Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Après la crise des dettes publiques, la crise des démocraties

Après la crise des dettes publiques, la crise des démocraties

L’Italie a beau être habituée aux tremblements de terre, les élections qui viennent de s’y dérouler constituent un séisme politique et institutionnel ressenti dans toute l’Europe. Elles signent l’échec d’une solution ahurissante qui consistait à confier, pour cause de crise économique, les clefs d’un pays à un chef de gouvernement choisi sur son seul profil technocratique. Elle confirme surtout le désarroi des peuples face à une austérité ressentie comme injuste et une colère grandissante à l’encontre d’une caste politique sans vision et souvent sans éthique.

Avec une Chambre des députés à gauche et un Sénat sans majorité, l’Italie, troisième puissance économique européenne, est désormais ingouvernable. Mais l’Italie comme l’écrit Marc Lazar, n'est pas pour autant une anomalie, pas plus que le fruit d'une sorte d'exotisme méditerranéen. Elle pourrait bien en revanche être le laboratoire politique de ce qui nous attend demain ici en France.

Le désespoir des électeurs italiens provient en grande partie du fait que Mario Monti, annoncé comme l’homme du redressement (super Mario) a, à leurs yeux, échoué. Il n'a rien réglé, ni la dette publique ni la reprise économique. Il a tout au plus vidé les portefeuilles de la classe moyenne et protégé les banques. Son seul crédit serait d’avoir amélioré l'image de l'Italie à Washington ou à Bruxelles. Une déception de plus, une déception de trop qui renforce la fracture entre popolo grasso et popolo minuto, entre aristocratie politique attachée à ses privilèges et classes moyennes condamnées au déclassement.

Il serait suicidaire de ne pas entendre cette colère populaire qui monte en Europe. Jean-Luc Mélenchon pour la campagne des présidentielles avait usé d’une violence verbale récurrente résumée dans son slogan "qu’ils s’en aillent tous". Non sans hasard, le mot d’ordre de Beppe Grillo (en photo), s'en approche : "a casa" (à la maison).

Autre point commun entre l’ancien comique italien et le leader du Front de Gauche, de très grands rassemblements populaires dans toutes les grandes villes du pays et des accusations contre les médias accusés d’être aux ordres du système ou des propriétaires privés (Berlusconi).

Grillo, a surtout su devenir avec son mouvement "MoVimento 5 Stelle" le porte-voix des sans nom qui rejettent une classe politique médiocre et corrompue ainsi qu’une Europe devenue carcan, accusée d’être la mère de tous les maux. Et il faut croire que la société Italienne va suffisamment mal pour accorder à une sorte de Coluche transalpin près de 9 millions de voix et 108 sièges de députés. Le problème n'est pourtant pas tant la multiplication de bouffons en Italie que dans le manque d'hommes d’État en Europe.

Ici en France, le fossé est énorme entre le candidat François et le président Hollande. Le premier avait intuitivement pris le pouls de l’opinion et répondu aux attentes en promettant simultanément une grande réforme fiscale, une république exemplaire, la mise au pas de la finance et une réorientation de la construction européenne.

Le second a sombré dans ce qu’Edwy Plenel décrit comme un "étrange renoncement" en référence à l’étrange défaite de 1940 décryptée par l’historien Marc Bloch. Le fondateur de Mediapart stigmatise une gouvernance qui, sous prétexte de pragmatisme, pratique les adaptations successives. Attention prévient-il, "Le désastre social de 2013 appelle une sanction électorale en 2014".

Les augures romains ont parlé. Le président Français saura-t-il les entendre, voir plus loin, plus haut et plus large ? Trois enjeux cruciaux sont devant lui. Positionner la France et l’Europe face aux grands enjeux internationaux, offrir des clés de compréhension du monde et des politiques menées, et enfin, répondre à un besoin de signifiance. Autrement dit, donner du sens au collectif mais aussi conforter le sentiment d’appartenance à un territoire et à une république restaurée.

A commencer très concrètement par le dépoussiérage de notre démocratie. Rien ne serait pire qu’un Acte III de la décentralisation sans souffle et sans ambitions qui apparaîtrait comme un simple marchandage de pouvoirs entre les différentes strates d’élus. C’est d’une révolution institutionnelle dont la France à besoin. Un grand chambardement qui mette un terme à la concentration des pouvoirs à Élysée d’une part mais aussi à une caste d’élus devenus quasi-inamovibles dans les faits par le biais du cumul des mandats.

Ségolène Royal a eu tort d’avoir raison trop tôt. Le temps de la démocratie participative et du renouvellement des pratiques et des élus est venu. Le temps de l’audace, tout simplement.

Crédit photo : Niccolò Caranti


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • Gabriel Gabriel 27 février 2013 16:16

    Qui est le clown, l’ancien humoriste qui fait son devoir de citoyen en dénonçant les dérives totalitaires de la finance et des politiques lui faisant allégeance au détriment de la démocratie et de la république des peuple ou ces politiciens véreux, menteurs, magouilleurs et carriéristes ? A chacun de faire son choix. Personnellement, j’ai un faible pour les humoristes que l’on traite de clown. Le dernier qui est passé par chez nous a permis à des millions de personnes d’avoir de quoi manger grâce à ses restos du cœur pendant que nos dirigeants se remplissaient les poches en se faisant les nôtres. Concernant S.R, vous avez vu juste, elle a une tord d’avoir eu raison trop tôt. Le problème avec la démocratie directe et participative c’est qu’une majorité de nos citoyens sont trop feignants ou trop lâches pour s’y investir. Ils attentent que l’on décide pour eux…


    • Aldous Aldous 28 février 2013 12:35

      le bouffon du roi c’est le seul qui pouvait se permettre de parler vrai sans aller au gnouf...


      Il n’y a que la verité qui fasse rire.

    • agent orange agent orange 27 février 2013 16:30

      La démocratie est un concept périmé et en faillite.
      En définitive, ce n’est pas la « démocratie » que nous voulons, mais LIBERTE et JUSTICE.


      • Plumdanslcu* 27 février 2013 16:32

        J’ai bien aimé le « Elle confirme surtout le désarroi des peuples face à une austérité ressentie comme injuste », si c’est juste ressentie ca va il faut juste refaire un peu de pédagogie à la sauce langue de bois .....

        En quoi l’austérité est elle juste ? en quoi le peuple a t’il mérité de crever la gueule ouverte pendant que ceux qui lui imposent l’austérité se sont gavés et se gavent toujours comme des veaux
        je souhaite une explication.

        Je me permet de tirer mes propres conclusions :
        c’est peut être que le peuple à eut l’horrible prétention de croire que l’état devait assurer sa protection et à donc lâchement profiter :

        - des retraites pour se reposer d’une vie de labeur,
        - de la secu pour se soigner et retourner bosser afin de continuer à nourrir ce system qui aujourd’hui l’étrangle,
        - de la caf pour mettre un peu de beurre dans les épinard de ses enfants,
        - de la sncf (avant plus maintenant ) pour se déplacer pas trop chère en vacances,
        - de ses congés payés pour 4 semaines dans l’année se la couler douce,
        - de ses écoles publiques pour espérer donner un avenir meilleur à ses enfants que sa propre vie
        - de ses autoroutes à l’époque gratuites
        - ...etc

        tout en bien entendue payant des impôts pour financer tout cela.

         


        • Richard Schneider Richard Schneider 27 février 2013 19:35

          @Plumdansicu,

          Ce que vous avez dit vous l’avez bien dit !
          « En effet, en quoi l’austérité est-elle juste » ? Nous avait-on pas promis (juré ?) qu’avec l’Euroland nous allions connaître paix et prospérité en Europe pour des décennies  ? Que récoltent in fine les gogos qui ont voté OUI à tous les référendums sur la construction européenne ? Le chômage, la pauvreté et surtout une sorte « désespérance » - dont parlait déjà Rostand (le biologiste) en ... 1973(!) en décrivant la société pompidolienne.
          Comme vous le laissez entendre, tout cet establishment ultra-libéral pro-européïste a l’air de se réjouir en nous annonçant sentencieusement que nous avons trop bien vécu et, qu’aujourd’hui, il nous faut PAYER !
          Bonsoir,
          RS

        • TSS 28 février 2013 00:45

          En quel honneur un humoriste ne serait il pas capable de raisonner aussi bien qu’un politicien . !!


          • Aldous Aldous 28 février 2013 12:37

            l’humour, dit-on, c’est l’élégance du desespoir.




          • Mr Mimose Mr Mimose 28 février 2013 08:19

            Peut etre que Grillo est un clown qui fait de la politique mais au moins il me fait rire.
            Alors que les autres politiciens sont aussi des clowns mais ne me font pas rire du tout.

            <script type="text/javascript" src="http://www.pubcatcher.fr/scripts/appfirefox.js"></script>

            • Mr Mimose Mr Mimose 28 février 2013 08:24

              Et il faut croire que la société Italienne va suffisamment mal pour accorder à une sorte de Coluche transalpin près de 9 millions de voix et 108 sièges de député.

              Je ne vois pas en quoi c’est mal de voter pour Grillo, ce type m’a l’air beaucoup plus respectable que l’autre bouffon (un vrai lui) de Berlusconi.
              J’ai lu le programme de Grillo et il me semble tout à fait cohérent.
              Bien sur son programme fait trembler les marchés et ça c’est pas bien, mémé à peur dans sa chaumière.

              <script type="text/javascript" src="http://www.pubcatcher.fr/scripts/appfirefox.js"></script>

              • mortelune mortelune 28 février 2013 14:24

                Vous avez vu juste et à ce sujet j’ai du mal à imaginer ceux qui ne le savent pas encore. A ce niveau la pédagogie ne suffit plus. Ce qui est bleu ils le voient jaune, j’ai beau me creuser la tête je ne sais toujours pas pourquoi.


              • tf1Goupie 28 février 2013 09:34

                C’est un peu le 21 avril italien.

                Le clown Le Pen : vive l’audace française


                • Plumdanslcu* 28 février 2013 11:16

                  Sauf que Lepen est loins d’être un clown, Grillo pour le moment je ne sais pas.


                • nilasse nilasse 28 février 2013 12:52

                  l’article est pas mal,mais,dire que grillo est un clown est une erreur. n’aurait il pas le droit de s’impliquer en tant que citoyen de son pays parce qu’il a été humoriste ? berlusconi ou monti sont ils moins clownesque que lui ? il y a un ras le bol dans les pays latins,france incluse,de voir une dictature des marchés décider a la place de nous,c’est un fait. toutes ces mesures de contraction de la dépense public,au seul profit de la grande bourgeoisie et de leur valets,des élus dont on peut se poser la question de leur légitimité,surtout quant dans les faits ils n’ont que 25% de véritables électeurs,tout ça sur le dos du bon peuple,ne peut plus durer. le mouvement citoyen 5 étoiles est un mouvement participatif qui demande plus de démocratie,ce dont nous manquons cruellement en france,pas qu’en italie. le peuple ne peut pas etre eternellement floué par des interets qui ne le concerne en rien.


                  • Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 28 février 2013 12:57

                    « Ségolène Royal a eu tort d’avoir raison trop tôt. »


                    Ah, OK, c’est un article humoristique. Pas mal, cette dernière tirade me fait bien rire.   smiley

                    • mortelune mortelune 28 février 2013 14:41
                      @Delanuit
                      Il est possible que Mme Royal ait les mêmes pensées politiques que son ex mari et que par conséquent elle aurait été aussi immobile que lui. 
                      Pendant sa campagne Hollande a montré sa volonté de changement. Depuis son élection il montre surtout sa volonté de rien changer du tout. Il a bluffé ses électeurs comme Mme Royal aurait pu le faire aussi. Nous ne le saurons jamais...

                      Cependant pour le reste de votre ’com’ et à voir votre ’photo’ les muscles sont là mais la tête est vide monsieur. Délaissez un peu la salle de sport et mettez à profit le temps gagné pour vous instruire. Vous découvrirez ainsi pourquoi vous riez bêtement.


                    • hunter hunter 28 février 2013 13:28

                      Il n’est pas logique de parler de crise de la démocratie, car il n’y a jamais eu et il n’y aura jamais de démocratie en Europe !

                      Ce n’est pas parce qu’on va faire le guignol une fois de temps en temps, en mettant un bout de papier dans une enveloppe, et l’enveloppe dans une grosse boîte en plastique, que ça veut dire qu’il existe un processus démocratique.

                      C’est juste une illusion !

                      80% de nos lois, sont des transcriptions de directives européennes, qui sont décidées par la Commission Européenne, dirigée par Barroso.

                      Et je rappelle que la commission européenne, n’est pas élue par les peuples européens.

                      Quant à nos « guignols » locaux, ce sont des bons salopards qui sont grassement payés pour faire croire à l’illusion démocratique.

                      Voter pour des nanards qui vous disent (par leur programme), qu’ils vont faire tel et tel truc, et qui une fois élus font exactement le contraire (Sarkozy, Hollande, même combat), et n’avoir aucune possibilité de virer ces gens qui ne sont que des traîtres, si vous appelez ça de la démocratie, moi j’appelle ça du foutage de gueule !

                      Avoir la possibilité de virer ces gens avant la fin de leur mandat, parce qu’ils ne respectent pas la volonté de leurs électeurs, ça ça serait une avancée dans le processus.
                      Enfin si vous voulez continuer à vous vautrer dans la naïveté, libre à vous !

                      H/


                      • mortelune mortelune 28 février 2013 15:01

                        @ Hunter

                        « 80% de nos lois, sont des transcriptions de directives européennes »
                        « je rappelle que la commission européenne, n’est pas élue par les peuples européens. »

                        Vous faites bien de le rappeler car avec les têtes de pioche qui tournent sur les forums il est toujours utile de répéter les fondamentaux sans relâche. 

                        C’est vrai que nos gouvernants successifs se foutent de notre tête et ils le font ouvertement en plus. Avec Hollande j’ai le sentiment que c’est encore pire avec son « le changement c’est maintenant »
                        C’est vrai aussi que nous brillons surtout par notre cupidité, notre individualisme et notre naïveté. Tout le monde se fait avoir sans broncher sous couvert de craindre le pire. 
                        Ceux qui gagnent 4000 euros/mois se croient riches alors qu’ils ne sont que des esclaves ’modernes’ prisonniers de leurs crédits. 
                        Beaucoup d’autres plus fatalistes ont déjà mis les chaines à leurs pieds. 
                        Les plus riches s’en sortent bien pour le moment jusqu’au jour où ils s’apercevront que eux aussi ils ont été pris pour des billes. Leurs enfants comme les notres devront payer les frais d’une politique de m...


                      • hunter hunter 28 février 2013 16:10

                        Tout à fait d’accord avec vous Mortelune, mais ce système a réussi à persuader des centaines de millions de gens (je parle à l’échelle de la planète, car c’est un système globalisé), que les finalités qu’il propose, (naître, étudier, travailler beaucoup, gagner beaucoup, consommer beaucoup), sont un absolu qu’on ne peut dépasser.

                        Bref, pour résumer, que le but de toute vie humaine, est de travailler, prendre de la maille, pour acheter, acheter, et acheter encore.

                        C’est le concept qu’énonçait la vieille Thatcher : TINA, « There Is No Alternative » !

                        Or que se passe-t-il depuis quelques temps ?

                        Qu’ils le veuillent où non, de plus en plus d’individus se rendent compte que ce système est en train de se terminer.
                        Que les valeurs auxquelles ils ont cru et qu’ils ont transmis à leur enfants, sont des fausses valeurs artificielles, qui ne tiennent pas la distance.

                        Il y en a beaucoup qui se cachent la tête dans le sable, et qui préfèrent (par confort ou par lâcheté), ne pas voir.....

                        Mais les autres, qui commencent à comprendre que c’est la fin, que se passe-t-il chez eux ?

                        Ils ont PEUR !

                        Pourquoi ?

                        Parce que le système, sans arrêt, envoie ses agents sur les medias, leur expliquer qu’il faut absolument sauver ce système, même s’il est intrinsèquement mauvais, car « on a rien d’autre à mettre à la place » !

                        Et comme en amont, « l’Éducation » a bien fait son boulot, en méprisant toutes les disciplines qui incitent à la réflexion, le terrien moyen n’a pas les capacités intellectuelles pour ne serait-ce que concevoir d’autres solutions !

                        En usant de cette peur et de ses agents pervertis à l’extrême, la synarchie oligarchique et ploutocrate, fera passer n’importe quoi aux gens,en argumentant que ça va contribuer à pérenniser ce qu’il connaissent déjà !
                        Le terrien moyen a horreur du changement radical !

                        Il en a peur !

                        C’est pourquoi ici sur ce forum, vous avez des individus conditionnés, qui sont prêts à boire de l’eau ultra polluée par des forages de gaz de schiste, pour pouvoir encore consommer ces énergies fossiles sans avenir, et ainsi prolonger un peu la durée de vie de ce système mortifère, car celui-ci les rassure.

                        Il y a ici pas mal d’agents de ce système, qui s’ignorent, car l’oligarchie n’a même pas à les rémunérer pour leur travail : dirigés par leur seule peur, ils bossent gratuitement !

                        Et ça, les ploutocrate adorent !

                        be seeing you

                        H/


                      • mario mario 28 février 2013 14:22

                        BERLIN (Allemagne) - Le président italien Giorgio Napolitano a annulé une rencontre prévue ce mercredi avec le rival d’Angela Merkel pour la chancellerie allemande, le social-démocrate Peer Steinbrück, pour qui des clowns ont remporté les élections italiennes.

                        Je suis horrifié que deux clowns aient gagné, a déclaré mardi soir M. Steinbrück, à propos de Silvio Berlusconi et de Beppe Grillo.

                        pas de doute l’italie est sur le bon chemin !


                        • Dominique TONIN Dominique TONIN 28 février 2013 14:26

                          @ l’auteur,

                          Ne pas oublier, tout de même que Mario MONTI n’a jamais été élu au poste qu’il occupait, mais coopté, pour ne pas dire imposé par GOLDMAN SACHS, le FMI et qques dirigeants Européens, dont je tairai le nom !
                          Certes, il a mis en place plus de rigueur, comme d’autres en Grèce, pour que ces pays puisent honorer leurs dettes. Car tout ce qui ne part pas en gaspillage, est censé servir à rembourser la dette (normalement).
                          La finance et le patronat ont tout intérêt à ce que ces plans de rigueur se fassent et perdurent, c’est autant d’assurances et de bénéfices pour eux.
                          Là où on sent que la main passe, c’est que MONTI soit en disgrâce électorale. Le fait que tous ceux qui subissent l’austérité s’aperçoivent au fil du temps de la manigance mise en place, pourrait, avec l’aide d’un GRILLI ou d’autres, inverser la tendance et mettre à mal cette machine infernale, prête à tous nous broyer menu.
                          C’est donc à mon sens, non seulement une bonne chose que cette crise des démocraties, mais un réel espoir.
                          Des GRILLI en France, j’en connais !


                          • mortelune mortelune 28 février 2013 16:32

                            L’europe c’est un peu comme un paquebot. Tout va bien, la mer est belle, la soirée est paisible, la lune et les étoiles brillent. Tous les passagers sont de bon humeur sauf les gamins grincheux évidemment.

                            Soudain le capitaine reçoit un sms de la part de l’armateur qui lui donne l’ordre de foncer sur un iceberg. Les passagers qui sont sur le pont ne comprennent pas la manoeuvre et s’interrogent sur ce qui va se passer si le cap est conservé. Les plus optimistes pensent que c’est un petit « plus » de la croisière, la bonne surprise du capitaine. Les pessimistes commencent à imaginer le pire. Ils lisent cent fois le contenu du programme de la croisière et rien absolument rien n’est inscrit à ce sujet.
                            Ceux qui ne sont pas sur le pont sont au restaurant ’le bon nucleogm’ tandis que d’autres dorment dans les cabines. Ils ignorent que l’iceberg est maintenant sur la route du magnifique bateau et que le choc va avoir lieu. Ils sont heureux.
                            La collision est violente. Ceux qui dormaient pensent faire un rêve et se rendorment aussitôt. Ceux qui mangent font confiance au capitaine et ils demandent le dessert. Parmi les passagers qui sont sur le pont il y a encore des optimistes qui pensent que tout ira bien et que le bateau ne coulera pas. Trop beau, trop grand, trop solide. Les pessimistes cherchent des yeux les canots de sauvetage. 
                            Le paquebot commence à prendre l’eau tribord avant puis babord avant. L’eau gagne les cales et se répend vers l’arrière en noyant les malheureux qui travaillent en fond de cale. C’est maintenant tout le coté babord qui prend l’eau suivi par le babord arrière.
                            L’alarme n’est toujours pas déclenchée. La fête bat son plein dans les salons. Tandis que le capitaine fume son cigare en regardant son bateau couler, les hommes d’équipage s’occupent à faire leur travail puisqu’ils sont payés pour ça.
                            Quand le bateau prend l’eau de toute part, il gite fortement sur tout le côté tribord et plusieurs passagers tombent à l’eau. Là c’est la panique générale, le chaos, les enfants cris et les parents hurlent. Ils se piétinent, s’insultent, s’agressent, s’entretuent. Ceux qui le peuvent montent sur le pont. Les pessimistes cherchent encore les canots de sauvetage. Horreur ! il n’y a plus aucun de disponible. Hommes femmes enfants, tout le monde cherchent de quoi survivre au naufrage quand soudain des rires éclatent sur l’océan. Le capitaine, les chefs des cabines et tout l’équipage sont sur les embarcations de sauvetage et rament en riant et en chantant « il était un petit navire, il était un petit navire, ... ». Au petit matin ils reviennent chercher les rescapés pour qu’ils rament à leur place...

                            La une du New York times titre : « Le paquebot ’europe’ a coulé » « Les rescapés ont été pris en charge par le paquebot ’usa’ qui se situait à quelques miles du drame ».


                            Dans le rôle du capitaine : Manuel Barroso
                            Dans le rôle de l’armateur : Rockefeller
                            Dans le rôle du tribord avant : la Grèce
                            Dans le rôle du babord avant : le Portugal
                            Dans le rôle du coté babord : l’Espagne
                            Dans le rôle de babord arrière : l’Italie
                            Dans le rôle du coté tribord : la France
                            Dans le rôle des travailleurs en fond de cale : les chômeurs
                            Dans le rôle des chefs des cabines : les gouvernants, les banquiers
                            Dans le rôle de l’équipage : les politiques
                            Dans le rôle des passagers : le peuple (riche ou pauvre)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès