Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Après le coût du travail, voici la liberté du travail…

Après le coût du travail, voici la liberté du travail…

Le Medef et ses divers relais se sont trouvés un nouveau combat : la liberté du travail. On a droit à un beau florilège d’arguments, de l’évolution sociétale à la défense intégriste de la liberté individuelle de travailler comme on veut et quand on veut… Tout cela ne constitue qu’une nouvelle tentative de démolition du Code du travail. Déjà de nombreux dispositifs permettent aux entreprises de déroger au droit du travail et de faire travailler leurs salariés la nuit ou le dimanche, et certaines «  petites  » entreprises comme Sephora, Castorama ou Leroy-Merlin instrumentalisent une minorité de leurs salariés pour réclamer la suppression de toute réglementation contraignante.

Pour défendre cette liberté on a vu à la télévision des salariés « volontaires » accuser les syndicats de casser le travail, avec des propos bien rôdés qui ne sont sans rappeler ceux de l’UMP et du Medef. On a aussi découvert un collectif, « Les bricoleurs du dimanche » qui est en réalité un groupuscule financé et encadré par Castorama et Leroy-Merlin. Sur internet une déferlante de commentaires sur chaque article concernant le travail du dimanche mettent en doute leur provenance, d’autant que là aussi nous retrouvons les mêmes arguments de « liberté », et les attaques tout azimut sur ceux qui osent s’opposer à cette grande « avancée sociale ». La liberté, c’est en son nom que Tatcher et Reagan ont commencé à détruire les acquis sociaux dans leur pays, et que les capitalistes continuent de le faire aujourd’hui. C’est en prônant la liberté, que l’on asservit les peuples.

Nous sommes face à un cas d’école : des « jaunes » payés par des patrons unis, combattent leurs propres collègues. Le patronat va-t-il aller jusqu’à se servir de ces salariés pour les faire descendre dans la rue ? Va-t-on voir des salariés se radicalisant et demandant eux-même leur propre soumission ! Notez au passage que les directions de Leroy-Merlin (Auchan) et Castorama affichent ouvertement leur intention de s’opposer à la loi. C’est simplement la fin du prétendu « Etat de Droit » pour un retour à la jungle ultralibérale du Far-West. Notons avec ce combat, que seule la bourgeoisie a encore une conscience de classe. Et c’est ce qui lui permet d’écrabouiller les salariés.

Mais quelle est la liberté du salarié ? C’est vrai que lorsque les salariés décident de forger eux même leur propre chaine, il n’y a pas grand chose à faire. En attendant, il y a 5 millions de chômeurs et les grandes enseignes sont les rois de l’embauche à temps partiel… faudrait peut-être réfléchir à la question. Ceux qui nous parlent de liberté de choisir ou pas de travailler le dimanche, se rendent-ils compte que ce choix revient à leur seul patron et qu’eux non pas leur mot à dire. Et le libre choix de faire 35 H et non 20H dépend encore de l’employeur et le choix de travailler plutôt que d’être chômeur est encore dans la plupart des cas une conséquence des décisions patronales et actionnariales qui, pour réduire le fameux coût du travail, délocalisent. Arrêtons de nous raconter des histoires, le salarié ne décide de rien, il est entièrement dépendant des décisions de son patron. Sinon il n’a qu’à désirer gagner plus et s’augmenter lui-même…

Les salariés de tout temps n’ont eu que ce qu’ils ont pris, en 36 ou en 68 en montrant les dents, ou lors du CPE et autres mouvements qui ont fait reculer les gouvernements et le patronat. Mais de tout temps la bourgeoisie à chercher à diviser le mouvement ouvrier et s’est appuyée sur les « jaunes », qui aujourd’hui ne se cachent plus et entrainent dans leur sillage des salariés plus crédules qui ne mesurent pas les conséquences de leurs actes.

Pour gagner plus, il faut se battre pour de meilleurs salaires, et non pour travailler plus, car lorsque le dimanche sera banalisé, il sera payé comme un jour normal, et ensuite pour gagner plus il vous faudra travailler de minuit à 6H du mat, et à plus ou moins longue échéance vous travaillerez 24/24, 7 jours sur 7 pour le même salaire. Les discours de Marine, de la droite et des milieux souverainistes comme quoi les salariés auraient les mêmes intérêts que leurs patrons et que nous devrions tous nous serrer les coudes ne profitent qu’à ceux qui vous exploitent en France et vivent à l’étranger pour ne pas payer d’impôts. Ne vous trompez pas de combat, un salarié n’a rien à voir avec un actionnaire du CAC 40 ou un dirigeant du Medef, vous ne faites pas partie de leur monde, vous n’êtes pour eux qu’un objet dont on se sert, et que l’on jette après usage…

Après les grandes envolées médiatiques sur le « coût du travail » qui lui a valu des milliards de subventions et autres avantages fiscaux, le Medef invente maintenant la « Liberté du travail », c’est tellement énorme que l’on pourrait en rire. Mais le plus triste c’est qu’une partie de la classe, ouvrière, précarisée, dépolitisée et perméable au discours libéral des élites capitalistes est sur le point de tomber dans le piège tendu par ceux là même qui les exploitent. Une partie des salariés est en train de se vendre et de trahir tous ceux qui ont lutté par le passé pour qu’ils puissent avoir, eux, une vie meilleure…tandis qu’eux même sont prêts à livrer leurs enfants pieds et poing liés au grand capital !

Sur Conscience Citoyenne Responsable :

http://2ccr.unblog.fr/2013/10/10/apres-le-cout-du-travail-voici-la-liberte-du-travail/

Mieux qu’un long discours, regardez cette vidéo :  « LA SERVITUDE MODERNE »

« Nul n’est plus esclave que celui qui croit à tort d’être libre »…GOETHE


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

51 réactions à cet article    


  • joelim joelim 15 octobre 2013 12:33

    Ce problème devrait être réglé par votation locale à chaque magasin. En outre ça instituerait un équilibrage du rapport de force patron-salarié. Mais je comprends que les politiques veulent interdire le bricolage le dimanche (ça revient presque à ça), eux-mêmes ayant les moyens de toujours faire appel aux corps de métiers.


    • Gorkk 15 octobre 2013 20:39

      Permettre le travail le dimanche ne signifie pas abandonner le jour de repos obligatoire tous les 6 jours. Simplement ce jour n’est pas obligatoirement le dimanche ; et pourquoi serait-ce forcément le dimanche ? Êtes-vous à ce point un fanatique religieux que le dimanche est sacré pour pouvoir aller à la messe ?

      Tout mélanger comme vous le faites ne sert pas votre cause.


    • joelim joelim 15 octobre 2013 23:23

      « Vous allez voter pour décider si vous voulez laisser les autres travailler le dimanche »


      Pourquoi ceux qui ne veulent pas le faire voteraient pour ? Par pression ou connivence avec le patron ? Mais alors ce raisonnement suppose qu’il n’y a rien à faire, le patron-dirigeant est toujours gagnant, même si on donne (législativement) le pouvoir aux salariés de décider.

      Même si ce n’est pas au point je trouve que l’idée d’un tel contre-pouvoir inciterait peut-être les gestionnaires à donner envie à leurs employés de travailler le dimanche (primes RTT etc.) si c’est ce qu’ils veulent.

      Ce n’est pas ’ d’interdiction ’ de bricoler le dimanche, qu’il s’agit, contrairement aux stupidités rabâchées, mais bien de ne pas abandonner le jour de repos obligatoire tous les 6 jours consécutifs.

      Ah, parce que ceux qui bossent le dimanche bossent tous les jours ? Hum.

      Demandez au bricoleur venant acheter des fournitures un dimanche si il aimerait devoir travailler le dimanche...

      Vous croyez vraiment qu’un bricoleurs est différent d’un non-bricoleur en ce qui concerne le travail du dimanche ? Non, dans les deux cas il y en a certains qui veulent le faire et d’autres pas.

      Puisqu’il se contrefout des autres.

      Les bricoleurs du dimanche se contrefoutent des autres ? Arguments ?

      Puis un jour, on lui dira qu’il n’a plus le choix,

      Oui c’est vrai, c’est le problème. Mais avec le système que j’ai proposé les salariés dans leur ensemble pourraient choisir de ne pas ouvrir le dimanche, le gestionnaire n’aurait pas son mot à dire. Bon d’accord, l’idée est un peu révolutionnaire pour le parti « socialiste ». smiley 

      Concernant la pression sur les salariés, le problème pourrait (théoriquement) être résolu par l’information du fait. 

      Si les gens choisissaient d’acheter dans les magasins dans lesquels il n’y a pas ce type de pression, et surtout si cette information était relayée (pas par les médias prescripteurs d’ultra-libéralime, c’est clair) on ferait un pas en avant, d’une qualité qui ne nous est pas arrivée depuis les résolutions du CNR il y a 68 ans.

    • epicure 16 octobre 2013 01:36

      super la réflexion.....
      comment veux tu bricoler le dimanche si tu travailles ?

      C’est beau la propagande patronale qui ose tout même les propos contradictoires.


    • joelim joelim 16 octobre 2013 13:03

      Purée, il faut s’abstraire un peu des mots, bricoleur du dimanche = bricoleur de son jour de repos. Si le dimanche est sacré pour la gauche celle-ci n’est plus que le nouveau clergé. Mais je comprends le mépris envers les bricoleurs, qui n’ont pas les moyens de se payer un artisan comme tout adepte du gôchisme orthodoxe..


    • chantyz 16 octobre 2013 13:29

      Pour répondre à Gorkk :
      "et pourquoi serait-ce forcément le dimanche ?« 
      Mais puisque le dimanche est jusqu’à aujourd’hui le seul jour de repos »commun« aux français, il est »sacré« non pas pour raison religieuse, mais parcequ’il s’agit du seul jour où il est encore possible de se retrouver avec son conjoint ou sa famille... C’est aussi simple que ça, encore faut-il avoir une vie sociale pour comprendre. Je ne vois mon mari qui travaille dans le commerce que le dimanche. Je travaille tôt le matin, lui tard le soir... Le dimanche est tout ce qu’il nous reste...

      Merci à Démosthène pour votre commentaires plein de bon sens.

      @Joelim concernant votre commentaire » le problème pourrait (théoriquement) être résolu par l’information du fait. " Vous rêvez ma parole !! Êtes-vous informé que lorsque vous êtes allé au supermarché dimanche matin, vous avez fait face à une caissière exploitée, qui n’est pas payée plus que les autres jours et à qui on a pas laissé le choix d’être là ?


    • Laurenzola Laurenzola 15 octobre 2013 15:42

      Je propose que tous les membres du Medef soient contraint de travailler le dimanche, condition nécessaire et suffisante pour déréguler le travail dominical.

      Avec ça, pas de doute, ils feront machine arrière dans leur revendications.


      • Oliver HACHE Oliver HACHE 15 octobre 2013 19:17

        Et bien sachez que beaucoup le font.. ! On ne dirige pas une société en 35 heures par semaine entre le lundi et le vendredi.


      • realTMX 16 octobre 2013 10:12

        Je propose que tous les membres du Medef soient contraints de travailler... tout court.

        Parce que les membres de ce parti mafieux, premier assisté de France, n’ont, pour la plupart, jamais travaillé de leur vie. Et ils se donnent le droit de faire la morale à ceux qui travaillent dur et dans des conditions de plus en plus délétères.

        MEDEF = Mouvement des Enemis des Employés de France.


      • bakerstreet bakerstreet 15 octobre 2013 16:22
        Bravo pour votre article

        Le dessin est fendart et résume le problème. 
        Un desssin que Plantu n’aurait pas fait !

        Seul l’effet d’aubaine légitime l’action de ce jaunes, qui risquerait de rire très jaune si tout le monde se mettait au boulot le dimanche. 
        Une évidence : Des parts de marché sont volées sur le dos des commerces qui ferment, pour causes idéologiques, religieuses, légales....


        Au delà du fait divers, dont Roland barthes se serait emparé avec gourmandise, pour parler de l’état de notre société, pour faire peut être quelques aparthés 
        Sur les patrons prédateurs, 
        sur les clients ne voyant pas plus loin que la mèche de leur perceuse
        Sur les salariés, du moins certains, prêts à baisser leur froc !
        Sur la notion de liberté surtout, qui ’n’a rien à voir avec celle des chants patriotiques et révolutionnaires

        " Liberté, j’écrits ton nom, sur tous les murs......

        La liberté, ici, c’est un gros mot. 
        L’oeillade d’une prostituée qui vous montre ses seins et ose vous parler d’amour.

        De même essence que celle dont parle les publicitaires pour vous aliéner !


        • Gemini Gemini 15 octobre 2013 18:29

          Je suppose que lorsque le travail des enfants a été aboli, le patronat et les travailleurs ont déjà dû sortir le même discours.

          Si les enfants ne travaillent plus, nous serons moins compétitifs. Et des parents excédés de ne pouvoir faire travailler leur bambins pour quelques clopinettes de plus ont probablement dû soutenir leurs généreux patrons.

          On ne se pose jamais la vrai question : ces salariés qui souhaitent travailler le dimanche, le souhaitent-ils parce que leur paie est tellement misérable à leurs yeux qu’ils veulent plus ? Ou est-ce réellement un souhait réel et sincère ?

          J’ai du coup une suggestion à faire au patronat : diviser les salaires par deux. Il y aura alors pleins de salariés qui voudront bien travailler le dimanche et qui manifesterons même pour cela. Puis, diviser encore les salaires par deux. Et vous verrez que l’on voudra remettre les adolescents au travail. Je continue ? …

          Cette propension à l’auto-enchaînement est confondante pour ne pas dire triste.


          •  C BARRATIER C BARRATIER 15 octobre 2013 19:33

            Bon article
            Ils s’en sont déjà pris à la Sécu au nom de cette pseudo liberté. Voir en page des news :

            Sécurité sociale ; Privatiseurs menteurs en échec

             http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=226


            • Oliver HACHE Oliver HACHE 15 octobre 2013 20:57

              Le profit n’est pas sale. C’est justement ce qui permet à une entreprise de prospérer. Une entreprise qui prospère offre du travail. Une entreprise qui ne prospère pas, décline puis disparaît.

              Un salarié a plus intérêt, arrêtez-moi si je me trompe, à ce que son entreprise prospère plutôt qu’elle ne disparaisse. Si certaines souhaitent ouvrir le dimanche, ce n’est pas pour perdre de l’argent, mais pour en gagner. Donc, survivre.
              Car toutes les entreprises naissent, se développent et quittent la scène économique à plus ou moins long terme. Que deviennent les acquis dans une entreprise qui n’existe plus.. ? A quoi sert le code du travail quand, justement, on n’en a plus.. ?
              Je m’attends, compte tenu de l’auditoire moyen du site, à prendre une volée de bois vert en retour, mais je suis pour le moins exaspéré par les propos laborophobes lus régulièrement.
              Cordialement,
              Oliver Hache

              • atropos 15 octobre 2013 21:43

                J’ai eu il y a quelques années, envie de consacrer une année à travailler le week-end pour m’offrir un voilier que mon salaire ne suffisait pas à payer. C’est à cette occasion que j’ai réalisé que là, coco, ça ne marche pas comme ça et c’est fâcheux ! Dans mon cas il ne s’est agi que d’une frustration, mais que dire d’une personne qui se voit privée de cette possibilité pour rembourser une dette, payer des études à ses enfants ou se faire refaire les dents ? C’est con car bosser le dimanche peut éviter de finir en interdit bancaire ou en commission de surendettement.

                D’un autre côté, je comprends l’existence de ce « garde-fou », les salariés étant peu à même de refuser d’être « volontaires » avec le marché de l’emploi que nous connaissons.
                Une position équilibrée consisterait à autoriser le travail le dimanche, uniquement pour un autre employeur.

              • Gemini Gemini 16 octobre 2013 22:12

                Je me permets donc de vous arrêter : que son entreprise prospère ou non, ça ne change pas grand chose pour le salarié.

                Si elle prospère, il aura juste besoin de ne pas chercher un nouvel emploi tout de suite. Mais pour le reste, rien ne changera. Il sera toujours aussi mal payé, et ne bénéficiera aucunement de cette prospérité. Nous voyons même des entreprises licencier alors qu’elles sont très prospères  ; les multinationales sont expertes dans ce domaine. Bref, autant dire que rapidement, la frustration générée par ce sentiment de spoliation fera que le salarié cherchera un nouvel emploi.

                Un exemple amusant vécu il y a quelques années chez un précédent employeur : celui-ci bénéficiaire depuis de nombreuses années, annonce à l’année N, que certes, il y a de gros bénéfices, mais, comprenez-vous, ce n’est pas le bon moment pour les augmentations. Mais, promis, l’année prochaine, il y en aura. Bien entendu, je vous laisse deviner ce qu’il en a été l’année suivante. Les profits étaient toujours au rendez-vous, mais pour la redistribution à ceux qui les avaient générés …

                Si l’entreprise décline, et bien, il fera comme il l’aurait probablement fait à force de ne jamais être augmenté : il cherchera un nouveau travail. C’est aujourd’hui le seul moyen de gagner plus, et encore, pas de partout, seulement dans les domaines où il n’y a encore un rapport de force pas totalement défavorable aux salariés.

                Au final, s’il est vrai qu’une entreprise prospère reste préférable, dans la mesure où cela permet au moins de rechercher un nouveau travail plus sereinement sans être obligé d’accepter n’importe quoi. Mais c’est bien le seul avantage que je vois.

                Si je résume, ça donne : que l’entreprise prospère ou pas, en tant que salarié, je m’en moque comme d’une guigne. Je n’en profitera pas si elle prospère. Je sais que rapidement, j’aurais de toutes les façons à chercher, encore une fois, un nouvel emploi. La prospérité me permettra cependant une recherche plus sereine.

                Pour terminer, vous parlez dans votre message de « laborophobie ». Ça me semble une conclusion fort hâtive. Prenons mon cas : je ne suis pas contre le travail, mais pour un travail utile et rémunéré à la hauteur de la richesse générée. Le problème actuel est que la richesse générée par notre labeur est extorquée et captée par tout un ensemble de sangsue, qu’ils soient patrons, actionnaires ou financiers. Nous produisons deux fois toujours plus de richesses chaque année, mais étrangement, nous sommes de moins en moins riches. Qui capte tout ce surplus alors ? Cette spoliation est proprement insupportable et à mon sens, explique en grande partie cet « laborophobie » que vous pensez pressentir. Je la nommerai plutôt « spoliaphobie ». Pourquoi s’échiner à travailler dur quand on sait que la richesse créée sera captée par un autre ?


              • rocla+ rocla+ 15 octobre 2013 21:06

                Monsieur Hache 


                N’ attendez pas de ces personnes qui voudraient plus de salaire de bien-être 
                etc de s’ adapter à la vie réelle , celle qui se passe tous les jours sous nos
                 yeux , d’ ouvrir les magasins quand le flux de la clientèle passe devant . 

                Le problème des syndicalistes n’ a rien à voir avec le but d’ une entreprise . 

                Une entreprise ça crée de la richesse , 

                les syndicalistes ça fout la merde . 

                In france . 




                • realTMX 16 octobre 2013 10:24

                  Quel tissu de connerie !

                  Une entreprise ne crée de la richesse que s’il y a des salariés pour y travailler et des clients pour acheter ses produits.

                  Dans la majeur partie des cas, les actionnaires volent les richesses et réduisent les travailleurs en esclavage avec leurs exigences inconsidérées. Quant aux gros patrons, voyous et experts en évasion fiscale, ils sont en grande partie responsables des problèmes de trésorerie nette car ils ne savent pas se contenter au niveau salaire. Il leur faut toujours un plus gros salaire qu’importe la situation réelle de l’entreprise. Je ne parle pas des petits patrons qui ont parfois bien du mal à se servir un salaire car les PME ne sont pas faciles à gérer surtout lorsqu’elles démarrent ou que le milieu économique est défavorable.

                  Le travail du dimanche est une ineptie sans nom et c’est la porte ouverte à toutes les dérives et tout ceci afin de contenter les actionnaires et les pourritures du MEDEF, premier assisté de France.


                • Gemini Gemini 16 octobre 2013 22:16

                  Une entreprise crée de la richesse ? Certes, mais pour qui ? Pas pour le salarié en tout cas. Le syndicaliste ne sert qu’à se faire spolier une part un peu moins important de la richesse crée par le salarié.

                  Je comprends que ce genre de concept soit difficile à assimiler pour une personne ayant été artisan, qui lui, au moins, peut récupérer l’intégralité de la richesse qu’il a créée sans se la faire spolier par un patron ou un actionnaire.


                • titi 15 octobre 2013 23:09

                  En 1871 la commune avait pris des mesures spectaculaires en matière de droit du travail.

                  Ainsi elle avait interdit le travail de nuit, au départ pour les apprentis boulangers.

                  Mais du coup d’autres professions ont demandé a être traitées sur un pied d’égalité avec les boulangers.
                  Ce fut en particulier le cas des personnes qui à l’époque étaient chargées d’allumer les becs à gaz qui illuminaient la ville lumière.
                  Et grâce à l’égalitarisme, au progrès social, le France fut le premier pays où les personnes chargés d’allumer l’éclairage public ne travaillaient pas la nuit.

                  cf. « Paris sous la commune » de Wilhelm Dinesen

                  C’est bô le progrès social ! Mais des fois un peu ridicule ...

                  Comme par exemple de faire respecter un couvre feu aux commerçants de la plus célèbre avenue de la ville lumière...
                  Ville lumière, certes, mais à 19h00 extinction des feux.. Nan mais... faudrait pas que ces salauds de touriste dépensent leur argent chez des salauds de commerçant.

                   


                  • rocla+ rocla+ 16 octobre 2013 07:55

                    Ben oui cet argent là ne compte pas , il est dépensé en dehors des heures 

                    syndicales . 

                    C ’est pas grave d’ être con , mais embêtant  car ça prive de liquidités .... smiley

                    • titi 16 octobre 2013 08:42

                      J’ajoute qu’après le travail le dimanche et l’ouverture des commerces la nuit, j’ai en tête quelques bonnes idées pour mener le progrès social.

                      Par exemple :

                      Les boutiques comme Toy’s are us qui font faire des heures à leurs salariés vers Noël alors qu’il est si simple de vendre des jouets à Pâques !!

                      Et les salauds de viticulteurs ? Pourquoi ne vendangent-ils pas en mai ?

                      C’est pourtant une évidence : ca mettrait fin aux contrats précaires.

                      Noël en décembre et les vendanges en septembre, encore un coup du Medef !!!


                    • rocla+ rocla+ 16 octobre 2013 09:27

                      C ’est anormal ça . 


                      Et la vaches , c’ est qui qui trait les vaches ? 

                      Comment se fait ils qu’ elles ne soient pas inscrites à la CGT les vaches .

                      La Confédération Générales de la Traite des vaches n’ a jamais rien fait 
                       pour empêcher la traite des vaches les jours fériés et les jours où on 
                      fé rien . 

                      Par contre un certain nombre de moutons de Panurge sont inscrits 
                      dans cette secte où l’ on prône le repos pendant que d’ autres prônent
                      d’ acheter les sacs Ouitton les farpains Céfora ainsi que les Opinels couteaux
                       fabiqués à Taïwan .

                      Pourquoi les ouvriers Taïwanais n’ auraient-il pas le droit  d’ acquérir 
                      les instruments tranchants chez nous alors qu’ ils ont sué la transpiration 
                      chez eux ?

                      Mais c ’est vrai , il vaut mieux un syndicat qui marche fort qu’ une économie 
                      qui fonctionne . 

                      Pour de nombreuses raisons parmi lesquelles toutes celles que leurs 
                      représentants avancent .

                      Faisons marcher les syndicats , pas l’ économie . 
                       



                      • eric 16 octobre 2013 09:38

                        Ce qui me parait très positif, c’est que les diatribes repetitives du genre de cet article ne produisent plus guère d’énervement ou d’indignation, mais bien une large hilarité...
                        Ceux qui pensent autrement ne les prennent même plus assez au sérieux pour tenter de convaincre ceux qui les anonent.
                        Comme être a gauche, c’est aussi, se prendre extrêmement au sérieux, on peut espérer que par une réaction naturelle, ces gens vont quand même tenter d’avoir des discours plus construits, plus étayé, plus en relation avec le réel.
                        Ainsi, insensiblement, internet contribue a terme a la nécessaire refondation des pensées de gauche.
                        Indigner le « bourgeois » par des pauses révolutionnaires, cela les distrayait encore. Le faire rire, ils ne supporteront pas longtemps..


                        • rocla+ rocla+ 16 octobre 2013 10:09

                          Eric ,


                          c ’est exactement ce que je pense , l’ imbécilité des postulats des syndicats , 
                          tant que Internet existait pas ça pouvait plus ou moins fonctionner .

                          Mais  leur mettre  le nez dans leur caca idéologique jour après jour , 
                          démontrer le ridicule de leurs positions sclérosées au stade germinal 
                          et surtout montrer que quelques gugusses ne représentent en rien l’ ensemble 
                          des travailleurs français . 

                          Alors qui qui rit ?

                          c ’est «  La vache qui rit  »



                          • rocla+ rocla+ 16 octobre 2013 10:37

                            Le caca idéologique de ça va te péter dans la gueule .... smiley


                            La vache qui rit rit .

                            • jaja jaja 16 octobre 2013 10:46

                              Ce dont nous les travailleurs, les chômeurs les précaires avons besoin c’est d’un nouveau mai 68 mais qui l’emporte cette fois et qui permette de mettre en pratique ce qu’ont de tous temps voulus nos ancêtres exploités : partager le temps de travail entre tous, partager les richesses produites en autogestion dans un monde débarrassé des capitalistes, vivre dans un monde où l’égalité sociale règnera....


                            • eric 16 octobre 2013 13:22

                              Mais enfin jaja quand prendrez vous conscience !? Mai 68, historiquement, c’est le moment ou la classe moyenne a statut prend conscience, elle, qu’elle n’a pas vraiment besoin de s’intéresser au peuple pour parler en son nom, et s’en sert pour atteindre ce qui l’intéresse vraiment, les crédits, les postes, les prébendes, et....la possibilité de suivre servilement les modes américaines en particulier en matière sexuelle. Mai 68, c’est le passage de la gauche sociale a la gauche sociétale. Du reste, lisez ce qu’ils en écrivent eux mêmes.
                              Un des principaux acquis et d’avoir laisse tomber la cravate pour passer au jean et d’avoir pu plaquer bobonne au nom de la liberté des engagements reversibles.
                              Du reste, cela continue. Quand la société française connait des tensions économiques, ils ne proposent pas d’augmenter les aides ou les salaires, mais bien de marier les « tous ».

                              Du reste, il a suffit que cette generation soit durablement au pouvoir pour qu’on entre dans les nouvelles pauvretes, la montee des inegalites, la degradation du service public ( avec 2 millions d’agents en plus !), ’entassement des impots des déficits et des dettes.
                              Bref pour perdre tous les acquis obtenus essentiellement sous la houlette du général de Gaulle, tant a la libération que dans les années 60.

                              ces gens la se servent de vous !
                              http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/partager-a-gauche-pour-degonfler-54982


                            • rocla+ rocla+ 16 octobre 2013 10:49

                              Ben c’ est pas dur , montez des boites en auto-gestion et démerdez vous . 


                              Et surtout laissez travailler ceux qui en ont envie .

                              • jaja jaja 16 octobre 2013 10:55

                                L’outil de production capitaliste et les banques voila ce qu’il nous faut prendre et faire tourner en autogestion... et au service de la population...

                                Laisser travailler ceux qui en ont envie ? C’est une mauvaise plaisanterie qui vient de ta morgue de petit patron fasciste envers les salariés qui savent aussi bien que toi ce que travailler veut dire.....


                              • rocla+ rocla+ 16 octobre 2013 11:30

                                Vous avez vu vu syndicaliste comme vous me  parlez ? 


                                Votre insulte caractérisée montre votre déchéance humaine 
                                à l’ intérieur de vos délires maniaco-coco .



                                • jaja jaja 16 octobre 2013 11:38

                                   smiley Qui a écrit cette merde insultante qui ouvre notre « échange » et qui ensuite s’étonne de la réplique...
                                  « c ’est exactement ce que je pense , l’ imbécilité des postulats des syndicats , 

                                  tant que Internet existait pas ça pouvait plus ou moins fonctionner .

                                  Mais leur mettre le nez dans leur caca idéologique jour après jour , 
                                  démontrer le ridicule de leurs positions sclérosées au stade germinal 
                                  et surtout montrer que quelques gugusses ne représentent en rien l’ ensemble 
                                  des travailleurs français . »

                                  Notez mon cher que le syndicalisme est partie intégrante de la démocratie et que les seuls qui exigent sa suppression en niant sa représentativité, pourtant confirmée en entreprise à chaque élection de délégués du personnel ou au CE, ce sont les fascistes.....



                                • Oliver HACHE Oliver HACHE 16 octobre 2013 18:26

                                  Ben moi, j’aime bien les représentants des salariés. Surtout ceux qui siègent au CE. Il faudra tout de même qu’on m’explique pourquoi ils préfèrent se gaver dans les restaurants, voyager en première et loger dans des 3 ou 4 étoiles pour claquer le budget de fonctionnement, plutôt que de manifester afin que la partie non utilisée de ce budget (règle de calcul définie dans le sacro-saint code du travail) soit ajoutée au budget social. Ça voudrait dire partager le gâteau avec les nigauds qui ont voté pour une poignée de privilégiés. ´Faut peut être pas déconner non plus hein.. ?


                                • jaja jaja 16 octobre 2013 18:33

                                  Hache : Ceux là sont achetés. S’il n’y avait que des révolutionnaires sincères dans les syndicats il y a longtemps qu’on aurait occis le patronat.... smiley


                                • Oliver HACHE Oliver HACHE 17 octobre 2013 00:59

                                  @Jaja

                                  Nous voilà bien sur fond de nature humaine, identique depuis la nuit des temps. Le gros mange le petit, le rapide dépasse le lent. En clair, c’est le premier qui bande qui b...
                                  Les « vrais » révolutionnaires ont aussi leur prix. Et la boucle est bouclée. Votre naïveté est terriblement touchante.

                                • rocla+ rocla+ 16 octobre 2013 11:45

                                    Qui a écrit cette merde insultante qui ouvre notre « échange » et qui ensuite s’étonne de la réplique...
                                  « c ’est exactement ce que je pense , l’ imbécilité des postulats des syndicats , 

                                  tant que Internet existait pas ça pouvait plus ou moins fonctionner .

                                  Mais leur mettre le nez dans leur caca idéologique jour après jour , 
                                  démontrer le ridicule de leurs positions sclérosées au stade germinal 
                                  et surtout montrer que quelques gugusses ne représentent en rien l’ ensemble 
                                  des travailleurs français . »

                                  C ’est moi ... smiley

                                  • rocla+ rocla+ 16 octobre 2013 11:47

                                    Vrai que toute pensée en dehors de celle de certains s’ appelle

                                    fascisme . 

                                    La diversité d’ opinion  est interdite ....

                                    Les fascistes sont-ils ceux que l’ on voudrait présenter ?

                                    • jaja jaja 16 octobre 2013 11:59

                                      Votre merde anti-syndicale est une pensée ?... Bon admettons... mais c’est une pensée fasciste de milicien....Rappelons que le seul dans l’histoire récente de la France à avoir interdit les syndicats c’est Pétain sous l’occupation !

                                      Bon Pétain n’a pas empêché les patrons boulangers de vendre leurs miches aux nazis...Ce qui fait que ses positions politiques anti-démocratiques sont reprises sans vergogne par les petits patrons fascistes de ce pays.... qui n’aiment pas du tout qu’on leur rappelle la filiation historique de leur « pensée »....


                                    • rocla+ rocla+ 16 octobre 2013 13:32

                                      Pétain n’ a pas empêché les convois de la Sneufeu emmenant les Juifs

                                      où vous savez , et à la sneufeu qui qui fait la loi ?  

                                      c ’est des boulangers aussi qui faisaient marcher les locomotives ? 

                                      Vous êtes pas guéri , il y a un long traitement à envisager . 

                                      Les fascistes les vrais , ce sont les syndicats qui , outrepassant toutes les 
                                      lois de la démocratie imposent leur point de vue complètement 
                                      minoritaires  à la majorité . 



                                      • rocla+ rocla+ 16 octobre 2013 18:57

                                        Enfin le problème c’ est que le monde est rempli de salauds 

                                        de patrons . 

                                        C ’est ça le problème ;

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Robert GIL

Robert GIL
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès