Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Au-delà de la crise financière : l’économie sociale et solidaire, un (...)

Au-delà de la crise financière : l’économie sociale et solidaire, un espoir

 «  Une certaine idée de la mondialisation s’achève avec la fin d’un capitalisme financier qui avait imposé sa logique à toute l’économie et avait contribué à la pervertir. L’idée de la toute-puissance du marché qui ne devait être contrarié par aucune règle, par aucune intervention politique, était une idée folle. (…) Ce système où celui qui est responsable d’un désastre peut partir avec un parachute doré, où un trader peut faire perdre cinq milliards d’euros à sa banque sans que personne ne s’en aperçoive, où l’on exige des entreprises des rendements trois ou quatre fois plus élevés que la croissance de l’économie réelle, ce système a creusé les inégalités, il a démoralisé les classes moyennes et alimenté la spéculation sur les marchés de l’immobilier, des matières premières et des produits agricoles. (…) Un nouveau rapport doit s’instaurer entre l’économie et la politique à travers la mise en chantier de nouvelles réglementations. »

Ces extraits du discours de Nicolas Sarkozy, le 25 septembre dernier à Toulon, symbolisent la prise de conscience (entamée sous la pression de la crise écologique) de l’ensemble de la classe politique et de l’opinion publique, de la nécessité de changer de paradigme en économie. 

Alors, face à l’impasse des excès du capitalisme financier et du productivisme, comment agir au mieux ? 

Pour certains, il n’y a plus vraiment de marges de manœuvre et il faut faire le dos rond en attendant des jours meilleurs… Pas vraiment mobilisateur comme perspective !

D’autres parlent d’un nouveau Grand Soir, d’un renversement d’un capitalisme à bout de souffle. Mais cette idée ne mobilise plus vraiment au-delà d’un cercle de militants, d’une minorité active, qui peine à s’élargir. 

La société, dans son ensemble, n’attend plus et ne croit plus à un hypothétique autre système, qui se construirait à côté de l’économie de marché, contre elle et avec l’ambition de la remplacer. Ces lendemains qui chantent ne sont plus entendus par la majorité. 

Alors comment faire renaître l’espoir, sans lequel aucune lutte, aucune émancipation, aucun progrès humain ne sont envisageables ? Comme le dit bien Edgar Morin, « la résurrection de l’espoir n’est pas la résurrection de la Grande Promesse, c’est la résurrection d’une possibilité ».

La Grande Promesse est caduque, mais cette idée de Possibilité est plus que jamais vivante. Elle s’incarne notamment dans l’économie sociale et solidaire. 

Une réalité plurielle très actuelle

Ce champ, aux racines historiques profondes (XIXe siècle), mais aussi d’une ardente modernité, renvoie à une grande diversité d’initiatives entrepreneuriales, ne relevant ni du secteur public ni du champ capitaliste classique et ayant en commun des pratiques différentes de l’entreprise : plus solidaires, plus démocratiques, avec la volonté de remettre l’homme au cœur de l’économie. 

En voici quelques exemples. 

Les sociétés coopératives de production (Scop), comme Chèque Déjeuner, sont des entreprises dont les salariés sont associés majoritaires et mutualisent les risques et les grandes décisions (selon le principe « un homme - une voix ») : choix des dirigeants, orientations stratégiques, affectation des résultats. Ceux qui décident sont ceux qui travaillent, pas des actionnaires financiers strictement focalisés sur la rentabilité. 

Les entreprises d’insertion par l’activité économique, comme Envie, créent elles de l’activité économique pour donner de l’emploi à des personnes en situation d’exclusion et les accompagner dans leur parcours d’insertion sociale et professionnelle. Elles contribuent à réparer et reconstruire ce que le capitalisme financier contribue à détruire (emploi, cohésion sociale).

Les entreprises mutualistes, comme la Macif, sont des sociétés de personnes qui font vivre de manière démocratique un système de solidarité, d’entraide et de prévoyance, au service de leurs adhérents, avec un principe de non-discrimination et d’égalité de traitement. A but non lucratif, elles n’ont pas d’actionnaires à rémunérer et réinvestissent leurs excédents dans le projet (nouveaux services, baisse des prix...), pas sur des marchés financiers dérivés, spéculatifs et déconnectés de l’économie réelle. 

Les entreprises de commerce équitable comme Ethiquable, assurent un juste revenu aux petits producteurs et artisans du Sud et le respect de leurs droits fondamentaux. Elles leur garantissent notamment un prix minimum stable et un partenariat commercial et technique à long terme favorisant leur autonomie. Elles contribuent à rendre le commerce mondial plus juste, plus respectueux des pays en développement. 

On pourrait multiplier les illustrations de ces entreprises sociales et solidaires, et de leur intérêt renouvelé en ces temps de crise financière. 

On les retrouve, de fait, dans tous les secteurs, ceux liés à l’intérêt général (santé, social, services aux personnes, environnement, culture, éducation, sport…), mais aussi ceux plus classiques comme la banque, l’assurance, le BTP, le tourisme, l’industrie, les services, les technologies, l’agriculture ou le commerce. 

Elles sont également de toutes tailles, certaines comme le Crédit coopératif ou le Groupe SOS, pouvant même avoir plusieurs milliers de salariés. 

Des fondamentaux humanistes

Plurielles dans leurs réalités, ces entreprises partagent néanmoins les mêmes fondamentaux. 

Entreprises à part entière, elles ne considèrent pas pour autant le profit comme une fin en soi, mais bien comme un moyen au service de leur projet. Pour mettre en œuvre ce projet, elles gèrent une tension permanente entre des impératifs d’apparence contradictoire : l’efficacité économique et l’utilité sociale, l’intérêt individuel et l’intérêt collectif (ou général), la dynamique de croissance et la préservation de l’environnement, la culture de résistance et celle de coopération. Elles cherchent ainsi à donner un sens concret à l’idée de développement durable. 

Projets collectifs par essence, elles sont également attachées à un partage équitable du pouvoir et des richesses créées, à leur ancrage dans le tissu local et à une vision de long terme. Elles font pour cela souvent (pas exclusivement) le choix des statuts associatif, coopératif ou mutualiste. Sur les territoires, elles œuvrent, à l’instar par exemple des Jardins de Cocagne, à réconcilier puissance publique stratège, marché responsable et société civile solidaire. 

L’économie sociale et solidaire prend donc aujourd’hui toute sa pertinence, car elle réinjecte de la solidarité et de la démocratie dans l’économie, deux valeurs qu’une finance folle, focalisée sur la maximisation court-termiste du profit et déconnectée du politique, a cherché à évacuer. 

Cette pertinence est une espérance, portée par les centaines de milliers d’hommes et de femmes, salariés, bénévoles, entrepreneurs de l’économie sociale et solidaire qui font vivre au quotidien un message simple, mais aujourd’hui essentiel : il n’y a pas qu’une seule façon d’entreprendre, de travailler, de produire, de consommer, d’épargner, d’investir. Il est possible de vivre autrement son rapport à l’économie et à l’entreprise, de manière plus solidaire, plus démocratique, plus humaniste. 

Ce message de l’économie sociale et solidaire est crédibilisé par son poids économique : 210 000 employeurs, 2,6 millions d’emplois (+ 10 % par rapport à 2000), soit 14 % de l’emploi dans le secteur privé, 57 milliards d’euros de masse salariale. Qui plus est, loin d’être une exception française, cette économie sociale et solidaire se développe partout dans le monde, notamment en Europe et en Amérique latine.

Ouvrir le champ des possibles

Pourtant, à la notable exception des collectivités territoriales qui la soutiennent de plus en plus, ayant compris son intérêt pour un développement local durable, les acteurs de la res publica ne veulent pas la voir et la reconnaître (même si les choses évoluent progressivement). 

Sa seule représentation institutionnelle (la DIIESES, délégation interministérielle) agonise. Les partis politiques ne la prennent pas en compte. Les écoles et universités ne l’enseignent pas ou peu. Les organisations patronales la snobent ou la combattent. Les principaux médias l’ignorent ou la caricaturent. Ils gagneraient tous pourtant à lui faire une place plus importante, à mieux la connaître, à mieux la comprendre. 

L’économie sociale et solidaire de son côté doit aussi évoluer, pour être davantage audible de ces acteurs. 

En mesurant et en rendant mieux compte de ses impacts sociaux, écologiques et économiques. En nouant aussi de nouvelles alliances avec des acteurs publics et privés (collectivités, entreprises socialement responsables, syndicats, ONG), qui partagent son projet de démocratiser et de réhumaniser l’économie. En développant sa capacité entrepreneuriale, pour changer d’échelle… tout en veillant à ne pas changer de valeurs. En se donnant les moyens financiers d’agir plus fortement, notamment au niveau politique. 

Dans notre monde contemporain, complexe et interdépendant, la question n’est plus d’être pour ou contre l’entreprise, pour ou contre le marché, pour ou contre la finance, questions stériles et polémiques, mais pourtant si appréciées sur le théâtre des postures politiques françaises.

Le véritable enjeu dont devrait se saisir avec force le débat démocratique et citoyen consiste plutôt à en discuter les modalités : quelle entreprise voulons-nous ? Quel marché ? Quelle finance ? Pour faire quelle économie ? Avec quelles finalités ? Avec quelles régulations ? 

L’économie sociale et solidaire apporte des réponses concrètes, partielles, mais réelles, à ces questions fondamentales. Dans le contexte actuel, elle ne demande qu’à les faire entendre davantage, pour les partager, les enrichir, les améliorer, les amplifier. 

A l’ensemble de la collectivité - société civile, pouvoirs publics, entreprises - de s’en saisir, pour faire vivre à grande échelle un véritable humanisme économique, à la hauteur des enjeux du XXIe siècle et des attentes de la société, qui n’a jamais été autant en quête d’un autre mode de développement.

La fronde économique


Moyenne des avis sur cet article :  4.64/5   (44 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 10 octobre 2008 14:05

    elles sont ethiques les ONG du tsunami ?


    • La Taverne des Poètes 10 octobre 2008 14:18

      Elles sont éthiques et toi t’es toc ! smiley
      Et ils sont pas sains tes tics ! je sais ça va pas de soie...C’est parce qu’ils ne sont pas toujours coton mes jeux de mots calembours, à hublots, à tambour.




    • foufouille foufouille 10 octobre 2008 14:44

      normal pour un technocrate ...............


    • Marc Viot idoine 10 octobre 2008 16:12

      Que va choisir l’homme de la rue : la liberté ou la soumission ?

      Tout va dépendre des arguments avancés par les deux camps en présence :

      L’un est puissant, centralisé :

      son atout : l’expérience, accumulé d’un savoir faire plusieurs fois millénaire
      sa faiblesse : sa condamnation à mort

      L’autre est faible, disséminé :

      son atout : la richesse dans la diversité
      sa faiblesse : l’inconfort de l’incertitude


      • moebius 10 octobre 2008 22:32

         cette économie..c’est une idée, seulement une idée ?.. dans la réalité c’est quoi ? une cantine, un réfectoire, une coopérative..un organisme auto géré... ? on découvre des choses ici, non ?


        • Dudule 10 octobre 2008 23:37

          J’ai beaucoup d’estime pour les suporters d’une économie alternative, mais ça me semble un peu à côté de la plaque.

          S’il s’agit de créer une enclave économique solidaire au milieu d’un océan d’écomomie de marché, ladite enclave sera beaucoup trop fragile, se fera bouffer, ou deviendra une réserve de semi-clochards tout juste apte à assurer leur subsistance.

          Il me semble que c’est le doux rêve individualiste de gens qui préfèrent vivre à côté du système plutôt que prendre le risque de le changer. C’est beaucoup plus facile à envisager pour ceux qui ont accumulés un minimum de patrimoine matériel et culturel que pour le gars qui se lève tout les matins pour payer son loyer ou ses traites, sans savoir s’il aura toujours son boulot le mois prochain.

          Je le dit d’autant plus facilement que parmis les 3 CDI à temps partiel que je me traine pour boucler mes fins de mois, l’un concerne "l’économie sociale et solidaire". C’est bien gentil parce que je me dit qu’au moins, l’argent de ce boulot est réinvesti et n’enrichit pas des branleurs d’actionnaires, mais je suis tout à fait conscient que ce boulot ne contribue en rien du tout à résorber quelque injustice flagrante et stupide que ce soit.


          • décurion 11 octobre 2008 00:32

            Sans vouloir vous oter toutes vos illusions, vous vous mettez le doigt dans l’oeil, si profond, qu’il devrait logiquement émerger quelque part.
            Certaines associations citées ne valent guère plus que des étrons.
            Elles ont en commun de voir les pauvres à un endroit précis de leurs structures, soit salariés, soit bénéficiaires, et pas ailleurs. Elles ont leurs pauvres, et n’en connaissent pas d’autres.
            Plus d’une parasitent les énergies et des budgets, et s’imaginent, utiles.
            Les mutuelles ne sont pas ce qu’elles devraient, et le reste est à l’avenant.
            Une économie sociale et solidaire, ça ne veut absolument rien dire.De tout façon, ça ne peut pas exister, car l’économie enregistre le résultat d’une action, sans y conduire.
            On ne construit pas la vérité sur un mensonge, et celui ci apparait dès la première pensée écrite sur l’article. Le reste devient suspect, non sans raison.


            • orange orange 11 octobre 2008 08:01

              Mais quel est le riche qui va vouloir changer pour en avoir moins ? aucun.
              Quel est le plus pauvre surtout celui qui n’a aucune culture voudra changer pour être aux normes devant une société individualiste ? aucun
              Je me demande bien pour qui et surtout à quoi va servir l’économie sociale et solidaire.
              Surment pour encore les plus riche, qui peuvent devenir plus riche.


              • foufouille foufouille 11 octobre 2008 11:52

                le probleme est surtout d’eviter l’infiltration des bourgeois
                apres avoir fini ses etudes a 30a, les bobo bourgeois aiment cotoyer la pauvrete (en etant bien paye)
                ils font des "stages", un ou deux ans ds une ong pour mieux savoir manipuler le pauvre


                • Eloi Eloi 11 octobre 2008 11:57

                  Cela m’a toujours troublé qu’on m’enseigne que :

                  "l’entreprise est un centre de profit"

                  j’avais toujours imaginé que :

                  "l’entreprise existe pour pourvoir un service..."

                  Merci pour cet article !


                  • Lucie Vivien 12 octobre 2008 13:16

                    Pourquoi tant de pessimisme dans tous ces commentaires ?! Ce qui est marginal aujourd’hui peut prendre énormément d’importance dans les années futures. On l’a vu dans d’autres domaines. Par exemple, quand j’étais adolescente, (il y a 25 ans) être écologiste en France, c’était s’attirer des moqueries amusées et compatissantes ("Cela lui passera, les hippies c’est fini !") ; maintenant, on a un ministère de l’écologie et un peu partout des biocoop qui pratiquent un commerce équitable pour les producteurs français. Moi qui suis de la ville qui a vu naître la Macif et les grandes mutuelles françaises, je suis donc persuadée que toutes ces initiatives d’économie solidaire peuvent avoir un bel avenir et pas seulement en marge du système.


                    • foufouille foufouille 12 octobre 2008 13:27

                      tu oublie que tout a ete infiltre par les enarques
                      les ecolos au gouvernement sont des monsieurs taxes
                      le logo AB des hyper a droit a de nombreuses derogations.....
                      etc


                    • La fronde économique 12 octobre 2008 16:01

                      Merci pour cette bouffée d’espoir et d’optimisme dans cet océan de résignation et de pessimisme...


                    • Proudhon Proudhon 12 octobre 2008 20:22

                      Voir à ce sujet une société financière éthique qui deviendra bientôt une banque éthique :

                      http://www.lanef.com/


                      • JONAS JONAS 13 octobre 2008 10:03

                        @ L’Auteur

                        Je ne pense pas que les populations du quart-monde produisent assez de biens pour simplement se nourrir et vivre dignement. C’est par millions de dollars que nous les assistons régulièrement.

                        Je ne trouve pas que cette attitude soit anormale, mais elle a un prix que de nombreux humanistes ne veulent pas payer.

                        D’un autre côté, les délocalisations viennent aggraver cette fuite des capitaux, les entreprises qui s’installent à l’étranger contribuent au développement de ces pays, mais là encore, si elles permettent l’élévation du niveau de vie de ces populations, il n’est pas encore assez important pour qu’elles deviennent nos clientes pour des produits de luxes ou de hautes technologies.

                        Le paradoxal, c’est que même si elles en fabriquent certains, ils n’ont pas les moyens de les acheter.

                        Dans ces conditions, l’Occident participe à la croissance chinoise, Indienne, etc. Mais selon le principe des vases communicants, si leurs niveaux de vie s’élèvent, le nôtre décroît.

                        Rien d’étonnant dans ces conditions, que nous manquions de liquidités... !!!

                        Bonne journée.

                         

                        .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès