• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Après la présidentielle, partie 1 : la résignation au candidat de (...)

Après la présidentielle, partie 1 : la résignation au candidat de l’oligarchie

On peut retenir les 66,1% réalisés par Emmanuel Macron au second tour dimanche et se dire, catastrophé, que les Français se sont donnés au candidat de l’oligarchie, de Jacques Attali, Alain Minc ou Bernard Arnault, pour poursuivre ces politiques qui font mal à notre pays. Sauf qu’en réalité, ces votes étaient largement des votes de résignation, faute d’une bonne alternative.

 

Mathématiques électorales et contextualisation
 
Déjà, il ne faut pas oublier le nombre record de votes blancs et nuls (11,5% des votants), qui ramène le score de Macron à 58,5% (et Marine Le Pen à un 30% plus décevant encore, malgré les dénégations de certains frontistes). On peut aussi constater que 43,6% des inscrits ont voté pour lui, contre 39,1% pour Hollande en 2012, 42,7% pour Sarkozy en 2007, ou les 62% des inscrits (et 82% des votants) de Jacques Chirac face à Jean-Marie Le Pen en 2002. Mieux, 43% des votants qui ont choisi Macron au second tour l’ont d’abord fait par opposition à Marine Le Pen et seulement 24% pour la personnalité ou le programme du président élu ! Bref, c’est bien une élection par défaut.
 
 
 
 
Macron n’a pas été élu pour ses idées ou sa personnalité, si ce n’est l’aspect superficiel de renouvellement que donne sa jeunesse, malgré un passé déjà chargé, entre la commission Attali et ses rôles pour Hollande. Du coup, il faudra continuer le combat pour se battre contre ses projets anti-sociaux, d’autant plus qu’il n’est pas certain qu’il obtienne la majorité à l’Assemblée.
 
 
Demain, suite de mes analyses sur cette présidentielle

Moyenne des avis sur cet article :  3.38/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • rogal 10 mai 13:56

    Les questions sociales, parce qu’elles relèvent pour une grande part de la possibilité de redistribution des richesses, présupposent un rapport de force favorable. Ce n’est pas en faisant ami-ami avec le grand capital – hé oui, il faut bien le nommer ainsi puisqu’il est plus grand que jamais – qu’on se met en position de force. Les gaullistes de droite et d’ailleurs devraient y réfléchir plus, eux qui sont plus à même de le faire que l’extrême-droite.


    • Pere Plexe Pere Plexe 11 mai 10:17

      @rogal
      c’est bien le problème des négociations en entreprise.

      la menace de fermeture est souvent l’argument ultime : « vous acceptez sinon on délocalise »
      dans ce contexte, fort répandu, le terme de négociation n’est pas adapté.
      c’est de chantage dont il est question. 

    • sweach 10 mai 18:10

      *Macron doit d’abord son élection au contexte politique de notre pays*


      Non Macron a été élu, uniquement grâce aux médias, qui ont présenté tout ces concurrents sous un aspect négatif, une première pour l’UMP habitué d’être chouchouté par les médias.

      Cette complaisance était à vomir et fait très peur pour notre avenir

      Cependant moi j’aurai toujours un doute sur sa légitimité, j’ai beaucoup de mal à croire qu’il est put faire 24% au premier tour.
      Je ne conçois pas que 8 656 346 de mes compatriotes puissent adhérer à cette homme sorti de nulle part, un énarque Banquier, au discourt condescendant, responsable de 600 mille chômeurs et de lois liberticide.

      - Des médias complaisant avec le pouvoir 
      - Une élection dont la légitimité est incertaine

      Je suis très inquiet pour notre avenir

      • Alcyon 10 mai 21:34

        @sweach : c’est hilarant la façon dont les petits frustrés inventent n’importe quoi.


        Macron a bénéficié d’une couverture (globalement, souvenez-vous de LCI) favorable car :
        -Il est nettement plus jeune que ses concurrents et fait partie de la même génération que ses interlocuteurs. 
        -Il n’a pas (encore) de casserole à traîner, et ce n’est pas faute d’avoir essayé.
        -Il ne fait pas de déclaration « les médias sont méchants, sniff sniff ».

        Sur la légitimité, vous êtes à pleurer. Vous vivez tellement dans votre bulle, et vous niez les faits, que vous inventez n’importe quoi.
        -Sur les 11 candidats, 5 avaient un programme complet et 6 ont basé leur campagne sur une mesure phare. Sur les 5 avec un programme complet, Ne pas dire l’inverse, pour prendre l’exemple du favori de pas mal de gens ici, Asselineau place « sortir de l’UE » à toutes ses questions, même sur l’enseignement. Sur les 5, Hammon était hors-jeu et a fait une campagne pour recadrer le PS à gauche, et pas centrée sur 2017 mais sur le « futur ». Donc, dans les faits, il restait 4 candidats pour la majorité, 85%, des votants.
        -Sur les 4, 2 sont aux extrêmes. Et économiquement, les deux avaient un programme économique d’extrême-gauche. Ca rebute pas mal de gens.
        -Fillon s’est mis hors-jeu tout seul avec l’affaire de sa femme en s’étant positionné comme le candidat de la probité durant les primaires. Face à Juppé et Sarkozy. Et quand ça se calmait, il l’a ramenait. Ca a montré qu’il ne valait pas mieux qu’eux.

        Alors avec ça en tête :
        -Si tu es « à droite » économiquement (et ça concerne beaucoup de gens), il te restait Macron et Fillon. Et avec la « probité » de ce dernier, ce n’est pas étonnant qu’une bonne partie soit allée vers Macron. Fillon avait un boulevard pour faire 40% au premier tour.
        -Si tu es socialement à gauche, alors il ne te reste que Mélenchon. Si tu ne veux pas passer à l’extrême et éviter les plans socialement très à droite, le second choix présidentiable est Macron.

        Voilà. Si t acceptais d’imaginer que la moitié des français sont à droite et ont des convictions différentes .....

      • Gvar 11 mai 08:31

        « @Alcyon
         »Macron a bénéficié d’une couverture favorable car Il est nettement plus jeune que ses concurrents et fait partie de la même génération que ses interlocuteurs« 

        Et c’est avec ce genre d’argument à mourir de rire que vous vous permettez d’attaquer @sweach ?
        Que viennent foutre vos histoires d’âge et de génération là-dedans ? 
        Donc pour vous l’attraction pour tel ou tel candidat est une question d’âge c’est ça ? Entre nous cet argument vaut bien celui des nanas qui disaient avoir voté Macron parce qu’il est »beau gosse« . 

         »Sur les 4, 2 sont aux extrêmes« 
        Vous avez une drôle de façon de raisonner car oui en effet, si on considère le quatuor FN/EM/LR/FI, FN et FI sont aux »extrêmes« . Sauf que si j’applique votre raisonnement pour le 2nd tour, alors FN et EM sont aux extrêmes... -_-
        Si vous voulez utiliser des qualificatifs, essayez au moins d’être cohérent. 

         »Il ne fait pas de déclaration « les médias sont méchants, sniff sniff » « 
        Faudrait être con pour cracher sur les médias quand ceux-ci vous caressent dans le sens du poil...
        Sur la période de 2015 au 1er janvier 2017, 
        Libération, l’Obs, le Monde et l’Express totalisent plus de 8,000 articles évoquant Emmanuel Macron tandis que Mélenchon/Montebourg/Hamon (puisque ce sont les 3 cités) ne totalisent que 7400 les 3 réunis.
        Comme par hasard, à la tête ou comme principaux actionnaires de ces médias on retrouve parmi les plus grand soutiens officiels ou officieux d’ EM. 
        Non bien entendu, le matraquage médiatique n’a AUCUNE influence sur les gens, ben voyons...
        Vous semblez être le seul à ne pas être au courant de la grande proximité entre Macron et l’oligarchie, de plus Macron ne s’en est jamais caché. 

         »Il n’a pas (encore) de casserole à traîner« 
        Ses casseroles c’est son bilan dans le gouvernement Hollande. 

        Encore une fois, quand vous utilisez des mots utilisez-les bien. La FI n’est pas l’ »extrême« mais le qualificatif que certains ont bien bien voulu lui coller pour mieux faire peur aux gens car si la FI est »extrême", Poutou c’est quoi alors ? Extrême ++ ? Artaud c’est quoi alors ? Extrême 2.1 ? 

        Bref je m’arrête là car je suis sidéré par une telle faiblesse d’argumentation et une telle purge intellectuelle... -_-


      • Pere Plexe Pere Plexe 11 mai 10:55

        @Alcyon
        vos « arguments » sont tordants.

        Macron a bénéficié d’une couverture (globalement, souvenez-vous de LCI) favorable
        pas globalement favorable mais outrageusement favorable

        car  :
        -Il est nettement plus jeune que ses concurrents et fait partie de la même génération que ses interlocuteurs. 
        Heu... c’est un argument ? Non seulement l’inexpérience de Macron n’est pas un évident avantage mais c’est largement faux.Les ténors des médias sont souvent plus vieux...
        Bourdin, Aphatie,Clark, Pujadas ont tous dépassé là cinquantaine

        -Il n’a pas (encore) de casserole à traîner, et ce n’est pas faute d’avoir essayé.
        Malgré un furtif passage aux affaires il a réussi à favoriser Drahi à hauteur de 14 milliards dans des conditions douteuses et contre l’avis de son prédécesseur.

        -Il ne fait pas de déclaration « les médias sont méchants, sniff sniff ».
        c’est de l’humour ? le chouchou des médias ce plaignant d’eux...
        Par contre l’imposteur imposé par le système à quand même, avec l’aide des médias encore une fois, inventé un complot « russe » dont il était la victime.
        Les élections passés « on » attribue le supposé complot à l’extreme droite US
        c’est dire le sérieux de l’affaire.(Sans compter que la manière tient plus des pieds nickelés que d’experts informatiques)

      • sweach 11 mai 10:01

        *Sur la légitimité, vous êtes à pleurer. Vous vivez tellement dans votre bulle, et vous niez les faits, que vous inventez n’importe quoi.*

        Nos politiciens ont de tout temps étaient mauvais, Macron ne fait pas exception et la médiocrité des concurrents n’explique pas cette engouement, ni le soutien inconditionnel des médias.

        Ce que je remet en question c’est bien notre system de vote, une étape est excessivement flou à mon sens et retire toutes possibilité de contrôle aux citoyens, c’est la rédaction du procès-verbal centralisateur.
        Pire que cela je me documente un peu sur le sujet et visiblement notre system électoral a subis des modifications en 2013 et en 2015, dont cette fameuse étape de procès-verbal centralisateur.

        *Si tu es « à droite » économiquement (et ça concerne beaucoup de gens), il te restait Macron et Fillon.*
        Je suis d’accord avec cette analyse sur la droite, mais il ne faut pas oublier que Macron est le fils spirituel de Hollande, les électeurs de droite n’ont pas due se bousculer, mais oui Macron est clairement un homme de droite.

        *Si tu es socialement à gauche, alors il ne te reste que Mélenchon.* et Hamon
        Un électeur de gauche n’est pas dupe, il sait pertinemment que c’est Macron qui est responsable de la loi Macron et el khomri, bref il sait que Macron n’est pas de gauche, c’est un non-sens de voter pour un mec de droite quand on est de gauche.

        Mélenchon tout comme Marine n’ont rien d’extrémiste, mais il y a beaucoup de C..s pour le croire.


        *Il est nettement plus jeune que ses concurrents et fait partie de la même génération que ses interlocuteurs.* 
        Cette argument a un sens pour vous ? il est tout autant crédible qu’une femme candidate.
        Tu veux qu’on parle de l’age de Olivier Besancenot en 2002 ? il avait 28 ans

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès