Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Amour de la France : Nicolas Sarkozy vise juste

Amour de la France : Nicolas Sarkozy vise juste

« S’il y en a que cela gêne d’être en France, qu’ils ne se gênent pas pour quitter un pays qu’ils n’aiment pas », a déclaré Nicolas Sarkozy. De la provocation ? De la xénophobie ? Non. De la raison et du bon sens. Une (bonne) règle universelle. Pourquoi la France ferait-elle exception ?

Affirmer comme l’a fait Nicolas Sarkozy : « S’il y en a que cela gêne d’être en France, qu’ils ne se gênent pas pour quitter un pays qu’ils n’aiment pas » serait donc au mieux de la provocation, au pire de la xénophobie, à lire les journaux et, surtout, à entendre les principaux leaders de gauche. Dans leur virulente charge traditionnelle, ils ont omis le terme racisme, insulte -et non argument- qu’ils apprécient pourtant particulièrement. Pourquoi cette retenue ? En tous cas, voilà qui enrichit indiscutablement le débat !

Au lieu d’insultes, on attend toujours à gauche des idées neuves et des solutions nouvelles pour régler les problèmes de la France, en l’occurrence celui de l’immigration. A part Laurent Fabius, qui vient de proposer la régularisation de tous les sans-papiers, que l’on soit pour ou contre, rien d’autre à se mettre sous la dent à gauche.

Or, ce que Nicolas Sarkozy a dit, c’est la voie de la raison et du bon sens. En effet, tout pays au monde -raisonné- applique cette philosophie, et de longue date. Que vous soyez en Australie, en Argentine, en Afrique du Sud ou je ne sais où encore, c’est cette règle qui prime. Soit vous vous y pliez, et chacun vit dans le respect et l’harmonie. Soit vous refusez cette règle, et dans ce cas, on vous indique généralement la porte de sortie. Je connais bien ces pays pour y avoir vécu.

Et contrairement à ce que fait croire la gauche, experte de l’amalgame et grande professionnelle de la confusion des esprits, la couleur, la race et la religion n’ont rien à voir dans cette histoire.

C’est une question de bon sens. Vivant à l’étranger depuis plus d’un an, et pour avoir vécu à l’étranger auparavant, nous nous sommes toujours soumis aux règles en vigueur, nous avons toujours respecté les valeurs, les principes et les lois du pays qui nous accueillait et faisait preuve d’hospitalité. Si ces derniers nous déplaisent, en effet, c’est à nous de partir, de faire nos bagages et d’aller voir d’autres cieux qui nous conviendraient mieux en fonction de nos croyances, de nos convictions, de nos idées et de notre vision de la société.

Hors de question de venir avec la prétention de changer les choses, de remettre en cause les lois, les valeurs et les principes inhérents au pays d’accueil. Hors de question de vouloir importer son propre modèle social, économique, voire religieux !

C’est tout le fond du débat soulevé par Nicolas Sarkozy. Et soulevé à juste titre. Il a une nouvelle fois ouvert une brèche courageusement, crevé un abcès qui, jusqu’ici non soigné, a profité à une verrue qui s’appelle l’extrême droite.

Contrairement à ce que j’ai pu lire ou entendre, oui, il s’agit bien d’amour avec son pays. Cela ne vous empêche nullement de le critiquer, de vouloir l’améliorer. Bien au contraire. Mais il y un gouffre entre critiquer et vouloir tout remettre en cause afin d’établir ses propres lois, ses propres valeurs et ses propres principes. Voire faire table rase d’une histoire ou l’insulter, comme des chanteurs rap se sont scandaleusement permis de le faire il y a peu.

Quel pays tolère sans broncher qu’on conspue son hymne national ? Qu’on piétine son drapeau ? Aucun.

C’est que certains cherchent à faire. Il est impératif de le reconnaître. Bien sûr c’est une minorité. Mais en l’ignorant, on permet à cette minorité d’agir en toute impunité, de faire trembler ceux et celles qui ne partagent par leurs desseins, donc de gagner progressivement du terrain et ainsi de rendre la situation pire demain qu’elle n’est aujourd’hui.

Oui, il y en a en France des groupes à l’œuvre qui détestent notre pays, et qui aimeraient installer leur propre régime ! Oui, dans notre pays, il y a de l’anti-France. Dans ce cas-là, ces groupes et leurs meneurs sont persona non grata. Il n’y pas à discuter. Il faut être clair et ferme.

Oui, il s’agit d’amour du pays. Quand dans un couple vous n’aimez plus l’autre, que faites-vous ? Vous le/la quittez. Cela ne vous empêche pas d’avoir des querelles, des divergences. Mais, rappelez-vous, aimer c’est accepter la personne telle qu’elle est, avec ses défauts et qualités. Il en va de même pour le pays dans lequel vous vivez. Sinon, vous êtes toujours libre de le quitter.


Moyenne des avis sur cet article :  3.54/5   (502 votes)




Réagissez à l'article

541 réactions à cet article    


  • (---.---.0.184) 27 avril 2006 13:59

    merci demian

    sachant que j’ai souvent du mal à vous lire. Pour le coup, la plouc, c’est moi :)


  • Marcel (---.---.163.6) 27 avril 2006 15:19

    Je pense que beaucoup de chercheurs sont concernés par cette phrase de Mr Sarkozy !!!


  • narol (---.---.64.33) 27 avril 2006 16:13

    Bravo M.West ! pour une fois pas de mystère


  • Ronan (---.---.236.106) 27 avril 2006 17:06

    Merci Demian ! Sarkozy c’est : « T’es pas d’accord ? Alors tire toi. » Sarkozy veut nettoyer, et juste garder les bons et loyaux moutons qui le serviront. Et pourquoi c’est pas Sarkozy qui partirait ?


  • h2d2 (---.---.255.244) 27 avril 2006 17:26

    merci Demian, la, tu me fait plaisir.


  • h2d2 (---.---.255.244) 27 avril 2006 17:30

    merci Demian, la , cela me fait plaisir


  • Eric (---.---.7.178) 27 avril 2006 22:14

    Bien dit ! Le « bon sens » de Sarkozy est, au mieux, celui de M. Homais, au pire celui des pire populistes.


  • yayam (---.---.191.11) 27 avril 2006 23:15

    merci demian, il ne faut jamais attendre avant d’épingler ce genre de texte excité par la fameuse « voie de la vérité » préscrit par notre gourou Sarko...

    Il me semble aussi que les humeurs sociales en Afrique du Sud, « pays de vie » de l’auteur, n’offrent pas beaucoup d’espoir en ce qui concerne l’avenir des rapports entre humains. Quelqu’un peut-il dire au môssieur qu’il existe dans les « cerveaux » des humains « nationaux » suffisamment d’esprit retor pour reconduire à n’importe quelle frontière tout pauvre exotique, récalcitrant aux agissements arbitraires de la bêtise ? EN PLUS SIMPLE : faudrait peut-être éviter de laisser le pouvoir aux c...


  • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 28 avril 2006 07:58

    Bonjour Demian,

    Je partage votre avis et réagis d’une façon très différente à la phrase de Sarko que l’auteur de l’article. Ce que j’en écris est à lire en suivant le lien. Cordialement


  • Olivier Bonnet (---.---.24.222) 28 avril 2006 12:07

    Merci, Demain (c’est comme ça que vous avez signé votre commentaire sur mon blog ! )


  • ISATINO (---.---.32.113) 2 juin 2006 16:01

    Ceux que les juges mettent dehors, ne sont-ils pas ceux qui n’ont pas demandé ou pas obtenu de papiers ? Dans votre maison, accepteriez-vous que des inconnus entrent et restent sans votre permission ? Accepteriez-vous qu’ils exigent une chambre au nom des droits de l’homme, alors que vous pensiez la donner à quelqu’un qui vous l’a demandée depuis bien plus longtemps ? Une fois installés chez vous, accepteriez-vous que ces inconnus critiquent votre façon de vivre et votre histoire même si elle n’est pas glorieuse (au fait comment est celle de ces donneurs de leçons !) ? Je suis bien d’accord avec Stéphane et avec Sarkozy : que ceux qui n’aiment pas FRANCE aillent voir ailleurs, ils y seront sûrement bien mieux !


  • julien (---.---.245.89) 27 avril 2006 11:52

    je trouve cet article très vrai et très juste. en écoutant Serge July l’autre jour sur le plateau de Christine Ockrent demander à Roselyne Bachelot l’auteur de chaque version de la phrase désormais comis, attendant qu’elle attribu la phrase de Sarkozy à j-m le pen ou l’inverse (ce qu’elle ne fit pas), j’étais vraiment écoeuré.

    Depuis quand dire une chose juste serait un crime ou une provation ou je ne sais quoi sous prétexte qu’un individu que beaucoup déplorent le dit aussi. Si Le Pen disait il faut voter je ne sais pas moi : « Ségolène » (ce qui est peu probable je vous l’accorde), serait-il extrémiste de voter pour ségolène royal ? laissez-moi rire de plus, comme il est dit dans cet article, aucune référence à l’origine, la couleur de peau ou que sais-je encore n’a été mentionné.

    Je pense en fait que, puisque c’est Nicolas Sarkozy qui l’a dit, les gens de gauche (et meme certains chiraquiens : suivez mon regard vers le perron de l’assemblée nationale) utilise ceci pour diaboliser Mr Sarkozy, par lacheté peut-etre, par peur surement...


    • machinchose (---.---.129.40) 27 avril 2006 12:00

      en brandissant l’argument misérable du fameux « bon sens » et en tapant encore sur la gauche bien entendu complétement à coté de la plaque vous vous décrédibilisez vous même.

      C’est fatiguant de redire toujours les mêmes choses et je ne comprends pas qu’agoravox nous diffuse cet article qui est tout de même extremement redondant avec celui de Hertogue.

      quand je lis « il a une nouvelle fois ouvert une brèche courageusement, » en parlant de Sarkozy j’ai envie de rire d’abord mais en fait ça me fatigue.

      vous mélangez tout, vous niez toute la difficulté de la problématique. Ce qui fait que cette phrase avant même d’avoir un sens (qu’elle n’a pas) est une connerie simpliste qui ne resiste à aucune analyse. Cela a été démontré mille fois. Mais non, le courage selon vous c’est d’être du coté du simplisme binaire.

      Sarkozy (number one des politiques, ministre d’état numéro 2 du gouvernement, avocat, président de conseil général, chef du premier parti de france) courageux ???

      ou est le courage quand on flatte le pire ? Je le qualifierai plus volontier d’irresponsable politique.

      encore une fois pour qu’on ne parle pas du desastre de son bilan (à l’économie ou à l’interieur) il met tout sur le dos des « étrangers » ce qui est une façon surtout de mettre tout sur le dos des « visibles »... le racisme est officiel et on doit trouver ça courageux ?


      • Sylvain (---.---.98.243) 28 avril 2006 19:38

        Comme beaucoup à gauche.............as-tu des solutions à proposer ........ ? nous t’écoutons...


      • (---.---.69.193) 29 avril 2006 10:59

        Quoi que puisse dire Nicolas Sarkozy, le reste de la classe politique (et souvent droite et gauche confondues) lui tombent dessus à bras raccourcis. Il fait peur à qui ? À ses concurrents et adversaires, pas aux français.

        Quand on voit les conneries et la désinformation la plus ridicule http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=9278 affaire Clearstream etc. ce n’est pas pour rien.

        Je ne suis pas trop pour Sarkozy, mais la classe politique se décrédibilise complètement avec ce genre d’âneries. Il passe pour une victime (et en l’occurence il l’est).


      • machinchose (---.---.129.40) 29 avril 2006 11:03

        mais vous êtes incroyable !

        ce type a la presse dans les mains depuis 5 ans et vous voulez en faire une victime ?

        a t on le droit d’avoir un état responsable ou l’on peut encore voir des politiques et des citoyens réaliser qu’il serait dangereux de l’avoir lui à la tête de l’état ??

        parlez nous de son bilan à votre victime courageuse préférée, pourquoi fait il tout pour ne pas en parler ?


      • (---.---.160.169) 27 avril 2006 12:05

        Heureux d’avoir lu cet article. On y parle de respect des lois et de respect des valeurs de son pays d’accueil. Ce qui ne veut pas dire immobilisme. En France, les lois et les valeurs évoluent, mais c’est la conséquence d’un débat que j’espère démocratique et non la conséquence d’une menace ou d’une pression intolérable...

        Si vous publiez des caricatures de Mahomet, alors on met le feu aux ambassades... si vous écrivez un roman qui nous déplaît on lance une fatwa de mort contre vous, etc...


        • h2d2 (---.---.255.244) 27 avril 2006 17:31

          hors sujet


        • simplet simplet 28 avril 2006 11:02

          curieux... toutes vos critiques attaquent le monde musulman...hasard ???


        • yoan (---.---.96.57) 1er mai 2006 14:17

          alors donnez des critiques d’autres immigrés. allez y, on vous écoute.

          en régle générale, un chinois, un brésilien, ou un ukrainien (au hasard) ne pose pas ce genre de probleme. je n’ai rien contre les musulmans mais il faut reconnaitre qu’ils font en général peu (ou pas) d’efforts d’integration si on les compare a d’autres immigrés. et qu’ils font pression pour imposer LEURS loies.

          aussi il j’ai du ajouter « je n’ai rien contre les musulmans », sinon j’auré été harcelé par les détracteurs. c’est apres le comportement que j’en ai, et pas la religion.


        • François (---.---.44.219) 27 avril 2006 12:07

          Le soit disant bon sens de M.Sarkozy relève du café du commerce et non du discours d’un ministre d’Etat qui plus est candidat à la Présidence de la République ; Il s’agit d’oeillades appuyées à l’électorat raciste d’extrème-droite. Qu’est ce que cela veut dire « aimer la France » ? ; Demandions nous cela aux travailleurs algériens que l’on envoyait travailler dans les guillerets hauts fourneaux des Ardennes et de Lorraine ? Les immigrés doivent respecter nos lois comme les citoyens français et il est faux et démagogique de laisser croire qu’ils ne les respectent pas.


          • (---.---.160.169) 27 avril 2006 14:26

            Je me permets de vous arrêter. Les travailleurs Algériens qui sont venus travailler en France après l’indépendance de leur pays, n’étaient pas des esclaves. Ils sont volontairement venus travailler en France dans le cadre d’accords passés entre la Farnce et l’Algérie et ils étaient payés ( beaucoup mieux que dans leur pays d’origine...)...


          • François (---.---.44.219) 27 avril 2006 15:04

            Je n’ai pas parlé d’esclaves il me semble, ceci étant je ne suis pas certain de la liberté laissé à ceux que les grandes entreprises françaises venaient recruter sur place même après l’indépendance.


          • (---.---.160.169) 27 avril 2006 15:06

            Quoi, c’est une tare de recruter des travailleurs ???


          • h2d2 (---.---.255.244) 27 avril 2006 17:43

            Et pourquoi les français de l’époques n’ont ils pas fait maçons, où bien techniciens de surface, où alors eboueurs,pourtants c’étaient des boulots commes les autres ou étaient ils ingras ?. Deplus les travailleurs immigrés des années 70 ont toujours respectés la loi, maintenant leurs enfants et petits enfants c’est une autres histoires:celle de leur parents avec une variantes, a quelles pays j’appartient ? devrais-je rester immigrés a vie moi qui suis né français ? ou suis-je un français fils d’immigrés à vie ? Et monsieur Sarkosy ou vous situez vous ?


          • françoise MOULOUNGUI (---.---.254.241) 29 avril 2006 23:00

            Lorsque des étrangers installés en France font des reproches fondés à la République française, cela ne veut pas dire qu’ils n’aiment pas la France. Seuls les français de souche auraient-ils le droit de critiquer la France ? La République ne porterait-elle pas en elle les germes de l’exclusion et du communautarisme ? Ne devrions nous pas, nous français, faire notre examen de conscience et ne pas tout reprocher à l’étanger ?

            Sarkozy fait du populisme pour rafller les voix du Front National. La droite française revient au nationalisme. Un véritable danger !


          • Emi (---.---.102.41) 27 avril 2006 12:10

            « C’est tout le fond du débat soulevé par Nicolas Sarkozy. »

            En même temps ce débat est soulever depuis les années 80 par le Front National. « La France aimez-la ou quittez-la ».

            Sarkozy a 20 ans de retard, c’est rien...

            Que ceux qui portent la France dans leur coeur, qu’ils soient blancs, noirs, jaunes ou verts n’y change rien, ils sont chez eux.

            En revanche ceux qui pourrissent la vie au quotidien, qui crache sur la France (chanson, hymne national conspuée, drapeau brûlé etc...), qui cassent dès qu’ils le peuvent (Manifs étudiantes, émeutes en banlieues...), ceux-ci n’ont absolument rien à faire dans ce si beau pays.


            • machinchose (---.---.129.40) 27 avril 2006 12:19

              ça c’est votre vision.

              parce que figurez vous que ces gens là sont français. alors ça peut vous déplaire mais ils le sont le plus souvent.

              et cette france là n’est pas celle qu’ils aiment. ou ils l’aiment mal ou ils ne s’en sentent pas aimé ou je ne sais pas. je ne cherche pas des raisons ou autres, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit. je suis concentré sur le sujet.

              les révolutionnaires de 1789 aiment ils la France ? les comunards aimaient ils la France ? je ne compare pas je veux juste dire que cela signifie simplement que LA france n’est qu’un concept legal, la nation n’est que ce que l’on en fait, avec des luttes, une histoire etc. L’adhesion à UNE SEULE IDÉE DU PAYS est une connerie. La seule qui compte est celle du respect de sa loi. Et cela n’a rien à voir avec l’amour ou avec le fait de quitter le pays. Cela a à voir avec la justice. Il y a des américains qui ont brulé leur drapeau par amour pour leur pays.

              La phrase de Sarko n’a pas de sens. Elle est conne, elle joue sur le fait que le beauf va prendre ça pour du bon sens justement.

              Enfin bon... en gros je sens que vous avez envie de me tomber dessus sur « mais on ne peut pas comparer ceci et cela » CE N’EST PAS DU TOUT CE QUE JE DIS. Ce que je dis c’est que le concept d’une France que tout le monde devrait aimer n’a tout simplement pas de sens. Ma france n’est surement pas la votre. Les valeurs que j’aime en elle sont peut être celles qui vous font horreur etc.

              cette phrase est irresponsable. c’est tout.


            • Ludovic Charpentier (---.---.68.100) 27 avril 2006 12:19

              « En revanche ceux qui pourrissent la vie au quotidien, qui crache sur la France (chanson, hymne national conspuée, drapeau brûlé etc...), qui cassent dès qu’ils le peuvent (Manifs étudiantes, émeutes en banlieues...), ceux-ci n’ont absolument rien à faire dans ce si beau pays. »

              Je suis mine de rien d’accord avec vous (sachant que ce type d’individus n’est pas forcèment plus bronzé, ni plus pauvre que la moyenne), mais s’ils n’ont rien à faire chez nous, on les envoie où ???? En Suisse ????


            • faxtronic (---.---.127.73) 27 avril 2006 13:10

              bien sur qu’ils sont français. Moi aussi je suis français et j’aime mon pays. J’ai du emigré par ce que je ne trouvais pas de boulot en France. Si tu n’aime pas, tu n’as qu’à emigrer, la porte est ouverte.


            • peter (---.---.190.14) 27 avril 2006 20:36

              Enfin un commentaire cohérant.

              Moi j veux pas d’une france sous dictature. Et j’aime pas la france comme elle est. Je fais des manifestation, je sort dans la rue, je fais du bruit, je fou le bordel. C’est la seul facon de me faire entendre, et encore... (Article 49-3 rulez :( )

              Donc maintenant, parceque je n’adere pas au idée du bonhomme, ou du gouvernement qui est en place je dois partir de chez moi ???

              Non, je veux ouvrir ma gueule pour faire changer les choses.

              Arretons d’etre des moutons de panurge. Si y en a un qui saute la falaise, moi je ne sauterais pas avec.


            • Ludovic Charpentier (---.---.68.100) 27 avril 2006 12:18

              « Que vous soyez en Australie, en Argentine, en Afrique du Sud ou je ne sais ou encore, c’est cette règle qui prime. »

              C’est vrai que ce sont de sacrés références... Les aborigènes, ils aiment l’Australie ? Et les noirs, ils aiment l’Afrique du Sud ? Ben pourquoi ils la quittent pas alors ??? Ah oui, je suis con, c’était chez eux, à l’origine...

              Précision utile : le même Nicolas Sarkozy qui dit ’Aimez la France ou quittez-la’ a supprimé la double peine et l’expulsion systématique pour les délinquants étrangers... Mieux vaut ne rien dire que dire une connerie en contradiction avec sa politique, par moment...

              2e précision utile : du Cap, vous ne savez peut-être pas qu’il y a plus d’aggression envers les bâtiments administratifs (gendarmerie, préfecture) en Corse qu’en Seine Saint Denis. On fait quoi ? On expulse les membres du FLNC en Sardaigne ???? Remarquez, ce serait la première fois que Sarkozy aurait le courage de traiter le problème Corse...


              • (---.---.108.173) 27 avril 2006 12:18

                Moi aussi j’ai du mal avec les déclinologues , ceux qui sifflent la Marseillaise etc bref avec ceux qui tapent sur la France .

                Mais l’auteur de ces propos est il crédible . En effet de quelle catégorie de personne parle t il . Des centaines de milliers de salariés et entrepreneurs qui quittent la France parce que la fiscalité et le droit du travail gênent ou d’une autre catégorie ?


                • me (---.---.21.120) 27 avril 2006 15:52

                  Tout d’abord, on peut aimer la France et ne pas aimer la Marseillaise ; en effet personnellement je trouve que ce chant militaire et sanglant n’est pas porteur des valeurs que l’on se veut défendre. Evidemment dans votre tête et dans la tête ceux qui la sifflaient, c’est marseillaise=champ national=France et pour certains, =Etat français (administration, police) voire =nationalisme. Après, ils tappent sur la France mais en réalité la plupart pourrait tout à fait dire : « on aime la France (et les valeurs qu’elle dit défendre) et justement on n’aime pas comment certains la font fonctionner ». Il reste effectivement ceux qui veulent imposer d’autres valeurs (leur religion, leur mode de vie).

                  Maintenant on peut prendre la citation de l’article de deux façons : la première, rhétorique, c’est : « finalement, vous l’aimez, alors vivez avec et œuvrez à le rendre meilleur » ; la deuxième, franchement hostiles au entreprises mafieuses ou terroristes ou autres communautés dénoncées entre autres par de Villiers. (clin de l’oeil plus à droite)

                  Effectivement c’est un propos à l’emporte-pièces de pillier de bar, pas loin du « chacun chez soi ».

                  Reste qu’avec le problème corse, effectivement, c’est une autre paire de manches


                • Présidentielles 2007 (---.---.1.1) 27 avril 2006 12:24

                  Les élections approchant, la droite renoue avec son sport préféré : la chasse aux voix du FN. Le sondage de vendredi dernier 21 avril, commémorant l’anniversaire de triste mémoire du 1er tour des dernières présidentielles, n’y est peut-être pas étranger. 35% des sondés se déclaraient proches des idées du FN ! L’opportunisme étant chez lui une seconde nature, il n’en fallait pas plus pour que Sarkozy en profite. Ainsi a-t-il lancé ce week-end : « On en a plus qu’assez d’avoir en permanence le sentiment de s’excuser d’être français. On ne peut pas changer ses lois, ses coutumes parce qu’elles ne plaisent pas à une infime minorité.« Et de conclure : »Si certains n’aiment pas la France, qu’ils ne se gênent pas pour la quitter. » Ce qui rappelle à s’y méprendre le slogan de Philippe de Villiers : « La France, tu l’aimes ou tu la quittes ». Ce dernier affichait également la forme des meilleurs jours. Présentant son ouvrage « Les mosquées de Roissy », selon lequel des islamistes auraient infiltré les grands aéroports français, il a inauguré son nouveau slogan dans ses interview au JDD et à France-Info : « Les Français son inquiets car ils voient l’usine qu’on démonte, la mosquée qui se construit et le porte-monnaie qui se vide. » A ce train-là, les superlatifs xénophobes de Le Pen vont bientôt sentir la camomille. Présidentielles 2007


                  • RAMSAY (---.---.173.162) 27 avril 2006 13:01

                    Que l’on arrête cette hypocrisie de chercher une pensée politique dans les propos du ministre de l’Intérieur. Il n’y a ici qu’une stratégie, et pas des plus glorieuses.

                    Il s’agit, en période de crise économique, d’exploiter avec facilité les vieux réflexes xénophobes pour canaliser les mécontentements liés à ce chômage pour lequel il n’a aucune solution à proposer.

                    Il reprend donc les habitudes de LePen, à coup de petites phrases, en évitant les dérapages qui ont tant discrédité son modèle.

                    Il n’y a ici qu’ambition politique et parfait manque de scrupules.

                    RAMSAY


                    • Ludovic Charpentier (---.---.68.100) 27 avril 2006 13:05

                      Ceci dit, je regrette qu’on ait laissé peu à peu l’extrême-droite s’approprier cette notion si noble qu’est ’le patriotisme’. Je suis patriote, j’aime mon pays, son histoire, chanter la Marseillaise (même si certaines paroles guerrières ne sont plus très adaptées...). Pourquoi le FN aurait le monopole des drapeaux et de la Marseillaise ??? Lors d’un soir de juillet 1998, j’ai vu de multiples français de toutes origines chanter la Marseillaise, embrasser le drapeau Français, défilant grimmé aux couleurs de la nation dans les rues de Grenoble. Ne faut-il qu’une victoire en coupe du monde pour voir des scènes pareilles ???


                      • machinchose (---.---.129.40) 27 avril 2006 13:09

                        quelques raisons d’aimer son pays. voilà ce qu’il faut. Vouloir le changer ou le critiquer ça peut être aussi l’aimer. J’aime assez la france je deteste la france que me propose sarkozy.


                      • Ludovic Charpentier (---.---.68.100) 27 avril 2006 13:15

                        Une question clé pour les candidats 2007 : ’Qu’est ce que cela veut dire, être Français ?’

                        Voilà, messieurs les candidats, vous avez deux heures... (et interdiction de copier sur Finkelkraut et BHL qui sont des cancres).


                      • (---.---.160.169) 27 avril 2006 14:28

                        La réponse est relativement simple...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès