Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Appel après le Congrès du 21 juillet 2008

Appel après le Congrès du 21 juillet 2008

La volonté du peuple est méprisée.

La Constitution de la France vient d’être profondément bouleversée. Il s’agit là, en fait, d’un nouveau coup de force, préparé dans des enceintes feutrées, au prétexte de modifications techniques nécessaires, venant après celui qui a imposé le traité européen le 4 février 2008 contre la volonté du peuple exprimée le 29 mai 2005.

Qui plus est, cette révision constitutionnelle, une des plus importantes depuis 1958 puisqu’elle concerne l’équilibre des pouvoirs, a été, par une propagande grossière, présentée comme accroissant les pouvoirs du Parlement. Bien au contraire, elle accroît en fait la place d’un Président de la République sans contrôle et renforce un bipartisme, celui des deux familles partisanes du oui au référendum de 2005, affaiblissant encore ainsi les rares espaces d’expressions contradictoires. Et l’initiative des lois émanera de plus en plus d’un pouvoir autonome, les directives européennes étant transcrites dans le droit national par des parlementaires réduits, pour l’essentiel, à ce rôle.

La Constitution est l’ensemble des règles qui régissent l’organisation de la République. Elle doit affirmer des principes clairs, ayant pour objet principal de permettre la vie en commun par la mise en œuvre de la volonté du peuple dans son ensemble. Elle n’est pas octroyée par les puissants et ne peut émaner que du peuple lui-même. Or, la révision qui vient de se produire, et qui est en fait un changement radical, a été avalisée par un Parlement qui n’était pas élu pour cela. Le fait que, de plus, le vote ait été marqué par des marchandages indignes de la démocratie montre une nouvelle fois l’incapacité du régime à gouverner le pays en fonction des seuls intérêts de la Nation.

Comme le proclame la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, la volonté du peuple est le fondement de l’autorité des pouvoirs publics. Une Constitution doit donc être établie par le peuple lui-même, précisément pour se protéger de l’arbitraire des puissants, à travers une assemblée constituante, indépendante, élue dans ce but et dissoute ensuite. Elle doit être approuvée par référendum.

C’est pourquoi les signataires de ce texte affirment avec force que la situation exige la convocation d’une assemblée Constituante élue au suffrage universel direct dans les délais les plus brefs. Ils appellent les citoyens et élus dans toutes les communes à se réunir pour exprimer et participer à la fédération de cette volonté dans les formes qu’ils décideront eux-mêmes.

Appel lancé le 24 juillet 2008 par l’ Association pour une Constituante

Association pour une Constituante
13 rue du Pré Saint Gervais 75019 Paris
pouruneconstituante@yahoo.fr

P.S. :
le canard républicain est un signataire de ce texte. Vive la République française !


Moyenne des avis sur cet article :  4.35/5   (37 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • wangpi wangpi 26 juillet 2008 13:37

    hélas, hélàs, le peuple est endormi.
    mais comme le dit fort justement ph. Séguin, "On ne joue pas impunément avec les peuples et leur histoire. Toutes les chimères politiques sont appelées un jour ou l’autre à se briser sur les réalités historiques. La Russie a bel et bien fini par boire le communisme comme un buvard, parce que la Russie avait plus de consistance historique que le communisme, mais à quel prix ?"
    L’article 35 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1793 nous donne une indication.
    "Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs."


    • Cotcodec 26 juillet 2008 14:52

      Je suis d’accord avec l’article. En tout cas dans le principe. En pratique, je pense qu’on peut autant pisser dans un violon.

      Sur le fond, on ne peut qu’être d’accord. Il y a accumulation de décisions volées au Peuple actuellement, et donc déni de souveraineté (la réforme constitutionnelle n’étant qu’une parmi d’autres, comme par exemple l’adhésion au TCE). Ces vols sont tous des dénis de souveraineté. Ils sont opérés sous couvert, évidemment, de représentativité Parlementaire. Mais celle-ci repose sur une majorité donnée par les Français dans la foulée de l’élection Présidentielle, non pas probablement dans le souci d’assurer la représentation de leurs idées, mais de garantir une efficacité politique. Election Présidentielle qui elle-même a été l’occasion (comme souvent) de diverses manipulations médiatiques et menteries politiques. Tout ça pour dire que l’argument de la représentativité du Peuple par le Parlement est au mieux de l’ordre de l’axiome politique, mais qu’en pratique, aujourd’hui, c’est certainement du pipeau intégral.

      Alors, faut-il revoter, faut-il une Constituante ? Ce serait bien. Mais en politique il faut du réalisme...

      Toutes les Constituantes ont été créées à l’issue de crises de régimes majeures (et le plus souvent baignées de sang) : Révolution, Empire, Restauration, Vichy, tentative de coup d’état (réelle ou bidonnée) en 58 (on me pardonnera ls approximations historiques)... Pour arriver à l’insurrection ou à la Révolution, lâchons le mot, il faut d’abord que le peuple réagisse... Pour ça, on est encore loin d’être allé trop loin. Le peuple ne réagit que lorsqu’il se rend compte de manière éclatante qu’il s’est fait avoir. Ca prend du temps... mais après c’est irréversible.


      La où il y a matière à espérer, c’est que Sarkozy est vraiment très rapide et particulièrement efficace pour rendre les institutions impopulaires. Ce qui n’est pas très malin de sa part. S’il continue ainsi, le sort auquel il vouait le supposé instigateur du supposé bidonnage dans le cadre de la supposée affaire Clearstream (1) risque fort de devenir le sien, au figuré s’entend bien sûr (2). Et à ce moment, je ne suis pas sûr qu’il lui restera beaucoup d’amis.

      cotcodec

      (1) Hyperbole lourdingue et adjectifs répétés intentionnellement, précautions je l’espère suffisantes pour m’éviter le sort d’un quelconque imprudent type Denis Robert.
      (2) Cf. 1.


      • Cotcodec 26 juillet 2008 14:53

        PS : cette association aurait-elle un site internet ?


      • La Taverne des Poètes 26 juillet 2008 15:18

        Pour un nouveau serment du jeu de paume !


        • dom y loulou dom 28 juillet 2008 12:54

          de la poésie vous avez viré au cynisme absolu la taverne ? On penserait pourtant qu’une initiative comme celle-ci est faite pour vous non ?


        • HELIOS HELIOS 26 juillet 2008 15:59

          Tout cela provient, comme mille et mille personnes l’ont déjà dit avant, du mecanisme "majoritaire" des élections des representants du peuple.

          Quand il s’agit d’un choix technique, d’une option commerciale, pas de problème, la majorité est suffisante.
          Lorsqu’il sagit de representation, et non pas de choix, seule la selection proportionnelle integrale est legitime. Celle ci permet a l’elu de representer la France en fonction des interêts de celle ci, et non pas en fonction des intérêts de son parti ou de ses electeurs directs.

          L’excuse mise en vant par les gouvernants est sans valeurs. Pretendre qu’un parlement est ingouvernable c’est affirmer que ce même parlement n’est pas "a la botte" de l’executif. et c’est justement ce qu’il ne doit pas etre. Un vrai executif, un vrai gouvernement, soucieux des interets du peuple oeuvrera pour que les decisions a prendre fassent suite a une adhesion des representants du peuple, les députes et senateurs, et dans ce cas il n’y a pas ingouvernabilité. et si, le gouvernement veut aller au dela, il peut toujours proposer un referendum.

          helas, le choix d’une election de type majoritaire sans recours au referendum est deja l’amorce d’une forme de totalitarisme.

          Une representation proportionnelle du peuple n’aurait probablement pas permis ce tripatouillage constitutionnel. D’abord parceque Sarkozy n’aurait pas eu les moyen de cette derive et que les representants n’aurait jamais laissé passer cela. mais la c’est de la pure spéculation bien sur... ceux qui pensent que rien n’aurait changé n’ont qu’a accepter qu’on vienne a un système totalement proportionnel,..puisque rien ne change !


          • Le Marquis 26 juillet 2008 17:40

             Etre d’accord avec l’autaur, c’est considérer que le peuple c’est l’opposition ou plus exactement le parti socialiste. C’est insensé. La réforme de la constitution a été votée par la majorité des deux chambres, donc par la majorité des Français. L’opposition, c’est à dire la MINORITE doit accepter et se la fermer. C’est ça la démocratie.


            • Cotcodec 26 juillet 2008 20:17

              Cher Marquis,

              Effectivement, ce que vous dites est insensé ! On dirait du Staline, ce qui est quand même le comble pour un aristocrate. Quoi que...

              cotcodec


            • wangpi wangpi 26 juillet 2008 21:58

              au marquis (enfin qu’aimerait bien)

              la minorité, c’est les 29% de microcéphales qui soutiennent encore le président.


            • Nathan Nathan 26 juillet 2008 17:51

               Cette réforme constitutionnelle, qui mettra quelques mois à se mettre en place, va principalement améliorer la démocratie dans notre pays. Pourquoi ? Elle réduit le nombre de mandats du président à 2. Donc 10 ans maximum ; fini les présidences françaises interminables sorte de "monarchie élective". Elle va augmenter les pouvoirs du parlement en simplifiant certaines procédures législatives ET surtout en abaissant les pouvoirs du président qui pourra (entendre "devra", cf médias et opinion) se présenter devant le parlement pour rendre des comptes, mais certes sans débat. Elle va augmenter les droits du citoyen en lui donnant de nouveaux accès d’expression auprès des institutions en place.
              Une meilleure répartition du pouvoir dan un pays implique une moins grande centralisation et donc un état moins omnipotent.


              • kabreras kabreras 27 juillet 2008 03:42

                Etes vous stupide ?

                Il n’y a jamais eu en france de personne élue pour plus de 2 mandats.. aucun interet à parler de "fin des présidence interminables" elles n’on jamais eu lieu !!!
                De plus elle n’abaise surement pas les pouvoirs du président, au contraire elle les augmente de 1000%, il ne rendra pas de compte devant le parlement, il discourera de ce qu’il veu, sans questions possibles et dans débat.

                Votre commentaire ne vaut pas un clou, vous n’avez rien lu sur cette modification, vous avez juste écouté TF1 d’une oreille distraite !


              • Nathan Nathan 27 juillet 2008 10:38

                 mea culpa


              • chimel56 26 juillet 2008 18:18

                @ nathan ; il faut savoir lire : le projet constitutionnel prévoit que le président ne pourra faire que deux mandats "consécutifs", ce qui n’interdit en rien à NS ( Notre Saigneur) de faire quatre ou six mandats, il est encore très jeune. 2007-2012 & 2012-2017 / 2022-2027 & 2027-2032 / 2037-2042 & 2042-2047.......etc, Bon courage !!!


                • aldebaran aldebaran 26 juillet 2008 19:19

                  J’aimerais qu’on m’explique deux ou trois petits trucs sur cette révision de la constitution.
                  Déjà, sur le fait que la révision ait été décidée par vote du congrès et non par référendum : en quoi est-ce condamnable ? Il me semble que c’est effectivement prévu par la constitution, non ?

                  Il me semble aussi qu’écrire que "la révision qui vient de se produire, et qui est en fait un changement radical, a été avalisée par un Parlement qui n’était pas élu pour cela.", c’est oublier que les représentants du peuple sont élus... pour représenter le peuple, justement ! et pas plus (pas moins non plus, d’ailleurs).
                  C’est à dire que l’Assemblée est réputée représentative pendant toute la durée du mandat de ses élus, même si des fois on voudrait bien reprendre la voix donnée à notre député (ou sénateur, maire, ...)

                  C’est bien gentil de vouloir donner la parole au peuple... encore faut-il qu’il soit capable de s’exprimer en connaissance de cause : Je me souviens de ma perplexité au moment du traité de Maastricht et du référendum qui allait avec. Un texte très juridique, une lecture des plus soporifiques, et au final l’impression de ne pas être plus avancé après avoir lu...
                  (Et puis, il faut dire qu’en France, le recours au référendum est souvent mal vu. Sans doute un reste lointain du plébiscite de Napoléon III)

                  Mais je voudrais bien qu’on m’explique aussi en quoi la démocratie se porte plus mal qu’avant, par exemple à propos des fameux deux mandats.
                  J’ai lu ceci : "il faut savoir lire : le projet constitutionnel prévoit que le président ne pourra faire que deux mandats ’consécutifs’, ce qui n’interdit en rien à NS ( Notre Saigneur) de faire quatre ou six mandats".

                  Ceci est rigoureusement exact, mais :

                  - avant, il n’y avait aucune limitation : le président pouvait faire cinq, douze ou trente-deux (!) mandats, consécutifs ou pas.

                  - ma mémoire me suffit à faire le compte pour la 5ème république : aucun président n’a fait plus de 2 mandats. Pour les républiques précédentes, faut voir, mais compte tenu de leur instabilité chronique...

                  - et en dernier ressort, pour qu’un président fasse un 3ème mandat, il aurait fallu qu’il soit élu !

                  J’en ai encore d’autres (des questions) mais si déjà on veut bien éclairer ma lanterne sur celles-ci, je suis preneur.

                  Al

                  PS : merci d’éviter de me répondre en arguant que le défaut de cette révision est que c’est une idée du petit Nicolas. Notez que la constitution de 58, soi-disant taillée sur mesure pour de Gaulle, ne lui a servi que 10 ans alors qu’elle a maintenant 50 ans d’existence.


                  • Francis Francis 28 juillet 2008 11:05

                    Déjà, sur le fait que la révision ait été décidée par vote du congrès et non par référendum : en quoi est-ce condamnable ?

                    Vous avez bien raison, nous devrions voter une fois tous les 50 ans pour une assemblée, et les laisser s’occuper du pays, après tout, ils représentent le Peuple, donc pas de problème ... Et puis c’est effectivement trés sain de permettre à un organe de pouvoir de déterminer les conditions d’exercice de ce pouvoir !


                  • tvargentine.com lerma 27 juillet 2008 01:21

                    Franchement c’est à mourrir de rire


                    • Deadlikeme Deadlikeme 27 juillet 2008 09:47

                      Franchement, Lerma, vous n’êtes même plus drôle dans votre stupidité.... mais de plus en plus endoctriné, encarté, bientôt l’esclavage...cela va finir mal cher ami....


                    • vivelecentre 29 juillet 2008 09:31

                      Tout cela doit être du second degré !!

                      je ne m’explique pas autrement ces indignations automatisées..

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès