Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Anormalité et asymétrie

Anormalité et asymétrie

Pour ce 4ème épisode des aventures de Pompimou en Afrique, il m’apparait utile de décrire un peu ce que sont la vie et l’avenir des jeunes maliens.

Je vais faire cela au travers de petites photos prises au fil des années.

La 1ère est faite dans la savane malienne, du côté de Diéma, au nord ouest de Bamako, histoire de démontrer que nos commentateurs des médias et nos spécialistes à la petite semaine devraient un peu connaitre le terrain avant de dire que … « ces terroristes sont faciles à trouver dans le désert, que leurs caches sont peu nombreuses, que les points d’approvisionnement sont rares », et autres imbécilités ….

(voir photo savane)

JPEG - 121.8 ko
savane

Selon le chemin que vous prenez pour entrer au Mali vous y trouvez des gens vivant dans le luxe,

-qu’ils soient Touaregs dans l’Adrar des Iforas, passant leur vie à attendre les véhicules pour réclamer de l’eau

(voir photo femme et enfant touaregs)

JPEG - 1.8 Mo
Femme et enfant

-qu’ils soient noirs à la frontière mauritanienne, dans la zone frontière entre désert et savane

(voir photo « maison merlin »)

JPEG - 107.3 ko
maison merlin

-qu’ils soient chanceux et trouvent un boulot le long d’une route goudronnée

(voir photo dépanneur)

JPEG - 121 ko
depanneur

-ou bien qu’ils soient abandonnés et trouvent refuge auprès d’un marabout qui leur enseigne le coran, sous réserve qu’ils mendient pour lui et pour payer l’enseignement, dans ce cas en Afrique de l’Ouest on les appelle les « talibés », ou talibans dans d’autres contrées.

(voir photo talibés)

JPEG - 683.5 ko
talibes

Donc pour cette partie du sujet, quand un pays arrive à proposer à ses enfants un tel avenir, on comprend qu’ils montent facilement dans le premier 4x4 venu qui leur propose à manger et une kalachnikov !

D’autant plus que ces propositions sont véhiculées par des prédicateurs qui ont pignon sur rue.

Prenons par exemple Chérif Ousmane Madani Haidara. Originaire de Ségou, résidant à Bamako dans le quartier de Bankoni, son appartement est à la démesure de ses moyens avec 4 salons d’apparat, une pièce pour les ablutions, des colonnes de climatiseurs partout, dorures et kitch, du Depardieu délocalisé !

La mosquée du coin porte son nom, elle peut recevoir des milliers de fidèles sur 3 niveaux, comme un parking aux Galeries Lafayette. Il a son complexe social, son école, ses appartements locatifs, son garage ….

Pour les aventuriers je ne donnerai pas l’adresse de ses Bordels et autres lieux de perdition, d’autant plus qu’ils sont sous un prête-nom.

Sa recette, du charisme et des gogos. Et chez les plus que pauvres, ceux que j’ai décrit plus haut mais qui, vivant dans les faubourgs de Bamako, savent qu’il « y a peut être un ailleurs » (merci Monsieur Lavilliers), cette recette fait mayonnaise. Donc ils cotisent pour lui, pour son mouvement.

Son mouvement disais-je ?

-C’est Ançar Dine (trad : défense de l’islam).

Son budget ?

-1.000 FCFA (1,5 euros) par mois et par cotisant, ils sont plus de 500.000 adhérents, ce prédicateur engrange au moins 9.000.000 euros par an.

Son discours ?

-Il défend le pays contre les barbares qui l’ont attaqué, il est un purificateur de la religion.

Ses réussites ?

-ll a permis que l’âge minimum du mariage pour les filles passe de 18 ans à 16 ans, il a obtenu qu’existe officielle un ministère des cultes avec un vrai ministre.

Son but ?

-Un wahhabisme conquérant sous influence saoudienne ou qatarie.

Je dirai bien « no comment » après tout cela, mais disons plutôt « bonne chance » aux troupes françaises qui ont dans leur dos ce proxénète et ses ouailles !

A 250 euros la kalachnikov, l’individu a un gigantesque pouvoir de nuisance, à l’intérieur de la capitale. Et comme il a ces 500.000 ouailles qui le vénèrent, impossible de le toucher !

D’ici qu’on entende, au lieu des « Allah akhbar » des « Pompimou akhbarre-toi ! », il n’y a qu’un pas que la présence de troupes autres que françaises va permettre de franchir.

J’imagine déjà les maliens voir l’armée sénégalaise sur leur sol !

Mais …

La vie au Mali se rythme aussi autrement, avec la crue du fleuve, la transhumance, le train et les taxis brousse, les bateaux qui parcourent le fleuve, des gens vivants et souriants, simples et accueillants. J’y reviendrai dans un prochain épisode, l’heure n’est pas aux images bucoliques et exotiques.


Moyenne des avis sur cet article :  4.3/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • alinea Alinea 19 janvier 2013 12:07

    C’est bien votre vision des choses de « là-bas » ! Cette pudeur qui se refuse à suivre la mode des cris d’indignation, inaudibles dans leur brouhaha ; cette humanité nous touche au coeur, plus que tous les articles « d’avertis » qui en valent deux !
    Merci


    • Gérard Luçon Gérard Luçon 19 janvier 2013 12:23

      moi, simplement, je demande que les gens regardent les jambes de ce petit bonhomme touareg, sur la photo avec sa maman, peut-etre vont-ils comprendre !


      • Ariane Walter Ariane Walter 19 janvier 2013 14:25

        Explique......


      • Gérard Luçon Gérard Luçon 19 janvier 2013 15:52

        @Ariane ... cette photo m’a marque et m’a mis dans un camp, a jamais.

        Polio, pied bot, que pouvais-je leur « offir » alors ? C’etait en 1987, maintenant ce « minot » a une trentaine d’annees 

        Et nous pretendons representer la civilisation !


      • Ariane Walter Ariane Walter 19 janvier 2013 14:54

        Quel plaisir de découvrir « au ras du sol » à côté des hommes des ces pays, cette réalité abstraite et virtuelle qu’on nous balance sous ce nom : « Mali. »
        merci,vraiment pour ces reportages. Continue. C’est passionnant.


        • Brontau 19 janvier 2013 16:29

           Bonjour Gérard. Le fait que ce soit deux femmes (il est vrai deux combattantes de l’humain au quotidien) qui réagissent favorablement (et en premier) à vos reportages que j’ai lu avec passion me rend confus.

           Les « mâles » sont donc tellement plus sensibles aux photos d’armes qu’à celles de la détresse et du dénuement d’enfants ou de mères ?

           En plus des qualités qu’elles ont relevé, pudeur, humanité, réalité, je veux aussi souligner l’humour qui loin d’amenuiser la force du propos le rend encore plus percutant.


          • Gérard Luçon Gérard Luçon 19 janvier 2013 18:44

            @Brontau ......................... Merci ! J’ai pas d’autre mot


          • bigglop bigglop 19 janvier 2013 19:51

            Et tout le monde passe sur cette information :

            L’Armée de Terre veut recruter 10 000 soldats

            Faut-il en rire ou en pleurer ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès