Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Azouz Begag : « une fatwa médiatique »

Azouz Begag : « une fatwa médiatique »

Avant de fairer sa première sortie publique hier aux côtés de François Bayrou, Azouz Bebag était resté étrangement muet depuis la sortie de son livre, Un mouton dans la baignoire.

Il a d’abord rompu le silence en accordant un entretien au Bondy Blog, dans lequel l’ancien ministre délégué à la Promotion de l’égalité des chances s’explique ainsi : "Quand un individu, ministre de l’Intérieur, affirme devant un parterre de ministres que moi, Azouz Begag, j’ai des antécédents psychiatriques ; quand il déclare qu’il faut associer immigration et identité nationale dans un même ministère, alors oui, je dis que cet individu est dangereux. C’est un devoir personnel et politique majeur que d’informer les électeurs avant l’élection. Si je laisse faire, je pourrais être accusé de non-assistance à pays en danger."

Puis, invité vendredi matin sur RTL, il s’est encore épanché à propos de Nicolas Sarkozy. "Quand ce type parle de moutons égorgés dans la baignoire devant douze millions de téléspectateurs, est-ce qu’il est en train de parler des Islandais ou des Finlandais qui sont en train d’envahir la France ?", s’interroge-t-il par exemple. Ou bien, puisque le candidat UMP nie l’avoir menacé de lui casser la figure : "il est un menteur", accuse-t-il. Ou encore : "Un homme comme lui a la maîtrise et le soutien de tant de pouvoirs médiatiques et économiques (...) sans supporter la moindre contestation". Pouvoirs médiatiques ? C’est là qu’on en vient à ce qui nous intéresse ici : Azouz Begag se dit victime d’une "fatwa médiatique" : "Est-ce que vous imaginez qu’il y a des journalistes qui m’ont dit : "Monsieur Nicolas Sarkozy nous a téléphoné pour nous dire de ne plus parler de vous" ? Quand on vous prévient que cet homme-là veut les médias à sa botte ! Il faut visionner la vidéo de l’émission de France 3 Nord/Pas-de-Calais, où il dérape en accusant la rédaction régionale d’être "malhonnête" et d’ "un manque d’objectivité invraisemblable" alors que, comme le décortique bien Arrêt sur images, il ne contredit en fait le reportage visé que sur un point mineur.

Mais quiconque le remet sérieusement en cause s’expose à un violent retour de bâton. Pressions, coups de sang, intimidations, attaques en justice : si la politique ultrasécuritaire de Nicolas Sarkozy menace les libertés individuelles, la liberté d’expression et celle de la presse seraient très vite dans le collimateur d’un petit Néron sacré président. Il rêve le paysage médiatique comme offrant le choix entre la Pravda en version papier et Fox news en cathodique.

Et gageons que même la blogosphère serait vite mise au pas, victime d’une "normalisation" forcée. Voilà encore un des enjeux de cette présidentielle.


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (348 votes)




Réagissez à l'article

168 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 13 avril 2007 10:49

    Azouz Bebag est un opportuniste qui fait sa petite entreprise du « pauvre beur » qu’on m’aime pas.

    Mais,pourquoi est-il resté aussi longtemps au gouvernement ?

    Pourquoi n’avoir pas dénoncer avec force le discours de Sarkozy durant ces années ?

    Azouz Bebag ,nous pouvons le penser à prise de mauvaises habitudes,celui de vivre au frais du contribuable grace à son maitre à pensée Jacques CHIRAC

    Azouz Bebag n’a fait que débiter des bétises et c’est une véritable caricatures qui ne correspond en rien au français issus de l’immigration qui ne se sont jamais reconnu en lui.

    Azouz Bebag c’est le bouffon du roi gracement rémunéré au frais du contribuable français et qui en sortant un bouquin démago veut s’en faire encore plus !

    Azouz Bebag ,mon povre ami,as tu ciré les chaussures de ton maitre ce matin ?


    • ol (---.---.1.2) 13 avril 2007 10:59

      Vous êtes méprisant dans votre commentaire.

      Oui Azouz Begag s’est fait avoir au gouvernement. Quant il a commencé à critiquer l’attitude de Sarkozy, des pressions énormes et une censure se sont abatues sur lui. Vous lui reprochez de ne pas s’être exprimé et de n’avoir rien fait. Cherchez la réponse du côté de Sarkozy et de ses copains, de Borloo qui n’apréciait pas ce concurent, et de la guerre entre Villepin et Sarkozy. Il a bien fait de rester, même si on a tout fait pour qu’il soit impuissant au gouvernement. L’attitude du gouvernement pendant toutes ces années en dit long sur leur intégrité.


    • nessoux (---.---.25.117) 13 avril 2007 11:27

      Tout à fait d’accord avec vous. Begag a été la caution beur de Villepin et qu’il fasse des choses ou pas tout le monde s’en foutait...

      Il veut maintenent se faire passer pour une victime pour vendre son livre. En fait, il bouffe à tous les rateliers comme le bon opportuniste qu’il est.


    • ol (---.---.1.2) 13 avril 2007 11:35

      Cher nessoux, Peut-être était-il une caution beur, comme vous dites. Pour autant il voulait réellement que son travail soit utile, et il avait toute la légitimité pour cela : "Issu de l’immigration et donc victime de discriminations, sociologue brillant et reconnu, écrivain. On ne l’a pas laissé faire son travail et on l’a piétiné, voilà le seul problème.

      Et qui êtes-vous d’abord pour afficher un tel mépris envers cet homme au point d’affirmer qu’il « bouffe à tous les rateliers » ?


    • (---.---.100.112) 13 avril 2007 11:51

      Azouz Begag est à l’origine d’une entreprise salutaire en écrivant ce livre...

      Mais pourquoi si tard ?? C’est ce que je lui reproche...

      Il lui reste 12 jours pour parler du Sarkozy ignoble qu’il a cotoyé et subi... Pourquoi est-il resté jusqu’à aujourd’hui dans l’ombre de son Ministère en nous disant que tout allait bien et que, non, il n’était pas un alibi ?

      Du courage il en faut pour faire ce qu’il fait (et qui semble indispensable si on veut échapper à la terreur Srakozyste à venir) mais pourquoi ce côté « service minimum » ?? Il a attendu qu’un parapluie suffisament conséquent se présente (Bayrou) pour lui éviter de griller trop sa cérrière à droite...

      Alala que de regrets et de temps perdu alors qu’il y a le feu au lac avec Sarkozy...


    • Julot Julot 13 avril 2007 12:43

      Historiquement, Cela reste l’homme qui avait mis des textes cochons dans un manuel d’école maternelle...

      C’était au temps du bon mitterand...

      Ce que les parents d’élvèes lui ont fait payer cher, et il a été tricard pendant pas loin de 20 ans.


    • Unknown (---.---.241.82) 13 avril 2007 12:54

      A Ierma,

      Si tu avais fait ne serait-se que la moitier du parcours de Mr Begag, tu serais déjà président. Ce type à commencé tellement bas, plus bas qu’on ne peut l’imaginer dans un pays comme la France. C’est un type extraordinaire, en plus il est de ma ville, alors...


    • Leonard (---.---.36.15) 13 avril 2007 13:14

      pas mieux, GG !


    • Leonard (---.---.36.15) 13 avril 2007 13:18

      Tous les commentaires qui critiquent ce gag se retrouvent censures. Ce systeme de vote est detourne a des fins partisanes sans aucune objectivite. C’est donc un mauvais systeme qu’il faudrait remettre en question.


    • cangivas (---.---.185.219) 13 avril 2007 13:20

      Quand on demande à Begag ce qui symbolise Lyon, il répond l’Olympique Lyonnais ! Bonjour le niveau !

      Exit le vin et la gastronomie - pour motif religieux, identitaire et non pas gustatif ou médical - ... alors que dans le même temps des touristes viennent du monde entier, vident leur portefeuille et se tapent des milliers de kilomètres pour l’un et le autre.

      Ce qui symbole la France pour une bonne partie du monde relève pour Begag de l’incongruité. Cherchez l’erreur.

      De même, Begag se plaint qu’il n’y a pas dans l’Histoire de France de personnages d’origine arabe au travers desquels les fils d’immigrés maghrébins pourraient s’identifier.

      Ben oui !... tout comme des empereurs de Chine ou du Japon ayant le type européen, il n’y en a pas des masses. Ca n’étonne pas grand monde (hormis, sûrement, Begag s’il lui prenait le goût de s’installer en Chine ou au Japon).

      A la base, Begag a de gros problèmes de compréhension et d’adaptation.


    • nessoux (---.---.25.117) 13 avril 2007 13:58

      Il a été la caution beur de Chirac/Villepin, n’a eu aucun moyen attribué par Villepin mais est resté quand même ministre pendant 2 ans.

      Si ce monsieur avait été honnête il aurait démissioné rapidement se rendant compte qu’on s’était fichu de lui, au lieu d’empocher son salaire de ministre

      D’autre part, il essaye maintenant de profiter de sa posture anti- Sarkozy pour vendre son bouquin et qui sait, être ministre si Bayrou est élu car il sait qu’avec Sarko il n’y a rien a gagner pour lui... C’est l’exemple type de l’opportuniste


    • tvargentine.com lerma 13 avril 2007 17:20

      On vient toujours du bas de l’echelle sociale et on progresse au fur et à mesure des années qui passent

      Il n’a donc aucun monopole en France du "pauvre qui est parti de rien....." et encore moins le droit de généraliser son cas personnel au reste de la population.

      Vouloir faire du malheur des gens un bizness comme lui c’est un manque total de respect et surtout retourner une image médiatique qui n’a rien A VOIR avec les français issus de l’immigration (quelques soient l’immigration)

      Quand on est pas d’accord avec Nicolas Sarkozy ont attend pas le fin de son CDD (gracement rémunéré) pour ouvrir sa gueule surtout quand on a des convictions profondes

      Vous mettre à son niveau,c’est vous rabaissez,et vous valez mieux que lui


    • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 13 avril 2007 17:26

      Mais ce n’est toujours pas le sujet ! Trouvez-vous normal que le candidat UMP manifeste aussi fortement et depuis longtemps une telle volonté de contrôle des médias ?


    • Milla 13 avril 2007 18:48

      @ (IP:xxx.x21.100.112) le 13 avril 2007 à 11H51

      Tout à fait d’accord avec vous, d’autant que l’auteur a eu raison d’écrire cet article, le récent tapage relatif aux « gênes de la pédophilie » confirme les dires de Begag...

      L’opportunisme l’aurait plutôt conduit à prêcher pour la paroisse de l’autre et d’en profiter comme la plupart des politiciens de notre siècle...

      It’s up to you not to hear the call up !

      Merci l’auteur pour votre article...

      Milla


    • phillipe l’arabe empereur de rome (---.---.84.115) 13 avril 2007 18:51

      azzouz begag doit savoir qu’il y a eu des empereurs augustus arabe en europe comme phillipe l’arabe emereur de rome . helas pour la « democrazy » de l’europe d’aujourd’hui.


    • h2b1 (---.---.248.210) 13 avril 2007 19:40

      à Julot

      et tu es certainement un imbécile pour traiter ainsi les gens de « tricard » sans rien argumenter ...


    • zerdi (---.---.154.191) 14 avril 2007 10:23

      « un arabe est un arabe meme si c’est le colonel bendaoud », a dit ce dernier avant de se suicider, suite a des remarques desobligeantes de type sarkozien, malgre de brillants etats de service dans l’armee francaise durant l’occupation nazie.


    • zerdi (---.---.154.191) 14 avril 2007 10:27

      l’afrique du nord berbere a donne sept empereurs a rome dont la lignee des septime severe

      pour la chretiennete, tout le monde sait d’ou vient st augustin le bougnoule


    • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 14 avril 2007 10:28

      Poignant. Mais pour se suicider, il devait avoir un « terrain » génétique smiley))


    • phillipe l’arabe empereur de rome (---.---.84.39) 14 avril 2007 18:22

      septime « berbere » quel insulte.vous voulez dire plutot phenicien c’est a dire « semite » c’est a dire arabe. comme je l’ai dit avant "la minorite berbere c’est a dire barbare primitive" non civlisee impossible quelle peut atteindre le statut des nobles pheniciens arabes . stop a la« berberisation » de l’histoire arabe . la minorite berbere doit assumer son inferiorite face a la suprematie arabe .


    • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 16 avril 2007 11:38

      Philippe : raciste !


    • Nounou (---.---.154.199) 17 avril 2007 14:03

      Azzouz Begag : Nicolas Sarkozy est « un menteur »

      Azouz Begag, ancien ministre de la Promotion de l’égalité des chances, a qualifié jeudi Nicolas Sarkozy de « menteur » et dénoncé la « fatwa médiatique » dont il a été victime. Interrogé sur RTL après le démenti du candidat UMP à la présidentielle sur ses accusations d’insultes, Azouz Begag a assuré qu’« il est un menteur ». « Est-ce que vous imaginez qu’il y a des journalistes qui m’ont dit : ’Monsieur Nicolas Sarkozy nous a téléphoné pour nous dire de ne plus parler de vous’ ».

      Celui qui soutient aujourd’hui la candidature de François Bayrou a « très bien compris qu’il y avait une fatwa médiatique autour de (lui), qui consistait à (l)’étouffer, à ne plus (l)e faire exister ». Et ce, « de telle manière qu’à la fin des deux ans on me dise : ’regardez ce pauvre type, il n’a rien fait du tout, on en a pas du tout entendu parler’ ».

      L’ancien sous ministre a affirmé que Jacques Chirac et Dominique de Villepin « ne (lui) ont absolument pas demandé de démissionner », et qu’il a quitté le gouvernement en raison de la parution de son livre « Un mouton dans la baignoire » (Ed. Fayard).

      « Comme j’avais envie de dire des choses qui se sont passées, ces humiliations, ces violences, certaines à caractère raciste que j’ai subies en particulier, et aussi des joies (...), et bien je me suis dit ’il ne faudra pas que je reste dans le gouvernement, je vais démissionner et sortir ce livre comme un dernier geste politique’ », a-t-il conclu.


    • N-Y (---.---.183.164) 13 avril 2007 11:48

      Le cas Begag : il est stupéfiant qu’après avoir mangé, durant des mois, dans la gamelle gouvernementale (à 12 000 € par mois à ne rien faire), Azouz se met, alors que les « faits », si « faits » il y a, remontent à plusieurs mois, à 15 jours des élections, à « cracher dans la soupe ». Comment pourrait-on ne pas le soupçonner d’avoir agi, à des fins arrivistes et électoralistes, au profit de son nouveau béguin, BAYROU ? Comment ne pas soupçonner celui-ci d’avoir été l’instigateur de cette manipulation médiatique. Comment ne pas voir en Bayrou, celui qui met, en permanence et « l’air de rien » de l’huile sur le feu pour mieux se poser comme pompier !!!! Par ailleurs, le gars BEGAG entend se « victimiser », en se disant, à tort et/ou à raison, avoir été « l’arabe persécuté », par le méchant Nicolas SARKOZY mais, si cela était vrai, pourquoi n’a-t-il pas démissionné dès novembre 2005 ? Par ailleurs, le titre de son livre dévoile à lui seul toute sa personnalité torve : il se pose comme victime ethnique « le mouton noir » et comme victime de son appartenance religieuse « dans la baignoire » . Ce qu’il fait est très grave, manifestement malhonnête. J’aimerais ajouter que si jamais Sarkozy lui avait dit ce qu’il prétend avoir entendu, Begag l’aurais mille fois mérité : quand on est dans une équipe, on est solidaire et le jour où ce n’est plus possible on démissionne.


      • cangivas (---.---.185.219) 13 avril 2007 11:55

        Begag disposait d’un ministère qui s’il était dépourvu de budget et d’administration, était important car éminemment politique.

        A t-il fait reculer les préjugés et modifier les comportements des uns des autres - tant ceux qui pensent que les fils d’immigrés (africains, maghrébins) sont inassimilables que ceux qui pensent que la France est raciste ?

        La réponse est non. Tout simplement parce que Begag ne s’inscrit pas dans la tradition d’intégration à la française, c’est à dire d’assimilation. Il rejette même cette tradition.

        Begag s’inscrit dans la tradition d’intégration anglo-saxonne, c’est à dire multiculturaliste. Et ça, en France, ça ne peut pas fonctionner et ça ne fonctionnera jamais.

        Au lieu d’opter pour un discours courageux, d’exiger des efforts, de l’excellence chez les uns et chez les autres, de pointer ici ou là les errements, les erreurs d’interprétation, il a préféré opter pour un discours victimaire.

        Un tel discours s’il fonctionne sur le moment et ne nuit pas à votre popularité, est totalement improductif et même contre-productif à moyen et long terme.


        • Bronstein (---.---.1.8) 13 avril 2007 12:24

          Le pouvoir doit être réservé au Francais. (de souche cela va de soi)


          • Henri (---.---.6.131) 13 avril 2007 16:59

            @ Bronstein

            Commentaire intéressant. Dommage qu’il va être bientôt replié.

            Tu peux developper un peu plus ta pensée, Bronstein ?


          • Dedalus Dedalus 13 avril 2007 13:14

            Un ministre de la République démissionne à grand fracas du gouvernement à la veille des élections présidentielles et publie dans la foulée un livre intitulé Un mouton dans la baignoire dans lequel, entre autres choses, il raconte que l’ex-ministre de l’Intérieur, actuel candidat à la Présidence de la République, l’a insulté - Tu es un connard, un déloyal, un salaud ! - et menacé de représailles physiques - « Je vais te casser la gueule » ; on s’attendrait à ce que le monde médiatique soit en émoi, que l’information fasse les gros titres, que les journalistes tentent d’en savoir davantage, enquêtent, posent des questions, s’interrogent, fassent leur boulot en somme. Mais non, il ne se passe pas grand chose. Service minimum. Visiblement, « on » a choisi de ne pas faire trop de vagues. Alors le citoyen s’interroge : la pluralité de la presse est-elle en France si mal en point que les journalistes n’osent plus, ou ne peuvent plus faire déontologiquement leur travail ? Notre démocratie est-elle déjà à se point gangrénée, en état de décomposition avancée ? Car, on le sait bien, quand la presse n’est plus tout à fait libre, ce sont nos libertés individuelles qui sont menacées.

            Un ex-ministre, tout juste démissionnaire, explique qu’un autre ex-ministre, candidat à la Présidence de la République, l’a insulté et menacé. Mais voilà, l’un se nomme Azouz Begag (faut-il prendre un arabe au sérieux, fut-il ministre ?) et l’autre Nicolas Sarkozy (faut-il se fâcher avec un homme qui a le bras si long, la rancune si tenace et une conception de la liberté de la presse toute personnelle ?), et voilà cette presse, qui n’en manque jamais une occasion de faire des gorges chaudes de son indépendance, qui se couche lamentablement, évoque rapidement le sujet et passe rapidement à autre chose en serrant les fesses. Mais au-delà de cette pitoyable démission, c’est le scandale qu’il est nécessaire de souligner.

            On se souvient en effet des chous-gras dont cette même presse s’était empressé de faire lorsque Eric Besson a publié son brûlot contre Ségolène Royal.

            Et puis on se souvient des procès en incompétence qui ont été dressés à l’encontre de cette même Ségolène Royal, et du silence assourdissant autour des déclarations d’un Nicolas Sarkozy encore Ministre de l’Intérieur et néanmoins incapable de dire si les dirigeants d’Al Qaïda étaient sunnites ou bien chiites, pour ne citer que cet exemple.

            On se souvient également qu’après avoir glosé pendant de longues semaines sur un programme de Ségolène Royal, qu’on en finissait pas d’attendre, disait-on, il n’y eut pas un mot concernant celui de Nicolas Sarkozy qui n’a finalement été publié que... il y a moins de dix jours !!!

            Et puis il y a eu ce comuniqué de presse de la Société des Journalistes de France 3, dénonçant les propos tenus par M. Sarkozy à l’égard d’une rédaction qu’il fallait selon lui « virer » :« Je ne peux pas le faire maintenant. Mais ils ne perdent rien pour attendre. Ca ne va pas tarder ». On n’a alors que peu entendu leurs confrères, à ces journalistes-là. Peu se sont empresser pour relayer leur déclaration d’indépendance. Soudain, la solidarité professionnelle n’a plus exister et chacun de baisser pudiquement les yeux, gardand des doigts tremblants sur la couture de pantalons qu’on devine dégoulinants.

            Tout récemment, Nicolas Sarkozy dérape vers l’eugénisme, évoque sa conviction selon laquelle il y aurait pour l’homme un déterminisme génétique : « On nait pédophile », ne craint-il pas d’affirmer. Le suicide chez les adolescents ? C’est « parce que, génétiquement, ils avaient une fragilité, une douleur préalable ». Bref, conclut-il, « la part de l’inné est immense », rejoignant ainsi sans nuance des théories « sceintifiques » en vogue principalement au sein de l’extrême-droite et dont on connait les dérives potentielles. Là encore, service minimum de la part des médias traditionnels. On se garde bien d’appuyer, on évite de soulever la question, on contourne le débat. Surtout, pas de vagues...

            Il semble même que le monde politico-médiatique dans son ensemble bruisse des colères et écarts de langages de M. Sarkozy, lesquels auraient tendance à se multiplier ces derniers temps. On en glose dans les salons et les dîners en ville, le candidat de l’UMP serait allé jusqu’à qualifier les citoyens en général, et les hommes de presse en particulier, « d’enc... », dit-on dans les milieux informés. Et chacun là encore de préférer se taire. Mais passons...

            Un ministre de la république, délégué auprès du Premier Ministre et chargé de la Promotion de l’Egalité des Chances, nous confie que son collègue de l’Intérieur l’a traité de « salaud », a menacé de lui « casser la gueule », lui a demandé de « ne jamais plus lui serrer la main à l’avenir », évoque en prime le mépris dont lui témoignaient les proches du candidat de l’UMP, l’assaillant de violences verbales telles que « Allez, fissa, sors de là ! Dégage d’ici, je te dis, dégage ! », allant jusqu’à lui marcher volontairement sur les pieds ; pour dire les choses clairement, cet homme nous confie en réalité qu’il a été traité au sein même du gouvernement de la République comme un « sale arabe » - c’est-à-dire comme sont traités quotidiennement nombre de nos concitoyens dont les origines peuvent se retrouver de l’autre côté de la Méditerranée -, mais ça n’interpelle pas ceux qui sont chargés d’informer les citoyens et de les éclairer quant au choix qu’ils auront bientôt à faire à l’occasion des présidentielles. Ça s’appelle une démission, ça s’appelle baisser son pantalon, c’est une honte et c’est un scandale. Honte pour une profession et scandale pour notre démocratie.

            Ils ne sont pas responsables ? Ce sont les patrons de presse qui sont aux ordres, eux qui définissent la politique éditorial de leurs canards ? Qu’à cela ne tienne : rien n’empêche les journalistes d’ouvrir « le blog de la presse libre » et d’y publier, éventuellement sous un pseudo, les articles et les reportages qu’on leur a refusés. Ou qu’ils les adressent à Agoravox. Après tout, les journalistes sont aussi des citoyens, non ?

            http://sarkononmerci.fr/files/sarkozy%20presse%20journalistes.html


            • ZEN zen 13 avril 2007 13:37

              @ Dedalus

              A propos des grands patrons de presse. Pas d’étonnement à avoir :

              http://forestent.free.fr/sarko.html


            • Vincent 13 avril 2007 14:08

              Dédalus ce commentaire ça fait au moins deux fois que je le remarque après l’avoir lu, mais pas sur le même sujet !!!!

              Serait-ce un article qu’AV vous aurez refusé ? Une fois c’est suffisant, vous ne trouvez pas, même si le sujet est important.


            • fouadraiden fouadraiden 13 avril 2007 14:58

              Dedalus

              un peu long ton commentaire ,mais tu as compris l’essentiel.

              au fond Azouz nous explique que meme parmi les plus proches des « lumières » de la Révolution ,au sein même de leurs batiments tricolores, on ne l’a juste pris pour un Bougnoul,comme dans toutes les rue de France .

              hé quoi ?

              AZOUZ croyait-il avoir à faire à des ministres coupés des préjugés en cours dans la société majoritaire ?

              il n’y a rien à reprocher aux journalistes, à moins de croire avec Azouz ,ou comme vous, que les journalistes français viennent de tomber du ciel vierge des idées.

              et oui,un arabe de france c’est juste un bougnoul pour les Français,et donc pour la France.

              au moins reconnaissons à Sarko d’etre le moins hypocrite de tous.lui ,le hongrois, ne peut voir dans l’arabe de france un bougnoul ,c’est juste que Nicolas sait que les autres le percoivent encore ainsi.c’est là toute la force de Nicolas. nous révéler les réelles conceptions d’un Chirac ou d’un Devillepin. Eux, les proarabes sur la scène internationale.et mon cul vous l’avez vu !

              indépendamment de cela il faut quand meme dire qu’ils ont pris un nul de chez nul le AZOUZ.c’est peut être pour ça qu’ils l’ont choisi d’ailleurs.le contraire eut été étonnant de la part de révolutionnaires.


            • zerdi (---.---.154.208) 14 avril 2007 16:27

              tout simplement merci

              bien cordialement


            • be wolf (---.---.182.171) 15 avril 2007 11:10

              c pas bien de recopier les articles de marianne, dedalus.... bon on t’ excuse , mais la prochaine fois, precise le...


            • Dedalus Dedalus 17 avril 2007 18:51

              tiens, je viens de voir ce commentaire, alors rapidement je démens avoir pompé cet article... je n’ai pas vérifié si l’inverse s’était produit et je m’en tape, je l’ai pas écrit pour des droits d’auteur.


            • LOLOKERINO (---.---.34.207) 13 avril 2007 13:19

              Bayrou qui promene son nouveau jouet devant les foules, son nouvel instrument anti sarko, c’est particulierement indecent !

              Imaginez ce que vous auriez dit si Sarko avait exposé dans les meeting, Eric Besson tel un trophé anti Royal !

              Le revirement de Begag, son deballage a 15 jrs des elections apres avoir profité du systeme est vraiment ecoeurant

              L’udf ne se grandit pas avec ces manipulation, Bayrou qui crache dans la soupe attire avec lui des personnalité sommes toute peux reluisantes

              Les tactiques de debauchage, la recup des aigris ne sont certainement pas le rassemblement que souhaiterait les Français

              Si d’aventure , Bayrou est au deuxieme tour, nous risquons de voir ce desolant spectacle entre les deux tour avec les seconds couteaux du Ps ou de l’ump

              Abject !!


              • Olivier Bonnet Olivier Bonnet 13 avril 2007 13:25

                Bayrou est fichu. Avec ou sans Azouz Begag. Il ne sera pas au second tour.


              • ol (---.---.1.2) 13 avril 2007 13:26

                Begag soutient celui qu’il pense capable de réduire les discriminations, quelles qu’elles soient, et celui qui veut pacifier le pays. Qu’il l’accompagne dans ses meetings est tout à fait normal, puisqu’il le soutient. Pourquoi s’en priver. Besson ne soutient ni Sarkozy, ni Bayrou que je sache. Pourquoi irait-il à leurs meetings ?


              • gAZi bORAt (---.---.164.192) 13 avril 2007 13:35

                « Indécence et abjection »

                En matière d’indécence, le déballage de sa vie privée (les riches heures de Cecilia, quand tout allait bien) à sa demande de protection de la même vie privée (quand ça allait moins bien) au re-déballage de son intimité (quand ça allait de nouveau mieux..) est un exemple de pudeur ?

                Exhiber Azouz Begag, sociologue (lisez-le) et écrivain (bof..) c’est tout de même mieux que Doc Gyneco..

                Quand aux traces d’« abjection » chez Nicolas Sarkozy, je laisserai compléter les commentateurs..

                gAZi bORAt


              • aurelien 13 avril 2007 13:48

                En remplaçant Bayrou par Sarkozy dans la phrase, peut-être avancerons-nous dans le débat ;)


              • aurelien (---.---.157.200) 13 avril 2007 17:58

                et oui, ce n’est pas un gag...


              • (---.---.108.64) 13 avril 2007 18:24

                @lolokerino

                pourquoi parler de Besson il y a mieux comme ralliement smiley

                Jacques_ _Chirac_ :
                - HLM de Paris
                - Trucage des élections municipales de Paris
                - Emplois fictifs à la mairie de Paris
                - Financement occulte du RPR
                - Frais de bouche
                - Compte bancaire au Japon ...

                _Alain_ _Juppe_ :
                - Fraude immobilière
                - Financement occulte du RPR
                - Emplois fictifs du RPR

                _Charles_ _Pasqua_ :
                - Trafic d’armes vers l’Angola
                - Financement de ses activités politiques dans le cadre du Casino d’Annemasse
                - Commissions occultes dans le cadre de l’affaire Alstom
                - Prise illégale d’intérêt, Fondation Hamon

                _Patrick_ _Balkany_ :
                - 15 mois de prison pour avoir fait payer par la ville de Levallois ses employés personnels (pour 524 000 EUROS )
                - Son épouse Isabelle qui est vice-présidente du conseil général des Hauts-de-Seine et conseiller municipal à Levallois-Perret a été condamnée à la même peine d’emprisonnement.

                _Jacques_ _Santini_ :
                - Condamné pour prise illégale d’intérêts dans l’affaire de la fondation Hamon (même affaire que Charles Pasqua)

                _Didier_ _Schuller_ :
                - Trafic d’influence, recel d’abus de biens sociaux dans le financement occulte du RPR.
                - Impliqué dans l’affaire de destabilisation du juge Eric Halphen

                _Ceccecaldi_ / _Raynaud_ :
                - Diffamation homophobe

                _Pascal_ _Sevran_ :
                - Condamné à verser 30 000 EUROS à son jardinier qui n’était pas rémunéré selon les conventions collectives et à qui les congés payés n’étaient pas versés.

                _Tapie

                et j’en oublie un paquet smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès