Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Analyse stratégique de la présidentielle 2007

Analyse stratégique de la présidentielle 2007

Analyse stratégique détaillée de la présidentielle en l’état actuel, illustrée par des sondages afin de déterminer les dynamiques en présence et leurs possibles évolutions.

Cet article a été rédigé en réponse à celui Vicnent "François Bayrou de Condorcet afin d’élargir l’analyse à l’ensemble du champ politique. Je procèderai en analysant l’espace qu’occupent les différents courants et les interactions à leurs frontières en tenant compte de la posture des candidats qui les composent. J’essayerai de passer en revue un maximum de paramètres sans en pondérer la valeur d’impact. Ne vous attendez donc pas à trouver en conclusion le nom de votre prochain président mais plutôt la dynamique actuelle et ses possibles évolutions futures.

Tout d’abord, je voudrais revenir sur l’article de Vicnent (t’aurais pas fait une faute de frappe dans ton login mec ?). Je partage tout à fait l’hypothèse selon laquelle Bayrou est le Condorcet du fait qu’il se trouve au point d’équilibre de la société et que Le Pen est l’anti-Condorcet du fait qu’il se situe en une extrémité. En revanche, Vicnent conclue que tout supporter de Sarkozy se doit de supporter Ségolène ; or j’estime cette conclusion réductrice car ne prenant en compte qu’un point de vue, le point de vue militant. Pour ma démonstration je m’attacherai donc à formuler pour chaque candidat deux hypothèses. L’une établie depuis un regard militant et l’autre depuis un regard affranchi. Avant de commencer, définissons ces deux notions. Le vote militant : l’hypothèse du vote militant considère que l’électeur a déjà pris parti pour un candidat et que, donc, il souhaite plus que tout l’élection de ce candidat et de ce seul candidat. Son vote se fera donc en faveur de la configuration qui assurera au mieux l’élection de son candidat. Le vote affranchi : l’hypothèse du vote affranchi considère que l’électeur hésite entre plusieurs candidats ou bien qu’il n’a pas de préférence absolue pour un candidat particulier. Nuancement : la frontière qui sépare les deux cas n’est ni imperméable, ni pleinement distincte. Chaque individu peut à tout moment passer de l’un à l’autre. Le passage de l’affranchi vers le militant étant le plus courant, l’autre n’est toutefois pas à exclure.

La différence caractéristique notable entre ces deux types d’électorat est leur facilité de passer d’un à l’autre (volatilité) qui est bien entendu plus grande dans le second cas que dans le premier.

Je pars donc sur la base de deux postulats qui sont :

- Seuls les candidats à plus de 8% dans les sondages à l’heure actuelle peuvent prétendre au second tour. Sont donc concernés : Sarkozy, Royal, Bayrou et Le Pen.

- Parmi ces candidats, Bayrou est perçu par les électeurs comme le Condorcet et Le Pen comme l’anti-Condorcet. Contexte : une extrême gauche dispersée.

En pariant sur l’union, l’extrême gauche a cristallisé la dispersion. Une branche forte d’une représentation nationale de près de 15% (13,4% en 2002) sur laquelle seront probablement assis entre 3 et 5 candidats dont aucun ne semble se détacher à en croire les intentions de vote. L’échec du rassemblement a été psychologiquement très dur à accepter pour une majorité d’électeurs votant traditionnellement pour l’extrême gauche. Quelle sera alors la réaction de ce corps électoral lors des prochaines élections ? Des écolos vulgarisés : depuis la fracassante tentative de Nicolas Hulot d’imposer l’écologie dans le débat, les Verts ne peuvent plus se proclamer uniques défenseurs de notre planète. Certes, ils restent le premier parti à vocation environnementale (Cap21 restant un peu dans son ombre) mais les autres ont aussi étudié la question. Evidemment, elle ne reçoit pas la même attention (intention ?) de la part de tous mais désormais les positions de chacun sont connues. Peut-on donc envisager une dispersion de l’électorat « écolo » ? Si oui, au profit de qui ? Une gauche rassemblée : s’il y a bien une chose sur laquelle Ségolène a fait ses preuves jusqu’ici, c’est sur sa faculté à rallier à elle les autres partis de gauche. PRG et MRC ; voici deux partis ayant totalisés 7,6% aux dernières présidentielles désormais présents aux cotés du PS. Les directions de ces partis n’ont pu que succomber au charme de la madone. Un charme qui par ailleurs se quantifie en nombre de circonscriptions. Cependant il faut savoir faire la part des choses entre l’ambition d’une direction et les attentes d’un électorat. Nous tenterons donc de déterminer si l’électorat de gauche est réellement homogène. Un centre décomplexé : à force d’efforts prononcés, le centre s’est créé un espace à part entière au sein du paysage politique français. Pour preuve un sondage (http://www.ifop.com/europe/sondages/opinionf/candidaturebayrou.asp) IFOP paru fin janvier dans lequel il est dit que 53% des Français situent Bayrou au centre, 11% à gauche, 10% à droite et 22% ni à gauche ni à droite. De plus, les médias prennent de plus en plus en considération le centre dans leur discours. Comment donc cette nouvelle force émergente peut-elle s’affirmer électoralement ? Une droite accoutumée : la guerre des chefs étant de coutume à droite, elle se voit représentée par le grand (façon de parler) empereur Sarkozy exerçant de plein droit sa supériorité et un trublion de service, Dupont-Aignan, prêt à en découdre jusqu’à la mort. Un schéma classique sans grande surprise donc. Seulement, cette fois-ci la droite va devoir combattre deux courants à sa gauche du fait de la rébellion centriste autrefois acquise à sa cause. Nous tenterons donc d’identifier la relation qu’entretient la droite avec son aile gauche. Une extrême droite dépossédée : le 21 avril 2002 sera douloureusement passé dans les esprits mais aura permis l’éveil d’une certaine conscience politique. De l’insécurité et de l’immigration, thèmes personnifiés de l’extrême droite, les autres (inquiets, convaincus, opportunistes ?) se sont emparés. Alors même si Le Pen a encore la plus grosse part, il ne peut plus prétendre au gâteau tout entier. Nous décortiquerons donc l’état du vote frontiste pour en jauger la portée. La stratégie électorale : je vais commencer par balayer le paysage politique en partant des extrêmes pour repiquer au centre (là où tout va se jouer). Vote utile et inutile : tout d’abord intéressons-nous à la notion de vote utile. Ce terme sera régulièrement employé, c’est pourquoi nous nous attacherons à bien s’entendre sur sa définition et son importance présumée. Je pourrais débattre durant des heures sur la nature même du vote utile mais je vous l’épargnerai. Nous considèrerons donc le vote utile comme le remède d’urgence contre la gangrène « lepenisante ». Interrogeons-nous sur la valeur du niveau d’alerte de la menace Le Pen pour ces prochaines élections.

Le vote Le Pen est bien plus qu’un vote d’adhésion. En effet, au fil des élections et des échecs politiques à répétition, Le Pen a su emmagasiner la colère de la société jusqu’à l’incarner. Son électorat se manifeste donc sous deux formes. Une partie qui vote par adhésion à ses thèses xénophobes et l’autre qui vote par contestation envers la société. La proportion occupée par chacune n’est pas formellement établie, notamment parce que la frontière qui sépare ces deux électorats n’est pas distincte. Toutefois, on peut raisonnablement penser que le vote contestataire en représente la plus grosse part.

Le Pen canalise donc la colère populaire. Seulement, il n’a pu empêcher l’explosion du 21 avril 2002 avec les conséquences que l’on connaît et notamment la sacralisation du vote utile. Cependant plusieurs raisons me laissent penser qu’elle est excessive. Pourtant, la société semble aller toujours aussi mal. Alors pourquoi donc le vote contestataire devrait-il s’arrêter ?

Oui, le vote contestataire veut s’exprimer mais il hésite. En effet, quelles ne furent pas les bien brefs enseignements tirés du second tour Chirac-Le Pen. Chirac élu avec plus de 80% des voix, le constat est sans appel : le vote Le Pen est un vote contestataire inutile. On peut alors douter de la volonté des contestataires, quellle que soit leur colère, à reproduire ce schéma improductif, car, oui, de fait Le Pen est le candidat anti-Condorcet.

Cependant, la colère doit être évacuée car toujours présente. Cet électorat particulier (mais représentatif d’un malaise généralisé) sera donc à la recherche d’une nouvelle bombe capable de faire voler en éclat le système contesté. Actuellement, le mieux placé pour semble être Bayrou à la différence qu’il n’est pas un candidat destructeur mais refondateur. Cependant il est difficile de certifier la capacité de Bayrou à capter l’électorat contestataire. Certains lui reprocheront d’avoir été depuis toujours dans le système puis, il est dans le fond à l’opposé de Le Pen (tolérant/sectaire, européen/nationaliste, progressiste/rétrograde...). Si Bayrou ne peut réellement nuire à Le Pen, qui le peut ? Bové ? Vraisemblablement pas plus que Bayrou.

Non, ce n’est pas tant l’électorat contestataire de Le Pen qui risque de filer ni ses fidèles de longue date mais plutôt celui qui se trouve entre ces deux eaux. Celui qui n’en peut plus de cette société française perméable. Une société qui donnerait plus aux étrangers qu’aux Français. L’opération séduction lancée par Sarkozy à cet électorat a indéniablement portée ses fruits. Sa popularité chez les électeurs frontistes est depuis 2004 constamment au-dessus de 60% passant même parfois la barre des 70% (http://www.la-croix.com/article/index.jsp?docId=2258964&rubId=4076) ! Le Pen pourrait alors compter sur l’absence de Mégret qui l’avait tout de même privé de 2,3% aux dernières élections, malheureusement pour lui c’est De Villiers qui jouera cette fois-ci le rôle de soupape de sécurité.

Plus encore qu’un candidat, son plus grand ennemi sera sans doute la participation. En effet, un fort taux de participation nuit catégoriquement aux extrêmes, or cette année les inscriptions sur les listes électorales ont connu une très nette augmentation notamment dans les quartiers difficiles. On voit alors mal comment cette nouvelle masse électorale pourrait profiter à Le Pen. De plus l’abstention sera très certainement faible car cette élection sera une élection majeure du fait de l’arrivée d’une nouvelle génération politique (Le Pen faisant d’ailleurs un peu tache à ce niveau) et d’un changement probable de cap.

Ajoutons à cela que le thème de l’insécurité sera moins présent, la somme de cette addition semble affaiblir considérablement le potentiel de Le Pen et c’est sans compter sa nouvelle place faite dans les médias. Certains y voient un risque, moi je crois davantage que cela lui nuira car il glisse petit à petit dans le système, la diabolisation laissant place à la banalisation faisant de Le Pen un candidat presque « commun ».

Alors que reste-t-il à Le Pen ? En apparence plus grand-chose mais ça serait une erreur de ne plus sans méfier (c’est justement dans ces moments-là qu’il resurgit). Toutefois, l’argument du vote utile semble de faible portée. Puis le meilleur remède contre Le Pen c’est de proposer de nouvelles voies pour sortir le pays de la situation dans laquelle il s’est enfermé car le meilleur dopant de Le Pen n’est autre que l’immobilisme. Avec ou contre moi : gesticulateur de première, Sarkozy est par conséquent farouchement opposé à l’immobilisme. La valeur qu’il accorde à l’effort semble toucher une grande partie des Français. Depuis son intronisation officielle, il paraît intouchable dans les enquêtes d’opinion, fait la quasi-unanimité au sein des militants et n’a pas de véritable adversaire en face de lui. Dupont-Aignan parviendra peut-être à exhorter les derniers survivants gaullistes mais certainement pas de quoi l’inquiéter. Le premier tour sera certainement pour lui une formalité et Sarkozy se positionne donc déjà pour le second en prônant l’ouverture. Erreur stratégique ?

Impossible de l’affirmer, le changement qu’il amorce pourra lui être utile pour le second tour s’il est perçu comme sincère (mais l’est-il ?). Rassembleur, Sarkozy ne l’a jamais été. Son discours étant systématiquement fondé sur une opposition binaire de la société (lève-tôt/fainéant, patriote/déserteur...). Ce qui est sûr c’est qu’il ne laisse pas indifférent.

D’un autre côté ses multiples références faites au socialisme peuvent désarçonner et trahir sa sincérité. Mais Sarkozy parie sur la fidélité que lui accorde son électorat. Une fidélité qui ne fait pas de doute en ce qui concerne l’électorat militant, mais qu’en est-il de l’électorat de droite affranchi ? Les écarts de Sarkozy dans son positionnement, combinés au fait que sa présence au second tour est quasi acquise (il recueille constamment près d’un électeur sur trois selon les sondages), pourraient pousser l’électorat affranchi à se disperser.

Deux choix sont possibles. Voter pour Dupont-Aignan histoire de donner du poids à la branche gaulliste ou bien voter pour Bayrou pour tenter le coche et éliminer Ségolène. Car oui, ce que craignent avant tout les électeurs de droite c’est de voir Ségolène à l’Elysée alors que Bayrou, de par sa volonté de réanimer les PME et l’Europe, est en mesure de séduire cet électorat. Finalement, ces derniers se diraient qu’un second tour Bayrou-Sarkozy écarterait tout risque de déception. Mis à part l’électorat 100% sarkozyste, les électeurs de droite auraient donc tout intérêt à voter Bayrou. Par conséquent, l’UMP se devrait alors de ne pas trop faire de critiques anti-Ségolène comme c’est le cas actuellement (bien que cela semble se calmer). A moins que l’intention soit de la victimiser, en tout cas, à ce stade, l’UMP en a fait suffisamment pour la décrédibiliser du moins temporairement. La belle et la bête à moustache :

Venons-en désormais à l’extrême gauche. Par rapport à 2002, rien ne semble avoir changé en apparence. Mais en réalité, un profond malaise s’est installé au sein de son électorat. La volonté commune de se réunir pour défendre les mêmes idées a été anéantie par les intérêts de partis.

C’est pourquoi je pense que l’électorat militant ne s’exprimera pas de la même manière que l’électorat affranchi de sensibilité antilibérale. Je pense que le premier soutiendra le parti d’extrême gauche auquel il adhère le plus. En effet avec peut-être cinq candidats, les moindres dixièmes de pourcent ne seront pas de trop et le parti qui se retrouvera en tête sera aux yeux de la majorité le plus légitime pour incarner la cause antilibérale. En revanche, l’électorat affranchi excédé par ces luttes intestines risque fort de soutenir un combat plus serein. Qui peut en profiter ?

A n’en pas douter la gauche et donc Ségolène. D’autant plus que depuis Villepinte cette dernière a marqué un virage clairement à gauche. Seulement, Bové (s’il est candidat) pourrait bien jouer les trouble-fêtes. Il est le seul représentant antilibéral à ne pas s’inscrire dans une logique partisane (quoiqu’en pense Buffet). Il est le seul véritable et digne héritier des collectifs antilibéraux. En se plaçant entre l’extrême gauche traditionnelle et la gauche, Bové joue le rôle d’éponge, un rôle qui pourrait porter un fort préjudice à Ségolène.

Car oui, l’électorat du PS demeure l’un des plus indécis de la campagne. Malgré l’unité (de façade ?) de la direction, l’électorat n’a jamais été aussi tenté d’aller voir ailleurs. Le positionnement de Ségolène n’a jamais vraiment été clair et ce qui aurait dû, à Villepinte, matérialiser définitivement l’aura latente autour de Ségolène n’a fait que cristalliser le doute dans les esprits socialistes. 100 propositions donc. 100 propositions pour relever la France. 100 propositions 100% socialistes mais 100 propositions à caractère homéopathique. Un long discours qui a certes pu convaincre l’aile gauche du parti mais qui laisse sans voix le restant, qui s’est senti abusé. Pourtant, la parole, elle nous l’avait donnée Ségolène. Seulement, elle n’a été que peu considérée. Les 100 propositions semblent avoir été pour la majorité piochées (au hasard ?) dans le projet socialiste.

Pourtant on la voyait ce rapprocher du centre mais la présence de Bayrou lui a certainement paru menaçante, d’où ce repli stratégique. Un repli qui aurait bien servi Jospin en 2002, ça Ségolène ne l’a pas oublié mais aujourd’hui la donne est différente. Si Jospin n’a pas atteint le second tour c’est en partie parce que son électorat a été capté par d’autres partis de gauche. Ségolène ayant rassemblé, quel est l’intérêt de s’affirmer plus à gauche que nécessaire ? A sa gauche, il n’y a que l’extrême gauche... Un transfuge de l’électorat de l’extrême gauche vers la gauche est a priori envisageable étant donné la situation sinistrée des premiers. Sauf si Bové parvient à se présenter car cela mettra en place une zone tampon entre elle et eux. Or à sa droite, de zone tampon il n’y en a pas ! La position de Ségolène laisse donc le champ libre à Bayrou et le centre-gauche de PS se sent tenté.

Toutefois, il n’y a pas que le positionnement qui compte. Le projet et la crédibilité sont deux facteurs déterminants dans le choix des électeurs. Or on ne peut pas vraiment dire que Ségolène fasse l’unanimité sur ces deux points. Les 100 propositions (heureusement qu’ils n’ont pas eu l’idée de trop au PS, sinon ça ne faisait plus un compte rond) manquent de cohésion et aucun projet de société ne semble se dégager. L’autre perfectibilité touche au discours de Ségolène peu cohérent. Il est très honorable de commencer par aborder le problème de la dette mais ça en devient vide de sens s’il n’est pas pris en compte. Puis, Ségolène navigue en eaux troubles accumulant les revirements, ce qui affecte sa crédibilité.

L’autre considération majeure dont il faut tenir compte est l’ancrage de Ségolène dans le cercle politique. Personne ne pourra contester qu’elle est née des sondages. Elle n’aurait sans doute jamais été désignée candidate si elle n’avait pas en son temps une cote de popularité aussi forte dans l’opinion et, on le sait, ce qui nous fait peut aussi nous défaire. Or depuis mi-janvier, sa cote s’effrite. Une perte de 7 points l’amenant aux alentours de 25% d’intentions de vote. Depuis cette tendance continuellement à la baisse Ségolène n’arrive plus à passer à l’emporter au second tour face à Sarkozy, pire, l’écart s’est dernièrement considérablement creusé (http://www.ifop2007.fr/cms/intentiondevote/PM-PRESI7-0207.html) (46%-54%). Si la tendance se confirme dans les prochaines semaines, le « TSS » (Tout Sauf Sarko) semblera ne plus pouvoir passer par Ségolène. Un fait qui pourrait bien provoquer un effet boule de neige notamment sur l’électorat de gauche affranchi qui déjà n’est retenu par aucune barrière et qui n’hésitera donc pas à voir ailleurs si Ségolène se révélait être dans l’incapacité de battre Sarkozy. En proie au doute, l’électorat militant sera-t-il prêt lui aussi à franchir le pas ?

Le vote utile est brandi bien haut par Hollande qui affirme (http://fr.news.yahoo.com/14022007/5/jean-marie-le-pen-seul-troisieme-homme-possible-selon-francois.html) que Le Pen est le seul troisième homme possible. L’électorat sera-t-il dupe de la méthode Coué ? Je vois donc mal par quels leviers Ségolène pourrait se relever. A moins que... Ecolo un jour, écolo toujours : grâce à Hulot et son pacte, l’écologie est devenue politiquement tendance. Une mouvance dont Ségolène semble vouloir s’emparer. En effet, elle a toujours affirmé sa volonté de faire de l’écologie l’une de ses priorités. Le problème est qu’Hulot s’est déjà retiré mais les 10% d’intention de vote dont il était crédité semble s’être évaporés comme du CO2 dans l’atmosphère... En effet, le report de ses voix ne semble pas bénéficier à tel ou tel candidat (http://www.ipsos.fr/canalipsos/articles/2035.asp). Pire, même les écolos restent au ras des pâquerettes. A croire que le score d’Hulot n’était dû qu’à un savent dosage médiatique. Le centre maître : stratégiquement Bayrou a donc une carte à jouer. Positionné au centre, entouré d’une gauche inquiète et d’une droite tentée, Bayrou a théoriquement toutes les cartes en main pour créer la surprise. Soutenu à plus de 90% par l’électorat militant malgré les désertions de quelques barons, il n’a plus qu’à tirer sur les deux fronts afin de rejoindre les deux bouts. Une position certes non évidente mais facilitée par l’instabilité de Ségolène et l’inaptitude de Sarkozy à fédérer au-delà des clivages de droite. L’absence totale de zone tampon sur sa gauche jouera en sa faveur. Par contre, à droite, il est à craindre que Dupont-Aignan puisse occuper une zone tampon entre lui et l’UMP. Ce dernier pourrait pourtant être situé davantage entre Sarkozy et De Villiers du fait de sa position européenne mais en dehors de ce point il est en accord avec Bayrou sur tous les sujets et devient donc un danger potentiel pour lui. Le « TSS » à l’esprit de chaque côté jouera certainement un rôle.

Bayrou adopte une posture unique. Un choix à double tranchant qui semble trouver un écho positif (http://www.orange.fr/bin/frame.cgi?url=http%3A//presidentielle.actu.orange.fr/), (71% des sondés sont favorables à un gouvernement d’union nationale comme le propose Bayrou) vers un électorat qui aspire au changement. Bien que la situation puisse encore beaucoup évoluer, il reste à faire et, comme le montrent les sondages des précédentes présidentielles, le début du mois de mars sera très certainement révélateur.

Une chose est sûre, il peut incarner la surprise. En revanche, je pense qu’il ne devra pas se contenter de grignoter d’un bord et de l’autre. Son succès résidera dans sa faculté à capter ceux qui ne se sentent ni à gauche, ni à droite, ceux qui bien souvent s’abstiennent ou votent blanc, voire protestataire. C’est la base de l’électorat français, c’est l’électorat centriste affranchi. Un électorat encore muet car n’ayant jamais pu vraiment s’exprimer. Pour cela, il doit attirer son attention en suscitant chez ce dernier un nouvel intérêt pour la politique. Pour cela, il faudra hausser le niveau de la campagne car l’intérêt est latent (notamment chez les jeunes [http://www.ipsos.fr/CanalIpsos/articles/2023.asp]) et ne demande qu’à être reconnu pour ce qu’il est.

Les autres candidats s’embarqueront dans cette voie mais seul Bayrou, par sa volonté de faire de la politique autrement en s’affranchissant des clivages, semble doté d’une certaine crédibilité. Et les autres ? Oui, les autres, les petits candidats comme on les appelle. Quel rôle ont-il à jouer ? Difficile de le déterminer. Déjà, combien seront-ils ? Aucune idée. La seule variable sur laquelle ils peuvent réellement influer est le réservoir d’indécis. Une branche semble-t-il davantage convoitable par Bayrou d’autant plus que ces électeurs sont souvent des centristes qui s’ignorent faute d’avoir pu être représentés par le passé par manque de visibilité. Les cartes déjà distribuées ? Je ne peux donc pas avancer plus de certitudes que les faits déjà évoqués. Malheureusement, la banque d’enquêtes d’opinion à ma disposition n’est pas suffisamment pertinente pour une évaluation poussée de l’impact cumulé de l’ensemble des hypothèses émises.

Excepté en cas de retournement majeur, mon sentiment est que la dynamique actuelle va se poursuivre. C’est-à-dire que la cote de Ségolène va continuer à s’effriter et celle de Bayrou à grignoter. Pour imager cette hypothèse, on peut se baser sur le potentiel électoral des candidats (http://www.ipsos.fr/CanalIpsos/poll/8365.asp) qui montre très clairement que Bayrou a un plus fort potentiel électoral que celui de Ségolène et que la dynamique se poursuit dans ce sens (Bayrou : 59% (+14), Ségolène 56% (-6)). Tous les voyants sont donc au rouge pour Ségolène et au vert pour Bayrou. Tandis que, de son côté, Sarkozy va très probablement baisser sans pour autant être menacé d’où un possible report d’une partie de son électorat sur Bayrou. On comprend bien alors que la dynamique entamée par Bayrou risque fort d’être décuplée par différents effets de levier. La question est de savoir si cette dernière sera en finalité assez puissante ? Le TSSES (Tout Sauf Ségo Et Sarko) pouvant d’ailleurs aider à l’augmenter encore plus puisque Bayrou est le Condorcet.

Quant à Le Pen, je le vois en quatrième position mais assez en retrait du trio de tête, le vote utile est donc pour moi un argument fallacieux mais il n’est pas à exclure que l’électorat populaire tombe dans le panneau, ce qui offrirait un second souffle à Ségolène (et si ce n’est pas le cas, elle se consolera sur Second Life). En tout cas, ça donne matière à réfléchir sur le fossé séparant les intérêts partisans des intérêts populaires.

Il advient toutefois de relativiser tous ces sondages et analyses car n’oublions pas que le résultat d’une élection n’est pas que question de stratégie et de posture. Il est aussi et surtout la conséquence d’une synergie, même plus d’une alchimie, entre un peuple et un homme ou une femme. Un homme ou une femme qui le représentera pour cinq années...


Moyenne des avis sur cet article :  4.26/5   (87 votes)




Réagissez à l'article

36 réactions à cet article    


  • Maximilien (---.---.22.88) 16 février 2007 11:44

    Mon analyse est la suivante :

    au premier tour :

    Sarkozy 21% Royal 19% Bayrou 16% Le Pen 26%

    ou

    Sarkozy 18% Royal 17% Bayrou 21% Le Pen 26%

    les 18% restant à se distribuer entre les 20 autres candidats.

    Donc soit Sarkozy/Le Pen ou Bayrou/Le Pen.

    qui prend les paris ?


    • Nasty Gasty (---.---.182.249) 16 février 2007 13:00

      Je prend les paris :

      Zarkosy :28 % - Lepen :20 % - Segolene :18 % - Bayrou :17 %

      Zarkozy : 72 % - Lepen : 28 %

      Quel foutoir ... !!!


    • plume (---.---.20.123) 16 février 2007 13:13

      par contre,Royal / lepen au 2 ème tour pourrai être une grosse surprisse à mon avis : Royal 60% lepen 40%


    • Bob (---.---.34.107) 16 février 2007 13:28

      On peut avoir le détail des calculs aillant mené aux deux résultats ? :)


    • Bob (---.---.34.107) 16 février 2007 13:31

      Non la + grosse surprise serait un Bayrou / Le Pen, et alors là je ma marre.

      Pour ma part je me reconnait bien dans les TSSS. Je vois aussi un Bayrou/Sarko au second tour, d’ailleurs existe-t-il dans nos chers médias des pronostiques sur un tel scénario de second tour ? Je n’entend toujours que tu Sarko/Ségo (d’où mon TSSS).


    • Nasty Gasty (---.---.182.249) 16 février 2007 13:40

      @Bob Une election virtuelle chaque semaine ... www.votez2007.com


    • aquad69 (---.---.100.34) 16 février 2007 14:56

      Bonjour, les parieurs !

      Allez, une histoire d’horreur :

      Une belle bavure dans les cités, une solide polémique, et puis :

      1er tour : Sarkozy 24%,Ségolène 26%,Bayrou 14%,Le Pen 25%

      et donc 2e tour : Ségolène 48% et Le Pen 52% !

      cqfd, tout est possible...

      Bonne nuit, dormez bien


    • Voltaire Voltaire 16 février 2007 11:45

      Très bonne analyse. Attendez-vous donc à de nombreux commentaires et votes négatifs.


      • (---.---.7.172) 16 février 2007 11:49

        Il semble y avoir eu un sacré bug dans la mise en forme... Les sous-titres n’appraissent même pourtant tout était ok à la prévisualisation smiley . Je vais tenter de reposter la chose.


        • Justin Themiddle 16 février 2007 11:50

          Ce message est de moi.


        • georges94 16 février 2007 12:05

          Bon article, et même si on n’est pas d’accord sur tout, il fait réfléchir. Pour ma part, je voudrais revenir sur un point que vous évoquez : selon Hollande, Le Pen est le troisième homme. Ne serait-ce pas une façon d’appeler les « protestataires » à voter Le Pen et leur dire que voter Bayrou est « inutile » ? Si ce devait se confirmer ce serait une faute grave. Le petit rien qui ferait s’effondrer la candidature Royal. Bonne journée.


          • MPYQ (---.---.153.108) 16 février 2007 12:32

            Dans ce que vous décrivez, il n’y a que de la « politique unique ». Que voulez-vous que fassent les électeurs ? Le seul pourcentage intéressant sera celui des abstentions.


            • Vicnent Vicnent 16 février 2007 14:01

              Bonne analyse, correctement argumentée. (Je suis l’auteur de l’article auquel tu réponds...)

              Ce qui me gène chez Bayrou, c’est son coté acharismatique. Je trouve qu’il manque de leaderchip. D’autre part, j’ai jugé sa prestation très décevante hier sur « à vous de juger » France2.

              Pour ne donner qu’un exemple : quand la personne d’Alcatel Lucent a dénoncé la situation (fusion puis 12500 suppressions d’emploi), plutôt que de faire son Jospin et de rappeler lui aussi qu’il n’avez pas de baguette magique, peut être devrait-il donner un cours d’économie à nos concitoyens : d’une part, ce n’est pas parce qu’une entreprise dégage des (gros) bénéfices qu’elle se porte bien. D’autre part, le capitalime (ou l’économie de marché) n’a pas vocation à être moral : ça n’a d’ailleurs rien à voir. Je renvoie vers l’ouvrage d’André Comte Sponville intitulé « le capitalisme est-il moral ? ». Simple et clair : 2+2 fait 4 même si dans certaines situations, on eut aimé que cela fasse autre chose. L’économie de marché est avant tout une théorie économique : la moral n’a rien à y faire. Même si on peut manager avec moral et éthique, évidemment...

              Enfin, souvenons du tollé qu’avait fait la France quand Michelin ou Danone ont licencié : depuis, et grâce à la restructuration opérée, ces deux sociétés ont réembauchées bien plus qu’elles n’avait licencié ! Qui en parle ?

              Bayrou est un bon candidat, intellectuel. Mais il commence à verser dans le néopopulisme, comme le dit si bien Alain Duhamel...

              Enfin, ce qui me gène le plus chez Bayrou, c’est que si on considère qu’en gros, il vaut 15%, (et tout les autres 85% donc), je ne vois pas comment un centriste, centré mais piochant à droite et à gauche, pourrait gouverner avec un premier ministre de droite et un ministre de l’intérieur de gauche, un ministre du budget de droite et un(e) ministre de la défense de gauche ou encore un ministre des finances de gauche et un ministre de la santé de droite... Ça, ça ne me parait pas possible... Entre la droite et la gauche, il y a (entre autre !) une part du dogme économique infranchissable. (libéralisme et moins d’état contre étatisme et assistanat)

              Pour le Vicnent (de mon login), dont tu penses qu’il est une erreur : non ! Mon prénom est Vincent, mais l’immense majorité du temps, quand je le tape au clavier (sans le regarder), c’est ’vicnent’ qui sort ! C’est devenu ma marque de fabrique. Mon site en a pris le nom.

              J’ai ajouté cette réponse (enfin cet article) sur mon blog (je ne peux modifier l’article initial d’agoraVox). C’est ici.


              • Justin Themiddle Justin Themiddle 19 février 2007 23:30

                Personnellement, je suis toujours étonné d’entendre dire que Bayrou n’est pas charismatique. Pour ma part, entre lui Ségo et Sarko, ya pas photo Bayrou est de loin le plus charismatique car de toute façon le charisme n’est qu’un ressenti personnel vis à vis d’une personne. Chacun donne une « note » de charisme en fonction de paramètres qui lui semblent important. Pour moi Bayrou fait preuve de conviction, d’autorité, d’humanisme et de compréhension. Je suppose que se sont ces critères qui doivent compter pour moi. Remarque je trouve que De Villepin a beaucoup de charisme alors que je ne lui trouve que peu de qualité... Sinon pour le néo-populisme, je pense qu’il faut être sérieux deux secondes. Tous les candidats font preuve de plus ou moins de populisme que se soit Bayrou, Sarko, Ségo ou même les autres. Cela est nécessaire pour fédérer une majorité d’électeurs. Seulement il y a différents populismes. Celui qui trahi la pensée et celui qui ne la trahi pas. Je pense que Bayrou ne trahi à aucun moment sa pensée même lorsqu’il tient des propos que l’on pourrait qualifier de populistes, ce qu’il fait avant tout c’est vulgariser son discours. Parce qu’au fond, et on a pu le voir sur FEE hier, il connait très bien ses dossiers et peut être technique s’il le faut.

                Après ça n’engage que moi mais je trouve que quand Sarko fait du populisme, il trahi sa pensée donc encore ue fois ya forcément une part d’appréciation personnelle.


              • Vicnent Vicnent 16 février 2007 14:01

                Bonne analyse, correctement argumentée. (Je suis l’auteur de l’article auquel tu réponds...)

                Ce qui me gène chez Bayrou, c’est son coté acharismatique. Je trouve qu’il manque de leaderchip. D’autre part, j’ai jugé sa prestation très décevante hier sur « à vous de juger » France2.

                Pour ne donner qu’un exemple : quand la personne d’Alcatel Lucent a dénoncé la situation (fusion puis 12500 suppressions d’emploi), plutôt que de faire son Jospin et de rappeler lui aussi qu’il n’avez pas de baguette magique, peut être devrait-il donner un cours d’économie à nos concitoyens : d’une part, ce n’est pas parce qu’une entreprise dégage des (gros) bénéfices qu’elle se porte bien. D’autre part, le capitalime (ou l’économie de marché) n’a pas vocation à être moral : ça n’a d’ailleurs rien à voir. Je renvoie vers l’ouvrage d’André Comte Sponville intitulé « le capitalisme est-il moral ? ». Simple et clair : 2+2 fait 4 même si dans certaines situations, on eut aimé que cela fasse autre chose. L’économie de marché est avant tout une théorie économique : la moral n’a rien à y faire. Même si on peut manager avec moral et éthique, évidemment...

                Enfin, souvenons du tollé qu’avait fait la France quand Michelin ou Danone ont licencié : depuis, et grâce à la restructuration opérée, ces deux sociétés ont réembauchées bien plus qu’elles n’avait licencié ! Qui en parle ?

                Bayrou est un bon candidat, intellectuel. Mais il commence à verser dans le néopopulisme, comme le dit si bien Alain Duhamel...

                Enfin, ce qui me gène le plus chez Bayrou, c’est que si on considère qu’en gros, il vaut 15%, (et tout les autres 85% donc), je ne vois pas comment un centriste, centré mais piochant à droite et à gauche, pourrait gouverner avec un premier ministre de droite et un ministre de l’intérieur de gauche, un ministre du budget de droite et un(e) ministre de la défense de gauche ou encore un ministre des finances de gauche et un ministre de la santé de droite... Ça, ça ne me parait pas possible... Entre la droite et la gauche, il y a (entre autre !) une part du dogme économique infranchissable. (libéralisme et moins d’état contre étatisme et assistanat)

                Pour le Vicnent (de mon login), dont tu penses qu’il est une erreur : non ! Mon prénom est Vincent, mais l’immense majorité du temps, quand je le tape au clavier (sans le regarder), c’est ’vicnent’ qui sort ! C’est devenu ma marque de fabrique. Mon site en a pris le nom.

                J’ai ajouté cette réponse (enfin cet article) sur mon blog (je ne peux modifier l’article initial d’agoraVox). C’est ici.


                • Nasty Gasty (---.---.182.249) 16 février 2007 14:58

                  Bonne article .. mais faute de raisonnement sur le vote Lepen .

                  «  le constat est sans appel : le vote Le Pen est un vote contestataire inutile. On peut alors douter de la volonté des contestataires, quellle que soit leur colère, à reproduire ce schéma improductif,  »

                  Une base fixe d’environ 10% d’accord avec vous . Quand au reste , les contestataires( environ 10% ) qui se foutent comme de l’an 40 du programme du F.N., des intelectuels de Paris et des schemas improductifs ... La seule chose qui les amuse c’est de foutre le bordel et de voir la tete des journalistes et des politiciens a 20h le soir de l’election !


                  • Non666 (---.---.117.209) 16 février 2007 17:02

                    Votre analyse suppose un « centre », une « droite », une « gauche ». C’est l’analyse politique basée sur la position a l’assemblée dans un regime democratique ou 80% des partis dont on parle n’ont pas le droit d’etre present a cette meme assemblée...

                    L’analyse en se basant sur les definitions politiques est a mon sens plus pertinente.

                    Elle suppose la presences des 3 droites : 1) nationale, souverainiste, autoritaire et centralisatrice Autrefois incarnée par le RPR, elle se limite desormais au FN avec DeVilliers en outsider. Les gaullistes, depuis le renoncement de Mam et le depart de Dupont Aignan ne peuvent plus decement voté a l’UMP.

                    2) La droite Chretienne Democrate, sociale, humaniste Cette droite la est sans conteste aujourd’hui reduite a la seule UDF. C’est elle qui est « au centre » de l’echiquier. C’est elle qui beneficie du renoncement des partis marxistes a leur ideologie.

                    3) La droite liberale. Elle n’a jamais pesé lourd dans notre pays(3,5% à 5%) Le depart de Madelin, fourvoyé dans la defense de la guerre en Irak beneficie essentielement a Sarkozy. Il est d’ailleurs, est ce un hasard, celui qui recupere les pseudos intelectuels qui avaient entrainé Madelin sur les plateaux de TV pour defendre l’invasion de Bush et Blair.

                    Les gauches

                    1) La gauche marxiste revolutionnaire Communistes et Trotskistes de toutes obediences ne pèsent aujourd’hui que 10 à 15% des voix reparties sur au moins 4 partis (PC, LO, LCR, PT) + Bové et les verts. Aucune marge de progression sauf chez les marxistes reformistes, ecouerés du virage a droite du PS

                    2) La gauche marxiste reformiste Techniquement, elle se limite au PS. Seulement voila, avec des candidats qui se disent Blairistes (Royal), ou qui sont social-liberal(Dsk/Fabius), le virage a droite du PS ne peut que perturber les traditionnalistes. Cette gauche ne peut guère recruter au centre, s’est faite des marxistes de vrais ennemis en agissant pour le bipartisme et semble avoir renoncer a ses fondamentaux. Son seul potentiel est la « deuxieme gauche ». Ce gain est limité par les pertes vers la gauche marxiste que representeront les nonistes deçus des positions du PS, ainsi que par ceux qui ne comprenent pas le virage vers un parti social democrate qui ne le dit meme pas clairement.

                    3) La gauche non marxiste La « deuxieme gauche »(Rocard dixit) s’est ralliée a Royal. Elle se limitait au PRG, faute d’avoir su creer un vrai parti social democrate qu’appelait Rocard et Delors de leurs voeux. Techniquement cette gauche est la plus a meme de voter pour Bayrou, ou pour Royal. Si le candidat de l’UMp avait ete Villepin, il y aurait eu ses chances egalement. Avec Sarkozy, les chances sont nulles.

                    Au final nous avons Un FN qui fera le plein de ses voix dès le premier tour car il est desormais incontestable et incontesté sur l’electorat des droites nationales. Il peut meme rallier chevenementistes et la majeure parti des gaullistes ecoeuré par Sarkozy. Son potentiel de progression est nul au deuxieme tour.

                    Les Marxistes, en ordre dispersés, vont surement faire un gros score collectif mais dispersé. Sauf si la combine des 500 signatures ne se retournent contre ceux qui l’ont mis en oeuvre en ne validant qu’une seule candidate : L.O ou PCF.

                    Les Chretiens democrates ont une bonne base. Meme si ils sont l’electorat de base de Bayrou, ils sont convoité aussi bien par le PS que par l’UMP. C’est cet electorat qui va decider du sort de l’election, au premier tour.

                    Ou il prefere l’Original(Bayrou) ou il croit aux clones et aux copies (Royal/Sarkozy) En fait c’est le candidat ou la candidate qui aura pris le plus de voix a cette famille qui sera au dexieume tour, face a Lepen...et gagnera


                    • Nasty Gasty (---.---.182.249) 16 février 2007 17:07

                      @non666 : Bravo ...


                    • nm (---.---.207.132) 16 février 2007 17:12

                      moi je suis beaucoup moins intelligent que tous les commentateurs pronostiqueurs. Il reste encore plus de deux mois avant le premier tour et que l’UMP le veuille ou non les programmes seront débattus. Actuellement plus de la majorité des électeurs ne savent pas pour qui voter et ils se décideront dans les toutes dernières semaines (sinon les derniers jours). D’autre part la campagne n’est pas encore ouverte et peu de gens (à par les bloggeurs) s’y intéresse. C’est à ce moment que les fonds de poubelles seront étalées en particulier par les spécialistes du genre, à savoir l’UMP. On assistera aux pires mensonges et manipulations et tout dépendra de leur impact sur quelques 10% d’indécis, car l’arroseur pourra très bien être l’arrosé. Je me garderai bien de faire actuellement le moindre pronostic.


                      • passant (---.---.176.64) 16 février 2007 20:05

                        bonne analyse à l’heure actuelle smiley, heureusement qu’il y a la « rencontre entre un homme et un peuple »


                        • Cratyle (---.---.37.13) 16 février 2007 22:34

                          Cette analyse serait excellente si nous nous trouvions à des législatives dans les années 70, aux pourcentages près. Mais la division en extrême gauche / gauche / centre / droite / extrême droite ne tient compte que de la petite minorité de ceux qui sont liés à une famille de pensée, y compris en tenant compte des « affranchis ». La grande majorité des votants seront peu politisés, et ce n’est pas assimilable à une famille de pensée même avec la réserve des « affranchis ». Pas plus qu’il n’existe de parti des abstentionnistes. En fait, il s’agit de présidentielles et donc de la personne pour laquelle on vote aussi, de la sincérité qu’elle montre ou non, de sa maîtrise ou non des dossiers, de son comportement, bref de toute une série de critères d’un autre type. Tout cela pourrait bien avantager François Bayrou en définitive, je le crois, mais cela reste à démontrer d’une autre manière.


                          • Yann (---.---.85.183) 17 février 2007 01:02

                            Une analyse totalement tirée par les cheveux. Jamais en 5 ans un candidat à pu passer de 6% à 20%, score qui sera le seuil de qualification en avril prochain . Le score le plus haut envisageable par Mr Bayrou c’est 12% pas plus. Le Pen à mon sens doit tourner aux alentours de 25% suivi de Nicolas & Ségolène.


                            • labaule (---.---.252.249) 17 février 2007 01:02

                              Bayrou nous prend pour des retardes.Avec gravite,Il nous dit que les Francais en ont assez qu’on leur impose le carcan des 2 grands partis. Quand a-t-on interdit a un Francais de voter comme il le desire et ce n’est pas le choix qui manque. Ensuite,il exige que les entreprises distribuent leurs profits aux salaries.Bayrou se disait a la gauche des socialistes,il est en fait marxiste. Une entreprise qui ne fait pas de profits et qui n’en a pas le controle,ne peut que fermer ou quitter la France. On va alors quemander a l’etat,qui lui doit d’urgence couper son assistanat et resorber ses dettes. La seule utilite de Bayrou est de prendre des voix aux socialistes pour permettre a Sarkosy de passer et de faire les reformes qui s’imposent en France.


                              • Julden (---.---.32.248) 18 février 2007 17:35

                                C’est amusant d’entendre ça...

                                Il n’y a pas besoin d’être marxiste pour estimer que la participation est une bonne chose. L’entreprise doit être rentable, certes. Mais il faut que l’activité le soit. Faire des bénéfices ne sert ni au patron à proprement parler (qui se paie un salaire, si si je te jure) ni aux salariés. En fait cela ne sert qu’a rétribuer l’actionnaire quand celui ci ne travaille pas dans l’entreprise, et très souvent des étrangers d’ailleurs (fond de pension et autres). Donc il peut être intéressant de répartir un peu cette richesse aux salariés qui, le plus souvent, vont dépenser cet argent en France smiley Le truc c’est que pour qu’un patron fasse ça, il faut que tous le fassent, sinon il a l’impression de se faire enfler.

                                Et sans limiter ça aux grands groupes, il faut que tout le monde le fasse, en indiquant par exemple que les salariés ont droit à une part (même petite on s’en fout c’est un principe) du bénéfice avant impôt.

                                Personnellement je trouve ça plutôt productif, si c’est appliqué intelligemment.


                              • decurion (---.---.240.52) 17 février 2007 08:12

                                Un certain nombre de sujets abordés dans la campagne, devraient faire l’objet de référendums. Je ne comprends d’ailleurs pas pourquoi, les candidats persistent à nous présenter des programmes clés en mains, tout en sachant qu’ils n’apportent aucunes réponses aux réelles aspirations des électeurs.

                                Le fait est que l’on ne peut souscrire totalement à un programme présidentiel, et on sait que certaines promesses ne seront pas tenues.

                                Il en résulte que nous sommes contraint de voter, le plus souvent contre le pire, et peu souvent pour le meilleur.

                                Apparemment, pour la gauche et la droite réunie, le pire, c’est le Pen.

                                En 2002, il y a eut l’effet de surprise, beaucoup d’émotion et peu de réflexion. Est ce reproductible en 2007 ? Ce n’est pas certain .

                                Sarkozy, ou Royal à l’élysée plus une majorité à l’assemblée, c’est les pleins pouvoirs pour 5 ans. Le Pen président, c’est à coups sur, une nouvelle co habitation, avec peut etre un gouvernement de coalition.

                                Il me semble qu’avec le Pen, au second tour, cette fois encore, les cartes ne sont pas joués d’avance,


                                • Non666 (---.---.101.115) 17 février 2007 09:43

                                  « Avec LePen au second tour, les cartes ne sont pas jouées d’avance »

                                  En effet. Si le deuxieme finaliste est Royal, LePen a encore ses chances. La diabolisation ne prend plus et la droite se saura en position vulnerable aux legislatives.

                                  La finale LePen-Bayrou est gagnée par Bayrou sans qu’il y ait vraiment combat, car il est desormais le seul a pouvoir rassembler la gauche et la droite...mais c’est la presence de Bayrou au second tour qui est l’hypothèse hasardeuse.

                                  La finale Lepen Sarkozy est assez peu probable mais la plus incertaine. Car en cultivant depuis 5 ans les thématiques de Lepen, Sarkozy ne risque pas de provoquer le grand rasemblement qu’a suscité Chirac en 2002 : « bonnet blancs et blancs bonnets » diront les gauchistes...


                                • Nouste (---.---.72.155) 17 février 2007 16:19

                                  1er Bayrou, 2ème Sarkozy, 3ème Royal... Voila l’ordre juste !


                                  • (---.---.7.126) 18 février 2007 17:43

                                    Personne n’a pensé à chiffrer le coût du « passage à la France colorée et métissée » que prône S Royal. Ce plan implique la progression de l’immigration légale ou illégale, dont les obligations de financement sociaux s’élèvent à plusieurs dixaines de milliards d’euros par an.

                                    Corrélativement à la progression de l’encouragement à l’entrée massive de la misère, le pacte de S Royal implique l’évasion de la richesse par augmentation des délocalisations fiscales.

                                    L’impot « johnny » est un leurre inapplicable dans les faits. Juste pour jeter de la poudre aux yeux des fans du PS qui sont ignorants des procédures juridiques et fiscales.

                                    Soit des dixaines de milliards d’euros annuels de manque à gagner.

                                    A combien au total se chiffre cet « effet de ciseaux » ?


                                    • JL (---.---.73.200) 19 février 2007 14:47

                                      Jeune homme, votre article est trop long pour mes vieux yeux.

                                      Mais j’ai quand même tenté de lire. Pas loin, j’ai trouvé : « Parmi ces candidats, Bayrou est perçu par les électeurs comme le Condorcet et Le Pen comme l’anti-Condorcet. Contexte : une extrême gauche dispersée.  »

                                      Croyez-vous ce que vous écrivez ? Je mettrai ça sur le compte de la naïveté.

                                      Et puisque je tiens la plume, je vais mettre mon commentaire ici, pas trop long.

                                      Les médias de 2005 sont ceux de 2007.

                                      S. Royal et N. Sarkozy sont leurs candidats.

                                      Or il se trouve que d’une part, le PS pour garder son électorat populaire ne peut pas faire voter le TCE par le parlement, d’autre part, personne parmi les ouistes ne prendra le risque d’un nouvel échec devant le peuple, LA SEULE SOLUTION c’est de laisser Sarkozy, anti-démocrate notoire faire le sale boulot.

                                      Pendant cinq ans, il suffira de contenir l’exalté, c’est ce à quoi s’attacheront tous les ’braves gens’ qui se sont ’ralliés’ à lui. Il faut les entendre dire que « c’est plus le même homme », que « c’est pas un facho », même que, « oui, c’est un démocrate… » etc.

                                      Dans 5 ans, le PS se présentera la gueule enfarinée (de nous avoir roulés dans la farine) devant son électorat en jurant croix de bois, croix de fer, que cette fois, c’est son tour.

                                      Est-ce qu’on ne joue pas avec le feu ?


                                      • Vagabond (---.---.179.59) 19 février 2007 23:00

                                        PARIS (Reuters) - S’il était présent au second tour, François Bayrou remporterait l’élection présidentielle qu’il soit opposé à Nicolas Sarkozy ou à Ségolène Royal, selon un sondage Ifop pour LCI et Fiducial publié lundi.

                                        D’après cette enquête menée du 13 au 15 février auprès de 956 personnes, le candidat de l’UDF recueillerait 52% des suffrages face à son rival de l’UMP et 54% contre la candidate socialiste.

                                        En cas de duel Sarkozy-Royal, le candidat de l’UMP gagnerait l’élection avec 53%, en progression de deux points par rapport au même sondage effectué en janvier.

                                        Au premier tour, Nicolas Sarkozy arrive en tête avec 32% des intentions de vote (-0,5 point par rapport à janvier), suivi par Ségolène Royal à 25,5% (-2,5), François Bayrou à 16% (+3,5) et Jean-Marie Le Pen 11% (stable).

                                        Olivier Besancenot recueille 4% des intentions de vote (stable), Philippe de Villiers 2,5% (+0,5), Marie-George Buffet 2% (-1), Arlette Laguiller 2% (-1), José Bové 2% (pas de comparatif) et Dominique Voynet 1,5% (-1,5).


                                        • Justin Themiddle Justin Themiddle 19 février 2007 23:13

                                          Oui je le crois car les français sont informés des sondages :

                                          « François Bayrou obtiendrait son score le plus haut depuis son entrée dans la course à l’élection présidentielle : 16 %. Selon un sondage Ifop pour la chaîne LCI et Fiducial, dans une configuration de deuxième tour, François Bayrou serait élu président de la République. Devant Nicolas Sarkozy, il obtiendrait 52 % des voix. Face à Ségolène Royal, son score augmenterait à 54 %. Le premier tour de l’élection a lieu le 22 avril et le deuxième le 6 mai 2007. »

                                          Voilà, Bayrou est donc le mieux placé pour faire tomber Sarko ou Ségo et les franaçis en prendront acte. De plus, ce sondage fait passer Bayrou au-dessus de la barre des 15%. Un score qui une fois passé laisse présager que le candidat ne rechutera pas en dessous des 10%.

                                          Sans compter le sondage sorti dernièrement annonçant que plus de 70% des français souhaitent voir Bayrou au second tour.

                                          Donc je pense vraiment qu’il est sur une bonne dynamique qui ne s’arrêtera pas mais comme je l’ai dis dans mon article, reste à savoir si elle sera assez forte pour passer Ségolène.


                                          • pixel (---.---.215.196) 19 février 2007 23:22

                                            Bayrou est la solution pour construire la sociale-démocratie française.


                                          • Justin Themiddle Justin Themiddle 19 février 2007 23:29

                                            Personnellement, je suis toujours étonné d’entendre dire que Bayrou n’est pas charismatique. Pour ma part, entre lui Ségo et Sarko, ya pas photo Bayrou est de loin le plus charismatique car de toute façon le charisme n’est qu’un ressenti personnel vis à vis d’une personne. Chacun donne une « note » de charisme en fonction de paramètres qui lui semblent important. Pour moi Bayrou fait preuve de conviction, d’autorité, d’humanisme et de compréhension. Je suppose que se sont ces critères qui doivent compter pour moi. Remarque je trouve que De Villepin a beaucoup de charisme alors que je ne lui trouve que peu de qualité...

                                            Sinon pour le néo-populisme, je pense qu’il faut être sérieux deux secondes. Tous les candidats font preuve de plus ou moins de populisme que se soit Bayrou, Sarko, Ségo ou même les autres. Cela est nécessaire pour fédérer une majorité d’électeurs. Seulement il y a différents populismes. Celui qui trahi la pensée et celui qui ne la trahi pas. Je pense que Bayrou ne trahi à aucun moment sa pensée même lorsqu’il tient des propos que l’on pourrait qualifier de populistes, ce qu’il fait avant tout c’est vulgariser son discours. Parce qu’au fond, et on a pu le voir sur FEE hier, il connait très bien ses dossiers et peut être technique s’il le faut.

                                            Après ça n’engage que moi mais je trouve que quand Sarko fait du populisme, il trahi sa pensée donc encore ue fois ya forcément une part d’appréciation personnelle.


                                            • Vagabond (---.---.179.59) 20 février 2007 00:08

                                              Peut-etre avez-vous oublie le critere TSS (Tout Sauf Sego) ou plus precisement TSPS (Tout Sauf le PS). Je suis un electeur indecis. Alors que je suis generalement centriste, j’ai penche depuis plusieurs mois vers la candidature Sarkozy, car je crois qu’il a la competence et la force necessaires.

                                              Mais un autre parametre est constamment present en moi qui vient contredire ce choix : le fait que Sarkozy ne pourra pas rassembler la France autant que Bayrou le pourrait. Ces dernieres semaines je suis heureux de voir FB remonter les sondages. Ca fait que desormais je me dois de reevaluer mon choix, de plus il est desormais donne gagnant au second tour.

                                              Mais, il y a quelque chose qui pointe a l’horizon et qui mitige le choix FB. Son intention de nommer un 1er ministre de gauche est bonne et c’est en coherence totale avec son discours d’aller au-dela des partis. Je n’aurais rien a redire et j’applaudirai si un Rocard ou Delors devenait 1er Ministre. Mais attention... si Bayrou se transforme en une marionnette du PS, je vais malheureusement avoir a revoir mon jugement. Il faut qu’il clarifie, je ne souhaite pas une nouvelle cohabitation.

                                              Je souhaite un gouvernement rassembleur qui gouverne au-dela des partis prehistoriques, des clivages d’autres temps, mais je ne suis pas certain que FB aura la marge de manoeuvre suffisante apres son election hypothetique pour avoir une majorite presidentielle NON-AMBIGUE suffisante a l’Assemblee.

                                              Je suis conscient qu’un choix implique necessairement une part de risque et un pari. Pour l’instant je ne peux pas encore me decider ni pour l’un ni pour l’autre. En tout cas le critere le plus important pour moi, c’est le TSPS — car je ne crois pas que le PS se soit reforme depuis 2002, les dinausaures etant malheureusement toujours trop presents, malgre Segolene — et je voterai avant tout pour satisfaire ce critere.


                                            • jojo (---.---.164.103) 21 février 2007 08:00

                                              francois br il et trop mieleux ces un fau cu il porte un masc ce nes pal lui il na auqun carisme il ne sera jamai a la hauteur je dit ce que il me fait ressantire comme seguo elle nous prend pour ces enfants ce son deux incapable/danger


                                              • THINTHIN (---.---.60.1) 24 février 2007 11:06

                                                Vous pouvez voir le résultat de l’élection virtuelle qui recueille plus de 12 000 votants ( un vote par connexion internet )sur le site votez2007.com ( ainsi que lematch2007.net ! ), pour analyses. De même il y a le site expression-publique.com qui mêne des sondages sur les réformes, les candidats, ... .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès