Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Analyse des propositions de François Hollande sur le Logement

Analyse des propositions de François Hollande sur le Logement

Le logement fait partie à juste titre des trois priorités de nos concitoyens avec l’emploi et la santé. Conscient des nombreux retards pris depuis des années, FH affiche de grandes ambitions dans ce domaine et, on peut dire qu’il y met les grands moyens (propositions n° 22 et 23).

En lançant : « Je mettrai gratuitement à disposition des collectivités locales les terrains de l’Etat » pour y construire des logements, c’est une profonde modification de l’accès au foncier qui est ainsi initiée. L’Etat, qui depuis des années se comporte en propriétaire spéculateur, profite des nombreux effets d’aubaine, liés de la bulle immobilière, pour céder terrains et immeubles à prix d’or à des groupes privés, en sachant que les institutionnels ne peuvent surenchérir (pour mémoire, le terrain acheté à la ville de Rouen afin d’y construire le palais de justice face à la prison Bonne Nouvelle, a été revendu à un promoteur deux fois plus cher quelque temps plus tard après abandon du projet). En prenant cette initiative, le candidat socialiste redonne du sens à l’action publique, qui œuvre pour le plus grand nombre.

La seconde proposition est tout simplement majeure. En déclarant la nécessité de construire 2 500 000 logements, FH s’en donne les moyens en annonçant « je porterai à 25% les exigences en matière de construction de logements sociaux », reprenant ainsi des mesures qui ont faits leur preuve dans les communes comme celle de Rouen qui ont déjà adopté les 25%, en boostant ainsi la démographie locale. Mais, il combat aussi les communes antisociales : « je renforcerai la loi SRU, en multipliant par 5 les sanctions » envers ceux qui refusent la mixité. J’aurais, pour ma part, envie d’aller plus loin en rendant inéligibles les maires qui affirment ouvertement ce choix (Voir les propos de Gilbert Renard après la fusion Bois-Guillaume/Bihorel).

Enfin, en se proposant « d’encadrer les loyers par la loi », FH met le holà au délire constaté ces dernières années, notamment dans les zones urbaines et plus encore dans les quartiers universitaires (jusqu’à +70% sur 10 ans !). En limitant les loyers, FH redonne ainsi plus de justice et de pouvoir d’achat à des ménages qui ont vu leur part « Habitation » dépasser allègrement les 30% de leurs dépenses mensuelles.

Ces mesures sont donc fondamentales. Le futur ou la future ministre du logement sera au cœur des politiques sociales de ce pays avec de tels engagements !

Si un toit est un droit, encore faut-il qu’il y est des toits !

Olivier MOURET - http://oliviermouret.over-blog.com


Moyenne des avis sur cet article :  3.13/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Taverne Taverne 28 février 2012 12:36

    « Je mettrai gratuitement à disposition des collectivités locales les terrains de l’Etat » pour y construire des logements. Gratuit pour les collectivités mais pas gratuit du tout pour le contribuable qui devra subir le coût de ce délestage d’une partie importante du patrimoine de l’Etat. Méfions-nous de l’usage du mot « gratuit » par les socialistes.


    • Taverne Taverne 28 février 2012 12:43

      « je porterai à 25% les exigences en matière de construction de logements sociaux  ». Cela ne veut rien dire. Si c’est pour continuer de bâtir des PLS et pas des logements sociaux destinés aux populations dans le réel besoin. Or, les gouvernements successifs ont produit du logement social « haut de gamme » (PLS) au détriment des PLAi et des PLUS (logements très sociaux).

      Méfions-nous des formules trop générales employées par les socialistes !


      • Taverne Taverne 28 février 2012 12:45

        « J’aurais, pour ma part, envie d’aller plus loin en rendant inéligibles les maires » bla bla bla. On voit pour l’affaire Guérini et autres affaires de corruption ce que le PS n’arrive déjà pas à faire...Alors cause toujours !


        • Taverne Taverne 28 février 2012 12:51

          « Enfin, en se proposant « d’encadrer les loyers par la loi » »

          Risqué et insuffisant.

          Risqué parce que cela peut dissuader les propriétaires de louer (d’où rareté accrue des logements à louer).
           
          Insuffisant parce que ce n’est pas le loyer en lui-même qui ampute le pouvoir d’achat mais le coût des énergies et le poids des charges. Il faut lancer des programmes d’économie d’énergies et défendre la tarification sociale pour la rendre plus effective. Il faut aussi permettre l’accession à la propriété.


          • foufouille foufouille 28 février 2012 13:08

            tous en hlm pour engraisser leurs dirigeants


            • Valeska 28 février 2012 16:02

              >> la nécessité de construire 2 500 000 logements

              Sachant que les temps d’attente sont minimums de 3 à 5 ans, il serait grand temps de réaliser qu’il n’y a plus 50 millions d’habitants dans ce pays.


              • jpm jpm 28 février 2012 16:53

                En attendant que les logements manquants soient construits, il existe quelques mesures administratives simples qui permettraient de mieux gérer la pénurie de logements, c´est de favoriser la colocation, ce qui est loin d´être le cas aujourd´hui, notamment pour les personnes les plus fragiles.
                 
                A ce propos, je me permets de citer une partie du discours de clôture de François BAYROU lors du Forum SOLIDARITÉ Le samedi 11 février 2012

                http://www.bayrou.fr/media/PDF/Discours_de_Francois_Bayrou_Forum_Solidarit. pdf

                " Au contraire, nos règles administratives poussent à la solitude. Lorsque deux ou trois ou quatre personnes veulent se regrouper pour se donner chaud, pour s’entraider dans la crise et que certaines d’entre elles reçoivent par exemple des minima sociaux, on coupe les minima sociaux ! Nous avons donc une politique qui incite à rester chacun dans son coin, chacun dans sa misère au lieu d’inciter un rapprochement.

                Je pense qu’il faut rompre avec ces règles qui sont à courte vue et stupides. Je suis favorable à une politique publique qui incite au rapprochement et qui lutte effectivement contre la solitude car, avec 600 ou 700 ou 800 €, quand on est tout seul, on ne vit pas ou on vit très difficilement, mais lorsqu’on est deux ou trois et que chacun a ce type de revenu, alors le logement coûte moins cher à chacun, les courses sont partagées, on se soutient, on est ensemble, on se tient chaud dans la crise.

                Je pense qu’un contrat de vie partagé, sans connotation de vie de couple, devrait être créé, ce qui permettrait de sécuriser et d’encourager à la vie commune en matière de fiscalité, de prévenir les difficultés des séparations, tout ce qui doit apporter sécurité, là où précisément les femmes et les hommes ont besoin de se
                rencontrer pour partager les difficultés de la vie. "


              • Olivier MOURET Olivier MOURET 1er mars 2012 14:00

                @jpm sur la collocation pour des personnes fragiles, c’est effectivement une piste à creuser


              • Robert GIL ROBERT GIL 28 février 2012 16:58

                L’Etat, plutôt que de financer par des lois des dispositifs qui permettent aux propriétaires de faire payer leur investissement en partie par l’Etat et l’autre partie par le locataire (qui demandera aussi une aide à l’Etat via l’APL ou autre), devrait lui même financer des logements sociaux de qualité et récupérer les loyers des occupants. Actuellement l’Etat finance des logements privés.................
                http://2ccr.unblog.fr/2012/01/06/le-logement-une-priorite/


                • Magnon 28 février 2012 18:50

                  Si Hollande avait seulement identifié les problèmes du logement :
                  Pas de terrains disponibles en raison de la pureté écologique !
                  Renchérissement des normes !
                  Taxe d’équipement payée par le constructeur.
                  Peu ou pas de voiries adaptées aux extensions urbaines, d’où pour les nouveaux habitants, un sentiment de relégation.
                  Des transports collectifs qui ne suivent pas.
                  Le dysfonctionnement définitif de l’agglomération parisienne.
                  Maintenant, malgré tous ces dysfonctionnements, le logement vaut 250 à 350 loyers, ce qui est un avantage jamais vu pour les locataires.
                  Avec la volonté de taxer les investisseurs, ce sera les locataires qui paieront la surimposition des revenus, l’investissement s’arrêtera jusqu’à ce que les rendements permettront de dégager un revenu après avoir payé les impôts, c’est a dire le renchérissement des loyers jusqu’à ce que l’équilibre de l’investissement soit rétabli, comme par le passé tous les locataires ont payé l’impôt sur la fortune, qui un moment a demandé plus de 2.5 % de cash pour l’état !


                  • xray 28 février 2012 21:14


                    Logements 

                    Qu’ils soient de droite ou de gauche, les candidats s’y intéressent beaucoup au problème du logement.  Malheureusement, s’ils s’y intéressent, ce n’est pas dans le sens auquel les naïfs l’imaginent. 
                    L
                    es élus sont au seul service du capital de la Dette publique. 
                    Toutes leurs propositions servent avant tout les plus riches. 

                    Expulsion imminente 

                    http://n-importelequelqu-onenfinisse.hautetfort.com/archive/2011/12/11/expulsion-imminente.html

                    Un vandalisme institutionnel 
                    http://mondehypocrite.midiblogs.com/archive/2009/06/18/un-vandalisme-institutionnel.html 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès