Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Arnaud Montebourg : rien que des mots, toujours des mots

Arnaud Montebourg : rien que des mots, toujours des mots

Jeudi, Arnaud Montebourg doit faire ce qui est annoncé comme un véritable discours de politique générale économique où il continuerait à développer la ligne qui est la sienne depuis les primaires du PS et qui l’avait menée au ministère du redressement productif avant de récupérer l’économie il y a 3 mois.

Un constat très juste
 
Il est attendu que le ministre de l’économie développe son hostilité aux politiques d’austérité, ce qui représente un positionnement logique par rapport à tous les thèmes qu’il développe depuis plus de trois ans. Peu après sa nomination, il était assez logiquement passé de la démondialisation (emprunté à Jacques Sapir, avec une préface d’Emmanuel Todd) à la défense du « fabriqué en France » (en oubliant souvent de traduire « made in France »). Ce faisant, il défend une ligne protectionniste modérée, qui l’a poussé à réaliser une couverture fameuse où il pose en marinière et avec un appareil Moulinex.
 
Qu’un ministre soutienne une telle ligne démontre la progression de ces idées dans l’opinion, également défendue par des journalistes de l’Expansion, du Monde et l’Express dans le bon livre « Inévitable Protectionnisme ». Le constat est simple : l’Europe est l’idiot de la globalisation car tous les autres pays protègent leurs industries et il est temps d’être plus pragmatique et d’enfin appliquer ce qui est à la base du modèle de développement asiatique, comme même The Economist l’a reconnu alors qu’il a été fondé par opposition aux lois protectionnistes britanniques du 19ème siècle !
 
Le volet que devrait ajouter le ministre jeudi est totalement cohérent. De nombreux économistes progressistes dénoncent depuis des années les ravages des politiques d’austérité en Europe. On pense à Jacques Sapir, dont les calculs sur le budget 2013 à la rentrée 2012 prévoyaient la non atteinte des objectifs de baisse des déficits et une moindre croissance, ont été vérifiés par les faits. On peut aussi penser aux deux « Prix Nobel d’économie », Joseph Stiglitz et Paul Krugman, qui a consacré son dernier livre à la question. Mieux, même le FMI, pourtant l’avocat de la rigueur, a fini par reconnaître qu’elle pouvait devenir contre-productive du fait de la sous-estimation de son impact sur la croissance.
 
Ce faisant, Arnaud Montebourg poursuit la construction d’un discours économique alternatif cohérent en y apportant un volet budgétaire, dont il n’a pas la responsabilité, cependant, puisqu’elle a été confiée à Michel Sapin. Il pourrait même soutenir que ce discours est cohérent avec celui du président de la République, qui avait fait de la réorientation de l’Europe une de ses priorités, ce qui avait abouti à la signature d’un Pacte de Croissance au sein de l’UE peu après son arrivée à l’Elysée. En outre, son disours entretient l’espoir de l’aile gauche du PS, très tiède à l’égard du nouveau Premier Ministre.
 
Toujours des mots…

Ce faisant, la ligne Montebourg est comme le fameux Pacte de Croissance Européen de 2012. Les chiffres de croissance de l’année suivante ont démontré qu’il n’était que des mots, ce « pistolet à eau contre un rhinocéros qui charge » pour reprendre la formule de Paul Krugman. Car si Arnaud Montebourg parle beaucoup, non sans un certain talent, on peine à identifier ce qu’il a fait concrètement. Les chiffres du commerce extérieur ou des fermetures d’usine démontrent tous les jours que le redressement productif est resté lettre morte et que rien n’a été fait pratiquement pour défendre le fabriqué en France.

Et que dire des dossiers industriels dont le ministre s’est emparé. Sur PSA, après avoir maladroitement et malhonnêtement attaqué la gestion de ses dirigeants, Arnaud Montebourg a piteusement accepté un plan social massif et la fermeture d’Aulnay. Pire, il a permis à Dongfeng de faire une affaire en achetant 14% du capital du constructeur français pour une bouchée de pain. Idem sur Alstom, où après avoir plaidé pour une solution européenne, puis envisagé une solution française, il a fini par accepter un plan qui n’est qu’une version remise à jour du projet de rachat initial de GE, qui cède quelques miettes pour s’assurer d’emporter les beaux morceaux de l’entreprise française. Bref, les actes ne suivent pas les mots.

Si la ligne Montebourg continue à se développer de manière intéressante théoriquement, il reste tout de même effarant de constater l’énorme écart quil y a entre cette théorie et la pratique. Comment peut-il dire ce qu’il dit et laisser faire ce qu’il laisse faire ? Ce grand écart permanent fait de lui l’un des équilibristes les plus audacieux de la politique, pour le meilleur (la promotion de certaines idées) et pour le pire (une nouvelle illustration de l’incohérence et des promesses non tenues des politiques).


Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • diogène diogène 11 juillet 2014 15:27

    « Ce grand écart permanent fait de lui l’un des équilibristes les plus audacieux de la politique »


    Un peu pâle comme acrobate à côté de Hollande !
    Le système s’est totalement discrédité et les échéances seront dures.


    • claude-michel claude-michel 11 juillet 2014 15:37
      Arnaud Montebourg...ou la recherche de l’inutile.. !

      • lermontov lermontov 11 juillet 2014 15:44

        Le texte est là :

        http://www.youscribe.com/catalogue/tous/actualite-et-debat-de-societe/actualite-evenements/discours-de-montebourg-pour-le-redressement-economique-de-la-france-2476430

        Mr Montebourg commence par se féliciter de son travail, la prétendue ’reindustrialisation’ du pays et autres. A 1000 chômeurs supplémentaires/jour, peut-on pavoiser ? Peut-on se croire efficace ?

        Il admet que le pacte de stabilité aura « un effet récessif » sur la France. Ce sont ses mots, cela signifie que ce pacte va faire des chômeurs en plus. Il peut bien déplorer l’austérité, il est quand même dans un gouvernement qui applique cette politique, membre d’un parti qui soutient cette politique.

        Donc, voilà, Montebourg, c’est concrètement inefficacité et autosatisfaction, et théoriquement déclaration d’intention et contradiction, sinon reniement. C’est un bateleur, sa petite amie actuelle lui donne sans doute des cours de théâtre.

        Il a mis sur toutes les pages de son laïus la maxime ’seul le prononcé fait foi". Voilà, ce n’est que parlote, une outre que fait siffler le vent, on ne voit rien dans le réel, le réel nous dit que tout ça n’est que jacasserie. Mais puisque c’est dit, c’est que ça est.


        • bernard bernard 11 juillet 2014 20:54

          «  Voilà, ce n’est que parlote, une outre que fait siffler le vent » (sic)


          Une outre que fait siffler le vent, des moments, c’est beau !

           smiley

        • lermontov lermontov 11 juillet 2014 16:00

          Voilà ce qu’on trouve à la fin de son pensum :

          ’’Nul ici à Bercy n’attend la croissance venue du ciel. Le Gouvernement ne l’attend pas assis sur une chaise comme en attendant Godot. Nous décidons d’aller la chercher nous-mêmes avec nos pelles et nos pioches. ’

          Le Peuple répond :
          1.’C’est qui, ce Godot, connais pas moi ce Godot...’
          2.Après la croissance avec les dents, très carnassier, c’est la croissance à la pelle et la pioche, très ouvrier. Pour nous faire gober que tu étais encore de gauche et des nôtres, les humbles et petits, tu aurais carrément dû oser un ’la croissance à la faucille et au marteau’.

          Je ferme les yeux et je vous imagine tous : la Belkacem toute maniérée avec sa pioche, la Filipetti et son air de lou ravi la petit pauvrette tombée au milieu des riches qu’en revient pas d’être là, toi et ta trogne de premier de la classe qui appelle mécaniquement la baffe, Flamby et sa braguette ouverte, ses calembours de préfecture et sa voix de fausset... Désolé, mon pote, ça me semble incroyable, on se croirait dans un De Funès.


            • xmen-classe4 xmen-classe4 11 juillet 2014 17:56

              A l’ump, les sites gouvernementaux de ce genre fermaient à cause du scandale que cela provoquais.

              http://www.faire-simple.gouv.fr/


              • xmen-classe4 xmen-classe4 11 juillet 2014 18:00

                les entreprises publiques servent à substituer aux problèmes de constitutions, les mesures gouvernementales


                • riff_r@ff.93 riff_r@ff.93 11 juillet 2014 19:09

                  @l’auteur
                  Difficile exercice que celui qui consiste à faire le compte-rendu d’un discours qui aura lieu le lendemain ... Certes, la plupart des journaux qui ont attendu la dépêche AFP ne font pas vraiment mieux en se contentant d’évoquer le principe de la répartition en trois tiers des fameux 50 milliards et la volonté de s’attaquer ( conformément aux directives de la Commission européenne ) aux professions règlementées.
                  La lecture du discours vaut pourtant le coup :
                  Montebourg y préconise une politique de grands travaux publics : barrages hydro-électriques, construction d’infrastructures touristiques, édification accélérée du réseau de fibre optique ... Bref, un nouveau « New deal » avec référence directe à Roosevelt. Comment faire, alors que comme Montebourg le déplore lui-même « l’investissement public et privé a chuté de 18% dans l’UE par rapport à son niveau d’avant la crise ».
                  Comment faire avec une BCE statutairement indépendante des politiques gouvernementales ? Comment faire avec le carcan de l’euro ? Comment attirer les banques dans ces grands travaux ( souvent peu rentables et risqués ) alors qu’on n’a toujours pas eu l’idée de séparer les banques de dépôts des banques d’affaires ? Comment imaginer de telles politiques sans contrôle de sa monnaie ? Il me semble qu’il aurait mieux valu attendre de lire le discours pour débusquer ces incohérences notoires.


                  • zygzornifle zygzornifle 11 juillet 2014 19:30

                    Montebourg est la meilleure éolienne du gouvernement ....


                    • InternetDev InternetDev 12 juillet 2014 14:00

                      Un balai à cons plutôt.


                    • xmen-classe4 xmen-classe4 11 juillet 2014 21:00

                      iles fausses, avoir lyre.


                      • franck milo franck milo 12 juillet 2014 00:22

                        Arnaud ?
                        monte !
                        bourre...
                        (et ratatam)


                        • Scual 12 juillet 2014 00:55

                          Arnaud Montebourg est l’exemple type des solfériniens... parler pour mentir et embrouiller et permettre la poursuite de la trahison du PS en faisant ou laissant faire l’inverse de ce qu’il dit.

                          Si ce type pensait vraiment ne serait-ce que la moitié de ce qu’il dit, il aurait quitté le gouvernement avant la fin de la première année de Hollande au pouvoir et il lutterait de toute ses forces contre ces imposteurs illégitimes comme s’il s’agissait de ses pires adversaires... alors participer directement à cette trahison ! Laissez-moi rire.

                          Le fait qu’il joue encore à ce jeu là démontre qu’il n’est rien de plus qu’un escroc idéologique de plus. Ne l’oublions pas. Il ne reste rien d’acceptable au PS. RIEN, sinon ils seraient déja parti depuis trèèèès longtemps. Le temps des excuses et du pardon est passé depuis au moins deux ans.


                          • lermontov lermontov 12 juillet 2014 01:10

                            Toutes les citations qui suivent sont extraites du discours de Montebourg ; car dans ce discours, il révèle en creux ce qu’est l’Ue, ce qu’est la Commission, quel est le responsable du chômage et quel est l’avenir.

                            « C’est donc une maladie européenne qui a fait de la zone Euro la lanterne rouge de la croissance mondiale. Les raisons en sont la conjugaison d’une austérité sur-calibrée, avec la simultanéité des politiques d’austérité dans tous les pays européens, ajoutée à l’approche exclusivement comptable de l’Union Européenne, à laquelle il faut adjoindre la sous-estimation chronique de l’impact des politiques de rétablissement des comptes publics sur la croissance, tout cela en plus de l’absence de politique de rachat de la dette publique par la Banque Centrale Européenne que pratiquent pourtant désormais toutes les banques centrales du monde entier, conduisent la zone Euro à continuer d’accumuler un retard de croissance spectaculaire et inquiétant. » = IL DIT QUE LA CAUSE DE L’ABSENCE DE CROISSANCE ET DU CHÔMAGE, C’EST LA POLITIQUE DE L’UE (il s’appuie sur des avis d’experts, fmi, etc, pour dire cela)

                            « Félicitations à l’Europe ! Nous sommes dans le tableau d’honneur de l’explosion du chômage ! » (il parle ici du taux de chômage dans la zone euro)

                            « La politique de réduction des comptes publics partout en Europe et en France nous prive donc de croissance parce qu’elle pèse sur elle. C’est le paradoxe de cette idée moralement juste mais économiquement fausse. Il est moralement juste que celui qui fait des dettes les rembourse. Mais c’est économiquement stupide de le faire si précisément le fait de le faire vous empêche d’y parvenir et vous conduit à l’exact contraire. Car la politique de réduction des déficits, malgré tous les efforts qu’il faut assumer, malgré tous les obstacles qu’il faut vaincre, ne permet pas la réduction des déficits, car en privant l’économie de croissance, elle empêche précisément le rétablissement des comptes publics. L’Union Européenne confond donc morale et économie. De manière générale, je crois que nul ne devrait laisser l’économie à des comptables moralistes surtout lorsqu’ils ont des idées rigides. L’économie est un art du mouvement qui nécessite des corrections permanentes, anticipation, adaptation, pragmatisme et refus du dogmatisme en toute circonstance. » = IL DIT QUE LES GENS DE LA COMMISSION SONT DES AYATOLLAHS.

                            A son arrivée au pouvoir, Matteo Renzi, le Président du Conseil italien, a qualifié le Pacte de Stabilité de pacte de stupidité. [...]. Il a ajouté que « sans croissance l’Europe n’a pas d’avenir ». = CETTE POLITIQUE VOULUE PAR LA COMMISSION EST UNE STUPIDITE QUI VA FAIRE EXPLOSER L’UE.

                            « La France est copropriétaire indivise de l’Union Européenne comme tous ses partenaires. La politique de la France n’est donc pas indissociable de la politique de l’Union et c’est une des raisons pour lesquelles la France a le devoir de dire à l’Union Européenne qu’elle fait fausse route lorsqu’elle se trompe. L’Union Européenne, ce n’est pas une école avec ses bons et mauvais élèves, et si cela devait en être une, ce serait alors l’école de la contre-performance, l’école de la récession, de la déflation et du chômage. C’est l’école des erreurs de pilotage économique qui mérite, après la contre-performance mondiale de la zone Euro, qu’on ouvre enfin la boite noire et qu’on en fasse le bilan dans le cadre de la nouvelle Commission européenne. Peut-on accepter que des erreurs collectives de politique économique liées à l’incompétence, au dogmatisme, peut-être à l’aveuglement idéologique de dirigeants européens, puissent provoquer des risques de destruction, de fracturation politique d’un bien commun qu’est l’Union Européenne et que des générations entières ont mis tant de temps à bâtir ? » = LES AYATOLLAHS DE LA COMMISSION SONT DES FOUS FURIEUX, ILS N’ECOUTENT QU’EUX, ILS S’EN COGNENT DE LA POPULACE.

                             « Le chômage de centaines de milliers d’Européens et de Français supplémentaires doit être évité. Il suffit de lire, d’écouter, d’entendre autre chose que des préjugés, des certitudes, des croyances dans lesquels les cerveaux sont enferrés. Il y a une responsabilité historique de la classe dirigeante à écouter la souffrance de son peuple, à choisir les chemins alternatifs, différents et novateurs, qui éviteront et conjureront le risque d’autodestruction du pays. » = SI LA COMMISSION N’EST PAS MISE AU PAS, IL FAUT S’ATTENDRE A UNE EXPLOSION DU CHOMAGE ET A DE LA SOUFFRANCE.
                             
                             « Avec le Pacte de stabilité, la France réalisera 50 milliards d’économies. C’est un nouvel effort historique qui n’a pas de précédent. Cet effort, nous
                             l’accomplissons dans tous nos ministères avec sérieux et avec application. Mais il est indéniable que ces économies auront un impact récessif pour la
                             France comme pour l’Europe, si elles ne sont pas compensées par une injection monétaire ou budgétaire d’ampleur équivalente dans l’économie de la zone
                             Euro. »
                            = COMME ON LE VOIT A LA CITATION SUIVANTE, LA COMMISSION NE FERA PAS DE RELANCE. DONC, LE PACTE DE STABILITE BIEN STUPIDE FERA DES CHOMEURS EN PLUS.

                            « Plutôt que d’attendre la relance européenne de la croissance, je vous propose que nous organisions la nôtre, sur la base d’une alliance de l’investissement public et privé, moyen créatif de surmonter la pénurie budgétaire. »

                            « Ce n’est pas seulement la gauche qui est menacée [par le chômage] c’est la France dans sa constitution, sa force et sa puissance qui le sera. » = LA FRANCE A DE GRANDES CHANCES D’IMPLOSER.

                            MERCI, MRS, DE NOUS AVOIR ENGAGE DANS CETTE SUPER AVENTURE POUR NOTRE BIEN, LA PROSPERITE, LA PAIX ET QUE SAIS-JE ENCORE.

                             


                            • zygzornifle zygzornifle 12 juillet 2014 08:55

                              Pendant ce temps Merkel expulse le responsable local de la CIA ....Rantanplan ( Hollande) quand a lui lui aurait offert une suite dans l’Élysée ......




                              • zygzornifle zygzornifle 12 juillet 2014 10:32

                                pour ceux qui seraient passés à coté de l’info : 

                                François Hollande a remis les insignes de Grand officier de la légion d’honneur à... José Manuel Barroso.




                                • InternetDev InternetDev 12 juillet 2014 13:58

                                  Le seul service que Montebourg peut rendre à la Frrance c’est de raconter toutes ces arnaques faites avec François et Manuel (et même Sarkozy et d’autres).


                                  • ekarlate 12 juillet 2014 15:08

                                    Un équilibriste , dites vous ? J’en ai connu un bien meilleur : SARKO ;

                                    vous avez la mémoire bien courte et le reste sans doute aussi.

                                    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 13 juillet 2014 18:03

                                      Ils se partagent les rôles dans une même pièce de théâtre.
                                      Hollande et Vals font tout bien ce que Bruxelles dit de faire.
                                      Et le meilleur comédien de la troupe joue sa petite partition anti européenne, sans grand risque, puisqu’il ne demande ni de sortir de l’ UE, ni de l’euro, ni de l’ OTAN.

                                      Toutefois, l’importance des critiques contre l’ UE et l’euro dans son discours, montre que le PS est confronté désormais à la question incontournable de la souveraineté nationale disparue...

                                      Il n’est plus possible de faire des politiques intérieures nationales, mais uniquement des politiques européennes, qui vont nous mener à la récession.
                                      Tous les économistes savent que nous allons dans le mur.
                                      Mais c’est la logique de l’UE et de l’euro : empêcher les Etats de mener une politique intérieure nationale pour sortir de la crise.

                                      C’est Robert Mundell, l’inventeur de l’ euro qui explique que les gouvernements seront ainsi contraints de liquider les acquis sociaux et de privatiser à tout va.

                                      Il faudrait de toute urgence sortir de l’ UE et de l’euro, ce que propose l’ UPR, mais jamais Monsieur Pinsolle ni Monsieur Dupont Aignan...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès