Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Alstom : la grosse arnaque de Montebourg et Hollande

Alstom : la grosse arnaque de Montebourg et Hollande

Comme beaucoup, en apprenant la prise de participation de l’Etat dans Alstom, je me suis réjoui, imaginant que l’entreprise échappait au dépeçage. Mais la création de co-entreprise avec GE m’a rendu suspicieux et la lecture du détail de l’accord laisse apparaître une véritable embrouille.

Les arbustes qui cachent la forêt
 
Il faut dire que le traitement de l’information par une partie des médias est parfois bien superficiel. Bien sûr, l’Etat doit reprendre la participation de Bouygues et GE propose la formation de coentreprise à 50-50 dans les turbines nucléaires et les énergies renouvelables. Du coup, étant donné le succès de l’association de l’entreprise étasunienne avec Safran dans les moteurs d’avion et sa présence de longue date en France, l’accord peut sembler être un immense progrès par rapport aux plans initiaux, d’autant plus qu’il cède son activité de signalisation. Mais les péripéties de l’accord à trouver entre l’Etat et Bouygues pour le rachat de sa participation dans Alstom et les questionnements ridicules sur les moyens de l’Etat détournent le débat des vraies questions.
 
En effet, quelle ne fut pas ma surprise quand j’ai découvert le détail de l’accord ! D’abord, il faut remettre à sa juste place la cession des activités de signalisation de GE, qui ne réalisent que 370 millions d’euros de chiffre d’affaire, à peine 6% de l’activité transport d’Alstom (5,9 milliards de CA). Ensuite, il faut bien noter qu’Alstom cède 50% de ses turbines à vapeur nucléaires, des réseaux électriques, de l’éolien en mer et de l’hydroélectricité (qui deviendront des co-entreprises). Pire, GE reprend 100% des turbines à gaz, des turbines à vapeur hors nucléaire (sauf en France) et même 100% de certaines énergies renouvelables (éolien terrestre, solaire et géothermie). D’où le fait que l’entreprise étasunienne débourse quand même 6,7 milliards.
 
La synthèse à la Hollande

Bref, même si le dépeçage ne va pas aussi loin que ce qui était envisagé originellement, il y a quand même dépeçage d’Alstom, dont l’activité énergie est charcutée et largement reprise par GE, même si l’Etat a pu assurer le maintien d’une participation à 50% dans quelques domaines et quelques protections techniques dans le nucléaire. Mais il est proprement effarant d’accepter de céder 100% des turbines à gaz étant donné le développement rapide de cette source d’énergie (d’ailleurs, significativement, Siemens était prêt à casser sa tirelire pour cette activité). Car même si le sort de l’entreprise est un peu plus enviable qu’originellement, il est difficile de ne pas y voir qu’une amélioration marginale. En réalité, en procédant de la sorte, Alstom renonce de facto à jouer un rôle dans l’énergie et y perd toute taille critique du fait de ces cessions.

Nous sommes loin, très loin du plan C évoqué par Arnaud Montebourg il y a quelques semaines, ce plan visant à créer un champion national dans l’énergie. Malheureusement, le gouvernement accepte un accord à peine moins mauvais que le plan initial quand on étudie les détails, où le diable se cache si souvent. Il est difficile de ne pas voir ici une synthèse à la Hollande, où, en cherchant à contenter tout le monde, il finit par y avoir un loup. La seule chose qu’a vraiment réussi le gouvernement, c’est sa communication : la complexité de l’accord fait que les éléments de progrès peuvent camoufler les éléments qui démontrent qu’en réalité, le gouvernement accepte un dépeçage d’Alstom, qui cède de facto la majeure partie de son activité énergie à GE.
 
Le diable est dans les détails. Bien sûr, il est positif que l’Etat n’hésite pas à prendre une participation dans Alstom, mais cette participation camoufle un démantèlement massif de la filière énergétique de notre pays et sa cession à GE. Et si l’accord est moins mauvais que prévu, ce n’est que marginal…

Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • claude-michel claude-michel 25 juin 2014 10:40

    Très bon article sur la réalité de cette arnaque étatique dirigée par Montebourg (qui voulait Siemens)..En fait toute cette combine est faîte pour sauver le soldat Montebourg de la déroute et de son départ du gouvernement (il serait devenu un opposant pour Hollande en 2017)...Maintenant il pèse 2 milliards qui de toute façon (les 20% de participation de l’état) qui iront dans la poche de Bouygues.. ?

    Ils seront 15 au conseil d’administration avec seulement 2 représentants de l’état...autant dire quantité négligeable pour les décisions que prendra GE...
    Affligeant...

    • lsga lsga 25 juin 2014 10:43

      L’étatisation ce n’est pas la collectivisation. 

       
      Un exemple de collectivisation :

      • credohumanisme credohumanisme 25 juin 2014 11:51

        Comme beaucoup vous vous laissez prendre à la communication de Montebourg :
        L’Etat ne rachète pas 20% d’Alstom.
        (Voir par exemple ici : http://www.francetvinfo.fr/economie/entreprises/rachat-d-alstom/montebourg-annonce-que-l-etat-a-trouve-un-accord-avec-bouygues-pour-racheter-ses-parts-dans-alstom_629463.html).

        l’Etat prend une option d’achat qui sera exerçable « sous réserve que ce prix soit supérieur ou égal à l’équivalent d’un prix théorique de 35 euros ajusté » .

        Cette option sera valable dans un délai de 20 mois après le bouclage complet de l’opération (on estime ce délai supplémentaire à environ un an).

        Au terme des vingt mois, « pendant huit jours de bourse », si le titre vaut toujours moins que le prix fixé par Bouygues (35€) l’Etat pourra racheter des actions « au prix du marché » pour un maximum de 15% du capital d’Alstom. (et non 20% dans ce cas de figure).

        En fait l’Etat vient de faire cadeau à Bouygues d’une option de vente à 35 €.

        On peut noter également que la position de Montebourg de vouloir acheter Alstom « le moins cher possible » est en contradiction avec un avenir radieux pour la société. Si réellement Montebourg croyait en l’avenir d’Alstom il aurait négocié un achat immédiat en vue de plus-values à venir.

        Montebourg ne croit pas que la solution actuelle soit bonne pour Alstom.
        Le marché partage son avis. Au moment où j’écris ces lignes le titre chute de 7% en une semaine à 27 €.


        • bernard29 bernard29 25 juin 2014 12:09

          merci de vote commentaire explicatif ; je ne l’avais pas lu avant de faire le mien qui est celui d’un citoyen lambda non au fait de ces problèmes.


        • Gilles SONDEREGGER Gilles SONDEREGGER 25 juin 2014 23:04

          ACHETEZ ! ! !


        • xmen-classe4 xmen-classe4 25 juin 2014 12:02

          ça fait de l’électricité depuis la vapeur une centrale nucléaire ?

          l’entreprise vaut combien et l’etat donne combien pour former ses employés ?
          Bouygues c’est la multinational française.


          • credohumanisme credohumanisme 25 juin 2014 12:16

            Oui une centrale nucléaire fait de l’électricité à partir de la vapeur. En simplifiant (beaucoup) la chaleur de la réaction nucléaire chauffe un liquide (eau pressurisée ou sodium liquide) dans un circuit primaire. Ce circuit primaire transforme de l’eau en vapeur dans un circuit secondaire, c’est cette vapeur qui alimente les turbines.


          • bernard29 bernard29 25 juin 2014 12:06

            cette histoire d’achat d’actions par le gouvernement est bizarre. Si au bout de vingt mois, l’Etat n’achète pas les actions Bouygues, ça veut dire qu’il devra ressortir du Conseil d’Administration auquel il assiste en raison du prêt virtuel des actions Bouygues pendant cette période.

            Si l’Etat achète des actions autres que celles de Bouygues pendant la durée des vingt mois pour payer moins cher que les 35 Euros, ça veut dire qu’au bout des vingt mois Bouygues possède toujours 20 % du Capital à vendre au plus offrant. L’Etat se trouve alors le bec dans l’eau ; non ?

            De fait l’Etat, pour ne pas payer 35 Euros l’action , doit acheter pendant les vingt mois, 20% des actions à moins de 35 Euros, pour au moins être a égalité avec Bouygues dans le Conseil d’Administration. Ce qui fait que l’Etat français pense possible une vente éventuelle de 40 % des actions de la société, les vingt pour cent qu’il aura acheté pendant les 20 mois plus la mise sur le marché des 20 % par Bouygues au bout des vingt mois. 

            Je me demande à quoi on joue ??


            • Gilles SONDEREGGER Gilles SONDEREGGER 25 juin 2014 23:10

              On offre tout simplement notre économie aux américains (et dans une moindre mesure aux chinois...). Notez qu’on leur offre les activités de l’énergie nucléaires, dont l’Europe ne veut plus, et qui disparaîtra de gré ou de force de l’U.E. A défaut d’être l’effet Tchernobyl, c’est l’effet Fukushima !

              Comme ce cadeau est particulièrement empoisonné, il fallait bien offrir quelques chose en contrepartie. les activités éoliennes off-shore ou non sont de toutes manières une activité contrôlée à 90% par l’industrie chinoise.
              On sait aussi que les trains à grande vitesse chinois seront, à qualité et sécurité égales, 40% moins chers que notre bon vieux TGV. Althom suit le chemin du textile, du charbon, de la sidérurgie. Alsthom est d’une autre époque. Soyons réalistes.

            • alinea alinea 25 juin 2014 12:19

              Hollande, Montebourg ou Bruxelles ?


              • Yohan Yohan 25 juin 2014 16:32

                La grosse arnaque, elle n’est pas que sur l’affaire Alstom


                • Jean Keim Jean Keim 25 juin 2014 18:09

                  Personne ne répond clairement à une simple question que d’ailleurs peu de gens se posent apparemment : pourquoi faut-il vendre certaines activités d’Alstom ? 

                  Dans la foulée, une deuxième vilaine question me vient à l’esprit, à part pour l’acheteur bien entendu, à qui profitera le crime, combien de dilapideurs seront arrosés au passage, combien touchera le PDG ? Si un géant américain, un géant japonais et un géant allemand se dispute le droit d’acquisition, c’est que Alstom est un beau et juteux morceau. Comme tant d’autres entreprises, il ira rejoindre le panthéon des glorieuses entreprises françaises que l’histoire a retenues, victime de la rapacité du système. il me revient en mémoire le blocage qu’avait fait Siemens, il y a qq. années auprès des instances européennes, pour empêcher la réunion de Schneider - Merlin Gérin avec Legrand sous prétexte que ce nouveau groupe serait trop puissant, mais sa candidature pour racheter Alstom par contre ne pose aucun problème, la magouille est à un certain niveau un art de vivre.

                  • lsga lsga 25 juin 2014 18:31

                    Personne ne répond clairement à une simple question que d’ailleurs peu de gens se posent apparemment : pourquoi faut-il COLLECTIVISER Alstom ? 


                  • zygzornifle zygzornifle 26 juin 2014 09:18

                    L’élection de Hollande était déjà une grosse arnaque, un mec de droite se faisant passer pour un Socialiste on n’a jamais vu cela , la constitution de son gouvernement de Fauxcialistes aussi est une belle arnaque alors que voulez vous, on ne change pas une équipe qui gagne ......


                    • xmen-classe4 xmen-classe4 26 juin 2014 16:28

                      Alstom ne s’installe pas pres d’un port de frais, non il faut que ce soit en allemagne ? ou politique ?


                      • stetienne stetienne 29 juin 2014 11:41

                        de toute facons dite vous bien une chose les maffieux x enarque que l on a mis a la tete des grosses boites sont pour une gouvernance mondiale ou ils pourront se verser des salaires faramineux
                        si vous ne voulez pas que les boites francaises passent dans le giron américain ne mettez plus aucun x a la tete des grosses boites francaises car le reste cest du pipi de souris
                        (en plus n importe quel ingenieur fait aussi bien qu un x)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès