Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Approximations et mensonges de Sarkozy en campagne

Approximations et mensonges de Sarkozy en campagne

Lors de l'émission « Des paroles et des actes », Nicolas Sarkozy s’est parfois montré imprécis sur les chiffres. « 20 Minutes » a repéré quelques-unes de ses erreurs...

L'EPAD
Nicolas Sarkozy regrette « ô combien » d'avoir conseillé à son fils de prendre la tête de l'Epad (Etablissement public pour l'aménagement de la région de la Défense). Mais, a-t-il expliqué, « comme ce poste que j'avais exercé n'était pas rémunéré (...), je me suis dit 'Jean peut faire acte de candidature, ça n'a aucune importance' ». Surtout, il faut que ce poste soit occupé par un conseiller général, ce qui est le cas de Jean Sarkozy. Faux, puisque l'actuelle présidente de l'organisme est Joëlle Ceccaldi-Reynaud. Or, elle n'est « que » députée-maire de Puteaux.
 
Le chiffre du chômage
Laurent Fabius lui a lancé que sous son quinquennat, le chômage avait augmenté de 1 million. « Un million c'est faux, c'est un fait », rétorque Sarkozy, assurant que le nombre de chômeurs a augmenté de 400.000 et l'accusant d'additionner 600.000 temps partiel. Sauf que d'après les chiffres de la Dares (Direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques), si on se base sur les chômeurs de catégorie A, ceux qui sont sans activités, Laurent Fabius est plus proche de la vérité que Nicolas Sarkozy. En août 2007, il y avait 2,098 millions de chômeurs de catégorie A. En février 2012, la Dares en comptait 2,862 millions. Soit un écart de 764.000.
 
La TVA Sociale
Nicolas Sarkozy a réaffirmé qu’il comptait augmenter la TVA d’1,6 point pour privilégier les entreprises françaises. Une hausse qui amènera immanquablement à une hausse des prix d’au moins « 1 point », a estimé Laurent Fabius. Faux, a rétorqué Nicolas Sarkozy, se fondant encore une fois sur l’exemple allemand. « Avec 3% d'augmentation de TVA en Allemagne, les prix ont augmenté de 0,5 point, ils augmenteront dans une même proportion en France », a assuré Nicolas Sarkozy, donc d’à peine 0,25 point. Sauf que d’après un rapport de la Bundesbank, cité par un rapport de la Cour des comptes, « l’augmentation de 3 points de la TVA aurait contribué pour 2,6 points à la hausse des prix en 2007 ». 
 
Le coût des 7 heures d’intérêt généraux pour le RSA
Nicolas Sarkozy a redit qu’il voulait généraliser ces 7 heures hebdomadaires. « Rémunérées », a-t-il précisé encore. Mais pour quel coût ? Le candidat-Président a précisé que la charge serait partagée par l’Etat et les collectivités territoriales, pour un coût de 500 millions d’euros par an. D’après le chiffrage du think tank de l’Institut de l’entreprise, il faudrait plutôt compter une fourchette entre 800 miillions d’euros et 1,5 milliard d’euros.
 
>> Les principales annonces de Nicolas Sarkozy
 
Le non remplacement d’un fonctionnaire sur deux
Pour Nicolas Sarkozy, cette règle, qui instaure le non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite a permis de faire 5 milliards d’euros d’économie en cinq ans. Une estimation largement supérieure à celle de la cour des Comptes de 2011, qui la chiffre à 100 millions d’euros par an.
 
La lutte contre les fraudes fiscales
Le chef de l’Etat a affirmé que la lutte contre les fraudes fiscales a déjà permis de récupérer 5 milliards d’euros. Mais sur son site, la franceforte.fr, on parle de la détection de 3,4 milliards d’euros de fraudes.
 
 
Sur le programme de François Hollande
Il n’y a aucune trace du mot « compétitivité » dans le programme du socialiste, a assuré Nicolas Sarkozy. Faux, le mot apparaît page 7, dans la première mesure du socialiste. Sur le quotient familial, Nicolas Sarkozy a également annoncé que le socialiste voulait le supprimer. C’est également faux, il a expliqué qu’il voulait le « moduler » pour redistribuer envers les foyers les plus modestes. Le socialiste a également assuré que la taxe professionnelle, supprimée par le gouvernement, allait être rétablie par le socialiste s’il était élu. François Hollande a réfuté ce mercredi matin sur Europe 1. « Nous n’allons par rétablir la taxe professionnelle. Mais il faudra néanmoins chaque année trouver 7 milliards d’euros dont ont été affaiblies les recettes de l’Etat », a-t-il annoncé. Il ne l’a pas fait cette fois, mais Nicolas Sarkozy a pour habitude de dire que François Hollande veut régulariser tous les sans-papiers. Le socialiste propose en fait une régularisation au cas par cas.
 
 
L'histoire de la cinquième république n'a pas porté chance aux grands diseurs de vérités que furent Pierre Mendès France, Raymond Barre et Michel Rocard. Ils ont touché échoué dans la conquête du pouvoir suprême. D'une certaine manière, Jacques Chirac avec « la Fracture Sociale » avait ouvert la voie de manière spectaculaire au « slogan gadget inhabité qui fait mouche ». 
 
 
Après, « le travailler plus pour gagner » les promesses du « candidat du pouvoir d'achat » de 2007, on a assisté à un quinquennat de mensonge. Il parait assez naturel dans ces conditions d'être aujourd'hui à la fois dans le déni politique pour le bilan et dans le mensonge pour la campagne de 2012. 
 
Comme le soulignait en 1993 l'historien Jean-Jacques Courtine dans sa préface à L'art du mensonge en politique : « Le mensonge politique est entré dans l'ère de la production et de la consommation de masse ». Sa généralisation, sa diffusion, son instantanéité et sa permanence (un mensonge chasse l'autre sans que la vérité soit jamais rétablie) en font-ils, aujourd'hui un acide qui corrode la démocratie ? A vrai dire l'histoire montre montre que le mensonge est d'abord le carburant des régimes totalitaires - D. Jeambard Journal Marianne n°772. 
 
Oui, le mensonge pratiqué à cette échelle abaisse la politique à un niveau jamais atteint. Le mensonge est un moyen politique usuel. Il devient éminemment condamnable lorsqu'il devient une fin. Sauf à devenir une perversion, c'est à dire une trahison de l'idéal démocratique et des buts de la politique. Toutes les dictatures reposent sur un mensonge fondamental : elles n'ont d'autres objet que le pouvoir pour le pouvoir et le détournement de l'intérêt général au profit des intérêts sordides de quelques uns. La campagne actuelle amène naturellement à se poser la question de la destination vers laquelle on veut nous mener. 
 
A lire : Menteurs ! par Jean-François Kahn

Moyenne des avis sur cet article :  4.59/5   (39 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • Tall 10 mars 2012 10:38

    Le job des politiciens de droite est de convaincre une majorité de voter pour eux, alors qu’ils ne défendent qu’une petite minorité ( moins de 10% ). Le mensonge est donc leur outil de travail principal.

    Tous ceux qui votent à droite sans être vraiment riches sont des pigeons.

    • heliogabale boug14 10 mars 2012 10:56

      Il y a aussi un passage sur l’augmentation du pouvoir d’achat : Sarkozy dit que l’augmentation du pouvoir d’achat a été de 1,4% en moyenne annuelle sous son quinquennat ... ce qui est extrêmement exagéré.



      • kssard kssard 10 mars 2012 21:41

        @boug14, d’accord avec vous : mensonges mensonges !



        il ne fait référence qu’à la seule année 2011, alors qu’en 2008 par exemple, l’augmentation n’était que de… 0,4%.

        Surtout, cette statistique n’indique que la progression du « revenu disponible brut » global de l’Hexagone. En d’autres termes, elle ne fait référence qu’à « l’ensemble des revenus perçus par la totalité des ménages », comme l’avertit l’Insee dans sa dernière note de conjoncture . Résultat : la hausse de la population n’est pas prise en compte, tout comme le fait que certains biens (comme une machine à laver) sont parfois partagés au sein d’un même ménage. Ce qui a pour effet de tirer ces chiffres à la hausse.

        Des statistiques moins favorables
        L’Insee propose donc un autre indicateur : le « pouvoir d’achat par unité de consommation ». Mais dans ce cas, les chiffres apparaissent bien moins favorables au président sortant . Certes, cet indice s’élève à 2,4% en 2007, mais dégringole à -0,3% en 2008. Il progresse ensuite de 0,6% en 2009, fait du surplace en 2010 (+0,1%), avant de rebondir légèrement en 2011 (+0,7%). Bien loin des « 1,4% par an » de Nicolas Sarkozy.


      • Yvance77 10 mars 2012 11:04

        Salut,

        Moi ce qui m’écœure le plus venant des politiques, c’est leurs mensonges sans vergogne sur la situation dramatique du chômage.

        La vérité est tout autre, et ceux-ci (de gauche comme de droite) le savent très très bien. On a dépassé le stade des 5 millions de chômeurs, auxquels on peut ajouter une autre situation dramatique concernant les précaires, et les temps partiels.

        De ce fait, on obtient peu ou prou un chiffre hallucinant de personne en mal de rémunération.

        Quand est-ce qu’un se lèvera et prendra la parole sur sur sujet ô combien sensible.


        • jef88 jef88 10 mars 2012 12:51

          Mais les politiques se mettent (de la gauche à la droite) à plat ventre devant la finance.....
          L’intérêt des français ? Rien à foutre !!!


        • kssard kssard 10 mars 2012 18:58

          @yvance77, slt, 


          Je pense la même chose que vous. Les chiffres du chômage n’ont plus aucun sens avec les petits boulots et les CDD à temps partiels subits. Voici un an Sarko parlait du modèle français avec son secteur public qui amortissait la crise - entendez par là, qui permettait de maintenir une certaine croissance. Aujourd’hui à force de casser le secteur public et de réduire le pouvoir d’achat la consommation est en panne, et la ça devient grave. Avec une consommation en berne, la crise ne peut que s’aggraver en France. 

        • Robert GIL ROBERT GIL 10 mars 2012 11:43

          Il joue les pères de familles et parle de valeurs alors que les seules valeurs qui comptent pour lui sont les valeurs boursières. Il a toujours privilégié la rente au travail. Le travail, c’est pour les pauvres, la rente pour les riches, le président de tous les français n’a jamais mélangé « les torchons et les serviettes » ! Ses valeurs de campagne ne sont que poudre aux yeux. Il vient faire son show devant la France d’en bas, la France qu’il a saignée pendant cinq ans. Son bilan pour la classe ouvrière est catastrophique : huit millions de pauvres, trois millions de précaires, trois millions de temps partiels, cinq millions de chômeurs, et des salaires de misère pour la majorité des salariés...............
          http://2ccr.unblog.fr/2012/02/16/menteur-et-manipulateur/


          • kssard kssard 10 mars 2012 19:09

            @Robert Gil,


            D’accord avec vous sur : les  huit millions de pauvres, trois millions de précaires, trois millions de temps partiels, cinq millions de chômeurs, et des salaires de misère pour la majorité des salariés. 
            ça c’est le bilan visible encore qu’avec cette campagne on est dans le déni total (Pour l’instant Hollande refuse de l’attaquer de front), 

            mais il y a les bombes à retardement à savoir les engagements et les traités signés pour sauver l’euro : le MES prévoit très clairement que les peuples seront garants des sommes engagées. Cet organisme privé n’aura pas à rendre de compte à la justice, n’aura pas à communiquer ses comptes, etc, etc... Les chefs d’états qui ont prévu ce mécanisme de dettes permanentes pour enrichir les banques sont des purs naufrageurs de leur nation. De cela, on ne parle pas dans la campagne. 

          • eric 10 mars 2012 12:39

            Bref, Fabius aurait exagéré de 300 000 et Sarko sous estimé de trois cent mille, mais à vous entendre, c’est surtout une question de définition. C’est aussi une question de période.

            Il est aisé de vérifier que si nos gouvernants ont un rôle direct dans la gestion de l’emploi, alors Sarko est parvenu au cœur de la pire crise économique depuis 29, à maintenir l’envolé du chômage, sensiblement au taux ou Jospin Fabius l’avait conduit au sortir d’une période de croissance mondiale généralisée ( cagnotte fiscale). Cela, sans 35 heures et autres « emplois jeunes » à grand frais, mais avec la retraite à 62 ans et sans recrutement de fonctionnaires, et avec des heures sup qui soutiennent le pouvoir d’achat et la croissance.
            http://france-inflation.com/graph_chomage.php

            Votre article amène donc à conclure :
            1 Ce que l’on savait déjà : même nos leaders politiques ne connaissent pas par cœur tous les chiffres de tous les aspects d’une économie complexe. Et même quand ils en ont une idée, ils ont tendance à les présenter à leur avantage. Cela ne ma paraît pas être un scoop. Sur cet exemple, on voit que cela ne dépend pas de leurs opinions politiques.

            2 Comme le remarquait très justement Fabius, il y a des paroles et des actes.

            Sarko a affirmé qu’il ferait de l’emploi une priorité et la courbe du chômage au début de son septennat montre qu’il a tenu parole.
            Fabius avait promis et promet qu’il s’occupera du pouvoir d’achat de la partie de la classe moyenne qui constitue sa clientèle. Il a tenu parole avec la cagnotte fiscale (11 milliards de réductions fiscales ) au détriment des pauvres ( 500 millions de politique de la ville), Il l’a fait et on ne peut douter qu’il le refera.

            Après, le choix dépend surtout :
            De là ou on se situe à titre personnel ( bénéficiaire ou pas des politiques de type Fabius)
            De sa sensibilité personnelle et « accessoire »aux questions sociales. Du cash en plus pour ceux qui bossent pas au forfait ( Sarkozy) Ou moins d’impôts sur le revenu pour ceux qui votent bien.

            Les deux sont évidement légitime dans une démocratie qui ne saurait être en mesure d’interdire l’égoïsme de classe.


            • paul 10 mars 2012 12:56

              La liste des mensonges est déjà longue, mais patience, le virtuose du pipeau va devoir quitter l’orchestre avec ses chœurs, nommés aussi « les perroquets apeurés » .

              Les médiacrates sentant le vent tourner, commencent timidement à relever quelques énormités proférées devant eux, mais seulement en off .
              Timidement, parce qu’en réalité, ils paraissent comme des serpents hypnotisés par« le charmeur » avec son jeu de scène perfectionné, roulements d’épaules, raccourcis de langage, fausses questions, ton doucereux et piques brutales .

              Pour preuve, des blogueurs puis la presse relèvent ce lundi dernier, un gros mensonge devant des hypnotisés : les incontournables Calvi, Duhamel, Apathie : pour défendre l’intérêt européen, il aurait même voté des traités négociés par Mitterrand, l’Acte unique et la Monnaie Unique .
              Sauf que pour l’Acte Unique, sarko n’était pas encore député, et pour la Monnaie, il n’a pas pris part au vote .Gênant .
               Remarquez dans le genre hallucinations, il y a eu récemment Hervé Morin qui a été témoin du débarquement en Normandie, alors ...


              • fred74 fred74 10 mars 2012 15:40

                Bonjour,,,,,

                En faite ,,,vous lui donnez plus d’importance qu’il n’en a en réalité,,,,,, chaque fois qu’il ouvre le bec,,,,,c’est une page complête qui en fait la traduction,,,,,sur tout les sites,,,,,
                Vivement que tout ce cirque se termine,,,,,,jamais vue autant de deni de démocratie et de mauvaise fois de part et d’autre,,,,,pour ne pas perdre sa place,,,, !


                • kssard kssard 10 mars 2012 19:20

                  @fred74, bonjour, 


                  d’accord avec vous avec toutefois une limite c’est que cette fois le président sortant est totalement dans le déni pour le bilan de son quinquennat et totalement dans le mensonge sur le reste. 

                  Par conséquent, je ne mets pas tout les candidats dans le même sac. Dans le cas présent nous avons affaire à « un candidat qui conduit à contresens sur l’autoroute de la démocratie »

                  Par ailleurs, oui c’est vrai à chaque déclaration de l’intéressé, il y a des pages et des pages pour dénoncer les mensonges mais si ce n’était pas le cas se serait encore plus grave, non ???

                  Enfin, le fait de dénoncer soulage car franchement cette « campagne à la tronçonneuse » comme l’annonçait Copé en Janvier est à vomir.

                • xray 10 mars 2012 16:57


                  SARKOZY sert le capital de la Dette publique. 
                  Il est l’instrument de l’axe CIA-VATICAN. 
                  Il n’a pas de compte à rendre aux Français. 

                  Sarkozy sera réélu. Les US ont besoin de lui pour porter la guerre en Syrie et en Iran. 

                  Le Grand Guignol politique (L’Europe des curés) 
                  http://n-importelequelqu-onenfinisse.hautetfort.com/ 

                  Le capital de la Dette publique 


                  • eau-du-robinet eau-du-robinet 11 mars 2012 12:52

                    — début de citation —

                    Comme le soulignait en 1993 l’historien Jean-Jacques Courtine dans sa préface à L’art du mensonge en politique : « Le mensonge politique est entré dans l’ère de la production et de la consommation de masse ».

                    — fin de citation —

                    Tous les candidats, sauf un, font des promesses qu’il ne pourront pas tenir car le futur président français n’aura plus le pouvoir pour le faire, sauf en sortent de l’UE !

                    Regardez cette interview ... elle devra vous ouvrir les œils :
                    http://www.itele.fr/emissions/chronique/linvite-de-ledition-permanente/video/24322


                    • JL JL1 11 mars 2012 12:58

                      @ eau,

                      il y a moins de différence entre Le Pen et sarkozy qu’entre Mélenchon et Hollande.

                      Et la promesse qui serait la plus difficile à tenir c’est évidemment la sortie de l’UE : la présidentielle sera suivie des législatives, et là, ce n’est pas gagné pour Le Pen.

                      En outre, ce que ne dit pas le FN, c’est que si l’on revenait au franc, les banquiers et les marchés financiers existeraient toujours.


                    • kssard kssard 11 mars 2012 21:19

                      @eau, 


                      Je ne suis pas totalement d’accord avec votre propos. Peut être vous a-t-il échappé que F. Hollande a indiqué que son premier acte politique sera d’aller rencontrer A. Merkel pour renégocier les traitrés . 

                      En clair cela signifie la fin de la politique de Merkozy. Par ailleurs, le même candidat propose de taxer les plus riches alors que Sarkozy a creusé les déficits en redistribuant aux riches et en leur supprimant les impôts. 

                    • eau-du-robinet eau-du-robinet 11 mars 2012 22:11

                      Bonsoir kssard,

                      Je ne sais pas si vous avez regardez l’Émmission Captital (M6) de ce soir ou François Hollande été l’invité ...

                      Le modérateur à fait mention que les riches se préparent déjà à la éventualité à la nouvelle taxation ... soit en quittent la France ou en déclarent leur domicile principal hors de la France.

                      François Hollande n’arrivera pas à taxer les riches !!! Les riches ont des conseillers fiscaux ... 

                      Puis je ne sais pas si vous avez regardé l’émission télé qui été diffusé il y à environ une semaine (je ne me souvent plus sur quelle chaine) sur un des paradis fiscaux qui est la Belgique. Les travailleurs et PME en Belgique sont fortement imposé, hors les gosses sociétés ne payent pas du tout d’impôts ou des montants dérisoires ! Il y à plein des sociétés françaises qui ont déplace leur siège en Belgique une d’entre elles est la société TOTAL qui ne paye pas ses impôts en France à cause des intérêts notionnels  !

                      Sur Wikipedia est marque : bien qu’ayant une fiscalité considérée comme assez lourde, le pays n’a pas d’impôt sur les plus-values mobilières, autorise l’application des intérêts notionnels, anonymat fiscal des revenus d’épargne, ....

                      Total, malgré un bénéfice mondial de plus de 8 milliard d’euros, n’a pas eu à débourser un seul centime dans l’Hexagone. Même chose pour Danone, Suez, Essilor ou Saint-Gobain. Source

                      Cette promesse
                      de François Hollande de vouloir taxer les riches est une promesse en l’air.

                      Et que fait François Hollande pour les PME’s françaises qui payent presque deux fois plus de taxes que les multinationales ???

                      Résultat, bien que les PME bénéficient d’un taux réduit de l’impôt sur les sociétés (IS) de 15% applicable à une fraction des bénéfices, le taux implicite sur leurs bénéfices s’élève à 39%, contre 19% pour les grandes entreprises. Source

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès