ah oui,mais ils vont continuer a payer de la TVA etc....... » Les vrais pauvres« aussi figurez vous ! Et plus. Parce qu’avec plus de 50% des ménages propriétaires de leurs logement, il est vraisemblable que ce cadeau va surtout alimenter l’épargne des dits »ménages les plus modestes socialistes", plus que leur consommation...

                      J’attends vainement, même pas une grande manif de protestation, mais au moins quelques réactions indignées. Silence....

                      Vous êtes vraiment tous des tartufes du social...


                    • zygzornifle zygzornifle 25 juin 2014 09:14

                      Hollande a à moitié détruit la gauche en se faisant élire sur un programme de gauche alors qu’il est de droite .....

                      Maintenant bonjour pour recoller les morceaux....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès